Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « amis belges »

 | 
Paul Dirkx

Introduction

Texte intégral

Objet et objectifs

  • 1 Cf. Pivot 1968, p. 84-86.

1Si le silence est une arme redoutable dont le critique use et abuse1, il devient une arme de négation massive quand il frappe l'assise institutionnelle de toute une littérature. Les structures nationales et centralisées de l’univers littéraire français sont parmi les principaux déterminants d’une vision qui autorise ce silence, spécialement quand il s’agit d’une littérature étrangère en langue française. On est fondé à parler de « francisation » pour désigner les effets annexionnistes d’un regard qui ne sait pas assez à quel point il est construit, d’autant moins qu’il s’appuie sur une tradition qui se veut généreusement universaliste. Mais, plutôt que d’interpréter cette « francisation » comme le produit d’une rhétorique plus ou moins pensée que l’on prête normalement aux milieux littéraires parisiens, on gagnerait à considérer que ces milieux sont habités de motivations très diverses et, partant, à envisager leurs discours comme des pratiques qui s’enracinent dans des logiques hétérogènes à analyser.

  • 2 Cf. les recherches de Renée Balibar et de Jacques Dubois depuis les années 1970.

2Afin d’y contribuer, ce livre examine les textes qui, parus dans la presse littéraire française de 1944 à 1960, se rapportent à la Belgique et, plus particulièrement, aux écrivains belges. Est « écrivain belge » toute personne qui, ayant publié au moins un texte littéraire, a été « littérarisée » en Belgique au moins pendant sa scolarité. Par « littérarisation », on entend la socialisation littéraire d’une personne avant son éventuel accès au métier littéraire proprement dit (que l’on peut alors appeler sa « littérarisation secondaire »). Cette formation à un système de codes reconnus comme littéraires dans un espace social donné passe en premier lieu par la famille, l’École et les médias2. La notion de littérarisation permet de voir, entre autres choses, qu’un écrivain belge de langue française n’est pas un écrivain français et que son confrère de langue néerlandaise n’est pas un écrivain néerlandais. Mais il faudra revenir sur les qualificatifs « français » et « néerlandais », éminemment ambivalents quant à eux, puisque désignant chacun indifféremment une langue internationale et une nation particulière.

  • 3 En 1944-1960, l’expression « pays francophone » peut encore s’appliquer à la Belgique, étant enten (...)

3Les articles de presse étant considérés comme les produits de pratiques discursives, l’objectif consistera à y déceler les principes de sélection, de classement et d’évaluation des productions (littéraires) belges. Les résultats de cette enquête militeront en faveur d’une meilleure prise en compte de la dimension internationale des pratiques littéraires en France, pratiques généralement coupées de ce qui a cours dans d’autres pays francophones, telle la Belgique3. Il s’agira aussi de stimuler l’analyse des enjeux symboliques et matériels qui sous-tendent les relations littéraires franco-belges (franco-suisses, etc.). Pareille perspective autorise une approche à la fois comparative et spécifique des divers patrimoines littéraires en question et aussi des groupes qui sont à leur service. En ce sens, les questions d’histoire littéraire que suscite l’objet choisi sont intimement liées à des interrogations relevant de l’histoire des intellectuels et de la sociologie de la culture et de la littérature.

  • 4 Cf. Lambert 1983 et 1990.
  • 5 « On rougit presque de rappeler qu’“une littérature, c’est l’ensemble des ouvrages écrits dans une (...)

4L’expression « productions littéraires » renvoie à cette approche pragmatique, sociohistorique et internationale. Elle sera souvent préférée à « littérature », terme trop monolithique pour s’appliquer adéquatement à une réalité stratifiée, et terme surinvesti, en ce qu’il suggère l’existence d’un « génie » (ou « esprit », « âme », etc.) d’une nation corrélé à celui d’une langue4. Au moins jusque vers 1980, la recherche belge francophone souscrivait majoritairement à la thèse de la congruence entre littérature (française) et langue (française5). Quant aux agents littéraires, écrivains, critiques, etc., en inscrivant leur travail dans un cadre encore et toujours moins international que national (voire, dans le cas de la Belgique actuelle, « communautaire »), ils s’emploient, souvent malgré eux, à politiser leur art. Il ne saurait être question ici d’y contribuer.

Des enjeux vitaux

  • 6 Sur ce moule identitaire, voir Thiesse 1999.

5Chaque nation projette sur les autres le moule identitaire dont elle-même est issue6, mais dont elle a refoulé le caractère transnational. Elle enferme ainsi chacune de ces rivales dans une image plus réductrice encore que celle où elle s’enferme elle-même et où elle croit pouvoir puiser une « identité » supérieure. En ce qui concerne la France, ce sont d’abord ses grands concurrents européens qui ont fait les frais de ce travail cognitif. Mais les « petites nations » n’y ont pas échappé. Si tout est fait pour ancrer dans les faits et dans les esprits la dichotomie entre « grands » et « petits » et pour minimiser le poids international de ces derniers, c’est que leur simple existence, moins « évidente », est un rappel permanent de l’arbitraire des principes qui fondent les « grands ». À travers une panoplie de schématisations historiographiques et politologiques, les « petits » sont rélégués au rang de faire-valoir des « grands » en tant que restes du processus « naturel » de constitution des « véritables » États-Nations, bien faits pour justifier les principes expansionnistes de ce processus. Leur statut de « petites nations » est ainsi essentiel aux « grandes nations », lesquelles ont besoin de le réaffirmer sans relâche. On peut dire ainsi que la Belgique et, dans une moindre mesure, la Suisse sont les « petites nations » de la France.

  • 7 Cf. Francillon (s.l.d.d.) 1996-1999.
  • 8 Voir Quaghebeur 1997a
  • 9 Cf. les travaux de nombreux historiens contemporains (notamment Lode Wils, Jean Stengers, Jo Tolle (...)
  • 10 Cf. Klinkenberg 1981.
  • 11 Léopold III 2001, p. 58 et 227 (propos datant de 1944).

6Ces deux-là ont un inconvénient supplémentaire. Même si leur histoire politique moderne a cherché à « corriger » le tir, avec moins de réformes pour la Confédération helvétique7 que pour la fédération belge, leurs fondements s’avèrent réfractaires à certains principes légitimes de construction de l’État8. Dans le cas de la Belgique, les spécificités générées par une histoire irréductible aux grands récits dominants9 ont conduit, après l’indépendance de 1830, à certaines originalités institutionnelles en matière politique et culturelle. Mais, elles-mêmes formées au jeu paneuropéen des couples d’oppositions identitaires, les élites au pouvoir ne réussiront jamais à dépasser le stade des échafaudages binaires. Ainsi, elles souscriront à la plupart des principes administratifs imposés sous Napoléon. Dans le domaine culturel, leur opération de revalorisation du « passé national » par le biais des arts et des lettres sera fondée sur une représentation toujours plus affirmée de soi comme « mélange » de « civilisation latine » et de « culture germanique ». Surévaluant la composante flamande du pays à travers un « mythe nordique » promu dans la seule langue française10, elles ne prêcheront guère que les convertis et échoueront à faire adhérer à leur projet, de manière durable, un éventail suffisamment large et diversifié de groupes sociaux. Et leurs réformes successives ne résisteront jamais longtemps aux schématisations plus conformes à l’idéologie de l’État-Nation des ethnonationalistes flamands, wallons ou panfrançais. Les contre discours purificateurs de ces derniers auront tôt fait de détricoter ce qu’avaient tissé laborieusement des esprits eux-mêmes formés à la vulgate continentale. Même les intellectuels les plus lucides seront enclins à sacrifier aux réflexes que commande l’orthodoxie identitaire. Et jusqu’à la tête de l’État, la Belgique sera considérée comme un « État tampon » « biculturel » où, depuis « des temps reculés, Flandre et Wallonie ont partagé des destinées associées par les mêmes intérêts11 ».

  • 12 Thiesse 1999, p. 143.
  • 13 Bussière 1992, p. 5.
  • 14 Voir, e.a., Corbier 1992 et Agulhon 1992.
  • 15 Voir Elias 1990 [1939] et Heilbron 2006.

7Ce mélange identitaire atypique suscite en France, assez systématiquement, l’image d’un voisin du Nord à la fois proche et éloigné, familier et étrange. À pareille nation « apparemment aussi dépourvue d’un passé propre12 », la curiosité française semble préférer des nations à l’« identité » plus « forte ». L’indifférence relative de la France à l’égard de la Belgique apparaît ainsi comme le répondant de sa position dominante, et d’abord en tant que parangon de l’État-Nation. Cette position affecte la plupart des discours scientifiques français sur la Belgique. Il y a une dizaine d’années, les travaux français consacrés à l’histoire de la Belgique contemporaine étaient encore « très rares13 », situation qui semble avoir peu évolué. Les sciences sociales ne démentent pas la tendance. Le désintérêt est encore plus grand en dehors de l’univers scientifique. Dans les médias, par exemple, l’on semble condamné à redécouvrir inlassablement et toujours rapidement cette terre saturée de clichés projectifs. Le discours (médiatique, scolaire, etc.) se ressent d’autant plus de la position dominante française qu’il concerne la culture, c’est-à-dire un domaine où la France bénéficie d’une concentration exceptionnelle de ressources liée à la centralisation de son espace géographique14 et à la centralisation, que sert la première, de son espace social, durablement marqué par l’académisation et la curialisation des esprits depuis Richelieu15.

  • 16 Voir Stengers 2000, p. 206-215 et 227-228.
  • 17 Cf. Popelier 2003.
  • 18 Lequin (s.l.d.d.) 1988, p. 336.
  • 19 Jacques Rougerie (s.l.d.d.), Jalons pour une histoire de la Commune de Paris, Assen, Van Gorcum, 1 (...)
  • 20 Sur les violences antibelges, voir Lequin (s.l.d.d.) 1988, p. 389-401, Lentacker 1974, p. 197217 e (...)
  • 21 Voir Ministère des Affaires étrangères [...] Dossier 53 : Belges, associations belges, biens et in (...)

8Il y a dans l’indifférence française une part de dénégation du système d’atouts dont dispose la Belgique et qui la rendent capable de préserver, tant bien que mal, sa survie entre Paris, Londres, Amsterdam et Berlin. Son indépendance même fut et reste regardée en France comme incompatible avec les « frontières naturelles » de la nation16. Surtout sous le Second Empire, mais pas uniquement, la société française, dans un nombre plus ou moins élevé de ses composantes, a eu tendance à développer des attitudes critiques à l’égard de l’existence d’un État indépendant entre sa frontière Nord, d’un côté, et les Pays-Bas et l’Allemagne, de l’autre. Ce déficit de légitimité fondamentale encouragea les réactions hostiles à la Belgique et à ses ressortissants, dont on oublie trop souvent qu’ils formèrent la principale immigration en France pendant tout le xixe siècle17. Ce flux - de 38 à 50 % de la population étrangère selon les années – fit même douter les autorités belges de la nécessité d’acquérir une colonie, puisque le pays en avait « une à sa porte pour employer sa main-d’œuvre excédentaire18 ». En 1871, 4 % de la population parisienne avait la nationalité belge19. Entre 1890 et 1910, l’animosité, souvent devenue banale, prit la forme d’une véritable « belgophobie », variante d’une xénophobie dont l’affaire Dreyfus montrait alors l’ampleur nationale20. Dans la plupart des nombreux cas de violence répertoriés, c’est la concurrence déloyale de la part d’immigrés belges souvent sous-payés qui mit le feu aux poudres. En 1940, la capitulation du « roi félon » Léopold III devant les Allemands réactivera les tensions latentes entre populations locales et immigrés ou exilés belges, puis, dans l’après-guerre, la prétendue « attitude anti-française » sous l’Occupation de ces immigrés (notamment des cultivateurs belges exploitant quelque 10 000 km2 dans le Nord du pays)21.

  • 22 Willequet 1986, p. 303. Le rapport des forces politiques et militaires est, quant à lui, assez bie (...)
  • 23 Willequet 1986, p. 303.
  • 24 Verschave 1998, p. 143.

9Il convient aussi de ne pas perdre de vue les rapports de force économiques entre les deux voisins. À la veille de la Grande Guerre, la puissance belge « s’était hissée jusqu’au peloton de tête des grands intérêts mondiaux22 ». Que cette tête de pont de la révolution industrielle et du libre-échange sur le continent ait occupé au moins jusqu’à cette date une place de tout premier plan, renvoie à des enjeux et des rapports de rivalité d’une intensité généralement sous-estimée. En outre, l’« implacable inimitié23 » avait été aggravée par la victoire de la Belgique de Léopold II sur la France dans la course-poursuite à la conquête de territoires en Afrique centrale. La première sera toujours pour la seconde – l’idée inverse étant plus répandue – « une métropole européenne concurrente24 ».

