Version classiqueVersion mobile

Comparer l’étranger

 | 
Émilienne Baneth-Nouailhetas
, 
Claire Joubert

Pratiques de la comparaison dans quelques départements de lettres en France

Brigitte Bercoff

Texte intégral

La « Littérature générale et comparée » dans les « Lettres modernes » : la discipline du dehors

Une discipline au statut ambigu

1Présente dans les cursus universitaires, mais pas aux concours ENS ni au CAPES, la Littérature générale et comparée ne représente pas un diplôme ou une « majeure » à elle seule avant la maîtrise. Elle apparaît à la fois comme une spécialité à l’intérieur des Lettres modernes, dont elle est une des épreuves de l’agrégation, et comme une discipline à part entière de la maîtrise au doctorat. Les concours ENS et CAPES étudient les textes français en français et les textes étrangers en langue étrangère. La LGC donne la possibilité d’étudier la littérature étrangère en traduction française, c’est-à-dire d’étendre le champ de lecture et d’étude de l’étudiant aux littératures dont il ne maîtrise ou ne connaît pas la langue. L’objet des études comparatistes, informe le site de l’université de Rennes 2, est « la connaissance du patrimoine littéraire mondial, des problématiques historiques et culturelles étrangères et des interactions internationales » (je tronque à dessein cette citation, et reviendrai ultérieurement sur le second pan, l’étude des œuvres inter-linguistiques et intersémiotiques). C’est, au sein de l’institution, d’une utilité incontestable : une extension indispensable à la constitution d’une culture pour l’étudiant.

Un espace de liberté

2En « Littérature française », l’étude est structurée par siècles au point qu’il est difficile sinon impossible de proposer une étude les traversant : si, dans certains départements, les programmes de licence proposent à la fois un cours séculaire et un cours trans-séculaire (souvent sur un genre), la discipline reste, à travers la définition des postes ouverts au concours et « fléchés » par siècles, construite sur une périodisation. Il n’est pas bon, lors des campagnes de recrutement, de ne pouvoir être identifié comme spécialiste d’une période, voire d’un genre sur cette période (on peut songer aux difficultés rencontrées il y a quelques années par Arnaud Rykner, dont les études trans-séculaires sur le théâtre étaient parues aux éditions Corti). Une trop grande extension du champ des compétences met en cause le sérieux et la qualité de la recherche à l’université, alors que c’est un critère de recrutement des professeurs du secondaire et des classes préparatoires. La capacité à circuler à travers les siècles et à établir des liens entre les œuvres est précisément ce qui suscite l’admiration pour les grands critiques, que l’on songe à Jean Rousset, à Paul Bénichou, à Roland Barthes, à Gérard Genette, à Jean Starobinski, à Hans Robert Jauss, etc. Au regard de cette rigidité et des prérogatives dont jouit la spécialisation en Littérature française, la Littérature comparée est un espace de liberté : le seul lieu institutionnel où il est possible de circuler entre les siècles et les pays, de suivre le destin d’une œuvre de réécriture en réécriture, en alliant la théorie de la réception à celle de l’influence dans la création littéraire ; de réfléchir sur l’acte de lecture moderne d’un texte ancien, à l’aune de la narratologie (littérature antique et théories modernes) ; de ne pas arrêter l’étude d’une œuvre ou d’une question aux frontières territoriales ou linguistiques. Bref, la littérature comparée n’est pas l’espace institutionnel que l’on rencontre en premier au cours des études de Lettres, mais celui qui recueille les perspectives plus larges, plus générales, qui débordent un siècle, un genre ou l’histoire littéraire elle-même pour ouvrir à l’histoire des idées tout en permettant de mener une réflexion sur la littérature. C’est au sein de l’institution un espace de liberté incontestable dans le domaine d’étude comme dans la démarche. À ce titre, les enseignants-chercheurs font en Littérature comparée ce qu’ils ne peuvent faire ailleurs, en Lettres classiques, en Philosophie, en Linguistique, en Littérature française ou dans les Études littéraires d’autres langues : on arrive, on en vient à la Comparée lorsqu’inventant une démarche à propos d’un objet déjà circonscrit, ou inventant un objet par un rapprochement inédit, on se trouve institutionnellement dans une impasse : sans directeur de recherche qui puisse, dans la discipline d’origine, sortir de sa spécialité. La pratique de la LGC est donc d’emblée une transgression des frontières institutionnelles. À ce titre, elle implique une prise de risque, scientifique d’une part, institutionnelle de l’autre.

Un lieu privilégié de questionnement sur le fait littéraire

3Discipline ouverte, la LGC recueille les travaux sur ce que les études littéraires laissent dans leurs marges, et se trouve par conséquent à même de réfléchir sur les frontières du littéraire, et sur sa définition : se trouvent dans les programmes de LGC le roman policier, la science-fiction, la littérature de jeunesse, la littérature populaire, voire les écritures féminines, les récits de voyage qui n’ont pas, comme ceux de Léry, acquis leurs lettres de noblesse, ou les récits de guerre, toute expérience de l’étranger (du voyage à l’exil) qui donne lieu à une écriture.

Une discipline en perpétuelle définition

  • 1 Daniel-Henri Pageaux, « Le Comparatisme selon Marcel Bataillon », dans Perspectives comparatistes, (...)
  • 2 Littérature comparée. Théorie et pratique, textes réunis par André Lorant et Jean Bessière, Paris, (...)
  • 3 Perspectives comparatistes, études réunies par Jean Bessière et Daniel-Henri Pageaux, Paris, Champ (...)
  • 4 Le Comparatisme aujourd’hui, textes réunis par Sylvie Ballestra-Puech et Jean-Marc Moura, Villeneu (...)
  • 5 RLC, n° 298, avril-juin 2001.
  • 6 RLC, octobre-décembre 2004.
  • 7 Denis Mellier, « Polarités et généralité : de quelques figures contemporaines de la circulation Eu (...)

