Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre

 | 
Michael Jones

Supplément au Recueil des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre

Note préliminaire pour l’édition digitale, novembre 2015

Texte intégral

1Les Presses universitaires de Rennes ont proposé très opportunément de rééditer quelque vingt ans plus tard sous une forme numérique mon Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364), suivi des Actes de Jeanne de Penthièvre (1364-1384), édité une première fois en 1996. Cette invitation me donne l’occasion de faire quelques corrections au texte original et d’ajouter un court supplément de nouveaux documents découverts au cours des années. La plupart l’ont été lors de mes recherches continues dans les archives, mais je dois aussi remercier les amis et collègues qui ont attiré mon attention sur certains actes, ce qui apparaîtra dans les remerciements personnels sous les articles concernés. Cependant je dois particulièrement remercier Erika Graham-Goering, de l’université d’York, qui achève actuellement un doctorat sur Jeanne de Penthièvre, en premier lieu pour m’avoir signalé quelques petites erreurs dans le volume original et m’avoir suggéré des corrections que j’ai acceptées très volontiers ; mais je la remercie surtout d’avoir partagé ses découvertes sur le duc et la duchesse et de m’avoir incité à revisiter les fragments de comptes préparés par Pierre Molin, receveur de Charles de Blois dans la vicomté de Limoges pour les années 1344-1346, ce qui a donné une moisson plus riche que lorsque je les avais consultés la première fois, il y a presque 40 ans.

2En conséquence il m’a été possible d’ajouter la transcription entière de cinq lettres (l’une d’entre elles étant un original, les autres des copies) et de signaler environ cinquante autres actes, dont la majorité émanait du duc et de son épouse et pour lesquels les textes conservés sont plus fragmentaires. Ces documents apportent des détails inédits sur un large champ de l’activité administrative, financière et diplomatique du duc ainsi que sur les patronages religieux et les relations entre le duc et la duchesse et leurs sujets, des plus grands aux plus obscurs, pendant cette période troublée de l’histoire du duché. Nous manquons d’une réelle bonne étude sur la guerre civile de Bretagne (1341-1364) qui a dominé le règne de Charles et de Jeanne : sous sa nouvelle forme en ligne, la présente édition augmentée peut sans doute aider à l’écrire de manière plus documentée. Je suis donc très reconnaissant envers les PUR de rendre disponible sous une forme légèrement revue une édition qui m’avait initialement donné beaucoup de plaisir à en rassembler les éléments et de m’avoir donné l’opportunité d’ajouter ce supplément. Mes remerciements sincères et reconnaissants vont à Mme Catherine Laurent pour avoir une fois encore traduit le nouvel apparat éditorial avec sa compétence professionnelle habituelle ainsi que pour ses conseils et avis pertinents sur la présentation. S’il subsiste des erreurs, elles sont évidemment de ma responsabilité, mais comme il devrait être possible sous ce nouveau format électronique de faire les corrections nécessaires à un moment donné, je serai très heureux de recevoir et de transmettre aux PUR toute suggestion d’addition ou de correction de la part de lecteurs intéressés.

3Michael Jones,
Norwell,
5 novembre 2015.

Addenda

49
19 septembre 1342. Guingamp. Aussi publié dans une version modernisée par J. Le Monnier, Guingamp, Avaugour et Penthièvre, Rennes 1923, p. 94 note 1.

513
28 avril 1343. Guingamp. Aussi publié dans une version modernisée par J. Le Monnier, Guingamp, Avaugour et Penthièvre, Rennes 1923, p. 94 note 1.

617
11 juin 1343. Il y a un vidimus de cet acte de 1347, avec la date 3 juin 1343 sic dans Arch. dép. Deux-Sèvres, E 1236.

726
24 avril 1344. Cet acte concerne Jeanne de Savoie, duchesse-douairière de Bretagne, qui fut dame de Chilly, pas Jeanne de Penthièvre, duchesse de Bretagne.

854
1344. Il y a une autre copie de l’inventaire du château de Montignac (1546) dans BnF, MS Doat 241 ; pour ce document, voir f° 38v.

972
10 août 1345, Guingamp. Aussi publié dans une version modernisée par J. Le Monnier, Guingamp, Avaugour et Penthièvre, Rennes 1923, p. 94 note 1.

1086
2 novembre 1346, Nantes. Il y a aussi une référence à cet acte dans BnF, MS latin 17092, p. 224, 17e s. : « Charles duc de Bretagne viconte de Limoges sire de Guise et de Maine par ces lettres patentes données a Nantes le 2e jour de 9bre 1346 avons confirme aux Religieux de Villeneuve les droitz qu’ils ont dans la forest de Toufou ».

1189
Janvier 1347, Jugon. cf. BnF, MS Doat 241 fos 522r et 524v pour d’autres références à ce document.

12114
9 janvier 1349. Le document, perdu pendant la Première Guerre Mondiale, est cité dans : Notice des archives de Monsieur le Marquis du Hallay-Coëtquen, Paris, 1850, p. 20 avec un note que c’était scellé par la duchesse, avec Pierre du Guesclin et autres comme témoins.

13131
14 décembre 1350. Publié aussi dans le baron de Saint-Pern, Preuves pour servir à l’histoire généalogique de la Maison de Saint-Pern, 4 vols., Bergerac 1908-1920, t. I, 173, preuve 43, d’après A.

14152
29 novembre 1352, Dinan. L’original de ce document se trouve dans BnF, MS Nouv. acq. fr. 9811 (anc. Coll. Lancelot 180), no. 4. C’est un magnifique parchemin, 400 x 450 mm., jadis scellé de trois rangs des sceaux (deux rangs de sceaux sur simple queue ; un rang de sceaux sur double queue) ; le sceau de la duchesse, sur simple queue, se trouvait jadis sur la marge droite au-dessous du texte et au-dessus des trois lignes des sceaux, dont plusieurs sont conservés.

15Rang 1 :

  • Sceau de l’évêque de Saint-Brieuc (fragment, cire verte)

  • Évêque de Vannes (fragment, cire verte)

  • Évêque de Tréguier (sceau tombé)

  • Évêque de Dol (fragment, cire verte)

  • Chapitre de Saint-Malo (sceau tombé)

  • Chapitre de Rennes (fragment, cire verte)

  • Chapitre de Dol (fragment, cire verte)

  • ?Abbé de Saint-Méen ou abbé de Saint-Mélaine (fragment, cire verte)

  • Abbé de St-Jacut-de-la-Mer (fragment, cire verte)

  • ?Abbé de Bégard (fragment, cire verte)

  • ?Abbé de Beauport (fragment, cire verte)

  • ?Abbé de Saint-Aubin des Bois (fragment, cire verte)

  • ?Abbé de Coëtmalouan (fragment, cire verte)

  • ?Abbé du Tronchet ou abbé de Saint-Aubin-des-Bois (fragment, cire verte)

  • Abbé de la Vieuville (sceau tombé)

  • Prieur de Léhon (fragment, cire verte)

16Rang 2 :

  • Le vicomte de Rohan (sceau tombé)

  • Le sire de Rochefort (sceau armorial, vairié, cire rouge)

  • Le sire de Rieux (sceau tombé)

  • Le sire de Rougé-Derval (sceau tombé)

  • Le sire de Montfort (sceau armorial, un croix moline, cire rouge)

  • Le sire de Montauban (sceau tombé)

  • Le sire de Quintin (fragment, sceau armorial, un chef/lambel de 5 points, cire rouge)

  • Le sire de Rostrenen (sceau tombé)

  • Le sire de Dinan-Montafilant (sceau armorial, 4 fusées, cire rouge)

  • Le sire de la Hunaudaye (sceau tombé)

  • Le sire de Coëtmen (sceau tombé)

  • Le sire de Plancoët (sceau tombé)

  • Le sire de Tinteniac (sceau armorial, 3 bars, un baton au dessus, cire rouge)

  • Le sire de Matignon (sceau tombé)

  • Le sire de Combour (sceau tombé)

  • Le sire de Chastelier (sceau tombé)

  • Le sire de Coëtmen (sceau armorial, cire rouge)

  • Le sire du Guesclin (fragment, cire rouge)

  • Le sire de Beaufort (sceau tombé)

  • Le sire de Maure (sceau tombé)

  • Le sire du Perier (sceau tombé)

  • Le sire de Tremerreuc (sceau tombé)

  • Le sire de Montbourchier (sceau tombé)

17Rang 3 : Dix doubles queues de parchemin pour recevoir les sceaux des villes, mais il n’y a aucune trace de sceau.