  • 25 Voir Coolsaet 1987, p. 13 et 31-38.
  • 26 Dejonghe 1993.
  • 27 Voir, notamment, Van Welkenhuyzen 1983.
  • 28 Bussière 1992, p. 3 et 5.

10Les ambitions annexionnistes de la France n’ont donc rien d’imaginaire, ni de velléitaire. Elles furent, de 1839 à 1940, l’une des raisons d’être de la politique de neutralité belge, provisoirement remise en cause par l’accord militaire franco-belge de 192025. Après la reprise de la politique dite « des mains libres » en 1936 et la rupture des relations diplomatiques suite à la capitulation de mai 1940, le gouvernement de Vichy caressait l’espoir d’annexer la Wallonie en cas de paix de compromis ou de victoire anglaise26. Dans ce cas comme dans bien d’autres, le caractère exceptionnel de la guerre a contribué à transformer en anecdotes des faits relevant d’évolutions politiques qui la débordent amplement. Pendant la période étudiée ici, soit les années 1944-1960, l’attitude décisive à l’égard de l’indépendance belge fut sans doute celle de Charles de Gaulle qui, plutôt que de soutenir ouvertement une « Wallonie libre », préféra laisser œuvrer le temps et les Belges27. À l’inverse, les élites du royaume, au moins jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, se montrèrent toujours jalouses de l’indépendance nationale et sensibles aux opinions françaises pouvant affecter leurs intérêts, de plus en plus exclusivement économiques. Les responsables politiques belges, « hantés par la crainte d’un encerclement du pays par la France et de la perte de son indépendance », eurent à s’inquiéter durant tout l’entre-deux-guerres d’« une certaine tendance de nombreux milieux [financiers] en France à confondre la nature, les intérêts de la Belgique avec ceux de leur propre pays au point de refuser d’accepter l’idée d’une spécificité belge28 ». En dépit d’une certaine vision de l’Histoire à la mémoire courte, les rapports entre les deux nations, s’ils n’ont pas toujours relevé de l’amour-haine, semblent avoir été marqués constamment par une profonde ambivalence. « Nos amis belges » : cette formule, généralement spontanée, souvent sentie, hésite depuis deux siècles entre dénégation d’un conflit d’intérêts et antiphrase.

  • 29 Cf. Dumoulin et Hanotte 1987.
  • 30 La concurrence du livre belge gardera son caractère préoccupant après la signature de la Conventio (...)
  • 31 Rasmussen 1997.
  • 32 Parallèlement, il se trouvait politisé en Belgique et réduit à un universalisme panfrançais aux ac (...)
  • 33 La bande dessinée en fournit un autre exemple (voir Assouline 1996, passim).

11Comment l’objet culturel choisi ici s’inscrit-il dans ce contexte géopolitique concurrentiel aussi « bien connu » que peu étudié dans la diversité de ses déterminants29 ? L’épisode de la contrefaçon du livre français par l’édition belge, dont les années fastes se situent entre 1830 et 1845, donne une idée de l’ampleur internationale du manque à gagner symbolique que signifierait pour la France une industrie culturelle belge florissante30. Or, en matière de culture, les enjeux sont d’autant plus fondamentaux qu’ils touchent à la langue, terrain particulièrement miné car chasse gardée de la France qui la donne pour la base de son « unité » intérieure et de son « rayonnement » extérieur. Si la République n’a jamais cessé de se réclamer de la vocation universelle de la langue française, elle l’a toujours fait en pensant celle-ci comme langue de la France. Cette équivoque, essentielle aussi dans ses relations avec des pays non francophones, se loge dans l’adjectif « français » lui-même, lequel renvoie indistinctement à une nation et à une langue internationale. De cette langue, la France s’est toujours érigée en héritière légitime, en tant qu’aînée de l’église des nations. Et elle a toujours veillé à ce que les préséances divines, puis naturelles soient respectées, surtout lorsque des élites francophones non françaises, prêtant foi au mythe de l’universalité « française », s’estimaient en droit d’y prendre part en usant librement du français. Ainsi, entre 1890 et 1914, des scientifiques belges développèrent avec des confrères français notamment un internationalisme d’un type nouveau, que non seulement ils proposèrent comme idéal aux autres nations, mais dans lequel fut dévolu à la Belgique le rôle universaliste traditionnellement joué par la France31. Fondé sur le français comme langue de communication internationale, ce très ambitieux projet en voie de réalisation fut suspecté de nationalisme par une France jalouse du monopole des usages légitimes de l’idéal universaliste32. Cet exemple illustre le fait qu’une rivalité double, politique et spécifique, structure les discours franco-belges et belgo-français ressortissant aux domaines culturels où la langue joue un rôle à part entière33.

  • 34 Voir Zeldin 1978, p. 21-26 ; pour la période étudiée, voir aussi Gordon 1978.
  • 35 Sur les origines de l’universalisme français dans ses rapports avec la formation de l’État, voir E (...)
  • 36 Rivarol 1998 [1784], p. 27.
  • 37 Ce constat rejoint Meschonnic 1997.
  • 38 Rivarol 1998, p. 65 et 68.

12Mais si le conflit d’intérêts n’a que rarement tourné au conflit ouvert, c’est que la France a réussi à faire admettre, par delà 1789, l’idée d’une supériorité linguistique34 censée précéder, voire autoriser d’autres supériorités, intellectuelles, culturelles, politiques. Elle l’a fait en perpétuant une doctrine qui, bien rodée depuis Malherbe et Vaugelas, fut un des piliers de l’Ancien Régime35. Sa force consiste à couper la langue, socle de l’« identité française », de l’histoire réelle, non mythifiée, de son expansion et, partant, à la couper de l’histoire de l’expansion intérieure et extérieure de l’État français. Se trouve ainsi gommée l’arbitrarité du lien entre « français » (de la langue française) et « français » (de France), c’est-à-dire entre une langue internationale et une communauté nationale, cette langue recevant des propriétés immanentes (à commencer par sa « clarté ») supposées être à la fois les causes de son irrésistible universalisation et l’apanage d’un peuple élu. Aussi ce « franco-universalisme », fondé sur de telles contradictions, se caractérise-t-il d’abord par une capacité insuffisamment analysée à faire oublier son projet politique particulariste à travers l’allégorie linguistique. Un des traités les plus cités de cette doctrine, avant qu’elle ne devienne doctrinaire avec l’abbé Grégoire et ses successeurs, s’ouvre sur le programme suivant : « Le temps semble être venu de dire le « monde français », comme autrefois le « monde romain », et la philosophie, lasse de voir les hommes toujours divisés par les intérêts divers de la politique, se réjouit maintenant de les voir, d’un bout de la terre à l’autre, se former en république sous la domination d'une même langue36 ». L'on voit que la langue française fut profondément autonomisée bien avant Flaubert et Mallarmé. Et l’on voit aussi que la « clarté » française mit en place un discours obscur37 auquel son caractère performatif et son enracinement mental donneront force de loi. Le « génie français », dans le même mouvement avec lequel il naturalisait les qualités de cette langue, effaçait le caractère politique du « bon usage » qu’il en avait fait au service de desseins hégémoniques, à l’intérieur, puis à l’extérieur de ses frontières. Même Louis XIV n’avait jamais eu d’autre préoccupation que civilisatrice : « Ce qu’un autre eût fait par politique, il le fit par goût », et, par conséquent, « c’est presque sans sortir de chez lui que le Français a étendu » sa langue38. Ainsi, au xxe siècle, les rapports de force culturels entre la France et d’autres régions de langue française ont été comme dissous dans une fiction qui travaille depuis très longtemps à les dénier et qui s’en trouve très bien reçue par l’ensemble des parties.

  • 39 Voir Parkhurst Ferguson 1991.
  • 40 Sur la « capitale-monde » qu’est Paris à la fin du xixe siècle, voir Charle 1998 ; sur les rapport (...)
  • 41 Les travaux qui portent sur ce sujet sont nombreux (Riesz et Porra (éds.) 1998, Fonkoua et Halen ( (...)
  • 42 Voir, pour le cas flagrant de la littérature en Afrique noire, Midiohouan et Koudoadinou 1998 et K (...)

13Enfin, de toutes les expressions culturelles que la France et le reste de la « francophonie » ont en commun, la littérature est sans doute la plus vulnérable à ce travail de dénégation. La langue y est non seulement matériau, mais enjeu de ce qui s’y fait de singulier ; non seulement enjeu, mais principale raison d’être depuis l’avènement, dans la France de la seconde moitié du xixe siècle, d’esthétiques textualistes devenues consubstantielles à l’émancipation même de la littérature. Qui plus est, cette émancipation s’est nourrie du franco-universalisme qui, depuis du Bellay, tient les lettres pour la plus haute expression de la langue française et, partant, pour l’incarnation d’un modèle de civilisation destiné à s’exporter39. Enfin, ces deux arts produisant tant de fictions que sont la littérature et la rhétorique nationale étaient faits pour s’entendre. À plus forte raison dans une société centralisant d’abord dans les domaines politique et littéraire ses ressources matérielles et symboliques. À l’instar des relations littéraires entre la « capitale-monde » et la « province40 », les relations littéraires entre la France et les autres régions francophones reposent sur un déséquilibre unique au monde, déséquilibre matériel (appareil éditorial, etc.) et symbolique (Paris étant de surcroît la capitale des capitales littéraires41). Malgré une conscience répandue des inégalités littéraires, et même si ces inégalités évoluent et suscitent toujours plus d’alliances « interfrancophones », elles n’en demeurent pas moins relativement stables quant à leurs déterminants. La question de savoir dans quelle mesure les alliances font pièce aux forces d’inertie, ne doit pas faire oublier que, en dépit d’un contexte évoluant rapidement depuis la Seconde Guerre mondiale, voire à la faveur de ce contexte, la suprématie française n’a cessé d’inventer de nouvelles manières, souvent moins visibles et donc plus efficaces, de se perpétuer42.

  • 43 Groupe du Lundi 1937 (voir annexe 1). Sur les 21 signataires de ce manifeste, 3 font déjà partie d (...)
  • 44 Pour des exemples de « belgophobie » littéraire, voir Paque 1989, p. 137-140.

14Tout cela explique que des agents littéraires aussi exposés à la doxa franco-universaliste soient si nombreux à tenir des propos lénifiants sur la situation géolittéraire et à dépolitiser les rapports entre la France et ses émules « francophones ». On verra, dans les chapitres qui vont suivre, qu’il n’y a rien de plus déréalisé que les « relations littéraires franco-belges » vues par ceux-là mêmes qui, des deux côtés de la frontière, sont pourtant proches des fractions dominantes – rien de plus irénique et de plus reproducteur d’« amitié franco-belge ». Le refoulement peut aller plus loin encore. En mars 1937, un groupe d’écrivains belges, menés par quelques-uns des prétendants les plus actifs à l’autorité littéraire, plaident en faveur d’une réduction « au minimum » des « dissemblances » entre les deux pays voisins. Ils invoquent le bon sens (« communauté de langue » et donc homogénéité de la culture et de la littérature, etc.) contre une institution littéraire certes « respectable en soi », mais qui, contrôlée par les promoteurs d’une littérature nationale forcément « régionaliste », continue de leur échapper en partie43. Mais cette « France littéraire » en rupture avec la « littérature nationale » belge autorisait encore l’État belge. À plusieurs endroits de ce livre, on s’apercevra que la doxa de la « littérature française » peut aussi transformer la nationalité belge en un stigmate pur et simple44.

  • 45 Cf. l’anthologie Paris-Bruxelles, l’Annexion (1997).
  • 46 Michaud 1947, p. 236. La formation de contre-légitimités régionales entre Toulouse et Aix « se rap (...)
  • 47 Pasquier 1950, p. 62.
  • 48 Vanwelkenhuyzen 1930.
  • 49 Angelet s.d. [1995], passim.

