Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

L’épée brisée : métaphore et clef de l’énigme dans les Continuations de Perceval

Hélène Bouget

Texte intégral

  • 1 William Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, The First Contin (...)
  • 2 William Roach, The second Continuation, vol. IV, The American Philosophical Society, 1971.
  • 3 William Roach, The third Continuation, vol. V, The American Philosophical Society, 1983.
  • 4 Mary Williams, Gerbert de Montreuil. La Continuation de Perceval, vol. I, II, Paris, Champion, « Cl (...)

1Le cortège mystérieux de la lance qui saigne et du Graal, né sous la plume de Chrétien de Troyes, a piqué l’imagination de nombre de continuateurs qui ont tenté, avec plus ou moins de bonheur, d’apporter des réponses aux énigmes du Conte du Graal. La Première Continuation ou Continuation-Gauvain1 daterait dans sa version courte de la toute fin du xiie siècle, tandis que la version longue aurait été composée vers 1220. La Deuxième Continuation2, attribuée à Wauchier de Denain, et dont on suppose la composition aux alentours de 1205-1210, reprend la quête de Perceval. La Continuation de Manessier3 et celle de Gerbert de Montreuil4, laquelle se présente comme une interpolation entre le texte de Wauchier et celui de Manessier, sont probablement nées elles aussi dans le premier quart du xiiie siècle, voire aux alentours de 1230.

  • 5 Gerbert de Montreuil. La Continuation de Perceval, vol. I, op. cit., v. 135-179.
  • 6 « Maint anui vous a porchacié/Anemis qui ce vous fist faire », ibid., v. 191-192.
  • 7 « Perchevaus tout apertement/A veü Paradis terrestre », dira le gardien des portes du château à Per (...)

2S’il n’y a pas de clef matérielle qui pourrait retenir notre attention dans les Continuations, celles-ci proposent en revanche une série d’épisodes où l’épée, et en particulier l’épée brisée, semble fonctionner comme une double métaphore de l’énigme et de la clef. Au début de la Continuation de Gerbert, les deux objets se substituent d’ailleurs l’un à l’autre. Afin d’accéder aux mystères de la lance et du Graal, Perceval doit faire pénitence de ses péchés. Lors des pérégrinations au cours desquelles il pourra se racheter, il parvient aux portes d’un château merveilleux, aux couleurs blanche et vermeille, et d’où lui parviennent de belles et douces mélodies. Perceval frappe à la porte mais appelle en vain. De guerre lasse, il se saisit de son épée et martèle la porte du pommeau. Au troisième coup, un bruit de tonnerre retentit et l’épée se brise en deux5. Un vieil homme entrouvre alors le guichet et lui reproche d’avoir frappé à la porte : c’est un péché que d’avoir voulu entrer en ce lieu, et le diable, l'anemis6, a poussé Perceval à le commettre. Le héros est alors condamné à sept ans et demi de pénitence avant de connaître les secrets de la lance et du Graal. Il apprendra un peu plus tard que ce château dont l’entrée lui est refusée n’est autre que le Paradis terrestre7.

  • 8 Ibid. v. 182.

3Cet épisode, unique dans les Continuations, permet clairement d’établir le passage de la clef à l’épée. C’est avec cet objet, le seul moyen à sa disposition, que Perceval tente d’ouvrir les portes du Paradis terrestre. Et si le vieil homme, gardien du château, qui en interdit l’entrée à Perceval n’est jamais nommé, il possède quelques ressemblances avec saint Pierre, lui-même gardien et détenteur des clefs du Paradis. Outre une fonction identique à celle de Saint Pierre, le personnage de Gerbert est, comme le saint dans ses représentations traditionnelles, « blanc come noif et tout quenu8 ». La contiguïté métaphorique de la clef et de l’épée, cautionnée par le texte, pourrait ainsi nous révéler un aspect de l’imaginaire médiéval.

  • 9 Alexandre Leupin, « La faille et l’écriture de la faille dans les Continuations du Perceval », Le M (...)
  • 10 Ibid. p. 257.
  • 11 Mireille Séguy, Les Romans du Graal ou le signe imaginé, Paris, Champion, 2001, p. 288.
  • 12 Ibid. p. 99.

4Le motif de l’épée brisée se manifeste aussi dans un autre contexte au sein des quatre Continuations. Liée au cortège du Graal et de la lance qui saigne, l’épée brisée constitue une épreuve pour le héros – Perceval ou Gauvain – qui doit résoudre ces énigmes. Seul celui qui pourra ressouder l’épée connaîtra la clef des énigmes, mais hormis la Continuation de Manessier, les textes se dérobent au moment de la révélation, tout comme la soudure reste problématique. Ce motif de l’épée brisée dans les Continuations a souvent, et à juste titre, été perçu comme une métaphore de l’écriture dans ces mêmes Continuations. C’est en effet pour Alexandre Leupin9 une métaphore de la faille qui constitue un motif narratif et un principe structurant des textes. L’épée brisée devient alors l’illustration métaphorique de l’art du continuateur, dans la mesure où « le récit ne se continue qu’à une fondamentale condition : reconduire sans cesse, quelque part une béance incontournable qui, à se combler, prononcerait du même trait son arrêt de mort10 ». Mireille Séguy poursuit la réflexion dans le même sens, interprétant l’épée brisée comme une métaphore de l’inachèvement, de l’incomplétude qui « est à l’origine et au cœur de l’entreprise même de la continuation11 ». L’épée jamais vraiment soudée « relance la dynamique du récit et retarde le plus possible son achèvement12 ». La brisure de l’épée fait ainsi entrer le texte dans un mouvement perpétuel qui dément sans arrêt la clôture du récit.

5Si le motif récurrent de l’épée brisée dans les quatre Continuations constitue une énigme à part entière dans ces récits, elle fonctionne aussi comme une métaphore de l’énigme dont elle révèle le processus langagier et symbolique, et comme une métaphore de la résolution de l’énigme. J’essaierai ainsi de montrer que l’épée brisée ne métaphorise pas seulement un principe de composition du récit (comme la faille, la coupure, la blessure etc.) mais bien ce qui fait l’enjeu de toutes les Continuations : la résolution problématique d’une énigme. En effet, l’épée brisée semble représenter dans ces textes toute la difficulté du processus d’interprétation symbolique qui, ici, s’apparente à celui d’une énigme. Dès lors, elle met aussi en cause l’adéquation du langage au monde, du signifiant au signifié dans la quête jamais achevée d’une signification (senefiance), ou d’une clef interprétative.

L’épée brisée : énigme en soi et métaphore de l’énigme

6Dans toutes les scènes des Continuations où apparaît l’épée brisée, elle est considérée par le héros comme une énigme à part entière qui doit être résolue, et qui est donc (ou doit être) soumise à un questionnement pour appeler une réponse. L’événement se déroule à chaque fois au château du Graal, et l’épée apparaît en même temps que le Graal et la lance qui saigne.

  • 13 Les références aux trois premières continuations se fondent toujours sur l’édition de William Roach (...)
  • 14 Mss EMQU, v. 3712.
  • 15 Ibid. v. 3730.

7La Première Continuation est sans doute la plus complexe, car, selon les versions courte, mixte ou longue13, Gauvain effectue une ou deux visites au château du Graal. Lors de la première visite rapportée dans les versions mixte et longue, Gauvain est accueilli par un roi que la description identifie au Roi Méhaigné : c’est en effet un « biau prodome auques chanu14 » qui « mehaigniez estoit dou cors15 ». Comme chez Chrétien, on assiste au cortège de la lance, du tailloir et du Graal, complété par l’apparition d’une bière où repose un mort. Sur le drap qui le recouvre est posée une épée brisée qui, sauf à bien y regarder, semble entière :

  • 16 Ibid. v. 3822-3831. La version mixte rapporte la scène en ces termes : « Qui par miliu ert (...)

