Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

Clé du monde ou clé de soi. La clé du purgatoire de Saint Patrick

Myriam White

Texte intégral

  • 2 Le texte est donné en bas de page dans L'Espurgatoire seint Patriz, éd. Yolande de Pontfarcy, Peete (...)
  • 3 Marie de France, Lais, éd. bilingue de Laurence Harf-Lancner, Paris, Le Livre de Poche, Lettres Got (...)
  • 4 Marie de France, Fables, éd. bilingue de Ch. Bruckner, Louvain-Paris, Peeters, collection Ktemata 1 (...)
  • 5 Y. de Pontfarcy, op. cit.
  • 6 Jacques Le Goff, La Naissance du purgatoire, Paris, Gallimard, 1981, p. 440.

1La première trace écrite de la légende du purgatoire de saint Patrick est le Tractatus de Purgatorio sancti Patricii du moine H. de Saltrey2 qui date d’environ 1185. Il a eu différentes réécritures au Moyen Âge, notamment celle d’une poétesse qui semble être la fameuse Marie de France, auteur des Lais3 et des Fables4. Un Espurgatoire seint Patriz5 lui est en effet attribué. Il remonterait au moins à 1189. Jacques Le Goff propose de voir dans l’œuvre de Marie de France la première œuvre littéraire française sur le purgatoire6. Il est vrai que, de manière générale, on ne parle guère de « purgatoire » avant le xiie siècle. L’une des originalités de la légende est de fonder le purgatoire comme lieu. On évoquait déjà des peines purgatoires ; le moine de Saltrey propose de leur assigner un lieu : le purgatoire. Les textes rapportent que saint Patrick avait bien des difficultés à convertir les Irlandais qui lui réclamaient des preuves tangibles de l’existence de Dieu. Le Seigneur aurait voulu aider son serviteur en lui révélant une entrée terrestre de l’autre monde, afin que les hommes qui le désiraient puissent voir les tourments qu’endurent les suppliciés au purgatoire et les joies des bienheureux au paradis terrestre. Il a ainsi permis au saint de découvrir, sur une île du Lough Derg, dans le Donegal, une grotte qui permettait d’accéder à l’au-delà. Saint Patrick a ensuite fondé une abbaye sur les lieux, a fait clore l’entrée de l’autre monde et en a confié la clé au prieur de la communauté religieuse chargée de la garder. La légende raconte que, bien des années après le ministère de saint Patrick en Irlande, du temps du roi Étienne, un chevalier nommé Owein, se sentant chargé de lourds péchés, décide d’entrer dans la fosse, afin d’être purifié, en voyageant dans l’autre monde, notamment au purgatoire. Le chevalier se rend donc au Lough Derg et pénètre dans l’autre monde. Il voyage non seulement au purgatoire, mais aussi au paradis terrestre, par la force de sa foi, et revient dans notre monde témoigner de son extraordinaire aventure à tous les hommes. C’est la clé qui permet d’ouvrir et de fermer l’accès à l’au-delà qui m’intéressera ici. En effet, il est surprenant de constater la disproportion symbolique entre un objet relativement commun et presque trivial – même si on peut penser à la clé du paradis de saint Pierre – et l’importance de ce à quoi il permet d’accéder. La porte s’ouvre sur une fosse, sur l’autre monde mais aussi sur soi. Ainsi derrière l’objet matériel, cette clé qui ouvre la porte de la fosse, se dessinent des voies d’accès à des espaces qui étaient jusque- là inaccessibles ou verrouillés.

La clé de la fosse

  • 7 « El cimiterie veir(e) ment/est la fose, vers orïent./ De mur l’enclost, portes i fist/e bone ferme (...)

2Le motif de la clé est très explicitement présent dans la légende lorsque l’on explique que saint Patrick confie la clé de la fosse au prieur de la communauté religieuse qu’il a fondée à l’entrée de l’autre monde. La clé est l’objet qui traverse le temps et fait le lien entre l’époque de saint Patrick et le moment du voyage du chevalier Owein dans l’autre monde. Mais on peut se demander pourquoi Patrick a voulu fermer l’accès de l’au-delà à clé. On peut trouver trois explications à cette volonté de clore la grotte qui lui a été révélée. Il s’agit d’abord de préserver ce lieu devenu sacré parce qu’il est l’objet de la révélation divine. Ainsi la légende explique- t-elle que l’entrée de la fosse est entourée de différents remparts contre le monde extérieur. La fosse se trouve dans le cimetière de la communauté, clos de murs, au cœur de l’enceinte du monastère7. L’abbaye est érigée autour de cette fosse et son architecture replace l’entrée du purgatoire à un endroit symbolique : vers l’Est, où se lève le soleil, image de la renaissance, signe de la nouvelle vie qui s’offre à celui qui ressort de la fosse. L’entrée de l’au-delà est dans le cimetière et on perçoit ainsi le lien de l’autre monde avec le domaine des morts. Elle est entourée de murs, de portes, avec une bonne serrure.

