Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Figures du marginal dans Kamouraska et Les Fous de Bassan d’Anne Hébert

Adela Gligor

Texte intégral

1La question de la marginalité, dans ses diverses formes, ethnique, linguistique, raciale, sexuelle, religieuse ou psychique, se retrouve dans l’œuvre d’Anne Hébert, peuplée de nombreuses figures d’exclus, de parias. La dynamique des rapports entre les marginaux et le Centre communautaire se rencontre principalement sous deux formes : les personnages peuvent se voir refuser le droit d’accès à un univers familier ou bien ils s’en excluent eux-mêmes, se plaçant en dehors d’un monde qu’ils ressentent comme fondamentalement différent d’eux-mêmes. Mais quelle que soit leur marginalité, les personnages hébertiens se retrouvent souvent en dehors du Centre communautaire qui se resserre autour de ses sujets, se referme sur son monde familier, se gardant du contact avec l’étranger, avec l’Autre.

La marginalité ethnique et religieuse

  • 1 Anne Hébert, Les Fous de Bassan, Seuil, 1982, sera abrégé selon le sigle FB.

2Dans l’univers romanesque de Kamouraska et des Fous de Bassan on découvre, en filigrane, la problématique des rapports antagonistes entre la communauté francophone catholique et la communauté anglophone protestante, langue et religion allant de pair dans cette confrontation. Si, dans Kamouraska, la vision de la communauté francophone comme minoritaire par rapport aux anglophones du Canada correspond à la réalité du statut historique et politique des Québécois, dans Les Fous de Bassan, Anne Hébert renverse cette même réalité, en présentant la communauté anglophone de Griffin Creek comme marginale par rapport aux francophones. Ces anglophones loyalistes et protestants qui avaient quitté, en 1782, les Etats-Unis, en refusant l’indépendance américaine et en restant « fidèles à un roi fou » (FB1, 14), étaient venus s’installer sur le terrain entre Cap Sec et Cap Sauvagine, terrain qui leur avait été concédé par le gouvernement canadien. Mais voilà que, deux cents ans plus tard, le « peuple élu » (FB, 13) de Griffin Creek, comme l’appelle le révérend Nicolas Jones, ce peuple dont il ne subsiste que « quelques vieux rejetons sans postérité » (FB, 14), est submergé par la communauté des francophones, animée par la force d’une humanité naissante. Ceci explique l’irritation, voire la haine du révérend quand il décrit les nouveaux arrivés au village :

En étirant le cou on pourrait voir leurs bicoques peinturlurées en rouge, vert, jaune, bleu, comme si c’était un plaisir de barbouiller des maisons et d’afficher des couleurs voyantes. Ces gens-là sont des parvenus. (...) Ils ont racheté nos terres à mesure qu’elles tombaient en déshérence. Des papistes (FB, 13).

  • 2 Roger Dadoun « Mais quel Occident ? Quels autres ? » in En marge. L’Occident et ses autres, Paris, (...)

3La description caricaturale des habitations francophones, avec leurs couleurs vivantes (rouge, vert, jaune, bleu), passe sous silence le véritable symbolisme de ces couleurs qui rappellent les quatre éléments (le feu, la terre, l’air, l’eau), exprimant une vitalité débordante qui n’a rien à voir avec le tableau sombre des habitations délabrées des quelques anglophones restés au village. Ce mépris du révérend envers les francophones, dont la présence est perçue comme importune et même dangereuse, exprime les derniers sursauts de sa conscience désespérée qui tente illusoirement de restaurer l’image mythique, ancestrale des anglophones en tant que vrais fondateurs du village : « L’autre peut être perçu comme élément conflictuel, comme ennemi redoutable, mais qui ne souligne que mieux l’homogénéité, qui n’accentue que plus fortement la figure du groupe2 ». Mais le geste de Nicolas Jones reste vain, car le maître spirituel de la communauté de Griffin Creek n’est lui-même plus qu’un vieux serviteur divin à la voix cassée, prêchant dans une église qui tombe en ruine, devant quelques vieillards « rescapés à grand-peine du malheur de Griffin Creek » (FB, 53).

  • 3 Ibid., p. 14.
  • 4 Anne Hébert, Kamouraska, Seuil, 1970, sera abrégé selon le sigle K.

