Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section I. Trousseau métaphorique

Clefs du cœur, du corps et du texte

Fabienne Pomel

Texte intégral

  • 1 La Clef d'Amors, éd. A. Doutrepont, Halle, Niemeyer, Bibliotheca normannica V, 1890.

1Glisser la clef d’amour dans la serrure du cœur, emporter ou détenir la clef du cœur : l’image se rencontre assez souvent dans les romans médiévaux. Il s’agira, à partir d’un corpus qui traite de l’amour profane – romans arthuriens, poésie lyrique, Roman de la Rose, jeux et dons courtois, traité intitulé La Clef d’amour1 –, de voir selon quelles modalités la métaphore de la clef est mobilisée pour dire l’amour comme expérience affective et sexuelle, mais aussi parfois le travail de la lecture. Dans les deux cas, la clef vient traduire l’idée d’une expérience initiatique en évoquant un passage. Détenir ou non la clef renvoie donc à un pouvoir et à un savoir qu’on acquiert ou dont on est inversement privé et qui mettent en jeu les figures de l’amant, de la dame et du dieu Amour, mais aussi du lecteur et de l’écrivain. Pouvoir ou ne pas pouvoir faire, mais aussi savoir ou ne pas savoir lire. Le Roman de la Rose et La Clef d’amour suggèrent autour du motif de la clef une corrélation entre les champs amoureux et textuel, qui se rejoignent dans l’expérience du plaisir. J’essaierai donc ici d’esquisser le profil métaphorique de la clef dans le champ de l’amour profane et d’envisager quelques exemples de la clef comme métaphore dans le champ textuel.

Le profil métaphorique de la clef dans le champ de l’amour profane

Une métaphore des seuils spatiaux et narratifs

2La clef est un objet de l’entre-deux, du passage. Les textes exploitent bien sûr cette caractéristique spatiale pour structurer l’espace mis en scène mais aussi le récit. Dans le Roman de la Rose, la clef apparaît ainsi dans deux épisodes charnières du récit autour de deux seuils : celui du verger, gardé par Oiseuse, et celui du château où est enfermé Bel Accueil, gardé par les quatre portiers (Danger, Jalousie, Malebouche et Honte). Il est à noter que les emblèmes d’Oiseuse dans sa première description sont le miroir et le peigne, ainsi que le gant ; la clef n’apparaît que dans le discours ultérieur de Raison :

  • 2 Les références sont celle de l’édition d’A. Strubel, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1 (...)

Mar t’alas onques ombroier
Ou vergier dont oisseuse porte
La clef a quoi t’ovri la porte.
Fous est qui s’acointe d’oisseuse :
S’accointance est trop perilleuse,
Ele t’a traï et deceü.
Amors ne t’eüst ja veü
S’oisseuse ne t’eüst conduit
Ou bieu vergier qui est deduit.
(Roman de la Rose2, v. 3000-08)

  • 3 Bib. Mun. Rennes, 15963. Pour les gravures, voir par exemple l’édition attribuée à Guillaume Le Roy (...)

3Les miniatures optent ainsi pour la représentation de différents emblèmes. La clef apparaît dans les mains d’Oiseuse des plus anciens manuscrits comme celui de Rennes jusqu’aux manuscrits tardifs et aux premiers imprimés avec les gravures sur bois3. Elle est parfois surdimensionnée, mais toujours en rapport avec la porte du verger et le franchissement potentiel ou amorcé. Quant aux clefs de la première porte gardée par Dangier, elles sont évoquées ponctuellement :

Jalousie a garnison mise
Ou chastel que je vos devise.
Si m’est avis que dongier porte
La clef de la premiere porte
Qu’an oevre devers oriant.
(RR, v. 3865-69)

4On note significativement une démultiplication fantasmatique des clefs comme rêve social et masculin de maîtrise totale du désir, avec les trois paires de serrures pour enfermer Bel Accueil, constituées en expression figée.

Lors le prennent (Bel Accueil) et tant le batent
K’en fuiant en la tour l’enbatent
Et l’ont apres tant de laidures
A. iij. paire de serreüres
Sanz plus metre en fers ne en clos,
Souz. iiij. paires de cles enclos.
(RR v. 14937-42)

5Mais c’est surtout l’abandon des clefs, jetées par les gardiens lors de la débandade générale qui suit le brandon de Vénus, qui est significatif.