4De ce fait, la LGC se trouve au croisement de l’histoire (des idées, des cultures), de l’anthropologie et de la littérature. C’est véritablement un laboratoire, un lieu d’expériences, avec le taux d’échec, de déperdition qu’il implique. Cette activité protéiforme rend la LGC parfois difficile à circonscrire, sinon comme le dehors d’autres disciplines, de la littérature française en particulier. Du fait qu’elle déborde toujours ses propres frontières, élargit toujours son champ d’étude et varie sans cesse ses démarches, la LGC est conduite, plus que tout autre discipline peut-être, à se reposer régulièrement la question de ses ambitions, et de son identité. La « selflessness » de la LGC, évoquée en référence au Rapport Saussy de l’ACLA (American Comparative Literature Association) en 2003, et dont les enjeux sont analysés supra dans l’article de Claire Joubert, son absence d’identité stable, constitue à la fois une force de questionnement sur les identités culturelles et sur la discipline elle-même, et un risque de dilution des problématiques, en particulier de l’articulation du fait littéraire à une langue et à un acte (politique). Les comparatistes français n’ont de cesse, de Marcel Bataillon à Jean Bessière, Daniel-Henri Pageaux ou Jean-Marc Moura, de définir leur discipline, de penser sa « nature » et d’élaborer une authentique théorie comparatiste. Que l’on pense aux questions présentées par Marcel Bataillon à l’assemblée générale de l’AILC (l’Association Internationale de Littérature comparée) lors de son premier congrès à Venise en 1955, qui marquent l’interrogation, voire le « tourment » des comparatistes sur leur activité : que veulent-ils faire ? que font-ils1 ? Plus récemment, au colloque international de l’AILC et de Paris 12 en 1993, » Littérature comparée, théorie et pratique2 », ou aux journées d’étude du CERC (Centre d’Études et de Recherches Comparatistes de Paris 3) de 1995, « Perspectives comparatistes3 » ou encore à celles de Lille 3 sur « Le comparatisme aujourd’hui4 ». On trouve aussi, dans des numéros récents de la Revue de Littérature comparée, des réflexions sur la démarche ou le geste comparatiste à la faveur de réflexions sur « Les Parallèles5 » ou sur les « Traversées atlantiques6 ». Dans ce dernier numéro, Denis Mellier, comparatiste à Poitiers, interroge avec force la métaphore de la traversée et ses présupposés, qui se trouvent selon lui « au cœur même du discours comparatiste7 ». La traversée renvoie à l’imaginaire d’une culture pensée comme médiation entre les peuples, les nations, les particularités ; elle exprime la persistance d’un

idéal culturel profondément humaniste et éclairé tant elle promet encore, dans les jours où les axiologies semblent s’effondrer, qu’une histoire nous précède et nous guide, que le grand récit de la littérature peut rétrospectivement se dérouler au fil d’une aventure éthiquement fondée et esthétiquement ouverte, une histoire tout entière conçue dans la curiosité de l’ailleurs et le désir d’autrui. Ce champ métaphorique se voit consubstantiellement lié à l’imaginaire du voyage et à l’assurance d’un ailleurs qui appelle et aimante la motivation créatrice promettant une différence toujours propre à nourrir et à renouveler la vision et la pratique artistiques. La traversée érige donc les principes d’expérience et de variété comme valeur essentielle de la création et de la réception.

5Cela revient à

  • 8 Ibid.

adapter les principes ou les vestiges d’un humanisme aux conditions mêmes de la modernité, de ces flux d’échanges mécaniques ou médiatiques : paquebots, avions, traductions, projections, duplication des copies, etc. Traversées, c’est la figure même d’un espace culturel idéal parce que différencié, se reliant sans s’unifier pour autant, espace fondé sur la possibilité d’un apprentissage et d’une découverte, d’une confrontation entre l’Europe et l’Amérique d’où pourra sourdre une identité nouvelle jouée dans le constat d’une altérité culturelle authentique8.

6Les valeurs sur lesquelles se fonde l’étude comparatiste, valeurs humanistes d’ouverture et d’échange, sont ici mises à distance et réfléchies de l’intérieur même de la discipline : on ne pourra, à ce titre, lui reprocher l’absence de démarche critique.

7Du dehors au dedans, j’ai donc considéré la LGC depuis la Littérature française avant de donner la parole aux comparatistes eux-mêmes. Pour les enseignants- chercheurs de Littérature française, (et peut-être au regard des études de littératures d’autres langues), la LGC peut apparaître comme une « discipline de suppléance » (selon des termes empruntés à Yves Chevrel, dans ce même volume) ; un espace par défaut. Discipline sur laquelle les « francisants » jettent un regard à la fois soupçonneux quant à la rigueur scientifique et envieux quant à la liberté de construction de la pensée. Regard qui les conduit à sommer les comparatistes de définir leur discipline, exigence reprise par les comparatistes eux-mêmes, alors que la « Littérature française », en parfaite collusion, dans son nom même, avec son domaine d’étude, n’a pas à fournir une telle légitimation. De fait, il existe des littératures nationales, qui, dans les universités, donnent leur justification aux disciplines qui les prennent comme champ d’étude ; il n’existe pas de littérature comparée (ou comparative, pour reprendre le terme d’Yves Chevrel) : si elle ne coïncide pas avec un objet, coïncide-t-elle avec une démarche particulière, contenue dans le geste de la comparaison ?

Pratiques de la littérature comparée dans quelques départements de Lettres en France

  • 9 Op. cit.
  • 10 La Traversée des thèses : bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle, (...)

