Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Des révoltes aux révolutions

 | 
Serge Bianchi

Troisième partie. La révolution française

Chapitre XII. Une révolution sociale ? Économie et société

Texto completo

1La caractérisation sociale de la Révolution française est aussi nécessaire que complexe, en raison des enjeux des mutations sociales et de leurs enjeux. La question des privilégiés est traitée par ailleurs, dans la partie culturelle pour le clergé, dans le développement sur la contre-révolution pour la noblesse. Il est entendu, au-delà du ralliement (parfois essentiel) des curés (« démocrates », constitutionnels, voire « rouges ») et des nobles « libéraux », que la Révolution a vu le triomphe de couches nouvelles, accédant par l’égalité civile à différentes strates du pouvoir. La Révolution a longtemps été qualifiée de « bourgeoise » par la communauté historienne, dépassant les autres divergences d’interprétation (de Thiers à Lefebvre), même si des voix mettaient l’accent sur le rôle particulier de la paysannerie dans les prémisses et de développement du processus révolutionnaire. De « révolution bourgeoise à large participation paysanne », des historiens ont pu avancer l’idée d’une « révolution paysanne » autonome par les objectifs et les luttes, voire d’une contre-révolution paysanne (ou anti-révolution). La filiation des journées de la faim de l’an III et du babouvisme se traduit par des formes nouvelles de luttes « populaires ». Il n’est pas question ici de trancher ces hypothèses, mais de fournir des éléments de compréhension des politiques et des luttes sociales, en traitant en étude de cas les questions financières et en renvoyant les questions historiographiques et les questions ouvrières dans la dernière partie de l’ouvrage, pour des raisons logiques et pédagogiques.

Une révolution bourgeoise ?

2La Révolution française est souvent présentée comme la décennie « libérale » d’une politique économique cohérente fondée sur la défense et le triomphe des dogmes de liberté et de propriété. Cette politique est appliquée sans faiblesse par les Assemblées constituante et législative, dans les lois libérales et répressives. Mais la Révolution est également le théâtre de vastes mouvements populaires (dans les campagnes et les villes) mettant au premier rang le droit à l’existence et une protection sociale garanti par l’État. D’où la succession (alternance) de périodes libérales et dirigistes (1793-1794), dont la question des subsistances peut présenter le meilleur révélateur.

Le triomphe du libéralisme

3Jusqu’à la chute de la Monarchie en août 1792, la classe politique au pouvoir dans les Assemblées constituante et législative affirme sa culture économique libérale, la met en vigueur par un arsenal de loi et en organise le respect par le dialogue ou la répression, face aux révoltes populaires, dont la culture économique entre en contradiction avec celle des élites.

Le choc des deux cultures économiques

4L’héritage libéral est évident entre les années 1760 et les premières assemblées révolutionnaires. Les hommes de la Révolution (au pouvoir) sont frottés d’économie politique. Plus de 1 800 ouvrages paraissent dans les années 1780 (F. Hincker), plus que dans les décennies précédentes (1700-1780) ! Les théories à la mode, héritées des constituants sont la physiocratie (1757, Quesnay ; 1787), l’agronomie et l’anglomanie. L’État, qui doit intervenir le moins possible doit assurer les libertés de culture (clôtures), de circulation (fin des entraves), des prix (« laisser faire, laisser passer ») pour que les fermiers et les propriétaires dégagent le meilleur « produit net », source essentielle d’enrichissement d’un pays. À cela s’ajoute l’influence de Adam Smith (1776 : La richesse des nations) et la nécessité de la liberté d’entreprendre (fin des corporations) et de rompre avec les entraves communautaires, par le désengagement de l’État et la libération des forces productives. Les édits libéraux de 1761, 1764, 1766, 1774, 1787 (touchant les corporations, clôtures, partages et prix) n’ont pu triompher sous l’Ancien Régime, ni avec Turgot ni avec Brienne. Les principes libéraux sont omniprésents chez les députés constituants et législateurs, dans les commissions (La Rochefoucauld, Dupont de Nemours, Condorcet, Rolland), jusqu’aux Girondins. Pour tous la propriété est sacrée, et doit aller de pair avec la liberté des individus et des producteurs (Déclaration des droits, articles 1, 2, 17). L’individu (salarié, producteur) doit l’emporter sur toute communauté ou corps. La croyance qui accompagne cette culture reste utopique : le libéralisme entraînerait la baisse des prix, l’abondance du travail et de la production, l’augmentation de la richesse nationale. Les commissions et comités parlementaires (Finances, Contributions, Monnaie, Agriculture, Commerce) se chargent de réaliser ce programme libéral.

5À l’opposé, les couches populaires seraient tenantes de « l’économie morale », un système garantissant la survie du plus grand nombre. Les doléances révèlent une culture économique différente de la culture savante (élite des propriétaires et sociétés d’agriculture), fondée sur des principes parfois opposés :

  • L’égalitarisme : toutes les catégories respectent la propriété mais demandent une répartition fondée sur la suffisance, contre les abus du libéralisme : refus du cumul des terres et des fermes, lutte contre les édits physiocratiques, défense des droits communaux ou partage égalitaire. L’État doit protéger les communautés contre l’individualisme agraire (à la britannique). Cette culture est une culture communautaire essentiellement rurale, fondée sur l’exception française (des milliers de communautés vivaces).
  • Le droit à l’existence : le droit naturel affirme que la première propriété est la vie et la liberté celle de subsister. Si l’État ne garantit pas ces droits, il viole (avec les nantis et les politiques) le pacte « d’économie morale » (Edward Patrick Thompson, historien britannique), car le droit au travail et à un salaire suffisant est préalable à la défense de la liberté et de la propriété. La majorité des Français sont salariés et consommateurs, face à la classe « dirigeante » et « propriétaire ». La guerre des Farines a révélé un divorce entre la monarchie, qui aurait rompu le pacte « d’économie morale » et le peuple, justifiant ainsi la révolte par les abus du libéralisme. Ce divorce se poursuit pendant la phase « libérale » de la Révolution française, où la construction d’un ordre économique nouveau se heurte à des résistances et des révoltes parallèles.