Quant li brandons s’en fu volez,
Ez vous ceuls dedenz affolez :
Li feus esprent tout le pourpris ;
Bien se durent tenir pour pris !
Tuit s’escrient : « trahi ! trahi !
Tuit sommes mort ! ahi ! ahi !
Fuions nous en hors du pais ! »
Chascuns giete ses cles laïs.
(RR v. 21263-70)

6Jeter les clefs est le signe de la perte de pouvoir sur l’espace et sur Bel Accueil à moins que ce ne soit plus simplement la perte de pouvoir sur soi dans l’expérience du désir sexuel chez la dame ? Les portes ouvertes, la cueillette devient en tout cas possible. Les clefs apparaissent donc cette fois-ci à un seuil conclusif, celui du dénouement. Il est intéressant d’observer que le continuateur anonyme, auteur d’un dénouement rapide, recourt aussi aux clefs dans un scénario de vol.

Mes bone amor la deboneire
Qui les siens touz jorz reconforte
A grant meschief ovri la porte,
Maugré que paor en eüst.
Se male bouche le seüst,
N’en issisiens por rien dou monde.
Mes amors la bele, la blonde,
Ambla les cles ; hors nos a mises.
(RR p. 264, v. 30-37)

7Dérober les clefs, c’est encore plus clairement échapper au pouvoir social ou moral qui s’exerce sur la rose et plus généralement sur les amants. Dans les deux cas, le franchissement a valeur initiatique puisqu’il s’agit dans un cas d’accéder à une société courtoise d’élection et dans l’autre d’accéder à l’objet central de la quête, la rose, dans une expérience amoureuse ou érotique. La clef ouvre l’accès à une société de divertissement et de plaisir ou directement à l’objet appelé à procurer le plaisir qu’évoque la cueillette. Les occurrences de la clef contribuent donc à structurer sur le plan narratif et symbolique le récit. Les deux lieux, verger et château, tendent d’ailleurs à s’équivaloir symboliquement comme métaphore potentielle du corps féminin.

  • 4 Ed. B. Roy et Fr. Guichard-Tesson, Montréal, CERES, 1993.

8Le Livre des échecs amoureux moralisés d’Evrart de Conty4 en attribuant au deuxième pion l’enseigne de la clef pour représenter le regard, relaie et exploite autrement la dimension inchoative de la symbolique de la clef en matière amoureuse :

[…] car par regard se commence l’amour, tant d’une part comme d’autre, come fu dit devant. Et ce nous est assez segnifié par l’enseigne, car tout aussi que la porte et l’entree de la maison est par la clef ouverte, tout aussi est par la veue ouverte la porte et l’entree d’amours. (p. 385-86)

9Selon une logique analogique, la clef est à la porte de la maison ce que le regard est à l’amour, dans une même fonction introductive.

Le registre du pouvoir et du faire : la dame ou le dieu Amour détenteur des clefs

  • 5 Ed. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1982.

10Détenir les clefs marque donc avant tout un pouvoir qui peut s’exercer sur l’autre alors que ne pas les détenir traduit une position de dépendance et de soumission. La clef se prête volontiers à illustrer la conception courtoise de l’amour qui fait de l’amant un vassal de la dame ou du dieu Amour. Ainsi, dans le Chevalier au Lion5, Yvain murmure que c’est la dame, qui détient les clefs de sa joie :

« Or alez donc a Deu, biaus sire,
qui vostre pesance et vostre ire
se lui plest, vos atort a joie ! »
Puis dist antre ses danz soef :
« Dame, vos en portez la clef,
et la serre et l’escrin avez
ou ma joie est, si nel savez. »
(Le Chevalier au Lion, v. 4621-28)

  • 6 Ed. F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, 1998.

11Dans Le Conte du Graal6, c’est Blanchefleur qui tourne la clef du cœur de Perceval :

[…] et si est ce mervoille estrange
qu’il i avoit an la losange
grant dolçor, qu’ele li feisoit,
car a chascun mot le beisoit
si dolcement et si soëf
que ele li metoit la clef
d’amor an la serre del cuer,
n’onques ne pot estre a nul fuer
que ele l’an poïst retrere
que la bataille n’alast fere […]
(Le Conte du Graal, v. 2629-38)

  • 7 On trouve ailleurs des images analogues : « Car bien connoist d’amor la clef », Claris v. 18900. «  (...)