8Hormis son ouverture, qu’est-ce qui caractérise la LGC comme discipline ? Elle pose une question commune aux études littéraires : « Qu’est-ce que la littérature ? » ; elle emploie à cette fin des théories ou des méthodes critiques qui sont communes aussi, et à la Littérature française et aux Littératures d’autres pays, qu’elle ait ou non contribué à leur élaboration : théorie des genres, approche thématique, étude des influences, théorie de la réception. Cette conjugaison des approches critiques, réaffirmée à maintes reprises par les comparatistes (par exemple dans l’avant-propos aux Perspectives comparatistes9, par Jean Bessière et Daniel-Henri Pageaux, mais aussi dans divers manuels) est aussi, depuis longtemps, favorisée par les études de littérature française. C’est dans la comparaison d’œuvres écrites dans des langues différentes que semble résider la spécificité de la discipline. En effet, les comparaisons à l’intérieur d’un corpus monolingue sont fréquentes en littérature française (et à ce titre, les travaux dans cette discipline présentent souvent les mêmes traits qu’en LGC : une réflexion théorique suivie de son illustration dans diverses œuvres, chacune étudiée pour elle-même ; je renvoie pour information à La Traversée des thèses : bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle10).

9Les programmes, les thèses, les exigences de la 10e section du Conseil National des Universités reflètent ce parti pris : les corpus contiennent toujours des œuvres en langues différentes, dont une en langue française. Quelques exemples :

10a) Études de genres :

11• études sur le tragique :

  • à Toulouse : C. Imbert : « Amours tragiques » : la Célestine de Rojas, Roméo et Juliette, Pyrasme et Thysbée de Théophile De Viau, les Métamophoses d’Ovide ; M. Sounac : « La tragédie du pouvoir » : Œdipe Roi, le Roi Lear, Le Roi se meurt.
  • à Caen : C. Lechevallier : « Le plaisir de la tragédie » en deux volets, « La monstruosité », les Médée d’Euripide, Sénèque et Corneille puis « Le tragique quotidien » chez Ibsen et Strindberg.
  • à Strasbourg : (auteur du programme non cité) « Electre, une héroïne entre mythe et tragique », œuvres d’Eschyle, Hofmannsthal et Giraudoux ; « L’Histoire, nouvelle forme du tragique », Richard III, Boris Godounov, Démétrius de Schiller, Cromwell d’Hugo.
  • à Dijon : A. Bayle : « Mises en scène du tragique » : Œdipe-Roi, Le Roi Lear, En attendant Godot.
  • à Paris 13 : P Zobermann : « Réflexion sur une notion littéraire et culturelle » d’Eschyle à l’époque contemporaine.

12•le récit ou le roman fantastique :

  • à Strasbourg : (auteur du programme non cité) Boulgakov, Le Maître et Marguerite, Jünger, Héliopolis, Gracq, Un Balcon en forêt.
  • à Paris 10 : Hoffmann, Le Marchand de sable, Maupassant, Le Horla, James, Le Tour d’écrou.

13• le théâtre baroque :

  • à Paris 10 : P. Zard : « Formes baroques au théâtre » : Calderon, La Vie est un songe, Shakespeare, Hamlet, Corneille, L’Illusion comique.
  • à Dijon : A. Dominguez : « Vies rêves et illusions baroques » : Calderon, Le Grand Théâtre du monde, Shakespeare, La Tempête, Corneille, L’Illusion comique.

14b) mythocritique (antique, biblique, moderne) :

15De nombreux programmes portent sur les mythes antiques, surtout féminins : Antigone, Electre, Psyché… Beaucoup choisissent la ville comme figure mythique. Citons parmi d’autres :

  • à Dijon : F. Fix : « Le paradis perdu : réécritures et mises en images de l’épisode biblique ».
  • à Toulouse et à Dijon : F. Bonfils : « Des structures littéraires de la Bible aux structures bibliques de la littérature » : la Bible de Jérusalem, Paradis de Dante, Poésies mystiques de Saint Jean de la Croix ; P Vacher, « La Bible en fondement de la parole littéraire ».
  • à Paris 10 : P. Zard, « Le mythe de Faust » : Marlowe, Goethe, Valéry.
  • à Paris 10 et à Dijon : « Le mythe de Dom Juan. »

16c) questions de poétique :

17Ces programmes étudient le lien entre la création littéraire et l’acte politique :

  • à Strasbourg : G. Ducrey : « Théâtres de la femme libérée ? » : Aristophane, Lysistrata, Shakespeare, La Mégère apprivoisée, Ibsen, Hedda Gabler.
  • à Toulouse : S. Lojkine : « Viol et récit », antinomiques car le viol est le moment impossible à raconter : de l’épisode de Lucrèce chez Tite-Live à l’Inceste de C. Angot. Richardson, Clarissa, Dostoïevski, Les Démons, Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune.
    C. Imbert : « Le dépassement de l’histoire dans la poésie moderne », T.-S. Eliot, La Terre vaine, Cavafy, Poésies, Saint John Perse, Éloges, Anabase, Exil. (en lecture : Auden, Pound, Elytis, Galcano, Brodsky, Espriu, Mello Breyner).

18Cet aperçu de quelques programmes montre que la discipline ne se différencie à première vue par rien d’autre que par l’extension de son champ d’étude à un corpus étranger. Cette extension lui ouvre certaines études dont elle a fait son champ privilégié, comme la critique des mythes. Néanmoins, la place et le statut d’une discipline dans l’institution dépendent sans doute de son aptitude à se délimiter, c’est-à-dire à penser son champ, ses limites, à qualifier sa pratique et sa théorie, par un mouvement de réflexion sur soi. Si la LGC ne reconnaît ni limites à son champ d’études, ni limites à ses pratiques et à ses investigations théoriques, elle se présente à la fois comme la discipline de recherche par excellence, et comme la discipline la moins identifiable académiquement. Quels processus d’autolimitation la LGC a-t-elle mis en place pour accéder au fil des décennies à sa légitimité institutionnelle ?