Quatre vallet ont aportee
Une biere après lou Graal,
Coverte d’un paille roial ;
Si ot dedans la biere un cors.
Et sœur le paille par defors
Avoit une espee couchiee
Qui par le milieu iert brisiee,
Mais ja ne fust aparceüe,
Se la chose ne fust seüe,
Que l’espee ne fust antiere16.

8Au même titre que le Graal et la lance, l’épée apparaît aux yeux de Gauvain comme une énigme, puisqu’il interroge le roi à son sujet :

  • 17 Mss. EMQU, v. 3869-3877.

Si anquiert la senefience
Et dou Graal et de la lance
Et por quoi la pucelle plore.
Après si anquiert sanz demeure
Por quoi l’am porte ainsist la biere ;
S’estre puet en nule maniere,
Si viaut que li sires li die,
Et pour quoi l’espee forbie
Estoit desus la biere mise17.

  • 18 « Lors a li sires apelé/Quatre vallet, si dist : “Alez,/ Si m’aportez ma bone espee.”/ Cil corent, (...)

9Pour connaître la réponse à ses questions, Gauvain doit être capable de ressouder non l’épée posée sur la bière, mais celle du roi, qui lui a été envoyée par l’une de ses nièces18. Devant l’échec du personnage, le roi refuse de lui révéler les secrets, et Gauvain s’endort.

10Au cours de la seconde visite, les événements se déroulent autrement, mais l’épée brisée reste toujours pour Gauvain, et donc pour le lecteur, une énigme à résoudre. Au début de cet épisode, Gauvain arrive de nuit dans un château où il semble être attendu ; mais bien vite, l’attente des habitants est déçue, car ils se rendent compte que Gauvain n’est pas celui qu’ils espéraient. Laissé seul, Gauvain aperçoit un corps dans une bière, corps sur lequel est posée une moitié d’épée, sans que le texte ne fasse d’ailleurs de rapprochement explicite avec la première visite.

  • 19 Ms. L, v. 7188-7190. Les Mss MQU présentent la même version de l’épée « volee ».
  • 20 Mss. TVD, v. 13201-13203. La version ASP (courte) présente l’épée de la même façon.

Endroit le pis, signeur, avoit,
Devers la meure, d’une espee
La moitié, dont l’autre ert volee19.
D’une espee fraite parmi
Avoit l’une moitié sanz plus,
Desor la meure par desus20.

  • 21 « Puis ist li rois et tient l’espee/ Qu’il ot en la sale aportee./ C’estoit l’espee au cevalier/ Do (...)
  • 22 « Li grans damages qui chi gist,/ Par ont li roialmes perist,/ Dex doinst que vos soiez vengiez, / (...)

11S’ensuit un mystérieux service des morts autour de la bière, puis le roi, qui cette fois, n’est pas le Roi Méhaigné, car il n’est pas désigné comme tel, convie Gauvain au repas servi par le Graal. À la fin du repas, Gauvain reste seul, et aperçoit, selon les versions, la lance qui saigne (version mixte) et la bière (versions courte et longue). Le roi revient, portant l’autre moitié de l’épée, dont on apprend qu’elle appartenait au chevalier mystérieusement tué d’un javelot, jeté par une main invisible devant le pavillon d’Arthur, et dont Gauvain a repris la quête21. Le roi demande alors à Gauvain de souder l’épée, qui est cause de la destruction de la terre de Logres. Le coup semble avoir été porté par le chevalier dans la bière, et qu’il faut maintenant venger (ou dont il faut se venger22 ?). Cependant, le lien entre l’épée, la destruction et le cadavre n’est jamais explicité. Une nouvelle fois, Gauvain échoue dans cette épreuve, mais, à l’invitation du roi, il pose néanmoins la question qui associe irrémédiablement l’épée brisée à une énigme :

  • 23 Version courte L, v. 7425-7429. La version longue présente la demande de Gauvain dans les mêmes ter (...)

Et de l’espee et de la biere,
Qui est la hors en tel maniere,
Vos demant, car je vuel savoir,
S’il vos plait, dites m’en le voir23.

12Le texte ne livrera cependant aucune réponse à ces questions, car l’auteur a recours à une habile pirouette narrative pour ne pas révéler la clef de l’énigme, puisqu’une nouvelle fois Gauvain s’endort, et le roi interrompt son récit, après avoir néanmoins révélé l’origine de la lance et du Graal.

  • 24 « Et quant ice [c’est-à-dire les réponses au sujet du Graal et de la lance] m’avroiz retret,/ Si me (...)

13La Deuxième Continuation, qui reprend les aventures de Perceval, ne contient qu’une seule visite au château du Graal, à la toute fin du roman. Une nouvelle fois, les trois objets sont aussi liés par le cortège qui défile pendant le repas. On note cependant que l’épée brisée reste sur la table, tandis que le Graal et la lance apparaissent et disparaissent. Puis, face aux réticences du roi qui repousse sans arrêt le moment de répondre, incitant Perceval à manger, le jeune homme pose deux fois la question sur l’épée, tout comme il interroge le roi sur la lance et le Graal, établissant de nouveau un rapport de contiguïté entre ces objets auxquels est conféré, par la question, un statut d’énigme24.

  • 25 « Mais que tot droit an la jointure/ Fu remese une creveüre/ Petitet [e], non mie granz. », v. 3255 (...)
  • 26 « Si l’en a prise et anvelopee/An un cendal, si l’am reporte. », v. 32591-32592.
  • 27 E. Faral, Les Arts poétiques du xie et du xiiie siècle, Paris, 1923 (...)

14Mais de nouveau, et bien que Perceval ait, cette fois, réussi à souder l’épée, aucune réponse n’est apportée à ses questions, peut-être en raison de la marque, la creveüre, qui reste sur l’épée25. Le roi lègue tous ses biens à Perceval, et le jeune homme qui avait apporté l’épée vient la reprendre, en prenant soin de l’envelopper d’une étoffe. Or le cendal26 qui recouvre désormais l’épée actualise la métaphore de l’involucrum utilisée dans les arts poétiques du Moyen Âge pour définir la figure de l’énigme : Aenigma est sententiarum obscuritas quodam verborum involucro occultata, écrit ainsi Matthieu de Vendôme dans son Ars Versifictora27. Le voile métaphorique à l’œuvre dans le fonctionnement rhétorique de l’énigme se matérialise dans la diégèse et souligne encore une fois le caractère énigmatique de l’épée.

  • 28 « Ha ! Biaux sire, si ne vos griet,/ Fait Percevaux, mes de l’espee/ Que nos avomes resoldee, / Con (...)
  • 29 Voir par exemple les v. 16149-16153 ou 16847-16851.

15Quant à la Continuation de Manessier, elle s’ouvre sur la fin de la précédente : Perceval reformule sa question28, et, contrairement au texte de Wauchier de Denain, obtient d’ailleurs apparemment toutes les réponses. La dernière Continuation s’ouvre également sur les dernières lignes du texte de Wauchier. Tout au long de ses aventures, Perceval réitère ses interrogations, notamment sur la bière et sur l’épée, interrogations qui forment un véritable leitmotiv rappelant les énigmes à résoudre29, même si chez Gerbert aucune réponse n’est donnée à la fin.

16L’épée brisée appartient donc bien, au même titre que le Graal et la lance au domaine de l’énigme, et chaque texte en fait un objet de questionnement pour le personnage comme pour le lecteur. La modalité interrogative qui constitue la structure type de la formulation de l’énigme (une question en attente d’une réponse) est le principal mode d’insertion du motif de l’épée brisée dans le discours des personnages.

