Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « amis belges »

 | 
Paul Dirkx

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : Manifeste du Groupe du Lundi (Bruxelles, Imprimerie Van Doorslaer, mars 1937)

1« MANIFESTE

2Il est apparu à quelques écrivains, composant le Groupe du Lundi, que la situation présente des lettres belges réclame une prompte et nette mise au point.

QU’EST-CE QUE LES LETTRES BELGES ?

3D’abord en ce qui concerne la définition même de ces lettres.

4Une opinion tend en effet à prévaloir qui attribue à l’ensemble des œuvres littéraires produites en Belgique le caractère d’une littérature nationale, au sens complet, particulier et indépendant de cette expression. On prétend représenter notamment les auteurs belges écrivant en français comme constituant un groupe spirituel autonome, foncièrement distinct de l’ensemble des auteurs français, la communauté de langue n’établissant entre ceux-ci et ceux-là qu’une relation tout extérieure. Ainsi se justifierait, dans la vie de nos lettres, un état d’esprit essentiellement particulariste, incarné dans des constitutions et des hiérarchies, fondé sur la recherche et le développement systématique de nos singularités, sur le culte jaloux de nos lacunes, sur la méfiance envers les influences étrangères. Il semble que le mot d’ordre de la Jeune Belgique : « Soyons nous-mêmes [sic] », mot d’ordre qui, dans son sens individuel et positif, est la devise de toute création artistique, soit compris de plus en plus par certains dans un sens collectif et négatif. De plus en plus ce mot d’ordre ambigu couvre une habitude de sentir et de penser en groupe, suivant des formules faciles.

5Une telle conception des lettres belges constitue, à notre avis, une erreur radicale.

LITTÉRATURE ET NATIONALITÉ.

6S’il est vrai, d’une part, que les faits géographiques et psychologiques au milieu desquels nous vivons ne sont pas sans agir d’une manière assez caractéristique et constante sur le tempérament et l’activité de nos écrivains ; s’il est vrai, d’autre part, que l’indépendance politique de la Belgique constitue pour nos lettres, à travers diverses circonstances morales ou pratiques, un facteur notable de “localisation”, il tombe sous le sens que les conditions essentielles de la création littéraire ne sont pas différentes dans notre pays de ce qu’elles sont dans n’importe quel autre pays de langue française.

7L’éducation générale, l’atmosphère spirituelle, les moyens d’information et de formation, le mode de constitution et d’expression des idées, le goût esthétique, le sentiment artistique à l’égard des œuvres anciennes et nouvelles – la culture, en un mot – sont pour un écrivain de langue française vivant en Belgique, du même ordre que pour son confrère parisien, breton, canadien ou suisse. Non seulement la communauté de langue crée entre notre littérature française et celle des Français un rapport de ressemblance bien plus important que les dissemblances nées de la géographie physique et politique. Mais les hasards de l’histoire, le voisinage, les relations spirituelles, le caractère éminemment universel et attractif de la culture française ont réduit au minimum, entre les littératures des deux pays, les nuances de la sensibilité. À meilleur titre encore que la Suisse de Ramuz ou le Canada de Louis Hémon, la Belgique de Maeterlinck et de Baillon fait partie intégrante de cette entité, indépendante de toutes les frontières, qu’est la France littéraire.

8La preuve c’est qu’il n’existe aucun aspect de notre littérature, aucun auteur, aucune œuvre s’y rattachant qui ne puissent être aisément situés dans la perspective de [sic] littérature française. Rodenbach annonce le symbolisme ; Verhaeren, Mockel et Van Lerberghe s’en réclament ; Giraud et Séverin [sic] se rattachent au Parnasse contemporain ; Van Hasselt et Pirmez sont des épigones du romantisme. Et aujourd’hui encore, ne pourrait-on pas situer la plupart de nos écrivains en évoquant par exemple le surréalisme, le réalisme magique, le populisme, etc. ? Une des conséquences de cette constatation, c’est qu’il est absurde de concevoir une histoire des lettres belges de langue française en dehors du cadre général de [sic] lettres françaises. Toute tentative faite au mépris de cette évidence aboutit fatalement – on a pu s’en convaincre à plusieurs reprises – à des résultats éminemment arbitraires, parfois ridicules et toujours inexacts.