Les grandes lois « libérales »

6Elles s’échelonnent de la Déclaration des droits (août 1789) à la Constitution de septembre 1793, en deux volets indissociables : défense de la propriété et établissement des libertés économiques fondamentales. La défense de la propriété est prioritaire, mais les principes se heurtent à des réalités sociales contraignantes. Les arbitrages législatifs, ralentis par les « jacqueries » successives de 1788 à 1792, sont clairs dans deux domaines tests, les droits seigneuriaux et les biens communaux. En matière de droits seigneuriaux, les rentes dues aux seigneurs (« tous les droits utiles ») ne sont pas abolies (malgré la Grande Peur) mais déclarées rachetables les 15 mars et 3 mai 1790, lorsqu’elles sont fondées sur des titres ou déclarations, jusqu’à 20 fois (en argent) ou 25 fois (en nature) leur valeur. Il faut attendre le 18 juin 1792 pour que le seigneur soit tenu d’apporter la preuve de la légalité de cette rente. Il est cru même si le titre a disparu, en justifiant 30 ans de perception ! Les propriétés seigneuriales sont protégées aux dépens des propriétés paysannes ? En matière de biens communaux, les communautés ne peuvent retrouver les biens usurpés que depuis 1759 (édits physiocratiques), et non ceux des périodes antérieures. De plus les occupations « sauvages » (en particulier depuis le 4 août 1789) sont interdites par une loi du 13 avril 1791. La solidarité des propriétaires (bourgeois, seigneurs) joue contre le désir de terres des communautés et de leurs membres, en fondant cet arbitrage partial sur la notion du contrat, aussi sacré que les lois qui le protègent…

7Une trilogie des lois « libérales » permet le triomphe des objectifs essentiels de la physiocratie, corrigée par l’adaptation à une situation révolutionnaire complexe. La Constituante met sur pied les trois grands socles de l’économie politique libérale. La liberté de produire et d’entreprendre dans les campagnes s’appuie sur le Code rural (appellation impropre pour un grand décret « sur les biens et usages ruraux et sur la police rurale ») prévoit le droit de clôturer et de cultiver, rejette la vaine pâture et les usages communautaires (septembre 1791). Dans les villes, la loi d’Allarde (février-mars 1791) supprime les corporations, ce qui implique la fin des monopoles et la liberté d’entreprendre.

8La « liberté du travail » correspond au vote de la loi Le Chapelier, le 14 juin 1791, prise dans un contexte de grèves et de fermetures des ateliers à Paris (Reinhard). Elle interdit les syndicats, les coalitions et les grèves collectives (elle autorise la cessation individuelle du travail), au nom de la liberté de l’employeur : elle durera près d’un siècle, transformant l’arbitrage apparent entre employeurs et salariés en une loi de classe…

9La liberté des échanges est établie par étapes. Comme en 1787, les lois de septembre 1789 établissent la liberté du commerce. Entre mars 1790 et mars 1791 est réalisée la suppression progressive des douanes intérieures, des péages et des taxes – traites, aides, gabelle, octrois –, mais pas pour le commerce extérieur, ni pour celui des colonies, où les intérêts en jeu (la traite et l’esclavage à leur apogée) sont spécifiques. Ces lois peuvent léser les aspirations des communautés, des salariés et des consommateurs, d’où la nécessité de leur application rigoureuse et répressive, fondée sur l’appareil d’État et les forces de l’ordre (bourgeois).

L’application des lois

10L’État met son appareil, l’administration, la justice, la force armée pour l’exécution des lois, dans une hiérarchie répressive définie par le Code rural, la loi Le Chapelier et la loi martiale. Les atteintes à la propriété sont punies de façon exemplaire : jusqu’à dix années pour le vol d’effets et de vêtements ; dans les campagnes, quelques jours pour la dégradation de clôture (Code rural de septembre 1791) et jusqu’à deux ans pour le vol d’une récolte. La propagande pour la loi agraire (redistribution égalitaire de la propriété) est passible de la peine de mort en 1792. Les menaces contre la liberté du travail sont punies de douze jours de prison en cas de coalition de journaliers, de 500 livres d’amende pour les ouvriers des manufactures, 1 000 livres à trois mois de prison en cas de menaces, le tribunal criminel en cas de violences collectives, par la loi Le Chapelier. La loi martiale, prise en octobre 1789, à la suite du meurtre d’un boulanger, prévoit que le chef de la force armée peut tirer sur des émeutiers, après trois sommations (et le drapeau rouge) : les meneurs sont passibles de trois ans de prison à la peine de mort. Elle est à comparer avec la loi martiale britannique (Riot Act). Il faut nuancer les degrés d’application de lois, souvent rappelées à titre préventif en cas de révoltes urbaines et rurales. Les autorités tentent d’épuiser les capacités de dialogue, en cas de journée, de manifestation de foule, de marche de la faim. Elle est exécutée en cas de circonstances graves. En juillet 1791, au Champ-de-Mars, La Fayette fait tirer sur les Parisiens qui demandent la déchéance du roi après sa fuite (enlèvement ?). D’autres applications de la loi martiale ont lieu dans les campagnes, lors de révoltes paysannes (Ado), tandis que la loi Le Chapelier s’applique surtout dans les villes.