Traits identificatoires de pratiques comparatistes

Fréquence des problématiques croisées

19Les programmes de LGC croisent souvent deux approches, par exemple genre et esthétique, ou thème et genre, ce qui se rencontre rarement en Littérature française, où le genre suffit à déterminer le programme. Une plus grande solidité de la problématique semble nécessaire comme contrepoids à l’éclatement spatial, linguistique, temporel du corpus. Les problématiques comparatistes présentent en effet chaînes et trames, ce sont des tableaux à double entrée, qui mettent en rapport le plus souvent une question (poétique, thématique, culturelle) et un genre : dans les programmes ci-dessus cités, sont associés l’amour et le tragique, le baroque et le théâtre, l’histoire et la poésie. S’agit-il d’une pratique compensatoire, par un maillage problématique plus serré, de la liberté d’association et de comparaison des œuvres ? S’agit-il, en croisant les questions, d’arrimer d’autant plus solidement la réflexion que l’association d’œuvres résulte moins d’un rapport de faits (influence ou thème commun avéré) que d’un libre arbitre ? Si l’enseignant de LGC exerce sa liberté dans le choix et le rapprochement des œuvres, ce n’est pas sans lui donner un caractère de nécessité par un croisement de critères. La problématique croisée peut apparaître comme la justification d’un choix, comme le tribut payé à la nécessité ou à la saturation de sens dont aime à se parer la réflexion institutionnelle. Elle n’en devient pas moins un trait assez fréquent de la pratique comparatiste.

Limitation aux corpus en langues européennes

  • 11 Didier Souiller, Wladimir Troubetzkoy, Manuel de Littérature comparée, Paris, PUF, 1997.
  • 12 Ibid.
  • 13 Jean-Louis Backès, La Littérature européenne, Paris, Belin, 1996.
  • 14 Francis Claudon, Les Grands Mouvements littéraires européens, Paris, Nathan, collection « 128 », 2 (...)

20La comparaison et l’extension du champ d’étude qu’elle autorise semblent légitimer l’ambition de généralité de la LGC : c’est parce qu’elle propose une vue d’ensemble (sur les littératures) que la LGC est capable de penser de façon générale la littérature, le fait littéraire. C’est parce qu’elle englobe un vaste champ culturel et linguistique qu’elle peut proposer une définition de la littérature en général. On trouve cette aptitude ainsi formulée par Didier Souiller dans le Manuel de littérature comparée11, destiné aux étudiants de premier cycle : « La Littérature comparée étudie les relations d’échange constant qui finissent par déterminer la constitution d’un vaste système de ramifications et d’interactions, lequel, comme tout système, possède son autonomie et ses lois de fonctionnement propres. » Néanmoins, ce caractère « général » est d’emblée limité par… la statistique de la pratique et les exigences des programmes universitaires français. Statistiques et exigences s’allient pour limiter le champ aux aires linguistiques et culturelles occidentales, européennes dans la majorité des cas, avec une extension aux Amériques dont les langues viennent d’Europe. Il y a là d’abord une justification pratique : « Aider les étudiants à connaître d’abord ce qui leur est le plus proche dans l’espace et le plus immédiatement familier en fonction de leurs connaissances linguistiques12. » On retrouve cette limitation dans le titre même du manuel de Jean-Louis Backès : La Littérature européenne13 ou dans celui de Francis Claudon, Les Grands Mouvements littéraires européens14.

Fréquence des programmes et des recherches sur le tournant xixe-xxe siècle européen

21Hormis les études sur le baroque et sur Dom Juan, la plupart des programmes se concentrent sur le xixe et le xxe siècles. Même lorsqu’ils portent sur des mythes ou des figures mythiques, ils instaurent plutôt un lien entre l’Antiquité et les xixe-xxe siècles (citons les travaux de Véronique Gély à Reims/Nanterre) ou le Moyen Âge et ces mêmes siècles (les travaux de Marie Blaise à Montpellier). Du côté de la recherche, c’est au CLAM (Centre comparatiste d’études et de recherches sur les Littératures Anciennes et Modernes) à Paris 7, dans le groupe de recherche dirigé par Françoise Lavocat, que l’on se penche sur les siècles classiques, ou encore au CRLC (Centre de Recherche en Littérature comparée) dirigé par François Lecercle à Paris IV et au Collège de Littérature comparée dirigé par Pierre Brunel, enfin au centre Interactions Culturelles Européennes de Dijon, dans le groupe dirigé par Didier Souiller. Les études transséculaires ont surtout lieu en mytho- critique ; dans l’ensemble, le corpus le plus étudié reste centré sur les deux derniers siècles. Il ne s’agit pas là uniquement d’une tendance générale qui voit la plupart des thèses porter sur les œuvres de ces siècles-là, dans la plupart des disciplines littéraires.

22Je me hasarderai à interpréter autrement que par les statistiques et les tendances générales ces deux phénomènes d’autolimitation (en langues, aires et siècles) de la LGC. Si la question de l’Europe, et la façon dont elle se pose aux xixe-xxe siècles reste au centre du corpus et des questions de la discipline, c’est peut-être parce qu’elle correspond à l’époque de son émergence et de son affirmation ; l’époque à laquelle elle a pris son essor constitue, encore aujourd’hui pour nombre de comparatistes, l’objet privilégié de leurs études, et surtout une légitimation de leur corpus, voire l’origine de leur questionnement. La LGC, comme discipline encore jeune (à peine plus d’un siècle), porte dans ses enjeux la trace de son historicité, les conditions de son apparition : elle prend pour objet et pour démarche ceux de la période qui l’a vue ou l’a faite naître.

  • 15 De l’Europe en littérature. Création littéraire et culture européenne au temps de la crise de l’es (...)
  • 16 La Fiction de l’Occident, Paris, PUF, 1999 (Thomas Mann, Franz Kafka, Albert Cohen).
  • 17 Le Roman des quêtes de l’écrivain. Dijon, EUD, 2004 (D’Annunzio, Gide, Joyce, Rilke, Mann).