  • 30 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, édition de Félix Lecoy, Paris, Champion, 1990, p. 100-105.
  • 31 « ele ne pooit peçoier/fors que par un tot seul peril/ que nus ne savoit mes que cil/ qui avoit for (...)

17L’épée brisée apparaît ensuite toujours dans un contexte qui appelle une interprétation d’ordre symbolique, et suscite en lui-même une atmosphère énigmatique.Celle-ci est tout d’abord créée grâce à l’effet d’intertextualité avec la scène du Graal chez Chrétien de Troyes. Le lecteur y retrouve la figure du Roi Méhaigné, le cortège de la lance, du tailloir et du Graal, et surtout la nécessité de poser une question pour résoudre ces énigmes et briser une sorte d’enchantement30. Rappelons aussi que dans Le Conte du Graal, le Roi Pêcheur fait cadeau à Perceval d’une mystérieuse épée, apportée par sa nièce – comme l’épée brisée du Roi lors de la première visite de Gauvain dans la Première Continuation –, épée qui, elle aussi, est destinée à se briser31. La présence conjointe du merveilleux religieux et profane suscite de plus l’interrogation et motive la décision d’interpréter le motif de l’épée brisée comme une énigme à résoudre. L’épée apparaît souvent, par exemple, à travers une lumière extraordinaire qui n’est pas sans rappeler les apparitions du Graal chez Chrétien. Quel que soit le contexte où surgit l’épée, sur la bière ou au fil du cortège, elle baigne en effet dans une clarté presque surnaturelle :

  • 32 Première Continuation, version mixte, v. 1324-1326 et 13188-13191.

La sale estoit autresi blanche,
Que mainte candeille i ardoit,
Dont laiens grant clarté avoit.
[···]
Sachiez qu’as quatre cors [de la bière] avoit
Quatre grans chierges qui ardoient.
Sor quatre chandeliers seoient
Qui valoient un grant tresor32.

  • 33 Selon l’expression de Jean-Claude Lozac’hmeur, « Recherches sur les origines indo-européennes et és (...)
  • 34 Mireille Séguy, op. cit., observe ainsi dans la Première Continuation un « très net déplacement de (...)

18Enfin, le motif de l’épée brisée entretient cette ambiance étrange, car il est lié à celui de la mort surnaturelle du chevalier au pavillon et à « l’archétype de la vengeance33 » ou de la « vendetta familiale », tel qu’on le trouve dans les récits celtiques profanes comme Peredur34.

19Cependant, l’épée brisée fonctionne avant tout comme une métaphore de l’énigme, d’un mystère à résoudre plus que comme le véritable sujet de l’interrogation.

20C’est d’abord la place changeante qu’occupe l’épée dans la plupart des processions du Graal qui suggère ce fonctionnement métaphorique. Dans La Première Continuation, la brisure devient ostensible entre la première visite de Gauvain où l’épée sur le mort semble entière, sauf si l’on y regarde de près, et la deuxième visite où les deux moitiés de l’épée sont apportées l’une après l’autre : la première est en effet posée sur la bière, tandis que le roi apporte la deuxième. D’un épisode à l’autre, la brisure s’affiche et s’affirme, comme si les chances d’en résoudre l’énigme, c’est-à-dire de faire coïncider la question avec une réponse adéquate, se réduisaient au fur et à mesure. Les questions insolubles se multiplient en effet : qui est le Roi de la deuxième visite ? Qui est le mort sur la bière ? Qui est le chevalier tué au pavillon ? Comment le roi se trouve-t-il en possession de la moitié de son épée ? Pourquoi ? Peut-être aucune réponse n’existe-t-elle. Peut-être faut-il simplement considérer l’épée brisée comme le signe d’une énigme, d’un symbole à déchiffrer, des morceaux de l’histoire à rassembler, mais que le lecteur ne peut justement jamais assembler, comme s’il lui manquait toujours des pièces d’un récit-puzzle.

  • 35 Mss TVD, v. 1330-1340 et 1357-1371. Mss EMQU, v. 3776-3789, et 3805-3818.
  • 36 Mss TVD, v. 13325.
  • 37 Ibid. v. 13282.

21Le Graal et la lance semblent eux-mêmes de plus en plus énigmatiques. Lors de la première visite, le cortège du Graal s’apparente fort à celui de Chrétien : un jeune homme porte la lance qui saigne : il est suivi d’une demoiselle en pleurs qui apporte le Graal35. Or, lors de la deuxième visite, dont nous ne savons d’ailleurs pas réellement si elle se passe dans les mêmes lieux, la lance tient désormais seule toute droite dans « un molt riche orçuel d’argent36 », tandis que le Graal renoue avec le merveilleux profane puisqu’il sert à table, « si que nus ne le soztenoit37 ». Ainsi, l’épée se brise radicalement quand les merveilles sont de plus en plus grandes pour signifier sans doute l’inadéquation de Gauvain face à cette mission, mais surtout l’obscurcissement de l’énigme ou plutôt des énigmes, étant donné le nombre de questions que suscitent ces scènes.

22La place qu’occupe l’épée dans le cortège confirme ensuite son caractère métaphorique. Lors de la première visite, l’épée clôt le cortège, précédée, dans l’ordre, de la lance, du tailloir et du Graal. D’apparence entière, malgré la faille bien réelle, elle semble représenter, à elle seule, la somme des énigmes qui la précèdent, en même temps que le moyen de les résoudre. Placée à la fin du cortège, elle a manifestement partie liée avec les autres objets, et l’apparente soudure de sa lame donne l’impression que les énigmes sont sur le point d’être résolues. On remarque en effet que Gauvain progresse en ce sens par rapport à Perceval qui, chez Chrétien, n’avait pas posé les questions, et donc n’avait pu enclencher le processus de résolution de l’énigme. Or, lors de la seconde visite, les deux moitiés de l’épée sont séparées par le Graal et la lance, objets des quêtes de Gauvain et Perceval, et initialement chez Chrétien objets du questionnement. La première moitié apparaît en effet à Gauvain lors de son arrivée au château, tandis que la seconde est apportée par le Roi après le repas. L’épée est ici ostensiblement coupée en deux comme le sont, dans la structure de l’énigme, la question et la réponse (différée) : tant que les réponses sur la lance et le Graal se seront pas résolues, les deux morceaux de l’épée ne pourront être rassemblés.

  • 38 V. 32396-32438.

23Dans la Deuxième Continuation, l’épée portée par un jeune homme apparaît dans la procession après le Graal et la lance, mais elle reste sur la table, pendant que les deux autres objets disparaissent et réapparaissent38 : elle est ainsi au cœur du cortège, comme elle est au cœur de l’énigme, et structure ce cortège comme elle structure métaphoriquement les deux phases qui font de la lance et du Graal des énigmes : la question et la réponse. Perceval pose d’ailleurs les questions attendues, mais ressoude imparfaitement l’épée : il reste une creveüre, une petite marque qui empêche le héros d’avoir réponse à ses questions. La brisure devient le signe d’une question sans réponse ; l’objet est rompu comme l’énigme qui semble ne jamais vouloir être résolue. La brèche dans l’épée est le signe que les objets n’ont pas encore trouvé leur senefiance et qu’il reste impossible de rassembler les éléments disparates de l’aventure.

  • 39 « Atant revint cil a esploit/ Qui l’espee avoit aportee,/ Si l’a prise et anvelopee/ An un cendal, (...)

