Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Le dandysme dans les lettres, selon Baudelaire : du dandy au paria

Alain Néry

Texte intégral

1Dans une lettre du 9 février 1861, à Armand du Mesnil, Baudelaire fait part à celui-ci de divers projets, dont l’un sur Constantin Guys (« Le peintre de la vie moderne » paraîtra au Figaro en 1863), et le suivant :

  • 1 Correspondance, éd. de la Pléiade, t. II, p. 128.

Le dandysme dans les lettres (Chateaubriand, de Maistre, de Custine, Ferrari, Paul de Molènes, d’Aurevilly. Analyse d’une faculté unique, particulière, des décadences)1.

2Le projet est encore proposé, de manière moins précise et modifié, au directeur du Pays, le 2 décembre 1863 :

  • 2 Ibid., p. 335.

J’avais déterminé dans ma pensée de vous offrir Les Raffinés et Les Dandies (Chateaubriand, de Custine, Liszt, Paul de Molènes, d’Aurevilly, etc.) »2.

  • 3 Ibid., p. 445 (lettre du 3 février 1865).
  • 4 Ibid., p. 472 (lettre du 9 mars 1865).
  • 5 Ibid. (lettre du 9 mars 1865).

3Quatre ans plus tard le Dandysme dans les lettres est toujours à l’état de projet, figurant en une liste accompagnant une lettre à Julien Lemer : « Les dandies de la littérature depuis Chateaubriand »3. A peu près à la même époque Baudelaire déclare à Michel Lévy : « J’ai commencé un petit travail sur Chateaubriand considéré comme le chef du dandysme dans le monde moral où je vengerai ce grand homme des insultes de toute la jeune canaille moderne »4, et le même jour une lettre à Mme Aupick mentionne, comme un fragment manquant encore, « Chateaubriand et le dandysme littéraire »5.

  • 6 Ibid., p. 108 (lettre du 5 décembre 1860).
  • 7 Oeuvres complètes, éd. de la Pléiade, t. I, p. 645.
  • 8 Et de Gram(ont) et H(amilton). Voir notice sur Du Dandysme, Oeuvres complètes de Barbey, éd. de la (...)
  • 9 Oeuvres complètes, t. II, p. 709.
  • 10 « De l’héroïsme de la vie moderne », ibid., p. 494.
  • 11 Le peintre de la vie moderne (III, « L’artiste, homme du monde, homme des foules et enfant »), ibid(...)
  • 12 Ibid., p. 688.
  • 13 Ibid., p. 691.
  • 14 Ibid., p. 692.
  • 15 Ibid., p. 691.

4Or, dès 1860, Baudelaire avait envisagé de traiter de Chateaubriand et du dandysme ; il annonçait à Alphonse de Calonne, directeur de la Revue contemporaine, un « billet » sur le dandysme et ajoutait : « Le livre de Sainte-Beuve (Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire) me fournit, ce me semble, une occasion pour prendre Chateaubriand à un point de vue nouveau, le père du Dandysme »6. Mais ces projets n’ont pas vu le jour, non plus qu’une idée de « théâtre », sur Barbey, « le catholique dandy »7, lequel a d’ailleurs laissé, lui aussi, un projet, sur feuille volante, du « Dandysme en littérature » : Custine y était nommé auprès du prince de Ligne, de Byron et de Stendhal8. Ce dernier est obliquement invoqué dans une réflexion de Barbey sur le dandysme, dans son compte-rendu du Traité de la vie élégante de Balzac, peu amène envers le dandysme anglais. Le propos principal de Barbey sur le sujet étant naturellement son petit ouvrage Du dandysme et de Georges Brumell, paru en 1845. Quant à Baudelaire, son analyse la plus étendue du dandysme se trouve dans le chapitre IX du Peintre de la vie moderne, « Le dandy », citant dès l’abord en exemple Chateaubriand, puis Custine9, le dandysme étant par ailleurs l’objet de notations éparses dans l’œuvre. Il est certain que Barbey a influencé Baudelaire, lequel écrivait dans son Salon de 1846 : « En relisant le livre Du Dandysme, par M. Jules Barbey d’Aurevilly, le lecteur verra clairement que le dandysme est une chose moderne et qui tient à des causes tout à fait nouvelles »10. Or le « peintre de la vie moderne » est « un homme singulier, originalité si puissante et si décidée qu’elle se suffit à elle-même et ne recherche même pas l’approbation »11 ; détaché au degré suprême, il professe pour sa propre création « un dédain de patricien »12 ; une « pudeur aristocratique » lui ferait au reste refuser d’être assimilé à « un pur artiste »13. Observateur des scènes du monde dont il transcrit poétiquement le caractère fugitif et transitoire -, c’est-à-dire la modernité, il en est le miroir immense mais dissimulé, « prince qui jouit partout de son incognito »14. Constantin Guys participe du dandysme, « car le mot dandy implique une quintessence de caractère et une intelligence subtile de tout le mécanisme moral de ce monde », mais s’en éloigne en étant passionné au lieu d’aspirer à l’insensibilité15.

  • 16 Ibid., p. 711 (IX, « Le dandy »).
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 712.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 710.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 Cf. « Sur les Liaisons dangereuses », Critique littéraire, ibid., p. 71.
  • 26 « Le dandy », op. cit. p. 710.
  • 27 Ibid., p. 711.
  • 28 Ibid., p. 710.

