Version classiqueVersion mobile

Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre

 | 
Michael Jones

Appendice II

Texte intégral

1Plaintes des consuls et habitants de la chatellenie de Limoges contre les défauts des officiers de Charles, duc de Bretagne, vicomte de Limoges [vers 1348-1350].

2A. APA, E 740, rouleau de parchemin, 250 x 760 mm. Ce sont les griefz que les gens mons. de Bretaingne, viconte de Lymoges, ont fait et font de jour en jour aus consoulz et habitans du chastel et chastellanie de Lymoges.

3Premierement, que les ordennances et reformacions faites par le bon duc Jehan, qui Diex absoille, o grant deliberacion de son noble conseil, les officiers du duc qui est a present, en grant grief et prejudice des diz habitans ne veullent tenir ans les rompent et enffraignent de jour en jour a tort et sanz cause.

4[2] Item, que les gens du dit duc mettent de jour en jour penonciaux es biens et heritages des diz habitans sanz ce quil soient convaincus sans cognoissance de cause et sanz meffait dont il soient atains.

5[3] Item, que pis est, les dictes gens de mon dit seigneur ont mis et fait metre en hostals de plusiours des habitans du chastiau de Lymoges sergens et mangeurs en hostages aus despens des diz habitans, les quelx prennent de leur auctorite des biens meubles des diz habitans pour leurs despens, tel comme leur plet a faire, et leur font plussours griefs et domages a tort et sanz cause, et sans ce que il fussent en aucune maniere condempnez ne convaincuz ne pris en aucun meffait du temps passe et sans cognoissance de cause.

6[4] Item, les gens de mons. ont pris et prennent de fait toutes les armeures quil trouverent a ceulx qui meurent sans heritiers males dessendens de son corps et, qui pis est, ont parforcie et parforsent aucuns heritiers de paier et rendre meilleur harnois que leurs predecesseurs navoient eu au jour quil mouraient, et les ant contrains et constraingnent a faire dicelles chouses, et de plussours autres dependans dicelles, finance combien quil eussent hoyrs comme filles, neveux et cosins a qui les dictes armeures appartenoient.

7[5] Item, les gens de mons. ont pris et prennent de novel les biens des bastars du chastel de Lymoges qui sont mortz et vendus et exploictier sanz inventoire, non obstant ordenances qui eussent faites de leurs biens et les heritiers quil avoient ordenne ou les plus prouchains deux a qui la succession appartenoit demandassoit la recreance, combien que autre fois ait este reforme par les reformateurs de mons. et, qui pis est, quant telz demandent la recreance diceulz biens les gens de mons. leur saisissent les autres biens et leurs y mettent panonciaux, et leur retiennent les lettres et les testamenz quil leur portent pour monstrer de leur droit.

  • 1 faiz rajouté au dessus de la ligne.

8[Note en marge gauche : pour avoir suerant] [6] Item, come les habitans du chastel de Lymoges soient en possession par tant de temps quil nest memoire du contraire de appeller des sentences contre eulz donnees et autres grief a eulz faiz1 par les gens de mons. au Roy nostresire et a ses gens tant de toutes interloqutoires diffinitives et autres greiz fais a eulz ou demandez entreulz, le juge de Lymoges a mis e met tels appellans et retenue en amende, de la quelle amende mandera tantost lever et exequter de fait a tort et sans cause et avant quil soit cogneu de la cause de la appellacion, dont il nya cognoissance de cause en grant grief du Roy nostresire et de sa souverainete et ou grant grief des diz consoulz et habitans.

9[7] Item, comme li bourgois et habitans dudit chastel de Lymoges et de la chastellanie soient et peut estre lonc temps en bone possession et saisine de mener, posseder et tenir ou chastiau et chastellanie de Lymoges seignorie fondaulz en plussours maisons, vignes et terres et autres possession dyceulz a eux, par les quelles seignories leur sont deues ventes et achas quant les chouses se vinent ou se vendent, tant par pleiner droitz a eulz appartenant comme par coustume notoire jugiee et approprie de faire reassense es diz lieus, nientmains le juge et le procureur et autres officiers de mons. se efforsent de eulz empeschier en la possession de leurs ventes et achas, et de fait les lour occupent, en eulz disant avoir fait aucunes imposicions a labbe de Saint Marsal en grant grief et prejudice deulx et en eulz empeschans en leur dicte possession, non obstant que les vendeurs et les achateurs les avoient a seigneurs fondaulz, et demandent estre vestis deuls en la maniere que leurs predecesseurs les avoient. Et leur font saisir leurs biens et heritages vendus et mettre leur ventes en main de court et promettent que labbe de Saint Marsal guage es dictes biens vendiz, le quel abbe ne son couvent nen restituera rien par applegament faire davant les gens mons. a qui toute jurisdiction appartient, et par ainsi coment que les gens qui sont guager furent ou led. abbe par ce que ne trouvent remede par applegement ne autrement davoir leurs gaige.

