Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section V. En quête des senefiances : quelles clefs interprétatives ?

Les clefs des prophéties de Merlin au xiie siècle : exégèses des prophéties exposées par Geoffroy de Monmouth

Catherine Daniel

Texte intégral

1Il n’y a pas de clef en tant qu’objet dans les prophéties de Merlin et c’est donc le sens symbolique de la clef qui nous intéresse. En effet, les clefs des prophéties de Merlin ont suscité nombre d’interprétations, du xiie au xvie siècle, d’Irlande en Italie, en passant par les royaumes d’Espagne. Il est donc utile de se demander comment s’est forgée la tradition politique des clefs des prophéties de Merlin au xiie siècle, tradition qui a assuré leur succès tout au long du Moyen Âge.

2Geoffroy de Monmouth a écrit les prophéties peu avant 1135. Il affirme traduire ces prophéties du breton, à la demande de ses contemporains impatients de les comprendre, tout particulièrement Alexandre de Lincoln à qui il dédicace son œuvre. Il ne donne pas les clefs des prophéties qu’il traduit, mais il semble que ces prédictions sont très vite comprises de la même manière par les historiens et les chroniqueurs du xiie siècle. Geoffroy de Monmouth explique qu’il a interrompu la rédaction de l’Histoire des rois de Bretagne pour rédiger un livret de prophéties. Ce livret circule d’abord de manière indépendante avant que Geoffroy ne l’intègre à l’Histoire des rois de Bretagne. L’ampleur de cette œuvre, l’une des plus diffusées au Moyen Âge, est aujourd’hui bien connue : il subsiste 215 manuscrits de l’Histoire des rois de Bretagne. D’autre part, on dénombre 70 livrets indépendants des prophéties, des insertions des prophéties dans d’autres textes, comme par exemple dans les chroniques de Matthieu Paris, ainsi que des traductions en langues vernaculaires de l’Histoire des rois de Bretagne dans les Bruts français, anglais ou gallois. Le fait que ces prophéties soient intégrées à un ouvrage complet et ne soient pas restées cantonnées dans un livret isolé explique leur succès durable auprès d’un public de lettrés, en Angleterre comme à l’étranger. Ces prophéties annoncent toutes les grandes étapes de l’histoire de la Grande Bretagne, depuis la première victoire des Saxons jusqu’à l’annonce de la fin des temps.

3Geoffroy de Monmouth s’est inspiré des prophéties bibliques et de sources latines, mais il a surtout su utiliser la tradition prophétique galloise, même si la part de son imagination est certaine. Ces prophéties sont politiques. Leur code repose essentiellement sur le fait que sous le masque de l’animal est caché un personnage. C’est ce code, largement emprunté à la tradition celtique, qui va faire le succès des prophéties de Merlin.

  • 1 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédra (...)

4Pour comprendre le sens des prophéties, nous disposons de plusieurs sources, dont des gloses anonymes. Certains de ces commentaires, partiels ou complets, ont été édités par Jacob Hammer dans les années trente, notamment dans la revue Spéculum1. Il en existe en tout une vingtaine. Au xiie siècle, les prophéties attirèrent l’attention de nombre d’érudits, comme Geoffroy de Monmouth le laisse lui-même entendre dans sa préface. Orderic Vital, historien normand, écrit un commentaire en 1135, donc immédiatement après la diffusion des prophéties. Dans l'Histoire ecclésiastique, il cite les prophéties de Merlin et commente celle sur Henri Ier. De même, l’abbé Suger fut lui aussi frappé par la justesse des paroles de Merlin dont il commente quelques prédictions en parlant d’Henri Ier dans sa Vie de Louis VI. Après le règne d’Henri Ier, les chroniqueurs cherchèrent les clefs du destin des royaumes à travers les prophéties sur ses successeurs. Le xiie siècle est particulièrement fécond en explications des prophéties, puisque nous retrouvons des clefs dans de nombreuses chroniques du temps d’Henri II, reflétant la volonté du roi et de la cour de manipuler l’opinion. Enfin, l’exégèse d’Alain de Lille constitue une source particulière puisque le théologien a livré un commentaire complet des prophéties de Merlin qui nous éclaire sur bien des points et dont l’influence perdurera pendant tout le Moyen Âge.

  • 2 Zumthor, P., Merlin le Prophète : un thème de la littérature polémique de l'historiographie et des (...)

5Bien qu’il n’existe pas d’exégèse de référence, et que les commentaires laissent apparaître des préoccupations différentes des interprétations originales, les clefs des prophéties présentent des analogies certaines, et les citations répétées à propos d’un même événement, retrouvées chez un certain nombre d’auteurs, permettent d’établir ce que Paul Zumthor a nommé l’ébauche d’une tradition exégétique2. Trois temps forts se distinguent nettement dans les prophéties telles que nous les présente Geoffroy de Monmouth. Le premier est le temps du passé mythique, qui pose les bases de la légende arthurienne. Geoffroy replace Merlin dans son cadre historique, et retrace le règne d’Arthur et de ses successeurs, en mettant l’accent sur la prophétie de l’espoir breton, clef de querelles pluriséculaires entre les peuples de Grande-Bretagne, du xiie au xvie siècle. Le deuxième consacre le paradoxe de la prophétie merlinienne qui permettra d’amorcer la récupération de ces prédictions par le pouvoir en place en Angleterre dès les temps d’Henri II. Les clefs de ces prophéties donnent un sens à ce qui sera la propagande merlinienne des Plantagenêts puis des Tudors jusqu’au xvie siècle. C’est aussi avec les clefs de ces prophéties que Geoffroy de Monmouth sait attirer l’attention de ses lecteurs et surtout de ses auditeurs potentiels, en racontant les faits marquant de l’actualité politique, faisant écho aux rumeurs de meurtres, aux moments pénibles vécus par la famille royale, et aux réformes du royaume. Le troisième temps concerne une époque inconnue de l’auteur, qu’il a su décrire de façon suffisamment ambiguë pour pouvoir y lire l’histoire au fil du temps. Geoffroy de Monmouth est le premier qui livre les prophéties de Merlin, très populaires chez les Gallois, à un public de lettrés, étrangers à la culture celtique. Les clefs de ces prophéties, adaptées de la tradition orale, vont servir la cause du roi d’Angleterre et de la cour, peu de temps après leur création, grâce au renversement de leur orientation originelle dirigée contre les dominateurs étrangers, au profit des Normands puis des Angevins.

  • 3 Armes Prydein, The prophecy of Britain from the book of Taliesin, éd. I. Williams, trad. R. (...)

6Les origines des prophéties de Merlin, le Myrddin des Gallois, se trouvent dans les espérances des Bretons de vaincre l’envahisseur, et revenir ainsi au temps de leur hégémonie sur l’île. Plus encore qu’Arthur, Merlin incarne la volonté des Bretons, puis des peuples britonniques et gaéliques, de rétablir leur souveraineté sur la Grande-Bretagne. Geoffroy de Monmouth, même s’il veut plaire aux Normands, ne peut faire l’impasse sur ce qui fait la raison d’être des prophéties de Merlin : l’espoir breton. En d’autres termes, il s’agit du retour de la puissance bretonne après des siècles d’occupation, considérés comme une punition divine venue sanctionner les luttes fratricides. Geoffroy de Monmouth a le mérite de mettre cela au clair. Avant lui, cette dangereuse prophétie ne circulait pratiquement qu’oralement, même si on la retrouve dans des poèmes gallois comme dans la Prophétie de la Bretagne3, sous une forme complètement hermétique au pouvoir anglais.