12On retrouve cette attribution d’une clef comme pouvoir sur le cœur de l’amant dans Jehan et Blonde7 :

Dame, vos en portés la clef
De ma vie et de ma santé
(Jehan et Blonde, v. 614)

13Inversement, la clef est attribuée à l’amant qu’est Robin dans certaines pastourelles :

  • 8 Rom u Past II 20-31 (cité dans le Franzözisches Etymologisches Wörterbuch de W.V. Wartburg (...)

Robins a les clés de la serreüre8.

  • 9 Poèmes d’amour des xiie et xiiie siècles, éd. E. Baumg (...)

14Dans le fameux poème de Thibaut de Champagne, « Aussi com unicorne sui9 » comme dans le Roman de la Rose, c’est directement le dieu Amour qui détient les clefs :

De la charte a la clef Amors (déb § 3)

15Dans l’épisode de l’hommage, l’amant suggère lui-même au dieu Amour de faire une clef :

Faites i clef et l’en portés
Et la clef soit en leu d’otages
(RR, v. 1992-93)

16Il s’agit bien d’investir simultanément le dieu Amour comme seigneur et l’amant comme vassal. Les formules comme « être sire du cœur » (v. 1996), « avoir mout grant poesté » (v. 2007), et le terme répété de « servise » le soulignent aussi, ou encore « lier » (v. 1971) ou « garder et joutiser » (v. 1990) : « li cuers est vostres, non pas mien », déclare l’amant au dieu Amour (v. 1985). La réponse de l’amant à Raison, qui lui enjoint de ne pas se soumettre à l’amour, évoque à nouveau cette clef, associée à l’image d’un domptage avec les verbes refreindre ou denter :

Cuidiez vos donc qu’amors consente
Que je refraingne et que je dente
Le cuer qui est siens tretouz quites ?
Ce ne puet estre, que vos dites.
Amors a si mon cuer danté
Qu’il n’est mes a ma volenté :
(Il le justise si forment
Qu’il i a fete clef fermant.)
Or me laissiez trestot ester,
Que vos porriez bien gaster
En oisseuse vostre françois.
Je voldroie morir ançois
Qu’amors m’eüst de fauseté
Ne de traison arresté.
(RR v. 3077-90)

17La « clef fermant » est associée au verbe justiser et à la négation de la volonté. L’amant, présenté comme celui qui ne détient pas/plus les clefs de son cœur, apparaît comme soumis à une volonté extérieure et supérieure à la sienne. Inversement, l’amour est personnifié comme tout puissant dans sa capacité à enclore :

Biau filz, amours vaint toutes choses :
Toutes sont sous sa clef encloses.
(RR v. 21331-32)

Une métaphore à structuration allégorique

  • 10 « Lors a de s’aumoniere traite/ Une petite clef bien faite/ Qui fu de fin or esmerez. » « A ceste, (...)

18Ce qui importe de souligner, c’est que la clef n’apparaît pas comme objet isolé mais dans une configuration qui met en jeu des objets complémentaires selon une logique qui oppose intérieur et extérieur, et mobilise souvent dans les exemples ci-dessus un contenant voire un contenu : la serre (serrure) dans le Chevalier au lion et le Conte du Graal, la serreüre dans la pastourelle, la porte dans le Roman de la Rose, l’escrin dans le Chevalier au lion et le Roman de la Rose10, la charte chez Thibaut de Champagne (serre peut d’ailleurs signifier serrure ou prison). Cette constellation va permettre un développement métonymique des métaphores courtoises. De fait, la clef apparaît liée à un autre procédé également allégorique qui est l’autonomisation du cœur qui oscille entre réification et personnification. On peut souligner deux variantes, le cœur-coffret et le cœur en prison, toutes deux liées au topos du cœur volé ou séparé, qui reste dans les mains de la dame, illustré chez Thibault où le cœur est personnifié comme prisonnier ou encore dans le Roman de la Rose :

Mes cuers aloit si tresaillant
Qu’il vous remest quant je m’en mui. (3e et 4e v de la § 2)
mon cuer m’avés si toloit
(RRv. 1979)

