Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section II. La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir

Les clefs, signes du dérèglement dans les chansons des vassaux rebelles (xiie siècle) : Girart De Roussillon et Garin Le Lorrain

Catherine Rollier

Texte intégral

  • 1 « Onques n’i ot porte serree/Ne por poor ne por assaut. », Chrétien de Troyes, Cligès, édition par (...)

1Les villes assiégées sont légion tant dans les chroniques que dans les chansons de geste ou dans les représentations picturales des xiie et xiiie siècles. Ces villes fortifiées sont représentées avec leurs murs et leurs portes, mais celles-ci n’ont que rarement des clefs. Chez Villehardouin, par exemple, on prend les villes sans qu’il soit fait mention de clefs. Dans Cligès, la ville de Windsor est si bien fortifiée qu’on n’utilise jamais de clef1. La défense des villes et leur clôture, dans les épisodes guerriers, est bien plutôt assurée par des verrous, des barres de bois, des portiers ou des hommes en armes.

  • 2 Girart de Roussillon, édition par Winnifred Mary Hackett, Paris, SATF, 1955. La Chanson de G (...)
  • 3 Garin le Loherenc, édité par Anne Iker-Gittleman, Paris, Champion, CFMA, trois tomes, 1996.

2Cependant deux chansons de geste du xiie siècle mettent en scène la clef. Dans Girart de Roussillon2, les combattants ne parviennent à prendre les forteresses qu’en dérobant leurs clefs, c’est-à-dire en trahissant la loyauté et les règles implicites du siège. Cet objet apparaît trois fois dans la chanson. Garin le Lorrain3 narre aussi la prise d’une ville dans laquelle la présence des clefs est liée à l’accusation de trahison. Dans ce deuxième texte, le motif connaît une déformation et n’est employé qu’une fois, mais il sert un questionnement commun à ces deux chansons des vassaux révoltés : les conflits entre grands seigneurs ne mettent-ils pas en péril les fondements même de la société féodale ?

3Par une coïncidence troublante, le prologue de Girart de Roussillon s’ouvre sur la mention d’une première clef – métaphorique – et assez inédite : non pas la clef des cœurs, mais celle des chambres. La clef est donc chère à ce conteur. Elle permet en effet d’abord de présenter la chanson comme un projet littéraire concerté. Elle se glisse ensuite au cœur de trois questions importantes dans la chan- son : la place des femmes dans le monde féodal, le fonctionnement de la trahison et le poids du péché sur les hommes de bien.

Le prologue : la clef métaphore d’un projet littéraire

  • 4 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., v. 3.
  • 5 Ibidem, v. 15.

4Girart de Roussillon est une vieille et belle chanson, indique la première laisse, bien faite mais « el n’ai les claus des canbres o lei conduche4 », elle n’a pas les clefs des chambres dans ses bagages. Elle n’a pas de quoi plaire aux dames. Le jongleur relève le défi de séduire aussi un public féminin. Et pourtant la laisse suivante énonce pour seul thème la guerre et l’illustre d’une image aussi emphatique que barbare : « sunt espandut de sanc mil mui5 », des milliers de litres de sang seront versés. Est-ce vraiment une manière d’attirer un public féminin ?

  • 6 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., introduction, p. 7.
  • 7 Sa « mixité » lui « permet d’être plus largement compris au-delà des frontières linguistiques », La (...)
  • 8 Max Pfister, « Observations sur la langue de Girart de Roussillon », Revue de Linguistique Romane, (...)

5La langue si spécifique de Girart propose un premier élément de réponse. Cette langue artificielle « moulée dans une scripta littéraire, dont le noyau serait constitué par les éléments occitans6 », si elle permet d’élargir le champ géographique de diffusion7, présente aussi un autre intérêt. Elle comporte trois composantes : « la langue spontanée employée par l’auteur originaire de la région de Vienne, la langue artistique de la poésie des troubadours et la langue épique de l’ancien français8 ». La langue d’oc est celle qui a donné naissance à la poésie lyrique ; la langue d’oïl est le véhicule privilégié de la geste épique. Mêler les deux revient à cumuler tonalité lyrique et thématique guerrière.

  • 9 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., v. 24.
  • 10 Ibidem, v. 10001.
  • 11 La Chanson de Roland, édition critique et traduction de Ian short, Paris, Le Livre de Poche (...)