24Chez Gerbert de Montreuil, qui ouvre et clôt son texte sur les derniers vers de Wauchier39, la soudure imparfaite redevient au début la métaphore d’une énigme non résolue, d’un processus interprétatif interrompu. La creveüre empêche toujours Perceval de connaître les réponses et justifie de nouvelles aventures afin de faire pénitence de ses péchés qui, jusqu’à présent, l’ont empêché d’achever sa quête. Mais à la fin, l’épée disparaît, enveloppée du cendal qui masque la brisure, en même temps que le récit laisse en suspens toutes les attentes du personnage et du lecteur. Avec la disparition de l’épée, et surtout l’invisibilité de la brisure, l’énigme se dérobe et disparaît matériellement. En quelque sorte, le geste du valet annule l’énigme qui avec l’épée « filent à l’anglaise ». Le texte s’achève ainsi par une pirouette, niant ce qui motivait pourtant toute la quête de Perceval et l’enjeu des Continuations.

25Au contraire, dans la Continuation de Manessier, qui s’ouvre également sur ces vers, la soudure même imparfaite de l’épée et sa disparition sont la marque d’un signe reconstruit, qui n’est plus à interroger, puisque Perceval aura réponse à toutes ses questions. Les deux parties de l’énigme, la question et la réponse s’assemblent tout comme les deux moitiés de l’épée s’ajustent. L’épée a alors une fonction englobante : elle concentre en elle-même toutes les énigmes du texte. Mais, une fois résolue, l’énigme n’a plus lieu d’être et s’anéantit : l’épée disparaît de la même manière que dans la deuxième Continuation, mais le sens de cette disparition est différent, car elle signifie l’avènement de l’énigme.

26Ensuite, au sein d’une même continuation, la première notamment, mais entre les continuations elles-mêmes aussi, le référent de l’épée change et l’arme est soumise à des muances. L’épée n’est jamais exactement la même, et l’énigme dont elle est porteuse diffère donc nécessairement selon les situations. À la question identique de la nature de l’épée et de l’origine de sa brisure ne peut alors correspondre aucune réponse universelle.

  • 40 « Lors a li sires apelez/ Quatre vallés, si dist : “Alez,/ Si m’aportez ma bone espee.” », mss TVD, (...)
  • 41 « Endroit le pis, signeur, avoit,/ Devers la meure, d’une espee/ La moitié, dont l’autre ert volee  (...)
  • 42 Ibid. v. 7343-7347.
  • 43 Troisième Continuation, v. 32812-32948.
  • 44 Tout au long du passage consacré à l’épée (v. 539-909), après l’épisode des portes du Paradis, Gerb (...)
  • 45 Chrétien de Troyes, op. cit., v. 3132-3167, et 3660-3669.

27Voici quelques exemples : la Première Continuation n’offre pas moins de trois épées brisées différentes. L’épée posée sur la bière, et qui semble entière, celle du Roi, explicitement introduite par le déterminant possessif « ma40 », apportée par sa nièce et que doit ressouder Gauvain, et celle de la seconde visite, dont les deux moitiés sont physiquement réparties entre le chevalier mort sur la bière et le roi, et qui appartiendrait au chevalier tué au pavillon. De plus, les deux épées posées sur les bières et dont l’identification est tentante, mais que rien n’autorise à faire, sont associées au motif de la vengeance et du coup douloureux, contrairement à l’épée offerte par la nièce du roi qui renvoie explicitement à l’épée que le Roi Pêcheur offre à Perceval chez Chrétien. Dans la version courte de la Première Continuation, les choses se compliquent encore : l’épée sur la bière est « volee41 », et l’identification avec l’épée du chevalier au pavillon, pourtant formulée explicitement dans le texte42, devient problématique. Quant à Manessier, il en fait l’arme qui a tué le roi Goondésert, le frère du roi Pêcheur, et qui s’est brisée à cette occasion. La fille de Goondésert, la nièce du roi, lui a apporté les morceaux de l’épée, et il s’est automutilé avec l’un des tronçons de cette épée. On apprend également que celui qui ressoudera l’épée vengera la mort de Goondésert43. Manessier transforme ainsi les éléments des deux précédentes continuations pour intégrer à son récit à la fois la tradition celtique de la vengeance et les données de Chrétien. Enfin, Gerbert de Montreuil participe aussi à cet effet de muance de l’épée grâce au dédoublement opéré entre l’épée brisée du Roi Pêcheur, et celle de Perceval qui se brise aussi sur les portes du Paradis, et que Trébuchet, le forgeron qui en a trempé l’acier, pourra seul, réparer44. On assiste alors à un second dédoublement, puisque Gerbert emprunte ici le personnage de Chrétien de Troyes45. Or dans Le Conte du Graal, Trébuchet est celui qui a forgé l’épée envoyée par la nièce du Roi Pêcheur. Se dessine alors un vaste et complexe réseau intertextuel dans lequel les épées se télescopent, se rappellent les unes les autres grâce à quelques détails récurrents, sans toutefois jamais se superposer exactement. Elles nous semblent ainsi toutes familières et étrangères.

28L’identité de l’épée est floue, brouillée ; elle n’a guère de référent, ni de propriétaire récurrent. C’est un signe instable, contrairement au Graal et à la lance qui, eux, se définissent grâce à quelques traits bien connus partagés par tous les auteurs. C’est pourquoi l’épée est si énigmatique, mais c’est aussi pourquoi elle est davantage la métaphore de l’énigme ou des énigmes. Par le jeu des muances, elle interdit toute réponse assurée à la question qui lui est inhérente, et devient le signe d’une interrogation, de l’énigme en général, c’est-à-dire de l’enjeu fondamental des textes. Son instabilité signifie aussi peut-être la vanité de vouloir résoudre son énigme, et partant, toutes les énigmes des textes.

29L’épée brisée fonctionne encore comme la clef de l’énigme : métaphore de l’énigme, elle est de plus métaphore de sa résolution.

  • 46 Mss TVD, v. 1447-1453 et 1460-1466.

30Quel que soit le texte, à chaque fois que le Roi présente l’épreuve de la soudure au héros, il insiste dans son discours sur le lien inéluctable entre la réussite de l’épreuve et les réponses aux questions. Souder l’épée est une épreuve d’élection qui seule doit donner la clef de toutes les questions. Dans la Première Continuation, lors de la première visite de Gauvain, le Roi insiste par deux fois sur le fait que l’épée est la clef de l’énigme du Graal, de la lance, et du chevalier mort sur la bière46.

31En fermant de plus le cortège, l’épée se désigne comme le moyen à employer pour comprendre les signes qui la précèdent, et donc comme l’instrument de résolution de l’énigme. Lors de sa seconde visite, le Roi Pêcheur dévoile cependant quelques explications à Gauvain sur le Graal et la lance, mais il s’interrompt en disant :

  • 47 Mss MQU (version longue), v. 17748-17752.

Li remananz si est segroiz
Que ge dire ne vos porroie
Por nule riens ne n’oseroie,
Que n’avez pas l’uevre achevee
Ne souder la frete espee47.

  • 48 V. 32530-32537.

32Outre un moyen commode de ne jamais révéler ce qu’il est impossible, voire interdit de dire, l’épée apparaît de nouveau comme la clef de toutes les interrogations. On observe d’ailleurs un fonctionnement identique dans la Deuxième Continuation48 où le Roi ne fait pas de l’épée un sujet d’interrogation, comme si elle était davantage le signe de l’énigme. Quand Perceval soude l’épée, la clef interprétative est là, sous nos yeux : les deux morceaux de l’épée s’assemblent comme une clef peut entrer dans une serrure, mais elle se dérobe et disparaît sous l’étoffe.

33Dans la Troisième Continuation, au contraire, la soudure fonctionne comme une clef qui s’ouvre sur une multiplicité de réponses. Le fonctionnement est ici beaucoup plus attendu, et la disparition de l’épée et de la marque de la soudure imparfaite sont synonymes de résolution de l’énigme.

  • 49 Denis Boisseau, « L’énigme de la solution de l’énigme », L'énigme, n° spécial de La Licorne, UFR La (...)

