Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section IV. Les clefs des codes

Intermède 4

Texte intégral

Les clefs des songes

1À la fin du Moyen Âge, les clefs des songes appartiennent souvent à des recueils médicaux mais s’inscrivent dans une tradition ancienne : l’Égypte développe les premières clefs des songes (2000 avant J.-C.), qui seront transmises aux Arabes et aux Byzantins, mais aussi hellénisées puis romanisées. Les clefs des songes mésopotamiennes sont transmises à la tradition judaïque. Artémidore, oniro-mancien grec, lui-même héritier de traditions anciennes et populaires méditerranéennes et moyen-orientales, est la principale source des clefs des songes médiévales avec un catalogue de près de 3 000 songes. Il est traduit en arabe vers 873, puis dans des versions latines et françaises aux xiie et xiiie siècles.

2Les clefs des songes offrent des classifications des rêves, mises en place notamment par les arabes, qui s’appuient sur des oppositions entre masculin et féminin, droite et gauche, haut et bas, humain, animal, végétal et une organisation thématique et métonymique, comme dans l’extrait ci-dessous pour les parties du corps : barbe, bras, tête, dents, etc. Si les clefs soulignent la polysémie du sens des rêves selon le statut social du songeur ou encore selon la saison et l’heure de la nuit, elles tendent à proposer une codification figée dont témoigne le moule syntaxique des tables des matières : « A signifie B », parfois « A est B ». Ce procédé de présentation s’apparente à celui de la moralisation et de l’allégorie, qui met en relation deux isotopes hétérogènes : à chaque cas, est assignée une signification, la métaphore de la clef dans le titre valant pour le décodage proposé.

Des peulz de barbe et des esselles et des cuisses
Les peulz sont de la barbe l’aornement ; la bouche est ainsy comme le bon pere de la famille par lequel sont gouvernez ceulz qui sont en sa maison ; et les dens sont la famille.
Cil qui voit en songe qu’il aorne les peulz de sa barbe, ou tonde, ou roingne, ou puigne, signifie qu’il ordenera l’entree de sa maison et par dedenz, par tele maniere qu’il appere plus riche aus autres personnes.
Cil qui voit que les peulz de sa barbe soient ostez, signifie qu’il apovrira et sera maleureux.
Cil qui voit que les peulz de ses esselles soient multipliés et eslongiez, signifie que ses filles seront riches et, s’il n’a filles, aus jovencelles plus pres de son sanc seront richesses en prosperité. Et s’il voit qu’iceulz peulz n’ont point de croissance ou qu’ilz sont ostez, le contraire si sera a lui et a sa prouchanie.
Se cil est roy qui voit yceuls peulz sont eslonguiez et entassez, signifie qu’il ara multiplicacions de batailles, et tribulacions souffrera de ses adversaires.
Et s’il voit que yceulz peulz lui soient cheus, signifie qu’il ara victoire de ses ennemis.
Et se femme voit que yceulz peulz li soient multipliez, elle sera empressee de angoisse et son mari sera pugni. Et s’ele voit qu’ilz soient cheuz, elle trouvera joie de noces ; et s’elle est vierge, elle sera mariee en sa virginité.
De tant qu’on voit en songe que les peulz d’enfance se multiplient, se cil qui ce voit est des grans seigneurs, son propre peuple multipliera ; et s’il est plebeien, il trouvera richesses et possessions.
Expocicions et significations des songes et Les songes de Daniel, éd. F Berriot, Droz, Genève, 1989, p. 85.

Clef d’argent, clef de l’énigme

3La Clef d’amour annonce dès son prologue une énigme proposée au lecteur : trouver les noms de l’amie et de l’auteur. La clef d’argent métaphorise l’énigme mais fournit aussi son matériau, avec les lettres qui composent ce groupe nominal.

Et aussi comme elle est tres bele
A tres biau non la demoisele.
Maintes foiz en sui confortez.
Onques si propre non portez
Ne fu par angres ne par gent,
Quer il defferme a clef d’argent.
Et qui bien torner la saroit,
Son non et son sornon aroit.
Et aussi porroit il de voir
Mon non et sornon recevoir,
Se la clef estoit bien tornee
D’aucune sotille pensee ;
Quer un des nons ja ne feroit
Qui l’autre non entier leroit,
Ne des sornons en la maniere,
Tant est prochaine la matiere,
Si comme en la fin le verrez,
Se vous n’estes trop enverrez.
La Clef d’amors, éd. H. Suchier, Halle, Niemeyer, 1890 (v. 31-48).
Clef d’argent vous peut, a voir dire,
Mon non et mon sornon descrire,
Et aussi de ma dame chiere ;
Si vous dirai en quel maniere.
De. ij. letres une ferés,
De l’autre une branche osterés,
L’autre a conpas roognerez,
La penultieme enverserez.
Par ces. iiij. et par les premieres
Arés. xv. letres entieres.
De ces. xv.. v. seront prises
Dont les. ij. seront. ii. foiz mises ;
Lors deffermerez sanz dangier
Mon non sans muër ne changier.
.ij. des. v. mises simplement
font mon sornon entierement
ovec. iiij. des demorees
des queles. ij. seront doublees.
La segonde en la tierce letre
De mon droit non, qui les soit metre
O. iiij. des. vi. remanentes
Et o une des sornommantes,
Forment le droit non de m’amie
Sanz doubler letre ne demie.
Par les. ij. letres qui demorent,
Que. iij. de mon sornon secorent,
Des queles. iij. une est doublee,
Sera m’amie sornomee,
Se. iij. foiz en ajoustés une
A son non et au mien commune.
Et se le temps voulez apprendre
Qu’Amors me fist a soi entendre,
De legier savoir le porrez
En la guise que vous orrez.
Se par. xiii. foiz se regarde
De la clef d’argent une garde
Envers une leitre maenne
Et ovecques soy l’enchaenne,
Et puis quant a lié sera herse
La mete. iiij. foiz enverse,
Cest gieu et cest tornoiement
Vous enseignera clerement,
Sans faillir, le temps et l’anee
Que la clef d’amors fu trovee.
(v. 3383-3426)

« table figurée » et lecture à clefs

4Philippe de Mézières, dans le Songe du vieil Pèlerin (éd. G.W. Coopland, Liverpool, Liverpool University Press, 1975), propose une « table figurée » qui livre au lecteur les référents cachés sous les désignations emblématiques, autrement dit des clefs pour la lecture de l’œuvre :

Le pasteur cornu, jadiz appelle Barroys, est prins en figure des siens et appellé Urbain VI, vycaire de Jhesucrist.
Le vieil sanglier noyr, duc des leopars, est prins en figure pour le duc de Lencastre.
Le cerf volant couronne, le blanc faucon pelerin au bec et piez dorez, le grant maistre du grant parc, jardinier du grant jardin des blanches fleurs dorees, le grant maistre des eauues et des forestz de France, et le grant marchant du grant change, et finablement le jeune Moyse couronne, tous sont prins en figure pour le jeune roy du royaume de France, Charles VI de son nom appellé.
(p. 106-110)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540