Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section I. Trousseau métaphorique

La clef dans les expressions du français médiéval : considérations pour une sémiotique de la métaphore

Karin Ueltschi

Texte intégral

1La présente investigation se pose un but bien modeste : reposant sur une analyse d’une cinquantaine d’occurrences de clef prises dans la littérature médiévale à partir de la Chanson de Roland jusqu’à certaines farces du début du xvie siècle, elle propose d’explorer la notion de clef d’un point de vue sémantique. Qu’est-ce qu’une clef ? C’est un ustensile qui sert à ouvrir quelque chose ; une tige de fer que l’on introduit dans une serrure pour l’ouvrir ou la fermer. Or, cet humble objet est à l’origine d’une créativité métaphorique qui mérite que l’on s’y arrête.

  • 1 Voir définitions p. 2-3.

2Nous allons donc nous interroger sur la création de sens, sur le jeu entre ce qu’on nomme parfois le sens propre et le sens figuré, sur la polysémie et les images. L’objet, on vient de le dire, est humble et très concret. Or les différents sens, les différentes images que la langue va créer s’enracinent tous dans les sèmes définitoires de base. En effet, notre investigation reposera aussi bien sur des considérations héritées de l’analyse componentielle1 que sur la prise en compte des configurations syntaxiques particulières qui infléchiront la lecture de notre terme dans un sens ou dans un autre.

  • 2 Tobler-Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.
  • 3 Von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, Tübingen, T.C.B. Mohr.
  • 4 Guiseppe di Stefano, Dictionnaire des locutions en Moyen Français, CERES, Montréal, 1991.

3Les occurrences sont prises dans un vaste corpus d’un point de vue temporel, tout simplement pour prendre la mesure de l’originalité du paradigme. Je les ai rassemblées à la fois par une investigation textuelle patiente, mais bien souvent le Tobler-Lommatzsch2 et le Von Wartburg3, ainsi que le plus récent et si précieux Stéfano4 ont été le point de départ d’autres investigations autour d’expressions que je découvrais.

Le latin

4L’étude sémantique prend son point de départ au niveau du latin qui dans bien des cas ne nous a pas seulement légué des mots avec des sens précis, mais également des métaphores créées à partir de ces mêmes mots. La langue médiévale a parfois repris certains de ces sens, en a créé à son tour, mais on peut dire que si une notion était polysémique en latin et apte à être le noyau d’expressions métaphoriques, cette aptitude a été transmise à ses descendances romanes – ce qui ouvre un autre champ de recherche intéressant, mais naturellement hors de propos ici.

  • 5 Le Roman de Thèbes, éd. F. Mora-Lebrun, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1995, v. 7165.

5CLAUIS = clef, loquet, barre. Le mot est à la base de dérivations qui créent CLAUICULA, petite clé et vrille de la vigne, et CLAUICULARIUS/CLAUIGER, le porte-clef. Par ailleurs, au départ, CLAUIS et CLAUUS (le clou, la cheville ; comment ne pas penser ici au fameux « tire la chevillette et la bobinette cherra » qui permet d’ouvrir la porte de la Mère-grand du Petit Chaperon Rouge !) désignent le même objet : en effet, à l’origine, la serrure primitive se composait simplement d’un clou ou d’une cheville passée dans un anneau. À mesure que les serrures se sont compliquées, la langue a différencié CLAUIS et CLAUUS. Ainsi, au niveau morphologique nous pouvons mentionner le terme de claveals5 qui désigne des clous, mais qui garde la trace de l’étymologie identique de clou et de clef. La même remarque vaut pour le verbe claver qui signifie « clouer ».

6Le latin CLAUIS, en dehors de ses sens concrets (clef, barre de fermeture et verrou) possède au moins quatre sens métaphoriques figés en expressions :

  1. ESSE SUB CLAUI (Varron) : être sous clef (enfermé)
  2. CLAUES TRADERE (Digesta Justiniani) : confier la gestion ou la garde de sa fortune
  3. CLAUES UXORI ADIMERE (Cicéron) : retirer les clés à sa femme, i.e. la répudier
  4. CLAUIS AGNITIONIS (Tertullien) : la clef de la science.
  • 6 Cf. le Thesaurus Proverbium Medii Aevi de S. Singer, 1995.

7Ainsi, dès le latin, le sème de base de fermeture vs ouverture a été fructueux puisqu’il a connu la création d’expressions imagées s’appliquant à des domaines abstraits. Nous retrouvons cet état de fait dans d’autres langues6.

8Pour finir cette introduction lexicale, rappelons qu’en ancien français « clef » peut prendre des graphies très diverses. D’abord, le –s de flexion du pluriel efface, comme c’est la coutume, dans beaucoup de cas la consonne précédente, en l’occurrence le f : nous rencontrons donc des cles ou encore des clez bien volontiers, même si les clefs sont également attestées. Mais il y a d’autres réalisations : dans le Dolopathos, pour prendre un exemple un peu original (car écrit en dialecte lorrain), nous trouvons cleif (tantôt singulier, tantôt pluriel), cleir, clerf, et clez. Par ailleurs, il existe à la fin du 14e siècle une occurrence avec l’article indéfini pluriel : unes clés désigne un trousseau de clefs que tient le 7e piéton du Jeu d’eschaz moralisé :

A senestre devant le chevalier sont assises les gardes de la cité et est le. VIIe. pieton qui est ainsi fait. Il tient en la main destre unes grans clefs, en la senestre une aulne, a la couroie une bourse tout ouverte.
(J. de Cressoles, Jeu d’eschaz moralisé, 3.7, p. 188)

Méthodologie de l’investigation : les co-occurrences

  • 7 F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, p. 178.
  • 8 Rhétorique III, cité in I. Tamba-Mecz, Le Sens figuré, PUF, 1981, p. 41.

9Arrêtons-nous un instant sur certains termes techniques que j’ai déjà utilisés en passant, et d’abord la notion de métaphore, âprement discutée depuis vint- cinq à trente ans. En effet, certains critiques contestent la pertinence du concept à cause de son imprécision et du cadre référentiel apparemment obsolète sur lequel il repose. F. Rastier7 préfère parler par exemple d’« isotopie superposée ». Remarquons par ailleurs qu’Aristote faisait des proverbes (expressions proverbiales) une catégorie à part, à côté de la comparaison, de la métaphore, des énigmes et des hyperboles8 : en effet, ces expressions dépassent le sens littéral de base et embrassent une dimension supplémentaire, symbolique, figurée. Quoi qu’il en soit, nous allons nous appuyer sur les grands principes de l’analyse sémantique, en espérant qu’elle éclairera notre intelligence de la métaphore.