15En somme, ce n’est pas un hasard si les réactions d’hostilité antibelge ont trouvé sur le terrain de la littérature l’occasion de s’exprimer avec le plus de constance et de diversité45. D’autant que les succès internationaux de la jeune institution littéraire belge ajouteront très rapidement la littérature à la liste déjà longue des terrains propices à la rivalité franco-belge. Mieux, la nouvelle dynamique littéraire donnera l’impression que, « à l’entour de 1880, le noyau de l’activité des lettres françaises se dédouble46 ». L’épisode du fauteuil que l’Académie française comptait offrir au lauréat du Prix Nobel 1911, à condition que celui-ci reniât sa nationalité belge, n’est pas une anecdote révélatrice d’un bras de fer passager, mais révèle tout l’enjeu de la compétition littéraire permanente entre les deux pays. Que Maurice Maeterlinck – et, ce qui est moins connu, Verhaeren, quelques années plus tard47 – ait pu se permettre de refuser ce qui ne se refuse pas, montre à quel point les rapports de force s’étaient modifiés. Cela rendait moins que jamais pensable l’élection sous la Coupole d’un Maeterlinck resté citoyen belge, porte-drapeau d’une littérature « française » rivalisant avec la seule et unique littérature française. L’indispensable francisation des grands écrivains francophones non français, c’est-à-dire leur « textualisation » comme condition d’accès au temple de la littérature « universelle » française, est une des formes les plus achevées d’une lutte littéraire franco-belge (franco-suisse, etc.) sans merci. Comme sur le plan politique, il s’agit pour les deux univers littéraires d’une question d’identité, c’est-à-dire de différence, donc de vie ou de mort (la vie de la littérature dominée étant plus proche de la survie que celle de la littérature dominante, laquelle, à l’inverse, a quelque chose de mortifère). En 1930, un critique belge notait que, au siècle précédent, « l’existence même de nos lettres était mise en question par nos sceptiques voisins48 » : de telles phrases sont rarement lues pour ce qu’elles signifient réellement. La littérature est certes le carrefour de tous les discours sociaux49 ou, plus exactement, la traductrice infidèle de toutes les tensions sociales, mais, loin d’être un euphémisme, elle ne peut s’empêcher de réactiver régulièrement les antagonismes politiques, économiques, etc. qui les sous-tendent et qu’elle tend à transfigurer en temps normal.

Un nouvel ordre international

  • 50 Ainsi, alors que, le 16 décembre 1944, débute l’offensive von Rundstedt dans les Ardennes belges e (...)
  • 51 Sur la désaffection pendant la guerre d’une majorité de Belges pour la France, voir Struye 1945.
  • 52 Ory 1991, p. 65. Seront ainsi créés, vers 1949, un Comité permanent du livre français à l’étranger (...)
  • 53 Cf. Fierro 1991, p. 115.
  • 54 Cf. Ministère des Relations extérieures [...] Dossier 78 : Relations bilatérales Belgique-France ( (...)
  • 55 Voir Ginette Kurgan-Van Hentenryk in Bussière 1992, p. 3. Sur la politique extérieure des deux pay (...)
  • 56 Witte et Craeybeckx 1985, p. 382.

16Il faut encore dire quelques mots sur les deux dates qui délimitent ici cette problématique géolittéraire. La libération de la Belgique en septembre et de la France jusqu’au mois de novembre 1944 range les deux pays du côté des vainqueurs. Les relations entre univers sociaux homologues reprennent très vite leurs droits50. La fin de la guerre crée les conditions d’un nouveau rapprochement entre les deux pays où la domination culturelle gagne parfois en profondeur. Depuis le début du siècle, l’image d’une France idéalisée tend à masquer les mécanismes de cette domination chez un nombre croissant d’esprits (francophones). La débâcle de mai 1940 a provisoirement changé la donne51, mais du fait de l’envahisseur allemand (et de sa propagande antifrançaise), cette image est sortie renforcée de la guerre. Elle bénéficie également d’un contexte international fortement teinté d’angélisme européaniste, qui donne à la France l’occasion d’un aggiornamento de sa politique de « rayonnement ». De plus, le monde anglo-saxon touchant l’essentiel des dividendes de la victoire contre l’Allemagne et ses alliés, la France s’efforce de consolider ses stratégies culturelles sur le plan international. La problématique de ses rapports avec les autres zones francophones gagne à être analysée aussi à la lumière d’un conflit planétaire entre une langue universelle en perte de vitesse (notamment exclue des traités de paix de 1945) et une langue concurrente en pleine expansion, devenue instrument et enjeu principal des luttes intellectuelles de portée internationale. Ainsi, exemple parmi d’autres, c’est pour faire face à la suprématie de l’anglais qu’est fondée, en 1952 à Versailles, la Fédération des libraires de langue française. De même, le financement difficile d’une partie de la politique du livre jusqu’en 1956 contraste avec la réorganisation des plus rapides de la politique d’aide à l’exportation52. Cette dernière concerne spécialement la Belgique qui en demeure la première « cible » (la métaphore est d’époque, comme on verra) après l’avoir été, et de très loin, du début du siècle au moins à la Libération53. Les efforts portent sans doute d’autant plus sur le débouché belge que les deux pays, dès le lendemain de la guerre, voient le poids de leurs relations économiques (comparable, pour la France de 1955, au poids des échanges franco-britanniques) réduit du fait de l’internationalisation et surtout de l’européanisation des marchés54. Ces relations sont du reste assez tendues à un moment où, d’une part, la Belgique s’aligne, plus systématiquement que la France et que n’importe quel autre partenaire européen, sur la politique des libérateurs américains et où, d’autre part, prend forme le puissant Benelux55. Les relations franco-belges se trouvaient ainsi prises dans un écheveau d’intérêts plus complexe qu’avant la guerre. Aucun pays n’a signé autant de traités internationaux dans autant de domaines différents que le royaume de Belgique. Seul contre tous avant mai 1940, il abandonnait après la guerre des pans entiers de sa souveraineté aux nouvelles instances supranationales (ONU en 1945, OECE en 1948, OTAN en 1949, CECA en 1951, etc.) : « d’un extrême à l’autre56 ».

  • 57 Mabille 1986, p. 374. Cette institutionnalisation se fonde sur la fixation de la zone d’interpénét (...)
  • 58 Udding 1992 (étude aimablement signalée par Hedwig Cooremans). Pour un aperçu des sujets belges ab (...)

17Précisons la perception de la nation belge en France. Pour la deuxième fois en moins de trente ans, l’existence même de cette nation a été remise en cause. Outre que le Reich a réussi à compromettre le ciment monarchique de son unité, il a à nouveau instauré, comme en 14-18, une bipartition fondée sur les deux « Gemeinschaften » (« Communautés ») ethniques « existantes ». S’appuyant ainsi sur « l’institutionnalisation des différences » en cours depuis le premier avant-guerre57 et apparaissant comme opposée en tout point à l’œuvre universalisante de la France, cette politique ne fera qu’encourager un nombre croissant d’agents culturels francophones à (ré)affirmer leur identité « française ». La plupart des « mouvements wallons » (essentiellement les organisations socialistes et libérales), provisoirement plus actifs que leur homologue flamand discrédité (et largement catholique), reprochaient aux élites du Nord d’avoir une lourde responsabilité dans le désengagement de la Belgique des accords militaires avec la France, dans la montée du fascisme et, sous l’Occupation, dans la « Flamenpolitik » menée en faveur, notamment, des prisonniers de guerre flamands. Or, les manifestations de cette francophilie, à commencer par les Congrès nationaux wallons à partir de 1945, suscitent une attention toujours plus vive en France. Vu de Paris, le petit voisin du Nord est plus divisé qu’avant la guerre (« querelle linguistique », « question royale » de 1944 à 1951 et « guerre scolaire » dans la seconde moitié des années cinquante). C’est ce que donne à lire la presse, y compris, on le verra, la presse littéraire. Et ce n’est donc pas un hasard si, au plus fort de la crise royale, une partie des quotidiens français, dont Le Monde, envisagent l’hypothèse de la disparition du pays, contrairement à leurs homologues britanniques par exemple58.

  • 59 Sur l’importance de 1960 dans cette guerre et dans l’histoire de la France, voir Droz et Lever 198 (...)
  • 60 Voir notamment Girault et Frank (s.l.d.d.) 1988.

18Le terme de 1960 correspond à une instabilité nationale non moins grande (inversion accélérée des déséquilibres économiques entre le Nord et le Sud, grève générale de l’hiver 1960-1961 contre les mesures d’austérité de la « loi unique », revendications fédéralistes des « mouvements wallons » qui inspirent un « mouvement flamand » renaissant, fin abrupte du Congo belge, etc.). Le tournant des années 1950 marque le début de la fin de l’État unitaire. Quant à la France, qui prend alors conscience que les « événements d’Algérie » constituent en réalité une guerre, elle vient d’entrer dans une nouvelle période politique et socio-économique avec l’instauration du régime gaulliste. 1960 correspond aussi à la naissance du Mali, après la perte plus ou moins annoncée de l’Indochine (en 1954), de la Tunisie, du Maroc (tous deux en 1956) et de Madagascar (1958), et avant celle de l’Algérie (1962), dernière pièce maîtresse de l’ex-Empire59. Tous ces changements ont précipité l’évolution de la vision légitime sur les pays (partiellement) francophones, sur fond de tiers-mondisme naissant. Parallèlement, consciente du déclin de son hégémonie60, la France met en place de nouvelles structures de coopération ayant pour effet d’institutionnaliser sa prépondérance au sein de la communauté « francophone ». Dès 1961, seront créés le ministère français de la Coopération, dont l’action restera centrale jusqu’à nos jours, et l’Union africaine et malgache, embryon de la future Francophonie. La même année est lancée une autre institution éminemment politico-culturelle, l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française. Et si les nouvelles élites non européennes revendiqueront un rapport plus participatif à la langue et à la culture françaises, elles le feront généralement en laissant intactes l’association mécanique de la langue française à la France et la croyance en sa vocation universelle.

  • 61 Pour la France, voir Sapiro 1999 ; pour la Belgique, Jans (s.l.d.d.) 1975 et Quaghebeur 1997b.
  • 62 Klinkenberg 1981.
  • 63 Dirkx 1999, Bourdieu 1998 et Casanova 1999.

19Sur le plan littéraire, la Libération a ouvert dans les deux pays une période de redistribution des enjeux et de transformations des conditions de production, souvent préparées avant la guerre61. D’un point de vue international, les productions littéraires en langue française, dans toutes leurs dimensions (écriture, édition, diffusion, évaluation, etc.), continuent de dépendre plus ou moins directement des pratiques et des modes de légitimation littéraires qui prévalent à Paris. Les effets exceptionnels de la quasi-autarcie littéraire engendrée par la guerre et encouragée par l’occupant soucieux d’isoler la Belgique de la France sont rapidement balayés (sauf, on le verra, dans le domaine des institutions théâtrales). La normalisation des relations littéraires franco-belges s’opère d’une manière vécue comme naturelle. Ce que l’on a appelé la « phase centrifuge » (1920-1960), située entre une « phase centripète » (1830-1920) et une « phase dialectique » (1960-)62, semble enjamber la guerre. Mais ce dernier schéma, devenu classique, doit sans doute être réévalué à l’aune des rapports de force franco-belges qui le déterminent et qui n’ont pas encore été suffisamment explorés. Car les « forces centripètes » et les « forces centrifuges » ne trouvent pas leur principe au sein de la configuration littéraire où elles se manifestent, mais dans la structure de relations entre les deux espaces littéraires, elles-mêmes tributaires, au même titre que la langue française, d’une constellation plus internationale (francophone), voire mondiale63. Chacune des trois phases indiquées correspondrait alors à un faisceau d’effets structuraux de la domination française sur un nombre plus étendu (« centrifuge »), moins étendu (« centripète ») ou plus ou moins étendu (« dialectique ») de pratiques littéraires francophones en Belgique. Ce faisceau étant stratifié, mouvant et travaillé par des mutations externes encore insuffisamment articulées par les historiens, l’on renoncera ici à penser en termes de « phases ». Il paraît préférable de dire que, entre 1944 et 1960, un ensemble de facteurs nationaux et internationaux sont susceptibles d’avoir accentué les effets matériels et symboliques de la suprématie littéraire française en donnant toujours plus « raison » à ceux qui, de part et d’autre de la frontière, étaient enclins à promouvoir une culture et une littérature pan-françaises. Les chapitres que l’on va lire en donneront de multiples indices convergents. Citons d’ores et déjà l’exemple des agents belges qui, tendant à maximiser leurs chances de reconnaissance, s’insèrent plus que jamais physiquement dans les milieux littéraires français (parisiens).

  • 64 Klinkenberg 1981, p. 48. Pour des contributions récentes au débat sur la périodisation littéraire, (...)
  • 65 Cf. Biron 1995, p. 309-396. Paraissent moins spécifiques à la situation belge le nouvel engagement (...)

20Quant au terminus ad quem de 1960, il n’est ni fortuit, ni entièrement fondé – l’essentiel étant, ici aussi, de ne pas verser dans une périodisation désincarnée ou établie « pour des raisons symboliques64 ». Un ensemble de changements, que des historiens de la littérature enregistrent pour voir en 1960 une borne plus ou moins claire, redéfinissent vers cette date certains critères de production littéraire en français dans les deux pays. En France, le roman poursuit son expansion en opposant aux interrogations du « Nouveau Roman » sur lui-même l’autobiographisation de la matière romanesque, tandis qu’un néo-avant-gardisme incarné par Tel Quel transmet à la critique littéraire une posture intellectuelle liée aux ruptures structuralistes. En Belgique, l’innovation aurait changé de stratégies : décrochage sans précédent par rapport à ce qui s’invente à Paris, identification plus décomplexée mais à la fois ironique à la Belgique, etc.65. Autant d’hypothèses intéressantes qui demanderaient néanmoins à être rapportées à l’ensemble de chaque production littéraire et aux relations littéraires franco-belges (francophones). Parmi les changements, il en est aussi, et non des moindres, qui ont un impact direct sur la presse littéraire, par exemple la perte relative de légitimité de la littérature au profit des sciences humaines, l’explosion du livre de poche et des moyens de communication audiovisuelle, la montée des magazines hebdomadaires créés dans les années 1950 et la transformation consécutive des fonctions de la critique. Tous ces facteurs, qui concourent à la réfraction des mutations politiques, économiques et culturelles dont les principales ont été citées plus haut, se surdéterminent mutuellement jusqu’à faire de 1960 une date qui marque aussi une transition dans l’évolution de la presse littéraire.