23Les recherches de la génération comparatiste qui a aujourd’hui entre trente-cinq et quarante-cinq ans se font en grande partie dans les perspectives ouvertes par leurs aînés, Chevrel, Brunel, Morel, Backès, Chardin. Les travaux de Pascal Dethurens15, de Philippe Zard16, de Sébastien Hubier17 montrent que l’avènement de l’Europe sur la scène philosophique et littéraire, que l’idée d’Occident, que l’image de l’écrivain européen se construit au tournant du siècle. C’est cette histoire culturelle et intellectuelle que la littérature comparée se donne d’abord à penser : elle se conçoit en premier lieu comme réflexion sur une littérature éprise d’Europe ou aux prises avec l’Europe et, comme telle européenne dans tous les sens du terme. Elle se présente en quelque sorte comme la discipline de cette Europe intellectuelle, destinée à la réfléchir, voire à l’infléchir (ce qui n’est pas sans enjeu aujourd’hui).

  • 18 RLC, n° 311, juillet-septembre 2004.
  • 19 Pascal Dethurens, op. cit., p. 306.

24Un des traits de cette littérature, comme le remarque Philippe Zard dans le compte-rendu18 de l’étude de Pascal Dethurens De l’Europe en littérature, est l’œuvre-somme, celle qui soude diverses langues, cultures, écritures : une littérature à l’image de son objet, l’Europe, et désireuse de constituer l’unité de cet objet. À propos des Somnambules de Hermann Broch, Pascal Dethurens observe : « L’Europe délie, le roman devra relier ; l’Europe n’assigne plus au langage d’autre rôle que la pure signifiance […] le roman devra ressouder langage et morale ; l’Europe […] sécrète des parcelles de réalité autonome, le roman devra s’atteler à une architecture de la totalité. […] Le roman, c’est l’anti-Europe19. » Chez Broch, l’écriture romanesque est comme compensatoire de la représentation de l’Europe ; chez Musil, note Philippe Zard, la somme littéraire affronte et conjure la menace de l’abolition du monde ; chez Joyce, elle a le statut ambigu d’une récapitulation et d’une désagrégation. Les études comparatistes – comme en témoignent aussi les nombreux travaux de Tiphaine Samoyault sur le roman comme tentative de totalité et de totalisation, qui associent même corpus et même période – montrent que le projet littéraire du roman comme somme est en relation avec le projet culturel européen.

25Ce qui est frappant, c’est que le projet critique est aussi à l’image de son objet : l’ambition de totalité, de généralité d’un discours critique sur la littérature et sur la culture européenne n’est pas sans relation, voire sans relation de mimétisme, avec la forme que prend la création littéraire à cette époque-là. On peut en quelque sorte voir dans les circonstances de leur naissance l’inclination des études comparatistes à la somme, à l’érudition, à l’ambition de totalité.

Pratiques communes à la littérature comparée et à d’autres disciplines : quelles implications institutionnelles ?

26Je voudrais maintenant examiner d’autres orientations de la Littérature comparée, que j’ai jusqu’ici laissées de côté parce qu’elles ne reposent pas (forcément) sur la comparaison de textes écrits en langues différentes. Ce sont des orientations qui prennent de plus en plus de poids dans la discipline depuis une quinzaine d’années : les comparaisons trans-sémiotiques, entre la littérature et les autres arts, peinture, musique ou cinéma essentiellement ; les comparaisons entre littératures francophones ou x-phones ; les pratiques inter- ou trans-disciplinaires, qui s’attachent à étudier les liens et à comparer les textes littéraires et philosophiques, historiques, ethnologiques, anthropologiques. Ces pratiques remettent en question le territoire de la discipline pour une raison simple : elles ont cours dans les autres disciplines aussi, et je le montrerai plus particulièrement en Littérature française.

27Je partirai d’un nota bene à la liste des programmes de littérature comparée que Vincent Ferré, comparatiste à Paris 13, s’est chargé de recueillir pour la liste de diffusion comparatiste MÉTIS (liste de discussion et de diffusion comparatiste, lancée à l’initiative de Fabula et du Centre de Recherche et d’Études Comparatistes de l’université Paris 3 : mailto:metis@fabula.org). Il remarque, à propos de la maquette de Paris 13-Villetaneuse : « N.B. : La distinction entre cours de littérature générale et comparée et cours de littérature française n’étant pas toujours pertinente dans cette maquette, sont conservés dans ces extraits tous les cours possédant, à des degrés divers, une orientation comparatiste. »

28Entre Littérature comparée et Littérature française, pas de frontière nette donc, pas de changement de nature, mais un continuum, dans les programmes et la recherche. Et en particulier, des problématiques communes. Depuis une quinzaine d’années, la Littérature française adopte des questions transversales ou transséculaires jusqu’alors pratiquées surtout en LGC ; elle interroge aussi les disciplines voisines, non seulement dans le but d’y puiser des concepts opératoires pour penser le littéraire, mais en les prenant pour objet d’étude ; cette attitude nouvelle dans les études françaises la rapproche considérablement des études comparatistes (serait-ce leur bonne influence ?). Depuis une quinzaine d’années aussi, la Littérature comparée se défait de certaines de ses conditions d’existence, – de l’Europe comme champ d’étude privilégié, avec, par exemple, les études comparées extrême-orientales à Paris 3 – et de la pluralité des langues du corpus – avec des corpus monolingues dans certaines thèses (Henry James chez Julie Wolkenstein) ou dans certains programmes (Ulysse de Joyce comme hypertexte par Sophie Rabau à Paris 3).