5En fait la double tendance à l’indifférence froide et au feu de la passion caractérise la dialectique - aurévillienne ! - inhérente au dandysme ; et à l’aristocratisme, et l’attitude tout à la fois mondaine et de retrait du monde, ne sont pas moins significatifs de la position sociale du dandy, de sa fonction de suppléance d’une noblesse défaillante, et de sa propre marginalité. Baudelaire est un peu plus explicite dans le chapitre du Peintre de la vie moderne consacré au dandysme. Le dandysme apparaît à ces époques « transitoires », elle aussi, où la démocratie n’a pas encore complètement évincé l’aristocratie, où « quelques hommes déclassés, dégoûtés, désœuvrés, mais tous riches de force native, peuvent concevoir le projet de fonder une espèce nouvelle d’aristocratie »16. Baudelaire ne tarde guère à spécifier le caractère de la transition socio-politique qu’il évoque, en même temps que la place, ou l’absence de place que le dandy s’y voit réserver : « Le dandysme est le dernier éclat d’héroïsme dans les décadences »17. Il est, possesseur de vertus qui n’ont plus leur place dans la société contemporaine, « un hercule sans emploi »18 ; telle est l’impression profonde qu’inspirent les dandys crayonnés par Constantin Guys, et cette contradiction ontologique nourrit l’ambivalence extérieure du dandy, « cette légèreté d’allure, cette simplicité dans l’air de domination (...), ces attitudes toujours calmes mais révélant la force »19. Puisque délié de toute attache, le dandy goûte « le plaisir d’étonner, et la satisfaction orgueilleuse de ne jamais être étonné »20. Accessoirement, le dandysme implique la richesse et l’oisiveté, nécessaires à ces êtres qui, comme Custine, « n’ont pas d’autre état que de cultiver l’idée du beau dans leur personne »21. Observons que les nobles, sous l’Ancien Régime, s’ils étaient sans profession, avaient comme chacun un état. Et de même que l’argent ne servait, aux gentilshommes, qu’à tenir leur rang, « le dandy n’aspire pas à l’argent comme à une chose essentielle »22. Le dandysme « n’est même pas, comme beaucoup de personnes peu réfléchies paraissent le croire, un goût immodéré de la toilette et de l’élégance matérielle. Le dandy est avant tout épris de distinction et la « simplicité absolue » est la meilleure manière de se distinguer »23 : c’est là rendre à la distinction la plénitude de son sens. C’est aussi suggérer que le dandy, « caste si hautaine », écho affaibli de l’ordre nobiliaire, ne va pas lui-même sans ordre ; et que, obéissant comme notre antique Royauté à une « institution non écrite »24, il ne va pas sans règles. Il en va de même du libertinage laclosien, et il est à remarquer que Baudelaire considère Valmont comme un dandy25, constatant en outre que le besoin d’originalité du dandy est « contenu dans les limites extérieures des convenances »26. La règle auquel le dandy s’astreint, plus stricte que « la règle monastique la plus rigoureuse », s’assimile, culte à soi ordonné, à une religion, dont les dandys sont « les prêtres et les victimes »27 ; le dandysme « confine au spiritualisme et au stoïcisme »28.

  • 29 Ibid., pp. 711-12.
  • 30 Voir Recherches philosophiques, éd. de Paris, Le Clère, 1858, p. 261.
  • 31 « Fusées », Journaux intimes, Œuvres complètes, t. I, p. 664.
  • 32 Article recueilli dans Femmes et moralistes, Paris, Lemerre, 1906, p. 95 sq.

6Si Chateaubriand a retrouvé l’institution du dandysme dans le Nouveau-Monde, c’est parce que celui-ci n’échappe pas à la décadence et « rien n’empêche de supposer que les tribus que nous nommons sauvages soient les débris de grandes civilisations disparues »29. On trouve cette idée chez Maistre et Bonald, et celle aussi, chez ce dernier, que d’occasion nous le cédons en spiritualité aux Indiens d’Amérique30. C’est Barbey que Baudelaire invoque sur le sujet dans une note des « Fusées » : « Peuples civilisés, qui parlez toujours sottement de sauvages et de barbares, bientôt, comme dit d’Aurevilly, vous ne vaudrez même plus assez pour être idolâtres »31. Barbey, dans un article au Pays du 26 janvier 1855 sur l’ouvrage de Bellegarrigue Les femmes d’Amérique, avait stigmatisé la fausse jeunesse des États-Unis, dont le matérialisme avérait la caducité ; à l’époque des invasions barbares, c’est « la spiritualité », qui avait sauvé le monde en le régénérant32.

7Baudelaire est à l’évidence influencé, à l’époque de son projet, par les écrits de Barbey, qu’il fréquente. Qui plus est, les auteurs qu’il taxe de dandysme ont tous intéressé Barbey, dont la position sur le sujet ne manque pas d’ambiguïtés. C’est dans son œuvre romanesque, et spécialement dans Les Diaboliques, qu’il présentera le dandysme sous le jour le plus favorable, le suggérant finalement à propos d’écrivains pour lesquels il n’avait pas employé le terme comme Paul de Molènes. Dans tous les cas, il avérera la cohérence du dessein baudelairien.

  • 33 Du Dandysme, op. cit. p. 673.
  • 34 Ibid., p. 692.
  • 35 Ibid., p. 674.
  • 36 Ibid., p. 699.
  • 37 Ibid., p. 675.
  • 38 Ibid., p. 681 (Au sujet de Bolingbroke).
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., n.
  • 42 Ibid., p. 692.
  • 43 Cf. ibid., p. 718 : « Natures doubles et multiples, d’un sexe intellectuel indécis, où la grâce est (...)

