Version classiqueVersion mobile

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

Intermède 3

Texte intégral

Des clefs et des fées

1La fée nourrice entre dans le château où vient de naître le jeune Brun. Dans Brun de la Montagne, roman en laisses tardif (xvie siècle), le passage entre le monde des fées et celui des hommes est souvent laborieux. Les réticences et l’incrédulité des personnages face à la merveille vont de pair avec la clôture, inefficace, du château, qui, finalement, devra accueillir la fée.

Si tost que li varlés est venus a la porte
Qui fu toute de chaisne et de fer grande et forte,
Il i bouta la clef ou puis si l’en a torte,
Et quant l’uis ot ouvert, la clef sus en reporte ;
Et la dame entra ens qui moult bel se deporte,
Sur son cheval amblant qui moult souef la porte.
(Brun de la Montagne, éd. P Meyer, Paris, Firmin Didot, 1875, v. 1888-1893)

Des clefs, des prêtres, et des écrivains

2Dans le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville, le pèlerin voit Moïse investir des personnages dans leur fonction de prêtres par le double don d’un glaive et d’un trousseau de clefs, emblème de leur fonction médiatrice. Le glaive représente le jugement et le discernement attendu des ministres du culte, tandis que les clefs soulignent leur pouvoir de maîtrise des frontières entre ici-bas et au- delà. Le glaive, par l’écho à celui de Chérubin, permet comme les clefs d’interdire un accès, que les clefs ont aussi la faculté d’ouvrir. Mais le pèlerin, désireux de recevoir ces dons, se voit frustré par la remise de ces objets sous une forme enveloppée, associée à une interdiction de s’en servir. Si Raison l’explique par un « predicament ad aliquid », selon lequel le pèlerin, dépourvu de sujets, n’est pas en mesure de s’en servir, comment comprendre cet épisode ? Est-ce un regret de Guillaume, qui n’a pas été ou pas pu être prêtre ? Ce paradigme du couvert/descouvert, est-il à rattacher aux métaphores habituelles du sens enveloppé pour l’esthétique allégorique ? Cela suggérerait alors une analogie entre le prêtre, passeur entre deux mondes pour un fidèle soumis à l’épreuve de la confession et de la pénitence, et l’écrivain d’allégorie, passeur d’un sens littéral vers un sens figuré pour un lecteur mis à l’épreuve de l’interprétation. L’écrivain serait aussi, par son œuvre didactique, potentiel agent et médiateur du salut.

(Raison parle.)
Or vous dirai, se ne saves,
Pour quoy ce glaive vous aves :
Portiers estes, ce m’est avis
Du roiaume de paradis,
Les clefs avez sans point mentir
Pour clorre l’uis et pour ouvrir ;
Sans vous n’i puet nulli passer,
Le pas gardes dë ens entrer,
A vous convient monstrer c’on porte,
Avant que on passe la porte.
Toutes manieres de troussiaus,
Petis et grans fais et faissiaus
Devant vous convient destrousser,
Tout desploier et tout montrer ;
N’y a chose si bien close
Qui ne doie estre desclouse
Par vraie revelation
D’enterine confession(...)
Et lors quant tout arez vëu,
Tout regardé et connëu,
Quant des meffais arez jugié
Et paines en arez chargié,
Enjoint(es) dignes penitances
Et vous verrez (les) repentances,
Lors pouez vous l’uis deffermer
Et vos penans faire ens entrer.
C’est la signification
Du glaive et demonstration,
Des clefs aussi l’enseignement,
La doctrine et l’apensement.
Or gardez bien quë en usés
Discretement si com devez. »
Quant ot ainsi Raison parlé
Et j’o tout veu et esouté,
Talent me vint et desir grant
D’avoir ce glaive flamboiant
Avec les cles pour estre huissier
Du dit passagë et portier.
(Éd. J.-J. Stürzinger, Londres, Roxbughe Club, 1893, v. 1217-1234 ; 1247-1266)

Moyses, quant m’ot escouté,
Le biau glaive a engaïné,
Les clefs liees bien forment
Et tout seelé bien sagement,
Puis m’a l’un et l’autre baillé
Benignement et ottroié,
En (moi) disant bien que gardasse
Que les clefs ne desliasse
Et que le glaive ne meusse
Devant que congié en eusse.
Quant m’ot ce dit, esbahi fu
Pour ce que n’avoye vëu
Nul a qui il eust ainsi fait
Ne de parole ne de fait.
Mont me pensai que (je) feroye
Ou que faire je pourraie
De ce glaivë engaïné, seelé et envolopé,
Des clefs aussi que selees
Baillé m’avoit et (bien) liees.
Bien cuidai que deceü
M’ëust du tout, quant aperceu
Grace de Dieu qui m’amena
Raison qui ainsi a moy parla :
« Biaus amis, dist Raison la sage,
Que penses (tu) en ton courage ?
Ou apreis tu a l’escole ?
Or entent bien ceste lecon
Tu qui es en subjection !
Regarde bien que subjet es
A autrui et n’as nus subjes.
Sur toy a juridiction,
Poste et domination
Ton souverain qui quë il soit,
Mais une chose te decoit,
Que subjez n’as aussi com li,
Quar par ce la as tu failli
Au biau glaive avoir desnué,
Descouvert et desgaïné,
Aus clefs aussi desseelees
Avoir et desvolepees.
Du glaive nu (tu) que feroies
Et des clefs, se les avoies
Descouvertes ? Rien je n’i voi
Quë folië et desroi ; »
(v. 1280-1364.)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search