Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section IV. Les clefs des codes

Section IV. Les clefs des codes

Texte intégral

Les clefs des codes

1La mobilisation des clefs dans un contexte herméneutique de déchiffrement est approfondie dans cette section, où les clefs sont prises comme métaphore du travail de décodage d’un texte ou comme emblème d’un code musical également à décoder.

2Ainsi, Élisabeth Gaucher étudie l’esthétique allégorique à l’œuvre dans le Parement et Triomphe des dames en montrant comment se superposent plusieurs clefs de lecture possibles de la métaphore centrale du parement de la dame ou de la rhétorique, selon que l’on aborde l’allégorie statique (qui vise à présenter la beauté de la dame) ou dynamique (qui vise à promouvoir le souvenir des vertus). Si la mythologie et les exempla sont une sorte de trousseau de clefs à fonction mnémotechnique, le sens reste ambigu : derrière l’apparente glorification de la dame, l’allégorie transforme la dame vivante en statue offerte au culte de l’image et met à mort la dame par l’exégèse en prose qui consacre moins son triomphe que sa décrépitude. Cette polysémie montre que les clefs du sens sont perdues, arbitraires, ou équivoques. On retrouve l’association des clefs et du coffre, au sens où l’écriture interprétative, la glose, est une clef vers le sens mais aussi un coffre où enfermer la dame.

3Hélène Tétrel envisage un autre code apparenté à l’allégorie, celui des prophéties dans l’adaptation norroise des prophéties de Merlin. Les codes métrique et métaphorique des poésies eddique et scaldique offrent un double encodage (« La clé des mètres » est d’ailleurs le titre d’un manuel de poésie eddique) qui nécessite un lecteur averti de la clef des codes, dans une pratique à la fois élitiste et ludique de la poésie. Le jeu poétique, qui consiste à retrouver les références derrière la combinatoire des images conventionnelles semble l’emporter sur la quête d’un sens historique. Mais l’adaptateur offre aussi une clef de lecture chrétienne des prophéties en proposant une glose finale.

4Carola Hertel de son côté, élucide l’usage du mot « clef » comme terme musical à partir du xie siècle, comme métaphore pour désigner une notation musicale qui s’appuie sur des lignes et interlignes permettant de transcrire des intervalles. La clef est alors nécessaire pour décoder la musique et ouvrir son accès. Le terme de clef revêt essentiellement le sens d’une lettre codant une note (les sept notes sont codées par les sept premières lettres de l’alphabet) ou de lettre placée au début de la portée pour repérer principalement les trois clefs de fa, ut et sol. Un travail de stylisation de ces lettres a fait varier leur forme. Des exemples d’œuvres musicales codées ou de disposition labyrinthique de la notation musicale mettent en place un jeu autour d’une énigme musicale, lancée comme un défi à la sagacité des spécialistes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540