8Il est clair que nombre de traits prêtés au dandy par Baudelaire étaient signalés par Barbey dans Du Dandysme. L’auteur déjà y tient que le dandysme ne se réduit pas à « l’art de la mise »33, Brummell lui-même y attachant moins d’importance qu’on ne l’a dit ; à la fin, « il éteignit les couleurs de ses vêtements, en simplifia la coupe et les porta sans y penser »34. Le dandysme est bien lié, aux yeux de Barbey, à l’état spécial d’une civilisation parvenue à l’âge de la décrépitude, il est « une manière d’être, entièrement composée de nuances, comme il arrive toujours dans les sociétés très vieilles et très civilisées, où la comédie devient si rare et où la convenance triomphe à peine de l’ennui »35. Il n’a pas survécu à Brummell en Angleterre où « il n’y a plus maintenant dans le high life que des jockeys et des fouetteurs de chiens »36 : né du déclin de l’aristocratie, le dandysme participe donc lui-même de ce déclin. Il est à distinguer de l’excentrique. Lui « se joue de la règle et pourtant la respecte encore »37, déploie son « impertinence somptueuse »38, se voue à l’art de « produire la surprise en gardant l’impassibilité »39. La devise de Bolingbroke et du dandysme, « Nil Mirari »40 est comme on l’a vu littéralement transcrite par Baudelaire. Ce dernier suggère le stoïcisme du dandy. Barbey observait que le dandysme « introduit le calme antique au sein des agitations modernes », tout en distinguant le calme des Anciens, fruit de l’harmonie, de celui du dandy, produit par le dégoût41. Baudelaire propose quelque affinité du dandysme avec la spiritualité ; Barbey attribue l’indifférence particulière de Brummell au fait de « porter en lui quelque chose de supérieur au monde visible »42. Tout comme le fera Baudelaire, Barbey définissait la dualité constitutive du dandy : grâce et force43.

  • 44 Cf. ibid., p. 716 : « Le jour où la société qui produit le dandysme se transformera, il n’y aura pl (...)
  • 45 Cf. ibid., p. 686 ; au sujet de Richelieu, qui « imita trop ces conquérants tartares qui se faisaie (...)
  • 46 Cf. ibid., p. 688 : « Un dandy qui marque tout de son cachet (...) doit nécessairement haïr l’unifo (...)
  • 47 Cf. ibid., p. 713 : « Quand on meurt de faim, on sort des affectations d’une société quelconque, on (...)
  • 48 Cf. ibid., pp. 673-74, n. Au-delà même de l’habit râpé, le capitaine d’Arpentigny, auteur de La chi (...)

9Dès l’opuscule Du Dandysme, l’on voit Barbey balancer entre deux conceptions du dandy, l’une limitative dans le temps et l’autre lui conférant une nécessité intemporelle44. Cantonnant en outre le dandysme en Angleterre, Barbey l’estime alors incompatible avec tout ce qui est français, et notamment avec les types du libertin et de Don Juan45, ainsi qu’avec les astreintes d’une carrière militaire46. Sur tous ces points, il se contredira grandement, et peut-être aussi sur l’idée que l’excessive pauvreté soit un obstacle au dandysme47 : encore que ce propos se rapproche de celui de Baudelaire, il s’oppose au moins aux réflexions de Barbey au sujet de Maistre, induisant bien, auprès de traits définis ailleurs par lui comme appartenant au dandysme, ce que nous nommerions une marginalité sublime. Le dandysme de « l’habit râpé », devenu nuée sur laquelle marchent les dieux48 , suggérait déjà les poétiques confins, bien aurévilliens, le no man’s land où se confondent les silhouettes improbables des aristocrates ultimes et des mendiants sacrés, des parias de l’humanité.

  • 49 Article au Pays du 22 juin 1853, Romanciers d’hier et d’avant hier, Paris, Lemerre, 1904, p. 24 ; B (...)
  • 50 Les paradis artificiels, Œuvres complètes, t. I, p. 496.
  • 51 « Théophile Gautier », ibid., p. 117.
  • 52 Ibid., p. 110.
  • 53 Cf. lettre à Mme Aupick de 1858, Correspondance, t. I, p. 451 : « Je veux écraser les esprits, les (...)
  • 54 Cf. « Sur Les liaisons dangereuses », Oeuvres complètes, t. II, p. 69 : « Chateaubriand devait bien (...)
  • 55 « L’esprit et le style de M. Villemain », ibid., p. 95.
  • 56 Voir les lettres à Asselineau et à Sainte-Beuve du 24 février 1859. Cf. la première : « J’ai lu un (...)
  • 57 « Chateaubriand et son temps, par le comte de Marcellus », Le Pays, 28 février 1859, Portraits poli (...)
  • 58 Ibid., p. 131.
  • 59 Ibid., p. 128.
  • 60 Ibid., p. 135.
  • 61 Ibid., p. 144.
  • 62 Ibid., p. 136.

10Au point limite, les dandys perdent le caractère humain, et Barbey, dans son article sur le Traité de la vie élégante de Balzac, stigmatise le caractère monstrueux de cette inhumanité chez Brummell et ses acolytes ; ceux-ci, « en tentant de s’élever au-dessus de la vie, tombèrent au-dessous. Ils éteignirent en eux le sentiment humain »49. Attitude inverse, mais symétrique, que celle de Chateaubriand selon Baudelaire, qui évoque chez celui-ci cet accent « non pas surnaturel, mais presque étranger à l’humanité, moitié terrestre et moitié extra-terrestre, que nous trouvons parfois dans les Mémoires d’outre-tombe, quand, la colère ou l’orgueil se taisant, le mépris du grand René pour les choses de la terre devient tout à fait désintéressé »50. Les allusions de Baudelaire à Chateaubriand sont par ailleurs nombreuses mais ténues ; il a retenu chez lui « la gloire douloureuse de la mélancolie et de l’ennui »51, et l’énergie improductive : « Chateaubriand, toujours plein de force, mais comme couché à l’horizon, semblait un Athos qui contemple nonchalamment le mouvement de la plaine »52, la faculté d’étonner53, en un monde qui perd le droit de s’étonner54. A contrario, critiquant le livre de Villemain sur Chateaubriand qui en fait reproche à ce dernier, il le crédite, à ses débuts au régiment, du « goût de la parure »55. Barbey est plus explicite, en particulier dans sa critique, qui est de 1859, et dont Baudelaire fait mention56, du livre de Marcellus sur Chateaubriand, à commencer par cet aspect le plus futile du dandysme, la recherche vestimentaire ; il l’énonce incidemment, à propos du papier raffiné des éditions Lemerre : « Chateaubriand, qui fut un dandy toute sa vie, qui mettait des collants, dans sa jeunesse, de la couleur de ce papier, serait heureux (s’il voyait ces éditions) de cette distinction et de cette aristocratie livresque »57. Plus profondément Barbey représentait Chateaubriand comme « un des plus grands artistes qu’ait eus encore le xixe siècle malgré nos décadences »58 et qui s’était essayé à rajeunir « une langue mourante »59 ; comme un écrivain inimitable en ayant en lui « quelque chose de trop particulier, de trop aristocratique, de hauteur d’isolement trop grand dans le talent comme dans la destinée »60. Barbey rappelait la misanthropie, le dégoût et l’ennui qui furent « le mal irrémédiable » de l’auteur de René61, méprisant le reproche qui lui avait été fait « d’avoir, avec toutes les autres fatuités qu’il avait, jusqu'à la fatuité de ses tristesses et de ses dégoûts »62.

