Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section II. La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir

Section II. La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir

Texte intégral

La maîtrise des seuils : ruse, transgression et pouvoir (politique, religieux, sexuel, textuel)

1Ce second volet a pour unité la question du pouvoir, réel ou illusoire, représenté par les clefs, qui sont l’enjeu de stratégies d’appropriation, d’effraction, ou de transgression. Les clefs y apparaissent comme objet concret, ce qui ne les empêche pas de revêtir simultanément une symbolique qui renvoie à l’écriture et aux genres mis en œuvre.

2Ainsi, Catherine Rollier explore le motif des clefs des villes et forteresses, finalement rares, autour des deux scénarios complémentaires du vol et de la remise solennelle des clefs, associés à la trahison, à la destruction, mais aussi à la faute et à la vengeance. Mais la clef des chambres est également en jeu, du fait de l’importance des figures féminines dans les conflits matrimoniaux. Les clefs qui permettent à Aupais de s’enfermer dans son donjon pour résister à son mari ont une fonction protectrice du corps et du cœur, mais renvoient encore à une trahison, par la transgression de son statut d’épouse. Enfin, un glissement vers des clefs plus spirituelles, par la substitution des clefs de Jérusalem à celle des villes, est esquissé, de même qu’un glissement vers la métaphore textuelle, puisque l’auteur de Girard de Roussillon espère par son œuvre s’ouvrir la clef des chambres, c’est-à-dire séduire un public féminin.

3Estelle Doudet s’intéresse à une théâtralisation de la métaphore évangélique des clefs de saint Pierre dans une moralité rouennaise, où les clefs renvoient au pouvoir religieux et politique de l’Église. Les clefs y sont un accessoire central du jeu scénique en tant qu’armes avec lesquelles Hérésie, Simonie, Force, Scandale puéril ou Procès assaillent en vain la porte de l’Église, dans une tentative d’effraction. Ces clefs sont dénoncées comme inadéquates et mensongères, dans une perspective satirique et polémique, renvoyant aux dangers qu’encourt le catholicisme. L’association des clefs et de l’épée apparaît pour réfléchir à l’articulation du spirituel et du temporel dans cette pièce, qui développe aussi une polysémie des jeux métaphoriques autour des clefs : image évangélique, métaphore militaro-religieuse mais aussi équivoque sexuelle : le jeu consiste à mettre en mouvement une image littéraire topique, dans une polyphonie satirique ou parodique.

4Avec Noëlle Lévy-Gires, la conquête du pouvoir par les clefs est déclinée dans la sphère de l’intimité entre maris et femmes sur le registre de la transgression que représente l’adultère. La relative rareté de l’objet alors que la thématique du franchissement des portes est récurrente invite à s’interroger sur le supplément symbolique que représente l’apparition des clefs dans certaines nouvelles : au-delà de leur fonction dramatique marquant un point de basculement des rapports de force, elles revêtent une fonction métaphorique, magique et symbolique. Ouvrant non la porte des chambres, mais des portes-relais (poterne, chambre adjacente, coffre, colombier), elles dédoublent l’espace comme pour mieux exclure le mari et le reléguer dans l’impuissance sexuelle et l’angoisse face à un impossible accès à l’intimité féminine. Inversement, les femmes détentrices des clefs et maîtresses de frontières poreuses exhibent leur liberté de mouvement et la toute puissance d’un désir impossible à endiguer, comme si les clefs fonctionnaient comme un talisman, signe d’un pouvoir absolu et incontesté d’ubiquité, d’invisibilité et d’impunité. Même lorsque le mari est le détenteur des clefs, leur possession s’avère pour lui illusoire. Pourtant, le mari reconquiert parfois un pouvoir sur le plan de la connaissance, comme poseur d’énigme. Les Cent nouvelles nouvelles trouvent dans cet objet un emblème d’une nouvelle esthétique, marquée par l’intrusion dans la sphère de l’intimité et de l’intériorité, sans prétendre pourtant fournir les clefs du déchiffrement d’une féminité qui reste insondable.

5Anne-Cécile Le Ribeuz retrouve le lien entre les clefs et la transgression avec la thématique de la ruse et le registre farcesque dans un roman tardif, autour du personnage du nain Tronc. Elle propose une typologie des occurrences de l’objet dans les images et les textes en rapport avec les personnages détenteurs des clefs et les lieux et observe un renversement du topos : la puissance du geôlier ou du maître de la cité sur les lieux et les corps s’avère illusoire et les détenteurs des clefs, souvent de basse condition (portiers, valets, femmes) sont bernés ou disqualifiés par le recours à la ruse et au mensonge lorsqu’il s’agit des clefs des villes. En cas d’emprisonnement, les détenteurs sont les parents, tuteurs ou précepteurs, mais les clefs sont aussi associées aux scénarios de ruse et vol, tout comme pour les clefs des chambres. L’antagonisme de Tronc avec les portiers dont il est vainqueur ne l’empêche pas d’être lui-même un gardien de seuil, réminiscence possible de son origine folklorique de génie domestique et protecteur. Les clefs sont donc une métonymie de son intelligence au service de Marc et Ysaïe, mais aussi une métaphore de sa puissance et de sa maîtrise de la parole ambiguë. Double du narrateur travaillant au dénouement du récit, il apparaît comme une clef de voûte du romanesque.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540