Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Médée et Morgane, de la marginalité à la mythification

Virginie Chauvel

Texte intégral

1Si la marginalité se définit comme la mise à l’écart d’un être jugé asocial, il est alors possible de voir en Médée et Morgane des figures marginales. En effet, dans les textes antiques, pour Médée, et médiévaux, pour Morgane, les auteurs évoquent le caractère hors norme de ces héroïnes.

2Cet article se propose d’analyser, dans un premier temps, les caractéristiques exceptionnelles que possèdent ces deux figures mythiques, aux nombreux points communs. Nous montrerons ensuite comment ces caractéristiques sont devenues autant de signes victimaires, utilisés par les écrivains pour marginaliser ces femmes, et en faire de véritables boucs émissaires. Car, n’est-ce pas précisément la monstrueuse marginalité de ces personnages féminins qui les a érigés en mythes ?

Médée et Morgane, deux figures en marge de la société

3À la lecture des textes sources évoquant ces deux figures mythiques, force est de constater que ces femmes possèdent des caractéristiques extraordinaires. Or, cet adjectif est bien sûr à prendre dans son sens littéral : ces deux personnages sont douées de qualités exceptionnelles, considérées comme anormales. En sortant de la norme sociale, ces femmes deviennent marginales, différentes, dérangeantes et sont alors mises à l’écart de la cité.

Une même intelligence inquiétante

  • 1 Duarte Mimoso-Ruiz, Médée antique et moderne, association des Publications près les Universités de (...)
  • 2 Précisons que le terme pharmakos , diminutif pour pharmatikos, a donné en français moderne le subst (...)

4Médée, à l’instar de Morgane, possède une remarquable intelligence. Si dans l’imaginaire collectif, elle reste celle qui a commis l’infanticide, elle représente aussi celle qui maîtrise parfaitement la sorcellerie. Or, la magie de Médée, comme le dit Duarte Mimoso-Ruiz, « consiste chez Euripide en une « sophia », en un savoir qui repose sur une intelligence rusée (la « mêtis ») »1. Dès l’Antiquité, Médée apparaît donc comme une « xeina pampharmakos », une magicienne habile à tous les charmes et une femme très intelligente2. L’immense savoir de Médée inquiète les hommes qui l’entourent. La société patriarcale que représente Corinthe, ville où Médée se réfugie avec Jason après leur fuite de Colchide, craint cette femme en raison précisément de cette intelligence rusée qui la caractérise.

  • 3 Robert de Boron, Merlin, roman du xiiie siècle, Edition critique par Alexandre Micha, Droz, 2000.

5Morgane, à quelques siècles d’intervalle, possède cette même soif incommensurable de connaissance et une extrême intelligence. Robert de Boron est le premier à en faire mention. Il insère une saynète consacrée à Morgane dans son roman en prose intitulé Merlin3. Il en fait une élève de Merlin, reprenant l’idée déjà postulée dans le Lancelot (1115-1125), et une experte dans les sept arts.

  • 4 Robert de Boron, op.cit, paragraphe 72, p. 245.

(…) li rois Neutres de Garlot rot l’autre fille qui estoit bastarde qui avoit non Morgains ; et par le consoil de touz les amis ensemble la fist li rois aprendre letres en une maison de religion et celle aprist tant et si bien qu’elle aprist des arz et si sot merveille d’un art que l’en apele astronomie et molt en ouvra toz jorz et sot molt de fisique, et par celle mastrie de clergie qu’ele avoit fu apelee Morgain la fae4.

  • 5 Harf-Lancner Laurence, Les fées au moyen âge, Champion, Paris, 1984, p. 38.

6Or, ces deux caractéristiques propres à Morgane depuis le Moyen Âge la marginalisent par rapport au reste de la société. Sa connaissance parfaite des sept arts la classe parmi les figures extraordinaires. Sa grande connaissance en science, en médecine et en astronomie lui vaut le surnom de « Morgain, la faée ». C’est ce que rappelle Laurence Harf-Lancner5 dans son ouvrage sur les fées :

L’emploi constant de « Morgain la faée », dans le manuscrit du xiiie siècle édité par A. Micha, (…), semble indiquer une confusion entre le substantif et l’adjectif, et du même coup entre deux types de personnages primitivement distincts : la fée, femme surnaturelle, et la femme faée, mortelle entrée en contact avec l’autre monde, de manière active (douée de pouvoirs magiques), ou de manière passive (objet d’une intervention des fées).