18Le document est aussi publié par le baron de Saint-Pern, Preuves, I, 174-5, preuve 44, d’après Lobineau et Morice.

19192
2 février 1357. L’accord sur la terre de Guise et d’Yrecon a été publié pour la première fois dans H. Cocheris, Notices et extraits des documents manuscrits conservés dans les dépôts publics de Paris et relatifs à l’histoire de la Picardie, 2 t., Paris 1854-1858, t. II, 606-613 d’après le vidimus de Jean Li Pages, garde des sceaux de Vermandois, 14 mai 1358, dans C.

20209
29 décembre 1357, Nantes. cf. BnF, MS Doat 241 f° 330r pour une autre référence à ce document.

21237
1359. cf. BnF, MS Doat 241 f° 333r pour une autre référence à ce document.

22241
18 avril 1360, Nantes. Il y a une copie du 17e s. dans BnF, MS français 16822, p. 647, dont il y a une autre copie du 19e s. dans Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 495.

23242
18 avril 1360, Nantes. Il y a une copie du 17e s. dans BnF, MS français 16822, p. 648, dont il y a une autre copie du 19e s. dans Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 495.

24269
16 mai 1362, Nantes. Trois copies du 16e s. dans Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 490, seigneurie du Chaffault (Bouguenais) qui ont servi pour B.

25274
17 octobre 1362, Nantes. Trois copies du 16e s. dans Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 490, seigneurie du Chaffault (Bouguenais) qui ont servi pour B.

26282
12 décembre 1363, Nantes. Une copie du 16e s. dans Arch. dép. Loire-Atlantique, 1 E 490, seigneurie du Chaffault (Bouguenais) qui a servi pour B ; voir aussi 398 ci-dessous.

27287
24 mars 1364. cf. BnF, MS Doat 241 f° 78r pour une autre référence à ce document.

28294
Avant le 20 septembre 1364. Pour l’acquisition par le duc d’une place appartenante à Henri Morel dans la ville de Guingamp pour établir l’hôpital et les circonstances de la fondation, voir aussi Plaine, Monuments, p. 87.

29295
Avant le 29 septembre 1364. cf. BnF, MS Doat 241 f° 357r pour une autre référence à ce document.

30301
6 décembre 1364. cf. BnF, MS Doat 241 f° 78v pour une autre référence à ce document.

31314
16 décembre 1367, Paris. Une autre copie d’une copie des lettres de Jeanne datées du 16 décembre 1367 collationnée à l’original en la Chambre des comptes de Bretagne se trouve dans BnF, MS français 18 709 F 408r-v : Copie collacion faicte à l’original par moy greffier et secretaire en la Chambre des comptes de Bretaigne le XIIe jour de juillet l’an mil cinq cens LVII, signé De la Tullaye. Ce document m’a été aimablement signalé par Erika Graham-Goering.

32322
9 mars 1370, Paris. Copie partielle par Roger de Gaignières, avec une date incorrecte : 9 mai 1369 dans BnF, PO 789, Clisson no 39.

33327
22 avril 1371. cf. BnF, MS Doat 241 f° 78v pour une autre référence à ce document.

34355
10 juillet [1379], Dinan. Aussi publié dans J. Le Monnier, Guingamp, Avaugour et Penthièvre, Rennes 1923, p. 127 note 1.

35Appendice I

36H. Cocheris, Notices et extraits des documents manuscrits conservés dans les dépôts publics de Paris et relatifs à l’histoire de la Picardie, 2 t., Paris 1854-1858, t. II, 492 et seq. a relevé tous les documents qui se trouvent dans cet appendice d’après le cartulaire de Guise, BnF, MS français 17 777.

Supplément

363 4 juin 1337, Paris.

Lettres de Philippe VI ordonnant à Charles de Blois de dédommager Charles II de Navarre pour lui avoir pris sa fiancée Jeanne de Penthièvre. [Charles devait payer 10 000 l. t. à Philippe Ier de Navarre si Jeanne n’héritait pas du duché de Bretagne, mais 20 000 l. t. si elle en héritait. Philippe VI justifie son action en alléguant les fortes pressions que les amis de Jeanne de Penthièvre avaient eu à supporter parce qu’elle serait bientôt capable de porter des enfants, mais que l’extrême jeunesse de Charles de Navarre en retarderait l’accomplissement, conduisant à une possible déstabilisation du duché de Bretagne].

37A : Arch. nat., K, 42 no 37 bis.1

38[...] Et depuis soit venu a notre connaissance que la dite demoiselle qui est de tel age et de telle connaissance que en ce qui touche l’assentiment et [...] de la marier la malice peut suppleer l’age et que la plus grant partie du pais de Bretagne et des amis de la dite demoiselle ne s’accorderont en nulle maniere au dit mariage pour ce que l’age du dit Charles est si jeune que la dite demoiselle qui dedans un an ou deux sera d’age de porter enfant ne porroit avoir enfant dudit Charles qui ne fut avant douze ans ou quatorze passez de laquelle chose pourrait mener moult d’empechements de dommages a la dite demoiselle et a ses amis et au pais de Bretaigne et par aventure au domage du royaume de France [...] Il [i.e. Philippe I de Navarre] (desire) et voudroit de cueur que elle fust mariee a notre gre et au (profit) de notre royaume et mesmement a personne prochaine de notre lignage et a nous agreable [...].2

391 : Indiqué par M.-L. Surget, « Mariage et pouvoir : réflexion sur le rôle de l’alliance dans les relations entre les Évreux-Navarre et les Valois au XIVe siècle (1325-1376) », Annales de Normandie, t. 58, 2008, 25-56 à p. 35 et note 27. Il est aussi fait mention dans cette note de trois autres lettres, 364 ci-dessous, un vidimus de Philippe V le Long (sic, pour Philippe I d’Évreux, roi de Navarre?) du début des lettres de Philippe VI (Arch. nat., K 42 no 37 et 37 bis, 4 juin 1337) et de Philippe V (sic, pour Philippe VI), ci-dessous 26 avril 1348, 380.

402 : Surget, p. 37 note 28, mais citant Arch. nat., K, 42 no 37 ter.

364 4 juin 1337, Paris.

Vidimus par Philippe VI de ses lettres de 4 juin 1337 (363) assorti d’un acte de Louis de Blois, par lequel il se porte garant du bon versement par son frère, Charles de Blois, de l’indemnité due à Charles de Navarre, pour lui avoir pris sa fiancée Jeanne de Penthièvre et le duché de Bretagne dont elle vient d’être reconnue héritière.

41A : Arch. nat., K 42 no 37 quarto.

365 11 mars 1339.

Accord entre le sire et dame de Penthièvre et Hervé de Léon et sa femme, Marguerite d’Avaugour, d’établir Pierre Poulart et Éon de Lanras comme arbitres sur le partage entre les héritiers du feu Henri IV d’Avaugour.

42A : Nantes, Médiathèque, MS 1682 n6.

43Pub. : Morice, Preuves, i, 1394-1395, d’après « l’original à Blein » = A1

441 : cf. Recueil Charles de Blois, p. 22 note 36 pour un resumé.

366 24 septembre – 13 novembre 1341.

Guy, comte de Blois, envoie en Bretagne quelques chevaliers pour servir son fils.