Une affaire exemplaire : Simonneau

11La bourgeoisie libérale veut stabiliser la Révolution sur les bases de la liberté et de la propriété, alors que les foules (les futurs sans-culottes) affirment le droit à l’existence. L’affaire Simonneau est à cet égard exemplaire. Le maire d’Étampes (marchand tanneur) est tué le 3 mars 1792, en appliquant la loi martiale contre 600 villageois des environs, désireux de taxer les grains : « Si les décrets ne veulent pas qu’ils mangent du pain, ils ne veulent plus de lois » (Chamarande). L’affaire cristallise les positions des deux parties. Simonneau est considéré par les députés comme un martyr de la Révolution, comme défenseur (fonctionnaire en écharpe de maire) de la liberté des prix et de la propriété des commerçants. La Législative ouvre une souscription à sa mémoire et organise une fête nationale pour célébrer sa mémoire. La presse fait état d’un « complot » aristocrate et de « scélérats » étrangers et soudoyés. Mais il est accusé par d’autres (le curé Dolivier, du village de Mauchamps) de n’avoir pas répondu aux besoins du peuple et d’avoir privilégié la répression. Les villageois ont marché avec leurs représentants (maires et Garde nationale), défendu leur « droit à l’existence » face au « pacte de famine », contre une loi mauvaise. Simonneau fut « coupable avant d’être victime » (Robespierre) et « la mort l’a pris en flagrant délit » (Marat). Une ligne rapprochant les « démocrates » des consommateurs en marche contre la faim se dessine, autour de curés, de journalistes et des futurs Enragés. La répression à l’égard des émeutiers d’Étampes (45 inculpés, 2 condamnés à mort) est suspendue après la guerre. Entre juin et août 1792, un tournant politique est pris par les Girondins, et une ébauche de mesures dirigistes mise en place. L’affrontement au nom du droit à l’existence et de l’économie morale va se faire plus violent au cours de la Première République.

L’économie dirigée

12La Convention montagnarde est considérée comme une période originale de l’histoire de France, entre le libéralisme qui reste la culture économique de l’ensemble de la classe politique, les prémisses d’une économie dirigée adaptée aux nécessités de la guerre et la poussée sans-culotte. Une législation agraire est destinée à rallier les masses paysannes, non sans risques d’oppositions sociales dans les campagnes de la part des fermiers et des possédants. La guerre, la vie chère, la Terreur et le mouvement social conduisent à des redéfinitions économiques dont il faut éclairer les formes, les implications et les limites (Hincker, Béaur, Biard, Mathiez, Guérin, Soboul).

Vers le dirigisme économique

13La chute du roi débouche sur une « alliance » entre les montagnards, à la tête de la Convention et les sans-culottes, exerçant un pouvoir local dans la rue. Un programme d’économie dirigée est progressivement mis en place entre mars et septembre 1793, appliqué par des institutions nouvelles, comme les représentants en mission. Les sans-culottes (Albert Soboul, 1958), citoyens armés et politisés dans le cadre de leurs quartiers (sections, voire villages), les sans-culottes défendent le droit à l’existence, garanti par une réglementation du commerce des subsistances, une taxation des prix et une réquisition (étatique) des denrées de première nécessité. Leurs aspirations les opposent aux « libéraux », bien qu’ils soient favorables à la petite propriété et hostiles au capitalisme bancaire et aux hommes d’affaires. Les Montagnards acceptent de « faire vivre le pauvre », pour gagner la guerre, soutenir le Salut public et s’appuyer sur une base « populaire ». Mais ils ne sont pas dirigistes par système, tout au plus « égalitaires libéraux ». Les concessions sont transitoires, et ils restent libéraux pour l’essentiel. D’où les difficultés de l’économie dirigée, en dehors de l’effort de guerre. La notion de « front populaire » pour l’alliance des montagnards et des sans-culottes ne semble pas adaptée, ou doit être rétablie dans un contexte très particulier.

Les grandes lois dirigistes

14La période dirigiste dure quinze mois, de mars 1793 à avril 1794 : les lois ont été prises sans théorie, en une adaptation perpétuelle aux circonstances militaires et à la conjoncture politique (les premières mesures avaient été abrogées en décembre 1792, lors des victoires). Elles ont souvent été appliquées dans l’urgence, par les représentants en mission, l’intérêt de l’État concordant avec les vœux populaires. Trois étapes sont clairement définies dans l’adoption de l’économie dirigée.

15Le 4 mai, sous la Convention girondine, un maximum départemental des grains et farines est instauré. Les districts (550) sont chargés de fixer les prix et d’interdire le commerce privé en dehors des marchés. Mais il n’est pas applicable, en raison des différences entre les départements et du rôle des intermédiaires, de la « guerre » des prix entre les départements (Godechot), et de la pénurie. Les enragés menacent les députés le 25 juin (montagnards) d’une nouvelle journée, par le « manifeste » de Jacques Roux : « La liberté n’est qu’un vain fantôme… ». La Bourse est fermée le 27 juin ! Il est abandonné d’ailleurs, le 5 juillet, les pouvoirs locaux pouvant se procurer du grain à n’importe quel prix.

16Le 26 juillet, la peine de mort est décrétée contre les accapareurs (Collot), qui enfouissent méchamment le blé ; des greniers d’abondance (le 9 août) sont créés et des cartes de ravitaillement sont mises en place (le 9 août). Il manque les forces d’application, mais le rétablissement du maximum, sauf pour les combustibles (par districts) est décidé le 19 août.