  • 63 « Mme Bovary » (L’Artiste, oct. 1857), Oeuvres complètes, t. II, p. 78.
  • 64 « L’empire russe depuis le Congrès de Vienne, par Beaumont-Vassy », Le Pays, 26 février 1854, A côt (...)
  • 65 Cf. par exemple lettre à Trébutien du 22 janvier 1855, Correspondance générale, Paris, Belles lettr (...)
  • 66 Cf. lettre à Trébutien du 14 février 1856, ibid., t. V, 1985, p. 39.
  • 67 Lettre du 10 avril 1857, inédite (catalogue vente Drouot des 29 et 30 novembre 2000, Étude Laurin, (...)
  • 68 Lettre à Trébutien du 18 septembre 1851, op. cit., t. III, 1983, p. 95.

11De Custine, c’est Baudelaire qui nomme le dandysme, dans le chapitre sur le dandysme que nous avons mentionné supra et dans un article sur Madame Bovary où il fait l’éloge de l’écrivain en y apportant quelque nuance : « Mais M. de Custine est un sous-genre du génie dont le dandysme monte jusqu'à l’idéal de la négligence. Cette bonne foi du gentilhomme, cette ardeur romanesque, cette raillerie royale, cette absolue et nonchalante personnalité, ne sont pas accessibles aux sens du grand troupeau, et ce précieux écrivain avait contre lui toute la mauvaise fortune que méritait son talent »63. Barbey, qui connaissait bien Custine, fut très souvent son hôte à Saint-Gratien, n’a laissé sur son œuvre, à notre connaissance, qu’une analyse des plus pertinentes de l’ouvrage de Custine sur La Russie, dans un article qui ne le concerne pas directement64. Les allusions à Custine sont nombreuses dans la correspondance de Barbey, en particulier dans les lettres à Trébutien. Custine est pour lui la quintessence de l’aristocratie, le « dernier des Marquis »65. C’est aussi un chrétien et un mystique66. S’adressant à Custine, Barbey loue son « charme » et sa « grâce »67, qui seuls retenus, ne constitueraient qu’une part du dandysme, et s’attache, auprès du sourcilleux Trébutien, à estomper la marginalisation sociale infligée à Custine en raison de scandales de mœurs ; le « spirituel Gomorrhéen » est « très bien, malgré ses vices, avec Pie IX »68.

  • 69 « De l’essence du rire », Oeuvres complètes, t. II, p. 526.
  • 70 « Études sur Poe », ibid., p. 267.
  • 71 Ibid., p. 324.
  • 72 « (Notes sur Les liaisons dangereuses) », ibid., pp. 68 et 70.
  • 73 « les Mémoires de Mallet du Pan comparés aux Mémoires de Mirabeau et aux écrits de J. de Maistre », (...)
  • 74 « Quatre chapitres inédits sur la Russie, par J. de Maistre », Le Pays, 28 juin 1859, Les philosoph (...)
  • 75 Ibid., pp. 87-88.
  • 76 « Correspondance diplomatique du comte J. de Maistre publié par A. Blanc », Le Pays, 12 décembre 18 (...)
  • 77 Ibid., p. 230. Le dandy, selon Baudelaire « souffre en souriant, comme le Lacédémonien sous la mors (...)
  • 78 Ibid., p. 221. Ni Baudelaire ni Barbey n’évoquent chez Maistre l’élégance raffinée de la mise, trop (...)

12À Joseph de Maistre, « ce soldat animé de l’Esprit-Saint »69 qu’il considère comme son maître à penser, Baudelaire n’impute d’autre ambivalence que d’être, par son envergure et sa solidité, « aigle et bœuf tout à la fois »70, en rapprochant des jugements de Maistre, ceux de Poe sur le socialisme et le progrès, « cette grande hérésie de la décrépitude »71, et il mentionne par deux fois, dans ses notes sur Les liaisons dangereuses, les allusions des Considérations sur la France à la dégénérescence de la noblesse au moment de la Révolution72. Barbey, plus prolixe à nouveau - il a consacré plusieurs articles à Maistre - exprime, en termes voisins de ceux qu’il applique à Chateaubriand, la supériorité altière de « cet aigle isolé », lequel est « resté inaccessible aux esprits qui ne peuvent monter »73. Plus remarquablement, dans un article de 1859, commentant les lettres de Maistre à sa fille, il retrouvait, pour en qualifier le ton, les expressions mêmes dont il avait usé pour définir le dandysme ; Maistre « avait la grâce au même degré que la force, car il ne pouvait pas l’avoir davantage ! »74. Barbey le louait aussi de son calme patricien, et d’un sombre et sobre mépris concentré plus terrible que la colère75. Dans un article de 1860 au sujet de la Correspondance diplomatique de Maistre, Barbey reprenait l’image de la grâce et de la force76, et louait le stoïcisme de celui qui, mourant de faim à Saint-Petersbourg, sut rester fidèle à son roi et se moquer de soi-même : « Vous pouvez prendre les plus spirituels quand l’esprit est aimable, vous pouvez prendre Hamilton, Rivarol et Voltaire, et vous n’aurez rien de plus aimable que ce de Maistre qui parle si délicieusement des torts qu’on a envers lui »77 ; des trois personnages, l’un au moins relève du dandysme selon Barbey, qui dans le même article assimile assez hardiment le talent de l’illustre écrivain à la « beauté souveraine » d’une femme, à la « beauté Borghèse »78.