3Il s’agit ensuite, en fermant la porte à clé, de protéger les éventuels imprudents ou inconscients qui tenteraient de pénétrer dans la fosse sans en avoir préalablement obtenu la permission et qui risqueraient fortement d’y perdre la vie :

plusurs genz el tens Seint Patriz
e en autres tens autresi
-issi cum(e) nus avuns oï,-
dedenz l’Espurgatoire entrerent
et puis après s’en returnerent,
e meins en i out retenuz,
qui furent periz et perduz.
(v. 422-8)

  • 8 Voir les témoignages de l’évêque Florencien et du chapelain.

4Saint Patrick désire enfin peut-être également préserver notre monde des puissances chtoniennes obscures qui pourraient surgir de la terre et venir le pervertir. Ainsi, des petits récits viennent compléter l’histoire du voyage du chevalier owein dans L’Espurgatoire, reprenant sur ce point fidèlement sa source, qui rapportent que des démons viennent parfois agresser les hommes et on raconte même qu’ils en emmènent parfois dans l’autre monde pour les torturer8.

5Heureusement, saint Patrick a confié la clé protectrice au prieur du lieu :

La clef comanda al priur,
si defendit ke nuit ne jur
n’i entrast nuls, si par lui nun
e par tuz cels de la maisun.
(v. 347-50)

  • 9 L’une des conclusions de la légende du purgatoire de saint Patrick, particulièrement de la partie c (...)

6Lui seul peut déverrouiller la porte de la fosse. Ce n’est pas un hasard car la légende est aussi, dans une certaine mesure, une œuvre de propagande cistercienne. Les Cisterciens avaient une prédilection pour une architecture marquée par la clôture, comme le démontre le mode d’édification de l’abbaye ; aussi étaient-ils particulièrement bien placés pour recevoir une clé. Mais surtout, en confiant cet objet au prieur, c’est toute la communauté que valorise saint Patrick. Le vers 350 le rappelle : on doit demander l’autorisation à tous les membres de la communauté pour pouvoir pénétrer dans l’autre monde. La communauté religieuse revêt un caractère sacré, elle peut donner accès à ce qui, sans elle, demeurerait caché, mystérieux. La clé est l’un des objets qui symbolisent le rituel d’admission dans la fosse, assez longuement présenté par Marie aux vers 421 à 502 de L’Espurgatoire. On entre dans une logique de transmission entre élus : saint Patrick élit le prieur et la communauté pour garder la fosse et ceux-ci choisissent à leur tour celui qui sera digne d’y entrer. En outre, ce fonctionnement souligne la nécessité de la solidarité entre les hommes et de la médiation de l’Église, messages essentiels de la légende9. Religieux et laïcs doivent collaborer, afin que le voyage extraordinaire dans l’au-delà soit possible. Tous les hommes doivent s’entraider. Pour entrer dans l’autre monde, fermé à clé, il faut solliciter d’autres hommes qui peuvent seuls vous en garantir l’accès.

  • 10 Dans le récit des tourments, Marie donne une grande importance aux objets familiers, comme les clou (...)

7D’autre part, il est significatif que la légende porte une telle attention à cet objet usuel, voire presque dérisoire, qu’est une clé, car l’un de ses objectifs est d’assigner une nature matérielle à l’au-delà. L’autre monde s’inscrit dans une géographie terrestre. En en faisant un espace que l’on ouvre à l’aide d’une clé, on insiste sur son aspect concret : il appartient pleinement et simplement au réel qui nous entoure. Dieu révèle à saint Patrick une grotte, un lieu naturel dans la géographie irlandaise (v. 301-8). En en interdisant l’entrée par une porte, saint Patrick transforme l’endroit en un lieu aménagé, dont l’ouverture est contrôlée par les humains. L’autre monde est accessible à partir du nôtre et surtout son abord est possible en des termes qui nous sont familiers : il suffit d’ouvrir une porte fermée à clé. Par la révélation de l’au-delà aux hommes, on passe du naturel à l’humain, on place le sacré dans les mains de l’homme, qui doit le garder avec ses propres moyens. Cette présentation de l’au-delà me semble liée avec la tendance que l’on constate dans la réécriture du texte latin en langue vulgaire par Marie de France de tirer la coloration religieuse de la source vers une matière plus nettement romanesque. En effet, un tel détail concret, présent dans la source ne pouvait qu’inviter à une réinterprétation plus terre à terre d’un texte qu’on pouvait initialement rapprocher de certains récits de visions. De fait, dans le processus de réécriture, de manière générale, l’étude précise montre que Marie renforce tous les détails concrets10. La clé était déjà présente, elle facilitait la relecture du texte comme l’histoire d’une aventure chevaleresque.