Des obstacles à franchir

  • 66 Boschetti 1985, p. 12.
  • 67 Simonin 1994, p. 10.
  • 68 Cf. Aron et Beyen 2003.

21Il y a à peine vingt ans, les années 1944-1960 constituaient en matière de littérature française une période que l’on connaissait encore mal dans son ensemble66. La remarque valait également pour l’ensemble de l’espace intellectuel en France, la première moitié des années cinquante étant encore moins bien lotie que le reste de l’époque étudiée67. La lacune est loin de s’être résorbée. Quant à l’histoire des intellectuels en Belgique, tant francophones que néerlandophones (il n’est presque jamais question de leurs relations), elle ne se développe que depuis le début des années 199068. Cette évolution récente s’explique en partie par le renouveau des études des lettres belges francophones depuis la décennie précédente, plus attentives désormais à la place de l’écrivain et de son œuvre dans la société qui les a vus naître. Mais, malgré leur renouveau, les années 1944-1960 apparaissent toujours comme les parentes pauvres de ces études.

  • 69 Cf. Kesteloot 1971 [1963], Tougas 1973, etc.
  • 70 P. ex. Delsemme 1984, qui approfondit Vanwelkenhuyzen 1930.
  • 71 Voir Trousson (éd.) 1984 et Frickx (éd.) 1990.

22Un deuxième obstacle à la présente étude concerne les rapports entre espaces littéraires français et belge qui, à l’image de ce qui a déjà été dit à propos d’autres domaines, n’ont généré jusqu’à présent qu’un nombre limité de recherches d’une certaine envergure. Le plus souvent, les travaux existants présentent, parfois sur le mode anecdotique, certains aspects isolés de ce qu’il est convenu d’appeler les « relations littéraires franco-belges ». Ils décrivent les phénomènes en termes d’« échanges littéraires » plus ou moins symétriques et désintéressés. Afin de rendre à ces « interactions » leur épaisseur, il faut d’abord souligner qu’un de leurs principaux soubassements est le fait que ces « interactions » n’en sont pas vraiment, c’est-à-dire qu’elles se donnent en permanence pour telles. Comme on le voit pour d’autres dimensions de la littérature (par exemple, les genres ou le rapport entre l’écrivain et son texte), les études littéraires se fient trop volontiers aux apparences lisses et désocialisées que leur objet donne de lui-même. Car les relations littéraires ne correspondent pas tant à ces « relations littéraires » dont nous parlent les écrivains et les critiques littéraires ou universitaires (et, dans une certaine mesure, la littérature comparée) – relations à peu près bilatérales, iréniques et essentiellement intertextuelles – qu’à des rapports de force. Dans le cas qui nous occupe ici, les études qui privilégient un (grand) auteur français dans ses rapports avec la Belgique (Hugo, Mallarmé, Rolland, Claudel, etc.), sacrifient pour la plupart au topos de l’« amitié franco-belge », enfermant ainsi la curiosité du chercheur dans une série de questionnements conventionnels et consensuels. À partir de 1960, l’intérêt de chercheurs, notamment belges, pour les productions littéraires francophones en Afrique a contribué à appréhender les relations dans l’espace littéraire francophone en termes de modes de domination symbolique69. En ce qui concerne les relations franco-belges, les années 1980 ont vu s’affirmer les recherches visant à mieux en cerner certains aspects récurrents70, voire à insérer ceux-ci dans un schéma descriptif tenant compte, la plupart du temps de manière timide, des processus de hiérarchisation71. Mais si certains travaux échappent à la tendance à l’atomisation et au discours convenu, les tentatives d’élucidation des causalités et enjeux sous-jacents aux « relations littéraires franco-belges » demeurent rares.

  • 72 P. ex. les notes corrosives prises par Baudelaire entre avril 1864 et juillet 1866 et publiées sou (...)
  • 73 Voir, e.a., Delsemme 1984 et Aron 1990.

23C’est l’observation des faits et non l’un ou l’autre parti pris méthodologique qui amène à se distancier d’approches qui, postulant l’existence de relations littéraires franco-belges sans histoires et donc sans Histoire, se mettent trop à l’unisson des discours qu’elles étudient. À moins que l’objet choisi ne s’y prête guère72, le poncif relativiste de l’amitié bravant les décennies grâce aux « affinités naturelles » ou « culturelles » imprègne de nombreuses études. C’est d’autant plus vrai que ces études portent fréquemment, en s’y mirant, sur la littérature canonisée qui, souvent associée à certaines institutions, à commencer par les académies, n’est pas sans rappeler l’affabilité imperturbable des relations diplomatiques. Sans nier le fait que l’évolution des pratiques littéraires francophones en Belgique est structuralement liée à ce qui se produit en France, force est de constater que la « communauté de langue », la « proximité », etc. ne fondent aucune homologie nécessaire et encore moins nécessairement simultanée. Si communauté il y a, il s’agit d’une communauté d’intérêts qui suscitent rivalités ou émulations, voire alliances vécues sous la forme d’affects, à commencer par l’« amitié ». Articulés autour du parti pris heuristique de l’« amitié », les présupposés de la doxa franco-belge (franco-canadienne, etc.), qui se renforcent mutuellement en donnant l’impression d’une cohérence qui ne demande plus d’explication, entravent non seulement l’étude des objets relevant de ces relations, mais leur construction même. Y compris et surtout quand ces relations sont vécues par les agents belges eux-mêmes sur le mode de l’amitié sincère, amitié qui parfois, dans les secteurs dominés des avant-gardes, profite autant, voire davantage à leurs homologues français73.

  • 74 Biron 1995, p. 14 et Klinkenberg 1981, p. 35. Un moment décisif a été la publication de Quaghebeur (...)
  • 75 Voir la liste de ces agents pour les années 1944-1960 en annexe 2. Citons Décaudin 1990, Aron 1989 (...)

24Quant aux recherches qui tiennent compte des bases sociohistoriques de ces relations, elles tardent à prendre la voie de l’histoire sociale de la littérature francophone en Belgique. Celle-ci, « à peine connu[e] » en 1995 (et « totalement inexistante » au début des années 1980), a pu rattraper depuis une partie du retard74. Rien de tel pour l’étude des logiques sociales qui sont pourtant au fondement des relations littéraires entre la France et un pays « francophone » comme la Belgique, et qui, à ce titre, agissent sur la vie littéraire dans ces deux pays. Un obstacle majeur est sans doute le fait que toute recherche menée dans ce cadre bute toujours contre le caractère national (voire « communautaire », dans le cas de la Belgique) de l’organisation et du financement de la recherche scientifique. Ceci aide à mieux comprendre, entre autres, pourquoi l’immigration en France de centaines d’agents littéraires belges depuis le xixe siècle n’est guère étudiée75, même si les histoires littéraires donnent souvent l’impression du contraire.

  • 76 « Comme tout Français qui vient à Bruxelles [...] j’ai à peine l’impression d’être à l’étranger. C (...)
  • 77 Heinich 1996, p. 13.
  • 78 Andrianne 1983, p. 50 et Klinkenberg 1981, p. 34.
  • 79 Citons Doutrepont 1938, Van Severen 1950 et les études sur Victor Hugo en Belgique de José Camby, (...)
  • 80 Pichois 1957, Deschamps 1956 et Renouvin 1975.
  • 81 Dirkx 1990 et 1992.
  • 82 Klinkenberg 1983 et Andrianne 1986. Il faut aussi citer les travaux « imagologiques » de Hugo Dyse (...)

25Cette impression de transparence qu’inspirent assez généralement les « relations littéraires franco-belges » tient à la proximité physique et mentale de la France, à sa présence familière, quasi familiale et donc fortement doxique dans les processus de socialisation en Belgique, notamment de littérarisation. « Presque ma France », écrivait en 1853 le proscrit Victor Hugo en s’émerveillant devant ce petit royaume si proche de sa patrie. Le grand poète se leurrait, à l’instar de tant d’autres avant et après lui76. Ce sentiment de l’évidence, du déjà-vu, ce sentiment d’enfoncer des portes ouvertes est ce qui, du point de vue méthodologique, menace à tout moment une analyse comparative des deux pays. « Comprendre le pourquoi et le comment, la logique d’ensemble du système : c’est à cette condition que le "ça va de soi" de la connaissance intime par la familiarité peut céder la place à l’étonnement de la découverte », a-t-on écrit à propos de l’analyse des itinéraires de femmes77, du reste similaires sous plusieurs rapports aux positionnements des dominés dans l’univers littéraire francophone. Nombreux sont les travaux qui avancent telle ou telle hypothèse sans y donner suite, comme si le lecteur avait les moyens de la vérifier de lui-même, en interrogeant un certain bon sens. Parfois, on peut lire que la question est entendue : le centralisme parisien est ainsi « bien connu et ne demande guère de description [...] Les conséquences littéraires [pour la Belgique francophone] en sont également connues » ; ou encore : les « tactiques de légitimation » de l’écrivain belge francophone « sont bien connues78 ». Cette difficulté à débanaliser ce qui paraît banal explique en grande partie l’absence d’analyses sociohistoriques des discours belges sur la France et français sur la Belgique. À signaler toutefois les études, anciennes pour la plupart, sur les témoignages d’exilés français dans la Belgique du xixe siècle79 ainsi que quelques investigations plus systématiques80. Plus rares sont les contributions où le discours est rapporté à ses déterminants historiques81. Enfin, certaines études ont été directement utiles au présent travail, même si, se limitant à l’analyse de la « rhétorique » du « discours parisien », elles ont une perspective intentionnaliste (« tactiques », « manœuvres d’annexion » ; « récupération », « condescendance bien parisienne », etc.)82.

  • 83 Marchetti 2002, p. 23. Mentionnons toutefois les travaux de Laurence Avinen et de Joseph Jurt.
  • 84 Cambron et Lüsebrink (s.l.d.d.) 2000, p. 5. Cf. Jean Touzot et Philippe Baudorre in L’Ecrivain jou (...)

26Enfin, troisième et dernier obstacle, après les problèmes de documentation et de méthode : la presse littéraire française demeure peu analysée dans sa cohérence interne. Alors que les spécialisations journalistiques sont le « terrain de recherche où la sociologie du journalisme a probablement le plus progressé dans l’Hexagone depuis les années 198083 », aucune étude d’ensemble n’existe sur la presse littéraire. Soit celle-ci est rabattue sur sa fonction évaluative et assimilée à une catégorie de la critique littéraire parmi d’autres, soit elle est intégrée dans la presse en général, dont l’étude des rapports avec la littérature, pourtant réputés fondateurs de la critique littéraire, « n’en est qu’à ses débuts84 ». En outre, cette presse occupe une position à cheval sur plusieurs univers à la fois et fait ainsi partie de cette catégorie d’objets impurs peu adaptés aux découpages disciplinaires. Si les monographies consacrées à l’un ou l’autre organe de cette presse se multiplient, la plupart d’entre elles n’abordent que par la bande les cadres qui ont façonné en profondeur leur objet.

Questions de méthode

27On peut maintenant donner un aperçu du corpus d’articles analysé et présenter ainsi quelques premiers principes de méthode. Viendra ensuite l’esquisse d’un cadre conceptuel qui permettra, dans une dernière section, de préciser les structures de la presse littéraire.

Le corpus

28L’objectif étant de porter au jour, dans un corpus de textes publiés en France, les principes de sélection et de classement d’une production littéraire étrangère, il a fallu choisir des supports qui fussent le plus ouverts possible à la diversité des auteurs, des esthétiques, des genres, etc. Afin de réduire le nombre de points de vue critiques, on ne s’est pas tourné vers les revues, mais vers les organes de ce qu’on appelle communément la « presse littéraire ». De par sa mission journalistique, celle-ci constitue, au sein de la presse périodique littéraire, un secteur moins programmatique ou, en tout cas, plus éclectique. Comme cette même mission journalistique est gênée par des « impératifs » politiques, religieux et économiques propres au fonctionnement de chaque rédaction, le choix s’est finalement porté sur plusieurs titres complémentaires et se partageant le gros du marché : Les Lettres françaises (désormais Les LF), Le Figaro Littéraire (Le FL) et Les Nouvelles Littéraires (Les NL).