  • 9 Voir le célèbre exemple d’analyse componentielle de Pottier qui distingue différents sièges (fauteu (...)
  • 10 C’est certainement ici une des faiblesses de l’analyse componentielle : en effet, cette définition (...)

10Abordons la question de l’analyse sémantique par le biais d’une expérience familière : nous avons tous cherché un mot A dans le dictionnaire. Nous avons alors lu attentivement une ou plusieurs définitions périphrastiques ou tautologiques de ce mot A, puis on nous a invités à nous reporter à un mot B présenté comme offrant une part de synonymie avec A. Nous nous y reportons, et quelle n’est pas notre frustration de lire en substance : « pour la signification de B, voir à A. : « pouvoir, cf. puissance ; puissance, cf. pouvoir ». La question devient encore plus brûlante lorsque nous avons affaire à une langue qui n’est plus parlée, à une langue face à laquelle nous n’avons aucune compétence innée. La linguistique moderne a cherché une réponse à cette épineuse question, en partant des principes de la phonologie. La phonologie consiste à décomposer un mot en phonèmes, le phonème étant considéré comme la plus petite composante sonore d’un mot qui permet de le distinguer d’un autre. Ainsi, la variation sonore/sourde de la bilabiale B/P constitue le critère de différenciation entre BAS et PAS ([ba] et [pa]). La sémantique emprunte à la phonologie le postulat suivant : un mot, que nous appellerons sémème (parallèlement au phonème des phonéticiens, en l’occurrence notre clef) est décomposable en un certain nombre d’« éléments constitutifs » les semes, dont l’addition originale constitue le sens9. Le sème générique ou archisème est ainsi le noyau sémantique du terme examiné. Nous posons que pour notre clef il s’agit de « fermer/ouvrir10 ».

  • 11 G. Kleiber, Le mot « ire » en ancien français (xie-xiiie siècles). Essai d'analyse sémantique, (...)
  • 12 Cf. le célèbre couple « handsome girl » et « pretty boy » où l’inversion des adjectifs confère au s (...)
  • 13 F. Rastier, op. cit., p. 94.

11Allons plus loin et tournons-nous vers une application originale de ces principes à la langue médiévale, les travaux de Georges Kleiber11 sur ire. Naturellement, spontanément ire évoque pour nous la colère. Pour beaucoup de dictionnaires aussi. Or, G. Kleiber s’est livré à une analyse de ce mot dans un vaste corpus médiéval et voici ce qu’il a trouvé : ire possède en effet un pôle « colère », mais également un pôle « douleur » ! Sa démonstration repose sur le présupposé de la foncière redondance du langage. « Manger une pomme » : dans les deux mots, nous trouvons le sème « nourriture ». Je ne puis dire « manger un clou », car dans clou, il n’y a pas de sème « nourriture12 ». Si nous voulons donc étudier avec précision un mot, nous devons l’étudier toujours dans son contexte, associé à ses co-occurrences positives et négatives, i.e. synonymiques et antonymiques. C’est ainsi que G. Kleiber a découvert que ire était souvent associé à dolor, et pas seulement à maltalent et courroux, donc que le sème douleur fait partie intégrante du mot. Quant à François Rastier13, il définit la redondance inhérente au langage par le concept, très fructueux, d’isotopie : « L’isotopie est constituée par l’itération d’une unité linguistique », en l’occurrence le sème.

12Si maintenant nous trouvons un ensemble de co-occurrences familières autour d’un mot autre que celui qui est examiné, nous pouvons parler sinon de synonyme, du moins à coup sûr d’équivalence, toujours en vertu du principe de la redondance inhérente au langage : les mêmes sèmes entourent des mots par conséquent parfaitement comparables. Le piège de la définition approximative ou de la tautologie est ainsi contourné.

13Nous allons donc examiner de près nos occurrences de clef, non pas pour proposer quelque définition barbare du terme, mais pour essayer de comprendre comment nous glissons du concret vers l’abstrait, du propre vers l’imagé : on peut deviner dès à présent que ce glissement va s’opérer au niveau des co-occurrences, pour aboutir dans un deuxième temps seulement à la modification du contenu sémantique du mot clef lui-même.

Co-occurrences concrètes : ouvrir vs fermer ; isotopies de l’entrave et de la liberté

14Au départ, la clef commande à deux actions : ouvrir et fermer, enfermer. C’est son noyau sémantique ou sème générique, et, nous le verrons, le fil rouge présidant à toutes les créations métaphoriques.

15« clef » seul

16Au niveau des co-occurrences, nous pouvons remarquer en premier lieu le mot serrure, mais associés à serrure, mis au même niveau que serrure, des termes plus généralisants indiquant un obstacle à franchir :

17Serrure, mur, fossé :

Mez, einz qu’en doive vendenger,
Quit ge Renart movoir tel gerre
Ne le garra ne clef ne serre
Ne mur ne fosse desfensable.
(Le Roman de Renart, I, v. 250-253)

18La co-occurrence de clef la plus fréquente, avec serre, serrure, c’est naturellement l’huis, la porte :

Tant que devant la porte vient,
Si la trova ferme a la clef.
(Le Conte du Graal, v. 1676-1677)

19Ou encore :

Mar t’alas onques ombroier
Ou vergier dont Oisseuse porte
La clef a quoi t’ovri la porte.
(Le Roman de la Rose, v. 3000-3002)

20La mention de la porte peut être remplacée par une équivalence, ici une synecdoque :

Et apres ce, soit par maistre Jehan le despensier ou la beguine vostre hostel cloz et fermé ; et ait l’un d’eux les clefz pardevers luy afin que nulz sans congié n’y entre ne ysse.
(Le Mesnagier de Paris, II, iii, p. 458)

21Et si la clef est perdue (ou dérobée !), les gens n’ont pas le choix, il faut abattre la porte :

  • 14 Fabliaux érotiques, éd. L. Rossi, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1992.

