Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Avant-propos

Arlette Bouloumié

Texte intégral

1Le marginal est une figure très répandue dans la littérature. Le but de ce recueil, le premier d’une série, est d’en souligner le rôle et l’importance.

2La notion même de marginalité appelle quelques éclaircissements. La marginalité est toujours relative ; on est marginal par rapport à un groupe institutionnalisé, à une époque et dans un lieu donné. D’où les contenus très variables de la marginalité dans le temps et dans l’espace.

3Le mot marge indique une limite. Le marginal est à la périphérie, pas au centre. D’où l’idée qu’il a un rôle secondaire. L’objet de ce travail sera de s’interroger sur le bien-fondé d’une telle affirmation.

4Bien que hors de la norme, le marginal est toléré, à l’opposé de l’exclu qui est rejeté, banni, hors la loi : ainsi les protestants du xviie siècle, d’abord marginalisés par l’interdiction d’accéder aux hautes responsabilités de l’état, ont été finalement chassés hors de France au moment de la révocation de l’Edit de Nantes. Car la frontière entre marginalité et exclusion est fragile : le marginal est toujours menacé d’exclusion. Parce qu’il est différent, le marginal peut paraître subversif. Il ne s’oppose pas seulement à l’ordre établi pour des motifs psychologiques ou pour ses idées. Sa contestation est plus profonde et plus durable, elle affecte le vécu. C’est en quoi le marginal se distingue de l’anticonformiste ou de l’original dont la particularité peut choquer tout en restant plaisante. Ainsi Voltaire qui critique la société n’en est pas moins, d’abord, un poète fêté dans les salons avant que sa bastonnade, qui précède son emprisonnement et son exil, ne radicalise sa situation de philosophe mis à l’index par les despotes si éclairés soient-ils.

5La notion de marginalité implique d’ailleurs des situations très différentes. On est marginal par la limite inférieure ou supérieure de la société. Les vagabonds, les clochards, les immigrés sont perçus comme marginaux mais les dandys, aristocrates enviés, sont aussi des marginaux. Ils ne subissent pas mais revendiquent avec orgueil leur marginalité. Les libres penseurs, les créateurs de toutes sortes, en avance sur leur temps, font partie de cette élite marginalisée par sa différence, non plus économique ou ethnique, mais intellectuelle.

6La transgression du marginal par rapport aux normes sociales s’exerce en effet dans des domaines très divers ; d’ordre physique d’abord : les handicapés, aveugles, boiteux, bossus, gauchers, débiles mentaux ont été marginalisés voire exclus selon les siècles ; d’ordre ethnique : c’est le cas des noirs, des juifs ou des tziganes dans certains pays ou à certaines périodes ; d’ordre sexuel : il s’agit des courtisanes, des prostituées, des homosexuels. Les femmes elles-mêmes n’ont-elles pas été marginalisées dans la société du fait de leur sexe ? ; d’ordre intellectuel enfin : les créateurs, poètes maudits ou les savants ont été souvent en butte au pouvoir.

7La différence qui implique l’incompréhension, voire la crainte, explique en effet l’intolérance dont le marginal est fréquemment la victime. Celui-ci affiche en effet sa différence dans sa tenue, qu’il s’agisse de la barbe ou des cheveux longs du hippie, des vêtements raffinés du dandy, ou dans ses lieux d’habitation périphériques, à l’écart, comme ceux de la sorcière au Moyen Age ou des bohémiens restés nomades au milieu des sédentaires.

  • 1 M.Tournier, Les Météores, Gallimard, folio, 1975, p. 118.