6Selon une rhétorique bien organisée, après une deuxième laisse consacrée au thème de la chanson, la troisième met en scène un scripteur fictif, « mongres corteiz, clerz de moster9 », un moine courtois et lettré, assis sous un olivier. La chanson qui mêle l’histoire et la littérature conserve le souci de plaire à une cour et demeure liée à la religion, ce que marque ici le tout dernier vers du texte « Tu autem, Domine » clôturant l’œuvre à la manière d’un office10. L’association de la courtoisie avec la clergie, la religion et l’olivier, renvoie à une société policée et pacifiée, cultivée et pieuse, qui prend le temps de vivre à la cour et de cultiver les arts. Si le thème de la chanson est guerrier, le monde dans lequel elle naît et se fait entendre serait celui des clercs, des intellectuels, peut-être aussi celui des femmes, maillon de la société laïque plus nettement tourné vers la piété et la culture artistique. Or, dès la Chanson de Roland apparaît précisément la symbolisation de l’olivier : « ço senefiet pais et humilitét11 ». Ne peut-on en conclure que derrière la barbarie des tueries organisées par Girart et Charles Martel, l’objectif est l’exaltation de la paix civile, morale et religieuse ?

7Dans la Chanson de Roland, hypotexte commun aux chansons du xiie siècle, les clefs d’une forteresse, Sarragosse, étaient déjà mises en scène :

Tenez les clefs de ceste citét large :
Le grant aveir en presentez a Carle,
Pois me jugez Rollant a rerguarde.
Se l’pois trover a port në a passage,
Liverrai lui une mortel bataille. (v. 654-658)
(Prenez les clés de cette ville considérable, présentez-en à Charles les grandes richesses ; faites-moi ensuite désigner Roland à l’arrière-garde. Si je le trouve à un col ou à un défilé, c’est une bataille à mort que je lui livrerai.)

8Et Ganelon les offre à Charlemagne comme convenu :

De sarraguce ci vos aport les clefs. (v. 677)
(Je vous apporte ici les clés de Saragosse.)

9Offrir les clefs de la ville révèle la cupidité des protagonistes. Ganelon doit faire miroiter aux yeux de Charlemagne « le grant aveir » de Saragosse. Le don des clefs symbolise aussi la défaite d’une ville sans combat et c’est le prix payé pour organiser un crime sournois. Les clefs, la prise de la forteresse sans combat et la trahison réapparaissent dans Girart, mais avec de multiples déplacements. L’affrontement entre chrétiens et musulmans s’efface pour laisser la place à une querelle intestine qui remet en cause l’intégrité du royaume. La défense de la chrétienté ne justifie plus en rien l’action des combattants. Le service du roi est même remis en cause, puisque le héros Girart s’insurge contre son souverain et se dresse contre lui et son armée. La figure du souverain elle-même est noircie à travers son mariage.

10Ainsi le jongleur joue-t-il bien avec la clef des chambres, car sa chanson s’interroge sur le fonctionnement du pouvoir et la place des femmes dans le monde politique.

Les clefs et les femmes

11La place des femmes est essentielle dans Girart de Roussillon, car l’une d’elles, Elissent fiancée de Girart et épouse de Charles Martel, est à la source du conflit tandis qu’une autre, sa sœur Berthe, en permet la résolution.

Elissent, la fiancée volée

12Si Aude est à peine visible dans Roland, Elissent et Berthe, les deux sœurs, sont au cœur des tensions. Roland mort, Charlemagne propose à Aude d’épouser en substitution son fils Louis :

Je t’en durai mult esforcét eschange (v. 3714)
(En échange, je t’en donnerai un plus noble)

13Malgré ce beau parti, Aude préfère mourir, montrant par là même qu’elle est un pur personnage de fable, un outil démonstratif et pathétique. Dans la chanson du xiie siècle, l’échange des fiancées – réalisé cette fois – n’est plus une simple anecdote à tonalité sentimentale, mais un élément essentiel qui fonde l’argument du texte. Il se place au début de l’aventure et non à la fin. C’est l’élément perturbateur responsable de presque toute l’action contée dans la chanson. Par ailleurs, il est opéré sous la contrainte. Quand Charles Martel impose à Girart de lui céder sa fiancée, Elissent, plus belle que sa sœur Berthe à laquelle le roi est promis, le héros cède sous le poids de la nécessaire loyauté au suzerain. L’épisode permet aux ressentiments de germer. Il se crée donc un conflit moral et un conflit idéologique. Girart transpose des données en germe dans Roland dans le domaine concret des relations féodales et des relations humaines.

14L’origine de la querelle vient du parjure de Charles grâce auquel il a enlevé à Girart sa fiancée en exigeant que soient échangées les épouses promises. La femme en tant qu’épouse est donc au cœur du conflit, non seulement dans son mode d’attribution au souverain, mais dans le rôle qu’elle remplit auprès de lui. Or les clefs ont partie liée avec les relations matrimoniales car les deux trahisons ont lieu autour du lit de Girart : les clefs de Roussillon lui sont dérobées une première fois durant son sommeil dans sa chambre. À la seconde occasion, c’est la chambrière de Berthe qui se fait voleuse. L’union de Berthe et de Girart – union subie d’abord à contrecœur – est donc longtemps la cause et l’occasion d’une transgression et d’un déséquilibre général.