34Le lexique de la trace, de la coupure et en même temps de la dissimulation employé par Denis Boisseau49 dans la définition suivante renforce indéniablement le lien métaphorique entre le motif de l’épée brisée et la figure de l’énigme que nous croyons déceler dans les Continuations : « Paradoxe : il faut que l’énigme résiste, mais il faut que s’y laisse deviner l’avenir d’une réponse, l’énigme doit porter en elle la marque, la cicatrice de sa composition, la retorse évidence de son encodage, la promesse de sa dissolution. L’énigme est ainsi, dans le même élan, un sens ouvert en attente de clôture, et un énoncé muet obstinément rebelle au dessillement. Et la réponse enfin produite dans le soulagement n’est déjà plus que la déception d’une attente fascinée. »

La brisure ou la métaphore de la parole et du langage en quête de senefiance

35L’épée brisée et le motif de la brisure apparaissent dans les Continuations comme des métaphores de la parole énigmatique, c’est-à-dire d’un langage symbolique auquel résistent les clefs de l’interprétation.

  • 50 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p 23.

36Le réseau tissé dans les Continuations entre l’épée brisée, l’énigme et le langage n’est pas sans rappeler cette question de Paul Zumthor50 : « Quel est le poids, le pouvoir, la signifiance énigmatique de cet écran posé par le langage entre le monde où nous jeta le destin, et ce destin même, nous ? » Dans quelle mesure l’épée brisée métaphorise-t-elle le rapport complexe du langage au monde, c’est-à-dire d’un langage en quête du signe parfait, d’une adéquation malheureusement impossible des mots et des choses ?

  • 51 Mss MQU, v. 17537-17548. Les Mss TVD, v. 13493-13512, le ms L, v. 7460-7482, et le ms A, v. 7425-74 (...)

37L’opposition étymologique du diabolon et du symbolon à l’œuvre dans les Continuations constitue une piste intéressante. En effet, comme le coup félon dont l’épée est la cause et la brisure la conséquence, l’énigme, à l’image du diabolon, coupe, sépare ce qui doit être assemblé. Car l’épée brisée est dans tous les textes un objet connoté négativement, voire diaboliquement, et qui a transféré sur lui tout le maléfice profane d’origine celtique de la lance. Le Roi du château du Graal rappelle à plusieurs reprises dans la Première Continuation51 l’antagonisme bien connu des deux armes : tandis que la lance renvoie à la passion du Christ et au rachat des péchés des hommes, l’épée est l’arme de la destruction du royaume de Logres aux conséquences désastreuses. Si la Continuation de Manessier ne reprend pas explicitement l’antagonisme de la lance et de l’épée, cette dernière a porté aussi un coup malheureux :

  • 52 V. 32821-32825.

C’est celle dont li cox mortex
Fu faiz, jamés ne sera tex
Si desloiaux ne si felons,
Car ancore nos an dolons
Et je et cis roiaumes toz52.

  • 53 Mireille Séguy, op. cit., p. 323.
  • 54 Ibid., p. 325.

38Toutefois, c’est le caractère diabolique de Partinal, le meurtrier du roi Goondésert et responsable du coup de l’épée, qui retiendra ici notre attention. Mireille Séguy a perçu chez ce personnage le faussaire, le double du diable, qui se déguise pour tuer Goondésert, et dont la couleur vermeille des enseignes porte une connotation diabolique53. Son nom, Partinal, est d’ailleurs composé du « participe passé d’un verbe qui signifie précisément la séparation et la brisure54 », tandis que c’est encore le diable, l'anemis qui, selon le gardien des portes du Paradis, a poussé Perceval à frapper si fort à la porte qu’il en a brisé son épée. Ainsi, chaque occurrence, ou presque, de l’épée est rattachée dans son contexte à l’image du démon, du diabolon qui sépare et brise, tout comme la parole énigmatique, à l’image de l’épée, sépare la question de la réponse, empêche la soudure des deux composantes irréductibles de l’énigme.

  • 55 Armand Strubel, « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Champion, 20 (...)

39L’épée brisée fonctionne pourtant aussi comme un symbole à déchiffrer, un symbolon dont les morceaux étymologiquement « jetés ensemble », séparés, doivent un jour se rejoindre pour en éclairer le sens. Mais sauf dans la Continuation de Manessier où l’épée brisée et ressoudée devient un symbole accompli, un signe véritablement reconstruit, puisqu’elle ouvre les portes de la senefiance, le pouvoir séparateur du « diabolon » s’oppose à la réunification du « symbolon », et interdit ainsi de recomposer l’objet de reconnaissance qu’est l’épée. Les amorces interrompues par le sommeil de Gauvain, les échecs, voire les refus de réponse dénotent cette tension et sont métaphorisés par la brisure ou la soudure imparfaite de l’épée. L’objet comme le sens ne sont jamais assemblés : la complétude du signe n’est qu’une utopie que les Continuations poursuivent sans jamais l’atteindre, même en un certain sens Manessier. L’épée brisée est un symbole, au sens propre et au sens figuré, un symbole en devenir, qui ne livre pas les clefs du processus interprétatif. Parce qu’il reste un interstice irréductible entre le signe et le sens, entre la représentation concrète et la signification abstraite, le symbole reste obscur. C’est peut-être en réalité cette obscurité même qui en fait définitivement un symbole, dès lors synonyme d’énigme. Armand Strubel note en effet que ce que l’on entend généralement par symbole « relève la plupart du temps d’une figure bien connue des traités médiévaux, rangée d’ailleurs dans l’allegoria, l’énigme, que Donat définit ainsi : “obscura sententia per occultam similitudinem rerum55” ».

40Cette difficulté à trouver la clef de l’énigme ou du symbole, à rassembler ce qui s’obstine à vouloir rester séparé fait ainsi de l’épée brisée une métaphore de la parole énigmatique. La réponse se dérobe comme l’objet à la fin des textes de Wauchier et de Gerbert, ou est sans cesse retardée ; les deux éléments-clés de l’énigme, la question et la réponse sont présents sous les traits allégoriques des moitiés d’épée, mais le signe, sauf a priori chez Manessier, n’est jamais complet.

41En fait, la distance irréductible entre l’objet et sa senefiance est la même qu’entre signifiant et signifié. L’épée est à la fois le signe de l’énigme, ce qui la désigne par le jeu de la métaphore, comme le mot, le signifiant, et une énigme à part entière, comme la chose, le signifié. Elle porte en elle-même le rapport du signifiant au signifié, mais à travers elle ce rapport est problématique, car la superposition du signifiant et du signifié, comme la soudure des deux parties, ne donne pas accès à une signification. Le langage est imparfait, inadéquat ; au lieu de dévoiler le monde, il jette un écran, pour reprendre l’image de Zumthor, entre le sens, la résolution de l’énigme, et nous lecteurs. L’allégorie ne fait pas sens, car aucun sens abstrait clair ne se superpose à la représentation concrète de l’épée brisée, tout comme l’énigme reste en suspens.

42Ainsi, l’épée brisée ne se fait plus seulement métaphore de l’écriture de l’éternelle continuité, d’un récit béant qui appelle une fin, et en même temps a du mal à la trouver, mais métaphore de la parole à l’œuvre dans l’énigme, parole tendue entre le désir de savoir formulé par la question et la difficulté voire l’impossibilité d’accéder à ce savoir, à une réponse qui ne rejoint pas l’interrogation. Au-delà de cette première interprétation, l’épée brisée est également métaphore du langage, mais d’un langage problématique, énigmatique, où l’arbitraire du signe est remis en cause, où les mots ne sont plus des clefs ouvrant sur la compréhension du monde, à l’image de ces récits qui reposent fondamentalement sur des énigmes dont les auteurs ont perdu la clef, pour autant qu’elle ait jamais existé…

  • 56 Jean Marx, Nouvelles recherches sur la littérature arthurienne, Paris, Klincksieck, 1965, p. 89.
  • 57 Op. cit. Pour l’auteur, l’émergence du motif de la vision évince aussi les questions fondam (...)