LES MŒURS ET L’OPINION LITTÉRAIRE.

9Une « littérature belge » libérée du souci de se tenir au niveau de la littérature française et en contact avec elle – naturellement plus abondante, plus variée, plus riche en talents – tendrait aussitôt à se répéter et à se rétrécir. De là, chez nous, cette prédilection pour les sujets rebattus, les idées reçues, les techniques usées, le pittoresque superficiel et les sentiments conventionnels ; de là cette paresse, en un mot, qui devient fatalement la loi d’un petit milieu où la notoriété est rapide et peut être indéfiniment conservée à peu de frais.

10Le danger des campagnes en faveur du livre belge et des écrivains belges, campagnes qui partaient à coup sûr d’un louable sentiment, a été de mettre l’accent sur le mot “belge”, dans l’expression écrivains belges, alors qu’il aurait dû être mis sur le mot “écrivain”. Il a semblé qu’il suffisait dans notre pays qu’un écrivain fût de nationalité belge pour qu’automatiquement l’estime et la considération lui fussent dues, sans compter les appuis officiels. Dans une [sic] grand pays, au sein d’une littérature dont le rayon est ample, cette illusion serait inconcevable. Ses conséquences sont malheureusement déplorables ; la louange systématique, l’esprit de camaraderie vulgaire, l’égalitarisme grossier et son corollaire, l’horreur de toutes les indépendances, de toutes les originalités et de toutes les supériorités, la tendance au grégarisme – maux fort communs il est vrai dans toutes sociétés d’artistes – sévissent tout particulièrement en Belgique, et y conspirent à abaisser la fonction de l’écrivain au niveau d’une agréable manie dont toutes les victimes peuvent être confondues dans la même indifférence. Vus de Bruxelles, par les yeux du public, tous les écrivains belges s’équivalent grosso modo. Rien de plus funeste que cette confusion doublée d’un préjugé.

11Chez nous comme ailleurs, il convient de le proclamer, les conditions du phénomène esthétique se traduisent par de très grandes différences de qualité entre les artistes. En particulier, il y a de grands et de petits écrivains belges, des originaux et des banaux, des notables et des négligeables. Si, en principe, par suite de la relativité du goût, il n’est pas possible de fonder ces distinctions sur un accord universel, il n’en est pas moins vrai que certaines échelles de valeur, reconnues exactes in-globo par tous les bons esprits, peuvent, en pratique, être dressées. Cela se manifeste à l’étranger par des nuances très nettes dans les relations littéraires. En Belgique, les écrivains authentiques sont mis sur le même pied que les cacographes et les apprentis. La vie littéraire se réduit chez nous, d’une part à une pompe académique, respectable en soi, mais sans aucune autorité fondée sur des noms et des œuvres, et d’autre part à un associationnisme puéril, où l’on voit l’amateur coudoyer l’homme de métier et la mauvaise littérature faire pièce à la bonne. Ajoutons à cela un gérontisme tellement obstiné que des écrivains belges de soixante ans et plus, salués ailleurs comme des maîtres, font encore figure dans leur propre patrie de quasi débutants, quotidiennement raillés et discutés.

12Enfin, au nombre des motifs de l’anarchie et de la vulgarité qui caractérisent nos mœurs littéraires, il faut compter l’absence d’un grand travail critique qui aurait pu dissiper les malentendus et mesurer les distances, aussi bien dans les lettres du passé que dans celles d’aujourd’hui.

LA QUESTION DU RÉGIONALISME.

13On a abusé de l’épithète régionaliste, en l’appliquant à des livres qui, s’ali-mentant à des sources d’observation fournies par la réalité concrète d’un lieu déterminé, étaient cependant parfaitement viables sur le plan universel. Ce n’est pas parce que Mauriac, Chateaubriant [sic], Verhaeren et Krains découvrent des problèmes humains dans le terroir bordelais, vendéen, flamand ou hesbignon qu’il est permis de ranger ces auteurs sous la même rubrique que tel conteur de sous-préfecture ou collectionneur d’ana cantonaux. De même, on peut admettre que le régionalisme, même pris dans un sens plus étroit, ait eu un rôle à jouer dans nos lettres à la fin du siècle dernier, époque où s’inaugurait dans notre pays l’art moderne du roman. À l’origine d’une tradition romanesque, il est possible qu’une certaine reviviscence du conte populaire soit à souhaiter. Mais un tel avantage passager de l’esprit de terroir ne saurait faire oublier les dommages que cet esprit a causés à nos lettres depuis qu’on a prétendu le hausser au rang d’idéal esthétique et ériger ses représentants en modèles incomparable [sic].