4Si cet autre qui est le marginal se trouve « en instance d’humanité, il forme une humanité potentielle qui n’a pas encore d’ancrage défini, littéralement donc un no man’s land, et il suffit que les règles du groupe, les ancrages et les racines lui soient appliquées pour que son incorporation, son identification puissent s’effectuer3 ». Sauf que, dans l’univers hébertien, cette intégration de l’autre reste à l’état de désir, de rêve inassouvi. Ainsi, dans Kamouraska, le docteur Nelson a beau essayer de se faire passer pour un bon catholique, en allant à la messe, le dimanche matin, dans l’église de Sorel, on se rappelle toujours ses origines protestantes. Il a beau s’efforcer de bien parler français, on remarque tout de suite son accent américain, ainsi que ses fautes de grammaire : « Celui qui dit « le » table, au lieu de « la » table, se trahit » (K4, 124). Il reste un étranger et un marginal par rapport à la communauté des francophones catholiques de Sorel, le climat de méfiance réciproque l’obligeant de se tenir à l’écart :

Tante Luce-Gertrude murmure que le plus étrange de toute cette histoire est que le docteur Nelson habite une petite maison d’habitant, dans la campagne, vit comme un colon et, depuis deux ans qu’il est à Sorel, malgré sa jeunesse, refuse absolument de se mêler à la société de Sorel… (K, 112).

5Le marginal hébertien se délimite donc souvent par sa différence ethnique ou religieuse à une communauté considérée normale qui, elle, a le pouvoir d’établir les règles et le droit de dire ce qui est normal et légitime dans le cadre communautaire, ainsi que ce qui ne l’est pas et qui, par la suite, doit être considéré avec méfiance ou même refoulé en dehors de la communauté.

  • 5 Max Horkheimer et Theodor Adorno, La Dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, Gallimard, (...)

6Mais cet équilibre entre le Centre communautaire et les marginaux est relatif et les acteurs du jeu peuvent, à tout moment, prendre la place les uns des autres. Celui qui vit en marge, qu’on qualifie, de manière le plus souvent péjorative, de « marginal », se définit par rapport à une majorité qui établit les règles, les normes. Mais qu’est-ce qui permet à cette majorité de juger ceux qui sont différents ? « La haine (contre les marginaux) se décharge sur des victimes sans défense. Et comme celles-ci sont interchangeables, selon les circonstances : gitans, juifs, protestants, catholiques, chacune d’entre elles peut prendre la place des meurtriers, avec le même aveuglement dans la volupté sanguinaire, dès qu’elle se sent puissante parce que devenue normale5 ». La marginalité serait ainsi le fruit d’un acte de domination et de prise de pouvoir, acte qui a, plus d’une fois, une valeur arbitraire. La majorité qui se proclame elle-même comme « normale » traite avec réticence, mépris ou haine tous ceux qui sont jugés « a-normaux » - s’arrogeant le droit de les exclure du cercle communautaire. Seulement, ces parias risquent de devenir eux-mêmes puissants un jour, en faisant basculer l’ordre d’hier et en prenant la place de ceux qui les marginalisaient. Ainsi, dans Les Fous de Bassan, la communauté anglophone de Griffin Creek, dont il ne subsiste plus, après deux cents ans d’existence, que quelques vieillards, se voit submergée par la jeune et vigoureuse communauté francophone.

La marginalité raciale et physique

  • 6 Le docteur George Nelson, amant d’Elisabeth, partira à Kamouraska, en plein hiver, pour tuer le mar (...)

7Beaucoup moins présente dans l’œuvre d’Anne Hébert que dans celle de William Faulkner, la problématique des rapports entre les races, notamment entre les Blancs et les Noirs, se retrouve dans Kamouraska. Cette problématique y est plutôt subordonnée à la volonté de l’auteur de créer un univers symbolique, où la blancheur du décor hivernal s’oppose à la noirceur physique du personnage qui traverse le « désert de neige » pour perpétrer l’acte criminel qui le mènera à sa perte6. Les références à sa noirceur se font sur le mode métonymique ; on parle des yeux noirs du docteur Nelson, de son regard noir, de ses vêtements, de son cheval ou de son traîneau, noirs aussi, mais on fait très peu allusion à la couleur noire de sa peau. Elisabeth parle de sa « belle tête noire » (K, 208), un des témoins du procès se rappelle le jeune étranger qui avait le « teint brun coloré » (K, 205). Elisabeth explique la décision de George Nelson d’éliminer le mari-rival comme une volonté du docteur de prendre sa revanche, de rétablir une injustice qu’on lui avait faite, dès son enfance : le fait d’avoir été chassé de la maison parentale par son père, malgré la volonté de sa mère, devient le moteur de sa lutte éternelle contre la mort. Sa volonté d’éliminer le père, coupable de l’avoir privé de la présence maternelle, rappelle le conflit œdipien ; mais il voudrait aussi tuer le fils, cet autre fils, Antoine, ami d’enfance, ce double à la peau blanche, aux joues rondes qui, lui, connaît le bonheur de grandir à côté de sa mère, à la différence de « l’enfant noir et maigre » (K, 198).

