Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

Clefs du savoir et du livre allégorique dans l'Advision Cristine : le modèle de la révélation

Fabienne Pomel

Texte intégral

  • 1 Éd. Liliane Dulac et Christine Reno, Champion. Une traduction d’Anne Paupert est sous presse dans L (...)
  • 2 Elle écrit ce texte après le Livre du Chemin de longue étude, Le Livre de Mutation de Fortune, Le L (...)
  • 3 Elle a rassemblé pour Isabelle de Bavière les pièces du dossier et rendu le débat public. Voir E. H (...)
  • 4 XXII, 40, p. 89.
  • 5 3e partie, I-II, p. 91-95. Lorsqu’il s’agira de ce passage, je n’indiquerai que I ou II et la ligne (...)

1Le Livre de l’Advision Cristine1, conservé dans trois manuscrits, est écrit en 1405, période où Christine de Pizan a déjà acquis une renommée par ses écrits2 et par son rôle dans la querelle du Roman de la Rose où elle s’est investie aux côtés de Jean Gerson pour dénoncer les propos jugés obscènes et le peu de profit du livre contre les défenseurs du roman comme Jean de Montreuil ou les frères Col, membres de la chancellerie royale3. L’Advision Cristine couronne donc des années fécondes. Articulé en trois livres, le récit s’inscrit dans le cadre d’un songe : Christine quitte son corps et arrive près d’une figure fantastique nommée Chaos, aux côtés de laquelle s’active Dame Nature, sorte de cuisinière cosmique. Nature fabrique pour elle un nouveau corps féminin, et celle-ci, engloutie dans le ventre de Chaos finit par arriver, enfant, en France, au pays de Libera. Cette dernière, une dame couronnée, raconte sous forme allégorique l’histoire des rois de France, puis se lamente sur sa situation actuelle et les luttes intestines qui épuisent le royaume. Raison, Chevalerie et Justice sont emprisonnées et ce sont Fraude, Luxure et Avarice qui règnent. À travers l’évocation de prophéties bibliques, elle dessine la perspective d’un châtiment divin et charge Christine de raisonner les princes français. Cette première partie est essentiellement satirique, historique et politique, mais sous couvert allégorique, tout en amorçant une dimension autobiographique avec la naissance et l’enfance de Christine. Dans le second livre, Christine continue son cheminement à l’Université où elle s’introduit. Elle assiste à un débat scolastique entre des clercs, entourés d’ombres colorées et voltigeantes qui passent des uns aux autres puis s’assemblent pour former un être gigantesque, Dame Opinion. Fille d’ignorance et de Désir de savoir, elle incarne une connaissance ambiguë et évoque les fausses théories qu’elle a inspirées, mais aussi les découvertes, lois, prophéties, hérésies ou guerres. Opinion promet à Christine que ses écrits seront exempts d’erreurs s’ils sont fondés sur « loy, raison et vrai sentement4 ». Cette partie évoque donc l’apprentissage de Christine dans le domaine du savoir, tout en le relativisant par la figure d’Opinion. C’est au début de la 3e partie que prend place le passage étudié5. Guidée par une abbesse à travers les espaces de l’Université, Christine monte jusqu’au sommet de l’édifice où elle voit Philosophie, incarnation de toutes les sciences, à qui elle va confier le récit de ses malheurs, afin qu’elle la réconforte, comme celle-ci avait fait auparavant pour Boèce dans La Consolation de Philosophie. Cette dernière partie est occupée essentiellement par le récit autobiographique de sa jeunesse heureuse par opposition aux difficultés de l’âge mûr, puis par les conseils de Dame Théologie, avatar de Philosophie.

  • 6 Voir l’introduction de L. Dulac et C. Reno, p. XXVII-XXVIII. Sur les rapports de Christine de Pizan (...)

2L’Advision Cristine est donc un livre étrange, au premier abord hétérogène et déroutant. Sa structure tripartite, soulignée par l’image finale des trois pierres précieuses, diamant, camaïeu et rubis, pourrait renvoyer au modèle de la Divine Comédie6 : descente en enfer, ascension du purgatoire, paradis. Ce parallélisme demanderait à être explicité, mais pour ce qui concerne le passage étudié, il semble que l’on ait affaire à une transposition du motif de la voie de paradis, avec un glissement du religieux au profane : au paradis chrétien se substitue celui du savoir et de la clergie, incarné par Philosophie. Autour du petit « huisselet » et des clefs qui vont l’ouvrir, je vais donc m’intéresser à la réécriture du topos paradisiaque, mais surtout à la dialectique de la clôture et de l’ouverture qui s’y joue, et se rattache au modèle de la révélation. Cette dialectique fonctionne en effet dans le texte sur plusieurs registres. Celui du savoir et de la clergie : le franchissement d’un seuil est traité comme l’initiation d’une élue qui accède à une communauté de clergie féminisée ; celui de l’écriture autobiographique : Christine va découvrir et révéler à son interlocutrice et au lecteur sa propre vie ; celui de l’écriture et de la lecture allégoriques : il s’agit pour l’écrivain d’enclore un sens second, caché, et pour le lecteur de le découvrir, d’en trouver la clef pour l’éclaircir. On verra donc comment les clefs du paradis de clergie permettent une initiation et une élection de l’écrivain(e)-prophète dans l’ordre du savoir et de la sagesse, mais aussi comment l’image des clefs métaphorise l’écriture et la lecture allégoriques dans une complémentarité avec la métaphore du texte-coffre.