  • 79 Au sujet des rois dans la Correspondance diplomatique, « Quatre chapitres… », loc. cit., p. 101.
  • 80 « L’œuvre et la vie de Delacroix » (L’Opinion nationale, 1863), Œuvres complètes, t. II, p. 258 sq.
  • 81 Ibid., p. 758
  • 82 Ibid., p. 760.
  • 83 Voir la description de ce personnage qui est allé aux Indes et dont les gants ressemblent par la pe (...)
  • 84 Du dandysme, op. cit., p. 694.
  • 85 Op. cit., p. 758. Et il dit à peu près la même chose dans une lettre à Poulet-Malassis d’avril 1860 (...)
  • 86 Les prophètes du passé, éd. de Paris, Palmé, 1880, p. 69 (1° éd. de 1851).
  • 87 « Histoire des révolutions d’Italie, par J. Ferrari », Le Pays, 29 décembre 1857 et 9 novembre 1858 (...)
  • 88 Ibid., pp. 163-64.
  • 89 Ibid., p. 166.
  • 90 Ibid., p. 182.

13Barbey parle de la « gaieté amère » de Maistre79, Baudelaire du « rire amer » de Delacroix, en l’occurrence tout à la fois comparé à Joseph Ferrari et assimilé à un dandy80. Delacroix « participait beaucoup du dandy », s’était livré dans sa jeunesse « aux vanités les plus matérielles du dandysme »81, et l’étrangeté exotique de son allure, évoquant soit un Montezuma cruellement immolateur soit l’un de ces princes hindous qui « portent au fond de leurs yeux une sorte d’avidité insatisfaite et une nostalgie inexplicable »82. L’on songe au personnage de Marmor, dans « Le dessous de cartes d’une partie de whist »83 et à la réflexion de Barbey dans Du dandysme, constatant que le dandy, produit d’une société qui s’ennuie, est porté à quelque férocité, voire au « plus beau des étonnements » qui est l’épouvante : « Sur cette pente, où s’arrêter ? »84. De Ferrari lui-même, « le subtil et savant auteur de l’Histoire de la raison d’état », Baudelaire ne retient en fin de compte, que ce que sa pensée a de commun avec celle de Delacroix, « ses côtés de froide et désolante résignation »85. Barbey prête à Maistre, dans Les prophètes du passé, « cette froideur de l’esprit, à qui, selon Machiavel, le monde appartient »86. À Ferrari il avait consacré trois articles, entre 1857 et 1860. Il avait été intéressé par le peintre de la décadence italienne, relatant, dans son Histoire des révolutions d’Italie, celle d’un peuple « dont on se demande s’il vit ou s’il meurt, tant sa vie ressemble à la mort, tant sa mort ressemble à la vie »87. Ferrari lui-même est un désespéré, « désabusé de tout » sauf de la coquetterie de le dire, laquelle est une « superbe élégance de contempteur »88. C’est un écrivain au talent « somptueux dans la forme »89, un « Italien de race, fin et fort, et d’une si naturelle aristocratie »90. Mais Ferrari, que son inespérance rapprocherait sans doute de tant d’auteurs chers à Barbey, voués aux causes perdues, est matérialiste, et l’idée de Dieu lui est voilée. Ce lui est un point commun avec Mesnilgrand, héros de « À un dîner d’athées », suscité aussi par Paul de Molènes.

  • 91 « Paul de Molènes », article non signé à la Revue anecdotique, 2° quinzaine de mars 1862, Œuvres co (...)

14Baudelaire a consacré un article à Paul de Molènes, dans la Revue anecdotique, en mars 1862. Il dit l’avoir connu, « aimé autant qu’admiré »91, et ne sépare pas dans son commentaire le militaire épris de l’esthétique de la guerre et le dandy :

Il a eu le grand mérite, dans un temps où la philosophie se met uniquement au service de l’égoïsme, de décrire, souvent même de démontrer l’utilité, la beauté, la moralité de la guerre. « La guerre pour la guerre ! » eût-il dit volontiers, comme d’autres disent « L’art pour l’art ! », convaincu qu’il était que toutes les vertus se retrouvent dans la discipline, dans le sacrifice et dans le goût divin de la mort !

  • 92 Ibid., pp. 215-16.

M. de Molènes appartenait, dans l’ordre de la littérature, à la classe des raffinés et des dandys, il en avait toutes les grandeurs natives, et quant aux légers travers, aux tics amusants que cette grandeur implique souvent, il les portait légèrement et avec plus de franchise qu’aucun autre. Tout en lui, même le défaut, devenait grâce et étonnement92.

  • 93 Œuvres complètes, t. II, p. 707. Sur le costume militaire, cf. Molènes, op. cit., pp. 158-59.

15Une allusion est faite en outre par Baudelaire à Molènes dans Le peintre de la vie moderne, chapitre sur « le militaire » au sujet de ses « pages aussi charmantes que sensées, sur la coquetterie militaire et sur le sens moral de ces costumes étincelants dont tous les gouvernements se plaisent à habiller leurs troupes »93.