Et il tantost sanz recovrier sans autre remède possible
Ont l'uis brisié et desconfit.
(Trubert, v. 1404-140514)

22NB : Avoir la responsabilité de la clef, c’est une fonction qui a un nom au Moyen Âge :

Estes vous que dyables amainne
Le clacelier qui les clés porte ;
Si commence a ouvrir la porte.
(Ysopet, XII, v. 36-38)

23Par ailleurs, nous pouvons trouver des équivalences de clef, c’est-à-dire des termes qui apparaissent dans un contexte identique, entourés de co-occurrences identiques, comme dans les citations suivantes extraites du Roman de Thebes :

Cil curent aprés l’us fermer
La barre font dedenz culer.
(Roman de Thèbes, v. 8945-46)
En la ville sont enbatu
Cil de Thèbes par grant vertu ;
Sur els ount les portes fermés
Et bien closes et bien serrés.
(Roman de Thèbes, v. 11483-11486)

  • 15 Pensons ici au personnage de Cliquet dans le Jeu de Saint Nicolas de Jean Bodel, manière plaisante (...)
  • 16 Sermon Joyeux pour une Nopce, v. 176/165.

24La serre, on l’a déjà vu, c’est la serrure, et serrer, c’est proprement « fermer avec une barre », avant de fermer par une clef. Il est évident qu’ici nous touchons à une réalité extra-linguistique : les grandes portes des fortifications semblent plus volontiers se fermer avec des barres de fer qu’avec des clefs. Autre équivalence de serrure, c’est le loquet, les cliquettes de l’huys15, qu’embrassent les amants infortunés à défaut de pouvoir entrer dans la chambre de leur bien-aimée16, image que l’on trouve déjà chez Juvenal.

25Cependant, nous pouvons observer des spécialisations techniques à ce niveau : la clef peut ainsi se trouver au niveau d’un dispositif qui se referme, comme par exemple un piège :

(Tibert le chat pousse Renart dans un piège) :
Renars ciet enz del pié destre,
Si que la clés en est saillie,
Et li engins ne refaut mie,
Si serrent li huisset andui.
(Le Roman de Renart, II, v. 790-793)

(la clé = tige de fer, loquet ; elle saute, les trappes se referment comme il faut)

26Autre spécialisation technique, la clef peut être « une sorte de fer servant à attacher un prisonnier » :

Amaugis lors commence forment a conjurer :
Charchanz, buies et clés commencent a voler (entraves, chaînes et « fers » commencent à voler).
(R. de Montauban, v. 10507-508)

  • 17 Recueil général et complet des Fabliaux, éd. A. Montaiglon, t. I, 1872, IV, 43 (cité in Tobler/Lom (...)

27C’est dans cette rubrique que l’on pourrait classer d’autres acceptions techniques comme la clef qui sert à tendre l’arbalète, voire la « clef de voûte17 ». Mais en dehors de ces spécialisations techniques, puisque la clef ferme, elle permet donc d’enfermer quelque chose, de mettre en sécurité des choses précieuses. La citation suivante explicite cette idée grâce à ses co-occurrences : le Roi Arthur confie à Mordret, outre la garde de la reine, les clefs de tous ses trésors, c’est-à-dire, comme le texte l’explicite, son or et son argent :

Li rois bailla a Mordret les cles de touz ses tresors, por ce que, s’il li fust mestiers d’argent ne d’or, quant il sera passés el roiaume de Gaunes, que Mordrés l’en envoiast, s’il en mandast.
(La Mort le Roi Artu, § 129, 24-28)

28Si aujourd’hui, on enferme un bien « à double tour », au Moyen Âge, on semble le faire « a trois clefs », par conséquent par le biais de trois serrures aussi :

[…] si ala emprunter une grant somme d’argent a. I. marchant qu’il cougnoissoit d’ancienneté et la porta en sa maison et fist faire un fort escrin qui fermoit a. III.clefs et y mist cel argent.
(J. de Cressoles, Jeu d’eschaz moralisé, 3.8, p. 192)

29Mais lorsqu’il n’y a plus de biens, lorsqu’il n’y a plus rien à enfermer, ni à protéger, alors, après avoir fermé la porte à clef, on ne met pas celle-ci dans sa poche, mais sous la porte.

Et si povreté vous surprent
Que vous n’ayés de quoy payer :
Si veus boutez en ung moustier
Et mettez les clefz dessoubz l’huys !
(Sermon Joyeux de Saint Oignon, v. 112-115)

  • 18 Cf. aussi « Mettre les clefs sur la fosse » se dit d’une veuve qui renonce à l’administration des b (...)

30Cela signifie que l’on ferme définitivement quelque chose que l’on abandonne en même temps. Notons que cette expression peut signifier dans certaines situations le fait de partir secrètement sans payer son loyer18.

31Dans l’univers quotidien des pièces moralisantes, des farces et des fabliaux, les trésors sont constitués non plus tant par des matières précieuses, mais par des denrées alimentaires conservées à la cave ou au cellier. Mais on peut enfermer autre chose encore, des trésors d’une autre espèce : l’histoire de la Bourgeoise d’Orléans s’organise autour d’une clef grâce à laquelle notre Bourgeoise enferme son mari déguisé dans un « solier », où il reste un bon moment pendant que sa femme rejoint son ami :

94 Je vous metrai privéement
En. i. solier dont j’ai la clef :
Iluec m’atendrez tout soef.
[…]

32à la suite de quoi la clef sera donnée aux gens de la Bourgeoise :

  • 19 Recueil général et complet des Fabliaux, éd. A. Montaiglon.

179 La borgoise la clef lor baille…
(Bourgeoise d’Orléans19)

33qui ouvrent ledit grenier et qui font subir un mauvais quart d’heure au mari indélicat.

34De même, dans le fabliau D’Estormi, c’est un prêtre qui se retrouve enfermé dans une « huche », un coffre, et c’est une femme qui possède la clef libératrice :

  • 20 Ibid.

230 Et Yfame reprent la clef
Maintenant l'uis li defferma.
(D’Estormi20)

35Ainsi, la clef dans son acception de base et sa fonction première est un instrument qui peut jouer un rôle dramatique important. on pourrait multiplier les exemples de maris enfermés, de clefs dérobées et autres déconfitures liées à la présence ou l’absence du précieux objet.