Les clés de l’autre monde

8La nécessité d’avoir une clé pour ouvrir la fosse et accéder à l’autre monde est redoublée par des motifs associés au cours du récit du voyage du chevalier Owein. Pour passer d’un espace à un autre, le chevalier doit franchir différentes portes dans l’au-delà. Il est entraîné par les démons à travers le purgatoire mais parvient à leur échapper à la suite du dixième tourment, quand il franchit le fleuve qui sépare le purgatoire du paradis terrestre, véritable entrée de l’enfer, en s’avançant audacieusement sur un pont périlleux. Parvenu sur l’autre rive, le chevalier n’arrive pas directement au paradis mais il se trouve devant un mur puis :

Une porte ad el mur veüe,
bien l’a de loinz aperceüe.
De precïus metals fu faite
e glorïosement portraite :
porsise estoit de bones peres,
mult precïoses e mult cheres.
(v. 1493-7)

9Le paradis terrestre est derrière une porte, dont l’importance est renforcée par l’idée qu’elle est ornée de nombreuses pierres précieuses et qu’elle est faite d’un métal rare. Or le chevalier ne possède pas de clé pour cette porte ni pour celle qu’il contemplera plus tard, lorsque les archevêques qui le guident au paradis terrestre lui exposent l’entrée du paradis céleste :

Ço est l’entree, biaus amis,
de celestïen paraïs !
Quant aucuns deit de nus torner,
par cele porte deit entrer ;
sachez ke par iluek s’en vont
cil qui el ciel mont amont.
(v. 1805-10)

10Il n’est pas question dans la légende de l’existence de clés matérielles destinées à déverrouiller ces deux portes. Toutefois, si celle du paradis céleste ne s’entrebaille pas, celle du paradis terrestre offre le passage au chevalier qui « contre lui vit la porte ovrir » (v. 1504). Cette porte s’ouvre pour le chevalier car la puissance de sa foi et de sa volonté lui a fait mériter cet accès comme en atteste le commentaire de Marie de France :

Beneürez esteit cil ber
qui tant out fait e deservi
qu(e)’encontre lui tel porte ovri !
(v. 1524-6)

  • 11 Berol, Le Purgatoire de Saint Patrice, éd. M. Mörner, Lund, 1917.
  • 12 Le Purgatoire de Saint Patrice des Ms. Harléien 273 et fonds fr. 2198, éd. J. Vising, Göteb (...)
  • 13 V. 705-84.

11Une autre réécriture de la légende, par Berol11, fait particulièrement bien percevoir cela : « le chivalier s’en va vers la porte tot droyt ;/ et quant plus aprucha, la porte plus uvroyt » (v. 585-586). L’ouverture de la porte est presque magique, comme dans la version du manuscrit Harley 27312 : « vit la porte qe fu close ;/ tost après s’est desclose » (v. 631-2). Elle ne dépend que du chevalier. On comprend que Dieu lui accorde ce privilège pour la force de caractère qu’il a manifestée pour sortir des tourments du purgatoire. Une fois entré au paradis terrestre, le chevalier est accueilli par les bienheureux qui y vivent et ils le conduisent à travers ce territoire. La clé ne suffit pas mais il semble que des guides soient nécessaires. Or ce motif était déjà présent lors de l’entrée du chevalier dans l’autre monde. Une fois que le prieur a ouvert la porte de la fosse, le chevalier s’y est engagé et il a atteint un palais d’une mystérieuse beauté où l’ont rapidement rejoint des messagers de Dieu, ses premiers guides, qui lui ont expliqué ce qui l’attendait13. Par conséquent, la clé de la fosse n’est pas la seule clé que nous propose la légende. Toute personne qui voyage dans l’autre monde doit trouver des clés de différentes natures, matérielles ou spirituelles, afin de progresser dans son cheminement et de revenir dans notre monde sain et sauf.

Clés de domaines inconnus ou clés de soi

12Ce que montre la légende est que l’obtention de ces clés dépend de l’intensité avec laquelle on désire les acquérir. Ainsi le chevalier ressent qu’il doit entrer dans le terrible purgatoire de saint Patrick, afin d’être purifié des péchés par lesquels il juge avoir offensé Dieu (v. 533-40). Toutefois, lorsqu’il exprime son désir et fait cette requête aux religieux, tous tentent de le dissuader de son projet. L’évêque auprès duquel Owein s’est confessé lui déconseille de choisir une telle pénitence :

Li eveskes l’amonesta
de ço lesser ke il pensa :
n’est pas a aller covenable
la ou conversent li dïable.
(v. 541-4)

13Ensuite, le prieur adresse la même mise en garde au chevalier :

Li chevaliers vint al priur.
Il le reçut par grant amur
e mult lui dist e sermona
k’il leissast ço ke il pensa.
(v. 567-9)

14Il l’invite jusqu’au dernier moment à renoncer à son projet, puisque, même après qu’il lui a ouvert la porte de la fosse, il lui dit : « amis, certes, si tu creeies/nos conseilz, ja n’i entereies » (v. 595-6). Il est paradoxal de voir le prieur ouvrir la porte tout en déplorant que le chevalier entre dans la fosse. Mais peut-être le religieux accepte-t-il d’utiliser sa clé car il a conscience que les enjeux de l’ouverture de la fosse sont plus larges qu’il y paraît d’abord. En effet, en ouvrant la porte au chevalier, le prieur lui permet non seulement d’accéder à l’autre monde, mais encore à des pans non explorés de sa propre conscience. En ce sens, il ne peut guère refuser l’accès de la fosse à Owein, car sa quête est avant tout une recherche personnelle. Celui qui a la clé n’est qu’un intermédiaire qui assure au voyageur les conditions nécessaires à son aventure. Mais les clés ultimes sont dans les mains et dans l’esprit du chevalier lui-même. Les démons également tentent de détourner le chevalier de son projet par des menaces ou des promesses : « laisser vostre purpose- ment » (v. 962), « e lessez ço k’avez empris » (v. 1059). Une clé de la réussite du voyage est la fermeté de la volonté, la force du vouloir qui s’élève au-dessus de tout.