  • 94 Voir la Préface : « Ce n’est pas la justice qui fonde les royaumes, ni la vertu qui distribue les c (...)
  • 95 Cf. notamment, dans Les commentaires d’un soldat (Paris, Librairie des Bibliophiles, 1886, t. V, «  (...)
  • 96 Cf. op. cit., p. 161-62 : « Quelle mystérieuse vertu aura toujours le sacrifice ! (...). Qu’une gou (...)
  • 97 Articles inédits, Paris, Belles lettres, 1972, p. 74.
  • 98 Ibid., p. 73.
  • 99 Ibid., p. 75.
  • 100 Ibid.
  • 101 Ibid., p. 73.
  • 102 Ibid., p. 75.
  • 103 Ibid.
  • 104 « Paul de Molènes », Le Figaro, 14 février 1885, Portraits politiques et littéraires, p. 324.
  • 105 Œuvres romanesques, t. II, p. 200.
  • 106 Ibid., p. 184.
  • 107 Ibid.
  • 108 Ibid., p. 185.
  • 109 Cf. ibid., pp. 12-13.
  • 110 Cf. ibid., p. 14.
  • 111 Cf. ibid., p. 13.

16Où Maistre rejoint Sade ! Car si le propos de Ferrari dans Histoire de la raison d’état94 est très sadien dans les termes, celui de Molènes sur la guerre et la mystérieuse vertu du sacrifice est maistrien95. Mais la poétique de la guerre, que Baudelaire sollicite peut-être dans le sens d’une mortelle délectation, est cependant propre à Molènes96, et au commentaire de son œuvre par Barbey dans son article au Pays du 31 juillet 1860 : « Il l’aime seulement pour sa beauté. La beauté de la guerre, sa beauté de Méduse, car la tête de Méduse est belle au poing sanglant de Persée »97. En l’œuvre de Molènes, féminisée par une tristesse élégiaque, la grâce l’avait d’abord trop emporté sur la force98, et certes il n’a point perdu « les délicatesses qui sont de la force à l’état exquis »99. Comme Maistre, Molènes, « contraste d’un piquant indicible », a « des nuances de tendresse dans son belliqueux talent qui rappellent les talents les plus profondément émus ou rêveurs qui aient jamais vibré en de faibles et aimables créatures humaines »100. C’est aussi un mystique, vivant « en présence d’un idéal comme le saint vit face à face avec Dieu »101, un « croyant à l’invisible »102. C’est « presque un chevalier » qui partant n’est pas de son temps, mais « d’un âge meilleur que le nôtre »103. Barbey écrira plus tard, dans un autre article sur Paul de Molènes : « C’était un chevalier du Moyen Age tombé dans notre temps »104. De même écrit-il du héros du « Dîner d’athées » : « Au Moyen Age, le chevalier de Mesnilgrand aurait été un croisé brûlant de foi »105. Aristocrate intrinsèquement, « divinement mis »106, cet officier congédié de l’armée est un « désespéré »107, il n’est « plus du monde »108. Et c’est au sujet d’un autre militaire, le vicomte de Brassard du « Rideau cramoisi », pressenti comme l’archétype du dandy109, que Barbey exposera et l’idée de la coquetterie de l’uniforme110 et celle de la beauté de la guerre111.

  • 112 Contes cruels, Œuvres complètes de Villiers, éd. de la Pléiade, t. I, p. 565.
  • 113 Dans une critique de jeunesse sur Le Trouvère de Verdi, déplorant le manque d’enthousiasme du publi (...)
  • 114 Il assiste à des exécutions capitales, et, en Orient, a prêté la main aux supplices (ibid., t. I, p (...)

17Baudelaire, à l’époque de son projet sur le dandysme et dans ses commentaires sur les auteurs que celui-ci concerne, est manifestement très influencé par Barbey. Ce dernier, relativement critique au départ, en viendra à une idéalisation romanesque du dandysme plus conforme à la faveur accordée par Baudelaire au dandysme comme mythe. Mythe ineffable, par définition indéfinissable. Mythe, dirions-nous aussi, du marginal par excellence, posé toujours, en état instable, sur le seuil. Comme tel ayant accointances avec son envers, d’apparence et de mise, le paria, comme ce Lazare funèbre qui, dans le conte de Villiers « Vox populi », placé sous le signe de Baudelaire, prie, aveugle qu’il est, sur le parvis d’une église, pour ses « frères de l’intelligence »112. Mais, Villiers n’évoque qu’une fois le dandysme, et pour le récuser113 ; dans un autre conte « Le convive des dernières fêtes », délibérément saturé de signaux aurévilliens, présente deux personnages, dont l’un, le sadique « Baron Saturne », touche impunément à la hache114 et dont l’autre, le narrateur, exprime sur un autre mode son détachement mondain :

Quant à moi (s’il est bien nécessaire de parler de ce convive), je portais aussi un masque, moins apparent, voilà tout.

  • 115 Ibid., p. 604.

Comme au spectacle, en une stalle centrale, on assiste, pour ne pas déranger ses voisins, - par courtoisie, en un mot, - à quelque drame écrit dans un style fatigant et dont le sujet vous déplaît, ainsi je vivais par politesse115.

Notes

1 Correspondance, éd. de la Pléiade, t. II, p. 128.

2 Ibid., p. 335.

3 Ibid., p. 445 (lettre du 3 février 1865).

4 Ibid., p. 472 (lettre du 9 mars 1865).

5 Ibid. (lettre du 9 mars 1865).

6 Ibid., p. 108 (lettre du 5 décembre 1860).

7 Oeuvres complètes, éd. de la Pléiade, t. I, p. 645.

8 Et de Gram(ont) et H(amilton). Voir notice sur Du Dandysme, Oeuvres complètes de Barbey, éd. de la Pléiade, t. II, p. 1433.