7Certains auteurs, comme Chrétien de Troyes, usent de cette ambiguïté lexicale, pour faire de Morgane un personnage sombre et mystérieux.

8De plus, sa position de femme l’empêche d’accéder à la respectabilité, à la différence de Merlin qui impose le respect. Ce schéma correspond également au mythe de Médée, qui rejette l’idée de respecter le silence qu’impose le statut de femme et d’épouse, à Corinthe. De là naît sa confrontation avec Créon et Jason. Ces deux femmes, douées d’une intelligence hors du commun, s’émancipent du statut que la tradition réserve à la femme, et affrontent alors les hommes.

Une même étrangeté

9Le statut d’étrangère de la Colchidienne exacerbe encore sa marginalité, en la définissant comme une ‘non grecque’ et donc comme une barbare. Médée en tant qu’orientale est rejetée de Corinthe. C’est d’ailleurs cette forme de racisme qui a attiré l’attention d’Anouilh. En faisant de Médée une gitane, vivant avec ses fils et sa nourrice dans une roulotte en dehors de Corinthe, le dramaturge a symbolisé, dans sa pièce, le rejet dont cette étrangère, à la peau basanée, est victime. Indésirable en Colchide, sa terre natale, l’héroïne le devient aussi en Grèce.

  • 6 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 267.

10Morgane, quant à elle, choisit de s’exiler volontairement en quittant la cour du roi Arthur. Elle n’est donc pas ici dans la même position d’exclusion que l’héroïne antique. Toutefois, cet éloignement de la cité vaut à Morgane d’endosser un statut de marginale, suscitant bien des inquiétudes au sein de la cité. Elle est tenue pour responsable d’enlèvements. Comme le remarque très justement Laurence Harf-Lancner dans Les Fées au moyen âge » (…) le personnage littéraire de Morgane, est étroitement lié, dans la littérature romanesque, à des récits d’enlèvements dans l’autre monde »6. Ainsi « Morgue la sage » devient-elle dans les romans du xiiie « Morgue la desloiaus », celle qui attire d’innocentes victimes dans son domaine et ne les laisse jamais ressortir.

11Les deux figures féminines passent aux yeux de la collectivité pour des étrangères, des barbares, ne connaissant et ne respectant pas la norme sociale.

Une même utilisation de la magie

  • 7 Pensée de Jules Michelet tirée de l’ouvrage intitulé La Sorcière, Paris, Flammarion, 1966, et relev (...)

12Médée, comme nous l’avons précisé précédemment, est habile dans l’art des plantes. Mais, ce n’est qu’à de très rares occasions qu’elle met ses dons au service du bien, en redonnant une deuxième jeunesse à Eson, par exemple. Elle pratique plus souvent la magie noire (poisons, boissons qui tuent au lieu de guérir). Sa magie lui permet de fabriquer remèdes ou poisons, selon l’usage maléfique ou bénéfique qu’elle veut en faire. Deux épisodes, devenus aujourd’hui des mythèmes, corroborent cette idée. Si Médée a rajeuni le père de Jason grâce à une potion magique, elle a a contrario empoisonné Pélias en vue de lui donner la mort. La raison de ce changement du comportement de Médée pourrait se trouver chez Michelet7 qui explique que « le passage de la magie blanche à la magie noire est dû au désespoir de la femme opprimée et humiliée ».

13Ajoutons qu’en tant que petite-fille d’Hélios, cette magicienne est associée, dans l’imaginaire collectif, au monde inquiétant des divinités, ce qui contribue encore à sa « marginalisation ».

14Morgane est elle aussi représentée sous les traits d’une enchanteresse. Mais, outre le don de guérir, celle-ci maîtrise également l’art de la métamorphose, ainsi que la faculté de voler dans les airs comme Dédale. Rappelons que cette femme soigne Arthur, sur l’île d’Avalon alors que ce dernier est mortellement blessé. Morgane possède donc un pouvoir, celui de guérisseuse. Selon Laurence Harf-Lancner,

  • 8 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 266.