15Dans Garin le Lorrain, dans les relations entre Garin et Pépin apparaît la même thématique de la fiancée volée. Contre l’avis de l’empereur, lâche et mal conseillé, Garin a défendu le duc Thierry de Maurienne face à l’invasion des Sarrasins. Avant de mourir ce seigneur l’a fiancé à sa fille, Blanchefleur, de manière solennelle. Lorsque Blanchefleur viendra à Paris pour épouser Garin, de mauvais conseillers persuaderont Pépin de l’épouser, employant pour cela des ruses malhonnêtes puisque deux prêtres se parjureront en affirmant sur des reliques que Blanchefleur et Garin sont parents. Si ces circonstances ne constituent pas l’élément perturbateur de la chanson, elles contribuent pourtant au déséquilibre des relations féodales et matrimoniales. Ainsi l’on verra Blanchefleur prendre le parti de Garin contre son époux Pépin. De même Pépin refusera de soutenir son vassal. Dans ces chansons, les femmes maltraitées dans le domaine amoureux acquièrent par là-même un embryon de rôle politique. C’est déjà le cas, dans Girart de Roussillon, d’un personnage secondaire dans un épisode adventice, Aupais.

Aupais gardienne des clefs

16Au sein des guerres dramatiques et destructrices qui confrontent Charles Martel à Girart de Roussillon et qui ravagent la France se noue une idylle entre Aupais et Fouque, la nièce de Charles et le plus fidèle et le plus sage des partisans de Girart. La relation amoureuse préfigure Le Cid, puisque Fouque a porté un coup fatal au père d’Aupais.

  • 12 Dans cette chanson qui constitue une suite de Garin sans solution de continuité, l’impératrice lève (...)

17Charles a fait prisonnier Fouque et a accepté de le livrer à sa nièce Aupais qui voyait en lui une réparation contre la mort de son père. Mais elle s’éprend de Fouque et le traite princièrement. Plein d’une rage vengeresse, Charles assiège donc Oridon, la ville d’Aupais. La dame fait fortifier son donjon et s’y enferme à clef. Ce sont des clefs protectrices pour Aupais et Fouque, dans un conflit familial et politique. De nombreux romans retracent l’aventure d’une femme qui s’enferme en son donjon pour éviter la puissance masculine (par exemple Guenièvre contre Mordret dans la Mort le roi Artu ou plus tard Sidoine dans Ponthus et Sidoine), mais elles tentent ainsi d’éviter un mariage et ne s’enferment jamais avec leur ami. Ici, Aupais est à la fois une femme en lutte contre le pouvoir masculin et une châtelaine qui défend son territoire. Le donjon ne sera sauvé que par l’arrivée de troupes amies levées par l’impératrice Elissent. L’épouse de Pépin agit donc comme un homme et contre un homme, son époux. Elle transgresse à la fois son statut de femme et son statut d’épouse. Les femmes ont clairement dans cette chanson, comme dans Gerbert de Metz, la suite de Garin le Lorrain, une propension à devenir des seigneurs12.

18Les clefs d’Oridon sont aussi les clefs d’une prison dorée pour Fouque. Un partisan de Charles expose ainsi la captivité de Fouque :

  • 13 Girart de Roussillon, op. cit., v. 8040-8042.

Fet li buies d’argent, non de leiton ;
Iqui la puis gardat en tau prison
Plus soau lo nuirist qu’aige peson13.
(Elle lui a fait des chaînes d’argent, non de laiton. Depuis c’est dans cette prison- là qu’elle le tient : elle le soigne mieux qu’un poisson dans l’eau.)

19L’image des chaînes d’argent rappelle celle des chaînes d’amour. La tour et les clefs ont métamorphosé le chevalier engagé dans des relations féodales en prisonnier d’amour. Mais Aupais a su rouvrir à temps pour qu’il reste chevalier, car il repart au combat.

20Les clefs d’Oridon sont métaphoriquement les clefs du cœur féminin, mais aussi celles d’un lieu où une femme est souveraine, où elle choisit de se donner elle-même un époux et où elle pardonne l’offense. Cependant, le territoire d’Aupais n’est qu’une tour, qu’un donjon. Elle ne peut pas rivaliser avec la puissance territoriale des hommes. Il lui faut l’appui d’une autre femme pour gagner sa liberté et son époux. Cette femme gardienne des clefs n’est donc gardienne que de son corps et de son cœur. Elle est fiable pour l’homme qu’elle aime, mais elle a indirectement trahi les attentes de son lignage, en la personne de son oncle Charles Martel qui lui avait livré le prisonnier. Elle est un premier signe du dérèglement social et moral engendré par le conflit entre les deux protagonistes principaux.

  • 14 Ibidem, laisse 2.

21Enfin, les clefs d’amour et la prison amoureuse sont des images inventées par les troubadours. La chanson fait donc écho à la fois au lyrisme des poètes et au domaine d’oc. Dans le prologue, le jongleur indiquait que la chanson était connue de Maugis à Pavie14 c’est-à-dire du Languedoc à la Lombardie. Aupais gardienne des clefs est peut-être une concession au public féminin.