  • 85 836 livraisons des LF du 9 septembre 1944 au 29 décembre 1960, 767 du FL du 23 mars 1946 au 31 déc (...)

29Le corpus englobe ainsi tous les textes (articles, recensions, enquêtes, entretiens, etc.) parus dans ces trois organes entre 1944 et 1960 et liés à la Belgique, par leur contenu et/ou par leur auteur, soit 987 unités pour Les LF, 969 pour Le FL et 809 pour Les NL. Parmi ces 2765 textes, la partie littéraire sera traitée prioritairement. La constitution de ce corpus s’est effectuée par un dépouillement de 2 420 livraisons hebdomadaires, soit quelque vingt mille pages au format quotidien85. Ce dépouillement, attentif à l’ensemble des signataires, des rubriques et des titres, a été particulièrement sensible à une liste ouverte de signifiants pertinents (« belge », « flamand », etc., certaines catégories de noms, etc.). N’a pas été négligé pour autant le contenu des textes non concernés à première vue, et d’abord des articles à caractère général (historico-littéraire, portant sur un genre ou un courant, retraçant une tendance artistique internationale, etc.).

30Une première partie du corpus regroupe tous les textes signés par des auteurs français, une seconde rassemble les contributions belges, ces deux parties étant informées par deux systèmes de conditions de production globalement différents. Dans chaque partie, les textes issus de rubriques littéraires ont été séparés des autres. Au sein du segment littéraire, la distinction entre textes littéraires et textes métalittéraires s’est ensuite imposée d’elle-même, et, parmi les seconds, on a pu instaurer un classement calqué grosso modo sur les sous-rubriques, classées selon leur degré d’information littéraire : le feuilleton, les articles de fond, les autres recensions (plutôt commerciales), les reportages, les entretiens, les enquêtes et, enfin, le reste du courrier littéraire. Le segment non littéraire, auquel l’enquête ne s’est intéressée que pour mieux éclairer le premier, a été découpé en fonction de l’univers culturel représenté (cinéma, peinture, etc.). Il a fallu réserver une place spéciale aux textes portant sur l’art en général, ainsi qu’aux textes non artistiques (analyses politiques, reportages scientifiques, évocations historiques, touristiques, etc.). Il en est allé de même pour certaines parties du courrier qui, tels les échos, ont un statut à part en ce qu’ils émanent directement de la rédaction et en disent parfois plus long qu’un article.

Corpus et corpus humanus

  • 86 Voir, p. ex., Segers 1991. Pour une discussion du problème de l’empirie en matière de littérature (...)

31La recherche empirique en matière de littérature – mieux acclimatée dans d’autres aires linguistiques sous le nom de « empirische literatuurwetenschap », « empirical study of literature », « empirische Literaturwissenschaft », etc. – insiste depuis longtemps sur le statut heuristique privilégié des publications périodiques. L’étude de ces supports révélerait de manière plus directe que beaucoup d’autres sources les préférences esthétiques, éthiques, etc. des critiques et des écrivains86. Les prismes de la fictionnalisation et de l’esthétisation n’étant pas constitutifs de cette production, les recensions, reportages et autres chroniques livreraient sous une forme plus dépouillée les contours du « programme » de la rédaction, des-criptible en termes de « normes », de « valeurs », de « modèles », etc.

  • 87 Cf. Boschetti 1994.
  • 88 Au sens où l’entendait Michel Foucault, p. ex. dans Foucault 1969 et 1971.

32Cette conception, certes féconde, cède encore à l’inhibition que les traditions textualistes font subir à la démarche empirique. Témoin bon nombre des travaux concernés qui considèrent le discours des périodiques comme une variante simplifiée d’un au-delà créateur plus ou moins inatteignable. Pareille conception revient aussi à négliger le fait que, plus que des machines à légitimer des « normes » d’écriture, les périodiques sont des agents littéraires à part entière, créateurs d’effets proprement littéraires qu’eux seuls sont à même de créer. Ils contribuent par exemple à produire, d’une manière tout à fait originale, les producteurs appelés « écrivains87 ». La même conception incite aussi et surtout à omettre la partie la plus cachée des structures qui sous-tendent le corpus métalittéraire sélectionné et, plus précisément, le fait que ces structures ne forment pas seulement un ordre discursif88, mais un ordre social (re)producteur d’un certain complexe de discours. Avant d’être instrumentalisées, par exemple dans le cadre d’études de réception, les publications périodiques gagneraient à être étudiées pour elles-mêmes, c’est-à-dire comme des institutions faisant partie d’un univers socioprofessionnel singulier, celui de la presse périodique. C’est à la lumière des logiques sociales, notamment discursives, propres à cette presse que le corpus livrera quelques-uns de ses secrets les mieux gardés et qu’il deviendra clair que l’analyse ne peut se contenter de dégager un schéma normatif, si cohérent et complexe soit-il.

  • 89 Even-Zohar 1978 et 1990.
  • 90 Voir Gross et Thomas (éds.) 1989.

33Ce n’est qu’en rompant avec la perspective sémiologiste de nombreuses études empiriques (notamment, on l’a dit, de celles relatives aux relations littéraires franco-belges) qu’on a pu donner une place adéquate aux auteurs des textes. On a ainsi pu observer que les signataires belges d’articles de la presse littéraire tendent à ne pas mettre en relief leur pays, voire à l’ignorer. Les approches systémiques de la littérature (essentiellement le formalisme russe et la théorie du « polysystème89 ») ont beau intégrer dans leurs analyses la notion de valeur et désenclaver certains secteurs de la production textuelle traditionnellement méconnus, il n’en demeure pas moins qu’elles ne permettent pas de rendre compte de telles pratiques d’autodévalorisation. Celles-ci, massivement attestées à toutes les époques90 mais jamais analysées, défient toute logique fonctionnaliste qui prête aux phénomènes sémiotiques des « besoins » et autres « comportements » métaphoriques, c’est-à-dire des causalités obscures.

  • 91 Bourdieu 2002 [1984], p. 207-221 (texte de 1980), p. 219 ; Viala 1988.

34La théorie des champs de Pierre Bourdieu permet d’échapper à la tentation anthropomorphiste. C’est qu’elle rapporte chaque discours à son auteur. Elle le fait en outre non pas en socialisant ce discours par un système de renvois à son « contexte », mais en montrant que sa production et ses usages, à commencer par ses lectures critiques, sont sociaux de part en part. Un « champ » (littéraire, politique, médiatique, etc.) peut être défini comme un réseau de relations entre des « positions » potentiellement occupées par des « agents » (corps individuels ou institutionnels). Chacune de ces positions est associée à un « capital symbolique » qui est l’accumulation de toutes les espèces de capital (économique, sociale et culturelle) de l’agent telles que les médiatisent les logiques (spécifiquement littéraires, politiques, etc.) du champ. La valeur de ce capital symbolique spécifique est déterminée par sa différence avec la valeur du capital lié à chacune des autres positions. Un tel système relationnel, différentiel et hiérarchisé constitue ainsi un champ de forces qui, à la manière d’un champ magnétique, agit sur et réagit à tout nouvel entrant. Sa dynamique est celle d’une lutte généralisée pour la « bonne » vision sur le champ et sur ce qui le justifie, lutte pour la « bonne » définition de sa loi fondamentale (« nomos »), de sa raison d’être qui fait de lui ce que les autres champs ne sont pas. Une telle lutte suppose une autonomie relative, c’est-à-dire suffisante pour neutraliser ou atténuer, en les réfractant à la manière d’un prisme91, les intrusions et les contraintes venant des champs politique, économique, etc. Par exemple, dans le cas du champ littéraire, c’est à qui définira de la manière la plus conforme au point de vue fondateur les propriétés du capital symbolique (les catégories de vision et de division esthétiques, etc.) qu’il est nécessaire de détenir pour ne pas se voir refuser de facto l’accès au champ. Comme l’enjeu originaire du champ entretient une lutte permanente et généralisée où chacun tend à attacher son nom à la définition légitime du jeu à coups de « prises de position » plutôt conservatrices ou plutôt novatrices (œuvres, manifestes, critiques, etc.), le champ de forces se double d’un champ de batailles. Il s’agit pour chaque agent, suivant la position qu’il occupe, de changer ou de laisser en l’état une situation où certaines prises de position sont mieux reconnues que d’autres, c’est-à-dire sont dominantes ou, autrement dit encore, valent à leurs auteurs plus de capital spécifique en raison de leur appropriation plus grande à la définition légitime de l’activité du champ.

  • 92 Sur les rapports entre habitus et champ, voir notamment Bourdieu 1980, p. 87-109.

35L’inclination à occuper telle ou telle position (et à évoluer vers d’autres positions formant avec le point de départ une « trajectoire ») ainsi que le sens de la « bonne » prise de position dépendent, d’une part, de la valeur que revêt dans le champ le capital accumulé par l’agent et, d’autre part, des « dispositions » à réagir au champ et à investir ce capital. Cet investissement repose sur la croyance selon laquelle le jeu vaut la peine d’être joué (« illusio ») et qu’il est intéressant d’y engager sa mise. Ce système de dispositions ou « habitus » est le produit intériorisé par l’agent de toutes ses expériences passées du champ, y compris avant son entrée dans celui-ci, à travers la famille, l’École etc. (ce qui est appelé ici, pour ce qui est de la littérature, sa « littérarisation »). Autrement dit, ces inclinations pratiques, ni conscientes, ni inconscientes, ni volontaristes, ni déterministes, s’acquièrent à la faveur d’une familiarisation avec ce qui structure le champ, c’est-à-dire par un travail de reconnaissance (au sens de découverte et d’acceptation) des possibilités susceptibles d’être offertes par le champ92. Ainsi, version incorporée des structures du champ, l’habitus est un système durable qui structure toute nouvelle prise de position, en se mobilisant au contact de la position et en s’ajustant au mieux à ses caractéristiques distinctives. Cet ajustement est aussi déterminé par le type de rapport au pouvoir qui travaille le champ, c’est-à-dire par sa position (dominée, s’agissant du champ littéraire) à l’intérieur du « champ du pouvoir », qui est l’espace des rapports de force entre les agents dominants des différents champs (politique, économique, littéraire, journalistique, etc.).

Autonomie et antinomie

  • 93 À ne pas confondre avec nationaliste, même si la crispation identitaire peut l’emporter dans certa (...)
  • 94 Bourdieu 1998, p. 14.

36Du fait qu’un champ se développe au sein d’un espace social national (avant d’éventuellement donner naissance, avec ses homologues étrangers, à un champ international), son fonctionnement revêt un caractère spécifique, national au sens premier du terme93. Cette spécificité permet d’intégrer dans l’analyse l’hypothèse d’une littérarisation nationale des agents ainsi que l’hypothèse corrélative de leur tendance à construire puis à animer un champ littéraire national, générateur d’un « habitus littéraire national94 ».

  • 95 Cf. Bourdieu 1958, p. 125.

37Comme de nombreux autres cas où l’existence d’une « littérature nationale » ne va pas de soi, le cas belge francophone (et, mutatis mutandis, néerlandophone) se singularise du fait que la littérarisation tend à reproduire des hiérarchies esthétiques, génériques, etc. définies en grande partie ailleurs, en France. Que l’École belge francophone n’impose aucun enseignement de la littérature belge francophone, fait que la propension à admirer la production française ne connaît guère de limites instituées ou, plus exactement, institue de fait cette propension. Dans le microcosme littéraire proprement dit, toute innovation étant tributaire de l’aval de Paris, les jeux sont, pour ainsi dire, déjà faits ou, du moins, sont joués sans grande conviction. Les écrivains sont prédisposés à n’attacher qu’un prix tout relatif aux jugements des instances de consécration locales, elles-mêmes sceptiques à l’égard de leur propre autorité. La tendance à s’exprimer d’une manière reconnaissable s’en trouve contrariée : ces écrivains ayant incorporé la nécessité plus ou moins grande de s’ajuster aux modèles français, ils oscillent entre identification totale et rejet au nom d’une originalité locale95. Si un nombre décroissant d’entre eux tendent à dénier ou combattre l’ampleur de la domination en surinvestissant la nation belge ou une entité régionale de rechange, un nombre croissant sont portés à ne plus voir l’histoire propre à force de s’imaginer appartenant à la « littérature française ».

  • 96 La revue La Jeune Belgique (1881-1897), parmi tant d’autres, tentait de résoudre cette contradicti (...)
  • 97 Que les déterminants de la genèse de la dynamique de champ en France divergent en partie de la sit (...)