43Si l’on accepte ces interprétations de l’épée brisée dans les Continuations, on peut alors reconsidérer plusieurs études qui tendent à montrer qu’au fur et à mesure de la christianisation des scènes du Graal, le rôle des questions liées aux révélations du château du Graal tend à s’amoindrir, voire à disparaître. Jean Marx56 ou, plus récemment, Mireille Séguy57, voient davantage dans l’épée une épreuve d’élection. C’est en effet le cas dans les quatre récits, puisque seul celui qui ressoudera l’épée devrait être digne d’entendre les révélations du Roi Pêcheur, et de venger le coup douloureux. Cette interprétation est particulièrement efficace chez Manessier, car Perceval, ayant soudé l’épée, devient l’élu d’une nouvelle mission, à savoir venger la mort du roi Goondésert et tuer Partinal.

44Or, si l’on admet l’interprétation de l’épée comme métaphore de la parole et de la difficulté du langage à dire le monde, à résoudre en les nommant les mystères du monde, le processus de questionnement reste central dans les Continuations, et se problématise grandement. Dès lors, la formulation de l’énigme et la recherche de sa solution sont au cœur des récits par le biais du motif de l’épée brisée, et semblent dominer le caractère électif de ce motif.

L’épée, clef sans serrure

45Mais cette clef de l’énigme que l’épée métaphorise, et que les auteurs des Continuations nous font sans cesse miroiter, ne semble pas ouvrir de porte, et n’est peut-être jamais qu’une clef sans serrure. Plus que la difficulté du langage à exprimer l’inexprimable, l’épée brisée tend en effet à métaphoriser dans l’ensemble des textes, même dans ceux qui apportent des réponses, l’incapacité du langage à combler la faille entre les questions et les réponses, c’est-à-dire à formuler le vrai ou le divin. La clef, matérialisée par l’épée, semble une clef faussée, qui n’ouvre sur aucune signification complète ou satisfaisante.

  • 58 Mss MQU, v. 17485-17488.

46Ainsi, dans la Première Continuation, les décalages, les inadéquations entre les questions (parfois non posées !) et les réponses (parfois anticipées sur les questions, ou passées sous silence à cause du sommeil de Gauvain) trahissent les codes de l’échange énigmatique. Le fonctionnement systématique de l’énigme, le « contrat » implicite entre les deux parties, à savoir une question précédant et appelant une réponse est rompu. Lors par exemple de la deuxième visite de Gauvain au château du Graal, le roi reconnaît l’échec du personnage : ce n’est pas lui qui accomplira la quête du chevalier tué au pavillon, mais il est néanmoins invité à poser toutes les questions qu’il souhaite58 !

  • 59 Ibid., v. 17495-17502.
  • 60 Ibid., v. 17553-17748.

47On peut certes considérer qu’ici, contrairement à la première visite, l’épée constitue bien plus une épreuve d’élection qu’une clef d’accès aux diverses énigmes soumises aux yeux de Gauvain. Néanmoins, la suite entretient un rapport étrange entre les questions et les réponses. Gauvain interroge en effet le roi exclusivement sur la lance et sur l’épée posée sur la bière59. Si celui-ci lui explique bien que la lance est celle qui a frappé le Christ sur la croix, il repousse la résolution de l’énigme de l’épée, en insérant ensuite dans son discours toute une digression sur le Graal et sur Joseph d’Arimathie60. Or Gauvain n’a pas posé la question du Graal ! Lorsque ce récit s’interrompt, le roi refusant d’aller plus loin car Gauvain n’a pas soudé l’épée, il se rend compte que le chevalier s’est endormi et ne révèle donc rien de l’épée. Les règles de l’énigme sont complètement bouleversées : les réponses anticipent les questions, mais répondent à côté, sans tenir compte de ces questions ! Une fois encore, les clefs jouent à cache-cache avec le lecteur, apparaissant pour mieux disparaître et nous laisser insatisfaits.

  • 61 « Vassal, fait il, plus n’en verrez/ Devant che que cha revenrez,/ Mais tres bien porroit avenir,/ (...)

48Chez Gerbert de Montreuil, les clefs annoncées tout au long du roman s’évanouissent quand tous les éléments sont enfin réunis. Le texte est en effet scandé de nombreuses prolepses qui annoncent la soudure de l’épée et donc la résolution de l’énigme, bien que ces motifs ne se concrétisent jamais. Perceval fait par exemple ressouder son épée brisée aux portes du Paradis par Trébuchet, comme il soudera parfaitement, à la fin du texte l’épée du Roi Pêcheur. Mais il ne retourne pas au Paradis terrestre comme le lui avait annoncé le gardien : ses portes, malgré la pénitence de Perceval, ne s’ouvrent jamais à lui, tout comme la prophétie du gardien selon laquelle il connaîtra les mystères du Graal et de la lance ne se réalise pas. Malgré les apparences, les failles ne sont jamais comblées, et les attentes légitimes du lecteur sont déçues : Perceval n’apprendra rien, tout comme nous ne saurons rien de la mort et de la guérison des plaies du roi Mordrain. Pour avoir convoité le Graal, celui-ci est en effet condamné à vivre avec des plaies béantes qui saignent chaque jour, jusqu’à ce que le chevalier élu, achève la quête du Graal et de la Lance. Or Perceval ne sera jamais témoin de sa délivrance, et si l’épée est ressoudée, les plaies du roi restent ouvertes, comme l’énigme attend toujours sa clef. En ce sens, la fracture de l’épée de Perceval aux portes du Paradis terrestre relève d’un double effet de reprise et d’anticipation. Alors qu’il vient (certes imparfaitement) de souder l’épée, il en brise une autre, signe que l’épée qui donnera la clef de l’énigme ne sera jamais bien soudée et qu’il y aura toujours un obstacle à la réponse à ses questions. De même, les paroles du gardien du château du Paradis61 répètent la promesse du Roi Pêcheur. Le texte bégaie donc dès le début, et non seulement à la fin, et le redoublement de la brisure et du refus – de répondre puis d’ouvrir les portes – annonce une répétition à l’infini.

49La fin de la Deuxième Continuation, où l’épée disparaît sous une étoffe qui masque sa creveüre, nous signalait déjà que croire à une réponse, croire à l’existence d’une clef de l’énigme qui, un bref instant, s’est offerte à nos yeux, n’est qu’un leurre, une illusion. Quand l’épée sort de scène, le texte se clôt : il n’y a plus d’énigme, et si elle a existé, la clef en était faussée (car la soudure était imparfaite) et est désormais tombée dans l’oubli. Le vers final, loin de nous laisser l’image d’un Perceval frustré, à l’image du lecteur, nous dit au contraire que Percevaux se reconforte, comme s’il avait déjà fait le deuil de toutes ses interrogations. De plus, la reprise à l’identique de cet épilogue au début et à la fin de la dernière Continuation, transforme l’histoire en un cycle, la voue à un éternel recommencement, c’est-à-dire à une éternelle quête de la senefiance. La clef de l’énigme se dérobe à l’infini ; l’énigme reste une énigme, et ce qui métaphoriquement en représentait la solution, ne résout rien. L’épée est parfaitement soudée, mais le texte se heurte à l’impasse du sens, à l’échec du langage à dire ce qu’il ne peut représenter que de façon imagée, sans jamais l’expliciter. L’enjeu de la quatrième Continuation n’est donc pas de révéler des réponses comme celle de Manessier, mais de se servir de l’attente générée par les récits précédents et le motif de l’épée pour raconter l’histoire d’une énigme.