15D’autre part, la clé de la fosse permet au chevalier d’y pénétrer mais elle ne lui est pas confiée, elle reste dans les mains du prieur qui referme la porte derrière lui :

La porte ad li prïurs fermee,
si se departent de l’entree,
vont s’en od la processïun
el muster e funt oreisun
ke Deus eit pité e merci
del chevalier dunt jo vus di.
(v. 665-70)

  • 14 Le Purgatoire de Saint Patrice du Manuscrit de la Bibl. Nat. Fonds fr. 25545, éd. M. Morner (...)

16Le prieur est une figure cruciale car il permet à la fois d’entrer dans la fosse et d’en sortir. s’il n’accomplissait pas sa mission, il mettrait en péril la vie de ceux qui prétendent voyager dans l’au-delà. Ce point a été particulièrement développé dans une autre version médiévale de la légende contenue dans le manuscrit B.N.F. fr. 2554514. On trouve non seulement que le prieur « a la clef va refermer l’uis » (v. 271), mais surtout qu’Owein

  • 15 Éd. M. Morner, op. cit.

l’uis trova clos et refermez.
A l’uis dou purgatoire estoit
li chevaliers et attendoit
c’on li venit l’uis desfermer.
Et li prious, sens demourer,
au matin, quant jors esclaira,
vient a l’uis doirt, sou desferma.
(v. 985-9115)

17La prérogative du prieur est ainsi particulièrement mise en valeur : ce n’est que grâce à lui que le chevalier peut sortir de l’autre monde. Ce détail de la narration attire notre attention sur une autre implication de l’existence de la clé. Elle permet l’enfermement du chevalier. Or cet inquiétant enfermement semble nécessaire pour qu’il puisse vivre pleinement son aventure. En effet, Owein voyage dans l’espace de l’au-delà mais il progresse en même temps dans sa conscience et il semble que ce cheminement psychique ou spirituel ne soit possible que par l’enfermement qui lui garantit la solitude nécessaire à l’exploration de soi :

Li chevalers remis sutis,
apparillez e ententis
de novele bataille emprendre,
par quei puisse a Deu l’alme rendre.
(v. 787-90)

18N’est-on pas toujours seul face à soi-même, à ses craintes et à ses espoirs ? N’est-ce pas d’ailleurs notre plus grand combat, notre plus belle « bataille » ? Cette solitude intérieure, celle du chevalier qui doit faire face seul aux démons qui le malmènent, est profondément liée au motif de la clé et de la porte. Les messagers de Dieu mettent en garde le chevalier contre les démons au moment où il débute son voyage :

Si en lur conseil vus metez
e si creire les en volez,
il vus promettrunt veirement
ke hors vus merrunt salvement
a l’entree dunt vus venistes,
quant dedenz cest clos vus mesistes ;
si vus quiderunt engigner.
(v. 737-43)

19La ruse qu’emploient les démons pour causer la chute du voyageur, pour l’« engigner » (v. 743), est précise : ils vont tenter de lui faire croire qu’ils le ramèneront sain et sauf à la porte par laquelle il est entré. Les démons qui connaissent bien le fonctionnement de l’esprit des humains sont de fins stratèges. En effet, ils savent que devant les tourments effrayants qu’il verra, Owein n’aura qu’une envie, celle de retourner dans son monde au plus vite. En lui faisant une telle proposition, ils sont presque sûrs qu’il acceptera de s’en remettre à eux et ils auront ainsi pris le pas sur sa volonté. Ils le lui proposent d’ailleurs plusieurs fois. Avant même de commencer à le torturer, ils lui disent :

pur ço ke servi nus avez,
si noz conseilz crere volez,
a la porte sein vus meruns,
ou entrastes, hors vus mettruns.
Lung tens purrez el siecle vivre
e vos deliz faire a delivre.
(v. 863-8)