38La littérature hexagonale, sinon en tant que littérature modèle, du moins en tant que pourvoyeuse de modèles, est ainsi un enjeu concurrent à l’enjeu fondamental que constitue la définition légitime des modes de vie littéraire autochtones96. Elle structure et stimule la vie littéraire francophone en Belgique en même temps qu’elle la déstructure et l’entrave. Autrement dit, elle perturbe sans cesse la production d’un nomos, d’une loi fondamentale imposant à l’ensemble des agents, au-delà de l’antagonisme de leurs prises de position, la croyance dans l’intérêt à s’investir dans un modèle littéraire local, de manière désintéressée par rapport à Paris. Les logiques hétéronomes qui, ici comme partout ailleurs, pèsent à tout moment sur l’écriture « pure » ne sont pas seulement économiques, politiques et religieuses, elles sont aussi et d’abord littéraires. Cette hétéronomie littéraire empêche l’émergence d’une dynamique de champ locale : il y a « du » champ en Belgique, partie du champ français, mais pas de champ belge francophone97. En somme, elle entretient un antinomos ou force juridique opposée incitant à s’investir dans un modèle universel « français ». Ce que l’on peut alors appeler l’antinomie ou coexistence de lois fondamentales concurrentes est ce qui délimite et, par conséquent, définit l’espace littéraire belge francophone, sans l’unifier, mais au contraire en l’écartelant entre un pôle « belge » et un pôle « français ».

  • 98 Durand et Winkin 1999, p. 65.
  • 99 L’hétéronomie littéraire génère ainsi des effets spécifiques parfois institutionnalisés, tel ce dé (...)
  • 100 Bourdieu 1985, p. 4.

39L’évolution de la littérature belge francophone depuis les années 1830 jusqu’à nos jours apparaît comme un long effort visant à créer les conditions d’une dynamique nomothétique, effort dont apparaissent comme « une occasion magnifiquement manquée » non seulement les audaces éditoriales des Albert Lacroix, Henry Kistemaeckers et autres Edmond Deman98, mais l’ensemble du mouvement de « renaissance » littéraire de la seconde moitié du xixe siècle. Cette évolution correspond à la guerre interminable des appellations (« littérature belge », « littérature belge de langue française », « littérature française de Belgique », etc.), indice parmi les plus emblématiques d’une autonomisation inachevée et d’un doute épuisant99. Et si l’on ne voit pas la fin de ces tentatives d’autonomisation, c’est que les agents littéraires, demeurant globalement « sous influence100 », sont voués à ne jamais se donner entièrement les moyens d’atteindre leur propre objectif.

  • 101 Sur les effets potentiellement stimulants de cette position sur l’écriture, voir certains travaux (...)
  • 102 Au sens que revêt le concept d’hétéronomie dans la théorie des champs, et non pas dans l’acception (...)

40Ce qui rend inconfortable la position de l’écrivain belge francophone est, bien plus qu’une « insécurité littéraire », forme spécifique d’« insécurité linguistique101 », un doute permanent sur son statut d’écrivain « français », c’est-à-dire sur ses limites existentielles sociales. Aux antipodes, la France littéraire est animée par une confiance pour ainsi dire hypertrophiée, car fondée sur une définition-délimitation de la littérature nationale comme littérature « française », c’est-à-dire sans frontières. L’illusion de son universalité semble justifier l’extension illimitée des frontières du champ des prises de position, tout en maintenant intactes, on l’a vu avec le cas idéaltypique de Maeterlinck, les frontières nationales du champ des positions (quelque peu codifié que soit par ailleurs le droit d’entrée dans un champ littéraire). Cette non-congruence entre les deux espaces génère une ambivalence dont le correspondant exact est l’ambivalence des stratégies littéraires belges vue ci-dessus. L’universalité étant perçue en France comme un idéal indépassable et les effets qu’elle produit étant toujours ressentis, en dernière analyse, comme positifs, l’ambiguïté d’une littérature qui ne connaît pas de limites et en même temps ne connaît que trop bien ses limites (nationales) n’y est pas de l’ordre du pensable, ni, a fortiori, ses effets néfastes en termes d’hétéronomie. Si, en Belgique, cette dépendance102 intervient à chaque endroit du circuit littéraire, elle apparaît comme inexistante ou en tout cas comme négligeable du point de vue français.

  • 103 Rivet 2002, p. 9.
  • 104 Cf. Bourdieu 1961, p. 117.
  • 105 Voir Bourdieu et Passeron 1970, p. 15-84.

41Il faut ajouter : plus ou moins négligeable en Belgique aussi, selon qu’on y a plus ou moins profondément intériorisé le point de vue français. Car le malentendu structural est aggravé du fait que la domination n’est pas qu’une simple affaire de coercition. De même que le couple colons-colonisés « ne coïncide jamais exactement avec le binôme maîtres et serviteurs103 », de même le couple plus général dominants-dominés ne participe pas, du moins dans ces pages, d’une conception manichéenne des rapports de force. Ce n’est pas tant, vérité de La Palice, que le dominant est toujours le dominé de quelqu’un et vice-versa, mais on observe qu’il n’y a aucune solution de continuité entre les deux termes. En effet, la domination semble ne pouvoir fonctionner qu’avec une certaine complicité du dominé, qui tend à ne plus en percevoir l’arbitraire et à en ressentir les effets sinon comme naturels, du moins comme fatals104. Aussi la domination se définit-elle comme la capacité à fixer les limites et les règles du jeu et à imposer son point de vue au dominé, dans un geste dont ce dernier est de moins en moins motivé à reconstituer les principes violents, c’est-à-dire dans un geste de violence méconnue comme telle (« violence symbolique105 »). La domination est une contrainte qui, passant largement inaperçue dans ses causes, n’a plus besoin de cynisme pour produire ses effets.

  • 106 De Gaulle 1960, p. 262. Il est, bien sûr, vrai que des échanges existent, et même que la France es (...)
  • 107 Comme l’écrit un responsable de la politique littéraire en « Communauté française de Belgique » : (...)
  • 108 Rivet 2002, p. 16.

42Si, dans l’espace belge francophone, la littérarisation est sensiblement déterminée par la France et le métier d’écrivain par le champ littéraire français, l’inverse n’est pas vrai : c’est cette asymétrie qui est la marque indélébile de la domination. Et rien ne sert d’atténuer un concept de domination mal compris en s’efforçant d’y découvrir, comme depuis quelques années, un jeu de donnant donnant. D’une part, ce que les agents belges (individus et institutions) perdent en énergie, ils le gagneraient en retour en bénéficiant des bienfaits (incontestables) de la « civilisation française ». Historiquement, cette idée est fausse, une « civilisation » en langue française s’étant développée en Belgique sur des bases partiellement spécifiques, irréductibles à celles de la « civilisation française ». D’autre part, pour citer un des frères du général de Gaulle, « naturellement, la France ne laisse pas de s’ouvrir, elle aussi, à tous les témoignages de l’art tel qu’il est pratiqué en Belgique » : il n’en est rien106, et spécialement dans le domaine de la littérature, où la récente disparition du seul canal spécifique de diffusion du livre belge francophone en France, « W + B diffusion », atteste la permanence d’un déséquilibre profond et qui parfois va en s’amplifiant107. Mais, même vraies, ces propositions ne justifieraient rien, ni, surtout, n’apprendraient rien sur des inégalités aussi considérables que difficiles à objectiver et qu’il s’agit ici – il convient de le répéter à toutes fins utiles – de contribuer à élucider. Bref, il ne revient pas à la recherche, « sous couvert d’objectivité, de donner des couleurs en demi-teinte [...] Pas plus qu’elle n’est blanche ou noire, la vérité n’est grise108 ».

  • 109 Voir Dirkx 1998a.

43À cette domination double, exercée par un pouvoir arbitraire au nom d’un projet arbitraire qui s’autoproclame universel, le dominé belge oppose, à défaut de s’y opposer, un nombre varié d’arguments, à commencer par le fait que son espace social jouit d’un statut de nation indépendante, au même titre que la France, ou encore que le véhicule de domination littéraire est une langue que l’on y écrit littérairement depuis plus de onze siècles, avant « la France ». De tels motifs de satisfaction freinent généralement la prise de distance favorable à l’analyse. Leur contrepartie, plus fréquente, est ce qu’on a qualifié ci-dessus d’« autodévalorisation » : inspirés par une vision plutôt unilatérale des rapports de force (littéraires), une majorité de commentateurs belges rejettent la responsabilité du déficit de reconnaissance sur leurs compatriotes ou, dans un geste qui se veut plus politique, sur la Belgique109. La propension à se culpabiliser semble inversement proportionnelle à l’attention accordée aux fondements de la domination.

Une presse littéraire fragile

44Tous ces éléments d’analyse sont indispensables à l’étude d’une institution comme la critique littéraire qui, dédiée à la définition de la « bonne » littérature, se donne pour mission de délimiter ce qui est littéraire par rapport à ce qui ne l’est pas. En évitant tout intentionnalisme ou déterminisme, ils contribuent à cerner les principes français (et belges, si l’auteur de l’article y invite) de perception et d’évaluation de la Belgique littéraire. L’objet d’étude est bel et bien un ensemble de pratiques discursives : le discours critique assigne une valeur, donc une position à un écrivain et à son texte.

  • 110 Après les pages littéraires, l’ordre et les proportions des rubriques (spectacles, beaux-arts, sci (...)
  • 111 Le personnel de la presse littéraire se recrute dans trois secteurs (presse, édition, critique spé (...)
  • 112 Les canaux de financement (hors ventes et recettes publicitaires) reposent sur une ou plusieurs en (...)

45C’est le même dispositif théorique qui permet de mieux saisir ces pratiques en les réinsérant dans l’ordre indissociablement discursif et social qu’est la presse littéraire. Le concept de nomos incite en effet à délimiter l’espace journalistico-littéraire non pas relativement à un système circulaire de besoins et de fonctions sémiotiques, mais en prenant en compte, d’une part, l’activité sociale unique qui le justifie dans son étendue et, d’autre part, la lutte pour la « bonne » définition de cette activité qui le fonde dans sa diversité. En ce qui concerne son degré d’autonomie par rapport au champ du pouvoir, il paraît relativement peu protégé des entreprises de captation à caractère politique, religieux, etc., menées entre autres à travers des prises de participation dans le capital des hebdomadaires. On verra, dans un premier chapitre consacré à la presse littéraire après la Seconde Guerre mondiale, que l’évolution des LF illustre sous ce rapport une dérive qui a fini par imposer à la rédaction une vision politisée de la littérature, notamment des rapports littéraires entre la France et la Belgique. On verra aussi, quant à ses rapports avec le champ journalistique, que cette presse a connu une autonomisation sensible depuis le lancement des NL en 1922, premier support non associé à un quotidien, ni physiquement, ni même rédactionnellement, à la différence des suppléments littéraires. À l’inverse, plusieurs facteurs créent des liens de dépendance considérables à l’égard de ce champ : l’application au domaine de la culture du principe généraliste de la presse quotidienne ; la nécessité de suivre l’actualité, donc d’avoir un rythme de parution soutenu, de hiérarchiser les rubriques110, etc. ; de nombreux principes rédactionnels et procédés de fabrication ; les modes de recrutement et de gestion du personnel111 ; dans plus d’un cas, ses modes de financement112 ; ses caractéristiques matérielles : qualité du papier, format, volume, mise en page, etc.

  • 113 Bourdieu 1992a, p. 170-181.

46Les rapports avec le champ littéraire sont également complexes. Ce champ se structure notamment autour de deux oppositions. La première est liée au volume du capital spécifique des agents, lesquels se déploient entre un pôle littérairement dominé (représenté par les avant-gardes) et un pôle littérairement dominant (incarné par les avant-gardes consacrées). La structure du capital, et avant tout la proportion entre sa part culturelle et sa part économique et sociale, correspond à une seconde opposition, entre un pôle temporellement dominé (où le principe interne d’autonomie littéraire est à l’honneur) et un pôle temporellement dominant (où l’on est vulnérable aux logiques hétéronomes externes d’ordre économique, politique, etc.). Cette opposition est au fondement de deux sous-champs, l’un « de production restreinte » (on tend à y produire de manière désintéressée, essentiellement pour les pairs), l’autre « de grande production » (discrédité, car subordonné aux attentes du grand public113). Le statut secondaire du texte littéraire dans les colonnes de la presse littéraire éloigne cette presse du pôle littérairement dominant, ainsi que du pôle temporellement dominé. L’impossibilité, liée à ses caractéristiques journalistiques, de faire la part belle à la création, la range dans la production métatextuelle, moins légitime que la production textuelle, et généralement à un niveau de la production métatextuelle où il est malaisé de prétendre à l’art de l’essai critique. Comme les hebdomadaires visent un public aussi étendu que possible, ils se déclassent davantage encore vers le pôle de la grande production où prévalent des logiques commerciales. Deux facteurs supplémentaires achèvent de fragiliser le statut de cette presse au sein du champ littéraire. D’une part, ses impératifs journalistiques, lesquels l’inscrivent aussi dans un autre univers, qui plus est aux logiques médiatiques peu compatibles avec les valeurs du sous-champ de production littéraire restreinte. D’autre part, la présence de rubriques non littéraires, qui non seulement est contraire à la pureté littéraire, mais induit une dépendance à l’égard d’autres champs culturels, représentés au sein des rédactions par des spécialistes issus de ces champs.