45Ind. : BnF, MS Nouv. acq. françaises 9650 (anc. Coll. Lancelot), f° 135, extraits du 18e s. du « Compte de Jehan de la Fontaine, Receveur du Comte de Blois », Noël 1340-Saint-Jean 1341, déjà en mauvais état quand Lancelot le consulta¹.

461 : « A Mons. Johan d’Ambaize, seigneur de Chaumont, pour estre alé en Bretaigne au commande Mons. le Conte de Blois pour la guerre et besoigne de Mons. le duc de Bretaigne, son filz, et partist de Blois le lundi apres la Saint Mahuy XXIIIIe jour de Septembre pour aler en la dicte besoigne et pour demourer en ycelle et pour s’en retourner en sa meson dou lundi dessusd. juques au mardi apres la Saint Martin prochaine XIIIe jour de Novembre y cellui pour et le jour dessusdit que il se partit compte eus en laquelle espace de LI jours, desquelx on rabat au profit de mons. pour les marchans et pour les clers, II jourz, ainsi demeure a compter XLIX jours au four de XV s. pour chescun jour pour le dit mons. d’Ambaize, et pour IIII chevalliers ses compegnons, c’est assavoir Mons. d’Ambaize, Mons. Guillaume d’Ambaize, Mons. Boschart de Paluau et Mons Johan […]s a chescun XV s. pour chescun jour et pour XV escuiers c’est assavoir […] Rous, Joh[…], Heruet […] Johan […] [le reste est effacé et déchiré, cet article finissant une page et en commencant une autre. On lit à la fin] […] ainssi demeure que il estoit due […] Johan d’Ambaize et a ses gens tant pour aler en lad. besoingne pour demourer etc. quatre cens quarente cinq livres deux sols VI d. t. si qu’il appert etc. ». Pour des quittances données par le seigneur de Chaumont et ses compagnons, cf. Recueil Charles de Blois, p. 23 n. 39 citant Rouen, Bib. mun., Collection Leber.

367 1er mai 1342, Nantes.

Lettres pour Pierre du Pontblanc au sujet des héritages saisis par les officiers du duc.

47Ind. : ACA, 45 J 2, Supplication de Charles de Kernevenoy, vers 1470, f. 2v¹.

481 : « le duc Jehan [sic] qui lors estoit cui Dieu pardonne congneust led. Pierres a presme pour retraire et avoir a soy lesd. heritages. Et par le poyement de XIc XXXVII l. qui furent pour ce poyez et dont le duc s’en tint contant et enqueta led. Pierres, il ceda et delassa aud. Pierres pour lui et les siens tout le droit, cause et raison que led. duc avoit esd. avenantemantz excepté l’obeissance o tout transport, garantage et mandement aux officiers de justice de faire et porter paix et joissement aud. Pierres et les siens sur lesd. heritages dessur avenantés sellon la lettre de ce faite et donnee a Nantes soubz le seau dudit feu duc le premier jour de May l’an mil trois sentz quarante deux […] ». Le cas a commencé en 1338 sous Jean III et concerne des terres et rentes dans les paroisses de Pedernec et Govello dans le diocèse de Tréguier et dans le Vannetais.

368 1342.

Fondation de la chapelle de Sainte-Catherine, Dinan.

49Ind. : Luigi Odorici, Recherches sur Dinan et ses environs, Dinan 1857, p. 327, sans indication de source.1

50: « En 1342, Charles de Blois fonda, entre la rue de Léhon et la place du Champ, la chapelle de Sainte-Catherine, au même endroit où s’établirent ensuite les religieuses de Sainte-Claire. Il avait l’intention d’y fonder en outre un chapitre mais il ne vécut pas assez pour exécuter son dessein. » Je remercie Yves Coativy d’avoir attirer mon attention sur cette référence.

369 1343.

Lettres du duc pour sauvegarder les biens des hommes d’Olivier, évêque de Nantes, contre les demandes des officiers ducaux, avec une promesse de retourner les choses prises contre ses ordres.

51Ind. : BnF, MS français 5 505 f° 57r, fin du 15e s.¹

52« [P]rimo2 littere Karoli ducis Britanie quod quamvis alique sue gentes tempore guerre sive ceperint de facto in terra ecclesie Nanneten’ equos, annimalia, pannos, sal et alia et fecerint talias et imposiciones indebitas non vocatis ad hoc gentibus Oliverii episcopi et fecerint banna et plura exercicia justicie super quibus, ipse dux impediens non poterat intendere sicut decet, mandat et declarat nunquam fuisse sue intencionis aut voluntates quam prejudicent in aliquo sed maneant omnia in suo debito robore, et promisit emendare et restituere in integrum, M. CCC XLIII, Signatus per P. »

531 : Un important formulaire compilé vers 1480 pour l'évêque et le chapitre de Nantes.

542 : Le P initial manque ; un espace a été laissé pour la rubrication.

370 31 décembre 1344, Paris.

Vidimus du duc Charles d’une lettre datée du 24 décembre 1344 du roi Philippe VI pardonnant aux nobles du royaume qui se sont rebellés contre lui, à la suite de laquelle le duc a pardonné à Jean de Sesmaisons.

55B : Archives de la famille de Sesmaisons à La Desnerie, La Chapelle-sur-Erdre, A 56, 16e s. ; C. ibid., 19e s1.

56Charles, duc de Bretaigne, viconte de Limoges, sire de Guyse et de Maenne, scavoir faisons a touz presans et avenir, nous les lettres de nostre tres cher et redoubté seigneur mons. le roy avoir receues contenant cest forme : Philippe… [comme 39]. Et comme Jehan de Sesmaisons, chevalier, nous ait fait exposer que par mauvais conseil et instigacion de l’ennemi, il ait fait pluseurs exces et malefices durant les guerres et rebellions de Bretaigne, dont satisfaccion ne pouroit faire autrement qu’en requerant yce supplians humblement a grant contricion que nous li vueillons remectre et pardonner, nous considerans les choses dessus dictes par la vertue et pouvoir a nous donné et commis par les lettres dessus transcriptes, luy avons quictié et remis, quictons et remettons, par ces presentes, toutes rebellions, desobeissances, exces et malefices commis par luy et par ses gens durans lesdictes guerres et toutes paines criminelles et civiles que pour ce il puet avoir encourues, et ne volons que de cy en avant il en soit molesté ne contraint ne trait en cause ou amande ne ses heirs ou successours d’office ou a requeste de partie en aucune maniere ou temps advenir. Et pour que ce soit chose ferme et estable a tousjours nous avons faict mectre nostre seel a ces presentes faites et données a Paris le derrenier jour de decembre lan de grace mil ccc quarante et quatre.

571 : Déposé actuellement aux ALA ; je suis redevable envers Mme V. Miguet, lors directrice, et Mlle Pauline Guilbaud qui m’ont indiqué ce document (cf. 39-53) et envers M. de Sesmaisons qui m’a permis de l’éditer.

371 1344.

Lettres de non-préjudice pour l’église de Nantes.

58Ind. : BnF, MS français 5 505 f° 57r, un formulaire de la fin du 15e s.

59« [I]tem1 alie littere Karoli ducis Britanie, vicecomitis Lemovicensis per quas declarat quod quicquid umquam fecerit vel factam fuerit aut fiet imposterum durantibus guerris contra franchisias et libertates ecclesie Nannetensis non portet prejudicium, M. CCC XLIIII. »

601 : Le I initial manque ; un espace a été laissé pour la rubrication.

372 Vers la fin d’avril 1345.

Lettres du duc à Mons. Guischart de Comborn.

61Ind. : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 624 no 1, feuille 5, comptes de Pierre Molin, receveur de la vicomté de Limoges.¹

621 : « Item, bailla ledit receveur, si comme appert par ladicte lettre a un vallet qui portet lettres de mons. le duc a mons. Guischart de Comborn, 12 sous 6 d. » Pour Guischart de Comborn, seigneur de Treignhac, voir ci-dessus 76.