Les clefs du paradis de clergie

Le topos paradisiaque revisité

  • 7 Éd. et trad. A. Tarnowski, Le Livre de poche, Lettres gothiques n° 4558, 2000.
  • 8 Voir mes articles « La Sibylle, guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres (Le Che (...)

3Ce récit reprend la réflexion déjà mise en œuvre en 1402 dans le Chemin de longue étude7, où Christine, sous la conduite de la Sibylle, parcourt en rêve les espaces du savoir et monte jusqu’aux cieux où elle assiste à un débat qu’elle est chargée de rapporter au monde. Déjà, l’espace livresque était traité comme un paradis et une voie de salut face au désespoir né à la fois du chaos politique et de sa propre vie placée sous le signe du deuil du père puis du mari8. Dans le Chemin de longue étude comme ici, Christine opère une transposition de la voie de paradis dans le registre laïc de la connaissance, une révision du pèlerinage de vie humaine en chemin de longue étude.

L’ascension avec un guide

  • 9 « de plus hault monter » (I. 17), « de si hault estre montée » (I. 55).
  • 10 La note de la p. 175 le souligne.
  • 11 Celles de Rutebeuf, Baudouin de Condé ou l’anonyme, par exemple. F. Pomel, Les voies de l'au-delà e (...)
  • 12 « mon bon desir et amour a m’empetrer lieu et licence de plus savoir » (I. 18) ; « cerchant diverse (...)
  • 13 3e p., XXVII, 7.

4Le parcours est construit sur une verticalité de l’espace avec « maintes chambres et haultesces de plusieurs degrez » (I. 2-3), « les estages » (I. 20), le « plus hault soumeton » (I. 30) et la répétition du verbe « monter9 ». Le mot degrez, repris au vers 4 joue du double sens du mot, marche ou escalier/grade universitaire10. Comme dans les Voies de Paradis11, le parcours ascensionnel est polarisé par le désir de voir, qui est ici un désir de savoir, dont témoignent la récurrence des verbes cerchier, encerchier et desirer12. L’édifice universitaire parcouru dans la deuxième partie suffit à souligner que c’est dans le registre du savoir que s’accomplit la quête, avec l’évocation des « estudes » (I. 2 et 11), des « ouvrages subtils » (I. 14), de la « cognoissence » (I. 43), des « sciences pourtraites » (I. 32) ou encore des « escoliers », des « leççons » et de « la chaiere » (I. 33-4). Philosophie un peu plus loin, sera définie comme « armoire et corps de toutes sciences13 ». Elle incarne la synthèse et la perfection des connaissances diverses et sa vision correspond à l’achèvement du parcours du savoir, au terme de l’ascension, dans une métaphore qui s’apparente à celle du coffre, dont on va voir qu’elle traverse l’ensemble de l’œuvre.

5Enfin, Christine n’est pas seule, mais comme les voyageurs de l’au-delà, escortée : à la Sibylle du Chemin de longue étude se substitue « la secretaine de Philosophie, abesse et superieure d’icellui couvent » (I.19). Les tournures passives dans l’emploi des verbes de mouvement s’inscrivent dans cette logique : « fus convoiee » (I. 2), « convoiee par » (I. 19), « fus pourmenee » (I. 20), « ainsi convoiee fus menee » (I. 30). C’est même Dieu, en dernier ressort qui la guide :

Car pour celle cause croy que Dieu Saint-Esprit, pere des povres et leur vray amenistrateur, m’a conduite au terme de ta cognoissance. (II.17)

Le seuil et la révélation lumineuse à l’élu

  • 14 Éd. A. Scheler, dans Dits et Contes de Baudouin de Condé et de son fils Jean de Condé, Bruxelles, 1 (...)

6Des lieux communs du topos paradisiaque sont repris. Les voyages dans l’au-delà évoquent fréquemment un franchissement, une porte, tel Baudouin de Condé dans sa Voie de Paradis14 :

Car je me trouvai a la porte
De paradis, qui fu ouvierte
Contre nous, si qu’a descouvierte
Vi je Dieu le jour en la face [...].
(v. 776-778)

7De la même manière, Christine se présente dans une sorte d’antichambre du paradis, dans la pièce où sont peintes les sciences. C’est là qu’elle aperçoit « un huisselet d’yvoire moult bien ouvré, lequel estoit fort cloz et barré » (I. 39). Il reste donc un sanctuaire du savoir à explorer. La clôture même suscite le désir :

presumant par les congectures que veoie que grant tresor enclos la devoit avoir (I. 41) et desiroie que tel digneté fust a moy descouverte (I. 44)

  • 15 Avant Christine, Guillaume de Lorris avait transposé ce motif avec la petite porte de charme ouvran (...)