La clef, la destruction et la trahison

22Les autres clefs sont liées à la guerre et à sa puissance destructrice. Sur les quatre mentions de clefs relevées, trois sont celles d’une forteresse qui va être livrée au pillage. La destruction est toujours volontaire et connotée négativement qu’elle soit le fait du héros ou de son ennemi. C’est ainsi que Begon, le frère de Garin, dédaigne les clefs pour détruire la forteresse de Naisil.

Rupture de contrat

  • 15 D’après les allusions du conteur, Bernart de Naisil aurait pris l’habit de moine pour le quitter et (...)

23Dans Garin le Lorrain, le héros éponyme, meneur du camp des Lorrains s’oppose au lignage des Bordelais et en particulier à Bernart de Naisil, le traître par excellence15. Naisil, sa forteresse, présente une particularité notable : elle est dotée de passages secrets. Bernart les utilise pour des sorties nocturnes et meurtrières. C’est déjà une marque de sa traîtrise : il agit matériellement et métaphoriquement « par en-dessous », à la faveur de la nuit. Assiégé par l’armée de l’empereur Pépin, Bernart de Naisil finit pourtant par se rendre, après que Begon, le valeureux frère de Garin, a fait détruire tous les passages souterrains. Bernart offre alors les clefs de sa forteresse à l’empereur sous condition de pouvoir ultérieurement rentrer en possession de Naisil.

24Donner les clefs marque l’acceptation solennelle de la défaite, mais aussi, grâce à la condition qui y est assortie, cela garantit le statut de Bernart. Il pourra rester seigneur de Naisil. Ce don des clefs est un geste unique dans la chanson et cette unicité souligne l’importance de la condition. Mais Begon, de son propre chef, entre dans la ville, prend possession des lieux, démolit le donjon et bouche toutes les positions fortifiées des murs supérieurs, détruisant toute possibilité de résistance et tout symbole de suprématie. Le conteur indique que le geste de Begon est une trahison. Bernart et ses partisans s’en offusquent et demandent justice à l’empereur. Pépin autorise Bernart à reconstruire ultérieurement Naisil. Dans le texte, en asyndète, ce qui souligne l’opposition complète des deux hommes, Begon recommande à Garin de ne jamais laisser s’effectuer cette reconstruction car « Bernart n’a jamais respecté un serment » dit-il.

25L’épisode, loin de résoudre la querelle et de clore la guerre, ouvre une succession de conflits : conflit de personnes entre Bernart et Begon qui débouchera sur l’assassinat déshonorant de celui-ci par celui-là. Conflit de loyauté entre Pépin et Begon, ce dernier violant la promesse de son empereur et suzerain, et annonçant ainsi la manière dont Pépin violera à son tour sa promesse envers les fils de Begon. Conflit entre les propos de Pépin et la mise en garde de Begon. Conflit enfin entre la traîtrise du geste de Begon et la justesse de son propos : Bernart est bien un homme sans parole. Cela aboutit à brouiller les repères et à montrer que la trahison peut être le fait des deux camps. Quelle est ici la valeur des clefs ? Si le geste de reddition solennelle avec la remise des clefs s’oppose dans sa forme à la prise d’une ville par le vol des clefs, la conséquence est identique : une ville est détruite ; la logique de haine et d’affrontement est relancée. Autour des clefs la thématique principale est donc la trahison. La présence et l’emploi de clefs dans Garin le Lorrain est le signe d’un dérèglement des lois. Les clefs qui devaient rétablir une sorte d’ordre sont au contraire l’occasion d’un geste de destruction compris comme une trahison, mais apparemment causé par l’essence du possesseur de la forteresse, présenté comme un traître. Ces clefs et l’utilisation qui en est faite constituent la source d’un nouveau conflit entre Bernard et Begon, Bernard et Garin, Garin et Pépin. La reddition avec don des clefs était censée empêcher la destruction et la dépossession. C’est l’inverse qui se produit. Les clefs sont à la fois un enjeu de pouvoir, de guerre et de loyauté.

Les souterrains et les clefs : deux modes d’entrée

26Naisil possède des souterrains qui la rendent plus difficile à prendre et qui constituent un mode d’entrée parallèle aux portes. Les passages secrets participent-ils de l’essence traîtresse de Bernart ? Ils permettent à ses partisans d’être partout où on ne les attend pas et donc de déjouer la logique guerrière du siège. Ils sont l’occasion de destructions et de gestes inattendus. Ils rendent caduque l’opposition entre assiégés et assiégeants, ceux de dedans et ceux de dehors. L’enfermement n’en est plus un. La reddition par offre des clefs ne vise-t-elle pas à éclairer la situation et rétablir les symboles de la conquête de la ville ?

  • 16 Bertrand de Bar sur Aube, Girart de Vienne, édition Wolfgang van Emden, Paris, SATF, 1977.
  • 17 Martin de Riquer, indique en effet que le personnage Girart de Roussillon constitue une « altératio (...)