8Aurélie Caron, servante d’Elisabeth et complice, malgré elle, dans le meurtre du premier mari de celle-ci, est, elle aussi, noire ou peut-être amérindienne : elle a un « profil blême, aux lèvres décolorées » (K, 190), un « teint lunaire » (K, 180), des « cheveux crêpelés » (K, 176). Figure de sorcière, incarnation infernale, la jeune négresse est chargée par sa maîtresse d’empoisonner le mari ; ayant échoué dans sa mission, c’est son pendant masculin, l’amant noir d’Elisabeth, le docteur Nelson, qui accomplira le crime.

9Une autre forme de marginalité, cette fois-ci liée à la couleur des cheveux, se retrouve dans les deux romans ; Elisabeth d’Aulnières, dans Kamouraska, de même que Nora Atkins ou bien son oncle, Nicolas Jones, dans Les Fous de Bassan, sont roux - couleur qui, dans les représentations mythologiques chrétiennes, est un symbole des flammes infernales. Ces êtres hébertiens sont en effet d’essence diabolique, se laissant emporter par le feu secret de leurs pulsions, de leurs désirs sexuels. Les cheveux roux du révérend Nicolas Jones et de sa nièce Nora Atkins constituent l’indice de leur étroite parenté dans le désir :

Tout le monde sait bien que les deux les plus roux de Griffin Creek se ressemblent, comme père et fille ; bien qu’ils ne soient que l’oncle et la nièce (FB, 45).

10Aussi, dans Kamouraska, ce n’est pas un hasard si l’une des filles de joie que fréquente Antoine Tassy est rousse, cette couleur suggérant la souillure morale de la fille, de même que celle du mari infidèle :

Mary Fletcher, une prostituée. Seigneur ! Son manteau rouge, ses cheveux carotte. Et vous triste sire qui la suiviez sur le trottoir, comme un sale petit mouton. Vers son grand lit, aux draps souillés (K, 68).

11Dans Les Fous de Bassan, l’un des personnages présente une petite malformation physique. Il s’agit d’Olivia Atkins, qui aurait deux de ses orteils collés l’un à l’autre « par une petite peau » (FB, 81), comme chez les canards. Nora Atkins, jalouse de l’amour de Stevens pour Olivia, ne manque pas de divulguer à celui-ci le petit détail anatomique qui révèle la monstruosité physique de la jeune fille et qui la place en marge par rapport aux autres humains. Le pied palmipède d’Olivia serait l’indice d’une existence aquatique antérieure à son existence terrestre, ce qui explique son aisance dans l’eau quand elle va nager dans la mer, à l’aube, avec sa grand-mère et sa cousine.

12Sans que l’œuvre d’Anne Hébert soit véritablement imprégnée de discriminations raciales ou physiques, il arrive que certains personnages, différents par leur couleur de peau ou de cheveux, soient marginalisés ou qu’on les associe à des forces maléfiques et qu’on leur assigne des rôles infâmes. Dans Kamouraska, c’est d’abord Aurélie Caron, la servante au profil prognathe, qu’on charge d’empoisonner le mari d’Elisabeth, et après, c’est au docteur Nelson, noir lui-aussi, d’accomplir la mission funèbre. Une fois le crime découvert par la police, il sera arrêté et devra retourner aux Etats-Unis, son pays natal, sans jamais pouvoir revoir sa maîtresse, celle qui, d’après ses propres dires, a ruiné sa vie : « It is that damned woman that has ruined me » (K, 244). Par contre, Elisabeth, la complice à la peau blanche, se sortira assez bien de cette affaire de meurtre, car, au bout de deux mois d’emprisonnement, elle sera libérée sous caution, en raison de sa « santé bien fragile » (K, 240) parce qu’elle est une jeune mère de trois enfants « en bas âge » (K, 240) qu’elle doit élever.