19Dans le Chevalier au lion, le cœur est comparé implicitement à un écrin emporté par la dame. On retrouve cette métaphore du cœur-coffre dans le Conte du Graal et dans le Roman de la Rose. Dans les deux cas, la métaphore de la clef s’inscrit dans un système allégorique par l’établissement d’une série d’équivalences analogiques implicites dans le Chevalier au lion : la clef = bon vouloir de la dame ; l’écrin = le cœur de l’amant ; le bijou (implicite) = joie. De même dans le Conte du Graal : clef = amour ; cœur = coffret. Et chez Thibault de Champagne : cœur = amant = prisonnier ; dame et dieu Amour = geôliers ; clef = bon vouloir du dieu Amour/de la dame ; piliers = talent ; huis = biau veoir ; anel = bon espoir ; portiers = Biau Semblant, Biautez, Dangier. Dans le Roman de la Rose, le cœur est à la fois écrin et prisonnier comme otage du dieu Amour. D’autres équivalences sont suggérées : clef = volonté du dieu ; joial = plaisirs procurés par l’amour ?

20La clef apparaît donc dans des allusions romanesques ponctuelles comme dans les développements descriptifs en poésie, au sein d’un réseau métaphorique qui tend vers l’allégorie et qui est centré sur la personnification ou la réification du cœur. Le Roman de la Rose en offre une variante narrativisée, avec l’intégration de la clef au rituel et à la gestuelle de l’hommage :

Lors la me toucha au costé
Et ferma mon cuer […].
(RR v. 2008-09)

  • 11 Pour les miniatures : Londres, British Library MS Harlem 4425, fol. 24v. ou Londres, British Librar (...)

21Cet épisode fait souvent l’objet d’illustration dans les miniatures ou les gravures11. La gestuelle autour de la clef s’inscrit donc dans la logique de l’hommage et s’apparente dans sa signification à la représentation du baiser féodal ou des flèches tirées sur l’amant, comme signe d’un pouvoir exercé.

Le détournement grivois potentiel

  • 12 L’Art de l'amour au Moyen Age. Objets et sujets du désir, Cologne, Konemann, 2000, trad. A (...)
  • 13 Voir p. 114, op. cit.

22Michael Camille, en étudiant les objets d’art faisant office de cadeau dans L’Art de l’Amour au Moyen Age, consacre un chapitre au coffre et à la clef12. Il montre des exemples intéressants d’objets alliant la clef et le cœur, comme des cœurs entourant la serrure de coffres d’ivoire, de cuir ou de bois, ou un cadenas-pendentif en forme de c sur lequel est inscrit « De tout mon cœur13 ». Ce faisant, il souligne bien comment, par-delà la signification courtoise, est aussi présente une symbolique qui renvoie aux véritables rapports de force entre les sexes dans la société médiévale et qui n’évacue pas la dimension sexuelle. Ainsi des coffres de mariages.

  • 14 Ibidem, p. 42.

La femme […] est figurée du côté de l’entrée de la serrure, ce qui indique sa condition fermée et virginale, le mariage étant, littéralement, la clé pour ouvrir le coffret et pénétrer le corps14.

23La clef du cœur peut donc laisser place à ou masquer la clef du corps. Le coffret offre en effet aussi une métaphore possible du sexe féminin que la clef peut ouvrir, observe encore M. Camille :

  • 15 Ibid., p. 65.

Le coffret, avec ses métaphores de l’ouverture et de la fermeture, son intériorité et sa surface extérieure, était toujours étroitement lié à l’inviolabilité du corps féminin, ouvert seulement par l’époux propriétaire15.

24Ce critique souligne bien l’ambivalence symbolique à l’œuvre en termes de pouvoir : l’amant ou le futur mari de fait signifie aussi, à travers l’objet offert, la domination potentielle qu’il compte exercer sur son épouse.

  • 16 Kurt Baldinger, « Six dessins dialogués à double sens », Travaux de Linguistique et de Philologie ( (...)

25Un des Six dessins dialogués à double sens (fin xve, Flandres), que B. Roy a eu la gentillesse de me signaler16, illustre à merveille le détournement érotique possible des métaphores de la clef et du coffre. On y voit à gauche un homme tenant une longue clef dirigée vers la serrure d’un coffre que la femme tient face à lui. Les phylactères mettent en œuvre un échange qui consiste en une proposition érotique de la dame et une réponse masculine qui décline la proposition non sans insolence :

La dame
Amis, veuilliez owvrir mon coffre
Que je vous baille, donne et offre.
L’homme
Dame, le coffre moult me plet,
Mais la serure me desplait,
Car ma cleif n’est point par mesure
Grande assez selon la fendure.