373 30 avril 1345.

Mandement à Pierre Molin le jeune, receveur de la vicomté de Limoges, de payer 20 livres à Mons. Gautier de Saint-Pern, chancelier.

63Ind. : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 624 no 1, feuille 5, comptes de Pierre Molin¹.

64Pub. : le baron de Saint-Pern, Preuves, t. I, 172, preuve 42.

651 : « Item, ballet a mons. Gauthier de Saint Pern, chancelier, par vertu du mandement de mons. donné le darrein jour d’avril l’an XLV, XX l. d’or, si comme appert par lettres données le XXVIe jour de may dudit an. » XX livres est écrit au dessus de XXIIII escuz biffé.

374 2 juin 1345.

Livraison de 240 écus par le receveur de Limoges au duc.

66Ind. : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 624 no 1, feuille 6, comptes de Pierre Molin, receveur de la vicomté de Limoges.¹

671 : « Item, bailla a mons. de Bretaigne 240 escuz d’or si comme appert par lettre donnée le venredi empres la feste du Saint Sacre’ », mais biffé dans l’original.

375 4 juillet 1345, Jugon.

« Une lettre de debites avecques sauvegarde pour lesd. abasse et couvent [de St-Sulpice] donne par Charlles duc de Bretaigne a Jugon… saellee ».

68Ind. : ALA, E 241/2 f° 8r, visite d’une commission ducale à l’abbaye de Saint-Sulpice, mai 1474.

376 1345.

Mandement au receveur de Limoges de payer pour appareiller des arbalètes avant de les envoyer à Nantes.

69Ind. : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 624 no 1, feuille 5, comptes de Pierre Molin, receveur de la vicomté de Limoges.¹

701 : « Item, mise 110 s. per 62 aubalestes faire porter a Nantes pour elles appareiller, si comme appert par une lettre de mons. donnée senz jour l’an [13]45 »

377 13 mars 1346.

Mandement au receveur de Limoges de payer 90 l. à mons. Guillaume de la Marche, sénéchal et gouverneur de la vicomté de Limoges.

71Ind. : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 624 no 1, feuille 9, comptes de Pierre Molin, receveur de la vicomté de Limoges.¹

721 : « Item, bailla a mons. Guillaume de la Marche, seneschal et gouverneur dou viconté de Limoges, 90 l. monnoie courant si comme appert par lettres données le juedi empres Pasques l’an [13]46 [et ave]it mostrer mandement de mons. le duc le quel il mostre dou 13 marz l’an [13]45 »

378 7 mars 1347.

« Lettre de amortissement fait par le duc [pour Saint-Pierre de Rennes]… d’une terre et courtil scis en la ville de Rennes qu’apartient aud. chappitre, dabté… et scellée de deux sceaux ».

73Ind. : ALA, E 241/2 f° 10r, visite d’une commission ducale à l’église cathédrale de Rennes, mai 1474.

379 Août 1347 où après.

« Lettres sceellées du grand sceel en cire verte et lacz de soye ausquelles sont inserées les lettres de ratification faicte par Charles duc de Bretaigne visconte de Limoges et sa femme de la vendicion faicte par le roy Philippes a Taleyrand Cardinal de Perigord de la terre et chastellenie d’Aulberoche l’an mil trois cens quarante sept au moys d’aoust. »

74Ind. : BnF, MS Doat 241, Inventaire des archives du château de Montignac (1546), f° 521v, avec la référence ‘12’.

380 [1347 x 5 mars 1356.]

Pétition au chancelier d’Angleterre pour donner à ses gens allant en Bretagne des sauf-conduits valables jusqu’au 1er septembre.

75A : Londres, TNA (PRO), SC1/41 no 14, papier, au moins 310 x 115 mm., sceau plaqué au dos, très endommagé au début du texte1.

76[...] choses en Bretaygne mons. [...] le Keu prestre, Poulet de la Viscoyne2, Gylet nostre tayllour, Janot nostre vallet de chambre, et que plese au Roi que cest conduyt puisse durer jusqes al primer jour de Septembre pour les dites gentz et pour X chyvaux. Nous avons obliez le pretre et autres deux desuisnomez en l’autre bille que nous vous envoiasmes hier3.
Le Duk de Bretaigne Par Johan Darcy4

771 : Pas de filigrane ; il y a des traces de cire rouge.

782 : Après Viscoynte barré.

793 : Nous n’avons pas trouvé cette autre pétition.

804 : John Darcy le jeune, connétable à vie de la Tour de Londres, le 7 juin 1347, fut mort le 5 mars 1356 (The Complete Peerage, édition revisée, éd. Vicary Gibbs, H. A. Doubleday, Lord Howard de Walden et al., t. IV, 1916, p. 59-60).

381 26 avril 1348, Saint-Germain-en-Laye.

Lettres de Philippe VI qui développe les raisons pour lesquelles il a appuyé la demande d’annulation du projet de mariage entre Charles de Navarre et Jeanne de Penthièvre en 1337.

81A : Arch. nat., K 42 no 37 ter ?1.

821 : cf. 363 ci-dessus et note ; Surget ne donne pas de référence exacte pour cette lettre que je n’ai pas vu.

382 9 janvier 1349.

Jeanne donne son autorisation pour le mariage de Raoul III de Coëtquen avec Marguerite de Québriac, cousine de la duchesse.

83Ind. : V. Bellenger, « Coëtquen et la Chesnais », Annales de la Soc. hist. et arch. de l’arrondissement de Saint-Malo, année 1937, p. 7, sans indication de source.

383 10 avril 1349.

Donation de la sergenterie de Bais, Couptrain et Champgénéteux à Jean du Teilleul.

84Ind. : A. Angot, Généalogies féodales mayennaises du XIe au XIIIe siècle, Laval 1942, p. 631¹.

851 : Je dois la connaissance de ce document à la gentillesse de Frédéric Morvan ; voir aussi 103.

384 Vers 15 septembre 1349¹.

Amortissement d’une rente de 20 livres donnée à l’abbaye de Bégard par Roland L’Epicier et sa femme Margilie2.

86Ind. : ACA, H 88, lettres de Jean de Bretagne, comte de Penthièvre, Guingamp, 9 septembre 13903.

871 : Date de la confirmation par l’abbé de Cîteaux des grâces spéciales accordées à Roland L’Epicier et sa femme, Margilie, pour leur donation originelle (Claude Evans, L’abbaye cistercienne de Bégard des origines à 1476 : histoire et chartes, Turnhout, Brepols pour ARTEM (Atelier de Recherches sur les Textes Médiévaux), Nancy, 2012, no 71). Je suis redevable envers Mme Claude Evans qui m'a fait connaître ce document avant la publication de son édition.

881 : Ibid., no 69, vers 1348-1349.

892 : Ibid., no 104. Le comte ordonne que l’abbaye de Bégard reçoive la rente dont lui a fait don Roland L’Epicier en 1349. Cette rente n’a plus été versée après l’achat des terres de L’Epicier (mort avant le 8 novembre 1352, ibid., no 76) par Thérésian le Chalf parce que Raoul de Kersaliou, capitaine de Châteaulin-sur-Trieux et d’autres officiers ont fait mainmise sur ces terres. La charte d’amortissement de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre a été produite dans la cour de Jean de Bretagne (« Et est einsi que les diz religioux nous avont demonstrez leurs lettres sur ce de nostre dit seigneur le duc et de madame la duchesse d’avoir amortizez la dite rente et heritages a la dite abbaye … »).

385 Après 15 septembre 1349 x avant 29 septembre 1364.

Lettres du duc et de la duchesse « du restrait de la dite rente [384] dessus les diz heritages par ausmones souffisealmant en fourme de lour dit domaine a entandre ».

90Ind. : ACA, H 88, lettres de Jean de Bretagne, comte de Penthièvre, Guingamp, 9 septembre 13901.