14Autant il est naturel que la littérature qui s’inspire de la vie régionale exerce sa fonction de divertissement local et d’exercice préparatoire, à la limite de l’art et du folklore, autant il est dangereux de réduire l’activité littéraire à cette défense et illustration des particularités géographiques. Dans l’ordre psychologique, le moindre fait qui puisse intéresser l’écrivain digne de ce nom, c’est le fait humain. Dans l’ordre intellectuel, le moindre cadre qu’il puisse accepter, c’est l’ensemble d’une culture. La prédilection pour le régionalisme au sens étroit du mot est sans contredit l’une des anomalies qui empêche [sic] notre littérature de revêtir l’aspect qui lui convient et de tenir la place qu’elle mérite au sein des lettres françaises.

15Charles Bernard, Hermann Closson, Hubert Dubois, Paul Fierens, Marie Gevers, Michel de Ghelderode, Eric de Haulleville, Franz Hellens, Pierre Hubermont, Arnold de Kerchove, Grégoire Le Roy, Georges Marlow, Charles Plisnier, Robert Poulet, Camille Poupeye, Gaston Pulings, Marcel Thiry, Henri Vandeputte, Horace Van Offel, René Verboom, Robert Vivier.

16Bruxelles, le 1er mars 1937. »

Annexe 2 : liste des agents littéraires belges en France (1944-1960)

171. Adam, George (1908-1963)

182. Alechinsky, Pierre (1927)

193. Bauchau, Henry (1913)

204. Bauthier, Frédéric (1900-?)

215. Beck, Béatrix (1914)

226. Beerblock, Maurice (1880-1962)

237. Bonmariage, Sylvain (pseud. de Sylvain Bonmariage de Cercy, 1887-1966)

248. Bosquet, Alain (pseud. d’Anatole Bisk, 1919-1998)

259. Bruyr, José (1889-?)

2610. Campion, Léo (1905-1992)

2711. Castelot, André (pseud. d’André Storms, 1911)

2812. Charles, Géo (dit Géo-Charles, 1892-1963)

2913. Cohen, Gustave (1879-1958)

3014. Colin, Gerty (1921)

3115. Crommelynck, Fernand (1886-1970)

3216. Daem, Odiel (1907-1956)

3317. De Becker, Raymond (1912-1969)

3418. de Beucken, Jean (pseud. de Jean Jacob de Beucken, 1905-vers 1984)

3519. de Boschère, Jean (pseud. de Jean de Bosschere, 1878-1953)

3620. de Kerchove, Arnold (pseud. d’Arnold de Kerchove d’Ousselghem, 1906-1979)

3721. de Keyser, Édouard (1883-1974)

3822. Demasy, Paul (pseud. de M. Paulus-Demasy, 1884-1960)

3923. Denoël, Robert (1902-1945)

4024. Derycke, Gaston (alias Claude Elsen, 1913-1975)

4125. Dermée, Paul (1886-1951)

4226. Desmarest, Marie-Anne (1904-?)

4327. de Swarte, Madeleine (1887-1952)

4428. de Vivier, Marie (pseud. de Marie-Joséphine Jacquart, 1899-1980)

4529. de Waleffe, Maurice (pseud. de Maurice Cartuyvels de Waleffe, 1874-1946)