20Ah ! Qu’ils sont enviables les plaisirs de ce monde quand on entre dans l’autre ! Les démons reviennent à la charge dès le second tourment (v. 961-4). Ils réitèrent, presque par désespoir, lors du dernier tourment (v. 1369-72). D’une certaine façon, cette proposition fallacieuse des démons dévoile les faiblesses du fonctionnement de l’esprit humain. Owein a la possibilité d’explorer l’autre monde, de voyager, jusqu’aux frontières de sa propre conscience, mais une telle exploration est à la fois une chose à laquelle l’homme aspire et qu’il redoute. C’est ce que montrera la psychanalyse bien des siècles plus tard. Les démons savent donc que l’homme n’est pas toujours de force à se confronter à lui-même, car ce qu’il découvre en lui l’effraie parfois davantage que cela ne l’émerveille. Pour parvenir à la jouissance de la connaissance de soi, au paradis, Owein doit accepter d’être confronté à l’enfer. Toutefois, la force de caractère du chevalier, qui tient tête aux démons et ne cède jamais à leurs propositions, rappelle également que l’homme possède une force qui peut le conduire à accepter la totalité de son être. Dans la légende du purgatoire de saint Patrick, cependant, le chevalier réussit cet exploit avec l’aide de Dieu. Il sort vainqueur de chaque tourment après avoir invoqué le nom de Dieu. Mais n’est-ce pas là aussi une façon de faire l’éloge d’un homme qui sait où chercher ses appuis ? La grandeur de l’homme dans cette aventure serait donc d’accepter cet enfermement avec soi-même et de ne pas chercher à l’abréger. La décision de ressortir de la fosse, qui pourrait pourtant paraître relativement légère et motivée, causerait une souffrance éternelle. Le refus d’explorer ses propres limites serait susceptible d’être puni par le châtiment suprême.

21En outre, le chevalier, s’il accepte de cheminer dans cet autre monde si effrayant, doit encore faire face à de nouvelles tentatives de tromperies de démons qui portent précisément sur les portes de l’au-delà et notamment sur celle de l’enfer, comme le disent les démons à Owein lors du neuvième tourment,

Ci n’est mie la dreite entree
d’enfer k’il vus orent mustree.
Mes sachez bien, la vus merruns,
Le dreit enfer vus mosteruns.
(v. 1321-4)

  • 16 « une série de portes au travers desquelles sa traversée prend valeur d’épreuve équivalente, dans l (...)

22Le chevalier doit être en mesure de faire la part du vrai et du faux dans les discours des démons, dans leurs promesses, et surtout dans les apparences du monde qu’il découvre. Ce défi met profondément en jeu son aspiration à la vérité. Howard Bloch évoque par conséquent « a series of doors through which his passing is a test equivalent to the defining hermeneutic ordeal of recognizing the difference between false and true entrances, between falsehood and truth16 ». L’enfermement du chevalier dans la fosse est l’occasion d’un affinement de sa perception de la vérité et du mensonge dont on connaît les enjeux non seulement dans un contexte chrétien mais encore dans la conscience de soi.

23Néanmoins, dans la légende, l’enfermement n’est pas uniquement un huis clos dans sa propre conscience ou un voyage solitaire à travers l’au-delà, il est aussi exclusion. Le chevalier se heurte plusieurs fois à des portes fermées qui lui barrent l’accès à un espace désiré ou qui le rejettent à l’extérieur d’un périmètre dont il est exclu. On se doute qu’après avoir découvert les délices du paradis terrestre, le chevalier n’a aucune hâte de revenir dans notre monde. Mais les archevêques qui lui ont servi de guides lui rappellent qu’il ne saurait demeurer plus longtemps parmi les bienheureux et qu’il lui faut mettre un terme à son voyage. Owein le déplore :

Li chevalier plure e suspire.
As eveskes comence a dire
qu’il ne s’en vout nïent partir […]
(v. 1859-61)

24Malgré ses protestations, ces hôtes le reconduisent à la porte par laquelle il a pénétré ce lieu et :

Hors a la porte l’unt mené,
a Jhesu Crist l’unt comandé.
la porte cloent ; il s’en va
par mi les lius ou il passa.
(v. 1868-71)

  • 17 Le chevalier reste dans la fosse un jour et une nuit mais son voyage dans l’au-delà a une durée qui (...)

25La brièveté de l’assertion « la porte cloent » (v. 1870) souligne cette exclusion du paradis qui paraît sans appel possible. La version anonyme du manuscrit B.N.F. fr. 25545 insiste, « tantost qu’ot la porte passee,/ si tost fu reclose et fermee » (v. 972-3), avec une expression redondante. On n’accède que de manière momentanée – voire atemporelle17 ! – à l’autre monde en y pénétrant par la fosse révélée à saint Patrick. On ne peut pas demeurer au paradis pour toujours. Cette exclusion du paradis, fermé à clé pour les hommes, est un topos que la légende semble se plaire à renforcer. Ainsi, Owein est exclu du paradis terrestre mais le paradis céleste dont il aperçoit la porte lui demeure également inaccessible. De plus, Marie de France reprend précisément le texte latin lorsqu’elle explique ce qu’est le paradis terrestre en l’associant à l’Éden de la Genèse biblique et en rappelant qu’il s’agit bien du jardin dont ont été exclus Adam et Ève :

icist païs e icist estres,
sachez ke c (o)’est paradis trestres,
d’out Adams fud pur ses pechiez
getez e si fud eissillez
en miserie, (e) en amerté
el mund ou li home sunt né.
(v. 1689-94)
hors fud jeté de cest païs
par sun pechié com chaitis ;
aneire perdit la clarté
del ciel par sa maleürté.
(v. 1705-8)

  • 18 Elle utilise « getez », v. 1692 et « jeté », v. 1705.