17Après des journées populaires (des Enragés le 4 septembre, des sans-culottes le 5), et la mise de la Terreur « à l’ordre du jour », l’unification du maximum des grains est votée le 11 septembre. Le 29 septembre est défini le maximum national des denrées (40 produits dont les sabots et le tabac en plus des aliments) et des salaires ; les prix ne peuvent dépasser du tiers celui de 1790, et les salaires de plus de 50 %. Le tarif réel ne sera défini qu’en février 1794, remarquable performance des districts. C’est en théorie la fin du marché libre.

18Des lois d’accompagnement renforcent l’efficacité de la mesure. Des armées révolutionnaires, composées de sans-culottes armés la première le 9 septembre, courent la campagne pour réquisitionner et taxer. La loi des suspects du 17 septembre comprend les délits économiques d’accaparement et de spéculation. Une Commission des subsistances (le 22 septembre) contrôle la production, le transport et le commerce des produits de première nécessité. La fraude sur les quantités et la qualité est réputée suspecte…

Le dirigisme militaire

19L’économie de guerre exige la mobilisation matérielle de tout le pays. Avec la mobilisation de l’armée, la concentration de l’économie dans les mains du gouvernement de Salut public est le trait le plus original de son œuvre. Les équipements sont assurés par une mise en régie d’une partie des usines d’armements, les ouvriers bénéficiant d’exemptions et d’avantages. La métallurgie est mise en régie. Des fabriques d’armes sont créées sous l’égide de l’État (Moulins, Bergerac, Vierzon, Ruelle), les usines anciennes étant reconverties en fabriques de canons (Indret, Le Creusot). Des raffineries de salpêtre et des poudreries sont établies dans tout le pays. Les réquisitions sont organisées sur une large échelle par les lois du maximum, appliquées aux communes et aux individus. Les représentants en mission aux armées se chargent de collecter les équipements et les subsistances (Saint-Just en Alsace). L’État contrôle le ravitaillement, la métallurgie, le commerce extérieur, réquisitionne les ouvriers, les vivres et les armes pour la guerre. Le commerce avec les Anglais et les neutres est interdit par des lois progressives et un acte de navigation qui rend l’importation impossible et met le pays sous embargo européen. La commission des subsistances contrôle l’ensemble des importations et des autorisations d’exporter (le 10 décembre). Elle seule peut réquisitionner (le 1er février 1794), une fois les initiatives sans-culottes maîtrisées.

La Terreur financière : une évolution « politique » ?

20L’histoire de l’assignat se divise en trois phases inégales, rythmées par l’histoire générale et le passage du libéralisme au dirigisme : la « chute lente » jusqu’à la période montagnarde ; la remontée éphémère liée à l’économie dirigée ; et la « rechute » après Thermidor. Cette histoire aide à comprendre les évolutions économiques et sociales, dont elle est trop souvent détachée, en raison de ses caractères techniques (voir l’étude de cas).

21Le déclin progressif de l’assignat, jusqu’à juillet 1793, s’explique aisément : les courbes de dépréciation montrent une baisse de valeur régulière (?) par rapport à l’or : la cotation internationale, qui se dégrade avec la guerre, dépréciant la valeur papier ; les réflexes du système libéral où la mauvaise monnaie chasse la bonne (l’or). Les commerçants exigent le double prix, non la parité ; l’or et l’argent deviennent des valeurs refuges ; l’État accepte des assignats selon la valeur du marché et perd de l’argent. Il entre dans un engrenage : multiplier l’émission pour que l’argent rentre, mais déprécier davantage. On détruit par la vente, mais l’on fabrique bien plus que l’on ne détruit.

22Lors de la guerre et de la chute de la Monarchie, l’assignat perd 45 % de sa valeur. En septembre 1793, 100 livres d’assignats sont échangés contre 28 livres en or ! Près de 5 milliards sont en circulation, alors que l’or se réduit. L’opération est devenue traumatisante.

23Pendant trois mois (de septembre à décembre 1793) les montagnards vont tenter de rétablir la confiance, pour que l’argent (métal) rentre, que l’assignat soit accepté, ou l’or dévalorisé.

24Les mesures libérales consistent à accélérer la vente des biens de première et deuxième origine, un vrai succès foncier et politique. L’argent rentre bien, mais sous forme d’assignats, ou de faible paiement métallique. L’émission croît plus vite que la destruction, ce qui réduit la confiance. Un projet d’emprunt forcé sur les riches (proportionnel au revenu, de 1 000 à 9 000 livres) rapporte, mais 7 fois moins que prévu. La contrainte économique, parallèle à la deuxième Terreur, vise les responsables du déclin, les « agioteurs » et spéculateurs. En août, toute exigence de paiement en dessous de la valeur de l’assignat est passible de 3 000 livres d’amende et de six mois de prison. En septembre, de la peine de mort. C’est pratiquement le cours forcé. Mais le métal se cache !

25On va alors se retourner contre le métal : le 13 novembre commence la chasse à l’or : les citoyens sont invités à déposer leur or (objets, valeurs) à la Convention (en pleine chasse au métal dans les églises), dans un élan national favorisé par la contrainte à l’égard de celui qui « dissimule, enfouit méchamment et à dessein des objets en or et en argent ». La peine de mort pour ce dernier est assortie d’une prime de 5 % pour le délateur ! L’assignat commence à remonter quand le grand financier Cambon propose le 1er décembre de démonétiser l’or (comparé au « fumier »), pour que l’agiotage disparaisse par la suppression de la monnaie concurrente. Mais la mesure est rapportée alors que l’assignat est remonté à 51 % en janvier. Les possédants respirent, la peine de mort pour les spéculateurs est supprimée. Ce tournant de l’histoire de l’assignat, est aussi un tournant politique, au moment où est défini le Gouvernement révolutionnaire.