On peut admettre que dès le milieu du xiie siècle au moins, circulait dans les pays bretons une légende qui faisait séjourner Arthur, l’incarnation de l’espoir breton, dans l’autre monde, près d’une fée guérisseuse. Tel est en effet le trait qui caractérise Morgane dans les textes du xiie siècle8.

15Mais, quelle limite existe-t-il entre une fée guérisseuse et une sorcière aux pouvoirs maléfiques ? Dans l’imaginaire collectif, la frontière est bien mince. Comment dès lors ne pas voir dans ces femmes douées de pouvoirs étranges, des sorcières et non des fées ? Comment, pour des écrivains, passer outre l’opportunité de créer à partir de ces caractéristiques exceptionnelles, des figures marginales aux qualités cathartiques ? Le mythe, en tant que récit transmis oralement, se prête parfaitement à des transformations, des libertés d’auteurs,… des réécritures, répondant aux besoins d’une époque.

Médée et Morgane, deux figures en marge de la littérature

16Certains auteurs jouent de l’ambivalence de Médée et Morgane. Ils choisissent d’exacerber leur côté obscur, et d’occulter leurs qualités bénéfiques. Ils exagèrent leurs traits extraordinaires pour en faire des marques d’inhumanité.

Médée et Morgane, des boucs émissaires ?

  • 9 Girard René, Le Bouc Emissaire, Paris, Grasset, Editions Grasset & Fasquelle, 1982, chapitre III :  (...)
  • 10 Girard René, op.cit, p. 37.

17Pour transformer un personnage littéraire en créature effrayante et répondre à la crise qu’une société traverse, il suffit qu’il ait des traits extraordinaires, au sens propre du terme. L’écrivain n’a plus qu’à amplifier ces spécificités et à les rendre inquiétantes et dérangeantes. De cette façon, il met en place un processus fictif de victimisation, pour reprendre un terme de René Girard9, propre à transformer dans l’imaginaire collectif une figure simplement différente, en une figure désormais « monstrueuse ». Comme le rappelle l’auteur du Bouc Emissaire : » les victimes sont, par conséquent, choisies en vertu, non des crimes qu’on leur attribue, mais de leurs signes victimaires, de tout ce qui suggère leur affinité coupable avec la crise »10. Or, Médée et Morgane sont des victimes littéraires idéales puisqu’elles regroupent plusieurs signes victimaires, les prédisposant à devenir dans l’imaginaire collectif, des figures maléfiques.

18Euripide et Sénèque voient en Médée une femme criminelle, incapable de surmonter la défection de Jason, la perte de son rang royal et l’humiliation de l’exil et qui, par conséquent, a recours au meurtre pour conjurer une situation devenue intolérable.

  • 11 Mais si Sénèque se pose en critique acerbe de cette manifestation de l’excès féminin, il faut toute (...)
  • 12 Un palimpseste est un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire (...)
  • 13 Eissen Ariane, op.cit, p. 90.

19La vision masculine des deux dramaturges antiques diabolise la passion féminine, et donne alors dans leurs pièces, une image négative, voire péjorative de la femme amoureuse11. Dans la mémoire collective, le palimpseste12 de Médée correspond au texte d’Euripide, considéré comme la référence littéraire la plus sûre, base d’un possible travail de réécriture pour de nombreux auteurs. Cependant, en remontant aux sources mythiques originelles, les premières traces des exploits de la magicienne apparaissent dans une séquence appartenant au mythe plus imposant et plus général de La Toison d’or. Il est alors possible de retrouver un palimpseste plus ancien que le texte du fameux dramaturge grec. Les deux auteurs qui ont, les premiers, mis en place la légende de Médée, seraient en réalité les poètes épiques Eumélos et Créophilos13. Or, chez ces deux auteurs, Médée n’est pas représentée sous les traits d’une mère criminelle inhumaine.

20Le premier émet l’hypothèse que la femme légendaire a bien tué ses enfants, mais pour une raison bien différente de celle évoquée par Euripide. Médée, dans un paradoxe grandiose, tue ses fils pour mieux les faire revivre. Son acte meurtrier est à percevoir comme une tentative d’immortalisation ratée.