  • 62 Mireille Séguy, op. cit. Armand Strubel, op. cit., p. 320-322.

50Car contrairement aux auteurs des autres Continuations, Manessier semble bien livrer des clefs interprétatives. Mais comme l’a montré Mireille Séguy, ce sont des réponses qui suggèrent d’autres questions, lesquelles restent implicites et ne sont pas résolues. Pourquoi l’automutilation du Roi Pêcheur ? Quelle est la cause de la guerre menée par Espinogrès contre Goondésert au cours de laquelle il trouvera la mort ? L’histoire de Goondésert, et par conséquent celle de l’épée, restent ouvertes et appellent de nombreuses questions autour d’un drame familial62.

  • 63 Armand Strudel, La Rose, Renat et le Graal, Paris, Champion, 1989, p. 263.
  • 64 Ibid, p. 262.

51De plus, quand des réponses sont données, dans les Première et Troisième Continuations, ce sont des réponses à caractère historique, qui ont une valeur extratextuelle. Elles reposent sur l’histoire de la lance, attribuée chez Manessier à Longin, sur celle de Joseph d’Arimathie qui recueillit le sang du Christ dans le Graal. Ce sont les mêmes explications que celles de Robert de Boron dans le Roman de l’Estoire dou Graal. Or, comme le remarque Armand Strubel63, ce récit n’est plus métaphorique, comme pouvait l’être le Conte du Graal où les merveilles, non christianisées, pouvaient porter encore un sens situé en dehors de l’Histoire. Mais chez Robert de Boron, et par conséquent chez les continuateurs, les événements sont marqués par l’authenticité et donc non plus par l’énigme. La christianisation apporte un sens, une clef aux énigmes du Graal et de la lance, mais c’est un sens extérieur au texte : c’est le sens de l’Histoire et non celui inhérent au récit romanesque qui ne peut plus exister. L’œuvre littéraire semble être prise à son propre piège : à force de jouer avec le langage, de créer énigmes, métaphores et allégories, elle tombe dans une impasse. Quand la métaphore, comme celle de l’épée brisée, ne fait plus sens pour le poète, quand cette métaphore ne lui permet plus de dire le monde, quand la fiction tourne en vase clos à l’exemple de Gerbert de Montreuil, alors la littérature cède la place à l’histoire, mais elle avoue en même temps son échec. Certes, une senefiance est apportée, mais elle est « répétition, remplissage d’un vide, d’un manque à signifier, celui de la plénitude perdue64 ».C’est ainsi que l’on peut analyser tous les passages résolument explicatifs, qui semblent parfois mal raccordés à l’ensemble dans la Première Continuation, ou répétitifs par rapport à ce qui a déjà été dit : Manessier n’apporte en effet rien de nouveau aux révélations du Graal et de la lance faites dans la Première Continuation, si ce n’est l’identification de la lance à celle de Longin. La clef délivrée n’est guère alors qu’un pis-aller, puisque le roman doit sortir de lui-même pour résoudre l’entremêlement d’énigmes dont il est porteur mais qu’il ne sait plus résoudre.

52Ainsi, l’impression, même chez Manessier, de rester « sur sa faim » viendrait de réponses qui s’apparenteraient pour le Graal et la lance à des « secrets de polichinelle ». Le lecteur, ne serait-ce que par la Première Continuation, et le caractère justement historique de ces réponses, ne les connaît-il pas déjà ? Cela expliquerait pourquoi le Roi offrirait si volontiers de tout révéler à Gauvain : les secrets qu’il lui livre n’en sont plus pour personne, mais les continuateurs peinent à renouveler ces secrets, car tout semble déjà avoir été dit. Depuis Robert de Boron, le lecteur familier des cycles arthuriens n’a plus rien à apprendre sur l’histoire du Graal. La lance et le Graal sont des objets éculés, qui malgré les apparences n’ont plus rien à cacher, et sur lesquels personne ne peut rien dire de nouveau. Objets porteurs d’énigmes trop souvent résolues, et donc d’énigmes mortes, ils sont remplacés par l’épée, un objet plus banal dans l’imaginaire médiéval, plus disponible aussi. Ainsi l’épée relance l’énigme, mais c’est une énigme jamais comblée qui remplace une énigme trop comblée.

53Qu’elles disparaissent ou qu’elles semblent ouvrir les portes de la signification, les clefs de l’énigme emblématisées par l’épée brisée tournent à vide dans les serrures. Il semble en effet que l’échange énigmatique fondé sur la question et la réponse porteuse d’une révélation ait du mal à exister dans les Continuations, comme peut-être dans tous les romans du Graal. Car ou bien la révélation n’en est plus une depuis longtemps, ou bien elle se dérobe à l’infini. Elle n’est qu’une clef qui « enfonce des portes ouvertes » ou renonce à ouvrir quoi que ce soit, une clef qui ferme la possibilité d’une interprétation au lieu d’ouvrir sur le sens. Notre questionnement se heurte alors au silence et reste en suspens comme l’épée de Perceval se brise sur les portes du Paradis qui ne s’ouvriront jamais à lui.

Notes

1 William Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, The First Continuation, vol. I (versions mixtes), II (versions longues), III (versions courtes), Philadelphia, University of Pennsylvania Press, The American Philosophical Society, 1949, 1950, 1952. La Première Continuation est aussi disponible, dans la version courte, dans l’édition de C.-A. Van Coolput-Storms, La première continuation de Perceval, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 1993.

2 William Roach, The second Continuation, vol. IV, The American Philosophical Society, 1971.

3 William Roach, The third Continuation, vol. V, The American Philosophical Society, 1983.

4 Mary Williams, Gerbert de Montreuil. La Continuation de Perceval, vol. I, II, Paris, Champion, « Classiques français du Moyen Âge », 1922 et 1925. Margaret Oswald, Gerbert de Montreuil. La Continuation de Perceval, vol. III, Paris, Champion, « Classiques français du Moyen Âge », 1975.

5 Gerbert de Montreuil. La Continuation de Perceval, vol. I, op. cit., v. 135-179.

6 « Maint anui vous a porchacié/Anemis qui ce vous fist faire », ibid., v. 191-192.

7 « Perchevaus tout apertement/A veü Paradis terrestre », dira le gardien des portes du château à Perceval, ibid v. 276-277. Plus loin, c’est Trébuchet, le forgeron qui ressoudera l’épée brisée de Perceval, qui confirme l’identité du lieu : « Vassal, fait il, par grant pechié/Avez vostre brant pechoié,/ Que je fis passé a mains dis :/A la porte de Paradis/Le brisastes, tres bien le voi », v. 851-855.

8 Ibid. v. 182.

9 Alexandre Leupin, « La faille et l’écriture de la faille dans les Continuations du Perceval », Le Moyen Âge, 1982, LXXXVIII, p. 237-269. L’enjeu de cet article est d’étudier la question du rapport entre l’écriture et « ce qui se donne, dans le récit, comme figures du manque, de la dualité, de la coupure, de la blessure, de la décapitation, du fragment et de la mort », p. 237.

10 Ibid. p. 257.

11 Mireille Séguy, Les Romans du Graal ou le signe imaginé, Paris, Champion, 2001, p. 288.

12 Ibid. p. 99.

13 Les références aux trois premières continuations se fondent toujours sur l’édition de William Roach, op. cit. La version mixte (vol. I) correspond aux manuscrits ASLRP ; la version longue (vol. II) aux manuscrits EMQU ; la version courte (vol. III) propose deux variantes : celle des manuscrits ASPR, et celle du manuscrit L. C’est sur ce dernier manuscrit que repose aussi l’édition de C.-A. Van Coolput-Storms, op. cit.