26Si on retrouve le jeu des équivalences allégoriques, c’est dans un registre sexuel où la clef vaut pour le sexe masculin et le coffre pour son complémentaire féminin, à la manière du bâton du pèlerin et de la meurtrière à la fin du Roman de la Rose. L’esprit de cet échange n’est pas sans rappeler les remarques sur les avantages et inconvénients des voies larges qu’offrent les femmes mûres dans le Roman de la Rose tout en évoquant peut-être simultanément une angoisse masculine devant une figure de la femme insatiable, perçue comme béance impossible à combler. La défaillance sexuelle masculine, évoquée en terme quantitatif ici, est à la fois le moyen de décliner la proposition sous les apparences d’une confession d’humilité et de laisser entendre une consommation sexuelle intensive chez son interlocutrice.

  • 17 Recueil de sermons joyeux, éd. Jelle Koopmans, Genève, Droz, 1988.

27Le Sermon joyeux des quatre vents17 reprend plus crûment la métaphore en évoquant directement la « clef du con » à propos du premier vent (de ventus vinon) :

Sy une femme en est ferue
La clef de son con est perdue,
Car il l’abat, c’est chose prompte,
La femme en bas, et puis l’homme monte.
(p. 517)

  • 18 Ibidem, p. 434.
  • 19 Ce rituel est évoqué déjà par Lucrèce (De rerum naturae IV, 1160-1163 selon la note de l’éditeur p. (...)

28Il semble y avoir ici une évocation de la virginité, assimilée implicitement à un trésor dont la femme doit garder précieusement la clef. Le sermon ne détourne pas la métaphore courtoise dans un registre grivois, comme le fait le Roman de la Rose autour du geste de frapper à la porte par exemple (hurter à la porte d’Oiseuse/hurter à l’huis pour Cacus et le pèlerin) mais on trouve dans Le sermon pour un nopce18 un exemple de rituel courtois trivialisé qui mobilise non exactement la clef, mais les cliquettes (loquets) : baiser les cliquettes de l’huis19 :

De leurs maistresses, vont les nuictz
Baiser les cliquettes des huys.
Et quant quelqu’un les aperçoit,
Le soir les cliquettes pourvoit
De fange ou de diamerdis ;
Et Dieu sçait si sont refroidis
Les pauvres amants et peneux
Lorsqu’ils sont gastés et breneux
(p. 434)

  • 20 Denis Hüe rappelait, à l’occasion de cette présentation, un autre exemple : Le Marchand de Venise d (...)

29Les clefs d’amours se déclinent donc d’un registre courtois, autour du cœur essentiellement, à un registre grivois ou trivial avec la clef du corps féminin. Ce faisant, la clef s’inscrit essentiellement dans une logique du pouvoir ou de l’impuissance, qu’elle soit affective ou sexuelle. Mais la clef apparaît aussi comme une métaphore possible de l’espace textuel qui met en jeu le savoir et plus particulièrement le savoir-lire20.

La clef comme métaphore dans le champ textuel

La clef comme titre ou le savoir portatif

30Le prologue de La Clef d’Amour s’ouvre sur le topos de la reverdie et l’éloge de la beauté de la dame aimée puis se poursuit par un songe (v. 49 sq) dans lequel le dormeur voit apparaître le dieu Amour. Ce dernier exige de lui un service (v. 69) : traduire et abréger l’Art d’aimer d’Ovide en langue vulgaire « en lieu d’un petit portehors » (v. 102), sorte de bréviaire d’amour portatif, à la manière du dictionnaire philosophique de Voltaire, ou de poche dirait-on aujourd’hui. Il lui promet une belle rétribution :

Je te baudrai mon arc por traire
Partout ou il te voura plaire
(v. 113-114).

31Au réveil, le narrateur s’interroge sur cette vision et sa crédibilité mais décide d’accomplir cette mission d’écriture dont le dieu Amour l’a chargé.

issi m’estut ceste oevre emprendre
(v. 157)

32Enfin, après l’habituel topos d’humilité, il baptise ce texte du nom de « clef d’amors » :

Icest livre que j’ai sommé
La clef d’amors sera nommé ;
Quer par lui porra l’en ouvrir
Les ars d’amours et descouvrir.
(v. 169-172)

33L’épilogue reprend en écho ce titre :

[…] ci define
la clef d’amors et la doctrine.
(v. 3373-74)