8La petite porte, qui n’est pas sans évoquer la fameuse porte étroite du paradis permet de mettre en place la dialectique de la clôture et de l’ouverture, et la dynamique initiatique du franchissement15. L’initiation se parachève dans le passage grâce aux clefs. En effet, la porte va s’ouvrir :

Tost après, ouy barres tirer, clefs tourner et ledit huisselet desverroullier. (I. 46)

9Le franchissement a valeur initiatique, comme le montre l’évanouissement sur le seuil :

cheüs sur le sueil de l’uis comme pasmee. (I. 54)

10Quand à la lumière aveuglante, c’est aussi un élément récurrent de la description paradisiaque, une caractéristique de la divinité ; les voyages dans l’au-delà insistent sur son caractère insoutenable pour l’œil humain, topos repris ici :

une si tres grant lumiere me fery en la face et es yeulx que de tous poins cuiday estre aveuglee. (I. 52)
ou lieu dont sailloit tel clarté adreçai ma veue de plain visaige tout parmy le huisselet. Mais tout ainsi comme, quant parmy le ray du souleil on regarde contre mont ou ciel, il semble veoir en l’espere luisant ung visaige si cler que l’ueil humain ne le puet souffrir, semblablement la vi une telle tres luisant espere qui tout la chambre emplissoit de tres grant resplandeur. Et environ. ix. dames luisantes comme estoilles. (I. 65)

  • 16 Dante, Purgatoire, XXXII et XXXIII.
  • 17 « mostrer » (I. 8), « veoir » (I. 9 et 17), « veue » (I. 40), « aparoir » (I. 14, 65, 83).

11Les adverbes d’intensité répétés, ainsi que la comparaison avec le soleil et les étoiles, marquent le registre hyperbolique, tandis qu’à la face divine se substitue le visage de Philosophie entourée, comme Dieu de ses archanges, d’autres figures lumineuses. Comme le suggère la note, elles peuvent rappeler les sept dames d’honneur de Béatrice16 et évoquer aussi les sept arts libéraux, augmentés de deux pour correspondre aux neuf planètes ou aux neuf muses. Outre la vue17, l’ouïe, comme dans les voyages dans l’au-delà est sollicitée aussi, par « les diverses voix femme-nines de doulce et souefve parolle » (I. 45) ou la « voix femmenine [...] hault sonnant [...] doulce, belle et tres gracieuse » (I. 56-7). La nomination enfin, vient signer la révélation et faire du pèlerin un élu :

Philosophie me appella par mon nom disant : « mon ancelle tres loyale » (I. 58).

  • 18 Éd. P. Lebesgue, Le Songe d'enfer suivi de la Voie de Paradis, Pris, E. Sansot, 1908, rpt Genève, S (...)

12Ce procédé est attesté par exemple dans la Voie de paradis anonyme 18 où Dieu lorsque le pèlerin s’agenouille devant lui, le nomme :

[...]« Raoul, bien l’as fait
pardonné te sont li mesfet
Dont tu m’avais coroucié. »
(v. 968-970)

  • 19 « moy, joyeuse d’estre parvenue a si bel estre » (I. 36) ; « heureux entendement a qui la cognoisse (...)

13La joie caractérise enfin l’expérience paradisiaque avec l’adjectif joyeuse et le verbe resjouir19.

Les limites de l’accès paradisiaque

  • 20 « l’ueil humain ne le puet soufrir » (I. 70).
  • 21 « [...] me vint une si grant clarté/ Qu’a pou que n’en fu avugle ;/ Et este l’eusse vraiement,/ Se (...)

14L’accès au paradis reste toujours placé sous le signe de la finitude, avant l’accès définitif après la mort. De même, Christine souligne sa finitude dans l’expérience de l’aveuglement20. Son geste de s’abriter les yeux est analogue à celui du narrateur dans le Pèlerinage de Jésus Christ21 :

Si baissay incontinent ma veue ja toute esblouie, mettant ma main au devant.
(I. 75)

  • 22 « esmerveilliee et remplie d’espoentement » (I. 51).

15L’expérience est ainsi placée sous le signe de l’ambivalence, avec le mélange d’émerveillement et d’épouvante22. Son statut féminin vient réactiver le topos de l’humilité et de la finitude :

mon entendement n’estoit digne de concepvoir ne de comprendre. (I. 16)
Mais comme trop pesans fussent a mon corps feminin et foible, selon mon grant desir petit en emportay (I. 27, à propos de la proposition de se servir dans les coffres)

nonobstant que tes yeulx foibles ne me puissent clairement veoir pour leur groisseur. (I. 80, discours de Philosophie.)