911 : Evans, L’abbaye cistercienne de Bégard, no 104. Jean IV a confirmé la donation faite par Roland L’Epicier et sa femme le 13 aoȗt 1387 (Jones, Recueil Jean IV, 637 ; Evans, L’abbaye cistercienne de Bégard, no 103).

386 7 novembre 1349.

Lettres d’attache de Jeanne à son sergent de Tréguier et de Goëlo1.

92Ind. : ACA, E 65 no 1 f° 75 (inventaire des actes des seigneurs de Penthièvre)2.

931 : Je remercie Erika Graham-Goering qui m’a donné son analyse de ce document.

942 : « Extraict des lettres d’attache de Jehanne, duchesse de Bretagne, vicomtesse de Lymoges, dame de Guyse et de Maine, portant commandement a Geffray Habestier, son sergent de Treguier et Gouello, d’adjourner les abbé et couvent de Beauport au mercredy apres la feste de Saint André, à Chastel Audrain pour respondre a monsieur le duc, a ladicte dame, a leurs procureurs, et a la dame d’Avaugour, leur tante, du samedy septiesme novembre mil trois cents quarante-neuf. »

387 1350.

Lettres de non-préjudice de Philippe de Troismons, gouverneur du duché in absencia ducis per ordinationem Regis Francorum pour l’évêque de Nantes et son église.

95Ind. : BnF, MS français 5 505 f° 57v, vers 1450.

96« quod quamvis ipse dominus episcopus de sua pura voluntate pro necessitate guerre et deffensione patrie Britanie habitante in sua terra infra villam Nannetensis faciant excubias suo leguet in dicta villa quod nunquam fuit sue intencionis quod predicte aut alie novitates imposiciones gabelle et alie facte aut fraude afferant prejudicium dicto domino episcopo ac eius ecclesie sed maneat in suo robore, M. CCC L. »

388 6 juin 1353, Westminster.

Édouard III et Henri, duc de Lancastre, avec l'aide de Charles de Blois, donnent un grand banquet aux chevaliers français envoyés en mission à Londres.

97Ind. : Londres, TNA (PRO), E 101/392/12 f° 13, comptes de garde robe ; E 404/389 mm. 1, 3 et 33¹.

981 : Je dois la connaissance de cet événement à A. K. McHardy, The Age of War and Wycliffe. Lincoln Diocese and its bishop in the later Fourteenth Century, Lincoln Cathedral Publications 2001, p. 11, et Mark Ormrod, Edward III, Londres 2011, p. 341.

389 Décembre 1355.

Accord entre Charles de Blois et sa femme, comme héritiers de Jeanne d'Harcourt, dame d’Avaugour, et les religieuses de Notre-Dame d’Almenèches (Orne) au sujet de la saisie par le sergent de la dame d’Avaugour d’une jument, d’une mine de farine et d’un sac au fermier du moulin de Vendelle appartenant aux religieuses.

99A : Arch. dép. Orne, H 3681 (manque, septembre 2002).

100Ind. : Archives départementales de l’Orne, Inventaire sommaire, série H, III (1899), 72¹.

1011 : Le sergent a saisié les choses mentionnés parce que « aucuns de la ville de Sees, la ou il estoit estagier et receant ne d’aillours ne pouroient ne devoient porter leurs blez moudre au dit moulin de Vendelle sans fere finance a la dite de Harcourt a cause que la moulin de la Roche qui est a la dite de Harcourt est souverain du dit moulin de Vendelle … la veue fete et douze hommes qui avoient a la dite monstree passez sans son en jugement … [comme les religieuses disaient] … afin que leur moulin de Vendelle demourait franc et exent de la dicte finances et subjeccion et que les dits hommes de Sees et d’aillours peussent aller moudre a leur dit moulin a dras avec ses appartenances, assis en la paroisse de Sanqueu et 10 soulz de rente que estoit tenu faire Robert Loysif, esdites religieuses, a cause de certain heritage, assis en la paroisse de Saint Ligier de la Haye et fet remuer le dit moulin de place en autre qui avoit esté ains en ses mains …».

390 Été 1357, Rennes.

Charles de Blois, duc de Bretagne, adoube Bertrand du Guesclin pour ses services dans la défense de Rennes, et le nomme capitaine de La Roche-Derrien (Côtes-d’Armor).

102Ind. : Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la Continuation de cette chronique (1344-1364), éd. Jean Lemoine, Paris 1896, p. 111-112¹.

1031 : « Comes vero Blesensis, audiens que facta fuerant et Bertrannum multis laudibus commendans, eidem concessit custodiam Rupis Deriani et eum accinxit noviter baltheo militari » ; cf. aussi J. Lemoine, « Du Guesclin armé chevalier », B[ibliothèque de l’]E[cole des] C[hartes], t. LVI 1895, p. 84-89. K. A. Fowler, The King’s Lieutenant, Henry of Grosmont, First Duke of Lancaster 1310-1361, Londres 1969, p. 161-165 pour une analyse du siège de Rennes (octobre 1356-juillet 1357) et du rôle de Du Guesclin. Lemoine, avec un peu d'exagération, dit que cet adoubement, probablement vers la fin de juillet, fut « le point de départ indispensable de ses hautes destinées ».

391 28 août 1358, Guingamp [?faux]

Lettres du duc et de la duchesse au gardien et au couvent de Franciscains de Guingamp à propos de leur sépulture dans leur maison.

104Pub. : J. Le Monnier, Guingamp, Avaugour et Penthièvre, Rennes 1923, p. 86, sans indication de source1.

105Charles, duc de Bretagne, vicomte de Limoges et Jeanne duchesse et vicomtesse desdits lieux à nos bien amez le gardein et couvent des frères minours de Guingamp qu’à présent sont et qui pour le temps advenir seront, Salut ! Pource que Nous ditz Duc et Duchesse, d’un commun assentement avons ordonné et élu notre sépulture, quant à Dieu faire son commandement de nous en votre église dudit couvent à Guingamp, entre le grand Aultier et les pieds de Monseigneur et de Madame de Penthièvre que Dieu pardoint. Nous vous mandons et deffendons, prions et requérons sur ce que vous nous pouvez déplaire, que vous ne ensépulturerez nul corps, quelque soit, ne, de quelconque estat, dedans le cueur de ladite église, sois tant seulement les corps des fondateurs d’icelle quand le cas se offrira. Guingamp, 28 août l'an de Grâces MCCCLVIII.

1061 : La version donnée par Le Monnier, sans indication de source, pourrait être basée sur un vrai original, mais c’est en partie une paraphrase modernisée plutôt qu’une transcription exacte ; on ne peut pas établir la part de l'éditeur dans l'établissement de ce texte. Ses autres transcriptions des actes de Charles sont assez exactes (cf. p. 94 n. 1 et 127 n. 1 pour des versions de Recueil, 9 (19 septembre 1342) ; 13 (28 avril 1343) ; 72 (10 août 1345) ; et 355 (10 juillet 1379) que, par inadvertance, je n’ai pas cité.

392-393 Avant le 21 avril 1359.

Pétition à Edouard III pour demander un délai sur les termes de sa rançon, suivie d’une obligation à payer £2000 à Johan Salmon, marchand de Bruges avant la fête de Pentecôte 1359, et le reste d’une somme de 50 000 écus à Londres le même jour¹.

107Ind. : Londres, TNA (PRO), C76/36 m/11, copie des lettres d’Edouard III le tenant quitte des paiements, 7 juin 1359².

1081 : 50 000 écus = £8,333 6 s. 8 d. sterling.