26Par deux fois, dans des passages très proches du récit, Marie emploie le verbe « jeter18 ». Elle insiste par là sur la fermeture du paradis dont les hommes n’ont pas/plus la clé.

27Mais la clé de la fosse permet de manière radicale de s’élever au-dessus des frontières qui sont imposées à l’homme. En effet, l’une des singularités les plus surprenantes de la légende du purgatoire de saint Patrick est de s’appuyer sur la possibilité de voyager dans l’autre monde alors que l’on est en vie, conscient et dans son corps. Elle se différencie par là de certaines visions de l’au-delà que révèlent des religieux lors d’expériences mystiques qui n’ont qu’une valeur spirituelle. On a coutume de penser qu’on ne peut plus demeurer dans notre monde lorsqu’on meurt et que l’on ne peut découvrir, vivant, l’autre. En pénétrant dans l’au-delà en vie, le chevalier transgresse l’ordre du monde et il déverrouille les portes qui devraient être fermées à tout être humain. Les démons qui accueillent Owein dans l’autre monde le lui font assez cyniquement et ironiquement remarquer :

Li home qui nus sunt servant
e en nostre oevre demorant,
venent a nus après lur fin
e sunt a nus de tut enclin.
E vus estes tut vifs venuz :
bien devez estre receüz.
Greignur louer, greignur merite
devez aveir, k’avez eslite
nostre estre e nostre compaignie
e venistes a nus en vie.
Grant grace devum rendre a vus,
ke vifs estes venuz a nus.
Autrement avrïuns nus tort,
quant vus n’atendistes la mort,
ça venistes espeneïr
voz pechiez par turment suffrir.
(v. 845-60)

28Ce passage très répétitif s’élabore sur l’opposition entre la coutume qui veut que l’on rencontre les démons après la mort et l’aventure d’Owein qui se présente à eux en vie. En tournant la clé de la fosse, le prieur paraît avoir affranchi le chevalier des limites du possible et de sa propre condition.

La clé du voyage et son sens

29L’expérience qui est permise au chevalier Owein, bien qu’elle puisse, par certains aspects, être rapprochée d’une aventure chevaleresque, se déroule toujours très précisément sous le regard de Dieu, que le chevalier doit invoquer pour sortir de chaque tourment, et dans un autre monde très nettement chrétien. En entrant dans la fosse, Owein découvre des espaces sacrés qui demeurent habituellement cachés à la vue des hommes. Lorsque la fosse s’ouvre, le chevalier accède à la Révélation. Il pénètre dans un monde qui est mystérieux pour la plupart des autres hommes et, par là même, il se voit investi d’une mission de témoignage. Il va raconter ce qu’il a vu aux autres, lorsqu’il sortira du purgatoire de saint Patrick – « puis reconta ço ke il vit/e il le mistrent en escrit » (v. 1911-2) – comme l’ont fait ceux qui l’y ont précédé, « puis contereit de s(a)’aventure/e serreit mise en escripture » (v. 499-500). Mais la Révélation des mystères au chevalier ne consiste pas seulement dans leur dévoilement au regard, elle réside également dans l’expression de leur signification. Or c’est précisément ce que permet au chevalier l’ouverture de la porte de la fosse, par la voix des archevêques qui le guident au paradis terrestre et surtout qui lui révèlent le sens des choses qu’il a vues :

par Deu estes ci amenez.
Des choses que veü avez
nus dirrons la senefïance.
(v. 1685-7)

30L’emploi du terme « senefiance » est ici tout à fait significatif : il s’agit pleinement d’une révélation faite au chevalier. Cette question de la signification des choses est inscrite au cœur même de la légende du purgatoire de saint Patrick. En effet, lorsqu’il sort de la fosse, le chevalier Owein ressent que sa vie est profondément modifiée et il s’inquiète de savoir ce qu’il doit faire pour plaire davantage à Dieu et assurer son salut. Il demande conseil à son roi pour savoir s’il doit rester chevalier ou changer d’état et devenir religieux : « et li reis lui ad respondu/chevaliers seit, si cum il fu » (v. 1927-8). Toutefois, le chevalier va rester au contact du monde religieux car il sera au service d’un Cistercien, Gilbert, venu en Irlande réclamer une terre promise pour la fondation d’une abbaye. Surtout, ce qui est le plus intéressant pour notre démonstration est le rôle précis du chevalier auprès de Gilbert, car il lui sert d’interprète :

Li moines dist k’il ne saveit
coment il i arestereit :
il ne saveit ne n’out apris
le language de cel païs.
Li reis lui dist : « N’en doutez mie,
jo vus metrai en compaignie
un prodom e bon latimer. »
Don apela le chevaler
Owein, si lui preia e dist
k’od lui alast, si l’apresist.
(v. 1951-1960)

  • 19 La version du manuscrit Cotton Domitianus A iv (voir Le Purgatoire de saint Patrice : édition de la (...)