  • 4 Dans ce récit, Merlin est nommé Ambrosius. Historia Brittonum, éd. du Pontig, Sautron, 1999, chap. (...)

7Geoffroy reprend le récit attribué à Nennius4 sur le combat des dragons. Merlin est alors l’enfant sans père qui dévoile au roi Vortigern la raison pour laquelle la tour qu’il veut construire ne cesse de s’effondrer : deux dragons se battent dans le lac près de l’édifice. Vortigern, roi des Bretons, s’est emparé du pouvoir après la mort du grand père d’Arthur en évinçant ses fils avec l’aide des Saxons. Merlin, appelé auprès de Vortigern, a deviné l’existence de deux dragons dans un lac souterrain, qui empêchent Vortigern d’ériger une tour. Les dragons sortent de leur caverne et commencent à se battre. Merlin interprète ce combat à la demande de Vortigern. Là commencent les prophéties de Merlin. Le devin livre la clef de cette toute première prédiction, et c’est la seule fois qu’il commentera ses prophéties :

  • 5 Geoffroy de Monmouth, Histoire des Rois de Bretagne, trad. L. Mathey-Maille, Paris, Les Belles Lett (...)

Le dragon blanc qui signifie les Saxons que tu as invités, occupera ses cavernes. Quand au dragon rouge, il représente la nation bretonne opprimée par le dragon blanc5.

  • 6 Edel, D., « Geoffroy’s animal symbolic and insular celtic tradition », Studia Celtica, 28-29 (1983- (...)

8L’interprétation de Merlin est très claire. Le dragon est très présent en tant que symbole du chef dans la poésie celtique, par exemple dans les poèmes attribués à Taliesin6. La cause de la chute des Bretons est déjà esquissée, au-delà du combat entre Saxons et Bretons, avec les luttes intestines qu’incarne le roi félon.

9L’espoir breton repose sur les fondements d’un âge d’or incarné par l’empire d’Arthur, dont les descendants des Bretons attendent le retour. C’est Arthur qui se cache tout naturellement sous le masque du sanglier de Cornouailles, le vainqueur des Saxons :

  • 7 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (2), 74 p et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p (...)

En outre, le sanglier de Cornouailles viendra à leur secours7.

10L’animal représente souvent un guerrier dans la poésie galloise et irlandaise ancienne. La clef se trouve facilement à l’époque, d’autant plus que Geoffroy de Monmouth va expliquer un peu plus loin dans l’Histoire des rois de Bretagne, qu’Arthur est né dans les Cornouailles, qu’il va vaincre les Saxons, unifier la GrandeBretagne et conquérir un empire. C’est ce que dit très clairement la prophétie :

  • 8 Ibid., 112 (2)

Les îles de l’Océan seront soumises à son pouvoir et il possédera les bois de la Gaule. Rome tremblera devant sa fureur, et sa mort sera mystérieuse. Il sera célébré par la voix des populations et ses exploits fourniront matière aux conteurs8.

11Les commentaires anonymes, ainsi qu’Alain de Lille, voient tous dans le sanglier de Cornouailles, le roi Arthur qui a conquis un immense empire. À ce propos, Alain de Lille écrit :

  • 9 Alain de Lille, Prophetia anglicana Merlini Ambrosii Britanni, Frankfort, 1603, p. 17. Trad. F. Bel (...)

En quel lieu le nom du breton Arthur n’a-t-il pas été porté et répandu par la renommée9 ?

  • 10 Alain de Lille, op. cit., p 17.

12Il affirme qu’Arthur est connu jusqu’en Palestine, en Égypte et en Arménie. Il explique qu’en Petite Bretagne, celui qui remettrait en question le retour du roi s’exposerait aux huées des foules et aux jets de pierres10.

  • 11 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (3), p. 74 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)
  • 12 Ibid, p. 74 et 159.
  • 13 Geoffroy de Monmouth en a fait l’archevêque d’York (chap. 130) et explique qu’il a été chassé d’Yor (...)
  • 14 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (3), p. 74 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)
  • 15 Certains commentateurs anonymes y voient saint Gildas qui partit lui aussi en Irlande et que certai (...)

13Cependant, après l’hégémonie d’Arthur, ses successeurs ne pourront empêcher le retour du triomphe saxon. Le dragon blanc, qu’il appelle aussi le serpent germanique, va finir par triompher. Merlin détaille la période qui va suivre le règne d’Arthur et parvenir jusqu’au triomphe final des Saxons. Certaines clefs de ces prophéties se retrouvent clairement dans le corps même de l'Histoire des rois de Bretagne. Ainsi, « Le loup aquatique accompagné des forêts d’Afrique le glorifiera11 ». Or, le chapitre 184 de l’œuvre, raconte que sous le roi Keredic, les Saxons mettent les armées bretonnes en déroute avec l’aide des Africains qui étaient venus en Irlande. C’est ce que dit la prophétie. Le loup aquatique est Gormond, le roi des Africains. Geoffroy a donc pris garde, en général, de donner les clefs en phase avec le reste de son récit. Il donne aussi une réalité historique concrète à sa narration prophétique en faisant référence à saint Samson et à saint Patrick, deux personnages phares de l’histoire des Bretons. Samson est le « septième évêque d’York qui honorera l’Armorique de sa présence12 ». En effet, il quitta la Grande-Bretagne pour fonder l’évêché de Dol en Bretagne armoricaine13. La prophétie est claire aux yeux des contemporains de Geoffroy. Plusieurs commentaires anonymes l’identifient comme tel et affirment qu’il était accompagné de six autres évêques. Alain de Lille parle, lui, des six frères de Samson. Geoffroy de Monmouth a voulu évoquer toutes les grandes figures de l’histoire de la Bretagne. Après Samson, il en vient donc à parler d’un prédicateur d’Irlande qui n’est autre que saint Patrick, « le prédicateur d’Irlande frappé d’un mutisme à cause d’un enfant encore dans le ventre de sa mère14 ». Selon Geoffroy de Monmouth, au chapitre 179 de l’Histoire des rois de Bretagne, saint Patrick a prédit la naissance de saint David. Certaines vies de saint David parlent d’un prédicateur qui perdit la parole parce que la mère de saint David, enceinte, se trouvait dans l’Église. Geoffroy applique cette légende à saint Patrick15. La plupart des commentateurs anonymes ainsi qu’Alain de Lille y ont reconnu le saint.

  • 16 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (4), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)
  • 17 En effet, Cadwallo ravagea le royaume anglo-saxon de Northumbrie et tua son roi, Edwin, vers 633.

14Depuis les victoires d’Arthur, les Bretons ne parviennent pas à faire reculer les Saxons. Un dernier roi trouvera pourtant la force de conduire son peuple face aux barbares : « Celui qui accomplira tout ceci est l’homme d’airain16. » Là encore, la clef se trouve dans l'Histoire des rois de Bretagne, au chapitre 201. Il s’agit de Cadwallo, auquel une statue équestre fut érigée sur une des portes de Londres. Historiquement, Cadwallo régna au début du viie siècle sur le Gwynedd, un des royaumes au nord du pays de Galles. Ses succès militaires marquent un tournant dans l’histoire des Bretons17.