La mobilisation des civils

26La mobilisation des savants est l’un des paramètres essentiels dans la mobilisation et la victoire. Ils organisent les manufactures d’armes (Hassenfratz) ; perfectionnent la fabrication des armes et les procédés métallurgiques (Monge, Berthollet) ; aident à la construction de navires de ligne (Monge encore) ; dirigent la fabrication du salpêtre, gage précieux des futures victoires, lessivé et recueilli jusque dans les chaumières. La recherche scientifique et l’application technique vont de pair pour la fabrication du salpêtre républicain. Le télégraphe de Chappe donne la maîtrise de l’espace et du temps. Les ballons captifs, sortis du laboratoire de recherches de Meudon, servent au-dessus des champs de bataille. L’expédition d’Égypte, sous le Directoire, sera la réalisation la plus aboutie de la collaboration des dirigeants, des militaires et des savants, témoignant de la permanence de cet appel aux compétences scientifiques (chapitre XVI).

27Les détracteurs du Gouvernement révolutionnaire conviennent que, malgré des mesures coercitives, la mobilisation atteint son apogée dans le contexte de l’an II, de la défense nationale et de la « guerre civile ». Les dons à la nation pour habiller les soldats et ravitailler les armées prennent une large part des séances de la Convention. Les agriculteurs, artisans, boutiquiers et salariés donnent aux autorités ce qui n’est pas réquisitionné, dans la recherche fiévreuse des matières premières indispensables. Jamais peut-être le lien ne fut si fort entre la société militaire et la société civile.

28Le dirigisme social est destiné à assurer l’effort de guerre et éviter que la guerre civile ne prenne plus d’ampleur. S’il correspond à des principes égalitaires, il ente en contradiction avec la culture économique libérale de la plupart des montagnards. Il correspond à des avancées inabouties, de l’ordre de l’utopie.

29La solution des problèmes des agriculteurs pauvres est recherchée dans le partage égalitaire des biens communaux (envisagé le 3 juin 1793) et la facilité pour la vente des biens nationaux, par petits lots et aux enchères groupées. Saint-Just envisage même de distribuer les biens des suspects (émigrés, nobles) aux patriotes pauvres : « Les malheureux sont les puissances de la terre » (décrets de ventôse de mars 1794). Un noble patriote et un pauvre contre-révolutionnaire ne sont pas concernés. Mais cela dépasserait la ligne libérale de la Montagne. Des représentants en mission ont toutefois appliqué le dirigisme, avec des résultats probants pour le ravitaillement des consommateurs, non sans inquiéter les gros fermiers et commerçants, par les réquisitions et les emprunts forcés. « Sans conteste, le gouvernement révolutionnaire sauvait la classe ouvrière de l’extrême misère en lui procurant du travail et du pain » (Lefebvre).

30La prise en charge des militaires et de leurs familles est parallèle à l’économie dirigée et montre les priorités de l’État, pour assurer la cohésion sociale et nationale dans une nation en guerre, où tout soldat est citoyen et tout citoyen parent d’un soldat. Elle est conçue comme une sorte d’assurance sociale à la mesure des sacrifices consentis. Des secours sont accordés aux parents des militaires soutiens de famille. Des pensions pour les blessés font partie d’une politique sociale peu connue, l’un des facteurs du ralliement de certaines populations à la défense nationale. De nombreuses lois sont prises en faveur des défenseurs de la Nation et de leurs familles. Le 4 juin 1793, la Convention définit des pensions pour les veuves des morts pour la Patrie. Les orphelins de guerre deviendront les « pupilles de la nation ». Ces mesures ont sans doute favorisé le retour à une certaine cohésion sociale, dans les régions républicaines.

31Toutefois la Terreur économique est réelle dans certaines campagnes, où les agriculteurs refusent de céder leurs récoltes et leur cheptel pour un gouvernement, accusé de centralisation excessive et de « tyrannie ». Les historiens s’opposent sur les résultats de l’économie dirigée ; certains pensent que les villes ont été ravitaillées, les salariés avantagés, tandis que d’autres parlent de pressions sur les gros propriétaires et les hommes d’affaires, dans le cadre d’une pénurie généralisée. « Dans la carence du gouvernement, ce furent les initiatives des jacobins [des sans-culottes] et des représentants qui sauvèrent la République dans l’été de 1793 : ils ont rétabli l’unité nationale, recruté et nourri les armées, nourri la population » (Lefebvre, 1963).

L’abandon du dirigisme

32Faut-il parler de « retraite montagnarde » (Guérin, 1968) puis de « réaction thermidorienne » ou de simple retour aux principes de la culture économique d’une bourgeoisie dirigeante bien plus cohérente qu’on ne l’a affirmé sur le plan du « libéralisme » ?