21Le second poète épique, Créophilos, propose à quelques années d’intervalle, une autre version des faits, tout aussi positive pour le personnage de Médée. Le poète met en place une séquence tragique, aujourd’hui méconnue et oubliée : celle du meurtre des enfants de Jason et Médée par le peuple corinthien. Dans cette version, Médée loin d’être coupable de ce crime monstrueux, est bien au contraire victime finalement de la monstruosité populaire. Comme le rappelle Ariane Eissen, dans le texte du poète épique c’est à cause du meurtre des deux figures royales perpétré par la magicienne, que les Corinthiens choisissent les enfants de cette dernière pour expier ce crime et se venger de l’affront fait à leur cité :

  • 14 Eissen Ariane, op.cit, p. 90.

(…) Médée ayant tué Créon et Glaucé, les Corinthiens avaient exécuté ses fils et fait courir le bruit que ceux-ci avaient péri de la main de leur mère.14

22Ainsi, dans la version antique de Créophilos, le meurtre des enfants de Jason est commis par la foule corinthienne, et non par leur propre mère. La séquence de l’infanticide perpétré par Médée elle-même relève donc bien d’une légende, d’une fable instituée par Euripide, et reprise à sa suite par de nombreux auteurs.

  • 15 Ibid, p. 267.

23Morgane a subi la même discrimination que Médée en littérature. Chrétien de Troyes a exploré l’ambiguïté originelle de Morgane, appelée tantôt « Morgue la sage » chez Geoffroy de Monmouth et « Morgue la fée » chez Robert de Boron. La frontière entre le statut de fée et celui de sorcière étant très incertaine, elle permet à certains écrivains de réécrire le mythe de Morgane, en privilégiant son côté obscur. Le comportement supposé maléfique de Morgane qui, dans l’imaginaire collectif, reste une femme fourbe, perfide, magicienne, usant de ses sortilèges pour nuire aux hommes, date du xii ou xiiie siècle. Laurence Harf-Lancner constate que « la bienfaisante fée guérisseuse se voit bientôt chargée, dès le Lancelot en prose, de tous les péchés du monde et la plupart des romans du xiiie siècle ne feront qu’affirmer cette image maléfique de Morgane »15.

24Les écrivains du xiiie siècle ont, en effet, profité de ce pouvoir de guérison détenu par Morgane dans les premières versions du mythe pour la diaboliser. Car, là encore subsistait un doute, une ambiguïté : quelle était la nature des potions de Morgane ? Bénéfique ou maléfique ? Profitant de ce mystère autour du personnage, certains écrivains ont pu transformer sa qualité de guérisseuse en attribut de sorcière.

25Le point de ralliement intellectuel des mythes de Médée et Morgane consiste en une réflexion audacieuse sur le mythe en général. Le mythe apparaît comme un mécanisme de création (à un moment donné, dans une cité donnée), d’individualités, de personnalités fortes et marquantes, ou tout simplement dérangeantes, parce que marginales. La création d’un bouc émissaire, c’est-à-dire d’un être doté de signes victimaires suffisants pour être érigé en responsable d’un malaise social répond à un objectif précis : la catharsis.

Une monstruosité cathartique

26La figure de Médée a suscité de nombreuses réécritures en littérature. Si Euripide a voulu apporter dans sa pièce un enseignement à ses contemporains, en montrant les aspects néfastes de la passion humaine, Sénèque de son côté a exagéré la violence du mythe dans un autre but. Véronique Anglard, dans Humain et inhumain, explique la démarche du dramaturge en ces mots :

  • 16 Anglard, Véronique : Humain et Inhumain, Paris, Editions Nathan, collection 128, 1997, p. 34.

Horrifié par les excès de la dynastie julio – claudienne, Sénèque exploite le mythe grec pour renvoyer à la société impériale le spectacle de ses exactions.16

27Ainsi, le dramaturge a souhaité rendre l’enseignement de la légende de Médée, située en 1225 avant J.-C., applicable à sa propre époque ; une époque bien postérieure mais où pourtant les problèmes politiques rencontrés sont identiques. Le mythe, assimilable à une parabole, expose toujours un fait de société (la guerre, les conflits royaux, les sacrifices humains, l’opposition entre barbares et civilisés, etc.), c’est pourquoi son effet est le plus souvent métaphorique ; il vise à corriger ou à magnifier un peuple, une cité, une collectivité.