34Le texte apparaît comme la clef qui donne accès à un savoir sur l’amour. La clef, c’est donc le texte lui-même, comme médiateur vers une connaissance qui est constituée par la doctrine d’amour. Cette médiation prend toutefois une coloration particulière par le travail de vulgarisation. Le dieu Amour insiste sur ce projet perçu comme une ouverture du savoir à un plus grand nombre de lecteurs, comme le souligne l’insistance du couple ouvrir/descouvrir :

Par quoy cil qui l’art veut apprendre
puet plus legierement entendre (v. 75-76)

35Deux écueils sont soulignés à l’accès au savoir, la longueur du texte et le latin :

Quer, combien qu’il m’ait mont hetié
Que plusors en aient tretié,
Si est cen par mos prolis
Que les fins amoureus jolis
Ne puent pas briement entendre
Que les auctours veulent comprendre
Ne chascun ne puet pas savoir
Latin, ne les livres avoir
Qui sus amours ont esté fez.
(v. 85-93)

36Dès lors la tâche est double : traduire à partir du latin et abréger.

Comprendre en brieve escipture
Mon art (v. 96-97)
Que l’amant pour soy conforter
Puisse touz diz o soi porter,
Soit resident ou auge hors,
en lieu de petit portehors.
(v. 99-102)

  • 21 Selon l’éditeur, l’auteur anonyme supprime les développements mythologiques (Céphale, Pâris par exe (...)

37On pourrait ajouter compiler, avec les verbes sommer (v. 169) ou estrere (v. 84). De fait, la Clef d’Amour apparaît comme une traduction abrégée21 et libre du texte d’Ovide, construit comme lui sur un principe ternaire : la manière de choisir, puis de plaire et enfin de conserver l’objet de l’amour. Le livre comme clef d’un savoir est donc offert au lecteur (essentiellement l’amoureux) qui pourra en faire usage dans sa propre expérience.

Le lecteur, détenteur potentiel des clefs du texte allégorique ou de l’énigme

  • 22 Cf. v. 31-42.

38La Clef d’Amour ne se contente pas de mobiliser la clef dans son titre : elle reprend cette image dans un dispositif d’énigme annoncée dans l'incipit et détaillée dans l’épilogue autour d’une clef d’argent et portant sur les noms et surnoms respectifs de la dame et de l’auteur, mais aussi sur la date du texte22. On trouve donc une nouvelle métaphorisation de la clef et des éléments métonymiques associés : le texte fait figure de coffre où est enfermée une énigme et la clef vaut pour la subtilité d’interprétation que le lecteur saura déployer ou non. Le verbe deffermer (v. 36, repris v. 3395) évoque le déploiement d’un système codé par l’auteur : « bien torner la clef » (v. 37 et 41) par la mobilisation d’une « subtile pensee » (v. 42). C’est donc interpréter ingénieusement l’énigme qui consiste dans les lettres de l’expression « clef d’argent », comme l’explique le prologue.

Clef d’argent vous peut, a voir dire,
Mon non et mon sornon descrire,
Et aussi de ma dame chiere ;
Si vous dirai en quel maniere.
(v. 3383-86)

  • 23 L’éditeur y consacre les dernières pages de son introduction (XLV-XLVIII) et avoue aussi sa perplex (...)
  • 24 Voir le passage énonçant l’énigme, cité en continu dans l’Intermède 4.

39Suivent alors une série de consignes cryptées basées sur des jeux de forme, d’interversion ou d’inversion et de sélection de lettres. Faute d’avoir éclairci l’énigme23, pour laquelle une consultation directe des manuscrits serait vraisemblablement utile, je me contente ici de la décrire24. Il faut d’abord faire quatre opérations sur les cinq premières lettres (clef d) puis ajouter aux résultats obtenus les lettres initiales, soit les 11 lettres de clef d’argent, ce qui donne 15 lettres.

De. ij. letres une ferés,
De l’autre une branche osterés,
L’autre a conpas roognerez,
La penultieme enverserez.
Par ces. iiij. et par les premieres
Arés. xv. letres entieres.
(v. 3387-3392)

40La suite se corse par des sélections et des doubles usages de certaines lettres pour obtenir les noms de l’auteur.

De ces. xv.. v. seront prises
Dont les. ij. seront. ii. foiz mises ;
Lors deffermerez sanz dangier
Mon non sans muër ne changier.
.ij. des. v. mises simplement
font mon sornon entierement
ovec. iiij. des demorees
des queles. ij. seront doublees.
(v. 3393-3400)

41Enfin, de là, le lecteur devra dériver le nom de l’amie puis son surnom.