Les comparaisons entre les arts

29C’est une vague qui touche toutes les disciplines, même le latin (ou surtout lui, qui doit survivre dans les universités autant que dans les collèges et lycées), voire qui en a créé, puisque sont apparues des études de médiations culturelles. Les programmes d’étude et les recherches trans-sémiotiques ont du succès en Littérature comparée : cours de littérature et cinéma à Toulouse, Paris 3, à Dijon, de littérature et musique à Dijon, à Strasbourg, à Paris 12, de littérature et peinture à Caen et à Dijon toujours… Mais on trouve de nombreuses études sur les relations entre poésie et peinture en Littérature française (par exemple dans le cadre du séminaire de Michel Collot et Jean-Claude Mathieu sur la poésie et la figuration à l’ENS au début des années 1990), ou plus généralement entre texte et image (séminaire du TIGRE, toujours à l’ENS, depuis la fin des années 1980), ou encore entre poésie et musique en Linguistique (la thèse récente, encore non publiée, de Mathilde Vallespir sur Henri Michaux, Darius Milhaud et André Jolivet à Paris IV).

30L’acte de comparer, de mettre en relation, qui selon Daniel-Henri Pageaux est au fondement de la discipline, voilà que bien d’autres disciplines s’en emparent… rappelant que la LGC elle-même l’a emprunté à la philologie, à la grammaire, et à l’histoire des religions, si tant est qu’il n’est pas constitutif de toute réflexion.

Les littératures postcoloniales, et francophones en particulier

  • 20 Bulletin de la SFLGC, Printemps 1992, p. 29.

31Les littératures francophones entrent dans le corpus de la LGC au début des années 1990 avec la publication des travaux de Jean-Marc Moura et de Daniel Henri Pageaux. Ce dernier, dans le bulletin de la SFLGC (Société Française de Littérature comparée) du printemps 1992 consacré à « Littérature comparée et francophonie », commence tout de même par un paragraphe de justification : il s’agit là en effet et d’un corpus monolingue, et d’une sortie hors d’Europe (même si la francophonie européenne, belge, suisse, roumaine est ensuite l’objet de dossiers spéciaux). Pour ce faire, D.-H. Pageaux rappelle que la LGC « ne s’adonne pas à la comparaison de textes sur le phénomène littéraire, mais consiste en une mise en relation de données en vue d’une réflexion générale et synthétique » ; qu’à « l’origine, la LGC procède d’une prise de conscience, donc d’une problématisation de la “dimension étrangère” repérée dans un texte, chez un écrivain, dans une culture ; que la question de l’Autre et donc de la différence est « à la base de tout questionnement comparatiste » et que ce « secteur de recherche » est l’un des plus interdisciplinaires et donc dynamiques, si l’on songe aux apports possibles de l’anthropologie et des sciences humaines20. La littérature apparaît comme l’un des supports d’une histoire des idées, de ce qui se transmet d’une pensée à une autre, qui serait l’objectif de la discipline comparatiste.

32La flexibilité, voire la généralité de la définition invoquée pour étendre le champ d’étude indique la puissance de l’autolimitation de la discipline autant que la puissance du désir de liberté du chercheur… À cet égard, les études francophones, de plus en plus dynamiques depuis quelques années, révèlent la porosité des frontières entre disciplines et se posent comme une passerelle entre Littérature française, LGC et Littératures étrangères : les problématiques historiques postcoloniales ont déjà donné lieu à des comparaisons entre colonisations française, anglaise, espagnole, portugaise. Elles ouvrent des perspectives interculturelles à l’intérieur d’une même langue, remettent en question l’unicité de cette langue, invitent à penser le lien entre littérature et politique par la question de l’étranger (comme langue et comme présence) et permettent des comparaisons entre littératures dites x-phones : franco-anglo-hispano-lusophones. On semble alors bien être dans le domaine de la LGC telle que l’illustre le programme de D.-H. Pageaux pour son séminaire de maîtrise à Paris 3 :

« De l’expérience de l’étranger à l’expérience poétique »
Responsable : Monsieur Daniel-Henri Pageaux
« Par expérience de l’étranger on entendra essentiellement le voyage, l’exil, mais aussi le séjour plus ou moins long dans un pays ou capitale qui furent des lieux déterminants pour l’imaginaire de l’écrivain.
Depuis Ovide exilé sur les bords de la Mer Noire, les écrivains voyageurs ou cosmopolites de l’âge humaniste, la diaspora protestante en Hollande et en Allemagne, les émigrations royalistes et libérales au xviiie et xixe siècles, la liste est longue et variée des écrivains pour qui la “découverte” d’un pays étranger a compté dans l’évolution de leur pensée, de leur écriture.
On s’attachera essentiellement à une période plus récente (le xxe siècle) en privilégiant les aires linguistiques et culturelles prioritaires dans ce séminaire (francophonie, hispanophonie et lusophonie). On retiendra donc :

  1. les écrivains latino-américains en Europe et à Paris
  2. le mouvement “nègre” à Paris
  3. les francophones d’Europe en France, à Paris (Suisses et Belges)
  4. Libanais entre Proche-Orient, Amériques et Paris
  5. Antillais et Réunions en métropole
  6. Les hispano-français et l’après-guerre d’Espagne
  7. L’émigration portugaise à Paris »

33Cependant, dans la même université, à Paris 3, l’UMR « Écritures de la modernité », abritant plutôt des chercheurs de Littérature française, a aussi un pôle « francophonie », autour des travaux de Dominique Combe et d’Aline Bergé (colloque « Poésie francophone » du paysage en 2002).

34À Dijon, le cours de Littératures francophones est donné par des enseignants de Littérature française, qui s’unissent aux anglicistes lorsqu’ils souhaitent réfléchir aux problématiques communes à l’anglophonie et à la francophonie : les disciplines de littératures nationales collaborent pour comparer.

35Institutionnellement, les enseignements de littératures francophones naviguent, dans les départements de Lettres modernes, d’une discipline à l’autre, dépendant de la LGC le plus souvent comme à Strasbourg, à Toulouse, à Nancy, mais aussi parfois de la Littérature française, lorsqu’ils ne sont pas constitués de façon autonome comme à Paris 13 ou à Bordeaux ou à Lyon. Et ces « traversées » montrent la porosité des disciplines.