16Christine affiche une posture d’humilité en se désignant à Philosophie comme « chamberiere » (II. 10), « servile mercenere » (II. 15), ou « servante » (II. 29). Elle se présente aussi dans ce paradis de clergie comme une voyageuse en transit ; son but n’est pas d’« acquerir et posseder » (I. 4-5) mais de voir et parcourir :

transitoirement estoie errant (I. 6)
comme a ung estrangier voiageur. (I. 7)

17La même distinction apparaissait dans le Chemin de longue étude où elle opposait la pleine possession du savoir et son parcours de plaisir dans le savoir, en amateur(e) éclairée.

La clergie comme salut et réconfort

  • 23 « Donras remede reconfortant les navreures de ses infortunees adversitez » (II.16 Christine à Philo (...)

18De même que le paradis promet au chrétien la réparation et le réconfort des peines subies ici-bas, la clergie promet à Christine le réconfort au regard du désespoir né de ses malheurs personnels et des malheurs du pays. Le titre de l’ouvrage de Boèce fournit un paradigme à cette logique : Philosophie est apparue à Boèce dans sa prison pour le réconforter. Elle apparaît ici à Christine dans le même but, que soulignent les verbes reconforter ou les termes de reparation et reconfort23.

19Le topos paradisiaque est donc récupéré et transposé sous plusieurs aspects pour rendre compte du rapport de Christine au savoir en tant que femme, et dans la logique de son parcours biographique. L’accès au savoir est pour elle une révélation et une voie personnelle du salut.

Tourner les clefs : initiation et élection de l’écrivain(e)-prophète

20Dans le Chemin de longue étude, l’accès au savoir était traité comme une investiture, fondant son travail d’écriture comme une sorte de sacerdoce laïc. Cette logique informe aussi notre passage, autour du motif de la révélation.

« ledit huisselet desverouillier » (I. 47) : initiation et élection

21Le vocabulaire de la clôture et de l’ouverture dramatise l’accès au savoir et plus particulièrement au sanctuaire de Philosophie, notamment avec l’image du trésor, traitée en deux temps puisqu’il s’agit de le voir puis d’y mettre la main :

sont monstrez et ouvers les tresors des princes (I. 8)
congié de hardiement mettre la main et prendre tant comme porter en pouoye
desditz tresors de ses coffres. (I. 23)

22La chambre de Philosophie avec « le huisselet d’yvoire » (I. 39) décline l’image du coffre dont il présente les mêmes caractéristiques de clôture avant l’ouverture : il est « cloz et barré » (I. 39-40), et « grant tresor enclos la devoit avoir » (I. 42) ; le texte insiste sur les processus d’ouverture avec « barres tirer » (I. 46), « clefs tourner et ledit huisselet desverrouillier » (I. 46) mais aussi « descouverte » (I. 44), « ouverture » (I. 50), « ouvrir » (I. 50) et « ouvert » (I. 51). Cette ouverture de la chambre permet la contemplation de Philosophie, archétype d’un savoir total, de même que l’ouverture des coffres avait permis la contemplation des livres de savoir et trésors. L’accès au savoir se donne donc comme une révélation, et même une élection, un privilège. Il est notable que c’est de l’intérieur que la porte est ouverte, comme le souligne la tournure passive. Il n’y a pas effraction mais invitation, comme par grâce spéciale :

que tel digneté fust a moy descouverte (I. 44)
m’as fait digne de ton accointance (II. 6)
voix de dame tres venerable ce me sembloit, m’appeloit. (I. 63)

23Christine se peint donc en élue, jouissant, dans la dialectique de la clôture et de l’ouverture du savoir, d’une révélation.

Les clefs d’une clergie féminisée

  • 24 Voir par exemple I. 27 ou II. 7.
  • 25 Philosophie la qualifie comme « (s)on ancelle tres loyale » (I. 59).

24Les détentrices des clefs, Philosophie et les « dames luisantes » (I. 72) ses compagnes, comme l’élue, sont des femmes. Le prélude à l’ouverture est d’ailleurs le « moult grant remuement et diverses voix femmenines de doulce et souefve parolle » (I. 45-46). La figure de Philosophie, qui prend la place de Dieu dans la logique narrative, apparaît aussi comme « voix femmenine [...] doulce, belle et tres gracieuse » (I. 56). Quant à Christine, on l’a vu, elle souligne son statut féminin à plusieurs reprises24. Christine allie donc aux déclarations d’humilité la présomption de la posture de l’élue, tout en tentant de désamorcer l’orgueil qui sous-tend cet investissement féminin du rôle masculin du clerc qu’on pourrait taxer de « presompcion ou mesprehenture » (I. 48). Elle adopte la posture de servante de Philosophie25 tandis que le parallèle avec Boèce la place dans le statut affectueux de fille spirituelle :

mon chier amé fils Bouece (I. 83)
ma meschinette (I. 80)

25Comme dans le Chemin de longue étude avec la Sibylle ou les Muses, Christine se construit une famille spirituelle de modèles féminins de clergie, pour cautionner son intrusion en tant que femme dans ce monde des clercs, et elle met en scène sa propre investiture en clergie sur le modèle de l’élection.

