Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section II. La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir

Les clefs dans le texte et les miniatures des manuscrits d’Ysaïe Le Triste, clefs du romanesque ?

Anne-Cécile Le Ribeuz

Texte intégral

  • 1 Ysaÿe le Triste, éd. André Giacchetti, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1989. I (...)
  • 2 « Ysaïe le Triste », Une Esthétique de la confluence, Tours, Tombeaux, Vergers et Fontaines, Paris, (...)

1Ysaïe Le Triste1, qui a probablement été composé à la fin du xive siècle, se place par le nom du héros éponyme dans la tradition du roman arthurien. Il s’agit de développer les parcours biographiques d’Ysaïe le Triste, le fils de Tristan et Yseut, et de Marc, le fils d’Ysaïe. L’auteur présente d’emblée ce roman comme une continuation du Tristan en prose. Pourtant ce n’est pas la seule tradition littéraire à laquelle il emprunte formes et lieux communs. Patricia Victorin dans sa monographie2 a qualifié ainsi de « confluence » cette capacité au syncrétisme littéraire du roman. L’étude du motif des clefs dans ce roman met d’ailleurs particulièrement en lumière une des sources du texte, les genres comiques médiévaux, en particulier autour du personnage valet rusé de Tronc.

2Nous nous intéresserons aux occurrences des clefss dans les images et le texte romanesque afin de déterminer de quels symbolisme et signifiance ces objets sont porteurs. Il s’agit de montrer dans quelle mesure cet objet met en lumière emprunts, tonalités et esthétique du roman et dans quelle mesure ces clefs constituent donc la clef du roman.

3La recension des occurrences de la clef dans les miniatures du roman permet de revenir sur le symbolisme traditionnel dévolu à ces clefs et d’étudier l’ancrage du manuscrit dans la tradition de l’iconographie romanesque. L’apparition de cet objet au cours du roman est d’ailleurs l’occasion de nombreuses variations comiques et divertissantes autour de ce symbolisme traditionnel. Le motif des clefs constitue un truchement privilégié de l’irruption de la farce dans un univers courtois et chevaleresque.La figure romanesque qui semble finalement entretenir un rapport particulier avec les clefs et les seuils est le nain Tronc : les clefs se présentent ainsi comme la métonymie de son intelligence et la métaphore de sa puissance sur les personnages et sur la conduite du récit.

Clefs, portes et seuils dans l’iconographie

  • 3 Manuscrit G : Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688.

4L’iconographie établit un lien indéniable entre les clefs et la maîtrise d’un seuil matériel ou symbolique. Seulement deux manuscrits d’Ysaïe le Triste sont parvenus jusqu’à nous. L’un conservé à Gotha3 et datant du début du xvie siècle, avec 96 miniatures soignées à la gouache, ne présente aucune occurrence de clefs. Cependant, comme dans toutes les illustrations de romans, les franchissements de seuils sont nombreux puisque les miniaturistes sont attentifs à rendre dynamiques leurs illustrations. C’est en effet l’un des moyens privilégiés pour donner une impression de mouvement : outre la miniature compartimentée qui juxtapose différents moments et la miniature narrative qui intègre différents moments dans une même image, le miniaturiste représente souvent l’instant du franchissement d’un seuil, porte d’un château ou d’une salle, pour donner une dimension cinétique à l’illustration. Par exemple, on représente une scène d’intérieur, la première entrevue amoureuse d’Ysaïe et Marthe, interrompue par l’arrivée d’un messager qui vient annoncer un tournoi (fig.1 ; op. cit., folio 97 verso). Ainsi, l’instant représenté réunit au moins deux événements, dialogue courtois et annonce du tournoi, et conjoint l’intime et le public. D’ailleurs le lit a une fonction programmatique et annonce un troisième événement, conséquence de la déclaration, la nuit d’amour qui suit et la conception de Marc. Cet épisode, où il est question, dans le texte, de porte verrouillée, n’est donc pas représenté, mais seulement suggéré par l’illustrateur qui s’en tient à une représentation courtoise des héros.

5S’il s’attache à peindre parfois certains épisodes macabres et/ou burlesques, c’est seulement ceux en rapport avec la figure du nain Tronc, quand il ôte les pendus d’un arbre merveilleux (fig.2 ; op. cit., folio 378 recto), ou avec celle du cheval fabuleux d’Ysaïe, qui culbute les geôliers qui l’empêchent de retrouver son maître (fig.3 ; op. cit., folio 165 verso). L’absence de représentation de clefs semble donc aller de pair avec une conception courtoise et chevaleresque des héros dont on ne met pas en images les aventures dégradantes.