La marginalité sexuelle

13On pourrait affirmer, à propos de Kamouraska, que c’est un roman de femmes, pour la simple raison que la présence masculine y est minoritaire et, ce qui plus est, leur propre parole est conditionnée par le discours féminin. N’ayant aucune place dans cette société matrice gouvernée par les femmes depuis des générations, les hommes finissent par en être expulsés, comme Antoine Tassy, le mari d’Elisabeth, tué pour avoir été « un bien méchant homme » (K, 101). Il arrive aussi que les hommes soient marginalisés en raison de leurs mauvaises actions, comme le docteur Nelson qui s’enfuit aux Etats-Unis en essayant d’échapper à l’accusation de meurtre. De toute manière, dans ce gynécée destructeur, les hommes n’ont qu’une seule alternative : se soumettre au pouvoir féminin ou disparaître. Les lois implacables de cet univers gynocentrique le disent :

(...) toutes les femmes mariées, après avoir donné naissance à une petite fille, n’ont plus qu’à devenir veuves le plus rapidement possible (K, 96).

14Le mari est perçu comme « monstrueux » (K, 97) et sa conduite brutale envers sa femme ne reste pas impunie ; le monde féminin devient solidaire afin d’encercler l’« ennemi » et de le sommer de se rendre. Tous les moyens sont bons, pourvu que l’ordre de cet univers soit rétabli :

Sur cette image d’un homme qui ne fait pas de vieux os (ce qui arrangerait tout), mes petites tantes laissent aller leur imagination la bride sur le cou. Pensent clairement : « Mon Dieu faites qu’il meure ! » Puis s’épouvantent d’avoir osé mettre Dieu dans leur mauvaise pensée. Se corrigent aussitôt. Entrent en prière avouable. A genoux, le soir, au pied de leur lit de religieuse : « Mon Dieu faites qu’il se con-ver-tis-se » (K, 97).

  • 7 Cf. Sylvie Briand, « Les Fous de Bassan d’Anne Hébert ou l’apocalypse du griffon » in Etudes França (...)

15Dans la catégorie des marginaux sexuels se retrouvent aussi les personnages dont l’identité sexuelle reste assez floue, ambiguë. Ainsi, Stevens, dans Les Fous de Bassan, par son désir de faire preuve de sa virilité, à travers sa tenue vestimentaire, cacherait une « homosexualité latente7 ». D’ailleurs, à la fin du roman, dans la dernière lettre qu’il écrit en 1982 à son destinataire absent, Stevens révèle une certaine féminisation. Il souffre de crises nerveuses, ses cris relevant de l’hystérie féminine :

Je pleure et je crie. Je tremble et je frissonne (...). Je tricote comme une femme. A partir du moment où un homme pleure comme une femme, aucune raison pour qu’il n’apprenne pas à tricoter (FB, 231).

16Dans Kamouraska, on remarque une forte complicité corporelle entre Elisabeth et sa servante, Aurélie, complicité qui renvoie à des pratiques homosexuelles :

Nous nous embrassons, Aurélie Caron et moi. Une étrange et horrible tendresse nous lie l’une à l’autre. Nous isole du reste du monde (K, 191).

17Toujours parmi les pratiques sexuelles marginales, celles que la morale sociale interdit et rejette, on compte l’inceste, très présent chez les personnages hébertiens. Ainsi, dans Les Fous de Bassan, Nicolas Jones, homme d’église, censé être un modèle de conduite pour ses fidèles, est, malgré cela, sujet aux tentations de la chair et essaye de séduire sa nièce, Nora Atkins. D’une manière encore plus grave, son neveu, Stevens Brown, se rend coupable à la fois d’inceste, de viol et de meurtre lorsque, poussé par un désir plus fort que lui, il déflore et tue ses cousines. Dans Kamouraska, obligée par sa famille à se marier avec un homme qu’elle n’aime pas, Elisabeth est amoureuse d’un autre et devient adultère. Afin d’éviter qu’Elisabeth soit la cible de l’opprobre publique et qu’elle se retrouve en marge de la société, ses tantes s’empressent d’effacer la honte et de rétablir son honneur à travers un nouveau mariage.

  • 8 Hans Mayer, op. cit., p. 40.