36La clef donne donc accès à quelque chose de désirable. Le « tavernier » est représenté dans le Jeu des Eschaz moralisé avec des clefs pendues à la ceinture :

Le. vie. Pieton est ainsi fait car il a la main destre tendu […] et en la senester tient pain et vin et porte a la courroie clefs.
(J. de Cressoles, Jeu d’eschaz moralisé, 3.6, p. 185)

37Celui qui détient la clef possède la liberté d’abolir les entraves (« serres », murs, fossés, portes…). À partir de cette association, le contexte de notre terme s’enrichit d’un sème nouveau, celui de « pouvoir » que les occurrences illustrent dans un contexte pourtant non figuré encore. D’abord, c’est la femme, maîtresse de maison, qui en général conserve la clef à la ceinture. L’occurrence suivante l’illustre assez bien : il s’agit d’une dame qui cherche à mettre à l’épreuve un vieux mari. Voici le manège qu’elle invente :

Ainsi comme les varlés trenchans orent commencié a trancher, la dame entortille ses clefz es franges de la fin de la nappe ; et quant elle sceut qu’elles y furent bien entortillees, elle se lieve a ung coup et fait ung grant pas arriere, ainsi comme se elle eust chancelle en levant ; si tira la nappe, et escuelles plaines de brouet et hanaps plains de vin et sausses versent, et espandent tout quanque il y avoit sur la table.
(Le Mesnagier de Paris, I, vi, 1770)

38L’occurrence suivante confirme que c’est la maîtresse de maison qui détient la clef de la maison :

  • 21 In Recueil de farces (1450-1550) éd. par A. Tissier, Droz, 1986, t. IV.

Le Badin
84 Baillez moy, je vous prie, la clef
De la cave et du celier,
Du lard, du pain et de l’argent…
Le Mary
90 Les femmes ont le privilege
porter les clefz en leurs pochettes.
Le Badin J’en auray donc, si vous n’y estes,
Privilege de rompre l’huys.
(Le Badin qui se loue21)

39Le retournement de situation se traduira par le fait que les maris exigent que les femmes leur remettent les clefs de la maison.

  • 22 Cf. Groupe m, Rhétorique générale, Seuil, « Points », 1982, p. 111.

40La clef, par sa fonction première – ouvrir vs fermer quelque chose – représente donc bien un certain pouvoir. Il ne s’agit pas tant d’ouvrir une porte que de donner accès à quelque chose d’enfermé, à quelque chose de convoité, voire d’interdit. La clef confère à celui qui la possède un pouvoir : le glissement métaphorique peut s’ancrer ici. Or, selon les Anciens, « la métaphore véritable est in absentia. Une telle présentation exige soit un taux de redondance élevé dans le segment qui contient la figure, soit une large intersection sémique entre le degré zéro et le terme figuré22 ». Ce sont bien les sèmes du contexte et non les sèmes inhérents à clef qui permettent la modulation de signification que nous observons.

De la co-occurrence au complément déterminatif

41Le glissement vers des degrés métaphoriques plus complexes semble se faire grâce à des co-occurrences en fonction de complément déterminatif désignant des lieux : en effet, la porte constitue un objet situé dans l’espace : en généralisant, dans ce cas la porte devient barrage, devient ouverture vers autre chose, devient passage à franchir. Le complément déterminatif, qui peut devenir complément figé, semble jouer un rôle essentiel dans cette gradation vers un sens de plus en plus abstrait.

42– l’entrée d’une contrée :

Si appelle on le dit castiel Chastonseal et est li clef et li entree de Bretaigne.
(Froissart, Chroniques, I, 2, p. 146, § 344)

43Le degré métaphorique semble vraiment atteint grâce à cette configuration syntaxique : en effet, jusqu’à présent, nous avions toujours affaire à une clef réelle. Maintenant, grâce à la présence d’un complément déterminatif, notre clef concrète devient en même temps une clef symbolique. La clef de la ville ne représente pas tant la clef avec laquelle l’on peut ouvrir les portes des remparts, que le pouvoir sur la ville. Ainsi, on peut parler d’emploi sylleptique, la syllepse consistant à employer un même mot à la fois au sens propre et au sens figuré. Dans l’occurrence ci-dessus, clef n’est employé qu’une seule fois, mais les deux dimensions, propre et métaphorique, sont présentes : le mot entrée le souligne. L’on peut dire la même chose concernant le passage suivant :

Tenez les clefs de ceste citet large :
Le grant aveir en presentez al rei Carles.
(La Chanson de Roland, v. 654-655)

44À partir de là, clef devient symbole de souveraineté, dimension déjà pressentie ci- dessus au niveau du contexte concret, et comme cela est signifié on ne peut plus explicitement dans la citation suivante, extraite des Chroniques de Froissart. Cette remise de clefs en cas de passation de pouvoir constituait bien un rituel concret au Moyen Âge :

Dont vint li castelains de Berghes ; et aporta les clefs dou castel (sens non métaphorique), avoecq grant fuison des gens de ceste castelerie, au roy de Franche. Et li rois les prist et en rendi le seignourie au comte de Flandres. Puis chevaucha li rois vers Yppre. Et quant cil de Ippre oïrent nouvellez de se venue, il vinrent contre lui a grant pourcession et li offrirent les clefs de le ville. Li roys les prist et les rendi au comte ; et fist jurer chiaux de le ville d’Ippre foy et loyaulté à leur seigneur.
(Froissart, Chroniques, I, 1, p. 109, § 84)

45L’expression estre clef et serrure, veut dire être tout-puissant :

Ne comment que la chose alast
Il estoit clef et serreüre ;
De tout le reaume avait la cure.
(Geoffroy de Paris, 5601)

46Par ailleurs, toujours dans cette configuration « clef = pouvoir », nous pouvons trouver clef en tant que blason figurant sur l’écu d’un seigneur guerrier :

Et avoient une cappitainne qui s’appielloit Patris de Hocleve, qui estoit bons hommes d’armes et seurs ; et s’armoit d’argent à trois clés de sablez (de couleur noire) car par plusiers fois il fu à le barriere dou castel armés de touttes pieches, escarmuchans as Englés bien et vassaument ; et tant y vint.
(Froissart, Chroniques, I, 1, p. 150, § 117)

47Autre exemple :

Saudoinez va contre Gerard le franc princier ;
Au blason le connut, dont le camp fu d’or mier,
Si a. III. clez de geulez qui le font rougoiier A une nef d’argent pour l’œuvre contoiier :
C’est li blasons de Blavez, le nobille hiretier.
(Jourdain de Blaye en alexandrins, II, v. 20957-20961)

48À partir de là, on comprend bien qu’une co-occurrence comme roy en tant que complément d’appartenance au cas régime absolu peut donner naissance à une expression figée sans aucune ambiguïté : la clef le roi est celle qui ouvre toutes les portes, à laquelle rien ne saurait résister. Elle force proprement le passage :

  • 23 Cité in Tobler/Lommatzsch.