33En pleine économie dirigée, le gouvernement de Salut public reste concentré sur l’armée et les services publics, prioritaires par rapport à la consommation populaire et à la satisfaction des revendications des enragés (d’ailleurs écartés du pouvoir sans-culotte dès le 5 septembre). Quand les succès essentiels sont assurés (guerre et salut public), l’alliance avec les sans-culottes n’est plus aussi nécessaire. Dès le 23 octobre (2 brumaire an II), la vente du bétail est libre, et elle le restera. Les visites domiciliaires sont interdites à Paris et la répression des délits économiques très mesurée. Après la reprise en main politique, la politique dirigiste (à l’intérieur) se relâche. Les lois contre les spéculateurs ne sont plus appliquées (les condamnations économiques sont rarissimes), les institutions sans-culottes et leurs dirigeants sont démantelés (Jacques Roux décède en prison en février 1794). La nécessité de ménager les fermiers aisés, les petits patrons et les commerçants va détourner progressivement le Comité de l’application intérieure du maximum et de la Terreur financière. Le commerce extérieur est progressivement rétabli par la suppression de l’acte de navigation et le rétablissement de relations (mêmes privées) avec les neutres. La chute des hébertistes est une étape de plus dans le « relâchement » du dirigisme, des agences commerciales pouvant commercer directement avec l’étranger, par des commissionnaires privés, à condition d’en avertir les autorités. Le maximum des salaires (le 5 juillet, fin prairial an II) lèse les salariés et détourne les ouvriers des montagnards. L’histoire des tensions dans les manufactures et les ateliers dans l’été de l’an II est encore à écrire. Le 9 juillet, les détenus économiques doivent être libérés. L’inflation reprend, avec la dépréciation de l’assignat. Entre le 3 janvier (fin de la chasse à l’or) et le 27 juillet, l’assignat retrouve, par le déclin, sa valeur antérieure. En thermidor, il est autour de 30-35, la retraite n’est pas significative, et il circule 5,5 milliards de livres.

34Les montagnards perdent ainsi une partie de leur « clientèle » populaire. Dans le processus qui conduit de la « retraite » à la « réaction thermidorienne ».

35Après la chute de Robespierre, les mesures dirigistes sont progressivement abandonnées, après une prorogation le 7 septembre 1794. Pourtant, les réquisitions et la contrainte économique demeurent. Mais les armées révolutionnaires sont licenciées, avant le retour à la liberté totale du commerce le 24 décembre 1794 (nivôse an III). La conjonction d’une mauvaise récolte, de l’hiver le plus froid et de l’économie libérée conduit à une grave crise de subsistances et aux journées de la faim des villes et des campagnes en germinal et en prairial an III. Les manifestants de prairial réclament « du pain et la Constitution de l’an I (1793) » (voir plus loin des journées aux Égaux).

36Sur le plan financier, les thermidoriens entrent dans l’engrenage infernal de l’hyperinflation. Quand le maximum est supprimé les émissions ont doublé (11 milliards de livres) et l’assignat à moins de 20 % (perte 3 %). La Bourse est alors rouverte en juillet 1795 (après deux ans de fermeture). Les émissions augmentent quand l’assignat plonge, décembre 1795, 34 milliards circulent, on fabrique ce qui ne vaut rien : les impôts sont payés en nature, le déficit est présent…

37L’échec des journées conduit à enterrer les mesures dirigistes, en désarmant les derniers sans-culottes et en consignant les femmes chez elles dans les villes. Les réquisitions ne cessent pas pour autant, en faveur des armées, mais les « honnêtes gens » respirent.

38Le bilan de l’économie dirigée est contrasté. Très positif pour l’objectif majeur, la défense nationale, il a pu l’être aussi pour certaines catégories de consommateurs des campagnes et des villes, favorisés par les subsistances taxées et les salaires. Mais il a pu léser des patrons et des commerçants, des fermiers pendant la période brève de la Terreur économique. Les réquisitions ont pu déclencher des réactions négatives dans les districts frappés. L’expérience ne soulève pas de jugements négatifs comme la Terreur politique, mais, fruit des circonstances et de la stratégie, elle ne peut être présentée comme un modèle… (Hincker).

Révolutions et contre-révolutions paysannes

39On parle souvent d’une Révolution bourgeoise et de « journées urbaines » alors que la France est un pays rural à près de 85 % des habitants et que les paysans représentent les deux tiers des Français regroupés en près de 40 000 communautés rurales et villageoises. La place et le rôle des campagnes dans la Révolution ont longtemps été sous estimés, interprétés en termes de retards culturels et politiques. Or cette place est capitale dès la Grande Peur de l’été 1789, au point qu’on a pu parler d’une « révolution paysanne » autonome, avant l’été 1793 (Anatoli Ado, Lefebvre), puis de contre ou d’anti-révolution paysanne, à partir des insurrections de l’Ouest ? Échappant un moment aux contraintes des écoles historiographiques, il paraît logique de s’interroger dans un premier temps sur l’ampleur et enjeux des mouvements paysans, avant de tenter une typologie politique et économique des campagnes françaises en République.

De la Grande Peur à l’abolition de la féodalité

40De 1788 à l’été 1793, les historiens de tous bords (de Taine à Ado) recensent des vagues successives de révoltes paysannes, dirigées contre les autorités de tutelle (seigneurs, autorités administratives), mobilisant des communautés ou des « foules » contestataires et violentes, mais se réclamant des principes et d’un approfondissement de la Révolution en cours, en vue de l’adaptation des réformes à des besoins spécifiques aux populations des campagnes. Cette succession de « jacqueries » ou révoltes, qualifiée de « révolution paysanne » quand elle atteint ses objectifs à l’été 1793, surgit dans le processus révolutionnaire au moment de la Grande Peur. Le maintien d’une contestation ample est conditionné par les réponses législatives aux revendications essentielles des foules paysannes.