18Une autre forme de marginalité sexuelle présente dans les deux romans hébertiens concerne la « vieille fille », celle-ci étant « plus ou moins marginalisée, à l’instar de toute femme qui, d’une façon ou d’une autre, échappe à la règle du mariage et de la maternité : par exemple, la fille-mère, la prostituée8 ». Dans Kamouraska, les trois tantes d’Elisabeth sont trois vieilles filles qui passent leurs jours dans l’ombre de leur nièce, s’effaçant tout à fait derrière l’image de « la Petite » qui accomplit à leur place sa destinée de femme, en se mariant et en ayant des enfants. Si les tantes Lanouette ont la possibilité de vivre leur condition de femmes par procuration, ce n’est pas le cas des jumelles Pam et Pat, dans Les Fous de Bassan. Identiques et interchangeables, au point qu’on les confond régulièrement, elles se trouvent au service du pasteur Nicolas Jones, s’occupant des tâches ménagères, et vieillissent sans se marier et sans avoir d’enfants. Toute trace de leur féminité semble s’effacer avec le temps et les jumelles apparaissent comme des êtres asexués, incapables d’éveiller aucune attirance chez les hommes - ce qui convient tout à fait au pasteur, déjà assez tenaillé par ses passions charnelles : « Pas une once de graisse, ni seins, ni hanches, fins squelettes d’oiseaux » (FB, 17). D’ailleurs, aucun des enfants de John et Béatrice Brown (Stevens, Perceval, et les deux jumelles) ne procrée, les parents restant sans descendance. Il en est ainsi des trois autres familles de Griffin Creek (les Jones, les Atkins et les MacDonald), ce qui fait que la lignée des fondateurs du village s’éteint définitivement.

La marginalité psychique

La folie des personnages

  • 9 Voir, dans ce sens, l’article de Janet Paterson, « L’Envolée de l’écriture : Les Fous de Bassan d’A (...)
  • 10 Roger Dadoun, op. cit., p. 21.
  • 11 Roger Dadoun, op. cit., p. 19 : « La Raison occidentale détache ou arrache d’elle-même des pans d’i (...)

19Cette forme de marginalité est peut-être la plus présente dans Les Fous de Bassan et dans Kamouraska, où beaucoup de personnages se révèlent être fous, les sèmes de la folie y étant très nombreux, surtout dans Les Fous de Bassan9. La prégnance du thème de la folie chez Anne Hébert, comme chez bon nombre d’autres écrivains occidentaux, serait le symptôme littéraire de la volonté de l’Occident d’exorciser la part d’altérité de son inconscient, notamment à travers la folie, « la figure de l’altérité la plus typique et la plus spectaculaire de l’Occident moderne10 ». La société occidentale entend renforcer son image de normalité, d’identité, à travers le rejet de sa part d’altérité, altérité dans laquelle se retrouvent les figures des marginaux11.

20Pareils aux oiseaux fous dont le roman hébertien porte le nom, les personnages se laissent emporter par la fureur de vivre, par la violence de leur désir. Et ce désir, déchaîné tel un orage, peut tout balayer en chemin, sans tenir compte d’aucune considération morale. Ainsi, Stevens Brown, par un soir d’été, sous la lumière maléfique de la lune et dans l’accompagnement imaginaire du vent et des cris d’oiseaux - car lui est le seul à les entendre ce soir-là - est aveuglé par le désir de posséder ses deux cousines. Néanmoins, après avoir commis le crime, et en ayant retrouvé la raison, Stevens se sent complètement étranger au forfait et nie avec sérénité ce que ses propres mains ont accompli : « Pas eu le temps de comprendre moi-même. Mes mains seules » (FB, 245). D’ailleurs, l’issue du procès renforce l’idée de son irresponsabilité au moment du crime, car ses aveux sont considérés comme « extorqués et non conformes à la loi » (FB, 249) et Stevens est acquitté. Cependant, quarante-six ans après les événements de l’été 1936, quand il décide enfin de mettre par écrit l’aveu de son crime, dans une dernière lettre à son ami, Michael Hotchkiss, Stevens est loin d’être guéri. Il est « complètement détraqué. Sujet aux crises de nerfs » (FB, 231), rongé par une « fièvre secrète, qu’aucun thermomètre ne décèle » (FB, 231), en proie aux visions de cauchemar des cousines tuées, visions auxquelles se mêlent les tableaux fulgurants des souvenirs de guerre. Et pourtant, malgré le supplice de la mémoire, ou peut-être justement afin de s’en défaire, Stevens recourt à l’écriture. C’est pourquoi il se procure un « cahier d’écolier à la couverture de toile noire » (FB, 233) et s’enferme dans une chambre d’hôtel, pour écrire son histoire de « bruit et de fureur » (FB, 245), qui se déroule à travers un discours délirant, « dans l’ordre et le désordre » (FB, 233), expression de sa conscience irrémédiablement déchirée. Mais Stevens n’est pas le seul à éprouver le sentiment d’aliénation, car la plupart des personnages des Fous de Bassan vivent l’expérience d’une scission identitaire. Le vieux révérend Nicolas Jones est incapable de se débarrasser de son moi passé qui lui fait honte ; de même, Olivia Atkins, dont le fantôme revient hanter Griffin Creek, continue de ressentir, malgré elle, l’attirance secrète qu’elle avait éprouvée pour Stevens pendant son existence terrestre.