Jüis moult tost leur huys verroillent.
Mais clerc qui sont plain de desroi,
Moult tost i font la clef le roy.
(G. de Coincy, 5 66, 41723)

49L’occurrence suivante, plus développée, montre explicitement à travers le contexte que cette expression figée reflète un acte qui peut être ressenti comme une violence : le pouvoir peut forcer les choses et les gens.

[…] je demandé au tresorier du Temple […] que il me baillast les clefz d’une huche qui estoit devant moy. Et il […] dit que il ne m’en bailleroit nulles. Et je regardé une coignée qui gisoit illec, si la levai et dis que je feroie la clef le roy. Quant le marechal vit ce, si me prist par le poing et me dit : « Sire, nous veons bien que c’est force que vous nous fetes, et nous vous ferons bailler les clez. »
(Joinville (1977), 384)

50La citation suivante est intéressante car l’expression qui nous concerne est précédée d’une sorte de traduction, d’un commentaire, explicitant son sens :

Le Saint Esperit aucune fois use de son droit : il rumpt les huis et les fenestres, il fait la clef du roy.
(Gerson, Six Sermons, 79)

  • 24 I. Tamba-Mecz, op. cit., p. 172.
  • 25 Ibid.

51De manière plus générale, « la préposition de indiquant simplement un rapport de déterminant à déterminé […], c’est […] de l’organisation référentielle en même temps que du sémantisme des unités lexicales incluses dans ces structures discursives que naît une signification relationnelle d’identification24 ». C’est donc bien cette relation qui génère les métasèmes à l’origine du sens figuré. Lexicalisée, notre expression acquiert une autonomie sémantique qui la rend indépendante de son contexte, ou plus exactement, apte à être insérée dans n’importe quelle configuration sans qu’il y ait doute quant à son sens. C’est certainement ce à quoi pense I. Tamba en parlant d’une « sorte de transmutation conceptuelle », d’une « fusion identifiante25 ».

52En tout cas, la lexicalisation de la métaphore nous montre que le sens figuré n’est affaire de contexte que dans un premier temps ; en d’autres termes, l’analyse des isotopies entrant en ligne de compte pour définir le sens figuré doit être antérieure à la description du syntagme figé, qui le présuppose. La sémantique ne peut être dissociée de la syntaxe. L’analyse componentielle a donc ses limites. Ainsi, la clef peut devenir un symbole dans l’absolu, c’est-à-dire sans qu’il soit besoin de camper un contexte explicite : la clef est l’attribut de Saint-Pierre, du Pape, à partir d’une longue tradition, mais peut-être aussi parce que le Pape symbolise le plus haut pouvoir concevable, le pouvoir absolu. L’extrait suivant provient d’une farce, tardive pour notre discipline (1515), mais instructive et amusante :

(Échange entre une mère et son fils : la mère voudrait qu’il embrasse la carrière ecclésiastique, et tous deux d’imaginer le futur cardinal, et ainsi de suite) :
la mere
252 Puis après cela je songé
Et me sembloit que je vëoys,
Ung vieillard barbu, enchappé,
Qui tenoit une grosse clef.
Filius
256 Tredille, ma mere, c’est fait,
Je seray (ung) pape parfait
Plus ne me fault que aller a Rome.

261 Mais allés au sarrusier donc
Pour faire une grosse clef.

284 La clef n’est (elle) pas encore faicte ?

Pape ne seray de ma vie

289 En default d’une clef de fer.
(Le Recueil de Trepperel)

53C’est donc tout simplement l’absence d’une clef qui a mis fin aux beaux rêves de nos personnages : la clef coïncide avec la fonction papale. La métonymie est très claire dans cette configuration spécifique autour de saint Pierre.

54La clef, c’est donc ce qui ouvre, ce qui donne libre accès à quelque chose qui de prime abord est inaccessible à cause d’une porte, à cause d’un obstacle quelconque. Si l’on généralise, la clef est un instrument pouvant donner accès à la liberté. Nous voilà arrivés à la fameuse clef des champs, la métaphore figée qui survit encore de nos jours. Qu’est-ce à dire ? Un champ représente l’exacte contraire d’une porte, d’un obstacle à franchir ; dans notre problématique, nous pouvons parler d’une co-occurrence négative, antinomique par rapport au contexte habituel, mais qui par là-même fonctionne parfaitement : elle est expressive justement parce qu’elle sous-entend les co-occurrences habituelles.

  • 26 Cité par Singer.

Comment puist saillir de leenz,
Car s’il avoit la clef des chanz,
Arriers ne vendroit des semainnes.
(Geoffroy de Paris, 466026)
Adés aies la clef des chans.
(Machaut (1909), III, 119, 3349)

  • 27 Cité par Stefano.

Me vault mieux la clef des champs
En espoir de bonne fortune […]
Il eurent les clefs des champs.
(Froissart, 113,9, Chroniques, Li XIII, 24827)

Elles avoient la clef des champs, leur sejour n’estoit qu’aux forests, aux fontaines, aux montaignes, aux estans, aux rivieres, aux marescages et aux boscages.
(Cholières, I, 276)

  • 28 Op. cit., p. 106.

55Comme le dit le groupe µ28 – et nous pouvons y adhérer au terme de cette analyse – « la métaphore n’est pas à proprement parler une substitution de sens, mais une modification du contenu sémantique d’un terme ». Dans notre problématique, le sème « ouvrir » au sens large est appliqué au contexte. Ce qui est métaphore, ce n’est ni le terme de clef, ni le terme roy ou champ, mais bien l’association figée entre les deux qui produit ce troisième sème dont parle le groupe µ, « terme virtuel, charnière entre les deux autres ».

Complément déterminatif abstrait : vers des métaphores conceptuelles

  • 29 Cf. C. Fromilhague, Les Figures de style, Nathan Université, Coll. 128, 1995, p. 57.
  • 30 Groupe μ, op. cit., p. 101.