9 Oeuvres complètes, t. II, p. 709.

10 « De l’héroïsme de la vie moderne », ibid., p. 494.

11 Le peintre de la vie moderne (III, « L’artiste, homme du monde, homme des foules et enfant »), ibid., p. 687.

12 Ibid., p. 688.

13 Ibid., p. 691.

14 Ibid., p. 692.

15 Ibid., p. 691.

16 Ibid., p. 711 (IX, « Le dandy »).

17 Ibid.

18 Ibid., p. 712.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 710.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Cf. « Sur les Liaisons dangereuses », Critique littéraire, ibid., p. 71.

26 « Le dandy », op. cit. p. 710.

27 Ibid., p. 711.

28 Ibid., p. 710.

29 Ibid., pp. 711-12.

30 Voir Recherches philosophiques, éd. de Paris, Le Clère, 1858, p. 261.

31 « Fusées », Journaux intimes, Œuvres complètes, t. I, p. 664.

32 Article recueilli dans Femmes et moralistes, Paris, Lemerre, 1906, p. 95 sq.

33 Du Dandysme, op. cit. p. 673.

34 Ibid., p. 692.

35 Ibid., p. 674.

36 Ibid., p. 699.

37 Ibid., p. 675.

38 Ibid., p. 681 (Au sujet de Bolingbroke).

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid., n.

42 Ibid., p. 692.

43 Cf. ibid., p. 718 : « Natures doubles et multiples, d’un sexe intellectuel indécis, où la grâce est plus grâce encore dans la force, et où la force se retrouve encore dans la grâce ».

44 Cf. ibid., p. 716 : « Le jour où la société qui produit le dandysme se transformera, il n’y aura plus de dandysme ». Et p. 717 : « (Les dandys) attestent la magnifique variété de l’œuvre divine : ils sont éternels comme le caprice. L’humanité a autant besoin d’eux et de leur attrait que de ses plus imposants héros, de ses grandeurs les plus austères ».

45 Cf. ibid., p. 686 ; au sujet de Richelieu, qui « imita trop ces conquérants tartares qui se faisaient un lit avec des femmes entrelacées », et annonce cependant, dans ces termes mêmes, quelques beaux spécimens de dandys aurévilliens.

46 Cf. ibid., p. 688 : « Un dandy qui marque tout de son cachet (...) doit nécessairement haïr l’uniforme ».

47 Cf. ibid., p. 713 : « Quand on meurt de faim, on sort des affectations d’une société quelconque, on rentre dans la vie humaine : on cesse d’être Dandy ».

48 Cf. ibid., pp. 673-74, n. Au-delà même de l’habit râpé, le capitaine d’Arpentigny, auteur de La chirognomonie, et qui avait « le dandysme militaire d’un homme qui fut la fleur des pois des gardes du corps (de Charles X) (lettre à Trébutien du 9 décembre 1859, Correspondance générale, t. III, 1983, p. 122) se distinguait déjà par là du maître anglais du dandysme, mais tout autant par l’improbabilité de son habit faisant de lui « une épreuve de Brummell sur laquelle les chiens auraient pissé « (lettre du 21 août 1856, ibid., t. V, 1985, p. 190). Le dandysme plus profond, et pathétique, de ce gentilhomme clochardisé réside sans doute dans « son masque de gaité méprisante qu’il porte dans le monde, à la main » (lettre à Trébutien du 15 décembre 1852, ibid., t. III, p. 176).

49 Article au Pays du 22 juin 1853, Romanciers d’hier et d’avant hier, Paris, Lemerre, 1904, p. 24 ; Barbey assimilant ces dandys à des vampires, suceurs non de sang mais de l’or entretenant « leur luxe grandiose », et qui avaient cessé « d’être hommes » pour devenir « des poupées terribles ».

50 Les paradis artificiels, Œuvres complètes, t. I, p. 496.

51 « Théophile Gautier », ibid., p. 117.

52 Ibid., p. 110.

53 Cf. lettre à Mme Aupick de 1858, Correspondance, t. I, p. 451 : « Je veux écraser les esprits, les étonner, comme Byron, Balzac ou Chateaubriand ».

54 Cf. « Sur Les liaisons dangereuses », Oeuvres complètes, t. II, p. 69 : « Chateaubriand devait bientôt crier à un monde qui n’avait pas le droit de s’étonner : « je fus toujours vertueux sans plaisir ; j’eusse été criminel sans remords ». Citation, extraite des Natchez, qui tire le désenchantement à un hédonisme sadien.

55 « L’esprit et le style de M. Villemain », ibid., p. 95.

56 Voir les lettres à Asselineau et à Sainte-Beuve du 24 février 1859. Cf. la première : « J’ai lu un charmant article du Mauvais sujet sur Chateaubriand et le commentaire de M. de Marcellus », Correspondance, t. I, p. 556.

57 « Chateaubriand et son temps, par le comte de Marcellus », Le Pays, 28 février 1859, Portraits politiques et littéraires, Paris, Lemerre, 1898, p. 132-33.

58 Ibid., p. 131.

59 Ibid., p. 128.

60 Ibid., p. 135.

61 Ibid., p. 144.

62 Ibid., p. 136.

63 « Mme Bovary » (L’Artiste, oct. 1857), Oeuvres complètes, t. II, p. 78.

64 « L’empire russe depuis le Congrès de Vienne, par Beaumont-Vassy », Le Pays, 26 février 1854, A côté de la grande histoire, Paris, Lemerre, 1906, p. 23 sq.

65 Cf. par exemple lettre à Trébutien du 22 janvier 1855, Correspondance générale, Paris, Belles lettres, t. IV, 1984, p. 166.

66 Cf. lettre à Trébutien du 14 février 1856, ibid., t. V, 1985, p. 39.

67 Lettre du 10 avril 1857, inédite (catalogue vente Drouot des 29 et 30 novembre 2000, Étude Laurin, Guilloux, Buffetaud).