La segonde en la tierce letre
De mon droit non, qui les soit metre
O. iiij. des. vi. remanentes
Et o une des sornommantes,
Forment le droit non de m’amie
Sanz doubler letre ne demie.
Par les. ij. letres qui demorent,
Que. iij. de mon sornon secorent,
Des queles. iij. une est doublee,
Sera m’amie sornomee […]
(v. 3401-3410)

42Les derniers vers proposent une ultime combinaison pour obtenir la date du texte :

Cest gieu et cest tornoiement
Vous enseignera clerement,
Sans faillir, le temps et l’anee
Que la clef d’amors fu trovee.
(v. 3423-26)

43La clef métaphorise ici le code crypté de l’énigme des lettres fondée en partie sur les lettres mêmes du mot clef. C’est donc avant tout l’écrivain qui apparaît comme le détenteur des clefs, qui permettent de laisser les mauvais lecteurs sur le seuil d’un savoir caché dans le texte-coffre. Je verrais en outre volontiers un double sens herméneutique et érotique dans les derniers vers potentiellement équivoques avec les expressions comme « ovecques soy l’enchaenne » (v. 3420), « la mete. iiii. fois enverse » (v. 3422) ou les mots « gieu » et « tornoiement » (v. 3423), ce qui met en corrélation le jeu d’ouverture du texte (décryptage) et le jeu sexuel auxquels le lecteur et l’amant se livrent respectivement l’un avec l’amie, l’autre avec les lettres.

Le Roman de la Rose : la corrélation des expériences amoureuse et herméneutique

  • 25 Bibliothèque municipale de Rennes, 15963.

44Cette corrélation entre expérience amoureuse et jeu de l’herméneutique littéraire, suggérée à la fin de la Clef d’Amour, est exploitée par Jean de Meun dans le Roman de la Rose autour des images d’ouverture et de clôture : de même que le pèlerin doit desclore la rose, le lecteur doit desclore le sens allégorique second. Passer le petit guichet fermé du jardin de Déduit fait écho au franchissement de la voie étroite du paradis et au passage étroit du sexe féminin dans la défloration finale. Pour autant, le texte n’exploite pas strictement la clef en ce sens, mais plutôt les images de passages de portes, assortis éventuellement d’effraction. De façon plus nette, les images exploitent cette corrélation possible. Ainsi du manuscrit de Rennes25 qui met en scène dans son frontispice simultanément le seuil du texte, du livre et du verger de Déduit à travers la grande clef tenue par Oiseuse. Il suggère de plus que la captation opérée dans l’expérience amoureuse trouve son analogue dans l’expérience littéraire, toutes deux nécessitant une disponibilité d’esprit incarnée par Oiseuse, et non dépourvue de périls comme le suggère la parenté de Oiseuse avec les sirènes par ses attributs que sont le peigne et le miroir. Ainsi Oiseuse, sous le double signe de la disponibilité et du plaisir, apparaît comme la figure médiatrice ambivalente, la clef qui donne accès à la fois à l’expérience amoureuse et à l’expérience littéraire sous son aspect herméneutique et hédoniste.

45La clef, comme objet médiateur, interdit ou autorise donc l’accès au cœur, au corps ou au texte, tous trois métaphorisés comme coffres contenant un trésor qu’il s’agit d’obtenir. Représentation du bon vouloir de l’autre, dame ou dieu Amour, du phallus ou de la subtilité du lecteur, elle met en jeu une tension de l’ordre du pouvoir ou du savoir, dans un dynamisme inchoatif ou fortement polarisé. En cela, la clef assure volontiers une fonction narrative d’embrayeur ou de scansion du récit. Le traitement de la métaphore est assez stéréotypé, mais compensé par la variation du dispositif allégorique et des réseaux d’équivalences possibles. Les métaphores peuvent même être réversibles : ainsi du texte-clef et non seulement coffre dans la Clef d’Amour. Les clefs d’amour s’inscrivent donc dans le modèle courtois, mais aussi dans ses contrepoints grivois et développent à l’occasion une dimension herméneutique, suggérant que le texte est un contenant clos dont le sens énigmatique ou allégorique est à ouvrir par un lecteur, ultime détenteur des clefs du texte.