56Nous entrons ici proprement dans le domaine d’une figure que l’on nomme parfois la catachrèse, même si là encore il s’agit d’une notion parfois contestée29. De termes concrets et attendus dans le contexte de clef comme porte ou mur (et des concepts parfaitement antinomiques comme champ que nous venons de voir), nous pouvons glisser vers des co-occurrences abstraites. L’opposition des catégories des noms concrets et abstraits constitue une distinction fondamentale : les mots concrets renvoient à une référence au monde, tandis que les termes abstraits constituent des « concepts » qui sont des « décrets de notre volonté d’analyse30 ». Souvent, ces occurrences abstraites constituent des expressions imagées que l’on peut paraphraser de nombreuses manières, comme le montrent les occurrences suivantes :

57– la clef est l’élément principal d’un objet, déclencheur d’un mécanisme :

Mais quand nostre amoureux produit un baudrier bien clousté et en bon equippage, les portes fermees luy sont ouvertes grandes comme à passer une charretee de foin, qui est le souverain remede, la clef de la besogne, la peaultre de navire, le manche de la charrue.
(Propos 628)

58– la clef est donc le rouage, le moyen :

Dame, vous en portés le clef
De ma vie et de ma santé
Dont je sui en tel orfenté.
(Jehan et Blonde, 614)

59Ou encore :

Car se vous estes la clef de son plaisir il vous servira, suyvra et aymera pour ce ; et s’il a plaisir a autre chose il la suyvra, et serrez derriere.
(Le Mesnagier de Paris, I, vi, li 1522, p. 270)

60Mais la plupart des expressions métaphoriques autour de clef sont basées sur l’idée de ouvrir/fermer ; ainsi, la clef ouvre ce qui est fermé et abscons, par conséquent rend visible ce qui reste caché, dévoile ce qui est secret :

Car pour vray puet on affirmer
Que les clefs portent de science
Pour en sçavoir l’experience.
(Vieille, 1837)

  • 31 Cité in Tobler/Lommatzsch.

Porpenz est clers de verité.
(Gmetz, 13931)

  • 32 Ibid.

Couvoitise tient la cler
De leur cuers.
(Claris, 2832)

  • 33 Ibid.

Claris, qui la parole entent,
S’en rit bonement et söef,
Car bien connoist d’amor la clef.
(Claris, 1890033)

61Si la clef « ouvre » ce qui est fermé au niveau du sens, par synecdoque elle peut elle-même devenir ce signe, ce chiffre, ce repère, c’est le mot-clef en métalangage !

  • 34 Ibid.

Aprandre a chanter… par figure de notes, par clefs et par lignes.
(Eustache Deschamps, P.M. et hist. 26434)

62Pour Tobler-Lomatzsch, dans l’occurrence suivante la clef constitue « das Mittel zur Berechnung », c’est-à-dire le moyen de calculer :

  • 35 Ibid.

Pur bien esguarder
Les termes e les clés
E les festes anuels.
(Ph. de Thaon, Comp. 4935)

  • 36 Voir dans ce volume Christine Ferlampin-Acher, « Le Lancelot en prose : la clef des enchantements »
  • 37 Voir dans ce volume Fabienne Pomel, « Clefs du cœur, du corps et du texte ».

63Pour finir, évoquons naturellement ici la clef en tant que métaphore du déchiffrage, rencontrée aussi bien dans le Lancelot en Prose36 que dans le poème de la Clef d’Amors37. La clef « ouvre », découvre le sens sous-jacent ou caché.

Métaphores, tabous et jeux stylistiques

64Nous ne trouvons pas seulement, au niveau de notre mot, une fécondité métaphorique remarquable ; tout se passe comme si la langue se plaisait à jouer sur ces deux tableaux, propre et figuré.

Le tabou sexuel

65Ici, nous pouvons véritablement parler de « Métaphore in absentia » : le sens de clef représente ici véritablement un « troisième terme », et cela grâce à la métaphorisation de tout le contexte. En effet, si nous rencontrons des co-occurrences familières comme huis, armoire, coffre, elles ont cette fois-ci un sens équivoque. Ainsi, notre objet se prête à l’expression de tabous, essentiellement sexuels.

  • 38 Recueil de farces (1450-1550) éd. par A. Tissier, Droz, 1986, t. i.

Naudet (parlant à une demoiselle) :
212 Baillez moy la clef du chelier
Et de l’armoyre.
(Le Gentilhomme et Naudet38)

  • 39 Ibid.

66L’« armoyre », dit A. Tissier39 en commentant cet exemple, est une armoire à provisions. Mais, ajoute-t-il, on a sans doute affaire à un double sens équivoque. Il est vrai que ce mot est parfois utilisé pour évoquer les parties sexuelles de la femme. En d’autres termes, c’est une co-occurrence qui donne ici indirectement au mot clef son sens érotique masculin. La suite du texte tend à le prouver. Autre exemple où armoire est un terme équivoque désignant à la fois un meuble, mais surtout le ventre ou sexe de la femme :

S’on s’encroue sur voz mamelettes
Et qu’on vous chatouille le bas,
N’en sonnez mot : ce sont esbatz ;
Et n’en dictes rien a voz meres.
De quoy serviroient voz aumoyres
Si ne vouliez bouter dedans ?
(Sermon Joyeux de Frère Guillebert, v. 16-21)

67Autres occurrences claires :

Asseurez vous qu’il fasche bien fort d’avoir la clef et ne l’oser mettre en la serrure ; naturellement elles prennent plaisir que leur nature soit parfaite par le rem- plissement des parties qu’elles ont vuides. Les hommes portent la clef : s’ils cro- chetent la serrure, ne sont ils pas plustost punissables que les femmes ? (Cholières, I, 302-II, 82)

Ce vent faict faire rouge rage.
Sy une femme en est ferue
La clef de son con est perdue,
Car il abat, c’est chose prompte,
La femme en bas, puys l’homme monte.
(Sermon Joyeux des quatre vents, v. 160-163)

  • 40 Recueil de Sermons Joyeux, éd. Jelle Koopmans, Droz, 1988.

68J. Koopmans40 dans son commentaire interprète le vers crucial en disant qu’à cause de la perte de la clef, l’entrée est interdite. Mais la suite du texte semble démentir cette interprétation et suggérer le contraire, i.e. que la porte est ouverte. En tout cas, ces passages autour du tabou sexuel sont équivoques à plus d’un titre, et jouent naturellement sur cette ambiguïté :

Ayant achevé, un autre luy demanda qui estoient ceux qui avoient les plus grands clefs, sçachant bien, disoit-il, ceux qui avoient les plus grandes poches : je n’ex- primeray les mots François, parce que les femmes ne les sçauroient lire.
(Serees, II, 90)

69Pour finir, l’expression suivante, plus tardive, joue sur l’ambiguïté des différents sens métaphoriques vus : « Avoir la clef de ses chausses » se dit, au temps de Louis XIV, d’un jeune homme qui n’est plus en âge d’être fouetté.