Les clefs de l’écriture. L’écrivain(e) comme figure laïcisée du prophète

26La révélation du savoir et de la philosophie vient autoriser et légitimer le statut de la femme-écrivain. Voir les trésors, c’est-à-dire accéder aux livres de savoir, c’est pouvoir les redire et ainsi fonder sa voix d’écrivain :

Et tout ainsi comme a ung estrangier voiageur liement souventesfois sont monstrez et ouverz les tresors des princes par ou ilz passent, affin qu’ilz voient la mangnificence et richece d’iceulx si que recorder le puissent en leur païs [...]. Et de raconter toute la beauté [...]. (I. 7)

  • 26 Le terme d’« antigraphe » (scribe) résume cette représentation de l’écriture. Voir 1re partie, VI, (...)
  • 27 La vision de Tondale, textes français, anglo-normand et irlandais, éd. V.-H. Friedel et K. (...)

27C’est donc la qualification dans le registre du savoir qui fonde la légitimité de la parole et de l’écriture. Christine se rêve en médiatrice d’un savoir auquel elle a eu accès et qu’elle a la mission de transmettre, de réécrire, comme l’indique la mission de retranscription dont elle est chargée à la fin du Chemin de longue étude26. De même, dans la Vision de Tondale27, le héros est chargé de rapporter sa vision aux hommes :

dois [...] tout ce que tu as veu en memoire retenir et raconter as gens qui vivent pour le pourfi de leurs ames. (p. 56)

28Le pèlerin de la Voie de paradis anonyme est chargé d’une mission similaire vis-à-vis du peuple :

[...] li dis que par toi li mande
Et avoec le mander commande
Qu’il praigne si garde de lui

Qu’il ne me face mès anui.
(v. 978-81)

  • 28 II.18, cité ci-dessus.

29On a noté que Christine place Dieu, sous la forme de l’Esprit Saint, à l’origine de son parcours de connaissance28 : caution ultime qui ancre la voix de l’écrivain directement en Dieu. Elle se pose donc en nouvel avatar des apôtres ou des prophètes, dans le registre du savoir.

30La dialectique de la clôture et de l’ouverture est donc doublement à l’œuvre : dans le cadre de son chemin de longue étude, Christine se voit révéler un savoir ; dans le cadre de l’écriture, son versant complémentaire, elle révèle à son tour un savoir, dont elle détient maintenant implicitement les clefs. Mais par le choix de l’esthétique allégorique, c’est un savoir qui allie paradoxalement la clôture et l’ouverture.

Les clefs du sens allégorique

31La clef est ici reprise comme une métaphore possible de l’esthétique allégorique, dans son double aspect de production et d’interprétation des signes.

La dialectique du clos et de l’ouvert

  • 29 « Encore ceste sentence par autre fabuleuse narracion ilz covroient en envelopant et soubz ombre pa (...)
  • 30 Voir Anne Paupert, « “Soubz figure de metaphore” : théorie et pratique de l’allégorie chez Christin (...)

32On l’a étudiée dans le cadre de l’accès de Christine au savoir et à l’écriture. On la retrouve dans la caractérisation de l’allégorie. Traditionnellement, l’allégorie est évoquée, comme figure du double sens, à travers une série d’oppositions comme le clair et l’obscur, le nu et le vêtu, l’apparent et le caché, l’extérieur et l’intérieur… Le couple covert/overt est très fréquent dans L’Advision Cristine, comme il l’est dans le Roman de la Rose ou dans l’Ovide moralisé. Ainsi, Christine reprend l’opposition entre le langage propre ou littéral, et l’expression figurée, par la métaphore et la fiction qui enveloppent le sens littéral et le couvrent. Elle évoque dans le discours d’Opinion « un langage plus couvert, comme la matiere le requiert » (2e p, VI. 7, p. 59) ou encore ce mode d’expression figurée comme caractéristique des poètes en opposant une « presentacion [...] propre » à celle qui présente les idées « soubz muciees couvertures » (1re p., XV, 18, p. 28) ou « par maniere de fictions et de parolles transsumptives » (2e p., VII., p. 63). L’image est récurrente29 : à l’expression ouverte, s’oppose donc une expression enveloppée, qui couvre, cache, enclôt sous la métaphore, la similitude et la fiction fabuleuse, un sens caché et second. Cette vérité enclose habilement par l’écrivain demande du côté du lecteur à être desclose, c’est-à-dire ouverte, mise au jour. Christine envisage cet aspect herméneutique dans la préface ajoutée à son texte où elle se livre à une interprétation de son propre texte selon trois niveaux en le rapportant au monde, à l’homme et au royaume de France30. C’est surtout le vocabulaire utilisé qui est intéressant ici, dans la thématique de la clôture et de l’ouverture : il s’agit de « desclairier les choses soubz figures dictes » (p. 3) ou d’« alegorisier triblement » (p. 6). Le travail de la lecture, c’est donc de desclore les sens cachés, au sens d’ouvrir, de faire éclore, de dégager et délivrer les sens possibles. L’esthétique allégorique propose donc un sens dont l’accès est dramatisé, et qui s’offre au lecteur comme une révélation au terme d’une quête du sens. On retrouve l’idée d’élection, cette fois du côté du lecteur dont la qualité de subtilité est requise. Christine semble ainsi envisager plusieurs types de lecteurs de son propre texte, plus ou moins subtils, à travers le discours d’Opinion :

[...] soient ycestes choses ou tresor de ton volume reservees aux plus sciencieux de soubtil entendement, et passent oultre les moins expers aux choses plus legieres et connues. (p. 74)

33La subtilité est donc la clef de la lecture (comme de l’écriture) allégorique, pensée selon une dramatisation du clos vers l’ouvert, sur le modèle de la révélation et de l’élection.