27L’exemple de Girart de Vienne16, autre chanson sur les vassaux révoltés, variation sur le même personnage historique17, éclaire la logique du passage souterrain. Dans cette chanson de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle, aucune clef n’apparaît, mais un passage souterrain, un immense passage voûté, permet à Girart de sortir de la ville où Charles Martel l’assiégeait, de surprendre l’empereur et de l’emmener avec lui dans la forteresse à l’insu des hommes du souverain qui s’affolent. Mais Girart lui a courtoisement offert d’entrer par ce passage dans la ville et d’y passer la nuit. Le lendemain seulement, l’empereur en sort triomphalement avec Girart. L’entrée glorieuse du vainqueur dans la ville prise est remplacée par la sortie solennelle de deux seigneurs réconciliés. Le passage secret est le moyen de rendre une ville sans rendre les clefs, sans la détruire, sans qu’il y ait bataille, sans déclarer de vainqueur ni de vaincu. Le passage détourné et secret constitue un moyen terme entre la reddition et l’affrontement : l’accord des deux parties sans ambassade ni messager, dans une sorte de face à face pacifiste, paisible et tellement improbable qu’il nécessite pour sa réalisation un espace et un temps autres : le souterrain et la nuit, étrangers à la géographie du siège avec son dedans et son dehors, étrangers au temps des batailles. Dès que le jour se lève, le roi et son vassal paraîtront aux portes de la ville pour rassurer leurs troupes également surprises de la paix. Cette chanson se clôt sur la promesse d’un monde pacifié, à l’inverse de Garin qui ne débouche que sur des continuations dans lesquelles le conflit parcourt les générations. Le souterrain relève plus ou moins du monde magique où tout peut se finir bien, tandis que les clefs notifieraient la conscience d’un monde dominé par la violence et la trahison.

Les clefs de Roussillon et la trahison

28Roussillon est la ville-fief de Girart ; elle lui donne son titre et fait de lui à la fois un comte et un féal de Charles. Son rôle est économique, politique et symbolique. C’est sans doute pourquoi Roussillon, même assiégée, n’est prise à Girart que par le vol des clefs. Ainsi Girart demeure-t-il moralement invincible. Dans la mesure où le conteur ne peut permettre à Girart d’assiéger Paris, sans lui faire perdre tout crédit moral, le seul moyen de rendre le héros au moins égal en force à Charles, responsable initial de la querelle, est d’empêcher que Roussillon soit loyalement prise par les armes. Ainsi, dans deux épisodes parallèles, distants de quelque cinq mille vers, les clefs de la ville sont dérobées. Les variations entre les deux épisodes servent la progression de la chanson et des personnages.

  • 18 Girart de Roussillon, op. cit., v. 948.
  • 19 Ibidem., v. 944.

29Au début de la guerre entre Charles Martel et Girart, Richier, le sénéchal de Girart, « un son dru – son acreent18 », un ami en qui le comte avait toute confiance, et à qui il avait donné « onor grant et muillier19 » un grand fief et une épouse, vole les clefs de la ville durant le sommeil du héros, à son chevet. Ce faisant le sénéchal viole plusieurs liens, ceux de la loyauté humaine, ceux de l’affection et ceux du vasselage. Enfin l’octroi d’une femme faisait entrer Richier dans un lignage, forcément lié au moins par vassalité à celui de Girart. Rien d’étonnant donc à ce que le conteur décline à l’envie le champ lexical de la traîtrise. Outre le verbe « traïr », apparaissent des termes péjoratifs comme « li garz », v. 951, ou « malet », maudit, v. 943. Le simple nom du personnage, « Richier », laisse entendre l’adjectif « riche » et connote un certain goût pour l’argent. De fait, l’homme offre les clefs à Charles contre une vaste terre et des chevaliers, trahissant une deuxième fois Girart puisqu’il change ainsi de suzerain.

  • 20 Ibid., v. 975.
  • 21 Ibid., v. 1001.
  • 22 Ibid., v. 979.
  • 23 Ibid, v. 1006.
  • 24 Ibid., v. 1011-1014.
  • 25 « Carles comence gerre c’a loin define », Ibid., v. 1030, Charles commence une guerre qui n’est pas (...)

30Muni des clefs, Charles Martel entre dans la ville « senz porte frece20 », sans forcer de porte. Ce qui pourrait être le comble de la délicatesse est le comble de la traîtrise. La formule employée par le conteur fonctionne comme une sorte de litote renforçant l’incongruité d’un tel geste chez un empereur. En outre, l’assaut a lieu de nuit, moment qui n’est traditionnellement pas celui du combat21. La traîtrise de Richier fait boule de neige, permettant et causant celle du roi à laquelle s’ajoute celle, involontaire, des bourgeois qui ont fait mauvaise garde22. Girart se trouve donc déchu, obligé de fuir par une porte dérobée23. Les conséquences en sont négatives : sur le plan de l’affrontement personnel, Girart promet de tuer le roi24, sur le plan général, il s’ensuit une guerre longue et terrible25 et sur le moment un pillage et des viols. Or c’est la première occurrence de telles violences.