La Grande Peur

41Le 20 juillet débute aux environs de Nantes ce que Georges Lefebvre a qualifié de Grande Peur. Pendant deux semaines une grande partie des campagnes françaises sont touchées par d’immenses jacqueries (le terme remonterait à 1 358), d’autant plus surprenantes que le xviiie siècle est réputé calme, dans une historiographie classique des révoltes paysannes. La vitalité des contestations communautaires dans la seconde moitié du siècle (Bianchi, 1999) et l’ampleur de la rébellion française (Nicolas, 2001) montrent une mobilisation inégale des campagnes, révélée en partie par la prise de parole paysanne au moment des doléances. Mais c’est lors de la Grande Peur que les foules rurales entrent dans l’histoire politique dans des conditions qu’il convient d’éclairer.

42La Grande Peur (Lefebvre, 1932) s’inscrit d’abord ans l’espace et le temps. À partir de six centres principaux, la panique gagne des régions entières, particulièrement dans l’Ouest et dans l’Est. Les deux tiers de la France sont touchés entre le 20 juillet et le 6 août, dans des mouvements différents mais simultanés et proches dans leurs pratiques.

43Dans les mécanismes, la grande Peur comporte toujours trois temps. La Peur des paysans, la volonté défensive et la réaction punitive. Après la prise de la Bastille et les révoltes municipales urbaines, les campagnes sont touchées par des bruits et des rumeurs : autour des menaces que représentent les brigands, les soldats, les étrangers, les aristocrates. Les rumeurs sont propagées par les journaux, les colporteurs, les curés les commissaires ; puis amplifiées, à partir d’un fondement limité. Quelques dizaines deviennent des milliers. La volonté défensive suit la rumeur. Pour se défendre, les communautés se regroupent et s’arment : armes paysannes, certes mais dans le cadre d’une défense collective, au son du tocsin et sous la direction des municipaux ou d’intermédiaires auprès des paysans (curés, voire procureurs fiscaux). La Peur des seigneurs et des villes (1788, téléfilm de Maurice Failevic illustre ce moment) se produit quand les paysans se retournent contre leurs adversaires (les seigneurs) et passent à la volonté punitive. Elle peut être qualifiée dans ses acteurs, ses mobiles, ses pratiques et comportements spécifiques, ouvrant une période de trois années de révoltes (discontinues) des campagnes.

44La Grande Peur est un prolongement des doléances. Elle touche les régions où le poids de la féodalité est le plus fort, où les conflits et les procès avec les seigneurs se multipliaient : Bourgogne, Franche-Comté, Dauphiné. Elle a trait en particulier aux redevances féodales et aux biens communaux.

45Dans sept régions éclate la « guerre aux châteaux ». Les communautés exigent des seigneurs les titres de propriétés les terriers, les preuves de ce qu’il faut payer. Depuis les années 1760, les terriers, réactivés dans les régions de forte pression seigneuriale, étaient devenus les symboles d’une « réaction féodale » très ciblée. Ils les détruisent par le feu (colloque terriers, 2002). Les autres revendications concernent la fin des privilèges (chasse ; colombiers) ; la récupération des biens communaux usurpés ; les problèmes des arbres…

46Les foules rurales sont désormais connues, à l’exemple des foules urbaines (Rudé, 1982). Il s’agit souvent de groupes et de bandes de plusieurs centaines (quelques villages), voire de milliers de paysans (Anatoli Ado, historien russe, 1996) : 800 en Normandie, 2 000 à 6 000 dans le Maine, 4 000 dans le Mâconnais et 6 000 en Franche Comté, même si 200 paysans suffisent pour se porter sur le château.

47Le pouvoir paysan s’affirme quand les émeutiers se réclament du Tiers, expriment la légitimité de leur pouvoir, au nom des doléances, des élections, de la coutume et du droit communautaire. Ils placent le mouvement dans la lutte du Tiers, par des affiches et des proclamations : « Il est permis de brûler. » Ainsi en deux semaines des milliers de châteaux, sur plus de 60 000 ont été visités, 2 000 terriers au moins ont brûlé : « Je vois, tout bien considéré, que le métier de feudiste est perdu » (Babeuf, le 16 août 1789). La « guerre paysanne » a dévasté une partie des campagnes.

48La réponse des élites possédantes et la bourgeoisie parlementaire est double : réforme et répression. Elle est donnée dans la nuit de 4 août, rendue célèbre par les descriptions des députés et des journalistes. Tous insistent sur les sacrifices successifs des nobles et des seigneurs qui renoncent à leurs privilèges et à leurs droits (le duc d’Aiguillon après le vicomte de Noailles), suivis du clergé, qui renoncerait aux dîmes… Les décrets des 5-11 août proclament l’abolition de la féodalité ? L’abolition de toutes les servitudes personnelles, le servage, la main morte, les corvées, les justices seigneuriales, les droits de chasse et de pêche, les privilèges honorifiques, les bancs, les droits de cuissage. L’espace rural sera transformé par l’abattage des potences et des fourches patibulaires, symboles du pouvoir séculaire des seigneurs sur leurs tenanciers. Une révolution des mentalités et des mœurs est ainsi programmée.

49Une version officieuse, très différente, est donnée par les journalistes « démocrates » (Marat dans l’Ami du Peuple). Il s’agirait d’une nuit préparée : les nouvelles les plus alarmantes ont poussé les députés à réagir, à se réunir la veille, à mettre au point un scénario. Il s’agit d’abandonner tout ce qui peut l’être pour sauver les biens et les personnes. Les décrets permettront de trier les concessions et le maintien des avantages. Il faut désamorcer le mouvement. L’effet d’annonce le permet à partir du 6 août.