  • 4 Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524.

6Le manuscrit D, conservé à Darmstadt4, daté dans le colophon de 1449, comporte quant à lui 29 dessins à l’aquarelle. Il s’agit d’esquisses peu soignées, sans encadrement, avec des proportions et des perspectives pas toujours respectées. Ces dessins s’apparentent davantage aux schémas qui illustraient certains livres de vulgarisation scientifique, qu’aux illustrations d’œuvre de divertissement. Toutefois, on retrouve ce type de dessins dans un autre manuscrit littéraire aux traits picards, Les Enfances Garin de Monglane, conservé à la Bibliothèque nationale sous la cote fr. 1460 et datant de la même époque.

7Par deux fois dans ce manuscrit, des clefs sont représentées, toujours associées à la figure d’un portier, et à celle de la porte d’un château que l’on cherche à franchir pour y entrer ou pour en sortir. On retrouve donc ici l’intérêt des illustrateurs pour les scènes de « seuil » franchi : on réunit ainsi dans une même image, la suggestion de deux lieux avec les personnages qui s’y trouvent, l’intérieur et l’extérieur de la place forte, ainsi que la conjonction de deux moments, la malice ou ruse et son résultat, le seuil à franchir ou déjà franchi. Le premier dessin (fig.4 ; op. cit., folio 25 recto) illustre la conversation de Tronc, avec le portier de Ménet le Méconnu, instaurateur de mauvaises coutumes. Tronc dont le maître vient de vaincre Ménet, se fait le porte-parole de la générosité d’Ysaïe : malgré sa victoire et les règles instaurées par Ménet, il envoie Tronc ramener le cheval du vaincu à son château. Plein de condescendance pour le valet bossu, le portier refuse le don et préfère le laisser à son pauvre interlocuteur. Vexé, Tronc refuse à son tour le cheval et le remet à un mendiant, ce qui offusque le portier. Par la suite, ce portier laissera passer Ysaïe, mais refusera l’accès à Tronc ; il se verra alors ôter ses clefs par Ménet, et perdra sa fonction, en même temps que l’attribut de celle-ci.

8Sur la seconde illustration (fig.5 ; op. cit., folio 114 verso), on peut observer Marthe, travestie en ménestrel, une harpe à la main, qui s’enfuit du château de son oncle, le roi Yrion, pour aller à la recherche de son ami Ysaïe ; elle n’a plus de nouvelles de lui depuis de longs mois. Par ruse, elle s’est saisi des clefs du portier, qui revient à son poste pour constater que la belle a pris la clef des champs. À chaque fois, l’opposant au personnage qui cherche à franchir ou à faire franchir le seuil du château est un portier, dont la puissance sur le passage est symbolisée par un trousseau de clefs. La représentation du portier avec ses clefs constitue donc l’icône d’une fonction sociale dans le château médiéval, mais aussi la maîtrise fallacieuse de celui-ci sur le seuil à garder : le détenteur officiel des clefs n’est pas le détenteur du sens, de l’intelligence, et il est facile à berner par les personnages dont la seule arme, en l’absence de force physique, est la ruse.

9Dans les miniatures médiévales, les clefs sont souvent représentées comme symbole de puissance sur les lieux et les corps. C’est en particulier l’attribut du geôlier qui garde la prison ou du maître de la cité : saint Pierre est ainsi représenté avec les clefs de la cité de Dieu, où divers héros historiques ou bien arthuriens se voient remettre les clefs d’une ville, comme symbole de reddition de celle-ci entre leurs mains. Dans Ysaïe Le Triste, est bien illustrée une scène de reddition (fig.6 ; Manuscrit G, folio 80 verso), les bourgeois de Louvresep venant rendre hommage à leur vainqueur en chemise et pieds nus, mais sans aucune clef.

10La particularité de nos illustrations est d’associer ce symbole de maîtrise des seuils matériels et spirituels à des personnages de basse condition, les portiers. La seule raison d’être de ces êtres de papier semble être de susciter une ruse des héros ou plutôt de leurs adjuvants, d’être vaincus de manière peu chevaleresque pour le plus grand plaisir des lecteurs. Les détenteurs des clefs dans les illustrations du roman, ces portiers de vile condition et peu coopératifs avec les héros, ne sont détenteurs que d’une puissance illusoire sur le seuil matériel dont ils ont la garde, puissance dont ils sont dépossédés par l’intelligence malicieuse de valets et de femmes. Dans les miniatures, la clef est associée à la ruse, au comique de l’arrogant berné. On assiste donc à un détournement du symbolisme traditionnel savant des clefs, synonymes de maîtrise des lieux, des corps et de l’intelligence.