Notes

1 La Clef d'Amors, éd. A. Doutrepont, Halle, Niemeyer, Bibliotheca normannica V, 1890.

2 Les références sont celle de l’édition d’A. Strubel, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1992. Abrégé en RR.

3 Bib. Mun. Rennes, 15963. Pour les gravures, voir par exemple l’édition attribuée à Guillaume Le Roy, Lyon, 1480.

4 Ed. B. Roy et Fr. Guichard-Tesson, Montréal, CERES, 1993.

5 Ed. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1982.

6 Ed. F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA, 1998.

7 On trouve ailleurs des images analogues : « Car bien connoist d’amor la clef », Claris v. 18900. « Couvoitise tient la clef/De leur cuers » Claris v. 28 (cité dans le Franzözisches Etymologisches Wörterbuch de W.V. Wartburg).

8 Rom u Past II 20-31 (cité dans le Franzözisches Etymologisches Wörterbuch de W.V. Wartburg).

9 Poèmes d’amour des xiie et xiiie siècles, éd. E. Baumgartner et F. Ferrand, Paris, UGE, 10/18, 1983, p. 98-100 (éd. A. Wallenskold, Paris, SATF, 1925).

10 « Lors a de s’aumoniere traite/ Une petite clef bien faite/ Qui fu de fin or esmerez. » « A ceste, fist il, fermeré/ Ton cueur, n’i quier autre apoial :/ Sousz ceste clef sont mi joial,/ Qui est bien petite, par m’ame,/ Mes ele est de mon escrin dame,/ Et si a mout grant poeste », Roman de la Rose, v. 1997-5.

11 Pour les miniatures : Londres, British Library MS Harlem 4425, fol. 24v. ou Londres, British Library MS Add. 42133, fol. 15. Pour les gravures : voir l’incunable imprimé à Lyon par Guillaume Le Roy en 1485 (BNF).

12 L’Art de l'amour au Moyen Age. Objets et sujets du désir, Cologne, Konemann, 2000, trad. A. Sautier-Greening et B. de Brimont (The Medieval Art of Love, Londres, Calmann & King, 1998).

13 Voir p. 114, op. cit.

14 Ibidem, p. 42.

15 Ibid., p. 65.

16 Kurt Baldinger, « Six dessins dialogués à double sens », Travaux de Linguistique et de Philologie (1993), p. 7-36.

17 Recueil de sermons joyeux, éd. Jelle Koopmans, Genève, Droz, 1988.

18 Ibidem, p. 434.

19 Ce rituel est évoqué déjà par Lucrèce (De rerum naturae IV, 1160-1163 selon la note de l’éditeur p. 434).

20 Denis Hüe rappelait, à l’occasion de cette présentation, un autre exemple : Le Marchand de Venise de Shakespeare, avec les trois coffres d’or, d’argent et de plomb entre lesquels les prétendants doivent choisir.

21 Selon l’éditeur, l’auteur anonyme supprime les développements mythologiques (Céphale, Pâris par exemple) mais amplifie à l’occasion aussi (le prologue est de son cru). Il ajoute notamment des proverbes moralisants ou des préceptes. On peut se demander dans quel rapport la Clef d'Amour se trouve par rapport au Roman de la Rose. Situé (par hypothèse : voir la dernière note de l’article) au plus tard en 1280, il serait légèrement antérieur à Jean de Meun. Or on retrouve chez ce dernier la mise en scène du dieu Amour comme commanditaire et agent investissant l’écrivain d’une mission (dans un scénario certes plus complexe) et des détails comme le recours aux oignons pour des pleurs artificiels mais efficaces qui n’apparaît pas chez Ovide mais qu’on trouve chez Jean de Meun : « Si tu ne pués avoir lermes/en poinz devisez et en termes,/ tu porras un oignon tegnir/qui tantost les fera venir » v. 1097-1100, soit « un artifice dont Ovide ne s’était point avisé », selon l’éditeur p. XX de la préface.

22 Cf. v. 31-42.

23 L’éditeur y consacre les dernières pages de son introduction (XLV-XLVIII) et avoue aussi sa perplexité en acceptant l’épithète d’« enverrez » (v. 48, c’est-à-dire obtus). Si la liste des prénoms possibles reste ouverte, il propose comme date 1246 ou 1354 et signale l’hypothèse de G. Paris : 1280.

24 Voir le passage énonçant l’énigme, cité en continu dans l’Intermède 4.

25 Bibliothèque municipale de Rennes, 15963.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540