68 Lettre à Trébutien du 18 septembre 1851, op. cit., t. III, 1983, p. 95.

69 « De l’essence du rire », Oeuvres complètes, t. II, p. 526.

70 « Études sur Poe », ibid., p. 267.

71 Ibid., p. 324.

72 « (Notes sur Les liaisons dangereuses) », ibid., pp. 68 et 70.

73 « les Mémoires de Mallet du Pan comparés aux Mémoires de Mirabeau et aux écrits de J. de Maistre », Le Pays, 13 mars 1853, Mémoires historiques et littéraires, Paris, Lemerre, 1893, pp. 58-59.

74 « Quatre chapitres inédits sur la Russie, par J. de Maistre », Le Pays, 28 juin 1859, Les philosophes et les écrivains religieux, Paris, Quantin, 1887, p. 81.

75 Ibid., pp. 87-88.

76 « Correspondance diplomatique du comte J. de Maistre publié par A. Blanc », Le Pays, 12 décembre 1860, A côté de la grande histoire, Paris, Lemerre, 1906, p. 222 sq.

77 Ibid., p. 230. Le dandy, selon Baudelaire « souffre en souriant, comme le Lacédémonien sous la morsure du renard » (« Le dandy », op. cit., p. 710).

78 Ibid., p. 221. Ni Baudelaire ni Barbey n’évoquent chez Maistre l’élégance raffinée de la mise, trop notoire peut-être à l’époque, et que Lamartine a dépeinte, comme tenant, de manière quasi désuète de « l’homme de cour », avec la cravate blanche, la croix sur la poitrine, les cheveux « accommodés sur sa tête, comme ceux de nos pères, en deux ailes retroussées sur les tempes, enduites de pommade et saupoudrées de poudre » (cité par Lescure, Le comte Joseph de Maistre et sa famille, Paris, Chapelliez, 1892, p. 310).

79 Au sujet des rois dans la Correspondance diplomatique, « Quatre chapitres… », loc. cit., p. 101.

80 « L’œuvre et la vie de Delacroix » (L’Opinion nationale, 1863), Œuvres complètes, t. II, p. 258 sq.

81 Ibid., p. 758

82 Ibid., p. 760.

83 Voir la description de ce personnage qui est allé aux Indes et dont les gants ressemblent par la perfection à ceux de Brummell. Œuvres romanesques de Barbey, t. II, pp. 143, 50, 140 sq.

84 Du dandysme, op. cit., p. 694.

85 Op. cit., p. 758. Et il dit à peu près la même chose dans une lettre à Poulet-Malassis d’avril 1860 (Correspondance, t. II, p. 26).

86 Les prophètes du passé, éd. de Paris, Palmé, 1880, p. 69 (1° éd. de 1851).

87 « Histoire des révolutions d’Italie, par J. Ferrari », Le Pays, 29 décembre 1857 et 9 novembre 1858, Les historiens politiques et littéraires, Paris, Amyot, 1861, p. 138 (A la suite de l’article au Pays du 21 février 1860 sur l’Histoire de la raison d’Etat).

88 Ibid., pp. 163-64.

89 Ibid., p. 166.

90 Ibid., p. 182.

91 « Paul de Molènes », article non signé à la Revue anecdotique, 2° quinzaine de mars 1862, Œuvres complètes, t. II, p. 216. Cf. la lettre de Baudelaire à Paul de Molènes du 12 mai 1860, Correspondance, t. II, p. 42.

92 Ibid., pp. 215-16.

93 Œuvres complètes, t. II, p. 707. Sur le costume militaire, cf. Molènes, op. cit., pp. 158-59.

94 Voir la Préface : « Ce n’est pas la justice qui fonde les royaumes, ni la vertu qui distribue les couronnes ; le crime peut présider à l’origine des empires (...) comme si le mal était aussi nécessaire que le bien. Une nature également indifférente à Dieu et à Satan explique seule les libertés, les servitudes (etc.)… », éd. de Paris, Kimé, 1992, p. 7.

95 Cf. notamment, dans Les commentaires d’un soldat (Paris, Librairie des Bibliophiles, 1886, t. V, « L’hiver devant Sebastopol », p. 161 sq., morceau que Baudelaire dit à Molènes avoir aimé.

96 Cf. op. cit., p. 161-62 : « Quelle mystérieuse vertu aura toujours le sacrifice ! (...). Qu’une goutte, une seule goutte du sang dont il féconde éternellement le monde vienne à tomber par hasard sur votre cœur, même en hiver, sous un ciel glacé, une fleur ardente s’y épanouit ».

97 Articles inédits, Paris, Belles lettres, 1972, p. 74.

98 Ibid., p. 73.

99 Ibid., p. 75.

100 Ibid.

101 Ibid., p. 73.

102 Ibid., p. 75.

103 Ibid.

104 « Paul de Molènes », Le Figaro, 14 février 1885, Portraits politiques et littéraires, p. 324.

105 Œuvres romanesques, t. II, p. 200.

106 Ibid., p. 184.

107 Ibid.

108 Ibid., p. 185.

109 Cf. ibid., pp. 12-13.

110 Cf. ibid., p. 14.

111 Cf. ibid., p. 13.

112 Contes cruels, Œuvres complètes de Villiers, éd. de la Pléiade, t. I, p. 565.

113 Dans une critique de jeunesse sur Le Trouvère de Verdi, déplorant le manque d’enthousiasme du public d’opéra parisien, disant « bravo du bout des gants » : « La nature de ce dandysme ou de ce savoir-vivre nous semble de mauvaise aloi » (ibid., t. II, p. 772).

114 Il assiste à des exécutions capitales, et, en Orient, a prêté la main aux supplices (ibid., t. I, p. 622-23).

115 Ibid., p. 604.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search