11Les illustrations reflètent en fait la conception des clefs développée dans le texte romanesque qui multiplie les scènes où cet objet apparaît, dans le cadre d’épisodes qui s’appuient sur les procédés de la farce ou sont l’occasion de morceaux galants.

Clefs et seuils dans le texte, variations romanesques

12Nous employons ici la notion de romanesque, définie aux xive et xve siècles, comme l’adéquation d’une forme, la prose, d’une confluence de matières diverses (épique, lyrique, arthurienne, antique, etc.) et d’une finalité divertissante pour un lecteur. Or, le point commun de toutes les mentions de clefs dans le roman semble bien être la recherche du divertissement du lecteur. Nous opérons ici un classement toponymique des clefs selon leur lieu d’attache, et les situations-types que ces lieux appellent.

  • 5 Tronc donna [les clefz] a Marcq, et dist : « tenés, je vous fay seigneur de cest chastel » (§ 600, (...)

13Tout d’abord, nous nous intéresserons aux seuils et clefs des places fortes et des villes. La quête aventureuse du père Ysaïe, puis du fils, les conduit auprès de nombreux châteaux et cités fortifiés. Or, les clefs représentent comme nous l’avons remarqué en étudiant les miniatures, le pouvoir sur le seuil de la place fortifiée et donc sur toute la place et ceux qui s’y trouvent. C’est en ce sens que Tronc, après avoir délivré par ruse Marc prisonnier, lui remet les clefs de la place forte de Belle Roche, symbole du renversement de situation et du nouveau pouvoir de Marc sur ses anciens geôliers5.

14Ysaïe, puis Marc adoptent le plus souvent un comportement courtois au seuil de châteaux inconnus, puisqu’ils se présentent à découvert pour demander l’hospitalité et offrir leurs services. Leur droiture morale accompagnée parfois d’une démonstration de leur force au service de la Justice fait qu’on leur accorde une confiance certaine et qu’on leur ouvre. Ainsi la Douloureuse de la Joyeuse Garde laisse entrer Ysaïe qui l’a vengée de ses ennemis (YLT, paragraphes 28 et 34). Il en est de même pour Dame Esclaire qui ouvre les portes du château à Ysaïe et ses compagnons, venus à bout des sept tyrans (YLT, paragraphe 497). Quant à Marc c’est la seule promesse de combattre au service des bourgeois de Belle Roche contre leur seigneur indigne qui lui ouvre les portes de la cité (YLT, paragraphe 590). L’envergure morale des héros qui se font les champions des opprimés, veuves, orphelins ou bourgeois, leur ouvre les portes, sans qu’ils aient besoin de ruser pour obtenir des clefs. Les portes des cités justes et dans leur bon droit se livrent et s’ouvrent sans rechigner au Bras armé de la Sainte Église, à l’incarnation de la Justice de Dieu. Quant aux places fortes des géants et des mauvais chevaliers, elles sont obtenues par un combat loyal selon les règles de la coutume locale. Et quand un portier trahit son seigneur, cela fût-il en faveur de Marc, il ne mérite que la mort.

Sy s’en repaira Marc vers le chastel, et ly portiers ouvry le porte, et s’agenoulla devant Marcq et lui prya merchy. Et Troncq dist : « Maistres, je vous prie qu’il soit tuez, car portier traïteur ne fera jamais bien. » Et Marc dist : « Fay ta vollenté. »
Et Troncq prinst le maillet ou les clefs pendoient, sy en fery le portier en le teste et l’escervella et dist : « Tu es ferus de ton baston ! »
(YLT, paragraphe 564, p. 426.)