28Les motifs de la diabolisation de Morgane sont différents, puisqu’ils répondent aux besoins d’une autre époque. Au xiiie siècle, époque qui, selon Laurence Harf-Lancner, a fait renaître une Morgane maléfique, la lutte entre le Christianisme et le Paganisme n’est pas encore totalement achevée. Ainsi, la société ressent-elle le besoin de créer des figures hybrides, mi-monstres mi-hommes, capables de susciter les terreurs de ses citoyens. La figure profondément ambivalente de Morgane semble coïncider avec cette volonté de remettre au goût du jour des êtres marginaux. L’ambiguïté de sa nature, partagée entre humanité et féerie, constitue une base littéraire parfaite, à partir de laquelle les auteurs peuvent composer une nouvelle variante, où désormais seul le mal la caractériserait. Ainsi, de Geoffroy de Monmouth à Chrétien de Troyes, cette métamorphose de Morgane, qui de bonne fée devient une sorcière malintentionnée est visible. Ce nouveau type littéraire apparaît pour la première fois dans le Lancelot en prose (1215), comme le précise l’auteur du livre consacré à la naissance des fées au Moyen Âge :

  • 17 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 268.

(…) le Lancelot en prose, (…) crée le personnage littéraire de Morgane tel qu’il s’épanouira dans tous les romans postérieurs : Morgue y est l’héroïne de quatre récits d’enlèvement17.

29Elle a été engendrée à une époque où l’ignorance était certainement plus importante que la connaissance. Se reposant sur la superstition fortement répandue chez le peuple qui n’avait précisément pas accès à la connaissance, les écrivains ont renoué avec une figure énigmatique rapidement devenue maléfique dans l’imaginaire collectif. Au fur et à mesure de la rationalisation de la société, le peuple ne voulait plus croire au merveilleux. Les fées sont alors devenues de véritables sorcières.

30Il faudra attendre le xxe siècle pour assister à la réhabilitation de ces deux figures féminines. En effet, des écrivains ont pris le parti de dénoncer le mécanisme de ‘diabolisation’ dont Médée et Morgane ont été victimes en littérature. Si Michel Rio dans Morgane renoue avec les textes antérieurs à Chrétien de Troyes, Christa Wolf, de son côté, réécrit le mythe de Médée en s’inspirant de la version de Créophilos.

31Dans ces romans, la marginalité des deux héroïnes n’est plus la marque d’une profonde et violente inhumanité, mais le signe d’une émancipation sociale précoce et d’un rejet de la norme patriarcale.

Bibliographie

I. ŒUVRES LITTERAIRES

Robert de Boron, Merlin, roman du xiiie siècle, Edition critique par Alexandre Micha, Droz, 2000.

Merlin, traduit de l’ancien français par Alexandre Micha, Paris, Flammarion, 1994.

Chrétien de Troyes, Erec et Enide, édité d’après la copie de Guiot et publié par Mario Roques, Editions Champion, Paris, 1990.

Erec et Enide, traduit de l’ancien français par René Louis, Champion, Paris, 1984.

Geoffroy de Monmouth, Vita Merlini, traduit du latin par Isabelle Jourdan, Castelnau-Le-Lez, Climats, 1996.

Rio Michel, Morgane, Paris, Seuil, 1999.

Rio Michel, Merlin, Paris, Seuil, 1989.

Anouilh, Jean : Médée, Paris, Editions de la Table Ronde, 1997, (1ère éd. : 1947).

Euripide : Médée, Théâtre d’Euripide, traduction de Lucien Méridier, Les Belles Lettres, collection Budé 1925.

Euripide : Médée, traduction de Marie-Rose Rougier, Paris, Classiques Hachette 1992.

Ovide : Les Métamorphoses, traduction de Georges Lafaye, Les Belles Lettres, collection Budé 1928, Tome II, livre 7.

Les Héroïdes, traduction de Henri Bornecque, Les Belles Lettres, collection Budé 1930.

Sénèque : Médée, Paris, Flammarion, 1997.

