Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section I. Trousseau métaphorique

Section I. Trousseau métaphorique

Texte intégral

Trousseau métaphorique

1Karin Ueltschi, par une approche sémantique, lexicologique et sémiotique pose les fondations de la réflexion. À partir du mot latin, clavis, qui désigne une clef, une barre ou un loquet, autrement dit un dispositif d’obstruction, elle montre comment le sème fondamental de l’ouverture et de la fermeture est appliqué à des domaines abstraits. Les isotopies de l’entrave et de la liberté, mais aussi du pouvoir dans la mesure où la clef donne accès à quelque chose de désirable ou d’interdit, s’avèrent fondamentales. La configuration syntaxique du complément de nom permet par syllepse d’associer un sémantisme concret et figuré ; par catachrèse, la clef peut fournir une métaphore conceptuelle avec les sens de rouage, moyen, ou encore de dévoilement, secret, signe ou chiffre. K. Ueltschi souligne, outre cette virtualité des clefs de fonctionner dans le champ du déchiffrement et de l’interprétation, leur potentialité équivoque dans le domaine sexuel et les jeux littéraires et stylistiques auxquels elles peuvent donner lieu. Cette contribution a ainsi une fonction apéritive : elle permet d’embrasser d’emblée les principales acceptions auxquelles les autres intervenants se sont intéressés : objet concret, objet symbolique, métaphore de procédés esthétiques ou d’encodage, métaphore de procédés interprétatifs.

2En restreignant le champ d’investigation à un corpus de textes profanes où dominait la thématique amoureuse, je tente un recensement des champs amoureux et textuels auxquels s’applique, parfois en corrélation, la métaphore des clefs, tout en déclinant une double thématique du pouvoir et du savoir. Le coffre s’est avéré une métaphore complémentaire récurrente, puisque les clefs, comme métaphore du bon vouloir de l’autre, du pouvoir de la dame ou du dieu Amour, du phallus ou encore de la subtilité du lecteur, ouvrent ou ferment le coffre du cœur, du corps ou du texte, quand le texte n’est pas lui-même, selon un principe de réversibilité, métaphorisé comme clef, avec la somme portative de savoir sur l’amour proposé par la Clef d’Amour. Par sa faculté à entrer en interaction avec d’autres objets – coffre, écrin, serrure, etc. – la clef permet par métonymie le développement de la métaphore en allégorie et le lecteur apparaît comme un détenteur virtuel des clefs du texte allégorique ou énigmatique.

3Cette seconde approche balise ainsi des thématiques qui seront approfondies dans les autres articles, comme l’aspect sexuel et grivois, l’image du coffre ou le rapport des clefs avec des esthétiques allégoriques ou énigmatiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540