1092 : « Le roi a touz ceux qui cestes lettres verront ou orront, salutz. Pource que naidgaires a la requeste de Charles de Bloys, nostre prisonner, faisant propouser devant nouus (sic) que par diverses causes et empechement il ne pout aucunement lors paier a nous cinquant mille escutz d’or en queux il nous estoit obligez par ses lettres a paier en nostre citée de Londres a la feste de Pasques darrein passée, par cause de sa ranceon et delivrance de prisoun, nous eons prorogez le dit terme de paiement et esloignez tanque a la Pentecouste lors prochein ensuiant par tiele condiccion qu’il eut paiast pour nous et en nostre noun en la ville de Bruges a nostre feal marchaunt, Johan Salmon, deux mille livres d’esterlings a la dicte feste de Pasques et le demourrant des ditz cinquant mill escutz a nous ou a nostre tresorier a la feste de Pentecouste en nostre citée desusditz. Savoir vous faisons que le dit Charles ad loialement fait paier a nostre dit marchaunt les deux mille livres d’esterlings a la feste de Pasques et en la ville desusditz et le demorant des ditz cinquant mille escutz d’or fyn chascun escut comptée sur la value de quarrant deniers d’esterlings courrantz en nostre roialme d’Engleterre a nostre tresorier en la cité de Londres et a la feste de Pentecouste selonc le raport de la prorogacion et ses lettres obligatoires et par la cause desus ditz, dount nous lui quittons si avant et ses heirs a touz jours par le tenour des presantes come la entiere paiement des ditz cinquant mille escutz, nous eust esté faite la feste de Pasques avantdit, toutes les autres choses noun complies, comprises es dites lettres obligatoires demorantz en leur force et vertu. En tesmoignance de queue chose nous avons fait testés noz lettres overtz. Donné en nostre palais de Westmoustre le jour de la Pentecouste susdit. »

394 1359.

« Lettre de Charlles duc de Bretagne dabté lan mil IIIc LIX pour l’exempcion de la traicte au prouffilt dud. moustier [de St-Pierre de Rillé] ».

110Ind. : ALA, E 241/2 f° 8v, visite d’une commission ducale à l’abbaye de Rillé, mai 1474.

395 1360.

Lettres en faveur de Robert, évêque de Nantes.

111Ind. : BnF, MS français 5 505 f° 58r, fin du 15e s.

112« [I]tem littere Karoli ducis Britanie, vicecomitis Lemovicensis directe Roberto, episcopo Nannetensis, quod quovis ipse dominus episcopus sibi concessisset pro semel tantum per deputatos suos exigere per quamlibet donum sui territorii exeuntis intra dictam villam summam terram sentorum quod non vult ipse dux nec est sue intencionis ut per talia facta aut imposterum fiendam aliquod prejudicium generetur aut novum ius vel saisina acquiratur M. CCC LX. Signatus per G. »

396 1361.

Lettres de rémission aux habitants de Saint-Malo pour la démolition d’une « meutriere siccariam » au dehors de la ville, près de la Tour des Champs Vauvert appartenant à l’évêque.

113Ind. : Saint-Brieuc, Bib. mun., MS 76, « Histoire de la seigneurie ecclésiastique de la ville de St Malo […], composée l’an 1709 […] par messire René Poncé du Parcq, prestre, docteur de Sorbonne, Chantre et chanoine de l’église de St Malo », p. 57.

397 24 décembre 1362.

Lettres du duc Charles de Bretagne par laquelle « il veut que le droit et imposicion qu’il a fait levée sur les sujets du seigneur de Fougeres et Pourhouet ne soit d’aucun prejudice a leur privilege … »1.

114Ind. : Arch. nat., KK 893, f. 50v, Inventaire des titres du duché d’Alençon, vers 1678-1680, et dans la copie de cet inventaire dans Arch. dép. Orne, A 426, f. 50v, 19e s. « sous le cotte N VIII ».

1151 : Des lettres du duc Jean IV, le 7 juin 1365, sur le même sujet y sont aussi attachées.

398 16 février 1363, Nantes.

Rapport de l’enquête faite par Guillaume Richer et Pierre de Langon, commissaires du duc, avec Mr Guillaume de Champaigne, procureur de Nantes, suivant des lettres de 16 mai et 17 octobre 1362 (269 et 274), sur les droits du sire de Chaffault dans le forêt de Touffou.

116B : ALA, 1 E 490, copie du 16e siècle, dans lettres du duc et de la duchesse, le 12 décembre 1363 (282).

399 Avant le 29 septembre 1364.

Donation du duc et de la duchesse, avec l’accord de leur conseil, à Hervé du Juch des biens de Jacques Boulic dans le bailliage et le sénéchaussée de Cornouaille.

117Ind. : Arch. nat., JJ 104 fos 99v-100r nos 233-234, lettres de Charles V, 22 juin 1373 et du 26 juin 1373.

400 Avant le 29 septembre 1364.

Donation du duc et de la duchesse à Bertrand du Guesclin de « Châteaulin-en-Bretagne » (maintenant Châteaulin-sur-Trieux, Côtes-d’Armor).

118Ind. : ALA, E 238 f° 27v, inventaire par Hervé Le Grant, archiviste du Trésor des chartes du duc de Bretagne, 1395¹.

1191 : « Item une grant lettre de Charles de Bloys et de la contesse de Penthevre sa famme en coues doubles soubz un seau es cire vert erminé et le seau de la dicte contesse, qui se appellent duc et duchesse, contenant en la subscripcion : Lettres pour Messire Bretran du Glesquin dou Chastel de Chasteaulin en Bretaigne. » Cet item est suivi par plusieurs autres concernant l’acquisition de La Guerche par Bertrand du Guesclin par échange avec Pierre, comte d’Alençon, et de sa vente avec Châteaulin par Olivier du Guesclin, comte de Longueville, à Jean IV, duc de Bretagne (ibid., fos 27v-28v = Le Premier Inventaire du Trésor des chartes des ducs de Bretagne (1395). Hervé Le Grant et les origines du Chronicon Briocense, éd. Michael Jones, Rennes 2007, p. 149-152 nos 280-292).

401 1364.

Lettres de non-préjudice de la duchesse Jeanne en faveur des chanoines de l’église de Nantes pour leur aide et celle de leurs hommes pour la réparation des fossés et de la Tour neuve à Nantes.

120Ind. : BnF, MS français 5 505 f° 58r, fin du 15e s.

121« Item alie littere eisdem alligate1 Johanne, ducisse Britannie, vicecomitisse Lemovicensis quod quamvis canonici ecclesie Nannetensis voluerint de gracia quam eorum homines habitantes in territorio capituli juvarent ad reparationem fossatorum et turris nove castri Nannetensis hoc sit sine prejudicio in futurum, M. CCC LXIIII. »

1221 : i.e. les lettres de Charles de Blois, 1360, ci-dessus 395.

402 5 janvier 1367.

Quittance au duc Jean IV pour 10 000 l. de rente assignés sur les terres de l’Aigle1.

123Ind. : ACA, E 36, inventaire des titres de Bretagne, 1622, f° 24r-24v2.

1241 : Référence et analyse données gentillement par Erika Graham-Goering.

1252 : « Autre quittance de semblable somme de dix mil francs d’or sur l’assignation desd. terres de Laigle dattée le cinquieme jour de janvier l’an 1366. Signé Gaiquel ». cf. 311, 15 janvier 1367, pour une autre quittance, donnée à Paris, et signée par J. Le Voyrrier.

403 27 mars 1368, n.s.

Amortissement par Jeanne pour l’hopital à Dinan.

126Ind. : Arch. nat., S 4269A, inventaire des actes et des titres des Mathurins de Dinan1.

1271 : « Un autant de l’amortisemant accordé par Janne duchesse de Bretagne de partye des Eglize et maisons dud. hopital datté du 27e mars 1367 escrit en parchemin, signé et scellé ». Pour la generosité de Charles et de Jeanne envers des hopitaux de Lamballe, Guingamp, Dinan, La Roche Derrien et ailleurs, voir le témoignage d’Alain Raoul, prêtre, en 1371 (Plaine, Monuments, p. 87). Jean IV en donna confirmation de cet acte le 8 février 1369 (Recueil Jean IV, 134 et p. 704-705).