  • 18 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (5), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

15En effet, après Cadwallo débute l’exil des Bretons, et dès lors la prophétie de l’espoir breton prend tout son sens. Le dragon rouge se perd une fois de plus dans des luttes fratricides. L’exil devient la seule solution pour le peuple breton, et le saint roi, dernier roi breton, s’exile : « Le saint roi préparera un voyage maritime18. » C’est l’époque de l’exil des Bretons vers l’Armorique qui va prendre le nom de Petite-Bretagne. Merlin parle du triomphe final des Saxons à la suite de cet exil. Les commentateurs sont unanimes pour donner la clef de cette prédiction qui se trouve à la fin de l’Histoire des rois de Bretagne. Tous parlent du saint roi comme étant Cadwallader, fils de Cadwallo. L’un d’eux écrit :

  • 19 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédra (...)

Il s’agit de Cadwallader, le roi de Bretagne qui a fui la peste sur un navire jusqu’en Petite-bretagne19.

16En effet, sous son règne, les Bretons s’entre-déchirent et Dieu les punit par la famine et la peste. Le commentateur précise ensuite, en s’appuyant sur les derniers chapitres de l’Histoire des rois de Bretagne, que Cadwallader n’a pas pu revenir une fois l’épidémie éloignée car un ange le lui a défendu. Cet ange lui promit la restauration de la puissance bretonne, mais dans des temps incertains. Cadwallader part alors pour Rome où il vivra ses derniers jours. L’existence historique de Cadwallader est attestée dans la seconde moitié du viie siècle. Il est un héros chez les Gallois, et c’est lui, dernier roi des Bretons, qui, comme Arthur, est censé revenir pour restaurer la puissance bretonne. À la fin de l'Histoire des rois de Bretagne, Geoffroy de Monmouth nous explique que les Bretons qui restèrent en Grande-Bretagne sont les Gallois.

17Après que Merlin eut posé les bases du mythe de l’espoir breton en évoquant le règne du dernier roi des Bretons puis son départ pour Rome, il dépassa le cadre même de l'Histoire des rois de Bretagne pour déplorer l’oppression saxonne et décrire la venue de nouveaux envahisseurs venus du Nord : les Danois. Geoffroy de Monmouth se doit alors d’aborder l’époque de la conquête normande. L’espoir breton est le symbole du refus du pouvoir étranger, de la lutte pour l’indépendance qui se soldera par une grande victoire les temps venus. Or, Geoffroy veut plaire au pouvoir normand, alors que les Normands ne sont que de nouveaux étrangers aux yeux des peuples gaéliques et britonniques. L’audace de Geoffroy est d’avoir su faire des Normands les envoyés de Dieu venus châtier les Saxons. Ils incarnent les libérateurs des Bretons opprimés. il s’agit d’un premier pas vers la concrétisation de l’espoir breton, un premier renversement de tendance pour les Bretons miraculeusement sauvés des griffes des barbares Saxons. Le message était clair pour ses contemporains. Merlin dit, en parlant du peuple Saxon :

  • 20 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (9), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

Surviendra alors un peuple enveloppé de bois et de tuniques de fer qui punira sa fourberie. Ce peuple rendra aux anciens habitants leurs maisons et la chute des étrangers ne fera plus aucun doute20.

18Dans tous les commentaires qui abordent cette prophétie il est dit que le peuple en tuniques de fer fait référence aux Normands. Les tuniques de fer sont leurs cottes de mailles. Le bois est l’image de leurs bateaux. Pour Alain de Lille, le bois est plutôt l’image des boucliers des Normands. Ils rendent leurs maisons aux anciens habitants car ils font la conquête de l’Angleterre avec l’aide de contingents de Bretons d’Armorique. Ainsi, il devient possible, pour le pouvoir en place en Angleterre, de se poser en successeur légitime des rois bretons, avant de pouvoir prétendre en être l’héritier direct. Là se trouve la clef de la récupération de Merlin par les Plantagenêt.

19Geoffroy de Monmouth a su s’appuyer sur l’actualité politique de son temps pour s’assurer l’audience des prophéties. Pour qu’elles s’avèrent percutantes, les prophéties doivent se faire l’écho de toutes les intrigues de la cour, des grands événements qui marquent la vie de la famille royale comme des grandes décisions politiques qui touchent tous les sujets du roi. Merlin décrit donc les débuts politiques de ces sauveurs normands. Après Guillaume Ier, viendront deux dragons :

  • 21 Ibid., 113 (10), p. 75 et p. 161 pour l’édition traduite.

Viendront ensuite deux dragons, l’un périra du javelot de la haine, l’autre redeviendra l’ombre de son nom21.

  • 22 Curley, M. J., op. cit., p. 63-64.

20Il s’agit de Guillaume Rufus ou Guillaume le Roux, et de son frère Robert Courteheuse, fils de Guillaume le Conquérant. Guillaume II le Roux avait pris la succession de son père à la tête de l’Angleterre. Son frère Robert possédait la Normandie et Henri n’avait reçu qu’une somme d’argent. Guillaume II est blessé mortellement à la chasse et, selon Geoffroy de Monmouth, il ne s’agit pas d’un accident mais d’un meurtre. La mort de Guillaume était au centre de nombreuses discussions au xiie siècle. Elle fut souvent interprétée, non pas comme un meurtre, mais comme un exemple de justice divine. Guillaume, nous dit Alain de Lille, était très impopulaire. Geoffroy n’a sans doute pas inventé cette prophétie car, après la mort du roi, la rumeur d’une vengeance divine allait bon train22.

21Robert Courteheuse, lui, est mort en prison, après que son frère, le roi Henri Ier, s’est emparé de son duché du Normandie pour devenir roi d’Angleterre. La clef de cette prédiction est sans doute évidente aux yeux des érudits du temps de Geoffroy. Orderic Vital écrit :

  • 23 The ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, 196 (...)

« Suivront deux dragons » – c’est-à-dire des seigneurs licencieux et guerriers – « dont un sera tué par la flèche de la jalousie » – c’est-à-dire Guillaume Rufus par une flèche lors d’une partie de chasse – « l’autre » – c’est-à-dire le duc Robert – « mourra à l’ombre d’une prison, porteur des vains honneurs de son titre d’autrefois » – c’est-à-dire son titre de duc23.

22Alain de Lille fait la même interprétation, et cette dernière se retrouve dans tous les commentaires anonymes qui s’attachent à donner la clef de cette prophétie, clef qui ne fait aucun doute à l’époque où les rumeurs couraient sur les décès des frères du roi.

  • 24 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

23Mais ce sont les prophéties concernant le règne d’Henri Ier qui ont consacré le succès des prophéties de Merlin. Elles vont susciter l’admiration des érudits de l’époque. Merlin parle du règne d’Henri Ier dans sa totalité : son administration, sa famille, la fin de son règne et sa mort. Henri Ier est le lion de Justice. Il est reconnu comme tel par tous les commentateurs du xiie siècle. Le lion de Justice « fera trembler les tours de la Gaule et les dragons insulaires24 ». Il est en effet victorieux en Normandie où il a évincé son frère, Robert Courteheuse, et soumet les grands de son pays à son autorité. C’est ce que dit par exemple l’abbé Suger. Il écrit :

  • 25 Suger, Vita Ludovici regis VI in Patrologie Latine, éd. J.-P. Migne, vol. 186, col. 1282. Trad. M. (...)