21Parmi tous ces personnages aliénés par leur nature fruste, par leurs désirs violents, il y en a un seul dont la folie soit déclarée cliniquement et qui finira sa vie enfermé dans un asile. Il s’agit de Perceval, le frère idiot de Stevens Brown. Dans la communauté de Griffin Creek, Perceval est le « fou » du village, un malade mental qu’il vaut mieux tenir à l’écart. C’est pourquoi ses parents ferment à clé la porte de sa chambre le soir, après l’avoir fait coucher. Du récit des protagonistes du drame on comprend que Perceval n’est pas comme les autres. Le révérend se rappelle la « bouche baveuse » (FB, 20) de son neveu idiot, de même que les cris de Perceval qui avait surpris ce même révérend dans la cabane à bateaux, en train de séduire Nora Atkins, sa nièce. Stevens Brown décrit lui-aussi son frère, Perceval, comme un attardé :

Un corps d’homme, une cervelle d’enfant, le désir et la peur, tout cela est inconciliable (...). Des yeux bleus trop ronds dans une face de bébé, une caboche lourde qui penche sur l’épaule (...). Sa tête laineuse dans ma main, il se frotte contre moi tel un petit chien frisé. Mon frère est idiot (FB, 71).

  • 12 François Pitavy, Le Bruit et la fureur de William Faulkner, Gallimard, 2001, p. 127.
  • 13 Ibid., p. 82.
  • 14 Ibid., p. 82.

22Ne pouvant former des mots qui traduisent ce qu’il ressent, Perceval s’exprime à travers des hurlements, comme cet autre idiot, son « frère jumeau », si l’on peut dire, Benjamin (Benjy) Compson, dans Le Bruit et la Fureur de William Faulkner. Cependant, les deux personnages, malgré leur débilité mentale, se voient attribuer des rôles de narrateurs, et ils doivent prendre en charge le récit. Leur discours est particulier, se composant principalement de perceptions sensorielles (ils décrivent ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent, ce qu’ils peuvent ressentir), et y rappelant en quelque sorte le discours « autiste12 ». Mais si, dans le cas de Benjy, « il n’existe pas (...) de relation nécessaire entre le narrateur et ce qu’il décrit13 », puisque le personnage n’est pas « le centre fédérateur des perceptions auxquelles il colle sans pouvoir les rapporter à une cause14 », chez Perceval, ses racontars incohérents se constituent aux yeux du lecteur dans un ensemble pourvu de sens, mais un sens qu’il n’arrive pas à communiquer aux autres personnages, si ce n’est à travers des cris. D’une intelligence inférieure à la moyenne, Perceval a cependant une intelligence du cœur qui lui fait comprendre qu’il se passe quelque chose de mauvais à Griffin Creek, le soir du 31 août 1936. Mais son dévouement pour son grand frère, Stevens, l’empêche de divulguer le nom de celui-ci aux policiers qui, de toute façon, ne se fieraient pas aux aveux d’un débile mental. D’ailleurs, Perceval est le seul à ne pas être suspecté par les deux détectives venus à Griffin Creek pour identifier le criminel : « Les deux policiers, le gros et le maigre, donné l’ordre de me laisser courir partout, à ma guise. M’ont lâché dehors comme si j’étais un chien, capable de suivre des pistes » (FB, 162). Ainsi, même en étant témoin des événements clés de Griffin Creek et peut-être le seul à détenir la vérité, Perceval reste aux yeux des autres habitants du village un fou, un retardé mental dont le témoignage est considéré dérisoire et le discours in-signifiant, parce le sens de ses paroles leur est, en réalité, inaccessible.