La littérarité à l’épreuve d’autres disciplines

36Littérature française et LGC ont une pratique commune des problématiques et, de plus en plus, des problématiques communes en termes de poétique et de réflexion sur le littéraire. Les deux disciplines font appel au « dehors » : non seulement à d’autres arts comme objets, mais à d’autres discours, qui deviennent autant champs d’étude que modèles théoriques possibles. Faut-il voir dans cette sortie hors de soi (pour la Littérature française) ou dans cet élargissement (pour la LGC, qui n’a pas de dehors…) une réponse à ce qui serait une crise commune des disciplines ? On notera ici encore quelques pratiques communes quant aux discours théoriques :

37a) l’histoire et la constitution d’un genre :

38Ces cours trans-séculaires ont pour destinataires soit les étudiants de première année, à qui l’on souhaite donner une vision transhistorique et un peu de « culture », soit les candidats au concours du CAPES de Lettres, soumis à l’exercice de la dissertation générale, le plus souvent sur un genre ; ils sont dispensés aussi bien par des enseignants de LGC que de Littérature française :

  • à Paris 13, cours sur le récit de C. Pradeau : « Examen des différentes formes, littéraires ou non, des différents genres englobés sous la notion de récit. Quels critères permettent de distinguer une épopée d’une tragédie, un conte d’un mythe, une nouvelle d’un roman ? Nous prendrons comme fil directeur le récit de rêve, qui nous permettra de traverser les siècles et les genres, de Homère à Perec, de Racine à Proust » (bibliographie : Aristote, Genette, Schaeffer).
  • à Dijon, cours sur chaque genre dans le cadre de la préparation au CAPES, dispensé en Littérature française avant le concours, mais aussi en LGC dans le cadre d’une licence mention LGC.
    La théorie des genres est mentionnée dans presque tous les programmes, et l’on observe que la réflexion à ce sujet occupe aussi bien les études françaises que les études comparatistes (réunies pour le colloque sur l’éclatement des genres à Paris 3 en 199821).

39b) les liens entre l’écriture littéraire et l’histoire ou la politique :

40De nombreux programmes, dans les deux disciplines, interrogent les relations entre le fait littéraire et l’histoire :

  • en LGC à Strasbourg : (auteur du programme non cité) : « La passion, désordre intime et social », La Princesse de Clèves, Mort à Venise, Tess of the d’Urberville ; en Littérature française à Dijon : « Amour, passions et politique : l’exemplarité des passions au xviie siècle », Histoires tragiques de F. de Rosset, Marianne de Tristan l’Hermite, La Princesse de Clèves (L. Giavarini).
  • en LGC à Paris 10 : « Écrire la Révolution Française », 93, Hugo, Les Siècle des Lumières, Carpentier, La Mort de Danton, Büchner, Danton, R. Rolland, Marat – Sade, P. Weiss. (P. Zard) ; en Littérature française à Toulouse : « Écritures de l’Histoire au xixe siècle », Vie de Napoléon, Chateaubriand, La Légende des siècles iv et v, Hugo, La Débâcle, Zola. Programme accompagné de lectures obligatoires : Les Chouans, Balzac ; Le Chevalier des Touches, Barbey ; La Chartreuse de Parme, Stendhal ; et au choix Sueur de sang, Bloy ou L’Insurgé, Vallès.
  • en Littérature française à Toulouse : « Le poète, l’autre et la Cité », Du Bellay, Baudelaire, Hugo et Gaspar. Le moi et l’autre, éthique et politique, représentations poétiques, formes de la composition poétique.
  • en Littérature française (mineure transversale) à Dijon : « Comment la littérature écrit l’histoire », trois cours Moyen Âge-Renaissance, Siècles classiques, xixe-xxie siècles.
  • 22 Op. cit., p. 153-169.
  • 23 RLC « Les Parallèles », n° 298, avril-juin 2001, p. 295-304.
  • 24 Perspectives comparatistes, op. cit., p. 309.

41Ces questions, dans la recherche, deviennent celle des frontières du littéraire au regard des écrits répertoriés comme historiques ou anthropologiques (chroniques, mémoires, récits de voyage). En LGC, la mythocritique est assez proche de l’anthropologie pour que les disciplines s’interrogent mutuellement. On relèvera, dans Perspectives comparatistes, l’article de P Daros sur « Anthropologie, littérature générale et comparée22 », dans la RLC l’article de Boyer sur « Littérature et ethnologie23 ». Tous deux se réfèrent à Leiris, Levi-Strauss, Segalen et Darcy Ribeiro. Mais aussi bien, la réflexion de Jean Bessière sur « Les équivoques de la théorie littéraire » et sur « l’énigmaticité » de la littérature renvoie-t-elle à un relativisme de la représentation de la littérature : « L’identification d’un discours comme littéraire exploite une relation de ressemblance entre ce discours identifié comme littéraire et une pensée, c’est-à-dire une représentation, elle-même variable, de la littérature24 » ; « noter la transhistoricité et la constance de la littérature revient à dire [l]es caractères et [la] fonction de représentation de la littérature » dans une communauté donnée. La recherche comparatiste du CERC se conçoit aussi comme « une anthropologie du fait littéraire ».

42Or ces enjeux apparaissent à tous les niveaux de l’institution, puisque le geste de la comparaison (du fonctionnement des textes, mais aussi des disciplines), est de mise non seulement en LGC mais en Littérature française, par l’apport de méthodologies et l’emprunt de concepts aux sciences sociales, par l’étude comparée de leurs textes avec ceux de la littérature, voire par l’étude de textes dont le statut n’est pas prédéterminé :

  • dans les thèses de Littérature française sur les rapports des récits non fictifs à la littérature, sur les liens de l’histoire et de la littérature (par exemple, thèse sur les mémoires de Jean-Louis Jeannelle25), de l’anthropologie et de la littérature (par exemple la thèse sur Leiris et Levi-Strauss de Vincent Debaene26).
  • au concours du CAPES de Lettres modernes : la bibliothèque d’oral des commissions se voit enrichie de textes de Lévi-Strauss, de Morin, etc.