Il fit ruiner presque toutes les tours et presque tout ce qu’il y avait de plus fort en fait de châteaux dans la Normandie, qui est une partie de la Gaule. […]. Les dragons insulaires tremblèrent, attendu que pas un des grands d’Angleterre n’eut la présomption ne fût-ce même que de murmurer tant que dura son administration25.

24Alain de Lille et Orderic Vital donnent la même clef que l’abbé Suger. Merlin poursuit ses prédictions sur le bon gouvernement du roi :

  • 26 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

Au temps du lion, on tirera l’or du lys et de l’ortie, l’argent coulera du sabot des bêtes mugissantes26.

25Les commentaires s’accordent pour y voir une référence aux impôts d’Henri Ier. Selon Suger, Henri voulait que tous le servent :

  • 27 Suger, op. cit., PL, op. cit., col. 1282. Traduction M. Bur, op. cit., p. 90

De son temps l’or était extrait de force du lys, entendez des religieux de bonne odeur, et aussi de l’ortie, entendez des séculiers à l’abord piquant. Travaillant au profit de tous, il exigeait que tous le servent27.

26D’après Alain de Lille, le seul auteur qui se permet de critiquer le roi, Henri Ier a voulu tirer profit de tous, des bons comme des mauvais, et donc du lys comme de l’ortie, des pécheurs et des malfaiteurs comme des religieux. Henri Ier aurait donc trop exploité ses sujets.

  • 28 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

27D’autres prophéties concernant l’administration du royaume sont habilement commentées par Suger ou par Alain de Lille. Puis Merlin indique, pour terminer les prophéties sur l’administration d’Henri Ier, que « la rapacité des oiseaux de proie disparaîtra et les loups verront leurs dents émoussées28 ». Le roi a rétabli l’ordre. C’est ce qu’entend Suger :

  • 29 Suger, op. cit., PL col. 1282. Trad. M. Bur, op. cit., p. 90.

La rapacité des milans périt et les dents des loups sont émoussées quand ni les nobles ni le commun n’ont la présomptueuse audace de piller ou de voler qui que ce soit29.

28Alain de Lille donne la même explication :

  • 30 Alain de Lille, op. cit., p 76. Trad. F. Bellamy, op. cit., p. 547.

Par milans et loups il faut entendre les larrons et les tyrans aux déprédations et rapines desquels le roi Henri mit fin30.

  • 31 Suger, op. cit., PL, col. 1281. Trad. M. Bur, op. cit., p. 88.

29Suger, pour résumer ce qu’il pense des prédictions de Merlin sur le règne d’Henri Ier écrit que « toutes ces paroles d’une si grande et si antique prophétie s’adaptent tellement bien à la vaillance de sa personne et à l’administration de son royaume qu’il n’y a pas un iota, pas un mot, qui ne puisse lui convenir31 ». Son avis était sans doute partagé par la plupart des lettrés de l’époque.

30Après avoir parlé de la façon dont le roi Henri Ier a dirigé son royaume, Merlin va évoquer des événements qui n’ont rien à voir avec l’administration du royaume :

  • 32 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (12), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

Les petits du lion seront transformés en poisson de mer32.

  • 33 Suger, op. cit., p. PL, col. 1282. Trad. M. Bur, p. 90.

31Il s’agit d’une référence au naufrage de la Blanche Nef. Cette prophétie, qui a marqué les contemporains de Geoffroy, a contribué à la renommée de Merlin. Les enfants du roi périrent lors de cet accident. William, son seul héritier mâle meurt, ainsi que Richard son demi-frère. suger voit dans cette prédiction la certitude de la sagesse du devin qui a évoqué le naufrage des fils du roi. Cela « prouve avec certitude la vérité de l’oracle : dévorés par les poissons de mer, ils changèrent ainsi de forme naturelle33 ». Alain de Lille l’explique longuement :

  • 34 Alain de Lille, op. cit., p. 79 (trad. C. Daniel).

Le prophète conserve la métaphore du lion, appelant les fils du roi Henri les petits du lion, comme il l’avait appelé lui-même le lion de la Justice. C’est pourquoi il dit que les petits du lion seront transformés en poissons de mer. Et en effet, il en fut ainsi, car cependant que le roi traversait de Normandie en Angleterre, tout à coup s’éleva une tempête et le navire qui portait ses fils fut submergé et ils servirent d’aliments aux poissons de mer, tandis que le père qui par la providence divine monta dans un autre navire, échappa à la mort34.

32L’évocation du naufrage de la Blanche Nef est suivie d’une allusion à Mathilde d’Angleterre, désignée comme l’aigle du Mont Aravius, fille du roi Henri Ier, qui épouse l’empereur germanique Henri V en 1114. Tous les commentateurs y voient sans hésiter Mathilde, mais le mont Aravius fait problème. Alain de Lille le situe en Italie :

  • 35 Ibid., p. 79.

Mathilde, mariée à l’empereur des Romains, est devenue elle-même impératrice d’Italie. En effet, par la montagne des Morias, il désigne l’Italie35.

  • 36 Ex Gaudefredi de Breuil, prioris Vosiensis Chronica, éd. o. Holder-Egger, MGH, SS, 26, Hanov (...)

33Geoffroy de Breuil, moine du xiie siècle vivant en Corrèze, parle, lui, dans sa chronique, du mont Aran, et dit qu’il s’agit de l’Alémanie donc de l’Allemagne36. En général, les commentateurs le situent soit en Allemagne soit en Italie, mais sans beaucoup de précisions. Ces deux prédictions, celle du naufrage et celle du mariage, sont associées par Geoffroy comme par ses commentateurs, car elles concernent la vie de famille du roi.

  • 37 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (12), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

34La dernière prédiction sur Henri Ier concerne sa mort. Henri meurt au château de Lyons-la-Forêt, près de Rouen, le 1er décembre 1135. Or, Merlin affirme que « L’île ruissellera de larmes nocturnes37. » Alain de Lille, entre autres, explique :

  • 38 Alain de Lille, op. cit., p. 86 (trad. C. Daniel).

On dit, au sujet de la mort du roi Henri, qu’elle fut l’objet de pleurs et de lamentations pour le peuple de toute l’île38.

35Cette idée est encore une fois partagée par tous les commentateurs de l’époque. Dans certains manuscrits de l’Histoire de rois de Bretagne on trouve la suite de cette prophétie qui parle de l’enterrement du roi. Il est encore impossible de savoir si Geoffroy l’a ajoutée lui-même ou s’il s’agit d’une interpolation. La prophétie dit :

  • 39 The Historia regum Britanniae of Geofrey of Monmouth with Contributions to the study of Its (...)

Malheur à toi, Normandie, car le cerveau du lion sera répandu sur toi, et une fois ses membres dispersés, il sera renvoyé loin de son sol natal39.

36Alain de Lille en donne la clef :

  • 40 Alain de Lille, op. cit., p. 86 (trad. C. Daniel).

Après sa mort en Normandie, on prit soin de son corps conformément à l’usage des rois. Ses entrailles furent déposées en un lieu sacré dans une église devant l’autel, et le reste de son corps fut transporté dans un bateau pour qu’il soit amené en Angleterre40.

37En effet, ses entrailles, son cerveau et ses yeux sont inhumés à Rouen, alors que son corps est déposé dans une tombe à Reading, en Angleterre à l’ouest de Londres. En inhumant le roi à plusieurs endroits, on multipliait les occasions de prier sur chacune de ses tombes. Plusieurs commentateurs anonymes, se copiant les uns les autres écrivent :

  • 41 Hammer, J., « A commentary on the Prophetiae Merlini of Geoffrey of Monmouth’s Historia regum Brita (...)

