Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

Section III. Clefs initiatiques, clefs emblématiques

Texte intégral

Clefs initiatiques, clefs emblématiques

1Dans ce regroupement, les approches ont en commun l’analyse de processus initiatiques effectifs (Fabienne Pomel et Myriam White) ou en partie illusoires (Christine Ferlampin-Acher et Hélène Bouget) autour de la mise en scène de clefs, qu’elles soient concrètes ou non (H. Bouget). L’enjeu est alors situé sur le registre du savoir et du sens ou sur celui de l’être (M. White) plutôt que du pouvoir. Simultanément les clefs deviennent emblématiques d’un processus interprétatif, allégorique ou énigmatique, ou de choix esthétiques comme une mise à distance du merveilleux.

2M. White souligne ainsi comment la clef du purgatoire de saint Patrick ouvre l’accès à des espaces inaccessibles (l’au-delà) ou verrouillés (la fosse), tout en déverrouillant le clivage entre réel et imaginaire, vie et mort, profane et sacré. Si la clef dans les mains du prieur incarne encore un pouvoir de médiation, de protection et de contrôle sur le lieu, elle souligne le processus initiatique et spirituel d’exploration de sa conscience et de mise à l’épreuve du chevalier Owein, à travers l’enfermement accepté. Une fois initié, le chevalier, devenu traducteur et donc médiateur d’un sens, se fait pourvoyeur de clefs pour l’intercompréhension et devient le double de l’auteur comme agent d’une traduction-adaptation qui vise à ouvrir et « descovrir » les enjeux du salut aux laïcs.

3C. Ferlampin-Acher dans un diptyque autour de l’épisode de la Douloureuse Garde du Lancelot en prose, envisage aussi le franchissement des seuils et l’accès aux clefs comme processus initiatique et motif structurant la narration, autour des clefs du coffre et du pilier. L’appropriation des clefs par Lancelot met fin aux enchantements. La dialectique du caché et du découvert, du secret et du révélé, du fermé et de l’ouvert est déclinée entre la poterne du cimetière, la tombe ou le coffre d’où s’échappent des voix diaboliques. Mais les jeux de différé et de retardements et les voix insaisissables soulignent le caractère déceptif des clefs initiatiques, car l’enjeu ne semble ni la prouesse, ni la confrontation au surnaturel, ni l’amour, ni même exclusivement une lecture sotériologique par le modèle des clefs de saint Pierre et de la rédemption. La clef semble plutôt l’emblème d’une réécriture polyphonique qui met au rebut les merveilles.

4Cristal et Clarie et Perceforest réécrivent cet épisode et le motif des clefs, associées au pilier et à l’armoire cette fois, dans une réactivation du merveilleux. Le motif de la clef se trouve associé à l’armoire ouverte du fier baiser et réécrit comme épreuve initiatique par inversion parodique. De même, la reprise du pilier et de la clef rendue à sa banalité permet un retour à l’univocité et la transparence, dans un jeu de contrefaçon des clefs du Lancelot. L’épreuve qui consiste à soulever la clef accrochée au pilier avant d’entrer fait de Lyonel un maître des clefs, comme Lancelot, mais la clef sera remplacée à son second passage par un cor. La clef, si elle confirme une élection amoureuse, invite aussi à se méfier du jeu merveilleux.

5H. Bouget et moi-même envisageons enfin la clef dans le cadre d’une initiation à un savoir. H. Bouget s’intéresse aux Continuations dans lesquelles l’épée brisée serait un substitut de la clef, mais d’une mauvaise clef. L’épée est en effet d’abord un substitut de clef lorsque Perceval frappe en vain à la porte du paradis terrestre dont il est exclu et y brise son épée. Dans les épisodes où apparaît l’épée brisée, elle fonctionne comme épreuve (la ressouder permettrait de connaître la clef de l’énigme), comme métaphore d’une énigme à résoudre mais aussi comme métaphore possible de sa résolution, ou plus largement comme métaphore d’une interprétation toujours imparfaite et inadéquate, sous le signe de la brisure et de la séparation. Elle renvoie alors à une quête inachevée et suspendue de senefiance.

6Inversement dans L’Advision Cristine, l’initiation au savoir et à la philosophie est réussie comme le montre l’épisode des clefs tournées dans le huisselet d’ivoire, qui ouvrent à Christine l’accès à « l’armoire et corps de toute sciences » qu’est Philosophie, parachèvement de son parcours sous la forme d’une illumination par le franchissement d’une porte qui ouvre sur le paradis profane de philosophie, figuré comme coffre, trésor ou sanctuaire. Les clefs tournées du dedans par des détentrices féminines d’un savoir marquent l’élection de la femme écrivain, ainsi détentrice à son tour d’un savoir à transmettre. Dans son texte allégorique, Christine comme auteur offre à son tour une parole à desclore dans un livre-coffre ou trésor dont les clefs sont la subtilité attendue du lecteur. La dialectique de l’ouverture et de la clôture, du caché et du révélé, de l’intérieur et de l’extérieur est encore déclinée dans le propos autobiographique, par lequel Christine livre les clefs de son cœur en même temps qu’une clef de lecture allégorique du texte, par l’analogie avec Libera (la France).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540