Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section I. Trousseau métaphorique

Intermède 1

Texte intégral

Prison d’amour et clefs de la liberté : comment tromper un mari en toute impunité…

1Dans Flamenca, roman occitan du xiiie siècle (trad. Jean-Charles Huchet, 10/18, Bibliothèque médiévale, 1988), le mari jaloux, sire Archambaut, tient sa femme enfermée dans sa chambre. C’est compter sans la ruse : l’amant a creusé un tunnel entre sa propre chambre et les bains, et la dame, avertie, prétexte devoir s’y rendre pour sa santé. Le lieu de l’enfermement se déplace ainsi de la chambre aux bains, et s’inverse ironiquement en espace de liberté pour une relation adultère. Les clefs qui enferment deviennent le trompe-l’œil d’une liberté retrouvée. La barre permet aux femmes de s’enfermer dans les bains et signe leur reprise en main de l’espace qui, de carcéral, est devenu protecteur. Quant à la dalle, elle masque un point de communication secret entre les amants.

Il sort fâché et se dirige vers la place. Toutefois, il clôt bien la porte, la ferme à clef et passe la clef dans sa ceinture, puis se rend chez maître Pierre Gui, qu’il trouve sur son perron et l’interpelle :
« Faites nettoyer vos bains, car notre dame veut y prendre les eaux. Qu’ils soient prêts mercredi, avant la lune n’est pas favorable. »
(p. 317)

Il inspecta et scruta les coins de la pièce, mais cet examen ne lui servit pas à grand- chose puisqu’il n’y découvrit pas davantage d’ouverture qu’il n’en voyait d’habitude. Ensuite il sortit, ferma la porte à clef et emporta la clef. Les suivantes ne manquèrent pas de présence d’esprit, elles fermèrent aussitôt la porte de l’intérieur à l’aide d’une barre longue et solide allant d’un mur à l’autre. Elles s’émerveillent de ce qu’elles viennent de faire ; elles s’adressent un clin d’œil et demandent :
« Dame, qu’allons-nous faire ? Nous sommes très curieuses de savoir par où et comment entrera celui qui a choisi pour vous cet endroit.
– Je l’ignore, répond Flamenca, je ne vois nulle part ici rien que je n’aie l’habitude d’y voir. Mais n’allez pas croire que je vais me dévêtir ; je ne suis pas venue ici pour me baigner mais afin de pouvoir m’entretenir avec lui. »
Pendant qu’elles attendent ainsi, sans trouver une parole à échanger, elles entendent, dans un coin de la pièce, un bruit léger ; chacune sait alors que celui qu’elles attendent est là. Elles n’ont pas envie de lui défendre d’entrer, mais elles se sont touché la main et Guillaume, quand il eut levé la dalle, sortit de terre et poussa rapidement. Et si quelqu’un me demande comment il vint là et de quelle manière, je lui répondrai que ce ne sera pas mon affaire. (Ibidem, p. 321-323)

« Suis-je femme a tenir soubz clef ? »

2Farce nouvelle a troyspersonnages (Martin de Cambray)

3Recueil de farces françaises inédites du xve siècle, éd. G. Cohen, Cambridge 1949, rpt Slatkine, Genève, 1974, n° XLI, p. 317-326.

4Il y a dans cette farce une association intéressante entre la clef et la ceinture comme deux emblèmes du lien, dans une dialectique entre enfermement et liberté, pouvoir et soumission : le mari possesseur des clefs les attache à sa ceinture en pensant y voir une garantie contre l’adultère. Mais la ruse souligne le caractère illusoire de ce pouvoir, et inverse la situation : c’est désormais la femme qui détiendra les clefs et elle offre à son mari une nouvelle ceinture ; la femme liée transcende l’enfermement et conquiert sa liberté, avant de lier à son tour le mari. Comme dans les Cent nouvelles nouvelles, la clef est emblème d’un pouvoir qui engage la liberté d’action de la femme.

Après un échange d’insultes entre Martin et Guillemette, le mari enferme sa femme à clef car il doit s’absenter.

Martin
Guillemette, je vous diray
Je vueil aller parmy la ville.
Se je devoye estre tué,
Sy me fault-il aller outer,
Crier mes sollés, oyez-vous ?
Gardez bien l’hostel ou l’estrille,
Orés je m’en rapporte à vous !

Guillemette
Garde-t’en bien ! Comment qu’i soit,
Par Dieu g’iray a mon affaire.