  • 26 Ibid., v. 941.
  • 27 Cette « faute » est un topos de la littérature épique et romanesque du xiie siècle.

31Le vol des clefs qui dérègle les lois de la guerre stigmatise aussi un ensemble de fautes préliminaires : Girart a mal placé sa confiance en élevant au rang de sénéchal le « fil de vilan26 » qu’est Richier, un homme qui n’est pas né dans la caste des chevaliers, créant ainsi un dérèglement initial de la hiérarchie sociale27. En outre, faisant défendre Roussillon par les bourgeois, Girart leur donne la place des hommes d’armes. Quant à Charles, il paie un traître, puis autorise le pillage et le viol. Girart reprendra la ville par une ruse qui utilise la vivacité et le manque de réflexion du roi (attiré au-dehors par des insultes). Le retour vers Roussillon lui est coupé. Charles perd ce qu’il a mal acquis. Le jongleur tient alors des propos moralisateurs :

Mar vit Carles Martelz son grant bofei,
Quant creeit traïtor, lausengier chei,
Quant el pres Rossillon per annelei.
(vv. 1331-1333)
(L’arrogance de Charles Martel ne lui porta pas bonheur, ni d’avoir fait confiance à un traître, un homme faux et sournois, pour s’emparer de Roussillon par des moyens déloyaux.)

  • 28 Girart de Roussillon, op. cit., v. 1401.

32La chanson s’organise pour mettre en scène une justice qui rende à celui qui est attaqué son bien. Le jongleur se félicite ensuite que Girart rentre sans résistance dans sa ville28. L’éthique du texte s’oriente vers la justice et l’absence de violence. N’est-ce pas une manière de conquérir un public féminin ?

  • 29 Ibidem, v. 6230.
  • 30 Ibid., v. 6833.
  • 31 Ibid., laisse 430.

33Charles assiège une nouvelle fois Roussillon de mai à octobre29, c’est-à-dire une saison de guerre, en vain. Il ne doit la ville qu’à la trahison du portier et de sa femme, chambrière de Berthe, qui vole les clefs. C’est à nouveau un assaut nocturne, à minuit plus précisément, qui débouche sur de nouvelles violences. Cependant la situation va aussitôt se renverser : Charles s’enferme à Roussillon et s’y trouve assiégé30. Si la traîtrise ne profite jamais, elle crée des habitudes, car Charles se fait livrer Dijon en impressionnant le vicomte de Dijon auquel il offre le choix entre une loyauté dangereuse ou une lâcheté payante : cet allié de Girart a le choix entre protéger le comte de Roussillon et mourir ou rendre Dijon à l’empereur et acquérir de beaux domaines. À l’opposé, Girart se ruine pour embaucher des soldats mercenaires sur lesquels il ne tente aucune intimidation31.

34Les deux prises de Roussillon sont l’occasion d’affirmer un peu plus les oppositions entre Charles et Girart et de faire évoluer le personnage de Girart. Si la première prise de la ville crée chez lui une dynamique vengeresse, destructrice, la deuxième fait apparaître son épouse Berthe et fait basculer les destins des personnages. Absente du texte lors de la première prise de Roussillon, la comtesse Berthe se trouve, à la deuxième occurrence, prisonnière de la forteresse en feu dont elle est sauvée in extremis par un proche de Girart. Elle doit alors fuir la ville dans le dénuement. C’est le premier signe de la déchéance sociale et économique qu’elle choisira ensuite elle-même de vivre. La deuxième trahison est bien celle qui transforme à la fois le destin des personnages et la visée de la chanson : celle-ci va se focaliser sur les personnages féminins et sur leur destinée spirituelle.

La clef et le péché

35La deuxième disparition des clefs fait basculer le roman de l’épique guerrier vers le spirituel. Ce deuxième temps du récit approfondit les thèmes de la chanson en montrant que la trahison est un péché de dimension religieuse.

Le vol des clefs et le péché

  • 32 Ibid, v. 1411.

36Un ensemble de termes tisse un réseau lexical religieux autour des clefs. Les deux voleurs pèchent ainsi non seulement contre leur seigneur, mais aussi contre Dieu. Lors du premier épisode, la traîtrise est vengée par Fouque. Le traître, un « mescredent32 », est pendu au gibet sans jugement :

  • 33 Ibid, v. 1421-1422.

Aici branlera mais tro en avent.
As vos del traïtor pres vengement33.
(Il s’y balancera à jamais. C’est ainsi que Fouques se venge du traître.)

  • 34 Ibid., v. 6239.
  • 35 Ibid., v. 6244.
  • 36 Ibid., v. 6245 et 6247.