  • 114 Rien ne permet d’affirmer que l’on aurait affaire à un emploi archaïque du mot « littérature », re (...)

47D’autres facteurs semblent réduire encore une autonomie littéraire déjà peu développée. D’abord, la presse littéraire est amenée à importer des catégories et des principes de hiérarchisation de ce qui constitue sa principale source d’informations, le champ littéraire lui-même. C’est d’autant plus vrai que cette presse ne se contente pas d’informer, mais, revendiquant une place au sein de la critique, entend participer activement aux controverses littéraires. Cependant, il faut aussi inverser les rôles et voir que la presse littéraire, en raison du large intérêt qu’elle suscite dans le champ littéraire, intérêt croissant à mesure que l’on va vers le pôle de la grande production, est parvenue à y imposer à son tour des manières peu habituelles, largement « impures », de considérer la littérature, et d’abord de la (dé)considérer comme une « vie littéraire », avec ses polémiques spectacularisées, ses enquêtes et reportages centrés autour de la vie des écrivains, etc. Et ces derniers sont toujours plus nombreux à se faire les alliés objectifs de cette stimulation massive des logiques médiatiques déjà bien présentes dans le champ littéraire, en cherchant dans les hebdomadaires de quoi améliorer leur situation financière. Aussi ces organes de presse sont-ils une réalité perçue d’abord comme littéraire. Cela ne se remarque pas seulement à la place qu’y tient la littérature, au double sens de rang et de volume. Les agents littéraires eux-mêmes voient dans les « hebdomadaires littéraires » avant tout un ensemble d’organes d’information et de critique littéraires, à la suite de leurs fondateurs successifs qui, d’ailleurs, eurent soin d’afficher cette primauté dans leurs titres respectifs (Les Lettres françaises, Le Figaro Littéraire, Les Nouvelles Littéraires, etc.114). En outre, les principales rubriques des « pages littéraires », séparées de la suite du journal, sont rédigées par des spécialistes qui, la plupart du temps, ont eux-mêmes le statut d’écrivain (au moins dans le genre de l’essai critique) et dont la signature rappelle souvent d’autres publications littéraires, voire des collections littéraires.

  • 115 Cf. le sous-secteur de la critique théâtrale et musicale (voir Anglade 1999).

48Il existe ainsi entre les deux espaces, littéraire et journalistico-littéraire, une interdépendance symbolique, liée à une forte demande mutuelle de reconnaissance. Cet échange de bons procédés se convertit partiellement en intérêts économiques dans ces entreprises mi-symboliques, mi-commerciales que sont les maisons d’édition. Celles-ci sont les fournisseurs attitrés de livres et probablement les principaux acheteurs d’espace publicitaire. Mais, de ce fait, elles encouragent les tendances commerciales propres à chacune des rédactions, qui sont tentées de faire dépendre certains de leurs choix de certains intérêts éditoriaux. C’est ce qui explique que, à l’origine des informations, on trouve souvent des initiatives plus ou moins directes de maisons d’édition, du simple service de presse à un événement incitatif (salons, prix, etc.) en passant par la mise en place plus discrète d’une stratégie éditoriale articulée autour d’une thématique, d’une école, etc. et générant exclusivités, enquêtes et autres entretiens. Pareil ajustement se fait sans doute plus spontanément en cas de participation d’une maison d’édition au capital de l’hebdomadaire, tel celui des NL adossées à la librairie Larousse. On observe donc une interdépendance double, symbolique et économique, renforcée encore au sein des rédactions par certains agents « doubles » qui, juges et parties, sont à la fois critiques et auteurs, voire responsables éditoriaux dans des maisons d’édition115.

  • 116 Les institutions de la vie littéraire sont des instances, groupes ou lois (explicites ou non) « en (...)

49Cette double interdépendance, due, on vient de le voir, à des caractéristiques inhérentes à la presse littéraire, préserve la part restreinte d’autonomie de cette presse dans le champ. On a déjà signalé que le tournant des années 1950 ouvre une période de concurrence accrue avec les médias de masse. Or, tout donne à penser que, si les hebdomadaires littéraires déclinent pour disparaître après 1970, c’est à mesure que leurs alliés « naturels », les maisons d’édition, leur préfèrent d’autres canaux publicitaires. Toutefois, dans la période étudiée, la croyance dans le bien-fondé de la lutte pour la « bonne » définition du journalisme littéraire demeure relativement inchangée, voire s’affermit. Si le fonctionnement de cette sous-sphère journalistique et littéraire repose sur une autonomie fragile, ses supports sont assez diversifiés et son enjeu fondateur suffisamment attrayant pour susciter des aspirations fortes à s’y faire un nom, comme l’illustre amplement la période 1944-1960. On y reviendra dans le premier chapitre, et on verra à cette occasion que c’est précisément à ces quinze années que le concept de champ peut être appliqué avec le moins de risque de se tromper. Simultanément, et même si personne ne s’illusionne outre mesure sur la « pureté » de ses jugements, chaque organe fonctionne comme une institution de la vie littéraire116 qui participe pleinement à l’activité critique du champ. La fraction littéraire de sa rédaction, élargie à un certain nombre de collaborateurs réguliers, est un corps plus ou moins soudé autour d’une certaine idée de la littérature et de la critique littéraire.

  • 117 Les producteurs « produisent non pas – et en tout cas beaucoup moins qu’on ne le croit – par référ (...)

50Aussi est-il permis – à condition de ne pas galvauder les concepts (l’on voit « champ » littéraire toujours plus utilisé comme synonyme de « système » ou « domaine » littéraires, « position » comme synonyme de « place », etc.) – de décrire le réseau des hebdomadaires en termes de champ journalistico-littéraire et, partant, de poser une corrélation entre leurs prises de position et leurs positions respectives. Sans tomber dans l’illusion de l’unanimité rédactionnelle, où chaque prise de position refléterait fidèlement la position (ou, pire, les « normes ») de la rédaction, on observe que la ligne éditoriale se trouve très généralement respectée dans les articles qui lui ont été soumis, aussi bien sur le plan du contenu que du style, etc. Les auteurs tendent à tenir compte des attentes rédactionnelles telles que chacun d’entre eux se les représente, fût-ce en vue d’accroître ses chances d’être publié. Cette adhésion se développe à mesure que l’auteur est reconnu par le groupe qu’il reconnaît. Pour des raisons qui tiennent à un plus grand roulement des auteurs (à nouveau lié surtout à l’actualité et au rythme de parution), l’adhésion n’est pas celle qui caractérise les revues. Il n’en demeure pas moins que notre corpus atteste largement l’ajustement, plus ou moins spontané, des auteurs au point de vue de la rédaction, surtout dans ce que ce point de vue a d’impensé. Enfin, la cohérence entre pratiques discursives et position est renforcée du fait même que les hebdomadaires forment un système relativement autonome de différences : celui-ci assigne à chaque point de vue une expression d’autant plus tranchée ou, du moins, d’autant plus reconnaissable. Il conditionne cette expression par différence avec tous les autres117.

51Après le premier chapitre qui, on l’aura compris, n’a rien d’une entrée en matière où serait brossé un quelconque « contexte » (mot inapproprié), les trois périodiques seront analysés au cours des chapitres 2 à 4. D’abord entreront en scène Les LF, puis Le FL et enfin Les NL, selon l’ordre décroissant de leur légitimité journalistico-littéraire (Les NL étant le titre le plus « pur »). Cette analyse permettra d’affiner la trame des principes de perception de la Belgique littéraire, dans la mesure où, lui-même microcosme différentiel, chaque hebdomadaire les adapte à ses modes spécifiques d’évaluation et d’incitation à l’action (à la lecture des œuvres). Ouvrant la deuxième partie, dédiée à la portion belge du corpus, le chapitre 5 portera sur les pratiques discursives de vingt-deux collaborateurs belges réguliers. Un dernier chapitre, consacré au seul « correspondant pour la Belgique » de nationalité belge, celui des NL, Constant Burniaux, ainsi qu’au collaborateur belge privilégié de ce même hebdomadaire, Charles Plisnier, permettra d’enrichir les résultats obtenus.

52Ce livre est issu d’une thèse de doctorat soutenue fin 1996, une première fois à la Katholieke Universiteit Leuven (section « Langues et littératures romanes ») sous la direction de José Lambert et, une seconde fois, à l’Université de Paris-VIII (section « Littérature française ») sous la direction de Claude Duchet. Il devait être préfacé par Pierre Bourdieu, qui avait accompagné la phase de rédaction de la thèse. Il est dédié à sa mémoire.

Notes

1 Cf. Pivot 1968, p. 84-86.

2 Cf. les recherches de Renée Balibar et de Jacques Dubois depuis les années 1970.

3 En 1944-1960, l’expression « pays francophone » peut encore s’appliquer à la Belgique, étant entendu que celle-ci connaît des mutations culturelles rapides et que, de toute façon, elle n’a jamais été dans les faits une nation unilingue francophone, y compris dans le Sud. Voir von Busekist 1998.

4 Cf. Lambert 1983 et 1990.

5 « On rougit presque de rappeler qu’“une littérature, c’est l’ensemble des ouvrages écrits dans une même langue” » (Piron 1978, p. 127). Joseph Hanse déclarera en 1964 : « Il faudrait s’habituer à parler de “littérature française”, de “littérature française de Belgique” ou des “lettres françaises de Belgique” [...] La communauté de langue [...] crée une unité plus réelle que l’appartenance nationale » (Hanse 1964, p. 109). Sur la position, subtile et évolutive, de Hanse à l’égard de ce problème, voir Quaghebeur 1992.

6 Sur ce moule identitaire, voir Thiesse 1999.

7 Cf. Francillon (s.l.d.d.) 1996-1999.

8 Voir Quaghebeur 1997a

9 Cf. les travaux de nombreux historiens contemporains (notamment Lode Wils, Jean Stengers, Jo Tollebeek et Marnix Beyen) qui ne s’inscrivent pas pour autant dans la tradition initiée par Henri Pirenne.

10 Cf. Klinkenberg 1981.

11 Léopold III 2001, p. 58 et 227 (propos datant de 1944).

12 Thiesse 1999, p. 143.

13 Bussière 1992, p. 5.

14 Voir, e.a., Corbier 1992 et Agulhon 1992.

15 Voir Elias 1990 [1939] et Heilbron 2006.

16 Voir Stengers 2000, p. 206-215 et 227-228.

17 Cf. Popelier 2003.

18 Lequin (s.l.d.d.) 1988, p. 336.

19 Jacques Rougerie (s.l.d.d.), Jalons pour une histoire de la Commune de Paris, Assen, Van Gorcum, 1972, cité in Popelier 2003, p. 43.

20 Sur les violences antibelges, voir Lequin (s.l.d.d.) 1988, p. 389-401, Lentacker 1974, p. 197217 et Charle 1990, p. 101 et 132.

21 Voir Ministère des Affaires étrangères [...] Dossier 53 : Belges, associations belges, biens et intérêts belges en France ; frontaliers (octobre 1944 – juin 1949), 1986. Sur le mauvais traitement des réfugiés belges en France après la capitulation belge, voir Gérard-Libois et Gotovitch 1971, p. 115-117.

22 Willequet 1986, p. 303. Le rapport des forces politiques et militaires est, quant à lui, assez bien étudié pour certaines périodes (cf. Les Relations militaires franco-belges de mars 1936 au 10 mai 1940 1968).

23 Willequet 1986, p. 303.

24 Verschave 1998, p. 143.

25 Voir Coolsaet 1987, p. 13 et 31-38.

26 Dejonghe 1993.

27 Voir, notamment, Van Welkenhuyzen 1983.

28 Bussière 1992, p. 3 et 5.

29 Cf. Dumoulin et Hanotte 1987.

30 La concurrence du livre belge gardera son caractère préoccupant après la signature de la Convention franco-belge de 1852 mettant fin à la contrefaçon (Durand et Winkin 1996, p. 34).

31 Rasmussen 1997.

32 Parallèlement, il se trouvait politisé en Belgique et réduit à un universalisme panfrançais aux accents antigermaniques par les réseaux autour de l’Association pour la culture et l’extension de la langue française de Maurice Wilmotte.