Martin
Gardés bien l’hostel, il me plaist.

Guillemette
Mais toy, se tu en as affaire.

Martin
E par Dieu vecy bon mistère,
Bon gré en ait Dieu en ma vie !

Guillemette
Que mauldicte soit jalousie
Que tant vous en estes feru.

Martin
Ha ! j’ay bien veu ce que j’ay veu
Autrefoys, il me touche fort.

Guillemette
J’auroie plus chier que fussiés mort
Par Dieu ou trainé au gibet !
Entendez-vous que l’eusse fait
Par celuy Dieu en qui je croix,
Je ne suis point non à cela.

Martin
A dea ! Guillemette, cela,
Aussi vous tien-je preude femme
Mais foy que (je) doibs à Nostre
Dame,
Je n’en suis point bien asseuré.

Guillemette
Par le bieu, c’est bien juré,
J’araie plus chier estre enfoÿe !

Martin
Par Dieu : je vous en croy ma mye.
Mais pour en estre plus affermé
A la clef pour m’oster de peine.

Guillemette
Tu feras ta fievre quartaine
Me cuide-tu ainsi tenir ?

Martin
Se vous deviez de sens issir,
Si serés vous (cy) enfermée.

Guillemette
Une fois t’en feray repentir.

Martin
Rien ne vous y vault le fouir.

Guillemette
Maleureté te puisse ferir.

Martin
Faictes-vous doncques l’enragée ?
Se vous deviés du sens issir
Sy serez-vous cy enfermée. Guillemette
Avant qu’il soit demain (à) vespre,
Par Dieu tu t’en repentiras !

Martin
Fais tout du pis que tu pourras !

Guillemette
Faray.

Martin
A l’aventure
Puisque je mys a ma saincture
La clef, suis-je pas bien et bel ?

Guillemette
Je m’en vois bien garder l’hostel.

Martin
Guillemette, à Dieu vous commant !

Guillemette
Je prie à Dieu du firmament
Que rompre te puisse le col !
V. 110-160

Au curé, son amant, qui veut rompre l’huis (briser la porte), Guillemette suggère une ruse : se déguiser en diable. Elle injuriera son mari qui dira « le diable t’emporte ». Alors le curé déguisé l’emportera ! Ce scénario est mis en œuvre. Martin, effrayé, raconte ensuite au curé cette aventure, et le curé promet d’excommunier le farceur qui lui a joué ce tour et demande à Martin de prier pendant qu’il fait de même de son côté : il en profite alors pour rejoindre tranquillement Guillemette. Après leurs ébats, le curé à nouveau déguisé ramène Guillemette, qui prétend revenir de l’enfer. Martin implore alors son pardon et lui confie la clef garantissant sa liberté.

Martin
Ma mye, je vous crie mercy,
Jamais nul jour ne le faray,
Des maintenant vous bailleré
Les clefz et allez ça et là,
Tenez, ma mye, là velà,
Allez là où (vous) avés affaire.
Velà la clefz de l’huys (de) derrière,
Je ne vous défiré jamais.

Guillemette
Or vivons ensemble en paix,
Je vous en prie et d’ung accord ?

Martin
Par mon serment, je suis d’accort,
Vaille que vaille, à l’aventure !

Guillemette
Or tenez doncques celle sainture,
Que je vous donne en paix faisant ?
Seigneur, elle vous est duisant,
C’est droictement ce qu’il nous fault.

Martin
Ainsy ?

Guillemette
C’est trop hault.

Martin
Plus bas.

Guillemette
Voire dea, en ce point,
Fricque, habillé et poly.

Martin
Le sang bieu, je suis bien joli,
Que dit-on maintenant de moy ?

Guillemette
Vous estes Martin de Cambray,
Vous en estes saint sus le cul.

Martin
Doncques en ma vie ne fu
Si joly à mon degoy.

Guillemette
Vous estes Martin de Cambray.

Martin
Par Dieu, ma mye, tant que vivray
Je vous tiendray mignotement,
Penser que pas je n’oubliray
Ung mot que on dit bien souvent :
Qui pert y retreuve pour tout vray
Ne soit que dueil certainement.

(au public)
Pour ce vous prie humblement,
Seigneurs et dames, hault et bas,
Et vous souviengne tout de vray
Que je suis Martin de Cambray.
Explicit.
V. 453-489

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540