10[8] Item, comme ou chastel et chastellanie de Lymoges ait grant nombre de sargens qui mingent et gastent le pays sans ce quil nen y doye avoir que vj par les ordennances anciennes, nientmeins yceulx sergens font prises et saisies de biens et de gens sanz avoir mandement de juge ne de prevost ne dautremant le povoir de mons. en atribuant a eulz ce puissance de cause qui povoir nen ont et pour avoir prouffit daucuns des habitans en leur burse.

11[9] Item, quant les gens du seignour font prises ou saisines sur aucuns des habitans du chastiau de Lymoges des portes de leurs maisons ou de leurs autres biens et les diz habitans demandent recreance dyceulz biens ou plege de faire et de prandre droit davant les gens de mons., les gens dudit seigneur refusent a faire recreance par quoy en deffaut deulz convient a pleigier aus gens du Roy nostresire comme nul ne veulle demourer sanz les portes de sa maison et ce est en domage de nostresire qui en deust avoir la cognoissance et en grant grief des diz habitans.

12[10] Item, comme les consolz du chastiau de Lymoges soient et nent este de tout temps en bone possession et saisine de demander et faire demandez en la court de mons., et en toutes autres, de faire faire gagemens de doner acusages et faire saisines et faire touz les autres faiz en jugement pour nom de la commune du chastel de Limoges, que tout autre puet faire, et aient acustume de tous temps de plaidier par eulz et par leurs procureurs contre toutes autres personnes et de avoir et prenre les proces fais en toutes leurs parties de la dicte court, les gens de mons. de nouveau et de fait et sanz cause sefforsent eulx empeschier en ce par quoy en deffaut deulz leur convient endrecier toutes leurs demandes en autres cours que en la cour de mons.

  • 2 . Le 10 février 1346, des lettres furent données à Fouques de Brueil, chevalier prévôt (...)

13[11] Item, cum bien que la ville dudit chastel de Lymoges soit notoirement es frontieres des guerres et en grant dobte et peril des ennemis et pour ce conveigne fere guet pour garder ycelle ville nuyt et jour, les sergens dudit chastel ne veulent fere le dit guet ne ayder a garder la ville jesoit ce quilz habitent en ycelle et y aiont plussours biens heritages et meubles2.

14[12] Item, comme les diz sergens aient acquis en la dicte ville plusiours heritages sur les quelx len a acoustume dancienete prandre et lever tailles subsides pour convertir aus necessites de la ville, nientmoins yceulz sergens ne voulent aincoys recusent a contribuer aus tailles et necessites de la ville par cause des diz heritages et autres biens quil ont meubles et inmeubles jesoit ce quilz y soient tenuz de raison, et ce il font en grant grief et prejudice de la ville voulans par puyssance et souz umbre de leur office affranchir les diz biens la quelle chouse ne puet ne doit estre faite.

15(m. 2) [13] Item, comme les diz conssoulz et habitans eussant de lonc temps une maison en la dicte ville la quelle souloient assembler quant besoing estoit appellee le cossolat et pour ce quelle cheoit en ruine et en mauves estat il la eussent delayssie jucques a tant que laussant reparae ce et mis apoint et une partie de la dicte maison de la part devant fust encore en point un des sergens dudit seigneur se bota et arberga dedans et mantenant y tient len la court dudit seigneour la quelle soloit estre tenue aillours et ya asses ont la court en la dicte ville et ycelle maison tenont les gens dudit seigneur encore occupee en grant prejudice des diz cossouls et habitans.