15Le détenteur des clefs qui les livre en dehors de tout cadre chevaleresque est puni par l’instrument de sa trahison. L’entrée dans les cités et châteaux doit donc pour les héros répondre aux règles du code courtois et chevaleresque. L’absence de lien entre les héros et les clefs, que nous avions déjà repérée dans l’étude des miniatures inscrit leur noble action sur le terrain de la lutte chevaleresque loin de toute considération vile et pragmatique. Toutefois, les deux protagonistes ne sont pas à l’abri d’une dégradation temporaire de leur statut héroïque. Le père comme le fils sont en effet au centre d’épisodes burlesques, en particulier autour de certaines portes. Ainsi, Ysaïe, qui reproduit certaines aventures de Tristan son père, tente d’entrer incognito dans le palais où se trouve sa bien-aimée Marthe. Il s’agit de démasquer un chevalier qui a usurpé ses armoiries. L’huissier refusant de laisser passer le vilain qu’il aperçoit, Ysaïe force le passage par la ruse, en se faufilant derrière d’autres chevaliers, puis par une démonstration de force peu chevaleresque au détriment du portier :

Ysaÿe l’ahert par ung brach et le touppie deux tours entour soy, et au tiers le flastit contre ung dez pillers du palais, par tel devise qu’i lui fist voller lez deux yeulx hors de le teste et le cervielle espandre avant le pavement.
(YLT, paragraphe 155, p. 124)

16Un autre épisode place Ysaïe devant une porte, dans une situation dégradante, opérant une rupture comique entre le statut noble du personnage et le cadre d’une mésaventure digne de personnages non courtois. Cet épisode narratif s’inscrit à la fois dans la tradition des folies d’Yvain, Lancelot et Tristan, et dans la tradition épique du comique culinaire. Alors qu’Ysaïe est devenu fou, après avoir perdu son nain, il s’en prend aux cuisiniers qui ont roussi sa barbe par moquerie : il en ébouillante cinq dans un chaudron, les jette hors de la cuisine et s’y enferme pour achever sa sieste sans dérangement (YLT, paragraphe 309).

17Quant à Marc, alors qu’il vient de commencer une série d’épreuves pendant la semaine sainte pour conquérir le Chastel Envieux, il se détourne de la coutume du lieu pendant une nuit, en s’invitant insolemment au repas de ses ennemis. Pour cela, il brise, tel un géant, la porte de la salle :

Marcq prinst une grande plommee qu’il trouva, sy frappa de telle maniere que le serrure rompy et brisa l’uis.
(YLT, paragraphe 605, p. 472)

18Certains seuils franchis ou fermés par les héros sont ainsi l’occasion de mettre en scène un contraste comique entre leur statut chevaleresque et des circonstances qui ne le sont pas. Il est remarquable qu’il s’agisse toujours de portes à l’intérieur des cités ou châteaux, pour entrer dans des lieux sinon publics, du moins communautaires. Et c’est l’exclusion des héros de ces lieux sociaux qui suscite leur colère violente. Les héros dégradés ne sont jamais alors en situation de combat chevaleresque, mais pour une nuit, une journée ou des années en situation de vacance par rapport à leur statut de guerriers nobles. D’ailleurs, les seuils qui engendrent une transgression ne sont pas ceux susceptibles d’être gagnés par un combat répondant aux normes chevaleresques, comme les portes extérieures des places fortifiées. Ce comique burlesque vise donc à divertir le public au détriment des héros, mais ne constitue aucunement une satire sociale de la caste des chevaliers.

19Pour les héros, le franchissement du seuil est réalisé grâce à leur seule emprise morale ou par un passage en force qui parodie des comportements discourtois. Faute de posséder les clefs des cités ennemies, un certain nombre de personnages connotés très négativement, tentent de franchir ces seuils par le mensonge ou la ruse. Ainsi, le comte de Zélande qui souhaite venger la mort de son frère, cherche à s’introduire dans la place forte tenue par Ysaïe, en prétextant requérir son aide. Toutefois, le portier d’Ysaïe, en l’absence de son maître déjoue le piège et refuse de les introduire (YLT, paragraphe 413). De même, Élias et ses compagnons inventent des stratagèmes odieux, se jouant des bons sentiments des héros pour faire ouvrir les portes et enlever Tronc (YLT, paragraphe 296), puis Marthe (YLT, paragraphes 593-594). Quant au personnage de Traffart, redoutant l’arrivée annoncée de Marc, il demande à ses bourgeois de défendre Torte Ville, pendant qu’il s’enfuit discrètement par « le porte dez camps » (YLT, paragraphe 553, p. 406) de son château. Le franchissement des seuils est l’occasion de peindre la traîtrise ou la lâcheté des chevaliers disqualifiés.

20Toutefois, il n’est jamais question, concernant le franchissement des portes des châteaux et villes par les chevaliers exemplaires ou mauvais, de l’objet vil que constituent les clefs. Cet attribut contrôlant les accès intérieurs et extérieurs des places fortes est rarement mentionné et semble réservé aux portiers, aux valets, éventuellement aux femmes. On retrouve dans le texte la connotation sociale négative relevée dans les images. En revanche, les clefs sont très souvent présentes dans le contexte, peu chevaleresque, il est vrai, de l’emprisonnement.

