Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section II. La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir

Intermède 2

Texte intégral

Enfermements et intrusions

1Dans le Roman de Mélusine de Couldrette (éd. Roach, Paris, 1982, Bibliothèque française et romane, trad. L. Harf, Stock Plus, 1993), Raimondin s’est enfermé à clef dans une chambre et se lamente, accusant sa femme d’être une serpente, une femme faee. Mélusine, qui a la clef, ouvre la porte (v. 3828-sq) : c’est cette irruption qui occasionne la rupture finale, avec les paroles folles de Raymondin accusant en public Mélusine d’être une serpente, à la lignée maudite. À l’interdit violé par le héros qui regarde la fée par le pertuis répond l’intrusion de Mélusine.

À ce moment, Mélusine ouvre la porte, sans peine, car elle avait la clef. Avec elle entrent dans la chambre, devant Raymondin, des chevaliers, des dames et des demoiselles, des écuyers et des suivantes. Tous entrent dans la chambre. Raymondin, désespéré, blême, voit venir sa femme. Voici qu’une immense douleur le menace, lui et celle qu’il aime ; voici venir le dur moment de la séparation, comme vous allez l’entendre. (p. 100-101)

Le pouvoir de saint Pierre : les clefs du paradis

2Dans le Pèlerinage de Jésus Christ de Guillaume de Digulleville (éd. J.-J. Stürzinger, Roxburghe Club, 1897), on rencontre l’image testamentaire des clefs de paradis, qui représentent un pouvoir métaphysique et spirituel.

Apres auctorité donna
A S. Pierre quë il trouva
Fermement en la foy fondé.
« Tu es, dist il, beneüré
Qaunt të a mon pere apris
Que vraiement je sui son filz,
Et pour ce sus toi vueil funder
Mon eglyse et edifier,
Si que, së enfer y hurtoit,
Point abatre ne la pourrait.
Et avec ce les clefz aras
Dont fermer et ouvrir pourras
Mon royaume de paradis.
Et encor un don de haut pris
Aras, quar ceuz u ciel liés
Seront qu’en terre aras liés,
Et ceuz deslié y seront
Qui par toi aval le seront. »
(v. 6213-6230)
(Jésus vient de repousser Pierre et le narrateur-spectateur s’indigne)
O Jhesu, comment parles tu
A cil qu’a pris et ellëu
Porter les clefz de paradis,
Et li as ton pouoir commis ?
(v. 6257-6260)

« Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? » Simon-Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » En réponse, Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car cette révélation t’est venue non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien ! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié. »
Matthieu 16,15-20 (La Bible de Jérusalem, éd. du Cerf, 1991)

Alexandre : les clefs de Jérusalem et le livre

  • 1 Éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1999.
  • 2 Éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1980.
  • 3 Voir en particulier la miniature du manuscrit British Library Royal 15 E VI f 12v reproduite dans Y (...)

3Dans les textes comme dans la réalité, la prise des villes se clôt sur la remise des clefs au vainqueur. Lorsque Le Tor, dans Perceforest, s’empare de Falmar, il reçoit « les clefz de la ville » (I, 1, p. 81). Quand Galaad, dans la Queste del Saint Graal (p. 48-42), vainc les sept chevaliers, symboles des péchés capitaux et s’empare du Chastel Des Pucelles, « lors encontre un home chenu vestu de robe de religion, qui lui aporte les clés de laiens et li dist : “Sire, tenez ces cles. Or poez fere de cest chastel et de sels qui i sont a vostre volenté ; car vos avez tant fet que li chastiax est vostres.” Et il prent les clés et entre ou chastel » (p. 4849). Alexandre, le grand conquérant, de même, reçoit les clés des cités vaincues : dans de nombreux manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, une miniature illustre la scène3, à laquelle répond l’épisode où Alexandre renonce à conquérir Jérusalem par la force et reçoit le Livre de Daniel (f. 9v). Le livre est le double spirituel de la clef.

Comment ceulx des villes et des chasteaulx rendrent les clefz au roy Alixandre : Alexandre si print une grant partie de son ost, et le bailla a ung scien chevalier qui avoit non Parmenon, et l’envoya par les villes et par les chasteaulx, qui estoit la entour pour prendre les a force. Et partout la ou Parmenon venoit, les gens se ren- doient voulentiers a Alexandre pour le grant bien qu’ilz oyaent dire de lui (...). Puis luy aporterent les prestres le Livre de Daniel le prophete ou quel Alexandre trouva quant il le lisoit que ung temps vendra que une puissante compaignie des Grés submectroit a lui la puissance des Persiens. Si pensa maintenant que s’estoit il qui le devoit submetre.
(Le roman d’Alexandre en prose, éd. Y. Otaka, H. Fukui et C. Ferlampin-Acher, Osaka, diff. Droz, 2003, § 21).

Notes

1 Éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1999.

2 Éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1980.

3 Voir en particulier la miniature du manuscrit British Library Royal 15 E VI f 12v reproduite dans Y. Otako, H. Fukui, C. Ferlampin-Acher, Le roman d’Alexandre en prose, Osaka, Centre de la Recherche Interculturelle de l’université Otemae, diff. Droz, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540