31Le chevalier est donc celui qui permet à Gilbert de comprendre, d’accéder au sens du monde qui l’entoure. Il est celui qui donne la clé à Gilbert. Le héros de la légende permet d’assurer une bonne compréhension entre certains personnages. De même, l’auteur de la légende tient ce rôle pour le lecteur. Il s’emploie à lui donner toutes les clés, afin qu’il soit en mesure de comprendre la signification et les implications de son œuvre. Le texte raconte les aventures du chevalier Owein mais il donne également certains éléments supplémentaires avant et après le texte qui aident à comprendre tous ses enjeux. Marie de France est le seul auteur d’une réécriture versifiée française à reprendre différents passages qui sont déjà présents chez le moine de Saltrey : elle fait référence à l’autorité de saint Augustin et de saint Grégoire qui donnent les fondements d’une croyance au purgatoire (v. 31188) et elle fait suivre le récit du voyage du chevalier par différents témoignages venant corroborer ses dires (v. 2063-fin19). De plus, au cours de sa réécriture du texte latin, Marie manifeste une volonté d’explicitation de certains passages qui pouvaient paraître obscurs ou donner lieu à différentes interprétations. Elle semble concevoir ainsi son rôle d’écrivain. Un auteur, insinue Marie, doit s’assurer que ses lecteurs possèdent toutes les clés pour être en mesure de comprendre son texte. Marie s’y emploie en renforçant la caractérisation des personnages et en réorganisant parfois le propos du moine de Saltrey afin de le rendre plus cohérent. Ce travail est bien celui d’un écrivain mais il est d’autant plus important dans L’Espurgatoire qu’il s’agit d’une réécriture d’un texte religieux à vocation morale. Donner les clés nécessaires au lecteur pour une bonne compréhension a des enjeux à la fois littéraires et existentiels voire spirituels : si les lecteurs comprennent bien le texte, ils seront à même d’amender leur vie et d’accéder plus aisément au salut éternel. On comprend qu’il s’agit d’un enjeu conséquent ! Marie l’affirme dans son prologue,

ja seit iço ke jo desir
de faire a grant profit venir
plusurs genz e els amender
e servir Deu plus e duter.
(v. 17-20)

32En écrivant son texte, l’auteur peut avoir la même satisfaction que saint Patrick qui se réjouit quand Dieu lui dévoile l’entrée de l’autre monde :

Mult fud haitiez de sun Seignur,
ke il aveit veü le jur,
e de la fose veirement
k’il poeit mustrer a la gent,
pur ço quida ke li plusur
serreient mis hors de l’errur.
(v. 331-6)

33Dans son épilogue, Marie insiste sur la volonté d’être bien comprise de tous, puisqu’elle justifie son choix de réécrire le texte du moine de Saltrey en langue vulgaire par la nécessité de fournir un texte qui soit compréhensible pour les laïcs :

Jo(e), Marie, ai mis, en mémoire,
le livre de l’Espurgatoire
en romanz, k’il seit entendables
a laie genz e covenables.
(v. 2297-3000)

34L’écrivain s’emploie donc à un travail d’explicitation à plusieurs niveaux, voire à une véritable œuvre de révélation, comme le suggère Marie dans son prologue : « par quei jo vodrai aovrir/ceste escripture e descovrir » (v. 29-30). On remarque l’emploi du verbe « aovrir » (v. 29), qu’on aimerait rapprocher de l’ouverture de la porte de la fosse. Ces vers, qui me paraissent d’une grande beauté et d’une grande simplicité, dévoilent le programme littéraire le plus ambitieux.

  • 20 À ce sujet, voir Myriam White, Changer le monde : réécritures d’une légende, « Le Purgatoire de sai (...)

35Mon propos a parfois pu être teinté d’une certaine religiosité, pourtant le texte de Marie de France, à mon sens, n’est pas un texte religieux20. Néanmoins, on ne peut pas oublier le contenu de l’œuvre qu’elle réécrit. Il est crucial pour le christianisme, car il participe à la naissance du purgatoire. L’ouverture de la porte de la fosse de « l’espurgatoire seint Patriz » permet au héros et, à travers lui, au lecteur d’accéder à des révélations de plusieurs ordres : on découvre l’autre monde et on explore sa propre conscience. De plus, pour l’écrivain qu’est Marie, ces révélations ne prennent sens que si elles peuvent être transmises à d’autres et c’est en partie ce qui motive une écriture qui se présente comme un geste salutaire pour l’humanité. Bien que le premier texte rapportant la légende du purgatoire de saint Patrick soit un texte latin appartenant plutôt à la littérature religieuse que romanesque, déjà, la clé de la fosse paraît y être un véritable motif littéraire. Ainsi, la clé possède à la fois une fonction dans la diégèse et une signification rayonnante beaucoup plus étendue. Dans ce motif, on distingue ce que je considère comme l’une des caractéristiques essentielles de la légende : sa propension à être réécrite sous une forme romanesque et pleinement littéraire au sens actuel du terme. C’est ce caractère qu’approfondit Marie de France dans L’Espurgatoire seint Patriz.