21Plusieurs emprisonnements sont décrits au cours des aventures, qui sont autant de variations ludiques pour le lecteur autour de topoï à reconnaître. À chaque fois, les clefs matérialisent la privation de liberté, en même temps que la possibilité de fuir si les prisonniers s’en saisissent. Le premier type d’emprisonnement concerne les membres déviants de la famille. Le seigneur ou roi décide d’enfermer dans son palais ou dans une tour les plus indisciplinés des femmes ou enfants placés sous sa responsabilité. Se trouve ainsi réactivé le motif folklorique de jeunes femmes enfermées parce qu’elles ont « grasse d’avoir chier les hommes » (YLT, paragraphe 282, p. 184), comme Marthe et Yvoire, ou des enfants terribles que l’on confine dans une tour pour les empêcher de commettre leurs méfaits, comme Marc que son oncle est obligé de déplacer par trois fois. Dans ce cas, les détenteurs des clefs sont les parents, tuteurs ou précepteurs, et les évasions se révèlent difficiles. Seule Marthe parvient à s’échapper du palais familial en bernant le portier, mais elle n’était pas enfermée dans une tour.

22Un autre type d’emprisonnement qui réactive ceux présents dans les chansons de geste et dans la littérature arthurienne est la captivité dans un contexte d’hostilités contre de mauvais chevaliers ou contre les sarrasins. Les geôles se révèlent alors particulièrement inhospitalières et les gardiens sans pitié. Ces nombreuses captivités sont l’occasion de renversements de situation. En effet, les héros une fois sortis de captivité se font les geôliers impitoyables de leurs ennemis. Ysaïe et Tronc subissent d’abord les geôles de Brun l’Angarde, d’Ottes et d’Argus, puis Tronc est enlevé et emprisonné plusieurs années par Élias, de même que Marthe, tandis que Marc demeure dans la « prison forte et oscure » (YLT, paragraphe 592) de Hergaus et Lyonnel. Les clefs de la prison dérobées ou obtenues par ruse sont d’ailleurs un des moyens privilégiés pour en sortir. Quand ils parviennent à s’extraire de leur prison, les héros punissent de mort leurs anciens geôliers. Toutefois les femmes de leurs ennemis sont épargnées et subissent le châtiment de l’enfermement, quand elles ne choisissent pas d’y échapper par le suicide. Tous ces épisodes de captivité des héros sont l’occasion pour le romancier de déployer un romanesque divertissant, mêlant tonalité dramatique, pathétique et comique.

23Les clefs apparaissent dans un autre espace propice également au romanesque, l’espace privé des chambres. Deux types de romanesque divertissant sont alors à mettre en lumière. D’une part, la circulation des clefs dans l’espace privatif est un moyen de mettre en scène des ruses détournées par les victimes présumées, d’un comique de farce, s’appuyant sur des gestes et/ou un renversement de situation, du type de l’arroseur arrosé : tel est pris au piège qui croyait prendre. Ainsi, Tronc joue un mauvais tour à Macan et Vacquier qui viennent en toute impudence réveiller son maître. Il leur fait croire qu’il verrouille la porte, alors qu’il fait tout son contraire, et les pousse à l’enfoncer :

A ces parolles se traient entre eux deux en sus, bien loigns et puis viennent affuiant en y huretant de corps et de pis, et volerent en mi la cambre, car l’uis ne tenoit goutte, mes sachiés que ce fu de tel guise qu’il n’y ot celui qui ne fust tous estourdis et que li ceurs ne falist.
(YLT, paragraphe 52, p. 66)

24Un autre exemple : Craventor et Seneque cherchent à trahir Ysaïe qui leur fait confiance, et veulent « par parolles decevables » (YLT, paragraphe 69, p. 81), entrer dans sa chambre, pour le tuer pendant son sommeil. Tronc invite Ysaïe à se cacher derrière la porte, et par ruse, fait pénétrer les deux traîtres dans une autre pièce en enfilade où il les enferme. Ils y recevront un châtiment exemplaire de la main d’Ysaïe (YLT, paragraphes 69-70). Les portes de chambre verrouillées et déverrouillées sont donc l’occasion d’intermèdes cocasses, où l’auteur laisse libre cours à une veine farcesque.