La magie

23Il est souvent question dans les deux romans hébertiens, comme dans les autres, de pouvoirs mystérieux, occultes de certains personnages. Ces êtres qui ont des dons exceptionnels se retrouvent en marge de la communauté dont ils transgressent les normes par leur nature sur-humaine. Le plus souvent, leur pouvoir est d’essence démoniaque, signe de leur connivence avec le diable. Dans Kamouraska, la servante d’Elisabeth, Aurélie Caron, est suspectée d’être une sorcière, capable de dire si les nouveau-nés vont vivre ou mourir, après les avoir léchés de la tête aux pieds : « Et puis, quand ils goûtent trop salé, ça veut dire qu’ils vont mourir » (K, 63). D’ailleurs, au moment du procès d’Elisabeth, les tantes Lanouette, qui témoignent en instance en faveur de leur nièce, se méfiant de ladite servante en raison de son étrangeté, rejettent son témoignage : « Je connais très bien Aurélie Caron ci-devant de Sorel et je ne la croirais pas, en aucune façon, même sous la foi du serment » (K, 240). Un autre personnage à influence néfaste est le docteur Nelson qui, d’après la nourrice des enfants d’Elisabeth, est capable de faire tarir les mamelles des femmes : « La nourrice de mon second fils s’est tarie brusquement. Pleure et se lamente. Jure que c’est la faute du docteur qui lui a jeté un sort » (K, 112). Aurélie Caron, la servante d’Elisabeth, est d’avis que le docteur Nelson est le « roi des démons » (K, 191), tandis qu’Elisabeth elle-même soupçonne son amant de pratiques occultes, qui s’apparentent aux recherches alchimiques :

Souvent le petit jour le surprend assis à la table de la cuisine, penché sur des chiffres et des calculs précis. À moins que ce ne soit en pleine manipulation d’appareils, de flacons et d’éprouvettes. Certaine poudre à l’éclat métallique chauffe et se volatilise, sans fondre. Dans un étrange parfum d’ail (K, 162).

24Elisabeth à son tour se dit clairvoyante, à même de retraverser sa vie passée dans tous les sens et d’être une présence hallucinée à des événements auxquels elle n’avait pas réellement assisté. Elle accompagne, en rêve, son amant sur son chemin de retour de Kamouraska, après qu’il avait tué Antoine : « Puisque je vous dis que je suis invisible. Insensible aussi. Cachée dans cette auberge. Transparente comme une goutte d’eau » (K, 211-212). Lors d’un cauchemar nocturne Elisabeth rêve d’être une sorcière dont le cri réveille les forces maléfiques : « J’ai un chignon noir, mal attaché sur le dessus de la tête. Avec de grosses mèches qui retombent. Je suis une sorcière. Je crie pour faire sortir le mal où qu’il se trouve, chez les bêtes et chez les hommes » (K, 127-128). Quand le docteur Nelson avoue qu’il n’est un étranger l’on sous-entend qu’il ne s’agit pas seulement du fait qu’il est un anglophone protestant parmi des francophones catholiques, mais aussi qu’il est autre par sa nature, surhumaine. Dans le même esprit, Elisabeth, l’amante du docteur, désire se joindre à lui pour partager son étrangeté, son statut de paria, de marginal :

Partir avec George. Etre déportée avec lui. Au cœur même de la malédiction de la terre. Plus qu’un pays étranger. La terre entière étrangère. L’exil parfait. La solitude des fous. (K, 244).

