Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section V. En quête des senefiances : quelles clefs interprétatives ?

Section V. En quête des senefiances : quelles clefs interprétatives ?

Texte intégral

En quête des senefiances : quelles clefs interprétatives ?

1Cette dernière section regroupe des approches qui envisagent d’emblée la clef non comme objet mais comme métaphore d’un processus interprétatif : sont proposées des analyses des traditions interprétatives, exégèse biblique pour Jean-Louis Benoît ou exégèse prophétique pour Catherine Daniel ou des clefs d’interprétation comme Liliane Dulac pour Christine de Pizan.

2J.-L. Benoît, tout en rappelant que le Christ est d’une certaine façon l’archétype de la clef donnant accès au royaume des cieux, trace l’histoire de la tradition exégétique et s’appuie sur saint Thomas d’Aquin pour présenter les strates interprétatives du sens historique ou spirituel, le second comprenant les sens allégorique (typologique), moral et anagogique. L’exégèse, qui doit être inspirée, procède par rapprochements textuels : elle se veut recherche active d’un sens, fruit de la collaboration d’un auteur et d’un lecteur inspirés. Par les traductions et adaptations en langue vulgaire, la Bible pénètre l’univers des laïcs et se fait modèle d’écriture et de lecture pour la littérature, dans la prétention à un sens second ou par le modèle de la parabole et de la glose.

3C. Daniel étudie une autre tradition exégétique, s’exerçant cette fois sur un texte profane, celle des gloses anonymes ou non, développées sur les Prophéties de Merlin de Geoffroy de Monmouth, pour montrer comment s’est dégagé un sens idéologique, historique et politique, parfois au prix de renversements interprétatifs. Si elles entretiennent le mythe de l’espoir breton, elles deviennent un vecteur de propagande normande sous le règne de Henri II pour légitimer un pouvoir ou glorifier des conquêtes. Derrière chaque élément (périphrase animale ou autre) sont lues les références à divers personnages ou événements marquants (l’homme d’airain=Cadwallo, le sanglier de Cornouailles=Arthur, etc.). Les exégètes médiévaux fournissent donc des clefs référentielles pour lire les événements historiques de différents règnes, avec une polysémie possible, et souvent selon des motivations ou manipulations politiques.

4L. Dulac envisage l’histoire comme objet d’interprétation à la fois par Christine et par le critique pour l’œuvre de Christine de Pizan. Si Fortune peut apparaître comme clef unique du sens de l’histoire dans le Livre de Mutation de Fortune, par les renversements et le motif de l’orgueil des puissants, une histoire orientée vers l’avenir se met aussi en place, dans laquelle l’histoire est une clef de lecture du présent et du futur.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540