Les clefs du livre-coffre ou trésor

  • 31 Voir I. 8,12, 24, 42.

34La métaphore du coffre était mobilisée à plusieurs reprises dans le passage étudié pour évoquer l’accès au savoir31. Or cette métaphore s’applique aussi au livre de Christine, avec l’assimilation finale de ses trois parties à des pierres précieuses :

Ainsi me depars de mon advision, laquelle je ay partie si comme en trois differences de trois pierres precieuses en leurs proprietez. La premiere est en forme de dyamant, lequel est dur et poingnant ; et tout soit il cler hors œuvre, quant relié et mis en l’or, il semble estre obscur et brun ; et toutefois ne meut sa vertu, qui est moult grant. La seconde est le kamayeu en qui plusieurs visaiges et figures diverses sont empraintes, et est son siege brun et l’emprainte blanche. La tierce au rubis precieux, cler et resplendissant et sans nue obscure, qui a proprieté de tant plaire comme on plus la regarde. (p. 142)

35Le passage partiellement cité ci-dessus dans le discours d’Opinion, associe lui aussi le trésor et le livre :

Et ainsi comme en une riche marcerie ou tresor est avec perles diverses pierres precieuses de plusieurs vertus, couleurs et pris, lesquelles au goust et plaisirs de divers bargigneurs sont requises, soient ycestes choses ou tresor de ton volume reservees aux plus sciencieux de soubtil entendement, et passent oultre les moins expers aux choses plus legieres et connues. (p. 74)

36Le livre se fait donc trésor ou coffre, que le lecteur est invité à ouvrir, s’il possède la clef de subtilité, pour y contempler les vérités qui y sont encloses. Ouvrir le coffre devient une métaphore de l’accès à un sens ou un savoir livresque en même temps que métaphore de l’interprétation du texte allégorique comme révélation dramatisée du sens caché. Les propriétés des pierres évoquées reprennent d’ailleurs la dualité allégorique, avec l’alliance du clair et de l’obscur pour le diamant, du brun et du blanc pour le camaïeu. Elles reprennent aussi la notion de sens multiples avec les « figures diverses empreintes » sur le camaïeu. Dans la préface, Christine avait souligné que l’une des vertus de l’expression qualifiée de poétique, réside dans la polysémie :

Et en telle parole dicte par poisie puet avoir mains entendemens, et lors est la poisie belle et soubtille, que elle puet servir a plusieurs ententes et que on la puet entendre a divers propos. (p. 3)

37La contemplation qui révèle progressivement la beauté du rubis pourrait évoquer la dramatisation du sens.

38Le même modèle de la révélation et de l’élection sert donc pour penser le parcours dans la connaissance et les modalités de l’écriture allégorique. À l’image de l’ouverture du trésor, est fortement associée dans les deux cas, l’idée de plaisir. Plaisir de Christine lisant avidement, et plaisir proposé par Christine à son lecteur.

Les clefs de l’autobiographie : descouvrir sa vie

39L’opposition entre clos et ouvert se rencontre enfin dans le projet de Christine d’épancher son cœur en racontant à Philosophie ses malheurs :

Et comme assez soient de moy celees et couvertes mes dictes adversitez et non revelees aux mondains, ainçois tres muciees, [...] et pour ce a toy, celestielle cognoissance separee des viltes de ça jus et vraie physicienne, essoreray et esventeray les complaintes de mes pensees [...]. (II 27)

  • 32 exaurare : exposer à l’air ou au soleil, prendre son essor, et exposer au vent.
  • 33 Voir A. Paupert, « “La Narracion de mes aventures”, des premiers poèmes à l'Advision : l’élaboratio (...)

40Elle oppose donc le secret et le silence gardé dans le monde sur ses malheurs, pour éviter « desrision et mespris » (II. 25) à l’expression de ses malheurs à sa confidente Philosophie, par le même vocabulaire du clos et du descouvert avec celles/revelees, muciees/essorer32, esventer. Christine ouvre donc le coffre de son cœur en révélant à Philosophie et au lecteur l’histoire de sa vie. Ce projet s’inscrit encore dans l’esthétique allégorique par la corrélation implicite entre son sort et celui de la France : en effet, la lamentation de Christine fait écho à celle de Libéra dans la première partie, et pour l’une comme pour l’autre, est esquissé un mouvement de salut ou de réconfort. De la même manière que le savoir et la clergie sont une voie de salut pour Christine, la philosophie pourrait être une voie de salut politique pour la France, permettant un passage du désespoir face au chaos à une joie et un réconfort. L’autobiographie est légitimée par son statut d’archétype, comme une clef de la lecture allégorique du texte33. Si Christine livre les clefs de sa propre histoire, c’est comme l’une des clefs du système allégorique qu’elle construit dans son texte.