25D’autre part, l’exhibition des clefs ainsi que celle des portes closes et ouvertes des chambres, rendent concrètes la circulation et la rencontre des corps, les aventures galantes illégitimes. Verrouiller la porte est la première précaution prise par les amants qui se retrouvent, précaution qui dévoile leurs intentions au lecteur. L’art des amours illégitimes est d’ailleurs un art de la discrétion qui suppose la maîtrise des portes dissimulées et des doubles de clefs. Ysaïe se rend ainsi chez Marthe par un « faulx huis » (YLT, paragraphe 179). Yrienne rejoint Marc dans sa chambre grâce à un double de clefs qu’elle a fait faire (YLT, paragraphe 574).

26Les scènes autour des seuils, des portes et des clefs représentent ainsi les développements romanesques de topoï littéraires, destinés à divertir le lecteur. Les clefs constituent ainsi le symbole d’un roman qui mêle les formes et les matières, plus divertissant qu’instructif. Pourtant, la maîtrise que Tronc a des clefs et des ruses pour les obtenir ne semble pas étrangère à sa maîtrise du sens et de l’intelligence.

Tronc, maître des clefs et du sens

27Il est tout d’abord remarquable que Tronc entretienne un rapport privilégié avec les seuils et les clefs. En tant que valet d’Ysaïe, puis de Marc, c’est lui qui s’avance en premier pour demander le gîte ou une information à la porte d’une ville, d’un château ou d’une auberge. De manière récurrente, il effraie ses interlocuteurs par son aspect difforme, ce qui produit un comique de répétition et l’occasion de quiproquos cocasses : on le prend pour le diable et on refuse de lui ouvrir. Mais Tronc semble prendre plaisir à cultiver son antagonisme avec les portiers : il sort le plus souvent vainqueur de la confrontation, soit par la ruse, en pratiquant l’art oratoire, ou en se déguisant, soit par l’emploi de la force, en faisant preuve d’une grande violence et cruauté, en dehors de toute règle chevaleresque : il tue ainsi plusieurs portiers insolents ou traîtres (YLT, paragraphes 525, 551 et 564).

28Lui-même, sur les différents lieux de séjour de ses seigneurs, occupe souvent une fonction de gardien du seuil. Veillant à la porte du château ou à celle de la chambre, il interroge scrupuleusement chaque nouvel arrivant, et perçoit infailliblement sinon son identité, du moins ses intentions honnêtes ou malveillantes. À sa première apparition, il est sur le seuil de l’ermitage qu’il présente à Sarban (fig. 7 ; Manuscrit G, folio 9 verso). Par la suite, il est souvent représenté dans les miniatures auprès des portes. Lorsqu’il est enlevé par Élias, c’est à la porte du château dont il a la garde, et c’est à cette porte qu’Ysaïe, fou de douleur, l’attend en vain pendant plusieurs jours. Ce lien privilégié avec les seuils pourrait être une réminiscence de l’origine folklorique de ce nain arthurien : Tronc en effet se comporte comme un de ces génies domestiques qui apporte une aide bienvenue à son maître, en tant que portier ; ce lien avec des lieux et objets matérialisant un passage fait aussi peut-être écho au lien privilégié que les nains folkloriques entretiennent avec la mort, et au passage de ce monde-ci vers l’Autre monde.

29Pendant les combats entrepris par ses seigneurs, Tronc ne peut apporter une aide physique, tout nain qu’il est, mais sait se saisir habilement des clefs d’une place forte (YLT, paragraphe 545) ou d’une prison pour la gagner (YLT, paragraphe 556).

  • 6 Comme à la fin du roman. Voir Huon de Bordeaux. Chanson de geste du xiiie siècle, p (...)

30Enfin, il lui tient particulièrement à cœur de garder les prisonniers ou les otages de ses maîtres, et il peut se révéler un geôlier impitoyable, accomplissant ainsi les basses œuvres de justice, occupant la fonction de bourreau. Sa cruauté n’est pas sans faire écho à celle de son modèle, Aubéron, dans Huon de Bordeaux qui pend les traîtres6.

31Il convient donc de s’interroger sur le sens à donner à ces lieux et attributs privilégiés que sont les seuils et les clefs pour Tronc.