Malheur signifie la désolation à venir de la Normandie où Henri Ier est mort, et où sa cervelle, ses viscères et quelques autres membres épandus dans la terre sont cachés, mais le reste du corps fut salé, emmené en Angleterre et porté dans une sépulture à Reading41.

38Toutes les prédictions concernant Henri Ier ont été écrites par Geoffroy à la lumière du passé plus ou moins proche, sauf peut-être celle sur la mort du roi, puisque Henri est mort en 1135. À partir de cette funeste vaticination, Geoffroy de Monmouth n’a pas pu songer à des événements précis lorsqu’il a rédigé ses prédictions. Les clefs vont être données par les chroniqueurs, une fois l’événement survenu. Il était alors courant de penser que les prophéties de Merlin étaient si obscures qu’on ne pouvait les comprendre qu’une fois l’événement arrivé. Cette façon de concevoir les prophéties du devin se retrouve souvent dans les chroniques du xiie ou du xiiie siècle. Ainsi, les clefs des prophéties concernant le règne d’Henri II, écrites au fil de l’actualité politique, amenèrent à la constitution d’une tradition merlinienne et dépassèrent la pensée de Geoffroy.

39Les clefs des prophéties sur Henri II répondent à trois logiques : légitimer le pouvoir du roi, minimiser sa responsabilité dans les querelles familiales qui dominent pendant son règne, et glorifier ses conquêtes. Ces logiques resteront en place jusqu’à la fin du Moyen Âge, à ceci près que Merlin pourra aussi se faire le détracteur du pouvoir royal lorsque celui-ci ne répondra pas aux attentes de ses sujets. Les clefs des prophéties sont données par les chroniqueurs qui illustrent certains événements avec ces prédictions.

  • 42 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (13), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

40Après les prédictions sur Henri Ier, il était logique de retrouver celles concernant Étienne Ier et Henri II. À la mort d’Henri Ier, c’est Étienne, son neveu, qui a pris le pouvoir et non sa fille Mathilde, veuve de l’empereur et remariée avec Geoffroy d’Anjou. Henri Ier avait pourtant choisi sa fille. S’ensuit une guerre civile. Merlin prédit que « La faveur des nouveaux l’emportera42 », c’est-à-dire la nouvelle dynastie des Plantagenêt avec Henri II, fils de Mathilde et de Geoffroy Plantagenêt. Étienne, sans enfant, reconnaît Henri pour héritier. Henri II prend le pouvoir. Cette explication se retrouve chez de nombreux chroniqueurs aux xiie et xiiie siècles. Aubri de Trois-Fontaines, chroniqueur du xiiie siècle qui vit en Champagne, et qui a recopié mot à mot le commentaire d’Alain de Lille, l’explique ainsi :

  • 43 Aubri de Trois-Fontaines, Albrici monachi Trium Fontium Chronica, éd. P. Scheffer-Boichorst, MGH SS(...)

Il appelle les plus jeunes [les nouveaux] le comte Geoffroy et les fils qu’il a eus de Mathilde. (…). Henri, l’aîné de ses frères, après un traité de paix avec le roi Étienne, fut désigné par ce dernier pour lui succéder. Étienne était un homme plein de mansuétude et de piété, mais les impies abusant de sa piété ne cessèrent de le harceler jusqu’à ce qu’il devienne père en prenant pour fils le jeune Henri, c’est-à-dire en l’adoptant43.

41C’est de cette manière qu’est expliqué ce que Merlin formule ainsi :

  • 44 L. Matthey-Maille a préféré traduire « celui qui a hérité des impies souffrira de sa bonté jusqu’à (...)

Celui qui a hérité des impies souffrira de sa bonté jusqu’à ce qu’il devienne père44.

42Cette prédiction, qui n’a aucun sens à première vue, devient logique.

  • 45 Radulphus de Diceto, Ymagines historiarum, in Opera historica : The historical works of Master Ralp (...)
  • 46 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, éd. R. Howlett, in Chronicles of the reigns of Stephen, Henry (...)
  • 47 Matthieu Paris, Chronica majora, op. cit., I, p. 202.

43Cette idée de passation de pouvoir se retrouve dans le commentaire de Raoul de Diceto45, chroniqueur du xiie siècle, ou dans celui du poète Étienne de Rouen46. Plus tard, Matthieu Paris47, chroniqueur du xiiie, explique que Mathilde faisait courir le bruit qu’Étienne était le vrai père d’Henri. Quoi qu’il en soit, tous y voient l’arrivée d’Henri II au pouvoir, arrivée qui n’est donc pas présentée comme un coup de force. La prophétie de Merlin sert à justifier l’arrivée au pouvoir de la dynastie angevine. Geoffroy de Monmouth a sans doute interprété ainsi cette prédiction qu’il a écrite avant la guerre civile. Geoffroy est mort en 1155, donc peu après l’avènement d’Henri II. Par ailleurs, il était très préoccupé par la guerre civile qui l’exaspérait. Dans la Vie de Merlin, autre œuvre de Geoffroy de Monmouth écrite en 1148, c’est Ganieda, la sœur de Merlin, qui prophétise la guerre entre Mathilde et Étienne. Geoffroy de Monmouth avait donc sans doute pu trouver la clef de la prophétie qu’il écrit au départ sans idée précise, à moins qu’il n’ait pressenti la guerre civile dès 1135, année de la mort d’Henri Ier.

  • 48 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 114 (15), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

44Merlin rend également compte de ce qui a pu faire passer les Plantagenêt pour une lignée maudite : la révolte des fils contre leur père. Comment justifier une telle révolte si ce n’est par la fatalité ? Ni le roi ni ses enfants ne pouvaient l’éviter puisqu’elle était écrite. Ainsi Merlin parle des petits de l’animal rugissant qui massacreront tous ceux qui leur feront obstacle48. La clef de cette prédiction est donnée par de nombreux chroniqueurs, comme par exemple dans les Gestes d’Henri II attribuées à Benoît de Peterborough. Puis Roger de Howden reprend cette explication dans ses chroniques, de même que Walter de Coventry au xiiie siècle. Ils écrivent :

  • 49 Gesta regis Henrici secundi Benedicti abbatis, The chronicles of the reigns of Henri II and (...)

Merlin fit cette divination au sujet des fils du roi Henri, qui s’insurgeront contre leur père et seigneur et mèneront la guerre contre lui49.

45En effet, les fils d’Henri II se sont révoltés contre lui et se sont alliés au roi de France et au roi d’Écosse. Henri II parvient à les soumettre, mais quelque temps après, à la suite de la mort de son fils aîné, Henri le Jeune, ils se révoltent à nouveau contre lui ou se battent entre eux. Alain de Lille donne la même interprétation, ainsi que les commentateurs anonymes qui relèvent cette prophétie. La clef de ces prophéties minimise les responsabilités des Plantagenêt.

  • 50 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (14), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

46Merlin a donné plus de précisions sur les luttes intestines des Plantagenêt, avec une prophétie qui marque les esprits à l’époque et qui concerne la reine Aliénor d’Aquitaine. Elle est incarnée par « l’aigle du traité rompu », et « elle se réjouira dans sa troisième nichée50 ». Il s’agit de la reine Aliénor, dont le mariage avec Louis VII a été rompu pour cause de consanguinité, et qui se remarie avec Henri II en 1152. C’est la clef donnée par de nombreux chroniqueurs et par les commentateurs anonymes. Raoul de Diceto explique pourquoi Aliénor est l’aigle du traité rompu :

  • 51 Radulphus de Diceto, Ymagines Historiarum, op. cit., II, 67 (trad. C. Daniel).