  • 34 « toy perverse, qui tiens les clefs a force de mes ecrins – lesquelz euvres et serres a ton vouloir (...)

41Christine de Pizan dans L’Advision semble donc opposer deux usages contraires des clefs : un usage négatif, du côté de la rétention et de l’enfermement, celui qu’incarne Avarice, qui s’est emparée des clefs des coffres de Libéra34 et un usage positif, par la dynamique instaurée entre fermeture et ouverture, qui fait des clefs l’emblème d’un procès de révélation, au terme d’une quête : révélation d’un savoir qui prend valeur de légitimation pour Christine comme écrivain ; révélation d’un ou plusieurs sens cachés pour le lecteur dont la subtilité est mise à l’épreuve. La métaphore du coffre ouvert structure et fédère donc deux expériences de lecture, celle de Christine dans le champ du savoir livresque et celle du lecteur dans le texte allégorique. Dans les deux cas, la subtilité apparaît comme la clef nécessaire de l’accès au sens ou à la vérité. La clef, tout en structurant l’opposition de deux espaces, intérieur et extérieur, du caché et du révélé, du clos et de l’ouvert, figure la possibilité de passage de l’un à l’autre, même si cette possibilité est pensée comme le fait d’élus et d’initiés. Enfin, en recourant au même vocabulaire de l’ouverture d’un espace clos pour évoquer la dimension autobiographique de son texte, Christine tente une articulation entre deux autres espaces, privé et public, à travers le mode allégorique, cautionnant la révélation de la vie privée par sa dimension archétypale pour lire la vie publique et politique du royaume. Articulation d’un mouvement de clôture et d’ouverture du sens, l’allégorie apparaît encore comme un mode possible d’articulation de l’intérieur et de l’extérieur, du privé et du public, de l’individuel et du collectif. L’allégorie trouve donc opportunément sa métaphorisation (à côté de l’image du vêtement) dans les coffres et les seuils dotés d’un intérieur et d’un extérieur. Les clefs offrent plus précisément l’emblème dynamique de cette dualité.

Notes

1 Éd. Liliane Dulac et Christine Reno, Champion. Une traduction d’Anne Paupert est sous presse dans Le Moyen Âge et la femme : voix poétiques, utopiques et amoureuses, dir. D. Régnier-Bohler, Paris, Robert Laffont.

2 Elle écrit ce texte après le Livre du Chemin de longue étude, Le Livre de Mutation de Fortune, Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V et vraisemblablement juste après La Cité des Dames et le Livre des trois vertus.

3 Elle a rassemblé pour Isabelle de Bavière les pièces du dossier et rendu le débat public. Voir E. Hicks, Le Débat sur le Roman de la Rose, Edition critique, Paris, Champion, 1977 (Bibliothèque du xve siècle, XLIII).

4 XXII, 40, p. 89.

5 3e partie, I-II, p. 91-95. Lorsqu’il s’agira de ce passage, je n’indiquerai que I ou II et la ligne concernée.

6 Voir l’introduction de L. Dulac et C. Reno, p. XXVII-XXVIII. Sur les rapports de Christine de Pizan et Dante, voir De Rentiis Dina, « Sequere me » : « imitation » dans la Divine Comédie et dans le Livre du Chemin de longue étude, dans M. Zimmermann et D. De Rentiis, The City of scolars. New approaches of Christine de Pizan, Berlin, De Gruyter, 1994, p. 31-42 ou Earl J. Richards, « Christine de Pizan and Dante : A Re-examination », dans Archiv für das Studium der Neueren Sprachen und Literaturen 222, 1985, p. 100-111.

7 Éd. et trad. A. Tarnowski, Le Livre de poche, Lettres gothiques n° 4558, 2000.

8 Voir mes articles « La Sibylle, guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres (Le Chemin de longue étude de Christine de Pizan) » dans La Sibylle, parole et représentation, dir. M. Bouquet et F. Morzadec, Rennes, PUR, 2004, p. 227-239, et « S’écrire en lectrice : les métamorphoses de Christine de Pizan dans le Livre du chemin de longue étude », dans Lectrices d'Ancien Régime, dir. I. Brouard-Arends, Rennes, PUR, 2003, p. 215-230. Sur la parenté des deux œuvres, voir L. Dulac, « « Thèmes et variations du Chemin de longue étude à l'Advision Cristine : remarques sur un itinéraire », dans Sur le chemin de longue étude (Actes du 3e Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, juillet 1998), dir. B. Ribémont, Paris, Champion, 2000, p. 77-86.

9 « de plus hault monter » (I. 17), « de si hault estre montée » (I. 55).