37Pendu au gibet sans sépulture, il se voit privé de paradis. Dans la deuxième occurrence, le traître est un « faus crestain », plus felon qu’un juif, dit le conteur34. Pour vendre les clefs à Charles Martel, il emploie une ruse, utilisant la nuit pour se déguiser en pèlerin, ajoutant à la traîtrise la profanation. Par son geste, il « trast son seignir et perdet Deu35 ». La trahison est donc exprimée en termes religieux et contient en elle-même son châtiment : la perte du Paradis. Le voleur est aidé de sa femme, chambrière de Berthe. Elle aussi accumule les vices : elle est « enviiose » et « cobeitose36 », cupide et pleine de convoitise. Or l’envie est un péché capital.

  • 37 Ibid., laisse 423.
  • 38 Ibid., laisses 423, 424, 426 et 427.
  • 39 Ibid., laisses 426 et 427.

38Lors de sa première prise, la ville est pillée et tous les signes de la religion volés ; même les cloches sont détruites. Les habitants sont privés de l’exercice de la religion. Le geste est une profanation religieuse : Charles semble croire que Roussillon ne mérite pas d’être territoire chrétien. En fait, cela illustre l’aspect pécheur de la conquête. Lors de sa deuxième prise, la ville est incendiée et le texte, après avoir décrit les flammes jaunes et bleues37, revient dans trois laisses sur la violence de l’incendie38. Les deux dernières laisses ajoutent un effet sonore avec les cris des victimes innocentes39. Le feu semble infernal et symbolise les conséquences spirituelles du vol des clefs. Tricher avec les clefs c’est ne pas respecter le pacte chrétien, donc s’exclure du paradis.

Les clefs et le salut

  • 40 Ibid., v. 6341.

39Ce deuxième vol des clefs détourne le poème vers la question du salut. Au lieu d’embrayer sur une guerre de plusieurs années avec ses tentatives de négociations et ces trêves si vite rompues, la nouvelle chute de Roussillon et sa destruction envoient Girart et Berthe sur les routes de l’errance, sur le chemin du dénuement volontaire et de la pénitence. Certes, Girart tente de négocier avec Charles. Il emploie pour ce faire l’intermédiaire d’un moine, ce qui montre combien il se rapproche du monde religieux. L’empereur refuse toute négociation, insulte le moine et se propose de l’émasculer. Le tort passe alors du côté de Charles. Girart s’enfuit de la ville en chemise et pieds nus40, c’est-à-dire en tenue de pénitent. Berthe va lui montrer le chemin du salut. Son exemplarité passe par des songes prémonitoires, expliqués par des proches. Après une guerre sans merci, dans laquelle Girart a sa part de tort, après la perte de Roussillon et la mort de leur fils, innocent assassiné sans autre motif que celui du sacrifice expiatoire, Berthe va apprendre à son époux comment gagner le Paradis. Les clefs de la Jérusalem Céleste seraient-elles à celui qui a perdu les clefs de la ville matérielle ?

  • 41 Sa présence est liée au fondement historique de la chanson : le vrai Girart a effectivement fondé v (...)

40Une chanson qui se clôt sur l’exemplarité féminine ne peut que s’ouvrir la porte de la chambre des dames. C’est sur une question matrimoniale que débutent la chanson et la querelle ; ce sont les femmes qui résolvent le conflit masculin et qui donnent l’exemple tant dans le domaine politique (la reine Elissent) que dans le domaine spirituel (la comtesse Berthe). Aux deux ennemis irréconciliables, changeants, batailleurs, vindicatifs, emportés, souvent interchangeables que sont le roi Charles et le comte Girart s’opposent le couple de sœurs sages, mesurées, pieuses, loyales, clairement différenciées et immuables dans leur attitude de sagesse, Elissent et Berthe. Or c’est une sainte, Marie-Madeleine41, qui sert de modèle à Girart dont le repentir fonde la possible rédemption, preuve irréfutable que la spiritualité féminine est la référence morale du jongleur.

41Les chansons des vassaux rebelles constituent des réflexions politiques. Elles interrogent le système féodal et la pratique de la guerre. Ainsi Girart et Garin mettent en scène l’emballement calamiteux de la violence et critiquent sa justification. Mais là où le comte de Roussillon affronte son suzerain, le Lorrain illustre au contraire la fidélité au vasselage, même s’il lui faut pour cela se soumettre à l’injustice. Une partie de l’intérêt de Garin tient à la difficile fidélité du héros pour son roi léger, versatile et souvent injuste. Les liens lignagers sont bien plus remis en cause dans cette chanson que les relations vassaliques. Enfin, si dans les deux textes apparaissent des femmes actives, leur place et leur rôle diffèrent. L’impératrice qui soutient Garin qu’elle a failli épouser n’offre aucun idéal religieux. La dimension exemplaire et spirituelle de la femme s’est effacée dans ce premier épisode de la Geste des Lorrains. Le motif des clefs de forteresses révèle donc dans les deux textes une interrogation sur la guerre et sur l’essence de la trahison. Cet objet a encore dans Girart un rôle matériel net : elle assure la clôture de l’espace seigneurial et symbolise la liberté et la puissance de la forteresse. sa disparition entraîne une perturbation des règles féodales et renchérit sur la mise en cause de Charles Martel. En revanche, dans la chanson des Lorrains, les clefs n’ont plus qu’un rôle symbolique. Elles soulignent la reddition solennelle d’une ville. Que la ville soit pourtant détruite montre combien les règles de la guerre sont bafouées dans cette chanson qui conte l’emballement sans frein des haines et des violences. Garin constitue donc une sorte de réponse à Girart, réponse assez sombre, car le jongleur dénie aux protagonistes de cette vendetta toute rédemption. Il dénonce un monde violent qui ne se soucie plus d’aucune règle ni d’aucune transcendance.