32Dans le cadre d’une analyse rhétorique des objets, je serais tentée d’analyser le lien organique entre les clefs et le nain, comme un lien métonymique. Ces clefs saisies par Tronc peuvent en effet être considérées comme la métonymie de son intelligence, du sens qu’il met au service d’Ysaïe, puis de Marc. Son intelligence est en effet mise en lumière par les nombreuses ruses qu’il entreprend contre des vilains, ou des chevaliers indignes, ennemis de ses maîtres. Nous avons pu constater que ce sont les seuils, les lieux les plus adéquats au déploiement de ses ruses qui associent la parole ambiguë, voire mensongère, à un dispositif destiné à servir de piège, le plus souvent une ou deux portes à verrouiller et/ou déverrouiller, comme avec le portier de Ménet (YLT, paragraphe 39), avec Craventor et Sénèque (YLT, paragraphes 69-70), ou Macan et Vacquier (YLT, paragraphes 52-53).

33L’intelligence du nain apparaît également dans sa maîtrise du discours allégorique, du récit à clefs, de la parabole à interpréter. Pour inculquer une morale, il emploie en effet volontiers des exemples concrets, et des images frappantes. Ainsi, afin que les bourgeois de Louvresep s’amendent et rendent hommage à l’orphelin de Wis, Hergo, Tronc développe cette image : il « fault yssir dez fermettez par lez portez qu’il y a » (YLT, paragraphe 136, p. 113). Il présente la reddition à Ysaïe comme solution à l’impasse morale dans laquelle se trouvent les bourgeois. Le nain maîtrise donc le discours moral et les clefs de celui-ci, c’est- à-dire la parabole ou l’image et son interprétation.

34Loin de concrétiser uniquement la malice d’un nain, les clefs peuvent être reçues également comme une métaphore de puissance. Les clefs en effet sont l’image de la puissance de Tronc sur les chétifs, les méchants. Ainsi, lorsque Marc est emprisonné au château de Belle Roche, Tronc se présente comme un nain aux services des mauvaises coutumes, feint d’adopter le point de vue discourtois du seigneur du château qu’il souhaite berner. Il se fait appeler Dorin et lui tient un discours ironique, dressant un anti-portrait, tout le contraire de sa vraie nature, prenant soin de préciser qu’il ne peut toucher aux clefs, ni ouvrir et fermer une porte, en raison d’un mauvais sort :

« Il me fu destiné que jamais ne porteroye clefz, ne clefz manier ne huis desfremer ne porroye, car tantost perderoye le vie. » Et ly chevaliers dist : « Ne lez poroies tu mye bien porter ? » Et Tronc dist : « Sy feroye au besoing mais che seroit envis, et ne mye longuement. »
(YLT, paragraphe 599, p. 462)

35Il endort ainsi la méfiance de son adversaire, et n’a de cesse de manipuler clefs et portes pour parvenir à ses fins, c’est-à-dire délivrer Marc et punir Hurgant. Sous les yeux d’un lecteur complice, il se dissocie ironiquement des clefs et portes, pour mieux venir à bout de l’obstacle (YLT, paragraphes 599-601).

36C’est aussi en portier que Marthe imagine Tronc, quand un rêve prémonitoire, lui annonce une aventure prochaine : elle le voit en portier, ôtant par sa seule présence sur le seuil, toute sa force au dragon qui cherchait à entrer (YLT, paragraphes 510-512). Effectivement Tronc déjouera une ruse d’Élias qui cherche à enlever Marthe.

37C’est encore en coinçant le géant Fargur entre deux portes que Tronc accomplira son ultime vengeance (YLT, paragraphe 620). Les clefs, et les portes maîtrisées sont donc souvent un moyen pour Tronc de neutraliser ses ennemis. Mais plus que des instruments parmi d’autres, ces clefs tenues par Tronc, et ces portes gardées par lui semblent être l’image même de sa toute-puissance, puisqu’il n’est que rarement mis en défaut et réalise tous ses projets.

  • 7 C’est à Anne Martineau que j’emprunte cette expression. En effet dans sa thèse Les Nains dans la li (...)