Elle étendit ses ailes sur deux royaumes, tant des Français que des Anglais. Mais elle fut séparée des Français par un divorce à cause de la consanguinité, et séparée du trône [anglais] par la garde d’une prison. Ainsi l’aigle d’un traité brisé des deux côtés51.

47D’une manière générale, tous les commentateurs qui s’y intéressent désignent la reine Aliénor comme l’aigle du traité rompu, la reine de deux royaumes. Raoul de Diceto est l’un des plus précis, puisqu’il donne la clef de la dernière partie de la prédiction en expliquant pourquoi l’aigle se réjouira dans sa troisième nichée. Il écrit :

  • 52 Ibid., p. 67.

Le premier-né de la reine Aliénor mourut à l’âge puéril, le second mourut élevé roi. Henri le second fils de la reine s’étant porté de façon hostile contre son père, acquitta sa dette envers la nature. Le troisième fils, Richard, marqué comme la troisième nidification tendit à exalter le nom maternel en chaque chose52.

  • 53 Richard le Poitevin, Chronicon, in RHGF, Paris, 1877, Tome XII, p. 411-421, p. 419. Roger de Wendow (...)

48En effet, Aliénor qui était du côté des fils révoltés, avait été emprisonnée par son époux Henri II en 1173. C’est Richard, devenu roi en 1189, qui va délivrer sa mère. De plus, Richard Cœur de Lion est bien le troisième fils d’Henri et d’Aliénor. L’Aquitain Richard le Poitevin, mais aussi, au xiiie siècle, Roger de Wendower ou Matthieu Paris53 par exemple, donnent cette clef. Les querelles familiales sont présentées comme une fatalité. Diceto est favorable à la reine, mais la reine était critiquée par bien de ses contemporains, comme en témoignent, entre autres, Guillaume de Newburgh et Gervais de Cantorbéry. En effet, Henri II prenait la femme de son seigneur, Louis VII, ce qui pour certains était inadmissible. Merlin est là pour justifier toutes ces querelles de famille poussées à l’extrême. Aliénor était donc souvent accusée d’avoir soulevé les fils contre leur père. Elle a aussi ses défenseurs, grâce à Merlin.

49Il est certain que la clef de cette prophétie, comme celle concernant la révolte de ses fils, a profondément marqué Henri II. Martin Aurell rappelle que le roi connaissait bien cette prophétie sur l’aigle Aliénor. Il avait fait peindre dans son palais de Winchester un très grand aigle attaqué par ses aiglons. D’après Giraud de Cambrie, Henri II s’était fait représenter sous l’image de l’aigle attaqué par sa progéniture. Cela rappelle la prophétie de Merlin sur l’aigle Aliénor et sur les petits de l’animal rugissant. Henri II a voulu s’identifier à un aigle, et ce de façon logique, puisque son épouse était symbolisée par un aigle et donc ses fils par des aiglons.

  • 54 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (17), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)
  • 55 Giraud de Cambrie, Expugnatio Hibernica, éd. et trad. a. B. Scott et F. X. Martin, Dublin, Royal Ir (...)
  • 56 Certains y voient plutôt son fils, le futur roi Jean, qui participa à cette conquête.

50Enfin, si Merlin assoit la dynastie et rend légitimes ses querelles, il ne peut omettre de glorifier ses conquêtes. À ce titre, la dernière clef sur Henri II, livrée par les auteurs du xiie siècle, est très significative de la situation du roi face à Merlin. Henri est décrit comme le sixième roi, celui qui renversera les murailles de l’Irlande54. Il s’agit de la victoire d’Henri II contre les princes irlandais. Il parvient à conquérir une partie de l’Irlande. Giraud de Cambrie, dans la Conquête de l’Irlande55, relève cette prédiction et donne cette explication. Mais Giraud de Cambrie prétendait avoir son propre livre des prophéties de Merlin, différent de celui de Geoffroy. En aucun cas il ne dit faire le commentaire de l’œuvre de Geoffroy qu’il critique d’ailleurs ouvertement. Les commentateurs anonymes s’accordent en général pour voir Henri II dans ce grand conquérant de l’Irlande56. Ainsi, un scribe anonyme écrit :

  • 57 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédra (...)

Il s’agit d’Henri le second, roi des Anglais et Normands, le premier conquérant de l’Hibernie (Irlande), l’an de l’incarnation du seigneur, 117057.

  • 58 Giraud de Cambrie, op. cit., p. 104-106.

51Cette prophétie est importante car, à l’époque d’Henri II, les Gallois juraient la perte du roi anglais au nom d’une prophétie de Merlin jurant qu’un roi vainqueur de l’Irlande mourrait à son retour, en passant sur le rocher nommé Llechlavar58, la pierre qui parle, près de Saint-David. Ainsi, Giraud de Cambrie raconte qu’une galloise interpella Henri et lui annonça sa mort lorsqu’il passa à l’endroit fatidique. La prophétie du vainqueur de l’Irlande est donc très clairement réinterprétée pour contrer les augures des Gallois. Nous sommes au début de la récupération des images de Merlin et d’Arthur par le pouvoir anglais, et le fait que Merlin soit en faveur des rois d’Angleterre n’allait pas de soi, bien au contraire. Henri II, selon Giraud de Cambrie, aurait même traité Merlin de menteur face à l’arrogance de Gallois. Il n’en demeurait pas moins inquiet, puisqu’il demanda à Giraud la traduction de ces augures qui n’étaient pas identiques à ceux du Merlin de Geoffroy. Il est évident que le renforcement de la crédibilité des Plantagenêt et la légitimité de leur expansionnisme dépendent de leur capacité à récupérer les augures du devin en leur faveur, à l’heure même où les Gallois jurent leur perte, comme en témoignent les poèmes prophétiques attribués à Myrddin, mettant en scène les Normands et les Plantagenêt à plusieurs reprises.

52Reste enfin à réfléchir sur la clef de la prophétie qui a fait de Merlin le prophète des Bretons, que Geoffroy ne cite que plus loin dans son texte. En effet, il a évoqué l’espoir breton avec la mort du saint roi Cadwallader à Rome et l’exil des Bretons en Armorique. Mais il va plus loin, puisqu’il traduit la prédiction sur l’espoir breton en restant fidèle à la tradition celtique. Ainsi, il évoque le retour de Cynan et de Cadwallader :

  • 59 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 115 (20), p. 77 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., (...)

Cadwallader appellera Conan et contractera une alliance avec l’Albanie [Écosse].
Les étrangers seront massacrés59.

53Cette prophétie est présente dans le poème gallois La prophétie de la Bretagne, qui date du ixe siècle. Cynan et Cadwallader sont alors décrits comme deux ours qui délivreront les Bretons. Geoffroy, qui est probablement d’origine galloise ou bretonne, ne peut pas expliquer cela aux Normands, ni le retirer des prophéties, car c’est le sens profond de ces prédictions, c’est leur raison d’être originelle. Voilà pourquoi Geoffroy ne se risque pas à donner les clefs de ces prophéties et pourquoi Wace refuse de les traduire, à une époque où Henri II est en lutte contre les Gallois qui jurent sa perte au nom de cette prophétie. Cette restauration du pouvoir breton pose des problèmes aux commentateurs anglais qui l’évitent. La contradiction sera surmontée par Édouard Ier qui s’imposera, au moins en Angleterre, au pays de Galles et sur le continent, comme le prince réunificateur de l’île, nouvel Arthur, mais elle ne se résoudra incontestablement qu’au xve siècle, lorsque les rois anglais passeront pour des descendants des Bretons.