Notes

1 « Onques n’i ot porte serree/Ne por poor ne por assaut. », Chrétien de Troyes, Cligès, édition par Charles Méla et Olivier Collet, Le Livre de Poche, coll. Lettres gothiques, 1994, v. 1248-1249.

2 Girart de Roussillon, édition par Winnifred Mary Hackett, Paris, SATF, 1955. La Chanson de Girart de Roussillon, traduction, présentation et notes de Micheline de Combarieu du Grès et Gérard Gouiran, Paris, Le Livre de Poche, coll. Lettres gothiques, 1993. L’œuvre aurait été écrite entre 1136 et 1180 (cf. l’introduction du livre de poche p. 9).

3 Garin le Loherenc, édité par Anne Iker-Gittleman, Paris, Champion, CFMA, trois tomes, 1996.

4 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., v. 3.

5 Ibidem, v. 15.

6 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., introduction, p. 7.

7 Sa « mixité » lui « permet d’être plus largement compris au-delà des frontières linguistiques », La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., introduction p. 6.

8 Max Pfister, « Observations sur la langue de Girart de Roussillon », Revue de Linguistique Romane, XXXIV, 1970, p. 314-325, citation p. 325.

9 La Chanson de Girart de Roussillon, op. cit., v. 24.

10 Ibidem, v. 10001.

11 La Chanson de Roland, édition critique et traduction de Ian short, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1990, v. 73.

12 Dans cette chanson qui constitue une suite de Garin sans solution de continuité, l’impératrice lève des troupes ou finance les troupes levées par Gerbert. Gerbert de Mez, édition Pauline Taylor, Bibliothèque de la faculté de philosophie et de lettres de Namur, n° 11, Louvain-Lille, 1952.

13 Girart de Roussillon, op. cit., v. 8040-8042.

14 Ibidem, laisse 2.

15 D’après les allusions du conteur, Bernart de Naisil aurait pris l’habit de moine pour le quitter et revenir à la vie laïque avant la chanson et son entrée au monastère à la suite de ses terribles blessures paraît plus guidée par la nécessité de se faire soigner. Il est donc traître par essence envers les hommes et envers Dieu.

16 Bertrand de Bar sur Aube, Girart de Vienne, édition Wolfgang van Emden, Paris, SATF, 1977.

17 Martin de Riquer, indique en effet que le personnage Girart de Roussillon constitue une « altération légendaire et littéraire de l’historique Gerardus, comte de Vienne », (Martin de Riquer, Les Chansons de geste françaises, 2e édition, Paris, Nizet, 1957, p. 261). Girart de Roussillon et Girart de Vienne traiteraient donc du même personnage.

18 Girart de Roussillon, op. cit., v. 948.

19 Ibidem., v. 944.

20 Ibid., v. 975.

21 Ibid., v. 1001.

22 Ibid., v. 979.

23 Ibid, v. 1006.

24 Ibid., v. 1011-1014.

25 « Carles comence gerre c’a loin define », Ibid., v. 1030, Charles commence une guerre qui n’est pas près de s’achever.

26 Ibid., v. 941.

27 Cette « faute » est un topos de la littérature épique et romanesque du xiie siècle.

28 Girart de Roussillon, op. cit., v. 1401.

29 Ibidem, v. 6230.

30 Ibid., v. 6833.

31 Ibid., laisse 430.

32 Ibid, v. 1411.

33 Ibid, v. 1421-1422.

34 Ibid., v. 6239.

35 Ibid., v. 6244.

36 Ibid., v. 6245 et 6247.

37 Ibid., laisse 423.

38 Ibid., laisses 423, 424, 426 et 427.

39 Ibid., laisses 426 et 427.

40 Ibid., v. 6341.

41 Sa présence est liée au fondement historique de la chanson : le vrai Girart a effectivement fondé vers 860 le monastère de Vézelay avec son épouse Berthe (preuve s’il en fallait du lien constant entre histoire et chanson). Sur Berthe et Elissent, voir Micheline de Combarieu du Grès, « Le personnage d’Elissent dans Girart de Roussillon », t. II, édition H.-E. Keller, Kalamazoo, (Michigan), 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540