70L’analyse des co-occurrences du mot nous a dotés d’une compétence concernant sa composition sémantique, et nous pouvons désormais bâtir sur cette compétence. Mais cette méthode d’investigation a ses limites ; elle n’offre pas de prise sur un contexte stylistique complexe comme par exemple l’allégorie ou d’autres procédés basés sur l’analogie.

Jeux sémantiques, jeux stylistiques

71À présent nous pouvons donc mieux goûter certains jeux avec les mots et les sens : nous franchissons ici le pas de la stylistique et de l’investigation purement littéraire. L’investigation sémantique nous a donné le moyen de le faire avec sûreté.

72C’est dans le contexte de l’amour que notre terme semble tout particulièrement apprécié par les poètes, et cela au-delà de la période proprement courtoise. Dans l’occurrence suivante, non seulement la clef mais l’image de la clef entrant dans une serrure est reprise dans une métaphore :

[…] ele li metoit la clef
D’amors an la serre do cuer.
(Le Conte du Graal, v. 2576-2577)

73Charles d’Orléans aime jouer sur l’ambiguïté entre les co-occurrences (concrètes) et le contexte (allégorique), il aime jouer avec l’image et le concept :

Ma plus chier tenue richesse
Ou parfont tresor de pensee
Est soubz clef seurement gardee,
Par esperance, ma Deesse.
(Charles d’Orléans, Rondeaux, 28)

74Les deux registres concrets et allégoriques sont savamment mélangés :

Tout plain ung sac de joyeuse promesse,
Soubz clef fermé en ung coffin d’oublie.
(Charles d’Orléans, Rondeaux, 399)

75Le jeu entre acception propre et allégorique au niveau des co-occurrences comme de notre terme lui-même peut donner naissance à des effets stylistiques amusants comme dans le passage suivant tiré du Roman de la Rose où la métaphore filée aboutit à cette conclusion plaisante : le fait de recevoir un tour de clef sur le côté pour « enfermer » le cœur est à peine douloureux :

Et seur tot ce se riens doutez
Faites une clef, si l’emportez,
Et la clef soit en lu d’ostages.
(Le Roman de la Rose, v. 1989-1991)
Lors a (Amors) de s’aumoniere traite
Une petite clef bien faite
Qui fu de fin or esmere.
« A ceste, fist il, fermeré
Ton cueur, n’i qier autre apoial :
Souz ceste clef sont mi joial,
Qui est bien petite, par m’ame,
Mes ele est de mon ecrin dame,
Et si a mout grant poeste.
Lors (Amors) la me tocha au coste,
Et ferma mon cuer si soef
Qu’a grant paine senti la clef. »
(Le Roman de la Rose, v. 1997-2008)

  • 41 Voir notamment Lettre XXV, p. 424, Lettre XXVI, p. 434, Lettre XXXV, p. 569-570, Lettre XXXVI, p. 5 (...)

76Toujours dans un contexte amoureux, dans le Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut, il est question de manière récurrente41 d’une clef qui constitue comme un leitmotiv, dans l’échange amoureux entre le Poète et Toute Belle :

Si attaingni (Toute Belle) une clavette
D’or et de main de maistre faite,
Et dist : « Ceste clef porterés,
Amis, et bien la garderés,
Car c’est laclef de mon tresor. »
(Machaut, Livre du Voir Dit, v. 4120-4124)

77Une fois encore, nous trouvons au niveau des co-occurrences un subtil jeu entre termes concrets et abstraits :

[…] car, foi que je doi a vous qui j’aimme de tout mon cuer, onques puis que vous meystes et envelopastes mon cuer en fin azur et l’enfermastes en tresor dont vous avés la clef, il ne fu changiés.
(Machaut, Livre du Voir Dit, Lettre XLIII, p. 740)

Et ne veilliez mie perdre la clef du coffre que j’ai, […] car, par Dieu, il ne sera jamais deffermés d’autre clef que (de) celle que vous avés.
(Machaut, Livre du Voir Dit, Lettre XLIV, p. 748)

78En fait, en matière de trésor, il s’agit tout simplement de l’amour, comme il est spécifié à la fin du livre42. Dans ce registre aussi, nous pourrions multiplier les exemples.

79Nous avons fondé notre analyse sur l’hypothèse suivante : le sème de départ ou noyau sémantique de clef est ouvrir/fermer. À partir de là découle l’idée de « donner accès à », avec toutes les généralisations que nous avons pu observer dans les différents contextes analysés. Et à partir de là, il peut y avoir métaphorisation croissante jusqu’à l’idée de déchiffrage.

80On peut se demander maintenant s’il existe des catégories grammaticales plus aptes que d’autres à la génération de sens métaphoriques ; il semblerait que le substantif occupe la première place dans ce domaine. Mais une seconde question s’impose aussitôt à nous : elle porte sur le lien qui existe entre la densité sémantique d’un mot et son aptitude à générer des expressions figurées. Clef est un terme simple au niveau de sa composition sémique ; il a un référent clair et précis au monde. Ne serait-ce pas le point de départ idéal pour devenir un terme fécond au niveau de la création métaphorique ? En tout cas, notre petite tige de fer semble le suggérer. Elle nous rappelle une évidence : l’importance du référent au monde dans la création d’images en particulier, dans la littérature en général. Le texte – la langue, le discours – qui fonctionnerait en cercle clos, par unique et constante autoréférence, finirait par devenir stérile. Au point de départ, il y a la clef, il y a la serrure, il y a le mécanisme qui se déclenche lorsqu’on introduit la clef dans la serrure et lorsqu’on la tourne. Tout part de là.

Bibliographie

Corpus de textes utilisés

La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Bordas, 1985.

Charles d’Orléans, Ballades et Rondeaux, éd. J.-C. Mühlethaler, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1992.

Cholières, (Nicolas de), Œuvres, éd. E. Tricotel, Paris, 1879.

Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. Ch. Méla, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1990.

J. de Cressoles, Jeu d’eschaz moralisé, éd. A. Collet, CFMA, 1999.

Cuvelier, Chronique de Bertrand du Guesclin, éd. E. Charrière, Paris, Didot, 1839.