33 La bande dessinée en fournit un autre exemple (voir Assouline 1996, passim).

34 Voir Zeldin 1978, p. 21-26 ; pour la période étudiée, voir aussi Gordon 1978.

35 Sur les origines de l’universalisme français dans ses rapports avec la formation de l’État, voir Elias 1990 [1939].

36 Rivarol 1998 [1784], p. 27.

37 Ce constat rejoint Meschonnic 1997.

38 Rivarol 1998, p. 65 et 68.

39 Voir Parkhurst Ferguson 1991.

40 Sur la « capitale-monde » qu’est Paris à la fin du xixe siècle, voir Charle 1998 ; sur les rapports entre Paris et les « régionalismes » littéraires, voir Thiesse 1991.

41 Les travaux qui portent sur ce sujet sont nombreux (Riesz et Porra (éds.) 1998, Fonkoua et Halen (éds.) 2001, etc.). Le cas franco-belge est étudié dans Dirkx 2000b.

42 Voir, pour le cas flagrant de la littérature en Afrique noire, Midiohouan et Koudoadinou 1998 et Kom 2000.

43 Groupe du Lundi 1937 (voir annexe 1). Sur les 21 signataires de ce manifeste, 3 font déjà partie de l’Académie royale de langue et de littérature françaises (dorénavant abrégée en ARLLF) et 5 autres y seront élus plus tard.

44 Pour des exemples de « belgophobie » littéraire, voir Paque 1989, p. 137-140.

45 Cf. l’anthologie Paris-Bruxelles, l’Annexion (1997).

46 Michaud 1947, p. 236. La formation de contre-légitimités régionales entre Toulouse et Aix « se rapproche par de nombreux points de la jeune poésie belge » (Décaudin 1981 [1960], p. 37).

47 Pasquier 1950, p. 62.

48 Vanwelkenhuyzen 1930.

49 Angelet s.d. [1995], passim.

50 Ainsi, alors que, le 16 décembre 1944, débute l’offensive von Rundstedt dans les Ardennes belges et qu’un V-2 fait dès ce jour-là 638 morts à Anvers, l’équipe belge de football rencontre, à peine huit jours plus tard, sa rivale historique française à Paris.

51 Sur la désaffection pendant la guerre d’une majorité de Belges pour la France, voir Struye 1945.

52 Ory 1991, p. 65. Seront ainsi créés, vers 1949, un Comité permanent du livre français à l’étranger, un Fonds d’aide à l’exportation de produits culturels au Ministère des Affaires étrangères, etc. En 1946 avait été lancée l’Association pour la diffusion de la pensée française.

53 Cf. Fierro 1991, p. 115.

54 Cf. Ministère des Relations extérieures [...] Dossier 78 : Relations bilatérales Belgique-France (juillet 1949 – décembre 1952), 1986, ainsi que Ministère des Affaires étrangères [...] Dossier 79 : Relations bilatérales Belgique-France (février 1953 – novembre 1955), 1986.

55 Voir Ginette Kurgan-Van Hentenryk in Bussière 1992, p. 3. Sur la politique extérieure des deux pays après 1944, voir Witte et Craeybeckx 1985, Coolsaet 1987, Gérard-Libois et Leurin 1992, Gerbet (s.l.d.d.) 1991, Berstein et Milza 1991 et Rioux 1980-1983.

56 Witte et Craeybeckx 1985, p. 382.

57 Mabille 1986, p. 374. Cette institutionnalisation se fonde sur la fixation de la zone d’interpénétration linguistique en « frontière linguistique » (cf. Vande Putte 1999).

58 Udding 1992 (étude aimablement signalée par Hedwig Cooremans). Pour un aperçu des sujets belges abordés par la presse quotidienne, voir Le Monde. Index analytique 1944-1958.

59 Sur l’importance de 1960 dans cette guerre et dans l’histoire de la France, voir Droz et Lever 1982, p. 217-264.

60 Voir notamment Girault et Frank (s.l.d.d.) 1988.

61 Pour la France, voir Sapiro 1999 ; pour la Belgique, Jans (s.l.d.d.) 1975 et Quaghebeur 1997b.

62 Klinkenberg 1981.

63 Dirkx 1999, Bourdieu 1998 et Casanova 1999.

64 Klinkenberg 1981, p. 48. Pour des contributions récentes au débat sur la périodisation littéraire, voir Touret et Dugast-Portes (s.l.d.d.) 2001.

65 Cf. Biron 1995, p. 309-396. Paraissent moins spécifiques à la situation belge le nouvel engagement des avant-gardes pour une modernité littéraire se prenant elle-même pour objet ainsi que le goût du paradoxe et de l’oxymore.

66 Boschetti 1985, p. 12.

67 Simonin 1994, p. 10.

68 Cf. Aron et Beyen 2003.

69 Cf. Kesteloot 1971 [1963], Tougas 1973, etc.

70 P. ex. Delsemme 1984, qui approfondit Vanwelkenhuyzen 1930.

71 Voir Trousson (éd.) 1984 et Frickx (éd.) 1990.

72 P. ex. les notes corrosives prises par Baudelaire entre avril 1864 et juillet 1866 et publiées sous le titre posthume de Pauvre Belgique, ou encore la contrefaçon des « reproducteurs » belges au xixe siècle (question bien fouillée, depuis Dopp 1932 aux récents travaux de Pascal Durand et Yves Winkin).

73 Voir, e.a., Delsemme 1984 et Aron 1990.

74 Biron 1995, p. 14 et Klinkenberg 1981, p. 35. Un moment décisif a été la publication de Quaghebeur 1982. Il convient de mentionner aussi les travaux portant sur des situations culturelles homologues (ceux de Jérôme Meizoz et de Daniel Maggetti pour la Suisse francophone, de Denis Saint-Jacques et de Marie-Andrée Beaudet pour le Canada francophone, etc.).

75 Voir la liste de ces agents pour les années 1944-1960 en annexe 2. Citons Décaudin 1990, Aron 1989 et plusieurs contributions dans Quaghebeur et Savy (s.l.d.d.) 1997.

76 « Comme tout Français qui vient à Bruxelles [...] j’ai à peine l’impression d’être à l’étranger. Comme tout Français attaché à sa Patrie, c’est le plus beau témoignage que je puisse rendre [sic] à la Belgique d’éprouver le sentiment d’être encore dans mon Pays en me trouvant dans le vôtre », déclarera ainsi, en 1952, le premier ministre Antoine Pinay en visite d’État (Ministère des Relations extérieures, doc. cit., p. 150).

77 Heinich 1996, p. 13.

78 Andrianne 1983, p. 50 et Klinkenberg 1981, p. 34.

79 Citons Doutrepont 1938, Van Severen 1950 et les études sur Victor Hugo en Belgique de José Camby, de Marie-Louise Goffin et de Pierre Arty.

80 Pichois 1957, Deschamps 1956 et Renouvin 1975.

81 Dirkx 1990 et 1992.

82 Klinkenberg 1983 et Andrianne 1986. Il faut aussi citer les travaux « imagologiques » de Hugo Dyserinck et de ses disciples.

83 Marchetti 2002, p. 23. Mentionnons toutefois les travaux de Laurence Avinen et de Joseph Jurt.

84 Cambron et Lüsebrink (s.l.d.d.) 2000, p. 5. Cf. Jean Touzot et Philippe Baudorre in L’Ecrivain journaliste 1998. La prise en compte par l’histoire et la sociologie des journalistes en général ne date que du début des années 1990 (Marc Martin in Martin (s.l.d.d.) 1991, p. 11).

85 836 livraisons des LF du 9 septembre 1944 au 29 décembre 1960, 767 du FL du 23 mars 1946 au 31 décembre 1960 et 817 des NL du 5 avril 1945 au 29 décembre 1960.

86 Voir, p. ex., Segers 1991. Pour une discussion du problème de l’empirie en matière de littérature et de culture, voir, e.a., Fokkema et Ibsch 1992.

87 Cf. Boschetti 1994.

88 Au sens où l’entendait Michel Foucault, p. ex. dans Foucault 1969 et 1971.

89 Even-Zohar 1978 et 1990.

90 Voir Gross et Thomas (éds.) 1989.

91 Bourdieu 2002 [1984], p. 207-221 (texte de 1980), p. 219 ; Viala 1988.

92 Sur les rapports entre habitus et champ, voir notamment Bourdieu 1980, p. 87-109.

93 À ne pas confondre avec nationaliste, même si la crispation identitaire peut l’emporter dans certains états du champ.

94 Bourdieu 1998, p. 14.

95 Cf. Bourdieu 1958, p. 125.

96 La revue La Jeune Belgique (1881-1897), parmi tant d’autres, tentait de résoudre cette contradiction à travers une devise indéchiffrable, car nécessairement ambivalente : « Soyons nous ».

97 Que les déterminants de la genèse de la dynamique de champ en France divergent en partie de la situation belge, n’invalide pas la thèse de la non-pertinence de la formule « champ belge francophone » (ni celle de la pertinence d’un « sous-champ belge francophone »). On perd souvent de vue que l’autonomisation du champ dans la France de la seconde moitié du xixe siècle n’est qu’un « cas » parmi d’autres et que le degré d’autonomie d’un champ « varie considérablement selon les époques et selon les traditions nationales » (Bourdieu 1992a, p. 94 et 306). Sur l’état le plus autonome du sous-champ belge francophone, voir Aron 1985.

98 Durand et Winkin 1999, p. 65.

99 L’hétéronomie littéraire génère ainsi des effets spécifiques parfois institutionnalisés, tel ce débat sur l’appellation devenu un véritable genre belge francophone. Une contribution universitaire récente à ce débat est la « Présentation » de Bertrand, e.a. (s.l.d.d.) 2003, p. 7-19.

100 Bourdieu 1985, p. 4.

101 Sur les effets potentiellement stimulants de cette position sur l’écriture, voir certains travaux de Marc Quaghebeur et de Jean-Marie Klinkenberg.

102 Au sens que revêt le concept d’hétéronomie dans la théorie des champs, et non pas dans l’acception polysémique que l’on trouve, p. ex., dans Memmi 1993.

103 Rivet 2002, p. 9.

104 Cf. Bourdieu 1961, p. 117.

105 Voir Bourdieu et Passeron 1970, p. 15-84.

106 De Gaulle 1960, p. 262. Il est, bien sûr, vrai que des échanges existent, et même que la France est en partie modelée par les cultures des régions qu’elle a dominées ou domine encore (voir Blanchard et Lemaire (s.l.d.d.) 2003).

107 Comme l’écrit un responsable de la politique littéraire en « Communauté française de Belgique » : « L’ouverture des marchés n’a pas pour autant supprimé la frontière entre la Belgique et la France. Invisible, mais bien réelle, cette frontière » (Outers 2003).

108 Rivet 2002, p. 16.

109 Voir Dirkx 1998a.

110 Après les pages littéraires, l’ordre et les proportions des rubriques (spectacles, beaux-arts, sciences, mode, etc.) varient d’un hebdomadaire à l’autre, mais correspondent dans chaque cas à une formule éprouvée qui donne à l’ensemble sa cohérence. Cet éclectisme assure à tous ces ancêtres du « newsmagazine » culturel une position unique au sein de la presse périodique.

111 Le personnel de la presse littéraire se recrute dans trois secteurs (presse, édition, critique spécialisée), le vivier spécifique de journalistes d’abord dévoués à ce type de presse étant, tout l’indique, largement composé de pigistes spécialisés.

112 Les canaux de financement (hors ventes et recettes publicitaires) reposent sur une ou plusieurs entreprises de presse, maisons d’édition ou bailleurs de fonds (politiques) ou associent ces parties à travers des montages financiers à géométrie variable.

113 Bourdieu 1992a, p. 170-181.

114 Rien ne permet d’affirmer que l’on aurait affaire à un emploi archaïque du mot « littérature », renvoyant à la culture générale des lettrés. Au contraire, on peut tenir ces publications pour des avatars modernes d’une presse française intimement liée, dès ses origines au xviie siècle, à la vie littéraire (voir Viala 1985, p. 129-132).

115 Cf. le sous-secteur de la critique théâtrale et musicale (voir Anglade 1999).

116 Les institutions de la vie littéraire sont des instances, groupes ou lois (explicites ou non) « entièrement ou principalement voués à la régulation sociale de la vie littéraire : académies et cercles, écoles, mécénat, censure », etc. Le concept d’institution littéraire s’applique alors aux genres et aux codes esthétiques, lesquels appartiennent tout autant « à l’histoire et au fait social » (Viala 1988, p. 66-68).

117 Les producteurs « produisent non pas – et en tout cas beaucoup moins qu’on ne le croit – par référence à leur public mais par référence à leurs concurrents » (Bourdieu 2002 [1984], p. 246). C’est dans la mesure où les pratiques discursives sont orientées par un ensemble de principes d’autant plus cohérent que toute la presse littéraire contribue à en fixer les termes, qu’il a paru possible de ne pas tenir compte méthodiquement des habitus et des trajectoires des rédacteurs.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540