25La question de la marginalité dans Kamouraska et Les Fous de Bassan d’Anne Hébert s’entendrait ainsi dans le sens d’une étrangeté, d’une altérité, qu’on ne veut pas ou qu’on ne peut pas assimiler ou bien qui refuse d’elle-même l’intégration sociale, morale, ethnique ou autre. La marginalité au sens moral est très présente chez les personnages hébertiens, dans ses diverses formes : l’inceste, le viol, l’homosexualité et le meurtre. Ces transgressions de l’ordre moral s’expliqueraient par l’impact de la religion chrétienne sur les consciences des personnages : à travers les interdits de toutes sortes, leurs pulsions refoulées créent inévitablement chez eux de fortes frustrations dont ils se libèrent à travers des actes d’une violence parfois extrême. La marginalité ethnique et religieuse est, elle aussi, présente dans l’œuvre hébertienne, comme un miroir des éternelles tensions entre les francophones catholiques et les anglophones protestants du Canada, dans le contexte où ces derniers sont majoritaires et détiennent le pouvoir. Par contre, la marginalité raciale n’existe pas vraiment chez Anne Hébert, si ce n’est pour attribuer à certains personnages une fonction symbolique, le plus souvent négative. Ainsi, certains personnages qui sont fondamentalement autres par rapport à la majorité, deviennent inquiétants, surtout quand leur différence est renforcée physiquement par leur couleur de peau ou de cheveux. Enfin, la forme de marginalité la plus présente dans les romans hébertiens est la marginalité psychique. Ceux qu’on s’empresse de bannir du cercle communautaire, ce sont ceux qui en transgressent les limites, les a-normaux, comme les fous, puisque leur « raison » est autre que la raison de la majorité des êtres humains ou comme les sorcières dont le savoir est au-dessus du pouvoir de compréhension d’une humanité moyenne.

Bibliographie

ŒUVRES D’ANNE HEBERT

Hébert, Anne, Kamouraska, Seuil, 1970.

Hébert, Anne, Les Fous de Bassan, Seuil, 1982.

BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

Bishop, Neil, Anne Hébert, son œuvre, leurs exils, chap. VI : « Marginalité, transgression, fantastique et féminisme », Presses Universitaires de Bordeaux, 1993.

Briand, Sylvie, « Les Fous de Bassan d’Anne Hébert ou l’apocalypse du griffon », Etudes françaises, 36, 2, p. 149-162.

Dadoun, Roger, « Mais quel Occident ? Quels autres ? », En marge. L’Occident et ses autres, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 14-22.

Mayer, Hans, Les marginaux : femmes, juifs et homosexuels dans la littérature européenne, Paris, Bibliothèque Albin Michel, 1994 (« Idées »).

Pitavy, François, « Le Bruit et la fureur » de William Faulkner, Paris, Gallimard, 2001, p. 82, 127.

Mrozowicki, Michal, « Le thème de l’exclusion dans l’œuvre de Michel Tournier », Figures de l’exclu, Actes du Colloque International de Littérature Comparée, 2-3-4 mai 1997, textes réunis par Jacqueline Sessa, St. Etienne, Publications de l’Université de St. Etienne, 1999, p. 55-70.

Notes

1 Anne Hébert, Les Fous de Bassan, Seuil, 1982, sera abrégé selon le sigle FB.

2 Roger Dadoun « Mais quel Occident ? Quels autres ? » in En marge. L’Occident et ses autres, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 14.

3 Ibid., p. 14.

4 Anne Hébert, Kamouraska, Seuil, 1970, sera abrégé selon le sigle K.

5 Max Horkheimer et Theodor Adorno, La Dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, Gallimard, 1974, p. 180, in Hans Mayer, Les marginaux : femmes, juifs et homosexuels dans la littérature européenne, Bibliothèque Albin Michel, Paris, 1994 (coll. « Idées »).

6 Le docteur George Nelson, amant d’Elisabeth, partira à Kamouraska, en plein hiver, pour tuer le mari de celle-ci.

7 Cf. Sylvie Briand, « Les Fous de Bassan d’Anne Hébert ou l’apocalypse du griffon » in Etudes Françaises, 36, 2, p. 157 : « En effet, l’identité masculine du jeune homme ne semble tenir qu’à ses vêtements, son chapeau et ses bottes ».

8 Hans Mayer, op. cit., p. 40.

9 Voir, dans ce sens, l’article de Janet Paterson, « L’Envolée de l’écriture : Les Fous de Bassan d’Anne Hébert » in Voix et images, vol. IX, n° 3, 1984, pp. 143-151.

10 Roger Dadoun, op. cit., p. 21.

11 Roger Dadoun, op. cit., p. 19 : « La Raison occidentale détache ou arrache d’elle-même des pans d’irrationnel, se coupe des irrationnels avec lesquels elle s’entend à composer les figures de l’altérité tout en composant d’un même mouvement sa figure d’identité, d’essentialité, de normalité ; le fou, le sauvage, l’enfant, la femme, etc., authentifient la Raison comme authentique essence de l’homme ».

12 François Pitavy, Le Bruit et la fureur de William Faulkner, Gallimard, 2001, p. 127.

13 Ibid., p. 82.

14 Ibid., p. 82.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search