8« Une société se définit par ce qu’elle rejette » a écrit Michel Foucault. Ces « délinquants par l’esprit ou par la chair » que sont les marginaux, selon l’expression de Michel Tournier1, sont le reflet de notre société. C’est elle qui les a faits ce qu’ils sont. Aussi sont-ils les instruments, idéaux pour le romancier, d’une critique de la société : critique de l’injustice sociale, qui conduit à la misère dans la figure de la prostituée de l’Assommoir ou de Nana ; critique de l’hypocrisie générale par cette autre prostituée qui a donné son nom à la nouvelle de Maupassant, Boule de Suif ; critique de la justice par les bagnards évadés Vautrin et Jean Valjean ; critique de la sclérose et du conformisme grégaire par l’éloge du bohémien, cher aux romantiques jusqu’à Baudelaire ou Apollinaire dans l’œuvre desquels il devient la figure même de l’artiste en rupture ; critique de la morale d’une société pudibonde et violente par le hippie qui proclame, à l’opposé : « Faites l’amour et pas la guerre ».

9La figure du marginal est donc récupérée par la société pour faire son autocritique. Le bouffon, autrefois, avait ce droit, et lui seul, de dire ce qui choquait, brisant les tabous mais servant, par là-même, d’exutoire. D’une certaine manière, l’écrivain d’aujourd’hui qui est écouté malgré des prises de position qui font parfois scandale, en est l’héritier. Sa fonction est de remettre en cause nos certitudes. Et comment mieux y parvenir qu’en donnant la parole aux marginaux qui ont un point de vue différent sur la société ? L’effet de dépaysement, de surprise provoque un choc propice à la réflexion. Il suffit d’évoquer le Neveu de Rameau où Diderot fait le portrait du bohème, musicien raté autant que génial, aux propos dérangeants et à l’aspect aussi pittoresque et divers que ses variations de fortune. Diderot se dit partagé à son égard entre des sentiments contradictoires et s’il ne l’estime pas pour sa bizarrerie, il n’en est pas moins très attiré par lui :

  • 2 Diderot, Le Neveu de Rameau, Gallimard, folio classique, 1972, p. 33.

Le caractère des marginaux tranche avec celui des autres … ils rompent cette fastidieuse uniformité que notre éducation, nos conventions de société, nos bienséances d’usage ont introduite. S’il en paraît un dans une compagnie, c’est un grain de levain qui fermente et qui restitue à chacun une portion de son individualité naturelle. Il secoue, il agite ; il fait approuver ou blâmer ; il fait sortir la vérité, il fait connaître les gens de bien ; il démasque les coquins ; c’est alors que l’homme de bon sens écoute et démêle son monde.2

10Le marginal suscite souvent ces sentiments mêlés, comme l’acteur au xviiie siècle, excommunié du fait de son métier, et pourtant fêté. Mais s’il inspire parfois la pitié, le marginal, parce qu’il affronte le danger, accepte l’inconfort, manifeste sa liberté, inspire aussi l’admiration et fait figure de héros : c’est le cas de Zénon dans l’Oeuvre au noir de Marguerite Yourcenar, alchimiste et chirurgien, médecin des pauvres et des pestiférés, poursuivi par l’Inquisition et qui meurt sur le bûcher.

  • 3 M. Tournier, op. cit., p. 140.

11L’absence de marginaux ne signifierait-elle pas « l’uniformisation, le nivellement, l’élimination de ce qui est différent et créateur » comme l’affirme Alexandre, le dandy des gadoues, dans Les Météores de Michel Tournier3 ? Le marginal est un ferment d’évolution comme le montre le nouveau statut, conquis de haute lutte par les objecteurs de conscience, les comédiens, les hérétiques et les libres penseurs, désormais respectés comme tels pour leurs particularités.

12Cet ouvrage montrera que la marginalité se décline aussi bien du côté de la monstruosité (I) que de l’effraction sociale (II), l’artiste apparaissant comme une figure privilégiée de cette altérité douloureuse (III). Il est donc particulièrement bien placé pour créer des formes d’expression et de représentation susceptibles, par leur originalité, de dire cette marginalité (IV). Des pistes pour l’instant esquissées feront l’objet d’approfondissement dans les prochains numéros. Ainsi, le n° 30 Recherches sur l’Imaginaire sera-t-il consacré à « Métiers et marginalité ».

Notes

1 M.Tournier, Les Météores, Gallimard, folio, 1975, p. 118.

2 Diderot, Le Neveu de Rameau, Gallimard, folio classique, 1972, p. 33.

3 M. Tournier, op. cit., p. 140.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search