14 Mss EMQU, v. 3712.

15 Ibid. v. 3730.

16 Ibid. v. 3822-3831. La version mixte rapporte la scène en ces termes : « Qui par miliu ert pechoïe,/ Mais a malaise ert percheüe,/ Se ce ne fust chose seüe,/ Qu’ele ne samblast tote entiere. », Mss. TVD. v. 1379-1383.

17 Mss. EMQU, v. 3869-3877.

18 « Lors a li sires apelé/Quatre vallet, si dist : “Alez,/ Si m’aportez ma bone espee.”/ Cil corent, si l’ont aportee,/ Mais elle iert parmi peçoiee./ Et li vallet l’i ont bailliee/A leur seignor tote par pieces./ Et saichiez c’une de ses nieces/ Li ot l’espee peçoiee/ Par molt grant chierté anvoiee. », ibid., v. 3881-3890.

19 Ms. L, v. 7188-7190. Les Mss MQU présentent la même version de l’épée « volee ».

20 Mss. TVD, v. 13201-13203. La version ASP (courte) présente l’épée de la même façon.

21 « Puis ist li rois et tient l’espee/ Qu’il ot en la sale aportee./ C’estoit l’espee au cevalier/ Dont vos m’avés oï traitier,/ Qui fu ocis au pavellon. », Ms. L, v. 7343-7347. Les manuscrits s’accordent tous sur cette version. Cet épisode inaugure la cinquième branche (selon l’organisation proposée par W. Roach) de la Première Continuation, intitulée « Gauvain au château du Graal ».

22 « Li grans damages qui chi gist,/ Par ont li roialmes perist,/ Dex doinst que vos soiez vengiez, / Si que li pueples en soit liez/ Et la terre en resoit pueplee/ Qui par vos et par ceste espee/Est si destruite et escillie[e]. », Mss TVD, v. 13365-13371. On retrouve bien entendu ici le motif du Coup douloureux et de la dévastation de la terre, déjà présents chez Chrétien de Troyes.

23 Version courte L, v. 7425-7429. La version longue présente la demande de Gauvain dans les mêmes termes, MQU, v. 17499-17502. La version courte ASP donne cette leçon : « Me dites tote la meniere/ Qui est li cors qui dedanz gist,/ Et se vos savez qui l’ocist. », v. 7395-7398, et la version mixte celle-ci : « Et del chevalier qui mors gist/En la sale dedans la biere ;/ Et de l’espee la maniere/ Coment ele resoldera ;/ Et com li cors vengiez sera/Vos demant, que j’en weil savoir,/ S’il ne vos grieve, tot le voir. », v. 13448-13454.

24 « Et quant ice [c’est-à-dire les réponses au sujet du Graal et de la lance] m’avroiz retret,/ Si me redites de l’espee/ Qui par mileu ert tronçonee,/ Et se jamés sera refete,/ An champ ne am bataille traite. », v. 32408-32413.

25 « Mais que tot droit an la jointure/ Fu remese une creveüre/ Petitet [e], non mie granz. », v. 32557-32559.

26 « Si l’en a prise et anvelopee/An un cendal, si l’am reporte. », v. 32591-32592.

27 E. Faral, Les Arts poétiques du xie et du xiiie siècle, Paris, 1923, p. 177.

28 « Ha ! Biaux sire, si ne vos griet,/ Fait Percevaux, mes de l’espee/ Que nos avomes resoldee, / Conmant el brisa voil oïr. », v. 32812-32815.

29 Voir par exemple les v. 16149-16153 ou 16847-16851.

30 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, édition de Félix Lecoy, Paris, Champion, 1990, p. 100-105.

31 « ele ne pooit peçoier/fors que par un tot seul peril/ que nus ne savoit mes que cil/ qui avoit forgiee l’espee. », ibid. v. 3128-3131.

32 Première Continuation, version mixte, v. 1324-1326 et 13188-13191.

33 Selon l’expression de Jean-Claude Lozac’hmeur, « Recherches sur les origines indo-européennes et ésotériques de la légende du Graal », Cahiers de Civilisation Médiévale, 1987, t. XXX, p. 45-63.

34 Mireille Séguy, op. cit., observe ainsi dans la Première Continuation un « très net déplacement de la merveille du Graal vers un registre mythologique profane », p. 30. Elle ajoute que « la bière contenant le corps d’un chevalier et la moitié d’une épée, l’exposition d’un mort et de l’arme qui l’a tué [ont] dans les récits celtes, le statut d’un motif narratif récurrent », p. 31.

35 Mss TVD, v. 1330-1340 et 1357-1371. Mss EMQU, v. 3776-3789, et 3805-3818.

36 Mss TVD, v. 13325.

37 Ibid. v. 13282.

38 V. 32396-32438.

39 « Atant revint cil a esploit/ Qui l’espee avoit aportee,/ Si l’a prise et anvelopee/ An un cendal, si l’am reporte ;/ Et Percevaux se reconforte. », La Deuxième Continuation, v. 32490-fin.

40 « Lors a li sires apelez/ Quatre vallés, si dist : “Alez,/ Si m’aportez ma bone espee.” », mss TVD, v. 1433-1435, mss EMQU, v. 3881-3883.

41 « Endroit le pis, signeur, avoit,/ Devers la meure, d’une espee/ La moitié, dont l’autre ert volee », ms L, v. 7188-7190.

42 Ibid. v. 7343-7347.

43 Troisième Continuation, v. 32812-32948.

44 Tout au long du passage consacré à l’épée (v. 539-909), après l’épisode des portes du Paradis, Gerbert emprunte à Chrétien le nom du forgeron : « Trébuchés » (v. 907) et le nom du lieu où Perceval pourra le trouver : « Sire, on l’apele Cothoatre ;/ Cil mez laiens a non le Lac/ Qui manoirs fu au roi Frolac. » (v. 600-602).

45 Chrétien de Troyes, op. cit., v. 3132-3167, et 3660-3669.

46 Mss TVD, v. 1447-1453 et 1460-1466.

47 Mss MQU (version longue), v. 17748-17752.

48 V. 32530-32537.

49 Denis Boisseau, « L’énigme de la solution de l’énigme », L'énigme, n° spécial de La Licorne, UFR Langues et Littératures, Poitiers, Maison des sciences de l’homme et de la société, Etudes réunies par Stéphane Bikialo et Jacques Dürrenmatt, 2003, p 21.

50 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p 23.

51 Mss MQU, v. 17537-17548. Les Mss TVD, v. 13493-13512, le ms L, v. 7460-7482, et le ms A, v. 7425-7444 témoignent aussi de l’opposition radicale de la lance et de l’épée, initiatrice du coup félon et de la dévastation de la terre.

52 V. 32821-32825.

53 Mireille Séguy, op. cit., p. 323.

54 Ibid., p. 325.

55 Armand Strubel, « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Champion, 2002, p. 100.

56 Jean Marx, Nouvelles recherches sur la littérature arthurienne, Paris, Klincksieck, 1965, p. 89.

57 Op. cit. Pour l’auteur, l’émergence du motif de la vision évince aussi les questions fondamentales dans l’œuvre de Chrétien (voir p. 96-104).

58 Mss MQU, v. 17485-17488.

59 Ibid., v. 17495-17502.

60 Ibid., v. 17553-17748.

61 « Vassal, fait il, plus n’en verrez/ Devant che que cha revenrez,/ Mais tres bien porroit avenir,/ Se vous cha poez revenir,/ Que nostre joie verrez toute,/ Et du Graal sanz nule doute/Sarez la verité certaine/ Et de la Lance por coi saine,/ Dont tant avez eü travaus. », v. 213-221.

62 Mireille Séguy, op. cit. Armand Strubel, op. cit., p. 320-322.

63 Armand Strudel, La Rose, Renat et le Graal, Paris, Champion, 1989, p. 263.

64 Ibid, p. 262.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540