404 Avant le 19 avril 1368.

Obligation de « la dame de Penteuvre » envers Édouard, prince de Galles et d’Aquitaine pour une partie de la rançon de Bertrand du Guesclin, fait prisonnier à la bataille de Najera.

128Ind. : Arch. nat., J 381/82, lettres d’Édouard, 19 avril 1368, dans une copie du 25 avril 13681.

1291 : Le roi de France ainsi que le sire et la dame de Laval furent aussi cautions comme il semble apparaître de leurs obligations « a nous faites ».

405 1368.

« Item une lettre de quitance de la Contesse de Penthevre en coue simple soubz son seel en cire vert de l’an M. CCC LXVIII, contenant en subscripcion : La quitance de III anz de madame de Penthevre pour mons. le duc a cause des terres qu’il li doit bailler et assigner. »

130Ind. : ALA, E 238 f° 62v, inventaire du Trésor des chartes, 13951.

1311 : cf. Le Premier inventaire, éd. Jones, p. 228 no 643.

406 13 juillet 1370.

Permission de Jeanne à Charles de Dinan, seigneur de Montafilant, de fonder trois chapellenies à Montafilant, Côtes-d’Armor, avec des revenus provenant de dîmes et de rentes en blé dans la paroisse de Ploubalay.

132Ind. : ACA, E 490/3, dossier Seigneurie de Montafilant, 18e s.

407 31 août 1371.

Lettres passées devant les notaires du Châtelet de Paris par lesquelles Jeanne « transporta au dit mons. le duc [d’Anjou] par titre de pur don IIIc XXXIII l.. VI s. VIII d. de rente que elle souloit prendre par chacun an de son propre heritaige sur l’Eschiquier de la viconté et autres profiz et revenues de la ville de Rouen ».

133Ind. : Arch. nat., P 13341 no. 6, « Repertoire » (fin du 14e s.) des titres de Louis, duc d’Anjou et sa femme, f. 2v¹.

1341 : Le roi confirma ces lettres au mois de septembre 1371 (ibid.).

408 8 juin 1373, Bois de Vincennes.

Charles V donne à perpétuité une maison à Paris à Jeanne « venue demourer en nostre bonne ville de Paris et n’y avoit aucune maison ou elle peust demourer ».

135B : Arch. nat., JJ 104 f° 141r, copie contemporaine des lettres de Charles V¹.

1361 : Le roi lui donne la maison de feu Raoul de Lille « jadis nostre tresorier » et de damoiselle Jeanne du Drach, sa compaigne ; elle avait appartenu auparavant à Ayton Doria, chevalier, puis à son fils, Antoine « ou biez cimettiere Saint Jehan ». En même temps, le roi paye à Barthelmé Spifame la somme de 1 600 francs que Raoul et sa femme devaient au comte d’Armagnac et à sa femme.

409 2 décembre 1375.

Donation par Jeanne à Alain Rolland « d’avoir et tenir garenne et connils dans son manoir et appartenance de Carcouet, en la paroisse de Plestan [...] en faveur de son amé escuier Juhel Rolland, cousin dudit Allain ».

137Ind. : le comte de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. III, 6101.

1381 : « Autre acte de donnation concedée par Janne, duchesse de Bretagne et comtesse de Penthevre, à Allain Rolland, d’avoir et tenir garenne et connils dans son manoir et appartenance de Carcouet, en la paroisse de Plestan, avec prohibition desdittes garennes à tous autres d’y chasser, laditte garainne donnee franche et libre, comme les garennes des feaux chevaliers et autres gentilshommes de laditte terre de Penthevre, ladite donnation concedée par ladite Duchesse audit Allain, en faveur de son amé escuier Juhel Rolland, cousin dudit Allain, le 2e Decembre 1375. » Cet acte m’a été aimablement signalé par Germain Butaud, de l'université de Nice, octobre 2013.

410 10 décembre 1375, Angers.

Ordre de Jeanne de Penthièvre à ses conseillers messire Henri Phelippes, Henri le Prevost, sénéchal [deTréguier et du Goëlo] et Olivier de la Ville Eon d’enquêter et de rendre justice sur la plainte de Charles de Dinan, seigneur de Montafilant, devant sa cour de Goëlo, quant au fait qu'il était empêché par ses officiers de jouir de ses droits de mouture dans la paroisse de Trégomeur.

139A : ACA, E 1286/E 3655, coin supérieur droit déchiré, jadis scellé sur simple queue1.

140[Je]hanne, duchesse de Bretaigne, Contesse de Penthievre et Vicontesse de Lymoges, a nostre chevalier et conseiller messire Henry Phelippes et a Henry le Prevost, nostre seneschal, et a Olivier de la Ville Eon, salut. De la partie de nostre amé cousin messire Charles de Dynam, sire de Montaffillant nous a esté donné entendre en complaignant que noz officiers se efforcent de le empescher de avoir moulte et destroit des hommes de la paroisse de Tregomeur qui sont tenuz de luy proschement et qu’il tient de nous en souveraineté et dit par la coustume luy estre preuche a avoir la moulte des ses hommes a amener a son moulin a esue qu’il a dedenz le ban leue et dit qu’il a esté par nostre court de Gouello a nostre seneschal, alloué et procureur du lieu en requerant qu’ils vousissent dire la cause de celi empeschement ou le laisse joir et qu’il estoit prest de monstrer la cause et ses raisons par quoy il dit la chose a luy apartenir, les quelx n’ont voulu delivrer ne cognoistre de la cause senz mandement et povoir de nous. Et nous a supplié nostre dit cousin li pourveoir de remedé convenable. Pource est il que nous qui ne voudrions li empescher son droit vous mandons et comandons et se mestier est comettre que a ce appellé nostre procureur vous enformez deuement des choses dessus dites et surce faire raison a nostre dit cousin comme appartendra selon la coustume du pais. De ce faire vous donnons plain povoir et comandement especial mandons et comandons a touz noz subgiez qu’en ce faisant vous obbeissent et entendent diligement. Donné a Angers soubz nostre seel le Xe jour de decembre l’an mil CCC LX et quinze.
Par madame la duchesse, present maistre Geffroy Labbé
S. de Boueet2

141Dos : Il y a plusieurs endossements de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne et plusieurs cotes d'archives ; parmi les notes contemporaines, la principale semble être Lettres de ma dame pour li sire… ix/moultaux, tandis que juste au-dessus à droite en gros caractères est écrit Rochesuhart. Il n'est pas clair si ix qui se trouve juste en dessous s’y rapporte. Il y a un autre nombre xxxi sous l’endossement principal qui s’y rapporte peut-être.

1421 : Signalé par Erika Graham-Goering, de l’université de York en septembre 2013. Cette lettre était à l’origine classée dans E 1286, mais en fut enlevée pour être utilisée dans des cours de paléographie, probablement dans les années 1950 ; elle a été par la suite placée dans E 3655. Pour un autre ordre relatif à cette question, voir ci-dessus 344, 20 octobre 1377, qui porte aussi l’endossement Rochesuhart.

1432 : Signé à l’endroit où la queue de parchemin (maintenant disparue) commençait.

411 Avant le 29 septembre 1377.

Donation à Louis, duc d’Anjou de deux tiers d’un rente de 250 l.t. que Jeanne prend sur la recette de la vicomté de Rouen (cf. 407 ci-dessus)¹.

144Ind. Arch. nat., S 4269A, inventaire des actes et des titres des Mathurins de Dinan1.

1451 : Voir aussi M. Nortier, Documents normands du règne de Charles V, Paris 2000, p. 326 no 1452, d’après BnF, MS français 26016 no 2594, 15 novembre 1379.

412 Avant le 12 juin 1381 x 10 septembre 1384.

Lettres renonçant à une rente de 2 000 l. due par Jean IV.

146Ind. : Journal de Jean le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile, Louis I et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris 1887, p. 66, lettres de Marie de Blois, duchesse d’Anjou à Jean, duc de Berry1.