36La clé de la fosse est également celle de l’autre monde. Mais cet au-delà peut- être considéré comme une manière de paysage intérieur : le chevalier voyage alors dans sa propre conscience. De même que, dans la légende du purgatoire de saint Patrick, le monde s’élargit en abritant l’entrée d’un autre monde, de même, la conscience du héros et, par son exemplarité, la conscience humaine en général, s’élargissent. Elles deviennent un vaste champ dans lequel l’horizon s’étire du réel à l’imaginaire. La clé de la fosse ouvre ainsi la porte de la conscience. Elle déverrouille le clivage entre réel et imaginaire, entre vie et mort, entre profane et sacré. Cette clé permet en quelque sorte d’accéder à la part sacrée de l’homme. La légende exacerbe sa quête du sens, des clés de ce monde et de l’autre, de la signification et de la finalité de l’existence. Peut-on regarder par le trou de la serrure de la fosse pour comprendre toutes ces choses ? Il est parfois nécessaire d’observer le mystère pour comprendre que son sens ne réside peut-être que dans sa contemplation. Si on regarde par le trou de la serrure de la porte du purgatoire de saint Patrick, on voit le vaste monde de l’imagination et de la croyance. Il me semble en effet que l’au-delà que nous révèle la légende relève à la fois de l’une et de l’autre. Notre xxie siècle accepte parfois fort mal cette possibilité et préférerait choisir entre foi et fantaisie. Il semble que le Moyen Âge de Marie de France avait compris que l’imagination aussi peut être sacrée, ce qui paraît un acquis très précieux pour notre fragile humanité.

Notes

2 Le texte est donné en bas de page dans L'Espurgatoire seint Patriz, éd. Yolande de Pontfarcy, Peeters, collection Ktemata, Louvain-Paris, 1995.

3 Marie de France, Lais, éd. bilingue de Laurence Harf-Lancner, Paris, Le Livre de Poche, Lettres Gothiques, 1990.

4 Marie de France, Fables, éd. bilingue de Ch. Bruckner, Louvain-Paris, Peeters, collection Ktemata 12, 1990.

5 Y. de Pontfarcy, op. cit.

6 Jacques Le Goff, La Naissance du purgatoire, Paris, Gallimard, 1981, p. 440.

7 « El cimiterie veir(e) ment/est la fose, vers orïent./ De mur l’enclost, portes i fist/e bone fermeüre i mist,/ pur ço k’um n’i peüst entrer,/ si par lui nun, ne la aler. » (v. 341-6)

8 Voir les témoignages de l’évêque Florencien et du chapelain.

9 L’une des conclusions de la légende du purgatoire de saint Patrick, particulièrement de la partie consacrée à la présentation des tourments du purgatoire, est qu’il faut que les vivants prient pour les morts, afin d’alléger leurs souffrances et de leur permettre de sortir plus rapidement du purgatoire. Ces prières sont réputées avoir une réelle efficacité d’un monde à l’autre (v. 1435-84).

10 Dans le récit des tourments, Marie donne une grande importance aux objets familiers, comme les clous, la roue, les bains, les fouets, les masses de fer…

11 Berol, Le Purgatoire de Saint Patrice, éd. M. Mörner, Lund, 1917.

12 Le Purgatoire de Saint Patrice des Ms. Harléien 273 et fonds fr. 2198, éd. J. Vising, Göteborg, 1916.

13 V. 705-84.

14 Le Purgatoire de Saint Patrice du Manuscrit de la Bibl. Nat. Fonds fr. 25545, éd. M. Morner, Lund/Leipzig, 1920.

15 Éd. M. Morner, op. cit.

16 « une série de portes au travers desquelles sa traversée prend valeur d’épreuve équivalente, dans l’ordre herméneutique, à la reconnaissance de la différence entre fausses et vraies entrées, entre mensonge et vérité », H. Bloch, The Anonymous Marie de France, Chicago, University of Chicago Press, 2003, p. 226. sur la question des portes dans la légende, voir le chapitre « Doors in and out of the otherworld », p. 225 sq.

17 Le chevalier reste dans la fosse un jour et une nuit mais son voyage dans l’au-delà a une durée qui semble sans rapport avec le temps écoulé sur terre en son absence.

18 Elle utilise « getez », v. 1692 et « jeté », v. 1705.

19 La version du manuscrit Cotton Domitianus A iv (voir Le Purgatoire de saint Patrice : édition de la version en vers anglo-normande du manuscrit British Library Cotton Domitianus IV, éd. P. de Wilde, Thèse, Univ. d’Anvers, 1990-91) ne reprend que certains passages et les autres ne les réécrivent pas du tout (voir C. M. Van der Zanden, Étude sur le Purgatoire de Saint Patrice accompagnée du texte latin d'Utrecht et du texte anglo-normand de Cambridge, Amsterdam, 1927 ; pour le manuscrit de Berol et le manuscrit Harley 273 et B.N.F. fr. 2198, op. cit.).

20 À ce sujet, voir Myriam White, Changer le monde : réécritures d’une légende, « Le Purgatoire de saint Patrick », chap. « un texte romanesque », à paraître chez Champion, coll. Essais sur le Moyen Age.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540