4630. Divoire, Fernand (1883-1951)

4731. Dumont-Wilden, Louis (1875-1963)

4832. Dutilleul, Georges-Marie (?-?)

4933. Englebert, Omer (1893-1991)

5034. Feyder, Vera (pseud. de Jacqueline Federman, 1939)

5135. Fontainas, André (1865-1948)

5236. Francis, Ève (1896-1980)

5337. Ganzo, Robert (1898-1995)

5438. Gérôme, Raymond (1920-2002)

5539. Gilbert, Oscar-Paul (1898-1973)

5640. Goossens, Ferdinand (?-vers 1949)

5741. Goriely, Benjamin (pseud. de Venjamin Gorelyj, 1898-1986)

5842. Goriely, Eva (pseud. de Eva Kowalska, 1909-1962)

5943. Guissard, Lucien (1919)

6044. Haumont, Marie-Louise (1919)

6145. Hautier, Raoul (1897-?)

6246. Hellens, Franz (pseud. de Frédéric Van Ermengem, 1881-1972)

6347. Hennequin, Maurice (?-?)

6448. Henneuse, Armand (1901-1976)

6549. Jourat, Stéphane (?-1995)

6650. Juin, Hubert (pseud. d’Hubert Loescher, 1926-1987)

6751. Jurdant, Louis-Thomas (1909)

6852. Kanters, Robert (1910-1985)

6953. Lacour, José-André (1919-2005)

7054. Lambrichs, Georges (1917-1992)

7155. Léger, Théo (1912-1982)

7256. Libert, Jean (1913)

7357. Losfeld, Eric (1923?-1979)

7458. Maeterlinck, Maurice (1862-1949)

7559. Mallet-Joris, Françoise (pseud. de Françoise Lilar, 1930)

7660. Marceau, Félicien (pseud. de Louis Carette, 1913)

7761. Marion, Denis (pseud. de Marcel Defosse, 1906-2000)

7862. Masui, Jacques (1909?-1975)

7963. Michaux, Henri (1899-1984)

8064. Miguel, André (pseud. d’André Van Vlemmeren, 1920)

8165. Miguel, Cécile (1921-2001)

8266. Nizet, Alfred-Gérard (1899-1993)

8367. Norge (pseud. de Georges Mogin, 1898-1990)

8468. Nothomb, Paul (1913)

8569. Ozeray, Madeleine (1908-1989)

8670. Pascal, Yves (pseud. de Mme Georges Kevers, ?-?)

8771. Philipe, Anne (pseud. de Nicole Fourcade, 1917-1990)

8872. Plisnier, Charles (1896-1952)

8973. Poulet, Robert (1893-1989)

9074. Prévot, Gérard (1921-1975)

9175. Prist, Paul (1882-1953)

9276. Purnal, René (1898-1970)

9377. Raine, Jean (1927-1986)

9478. Rochefort, A.-Henry (1893-?)

9579. Rolin, Dominique (1913)

9680. Rolin, Gabrielle (1927)

9781. Rosny jeune, J.-H. (pseud. de Séraphin Justin Boex, 1859-1948)

9882. Ruet, Noël (1898-1965)

9983. Ruth, Léon (1875-?)

10084. Ruyters, André (1876-1952)

10185. Schakovskoy, Zinaïda (1906-2001)

10286. Serge, Victor (pseud. de Victor Kibaltchich, 1890-1947)

10387. Seuphor, Michel (pseud. de Ferdinand Berckelaers, 1901-1999)

10488. Simenon, Georges (1903-1989)

10589. Soumagne, Henri (pseud. de Henri Wagener, 1891-1951)

10690. Spaak, Claude (1904-1989)

10791. Steeman, Stanislas-André (1908-1970)

10892. Sternberg, Jacques (1923)

10993. Storms, Gabrielle (pseud. de Gabrielle Castelot, 1888-1963)

11094. , Haroun (1914)

11195. Tchou, Claude (1923)

11296. t’Serstevens, Albert (pseud. de Lucien-François t’Serstevens, 1886-1974)

11397. Van Hirtum, Marianne (1935-1988)

11498. Van Melle, Joseph (vers 1885-?)

11599. Van Rysselberghe, Maria (pseud. de Maria Monnom, 1866-1959)

116100. Vautel, Clément (pseud. de Clément Vaulet, 1875-1955)

117101. Wallaert, Marguerite (1884-1965)

118102. Watteau, Monique (pseud. d’Alika Lindbergh, 1929)

119103. Werrie, Paul (1901-1974)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540