10 La note de la p. 175 le souligne.

11 Celles de Rutebeuf, Baudouin de Condé ou l’anonyme, par exemple. F. Pomel, Les voies de l'au-delà et l'essor de l'allégorie au Moyen Âge, Paris, Champion, Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 2001.

12 « mon bon desir et amour a m’empetrer lieu et licence de plus savoir » (I. 18) ; « cerchant diverses estudes » (I. 2) ; « comme je voulsisses encerchier de toutes choses » (I. 38) ; « (à Philosophie) l’amour que as a moy et le desir qui te maine » (I. 60) ; « sçaroie partie de ce que desiroie » (I. 63) ; « reputant heureux l’entendement a qui la cognoiscence en seroit donnee et desiroie que tel digneté fust a moy descouverte » (I. 42).

13 3e p., XXVII, 7.

14 Éd. A. Scheler, dans Dits et Contes de Baudouin de Condé et de son fils Jean de Condé, Bruxelles, 1866-1867, t.1, p. 205-231.

15 Avant Christine, Guillaume de Lorris avait transposé ce motif avec la petite porte de charme ouvrant le verger de Déduit et Jean de Meun l’avait réinvestie dans un registre sexuel comme le sexe de la jeune vierge. Pourrait-on penser que Christine de Pizan poursuit son opposition au Roman de la Rose dans une reprise du topos qui le rétablit dans une problématique sérieuse et intellectuelle ?

16 Dante, Purgatoire, XXXII et XXXIII.

17 « mostrer » (I. 8), « veoir » (I. 9 et 17), « veue » (I. 40), « aparoir » (I. 14, 65, 83).

18 Éd. P. Lebesgue, Le Songe d'enfer suivi de la Voie de Paradis, Pris, E. Sansot, 1908, rpt Genève, Slatkine, 1974.

19 « moy, joyeuse d’estre parvenue a si bel estre » (I. 36) ; « heureux entendement a qui la cognoissence en seroit donnee » (I. 42), « moy, resjouie doublement » (I. 62) ; « me revigora et tres fort resjouy » (I. 65).

20 « l’ueil humain ne le puet soufrir » (I. 70).

21 « [...] me vint une si grant clarté/ Qu’a pou que n’en fu avugle ;/ Et este l’eusse vraiement,/ Se mes paupieres prestement/ N’eusse sus mes iex abatu/Et clos nes eüsse tenu », éd. J.-J. Stürzinger, Roxburghe Club, 1897, v. 133-138.

22 « esmerveilliee et remplie d’espoentement » (I. 51).

23 « Donras remede reconfortant les navreures de ses infortunees adversitez » (II.16 Christine à Philosophie) ; « reconfort » (II. 20) ; « reparation a la ruine de mon espoir rué jus par les soufflemens de Fortune » (II. 30).

24 Voir par exemple I. 27 ou II. 7.

25 Philosophie la qualifie comme « (s)on ancelle tres loyale » (I. 59).

26 Le terme d’« antigraphe » (scribe) résume cette représentation de l’écriture. Voir 1re partie, VI, 12 par exemple.

27 La vision de Tondale, textes français, anglo-normand et irlandais, éd. V.-H. Friedel et K. Meyer, Paris, Champion, 1907.

28 II.18, cité ci-dessus.

29 « Encore ceste sentence par autre fabuleuse narracion ilz covroient en envelopant et soubz ombre parlerent » (p. 64) ; « leurs soubtilles couvertures et bonnes matieres mucees soubz fictions delictables et morales » (p. 110) ; « soubz figures de metaphores, c’est-à-dire de parole coverte, sont muciees maintes secretes sciences et pures veritez » (préface p. 3).

30 Voir Anne Paupert, « “Soubz figure de metaphore” : théorie et pratique de l’allégorie chez Christine de Pizan, ou une « poetria nova » du début du xve siècle », dans « Ce est li fruis selonc la lettre ». Mélanges offerts à Charles Méla, éd. O. Collet et al., Paris, Champion, 2002, p. 511-526.

31 Voir I. 8,12, 24, 42.

32 exaurare : exposer à l’air ou au soleil, prendre son essor, et exposer au vent.

33 Voir A. Paupert, « “La Narracion de mes aventures”, des premiers poèmes à l'Advision : l’élaboration d’une écriture autobiographique dans l’œuvre de Christine de Pizan », dans Au Champ des Escriptures, éd. E. Hicks et al., Paris, Champion, 2000, p. 51-71. Didier Lechat analyse aussi cette corrélation entre individuel et collectif dans « Histoire collective et histoire individuelle dans l'Advision Cristine », dans L'individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, dir. Brigitte Miriam Bedos-Regak et Dominique Iogna-Prat, Paris, Aubier, 2005, p. 211-227.

34 « toy perverse, qui tiens les clefs a force de mes ecrins – lesquelz euvres et serres a ton vouloir – » (p. 38). La thésaurisation, qu’elle soit dans l’ordre du savoir ou de l’avoir, est néfaste : la parabole des talents, abondamment utilisée dans les prologues des textes médiévaux le dit assez.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540