  • 60 Alain de Lille, op. cit., p. 101-102.

54Ce n’est donc pas le retour d’Arthur, mais celui de Cadwallader et de Conan, le Cynan des Gallois, qui délivrera les Bretons. Pour le peuple gallois, cette prédiction sonne la perte des dynasties étrangères et le retour de la puissance celte. Alain de Lille a compris le sens de cette prédiction. Il dit que si le retour d’Arthur est douteux, nul ne peut nier que Merlin a prédit le retour de la puissance des Bretons. Il cite, à l’appui de cette affirmation, la fameuse alliance de Conan et de Cadwallader60. C’est ainsi qu’au xiiie siècle, Gallois, Écossais et Irlandais chercheront à s’allier contre Édouard Ier, au nom de cette prophétie, alors que le roi d’Angleterre, fort de l’héritage de l’exégèse des prophéties de Merlin depuis le xiie siècle, se présente comme le bras armé de la finalité de cette prophétie : la réunion des peuples de l’île.

55Malgré cette prédiction, paradoxale pour les Anglais, c’est bien sous Henri II que les clefs des prophéties de Merlin commencent à servir la cause des rois d’Angleterre, après le succès des prophéties sur le lion de Justice. La récupération de Merlin est amorcée de manière irréversible, malgré la virulence des prédictions galloises contre le roi. La propagande des Plantagenêt sait retourner le sens des prédictions des Gallois en faveur d’Henri, comme en témoigne la révision de celle portant sur le conquérant de l’Irlande.

56Geoffroy n’a pas donné les clefs de ces prophéties et a ainsi laissé libre cours aux historiens et chroniqueurs de son temps et des temps postérieurs. Les prophéties de Merlin sont souvent comprises de la même manière au xiie siècle. Celles qui intéressent le plus concernent l’actualité politique du règne d’Henri Ier. Le lion de Justice a fait de l’Angleterre un royaume juste et prospère. Toutes les clefs données par les commentateurs vont dans ce sens. Les prophéties qui suivent ont être décryptées pour être appliquées à Henri II. Dès lors, chaque roi d’Angleterre se retrouvera dans les prophéties. Dès le xiie siècle, les auteurs qui citent les prophéties de Merlin se recopient et s’amorce alors une tradition exégétique. Cependant, l’interprétation des prophéties reste ouverte et il est admis qu’une prophétie peut être appliquée à plusieurs événements. Ainsi, les prophéties sur l’Aigle du traité rompu ou sur la révolte des fils d’Henri II ont aussi été appliquées à la lutte entre Thomas Becket, l’archevêque de Cantorbéry, et Henri II, par Jean de Salisbury ou Herbert de Bosham, le biographe de Becket. Il existe, malgré tout, une tradition exégétique à la fin du xiie siècle, qui vise à légitimer le pouvoir royal, à minimiser ses fautes et ses responsabilités.

57Plus tard, le roi Jean, Henri III, Édouard Ier, Édouard II, Édouard III et Richard II suivront le cours des prophéties de Geoffroy de Monmouth. De même Édouard IV et Henri VII, puis Henri VIII s’y retrouveront. Henri II fut le premier à bénéficier des prophéties de Merlin, après avoir été la cible du Merlin des Gallois. La place des clefs des prophéties de Merlin est incontestable dans la propagande des rois d’Angleterre depuis les temps d’Henri Ier, même si Merlin a parfois joué contre eux, notamment dans le cas du roi Jean ou celui d’Édouard II, lorsque Merlin explique pourquoi ils sont des mauvais rois. Le public de lettrés avait connaissance de ces prophéties, mais il faut aussi tenir compte de leur impact sur le peuple, par l’intermédiaire de la rumeur prophétique dont on connaît très mal l’ampleur. Les érudits ne furent pas les seuls à donner les clefs des prédictions de Merlin, qui sont à l’origine des prophéties orales populaires issues de la tradition celtique. Ainsi, le peuple gallois a interprété les dires de Merlin pour y voir la mort d’Henri II, puis les Écossais déchiffreront le décès d’Édouard Ier dans les paroles de Merlin.

58Les érudits, la plupart du temps pour soutenir le pouvoir anglais, mais aussi les peuples gallois puis écossais, soucieux de leur indépendance, ont voulu chacun donner les clefs des prophéties de Merlin. Ces clefs surent convaincre habilement de la justesse des prédictions du devin. Leur succès va s’étendre à l’Italie, à la France et aux royaumes d’Espagne, et elles vont s’occuper de théologie avec le Grand schisme. Il sera alors question de prophéties nouvelles, adaptées très librement de Geoffroy de Monmouth, ou issues de la compilation dudit Maistre Richard d’Irlande au xiiie siècle. Notons que beaucoup d’autres prophéties de Merlin sont d’origines encore inconnues. Quoi qu’il en soit, le succès des prophéties a débuté avec les commentateurs du xiie siècle qui se sont appliqués à montrer leur véracité, en livrant les clefs et en donnant vie à une tradition prophétique merlinienne.

Notes

1 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédrale d’Exeter », in Hommages à J. Bidez et F Cumont, Revue d’Etudes Latines, Latomus, II, Bruxelles, 1949, p. 111-119. Hammer, J., « A commentary on the Prophetiae Merlini of Geoffrey of Monmouth’s Historia regum Britanniae, Book VII », in Speculum 10 (1935), p. 3-30. « Continuation », Speculum 15 (1940), p. 409-431. Hammer, J., « Another commentary on the Prophetia Merlini », in Quaterly bulletin of the polish Institute of Arts and Science in America, tome I, 1943, p. 589-601. Hammer, J., « An unedited commentary on the Prophetiae Merlini in Dublin trinity College ms 496 E. 6.2, Geoffrey of Monmouth Historia regum Britanniae, Book VII », in Charisteria Thaddaeo Sinko quinquaginta abhinc annos amplissimis inphilosophia honoribus ornato ab amicis collegis discipulis oblata, Varsovie, 1951, p. 81-89.

2 Zumthor, P., Merlin le Prophète : un thème de la littérature polémique de l'historiographie et des romans, Genève, Slatkine reprint, 1973, rééd. 2000, p. 85.

3 Armes Prydein, The prophecy of Britain from the book of Taliesin, éd. I. Williams, trad. R. Bromwich, Dublin, The Dublin Institute for advanced studies, 1972 (Medieval and Modern Welsh Series).

4 Dans ce récit, Merlin est nommé Ambrosius. Historia Brittonum, éd. du Pontig, Sautron, 1999, chap. 40-42.

5 Geoffroy de Monmouth, Histoire des Rois de Bretagne, trad. L. Mathey-Maille, Paris, Les Belles Lettres, 1992, (La Roue à Livres), § 112 (1). L’édition latine la plus récente est The Historia regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth, I, Bern, Burgerbibliothek, MS 568, éd. N. Wright, Cambridge, D.S. Brewer, 1984 (p. 74 pour la citation).