38Cette toute-puissance ne se résume toutefois pas à la maîtrise des personnages qui sont mal intentionnés à l’égard d’Ysaïe et de Marc. Tronc n’est en effet pas seulement un adjuvant tout puissant du lignage tristanien, un deus ex machina, à la manière d’Aubéron dans Huon de Bordeaux. Je ne suis pas la première à le qualifier de clef de la narration7, puisque c’est par la destinée de Tronc que se trouve, à la fin du roman, justifié a posteriori tout le récit : pour être délivré d’un mauvais sort jeté à sa naissance, pour quitter son apparence difforme et repoussante, Tronc doit trouver l’homme qui se mariera le même jour que ses parents, et voir se réaliser l’exploit suivant : que le plus petit homme tue le plus grand. Tronc a donc moins travaillé à aider ses maîtres, qu’à réaliser la prophétie qui mettrait fin à son calvaire. Par ses interventions incessantes pour guider Ysaïe et Marc, mais aussi le récit, il est en quelque sorte un double du narrateur, la figure veillant à la cohérence des aventures. Les clefs et les seuils maîtrisés par Tronc sont donc aussi l’image de la toute-puissance du narrateur sur la conduite du récit, sur la structure et les seuils du roman. On peut ainsi considérer Tronc comme la clef de voûte de la structure romanesque. Même s’il apporte quelque merveilleux au roman, ce n’est pas sa fonction principale comme pour Aubéron, le roi de Féerie. Il abandonne la plupart de ses attributs magiques, fauteuil, arc, haubert, hanap, pour des clefs viles et sans magie, symbole de sa fonction structurelle. Tronc métamorphosé en Aubéron n’exhibe son cor qu’à l’ultime paragraphe du roman, comme pour mieux manifester sa délivrance, la fin de sa mission, qui correspond à la fin du texte.

39Les illustrations de notre roman ont donc montré que les clefs étaient un instrument de ruse qui s’oppose à l’esprit chevaleresque, et donc peu associé aux chevaliers. Les relevés effectués dans le texte romanesque ont précisé ce constat : les clefs sont le symbole d’une maîtrise rusée des lieux et des corps. Cet objet et les emplois qui en sont faits contribuent à insérer des épisodes comiques et galants, surtout à finalité divertissante, au sein des aventures chevaleresques édifiantes. Le lien organique qu’entretient Tronc avec les seuils et les clefs est sans doute un écho à un nain folklorique, génie domestique veillant sur le foyer. Toutefois ce lien reflète principalement le rôle du nain dans le récit. La maîtrise des clefs par le personnage n’est qu’une mise en abyme, une mise en abyme de la maîtrise du récit par un narrateur qui connaît parfaitement toutes les clefs du romanesque.

Annexes

Illustrations et légendes

Fig. 1. Première rencontre d’Ysaïe et Marthe (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 97 verso).

Fig. 2. Tronc et l’arbre aux pendus (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 378 recto).

Fig. 3. Incartades du cheval d’Ysaïe qui a reconnu son maître fou (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 165 verso).

Fig. 4. Tronc et le portier de Ménet (manuscrit D, Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524, folio 25 verso).

Fig. 5. Fuite de Marthe travestie en ménestrel (manuscrit D, Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524, folio 114 verso).

Fig. 6. Reddition des bourgeois de Louvresep (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 80 verso).

Fig. 7. Tronc devant l’ermitage de Sarban (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 9 verso).

Notes

1 Ysaÿe le Triste, éd. André Giacchetti, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1989. Il s’agit de l’édition de référence pour les citations et le découpage en paragraphes. Nous mentionnerons cette édition sous l’abréviation YLT.

2 « Ysaïe le Triste », Une Esthétique de la confluence, Tours, Tombeaux, Vergers et Fontaines, Paris, champion, 2002.

3 Manuscrit G : Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688.

4 Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524.

5 Tronc donna [les clefz] a Marcq, et dist : « tenés, je vous fay seigneur de cest chastel » (§ 600, p. 465).

6 Comme à la fin du roman. Voir Huon de Bordeaux. Chanson de geste du xiiie siècle, publiée d'après le manuscrit de Paris BNF fr. 22555, éd. William W. Kibler et François Suard, Paris, H. Champion, 2003.

7 C’est à Anne Martineau que j’emprunte cette expression. En effet dans sa thèse Les Nains dans la littérature française arthurienne, Université de Paris IV-Sorbonne, 1998, elle s’intéresse à notre personnage à plusieurs reprises : p. 122-128, 178-198, 646-651.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Première rencontre d’Ysaïe et Marthe (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 97 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 2. Tronc et l’arbre aux pendus (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 378 recto).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 3. Incartades du cheval d’Ysaïe qui a reconnu son maître fou (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 165 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 4. Tronc et le portier de Ménet (manuscrit D, Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524, folio 25 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 5. Fuite de Marthe travestie en ménestrel (manuscrit D, Darmstadt, Hessische Landes- und Hochschulbibliothek, n° 2524, folio 114 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende Fig. 6. Reddition des bourgeois de Louvresep (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 80 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 7. Tronc devant l’ermitage de Sarban (manuscrit G, Gotha, Forschungsbibliothek, n° 688, folio 9 verso).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

Université de Marne-La-Vallée

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540