Fabliaux érotiques, éd. L. Rossi, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1992.

Froissart, Chroniques, éd. Georges T. Diller, Droz, 1991.

Geoffroy de Paris, La Chronique métrique attribuée à Godefroy de Paris, éd. A. Diverrès, Paris, Publications de l’Université de Strasbourg, 1956.

Gerson, Œuvres Complètes, éd. Msg Glorieux, Paris, Desclee, 1960.

Guillaume de Machaut, Confort d'ami, in Œuvres de Guillaume de Machaut, éd. E. Hoepffner, Paris, Champion, SATF, t. III, 1921.
– Poésies lyriques, éd. V. Chichmarel, Paris, Champion, 1909.
– Livre du Voir Dit, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1999.

Jean le Bel, Chroniques, éd. J. Viard & E. Desprez, Paris, Renouard, 1904/05.

Joinville, Vie de Saint Louis, éd. N.L. Corbett, Sherbrooke, 1997.
– Vie de Saint Louis, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1995.

Jourdain de Blaye en alexandrins, éd. T. Matsumura, Droz, 1999, 2 vol.

Le Menagier de Paris, éd. Brereton/Ueltschi, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1994.

La Mort le Roi Artu, éd. J. Frappier, Droz, 1964.

Philippe de rémi, Jehan et Blonde, éd. S. Lecuyer, Paris, Champion, 1984.

Propos : Noel de Fait, Propos rustiques, éd. P. Jourda, Paris, Gallimard, 1956.

Le Recueil de Trepperel, II, les Farces, éd. E. Droz et H. Lewicka, Droz, 1961 : « Farce de Maistre Jenin… ».

Recueil général et complet des Fabliaux, éd. A. Montaiglon, t. I, 1872.

Recueil de farces (1450-1550), éd. par A. Tissier, Droz, 1986, t. I, t. IV.

Recueil de Sermons Joyeux, éd. Jelle Koopmans, Droz, 1988.

R. de Montauban, éd. J. Thomas, Droz, 1987.

Le Roman de la Rose, éd. A. Strubel, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1992.

Le Roman de Renart, éd. J. Dufournet, Garnier-Flammarion, 1985.

Le Roman de Thèbes, éd. F. Mora-Lebrun, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1995.

Les Serees de G. Bouchet, éd. C.E. Roybet, Paris, Lemerre, 1873-1882.

Vieille, Jean le Fevre, la Vielle ou les dernières amours d'Ovide, traduit par R. de Fornival, ed. H. Cocheris, Paris, Aubry, 1861.

Ysopet, éd. A. Pauphilet, in Jeux et Sapience du Moyen Âge, La Pléiade, 1951.

Notes

1 Voir définitions p. 2-3.

2 Tobler-Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

3 Von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, Tübingen, T.C.B. Mohr.

4 Guiseppe di Stefano, Dictionnaire des locutions en Moyen Français, CERES, Montréal, 1991.

5 Le Roman de Thèbes, éd. F. Mora-Lebrun, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1995, v. 7165.

6 Cf. le Thesaurus Proverbium Medii Aevi de S. Singer, 1995.

7 F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, p. 178.

8 Rhétorique III, cité in I. Tamba-Mecz, Le Sens figuré, PUF, 1981, p. 41.

9 Voir le célèbre exemple d’analyse componentielle de Pottier qui distingue différents sièges (fauteuil, pouf, canapé, chaise, bergère, etc.) par la combinaison originale de sèmes. Le sème commun à tous les sémèmes comparés est « s’asseoir » : c’est le sème générique. Voir Théorie et analyse en linguistique, Paris, Hachette, 1987.

10 C’est certainement ici une des faiblesses de l’analyse componentielle : en effet, cette définition de départ est largement subjective et intuitive. Denis Hüe a eu l’amabilité de suggérer un autre point de départ possible et fort pertinent pour l’investigation sémantique : le couple bloquer vs débloquer, qui eût permis de souligner efficacement des nuances supplémentaires dans nos paradigmes.

11 G. Kleiber, Le mot « ire » en ancien français (xie-xiiie siècles). Essai d'analyse sémantique, Paris, Klincksieck, 1978.

12 Cf. le célèbre couple « handsome girl » et « pretty boy » où l’inversion des adjectifs confère au substantif « girl » ainsi caractérisé le sème de masculin « handsome », et vice versa.

13 F. Rastier, op. cit., p. 94.

14 Fabliaux érotiques, éd. L. Rossi, Le Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1992.

15 Pensons ici au personnage de Cliquet dans le Jeu de Saint Nicolas de Jean Bodel, manière plaisante d’indiquer le métier du personnage qui consiste précisément à forcer les serrures.

16 Sermon Joyeux pour une Nopce, v. 176/165.

17 Recueil général et complet des Fabliaux, éd. A. Montaiglon, t. I, 1872, IV, 43 (cité in Tobler/Lommatzsch).

18 Cf. aussi « Mettre les clefs sur la fosse » se dit d’une veuve qui renonce à l’administration des biens de son mari. Cotegrave, A Dictionnary of the French and English Tongues, London, 1611.

19 Recueil général et complet des Fabliaux, éd. A. Montaiglon.

20 Ibid.

21 In Recueil de farces (1450-1550) éd. par A. Tissier, Droz, 1986, t. IV.

22 Cf. Groupe m, Rhétorique générale, Seuil, « Points », 1982, p. 111.

23 Cité in Tobler/Lommatzsch.

24 I. Tamba-Mecz, op. cit., p. 172.

25 Ibid.

26 Cité par Singer.

27 Cité par Stefano.

28 Op. cit., p. 106.

29 Cf. C. Fromilhague, Les Figures de style, Nathan Université, Coll. 128, 1995, p. 57.

30 Groupe μ, op. cit., p. 101.

31 Cité in Tobler/Lommatzsch.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Voir dans ce volume Christine Ferlampin-Acher, « Le Lancelot en prose : la clef des enchantements ».

37 Voir dans ce volume Fabienne Pomel, « Clefs du cœur, du corps et du texte ».

38 Recueil de farces (1450-1550) éd. par A. Tissier, Droz, 1986, t. i.

39 Ibid.

40 Recueil de Sermons Joyeux, éd. Jelle Koopmans, Droz, 1988.

41 Voir notamment Lettre XXV, p. 424, Lettre XXVI, p. 434, Lettre XXXV, p. 569-570, Lettre XXXVI, p. 576.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540