6 Edel, D., « Geoffroy’s animal symbolic and insular celtic tradition », Studia Celtica, 28-29 (1983-1984), p. 96-109. Curley, M. J., Geoffrey of Monmouth, New York, Twayne Publishers, 1994.

7 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (2), 74 p et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 159.

8 Ibid., 112 (2)

9 Alain de Lille, Prophetia anglicana Merlini Ambrosii Britanni, Frankfort, 1603, p. 17. Trad. F. Bellamy, La forêt de Brocéliande, 2 vol. Rennes, La Découvrance, 1995, (Fac-sim. de l’éd. de Rennes : J. Plihon & L. Hervé, 1896) I, p. 547.

10 Alain de Lille, op. cit., p 17.

11 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (3), p. 74 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 159.

12 Ibid, p. 74 et 159.

13 Geoffroy de Monmouth en a fait l’archevêque d’York (chap. 130) et explique qu’il a été chassé d’York par les païens (chap. 151) et est devenu l’archevêque de Dol (157). L’existence historique de Samson fondateur du monastère de Dol est attestée dans la première moitié du vie siècle. Saint Samson est né au sud du pays de Galles mais rien ne permet de dire qu’il était l’archevêque d’York. Cependant l’historien américain J.S.P Tatlock, a montré qu’il existait un culte de saint Samson à York au moins dès le viiie siècle, et que ce Samson était traditionnellement associé à Samson de Dol. Geoffroy n’a donc probablement pas inventé l’association de Samson avec le diocèse d’York. Curley, M. J., op. cit., p. 56.

14 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (3), p. 74 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 159.

15 Certains commentateurs anonymes y voient saint Gildas qui partit lui aussi en Irlande et que certaines vies de saint David présentent comme le prêcheur, celui qui perdit la parole.

16 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (4), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 160.

17 En effet, Cadwallo ravagea le royaume anglo-saxon de Northumbrie et tua son roi, Edwin, vers 633.

18 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 112 (5), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 160.

19 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédrale d’Exeter », art. cit., p. 114 (trad. C. Daniel).

20 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (9), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

21 Ibid., 113 (10), p. 75 et p. 161 pour l’édition traduite.

22 Curley, M. J., op. cit., p. 63-64.

23 The ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. M. Chibnall, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, VI, p. 386 (trad. C. Daniel).

24 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

25 Suger, Vita Ludovici regis VI in Patrologie Latine, éd. J.-P. Migne, vol. 186, col. 1282. Trad. M. Bur, Suger, La vie de Louis VI, Paris, éd. Imprimerie Nationale 1994 (Acteurs de l’Histoire) p. 89.

26 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

27 Suger, op. cit., PL, op. cit., col. 1282. Traduction M. Bur, op. cit., p. 90

28 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (11), p. 75 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

29 Suger, op. cit., PL col. 1282. Trad. M. Bur, op. cit., p. 90.

30 Alain de Lille, op. cit., p 76. Trad. F. Bellamy, op. cit., p. 547.

31 Suger, op. cit., PL, col. 1281. Trad. M. Bur, op. cit., p. 88.

32 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (12), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

33 Suger, op. cit., p. PL, col. 1282. Trad. M. Bur, p. 90.

34 Alain de Lille, op. cit., p. 79 (trad. C. Daniel).

35 Ibid., p. 79.

36 Ex Gaudefredi de Breuil, prioris Vosiensis Chronica, éd. o. Holder-Egger, MGH, SS, 26, Hanovre, 1882, p. 198-203, § 43, p. 201 (trad. C. Daniel).

37 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (12), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

38 Alain de Lille, op. cit., p. 86 (trad. C. Daniel).

39 The Historia regum Britanniae of Geofrey of Monmouth with Contributions to the study of Its Place in Early British History, together with a Literal Translation of the Welsh Manuscripts N° LXI of Jesus College, Oxford, éd. A. Griscom et R. E. Jones, Londres, Longmans, Green, 1929, p. 387.

40 Alain de Lille, op. cit., p. 86 (trad. C. Daniel).

41 Hammer, J., « A commentary on the Prophetiae Merlini of Geoffrey of Monmouth’s Historia regum Britanniae, Book VII », art. cit., p. 17 (trad. C. Daniel).

42 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (13), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

43 Aubri de Trois-Fontaines, Albrici monachi Trium Fontium Chronica, éd. P. Scheffer-Boichorst, MGH SS 23, Hanovre, 1874, p. 631-950, p. 833. Alain de Lille, op. cit., p. 83 (trad. C. Daniel).

44 L. Matthey-Maille a préféré traduire « celui qui a hérité des impies souffrira de sa bonté jusqu’à ce qu’il se revête de son père. », op. cit., 114 (13) p. 163.

45 Radulphus de Diceto, Ymagines historiarum, in Opera historica : The historical works of Master Ralph de Diceto, dean of London, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, 1876, (RS 68), rééd. 1985, I, p. 296. Voir aussi pour cette prophétie, Matthieu Paris, Historia Anglorum, éd. F. Madden, Londres, 1866, (RS 44), I, p. 296 et Chronica majora éd. H. R. Luard, 7 vol., Londres, 1872-83, (RS 57), II, p. 191.

46 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, éd. R. Howlett, in Chronicles of the reigns of Stephen, Henry II, and Richard I., éd. R. Howlett, 4 vol., [Wiesbaden] Kraus reprint, 1964, (RS 82) vol. IV, p. 605, vers 359-360.

47 Matthieu Paris, Chronica majora, op. cit., I, p. 202.

48 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 114 (15), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 162.

49 Gesta regis Henrici secundi Benedicti abbatis, The chronicles of the reigns of Henri II and Richard I, Ad. 1169-1192, known commonly under the name of Benedict of Peterborough, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, 1867, (RS 49), I, p. 42-43 (ad 1173). Roger de Howden, Chronica magistri Rogeri de Houedene, éd. W. Stubbs, 4 vol., Londres, Longman, 1868-1869, (RS 51), II, p. 47. Memoriale fratris Walteri de Coventria in The historical collections of Walter of Coventry, ed. from the ms. In the library of Corpus Cristi college, Cambridge, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, 1872-1873, (rs 58), I, p. 213, année 1173 (trad. C. Daniel).

50 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (14), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 162.

51 Radulphus de Diceto, Ymagines Historiarum, op. cit., II, 67 (trad. C. Daniel).

52 Ibid., p. 67.

53 Richard le Poitevin, Chronicon, in RHGF, Paris, 1877, Tome XII, p. 411-421, p. 419. Roger de Wendower, Flores Historiarum, éd. H. G. Hewlett, 3 vol., Londres, Longman, 1886-1889, (RS 84), I., 162. Matthieu Paris, Chronica Majora, op. cit ; II, 347.

54 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 113 (17), p. 76 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 161.

55 Giraud de Cambrie, Expugnatio Hibernica, éd. et trad. a. B. Scott et F. X. Martin, Dublin, Royal Irish Academy, 1978, p. 96.

56 Certains y voient plutôt son fils, le futur roi Jean, qui participa à cette conquête.

57 Hammer, J., « Bref commentaire de la Prophetia Merlini du ms 3514 de la bibliothèque de la Cathédrale d’Exeter », art. cit., p. 116 (trad. C. Daniel).

58 Giraud de Cambrie, op. cit., p. 104-106.

59 Geoffroy de Monmouth, éd. N. Wright, op. cit., 115 (20), p. 77 et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., p. 163.

60 Alain de Lille, op. cit., p. 101-102.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540