Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Ouverture

Fabienne Pomel

Full text

1La clef comme objet, si elle n’est pas d’une grande fréquence dans les textes littéraires médiévaux, revêt d’autant plus une importance symbolique lorsqu’elle y apparaît. Elle se rattache en effet à un imaginaire de l’enfermement, de la protection, de l’obstruction ou de l’exclusion mais aussi bien de l’ouverture, du franchissement et de l’élection. Cette dualité est féconde en termes esthétiques, narratifs, rhétoriques et poétiques. La clef structure un espace clos de frontières (spatiales, morales, sociales, ontologiques, religieuses, politiques ou sexuelles). Elle met en œuvre des structures d’opposition entre espace clos et ouvert, intérieur et extérieur, mais aussi entre visible et caché, permis ou interdit. À travers elle se pose la question de la transgression, déclinée comme ruse, trahison ou effraction mais aussi de la transcendance, pensée comme accomplissement identitaire, élection ou révélation. La clef développe ainsi une série de valeurs dans l’ordre du pouvoir et du savoir. Noëlle Lévy-Gires montre l’enjeu des clefs dans les rapports de pouvoir et de tromperie au sein du couple dans les Cent nouvelles nouvelles. Catherine Rollier retrouve cet enjeu de pouvoir autour des clefs, pour la possession des villes corrélée à celle des épouses, et Estelle Doudet dans les tentatives des adversaires de l’Église pour l’investir par effraction par différentes clefs qui s’avèrent impuissantes.

2La clef permet aussi de mettre en œuvre des épreuves et mobilise des modèles initiatiques dans le procès de franchissement. Myriam White en fournit un exemple avec la clef du purgatoire de saint Patrick. Je tente d’en montrer les enjeux dans le champ du savoir chez Christine de Pizan, avec la transposition du modèle de la voie de paradis dans L’Advision Cristine. Christine Ferlampin-Acher en donne un autre exemple dans le Lancelot en prose avec l’épisode de la Douloureuse Garde et les effets déceptifs de piétinement et de retardements de l’aventure, associés à une mise au rebut pénible et différée du merveilleux.

3Enfin, la clef se fait l’emblème possible d’une démarche herméneutique. La Clef d’Amour offre ainsi non seulement aux laïcs l’accès à un savoir sur l’amour, mais aussi une énigme à déchiffrer pour trouver les noms de l’auteur et de la dame. Le nain Tronc, étudié par Anne-Cécile Le Ribeuz, semble lié aux seuils et aux clefs, qui se substituent à ses attributs magiques, comme métonymie et métaphore de sa faculté à conduire le récit : sa maîtrise des clefs renvoie à sa maîtrise du sens, d’autant qu’il est lui-même un personnage veillant à la cohérence des aventures romanesques. Hélène Bouget souligne dans un même esprit l’association des clefs et de l’épée brisée par le jeu de substitution de l’une à l’autre comme métaphores de la parole énigmatique, suscitant une démarche interprétative et une quête du sens.

4Les clefs posent donc la question de la lecture et de l’interprétation : lecture du texte allégorique étudiée par Elisabeth Gaucher pour Le Triomphe des Dames d’Olivier de la Marche ; lecture du texte prophétique qui intéresse Catherine Daniel et Hélène Tétrel dans sa dimension politique, historique, religieuse ou poétique ; lecture des textes ou des événements qui mobilisent l’esthétique du merveilleux et de la réécriture comme les romans arthuriens analysés par Christine Ferlampin-Acher ; lecture de la Bible, elle-même érigée en code de lecture des textes littéraires, envisagée par Jean-Louis Benoît ; lecture de l’histoire chez Christine de Pizan abordée par Liliane Dulac. Il s’agit souvent de « desclore » un sens enclos, caché dans des textes qui appellent un décryptage. C’est le cas de l’adaptation norroise des Prophéties de Merlin étudiée par Hélène Tétrel avec le double encodage eddique et scaldique portant à la fois sur les images et le mètre, ou de la clef comme outil de la notation musicale, présentée par Carola Hertel. La clef représente alors un code de lecture, d’interprétation, à vocation plus ou moins hermétique, qui appelle un lecteur averti et subtil.

5Certains textes jouent à proposer de fausses clefs ou des clefs fuyantes et imparfaites, comme le suggèrent Elisabeth Gaucher pour Le Triomphe des dames, Christine Ferlampin-Acher pour le Lancelot et Hélène Bouget pour le motif de l’épée brisée dans les Continuations : les clefs apparaissent alors, comme on l’a vu pour le miroir, comme un outil du trompe-l’œil et du double jeu.

6Les clefs, associées aux seuils, le sont par conséquent a des figures aux connotations variables. Si les clefs peuvent être l’emblème d’un pouvoir bénéfique, du côté de la médiation ou de la protection comme pour le pape ou saint Pierre, l’Église ou le prieur du purgatoire de saint Patrick, leur symbolique est sujette à renversements. Ainsi du jaloux avec la prison d’amour ou d’Avarice qui sont du côté de l’enfermement stérile et condamnable. De même, dans les chansons des vassaux révoltés comme dans Ysaïe le triste ou la Moralité étudiée par Estelle Doudet, les détenteurs de clefs sont associés à la ruse et caractérisés négativement, socialement et moralement, et souvent dépossédés de cette puissance par d’autres personnages. Lorsque la femme s’affiche comme détentrice des clefs, c’est soit dans la sphère domestique qui lui est réservée, soit dans le cadre d’un défi à l’ordre ou à la norme, dans une attitude transgressive, que ce soit dans le domaine amoureux et sexuel ou dans celui du savoir où Christine de Pizan prétend rivaliser avec les hommes. L’écrivain et le lecteur sont pourtant des détenteurs privilégiés des clefs symboliques du sens et de l’interprétation, ce qui n’est pas sans ménager une part de jeu.

7La clef s’inscrit aussi dans une constellation d’objets apparentés : elle fonctionne souvent en couple avec d’autres objets analogues ou complémentaires : la serrure, le coffre, l’armoire, le trésor, le sanctuaire, la ceinture, les portes, poternes ou huis, mais de façon plus surprenante avec l’épée, le pilier ou le cor.

  • 1 Après la réflexion sur le miroir (Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, dir. F. (...)

8Dans son association au coffre, la clef revêt une dimension sexuelle illustrée dans les Cent Nouvelles nouvelles ou la Moralité de l’Église, mais tout aussi bien herméneutique, rencontrée chez Christine de Pizan, Olivier de la Marche ou le Lancelot en prose. L’épée comme substitut analogue, mais inefficace, de la clef apparaît dans les Continuations comme dans la Moralité, où elle est l’arme de Force pour tenter d’entrer par effraction dans l’Église mais aussi l’attribut de saint Paul face à celui de saint Pierre, mettant en balance pouvoirs spirituels et temporels. Si Élisabeth Gaucher et Noëlle Lévy-Gires l’opposent au miroir, notamment par sa dimension de profondeur, Christine Ferlampin-Acher et Anne-Cécile Le Ribeuz tracent un rapprochement avec le cor, par les jeux de substitution qui interviennent entre les deux objets pour Lyonnel et pour Tronc, nous invitant à poursuivre l’investigation de ces objets du quotidien que la littérature investit à son profit1.

Notes

1 Après la réflexion sur le miroir (Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, dir. F. Pomel, Rennes, PUR, Interférences, 2003), le séminaire du CETM (CELAM, Rennes 2) a travaillé sur les clefs, fournissant le matériau de ce volume, et s’intéresse dorénavant à « la corne et la plume ».

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540