Wolf, Christa : Medea–Stimmen, traduit par Alain Lance et Renate Lance-Otterbein, Fayard, 1997.

II. OUVRAGES SUR LE MYTHE

Albouy Pierre, Mythographies, Paris, Corti, 1976, p 267-272.

Baudry Robert, « Les Lois du mythe » in Recherches sur l’imaginaire, cahier XXV, Presses de l’université d’Angers, 1997, tome I, p 19-41.

Bouloumié, Arlette, Michel Tournier : le roman mythologique suivi de questions à Michel Tournier, Librairie José Corti, Paris, 1988, p 7 à 27.

Brunel, Pierre : Dictionnaire des mythes littéraires, articles « Mythe », « Médée », Editions du Rocher, 1988.

Caillois Roger, Le mythe et l’homme, Paris, Gallimard, 1958.

Durand Gilbert, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Bordas, Paris, 1969.

Introduction à la mythodologie, Mythes et Sociétés, Editions Albin Michel, 1996.

Eissen, Ariane : Les mythes grecs, Paris, Editions Belin, collection Sujets, 1993.

Eliade, Mircea : Le sacré et le Profane, Paris, Gallimard, collection Idées, n° 76, 1965.

Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 1965 pour l’édition française.

Initiations, rites, sociétés secrètes, Paris, Gallimard, collection Idées, 1959.

Moreau Alain, Le Mythe de Jason et Médée, Le Va-nu-pieds et la Sorcière, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

III. OUVRAGES A CARACTERE GENERAL

Anglard, Véronique : Humain et Inhumain, Paris, Editions Nathan, collection 128, 1997.

Genette Gérard, Palimpsestes, La littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, p 291-559.

Girard, René, La Violence et le Sacré, Paris, Grasset, 1972. Le Bouc-Emissaire, Paris, Editions Grasset & Fasquelle, 1982.

Harf-Lancner Laurence, Les Fées au moyen âge, Champion, Paris, 1984.

Michelet, Jules : La Sorcière, Paris, Flammarion, 1966.

Mimoso - Ruiz, Duarte : Médée Antique et Moderne, aspects rituels et socio-politiques d’un mythe, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, Paris, Edition Ophrys, 1982.

Stenou, Katérina : Images de l’autre ; La différence : du mythe au préjugé, Seuil/éditions Unesco, mars 1998.

« Médée et la Violence », Pallas Revue d’études antiques, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, Actes d’un Colloque, 1996.

Notes

1 Duarte Mimoso-Ruiz, Médée antique et moderne, association des Publications près les Universités de Strasbourg, Paris, Edition Ophrys, 1982, p. 82.

2 Précisons que le terme pharmakos , diminutif pour pharmatikos, a donné en français moderne le substantif ou adjectif pharmaceutique, qui a pour définition : science de la composition et de l’emploi des médicaments.

3 Robert de Boron, Merlin, roman du xiiie siècle, Edition critique par Alexandre Micha, Droz, 2000.

4 Robert de Boron, op.cit, paragraphe 72, p. 245.

5 Harf-Lancner Laurence, Les fées au moyen âge, Champion, Paris, 1984, p. 38.

6 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 267.

7 Pensée de Jules Michelet tirée de l’ouvrage intitulé La Sorcière, Paris, Flammarion, 1966, et relevée dans Médée antique et moderne, Mimoso-Ruiz Duarte, chapitre II, p. 83.

8 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 266.

9 Girard René, Le Bouc Emissaire, Paris, Grasset, Editions Grasset & Fasquelle, 1982, chapitre III : » Qu’est-ce qu’un mythe ? ».

10 Girard René, op.cit, p. 37.

11 Mais si Sénèque se pose en critique acerbe de cette manifestation de l’excès féminin, il faut toutefois reconnaître à Euripide une certaine compassion parfois à l’égard de son héroïne.

12 Un palimpseste est un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte.

13 Eissen Ariane, op.cit, p. 90.

14 Eissen Ariane, op.cit, p. 90.

15 Ibid, p. 267.

16 Anglard, Véronique : Humain et Inhumain, Paris, Editions Nathan, collection 128, 1997, p. 34.

17 Harf-Lancner Laurence, op.cit, p. 268.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search