1471 : « Item tres chier et tres amé frere, comme monseigneur que Dieux absoille, et le duc de Bretaingne eussent eu certain accort ensemble, par lequel le chastel et chastellenie de Chastouceaux devoient et doivent demourer à mondit seigneur et à ses hoirs, et mondit seigneur devoit fair avoir audit duc lettres de madame ma mere, que Dieux absoille, par lesquelles elle le quitteroit à touz jours de IIm livres de rente à rabatre de la somme de Xm livres qu’il lui estoit tenus asseoir à heritage ; et pour les empeschemens qui sont survenuz, ledit duc n’ait encores eu lesdictes lettres de quittance des dictes IIm livres de rente, lesquelles madicte dame octroia despieça, et les ay par devers moy combien que une foiz lui feussent envoiées ; mais il respondi lors qu’il estoit moult empeschié, pour ce qu’il avoit aucun debat avecques les barons de son pais, si que il n’y povoit entendre. Il vous plaise conseiller vozdiz neveuz et moy comment nous aurans à proceder en ce fait, et faire tant devers ledit duc, que il vueille prendre sadicte quittance et donne ses lettres convenables pour l’acomplissement dudit tractié. ̶ Audit article respont monseigneur de Berry que il sera expedient, que les messagés que la Royne envoiera devers le Roy portent la copie des lettres que l’en a du duc de Bretaingne, et aussi la copie de la quittance de IIm livres que a fait audit duc feu madame la duchesse de Bretaingne, pour avoir avis avecques le conseil, comment l’en y porra proceder et en ce il fera tout le bien qu’il pourra. »

148Je suis très reconnaissant à Erika Graham-Goering de m’avoir signalé cette lettre. Il semblerait qu'elle ait été produite à la suite de l’accord passé avant le 12 juin 1381 entre Jean IV et Louis, duc d'Anjou à propos de Champtoceaux, Maine-et-Loire : Recueil Jean IV, 374 et cf. John Bell Henneman, Olivier de Clisson et la société politique française sous les règnes de Charles V et de Charles VI, trad. Patrick Galliou, Rennes, 2011, p. 154-155. Plus tard, Marie et Louis d’Anjou utilisaient cette lettre comme atout dans des négociations avec Jean IV, qui ne voulait leur rendre Champtoceaux qu’en 1387.

413 19 juillet 1381, La Roche Derrien.

Concession à Charles de Dinan, sire de Montafilant, suite à une pareille donation par Jean IV1.

149B : ACA, E 1762, copie du 17e siècle d’un vidimus de Pierre des Essars, prévôt de Paris, 7 septembre 1408.

150Jehanne, duchesse de Bretaigne, contesse de Penthevre et vicontesse de Limoges a tous ceux qui ces presentes lettres verront et orront salut. Comme il nous soit apparu que nostre tres cher cousin le duc de Bretaigne, conte de Montfort et de Richemont, ait fait certainnes graces a nostre tres cher et feal cousin messire Charles de Dinan, sires de Montafillant, si commes plus a plain est contenu es lettres de nostre dict cousin le duc, desquelles la teneur sensuit : Jehan, duc de Bretaigne… [comme Recueil Jean IV, 381]. Nous, qui avons eüe consideration aux bons et agreables services que nous a fait le temps passés le dit monsieur Charles, nostre cousin, a icellu avons octroyé, et par ces presentes lettres octroyons de nostre grace especialles, et donné license pour luy et ses hoirs que ils puissent bailler par herittaige a cents ou vente perpetuelle, par deniers, par bleds, poullailles ou autres devoirs teulx comme il leur plaire, touttes et chascunnes les terres arrables et non arrables qui sont tenues de luy a demainne en nos terroiers, non obstant que es temps passés eussent accoustumez estre gouvernées comme a demaines, en retenantsa luy et ses hoirs obeissance sur les hommes et tenours a qui ils bailleront celles choses, combien que ainsy ne le puisse faire si ce ne feust de nostre grace especialle, a joir sus ses hommes demeniaux en tant comme il nous en touche, saufve nostre seigneurye, juridiction et ressort, et sans prejudice de nul de nos subgies et pour ce que nous ne voudrions que sous umbre de nostre grace fust fait aucun prejudice aus subgies de nostre dit cousin, ne a autres en ampliant nostre dite grace faitte a nostre dit cousin, avons octroyé aux chevalliers, escuyers et aux autres nobles hommes et subgies de luy qu’ils puissent user chacun d’eux en sa terre et demainne que us ils tiennent de nostre dit cousin noblement de telle et semblable grace, et ce avons octroyé et octroyons a nostre dit cousin sauf nos droits, nostre seigneurye et noblesses en touttes choses. En tesmoing de ce, et que ce soit ferme chose et stable a toujours, nous avons fait mettre nostre scel a ces presentes. Donné en nostre ville de la Rochederyain le XIXe jour de juillet l’an 1381. Ainsy signées par madame la duchesse, presens Henry Le Prevost, son senechal de Treguyer et Gouellou, et Geoffroy de la Motte, alloué de Gouellou, et S. de Boueet.

151: Référence et transcription données par Erika Graham-Goering.

Additions à l’itinéraire

Date

Lieu

4 juin 1337

Paris (C) (363, 364)

1er mai 1342

Nantes (C) (367)

4 juillet 1345

Jugon (C) (375)

6 juin 1353

Westminster (C) (387)

28 aoȗt 1358

Guingamp (C & J) (390)

1er mars 1360

Nantes (C & J) (240)

26 mai 1360

Nantes (C) (245)

11 mars 1365

Angers (J) (302)

11 décembre 1365

Paris (J) (305)

15 janvier 1366

Paris (J) (307)

4 mai 1366

Paris (J) (308, 309)

17 décembre 1366

Paris (J) (310)

15 janvier 1367

Paris (J) (311)

23 février 1367

Paris (J) (312, 313)

17 décembre 1367

Paris (J) (314)

4 avril 1368

Paris (J) (315)

13 septembre 1368

Paris (J) (316)

25 mars 1369

Paris (J) (317)

9 juillet 1369

Paris (J) (320)

29 janvier 1370

Paris (J) (321)

9 mars 1370

Paris (J) (322)

5 mai 1370

Paris (J) (323)

1er octobre 1370

Paris (J) (325)

Février 1371

Paris (J) (326)

23 mai 1371

Paris (J) (329)

24 juin 1371

Paris (J) (330)

31 aoȗt 1371

Paris (J) (407)

21 octobre 1372

Paris « in vico novo Beate Marie » (J) (334)

17 juin 1371

Paris (J) (337)

10 décembre 1375

Angers (J) (410)

30 septembre 1377

Guingamp (J) (343)

20 octobre 1377

Lamballe (J) (344)

13 juillet 1378

Guingamp (J) (346)

22 juillet 1378

Guingamp (J) (347)

10 juillet 1379

Dinan (J) (355)

12 juillet 1379

Dinan (J) (356)

2 mai 1381

La Roche Derrien (J) (361)

19 juillet 1381

La Roche Derrien (J) (413)

Postscriptum

152Au moment de terminer les corrections des épreuves de cette édition électronique, j’ai reçu encore une fois d’Erika Goering-Graham quelques nouveaux renseignements sur ses découvertes faites pendant une visite juste avant Noêl 2015 aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. Elle a trouvé dans APA, E 740 fos 3-6, une copie du 16e s. du texte complète de 134, et deux autres mandements concernants les activités d’Emars Lestrade, bourgeois d’Excideuil, et ses fils, comme fermiers et prêteurs de l’argent, l’un donné le 23 octobre 1349 à Châtelaudren, adressé à Guillaume de la Marche, sénéchal de Limousin et aux juge et receveur de Limoges, et l’autre (une transcription très partielle), probablement du même jour, adressé au receveur de Limoges. Nous espérons ajouter les détails à cette édition dans un proche avenir.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540