16[14] Item, ou temps passe les avocaz et plaideurs de la court dudit mons. le duc eussent accustume a avoir et prandre salaires competens et aggreables aus personnes qui pleidoient en la dicte court, maintenent et depuys nagueres de temps ils en prenent et veulent avoir trops grans et oustraigeus salaires et pour ce les bonnes gens ne pouvent plaidier ne leur raison acquerre en la dicte court pour ce quilz ne pouvoient tant paier, la quelle chosse est en grant domage du seigneur et prejudice des habitans de la dicte ville.

17[15] Item, comme plussours fois aveigne que en la court dudit seigneur len vende aucuns et plussours heritages de menors, pupilles et autres personnes par maniere de ban et de excepcion il avient souvent que les officiers et avocaz de la dicte court eussent aucuns pris par maniere dachat es chouses dessus dictes et plussours fois les chouses vaillent la moitie plus ou environ quil nen oufrent, toutesvoyes leur demevient elles au pris que ilz ouffrent quar il nia homme qui ouse donner ne ouffrir sur eulx par lour puyssance. Et aucunes foiz au nom et a la priere dautres personnes qui lour en paient et leur en font aucunes courtousies ilz dient sur les dictes chouses en grant prejudice et domage des diz pupilles et autres habitans de la dicte ville.

18[16] Item, le juge, le procureur et le prevost et plussours autres sergens du dit chastel ont eu pris et leve par eulx et par autres des habitans dudit chastel plussours et grant quantites de leurs biens indeuement a tort et sanz cause raisonable.

  • 3 aient volu répété dans le MS.

19[17] Item, comme le pavage du chastel de Lymoges ait acoustume estre destine a la repparacion des mais pas et mons. le duc Jehan cuy Dieu absoille et depuys madame la duchesse aient voulu3 et mande par plussours lettres que len foist jour les cossouls du dit chastel dudit pavage come deus appartenens et ait este cesse bien par lespace de cinq ans ou environ, nientmoins les gens dudit seigneur lont tenu et tenent occupe ne ne les en voulent laissier joir ne fere respondre des arreyragies en grant grief et prejudice des diz cossouls et habitans de la dicte ville.

20[18] Item, jesoit ce que soit acoustume deinciennete de lever par lemolumens du seel de mons. establi ou chastel de Limoges de letre de debte juques a la some de x l. vj d. tant seulement, juques a la somme de xx l. xij d. et quant passe vint livres et de letre testimonial perdurable pour quant que le contrait soit gros ou de gros fait ou de grant some ij s. tant seulement, et par semblable maniere len leve du seel du Roy de Limoges, nientmoins cely qui tient maintenant le dit seel de mons. sefforce de demander et lever en oultre grossement plus que nest acoustume en grant prejudice de la ville et contre les bonnes coustumes, libertes et franchises dicelle.

  • 4 Je voudrais remercier très vivement Mme Béatrice Leroy pour sa gentillesse amicale en vérifi (...)

21[19] Item, jesoit ce que len ait acoustume a paier tant soulement iiij d. pour chescune acte de la court mons. denregistrer et lever, et lescrivain de la cour sefforce de lever et exiger en oultre et prenne plus grans et exciecieux salaires quil ne doit des parties et escriptures de la court en grant prejudice de la ville et contre les bonnes coustumes, libertes et franchises dicelle4.

22Dos : E y fates la copia dalcuns greus aus lez gens de monseigneur le Vescomte de Lemotges enfech e fay hous habitans deuz chasteu de Lemotges tot ? iour [...] is.

Notes

1 faiz rajouté au dessus de la ligne.

2 . Le 10 février 1346, des lettres furent données à Fouques de Brueil, chevalier prévôt de la ville et du château de Limoges pour le duc de Bretagne, certifiant que en cas d'une attaque les habitants furent obligés de faire le guet et la garde par jour et nuit (M. Bertrandy Études sur les chroniques de Froissart, Bordeaux 1870, p. 297, d'après Bib. Imp. Mss H. 115 que je n'ai pas retrouvé). Au mois d'octobre 1345, le duc de Normandie avait donné des lettres pour la fortification de la ville (ibid., 223, citant AN, JJ 68 f° 89).

3 aient volu répété dans le MS.

4 Je voudrais remercier très vivement Mme Béatrice Leroy pour sa gentillesse amicale en vérifiant sur l'original aux APA ma transcription, faite d'après une photocopie.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search