43Par ailleurs, la transdiciplinarité est de mise depuis une quinzaine d’années dans des séminaires qui réunissent Littérature française et LGC. S’il s’agit toujours de proposer une réflexion sur le littéraire et les notions qui permettent de le penser, ce ne sont pas seulement les discours sur d’autres disciplines qui sont convoqués, mais ces disciplines elles-mêmes, en tant qu’elles peuvent informer ce qui est de l’ordre du texte ou de l’inscription :

  • le séminaire « Paysages » de Michel Collot à Paris 10 puis à Paris 3 au centre de recherches « Écritures de la modernité » fait intervenir des universitaires de la discipline comme des urbanistes, des professeurs de l’école du paysage, des philosophes, des architectes, et bien sûr des écrivains. Le programme de M. Yinde Zhang sur « Paysage et littérature (Chine/Occident) » rejoint la même problématique.
  • le séminaire du groupe Phi dirigé à Rennes 2 par E. Bouju se propose de faire l’examen critique de notions utilisées dans la modélisation théorique de la littérature, en particulier touchant au vocabulaire de l’éthique. Le volume L’Engagement littéraire paru aux PUR récemment fait intervenir des philosophes, des comparatistes, des « francisants ». On retrouve ces problématiques dans l’une des équipes de l’UMR 7171, « Écritures de la modernité », à Paris 3.
  • le séminaire « Organismes : représentations du corps interne » organisé par Hugues Marchal et Anne Simon (UMR 7171 et Paris 3) fait intervenir philosophes, historiens des sciences, du droit, de l’art, et littéraires de tous bords pour observer l’histoire des représentations, ses causes et ses implications.
  • 27 Op. cit., p. 14.

44Bref, il semble, dans ces travaux menés de conserve ou parallèlement, que les frontières entre les disciplines s’estompent, voire se dissolvent, tant les sujets, les approches théoriques, les intérêts, sont les mêmes. Le renouvellement des champs d’étude, l’appel à des discours scientifiques empruntés à d’autres disciplines marquent également la Littérature française et la LGC. Dans ce mouvement, on observe un déplacement des discours de légitimation et donc de la représentation qu’ont les enseignants-chercheurs de leur discipline : la légitimité de la Littérature française comme discipline ne repose plus sur le seul objet qu’est la littérature française, ni sur la seule question de la littérarité ; celle de la LGC se dissocie d’un corpus plurilingue, élément éludé dans la définition de la discipline que donne l’avant-propos aux Perspectives comparatistes27. Il ne s’agit pas là de négligences ou d’omissions, mais d’un moment instable dans la définition et la circonscription des disciplines qui témoigne de leur dynamisme, au détriment des nomenclatures et des cloisonnements.

Notes

1 Daniel-Henri Pageaux, « Le Comparatisme selon Marcel Bataillon », dans Perspectives comparatistes, Paris, Champion-varia, 1999 (journées d’étude du CERC de décembre 1995), p. 19-39.

2 Littérature comparée. Théorie et pratique, textes réunis par André Lorant et Jean Bessière, Paris, Champion-varia, 1999.

3 Perspectives comparatistes, études réunies par Jean Bessière et Daniel-Henri Pageaux, Paris, Champion-varia, 1999.

4 Le Comparatisme aujourd’hui, textes réunis par Sylvie Ballestra-Puech et Jean-Marc Moura, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille 3, 1999.

5 RLC, n° 298, avril-juin 2001.

6 RLC, octobre-décembre 2004.

7 Denis Mellier, « Polarités et généralité : de quelques figures contemporaines de la circulation Europe/Amérique en littérature et au cinéma », RLC, octobre-décembre 2004, p. 467-484.

8 Ibid.

9 Op. cit.

10 La Traversée des thèses : bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle, sous la direction de Didier Alexander, Michel Collot, Jean-Yves Guérin et Michel Murat, Presses de la Sorbonne Nouvelle, avril 2004.

11 Didier Souiller, Wladimir Troubetzkoy, Manuel de Littérature comparée, Paris, PUF, 1997.

12 Ibid.

13 Jean-Louis Backès, La Littérature européenne, Paris, Belin, 1996.

14 Francis Claudon, Les Grands Mouvements littéraires européens, Paris, Nathan, collection « 128 », 2004.

15 De l’Europe en littérature. Création littéraire et culture européenne au temps de la crise de l’esprit (1918-1939), Genève, Droz, 2002.

16 La Fiction de l’Occident, Paris, PUF, 1999 (Thomas Mann, Franz Kafka, Albert Cohen).

17 Le Roman des quêtes de l’écrivain. Dijon, EUD, 2004 (D’Annunzio, Gide, Joyce, Rilke, Mann).

18 RLC, n° 311, juillet-septembre 2004.

19 Pascal Dethurens, op. cit., p. 306.

20 Bulletin de la SFLGC, Printemps 1992, p. 29.

21 L’Éclatement des genres au xxe siècle, sous la direction de Marc Dambre et Monique Gosselin-Noat, Paris, PSN, 2001.

22 Op. cit., p. 153-169.

23 RLC « Les Parallèles », n° 298, avril-juin 2001, p. 295-304.

24 Perspectives comparatistes, op. cit., p. 309.

25 Vies majuscules : mémoire, discours historique et récit de soi, une enquête sur le genre des mémoires au xxe siècle. Thèse dirigée par Antoine Compagnon à Paris IV, soutenue en 2003, texte imprimé et microforme.

26 Les Deux livres de l’ethnologie : l’ethnologie française au xxe siècle, entre science et littérature. Thèse dirigée par Antoine Compagnon à Paris IV, soutenue en 2004, texte imprimé.

27 Op. cit., p. 14.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search