50Mais la bourgeoisie constituante est choquée dans ses principes, les atteintes aux contrats et aux propriétés. Si des bourgeois, à titre personnel, ou obligés par des liens communautaires, ont pu marcher avec les révoltés, la plupart des témoins ont condamné les révoltes. Les autorités urbaines et les gardes bourgeoises ont durement réprimé les manifestations dans le Mâconnais et le Dauphiné, marchant contre les foules et condamnant à mort les meneurs (32 en juillet, une centaine par la suite). Le front commun entre les paysans et la bourgeoisie est fissuré sinon rompu, au-delà des apparences. Le mouvement paysan vise désormais des objectifs différents de ceux de la bourgeoisie constituante.

51La Grande Peur révèle ainsi un pouvoir et un mouvement paysans autonome, centré sur des communautés encore homogènes dans les revendications et les adversaires communs. Tant que ces revendications ne seront pas satisfaites, une agitation endémique va courir les campagnes…

Les grandes révoltes (jacqueries) de 1789 à 1793

52Un survol des temps et des espaces de contestation paysanne, à partir de la Grande Peur s’impose, dans une vision synthétique de la « révolution paysanne ».

53De décembre 1789-janvier 1790 sont touchés l’Ille-et-Vilaine, le Périgord et le Quercy surtout qui connaissent la plantation des arbres de « mai », refusent les redevances et se portent sur les châteaux. À l’été 1791, lors de la fuite du roi, de multiples mouvements dans le Sud-Est, l’Oise, la Somme, la Corrèze concernent les étangs, les mesures, les titres, les redevances, les conflits de métayage. Au printemps 1792, la guerre aux châteaux reprend dans le Cantal et le Quercy, tandis que des troubles de subsistances (Simonneau) affectent les pays de grande culture, comme l’Oise et la Picardie. À l’été 1792, une vingtaine de départements connaissent seconde grande peur, la guerre aux châteaux et des troubles anticléricaux contre les grandes abbayes. La révolte est souvent déclenchée l’été, quand il faut payer ou au moment de la moisson.

54Quatre types de contestations essentielles dominent les mouvements, concernant des ensembles différents par les revendications, les cibles et les formes de luttes.

55La question du paiement des redevances et du sort des titres est la plus constante. La législation, qui préserve les droits réels déclarés rachetables nourrit les mouvements postérieurs à la Grande Peur. Quelques mois plus tard, 300 paroisses du Périgord et du Quercy se soulèvent et détruisent de nouveaux terriers. Sauf dans les régions entrées précocement dans la résistance passive et le refus de racheter les redevances, la « guerre aux châteaux » et aux terriers se poursuit jusqu’au retournement de la preuve, incombant désormais au seigneur à l’été 1792. Des milliers de terriers ont ainsi disparu dans ces « destructions sauvages ».

56L’accès à la terre et la question des communaux nourrissent une agitation endémique. La question des biens communaux est fondamentale pour comprendre la nature des revendications paysannes et la complexité du fonctionnement des communautés villageoises. Il convient, à la suite de Nadine Vivier de bien distinguer deux mouvements de nature différente : celui pour la récupération des biens « usurpés » de celui relatif au partage éventuel au sein de la communauté.

57Aucune étude d’ensemble n’a été conduite sur la récupération de biens confisqués, depuis des temps immémoriaux parfois. On connaît mieux les temps de la législation que l’application sur le terrain des lois encourageant cette récupération. Entre la loi du 15 mars 1790 où les communautés peuvent récupérer les triages opérés depuis moins de 20 ans et le 28 août 1792 qui les rétablit théoriquement dans leurs propriétés antérieures, les récupérations se sont multipliées (légalement ou par la force) dans l’Oise, la Corrèze, le Limousin (les étangs), la Flandre (les arbres), l’Allier, la Nièvre, la Bourgogne, la Provence (les biens clôturés par les seigneurs). La carte de cette « ré appropriation silencieuse » mettrait en évidence les quarts Nord-Est et Sud-Ouest. S’il faut nuancer l’arbitrage législatif, hésitant entre les titres de propriété, on peut affirmer que la propriété communale a été « confirmée » et « protégée » dans l’ensemble à partir de l’été 1792 essentiellement.

58La question du partage est bien plus nuancée, d’autant qu’elle se situe dans le prolongement du mouvement physiocratique des années 1760, à la convergence des revendications des communautés et des préoccupations des membres des comités d’Agriculture de la Constituante et de la Législative. Il est évident que la logique législative conduit au partage, mais sous des formes qui ont évolué. Il faut attendre les lois significatives du 14 août 1792 (François de Neufchâteau), du 3 juin 1793 (pour les communes qui n’ont plus de biens) et du 10 juin 1793, envisageant le partage égalitaire par tête si le tiers de l’assemblée villageoise le propose pour que les demandes soient recevables.

59Les luttes pour les subsistances possèdent leurs rythmes propres. Il est nécessaire pour relier les troubles de subsistances « révolutionnaires » à la guerre des Farines de distinguer trois grandes vagues de luttes, posant la question des liens entre politisation paysanne et question des subsistances.

60Les foules rurales entrent en scène au printemps 1789 lors de la première jacquerie mise en évidence par Anatoli Ado. Des grandes manifestations d’avril (8 000 personnes à Montlhéry le jour des doléances) aux meurtres de Bertier et Foulon (22 juillet), on connaît bien le déroulement et les formes. La deuxième poussée de violence se produit en février-mars 1792, quand des foules considérables (30 000 à Noyon, 10 000 en Beauce) attaquent les marchés et les convois, tuent le meunier Thibaut à Montlhéry et le maire d’Étampes Simonneau. Les rapports des autorités de district font états de municipalités et de gardes nationales villageoises se rangeant du côté des manifestants, contre la loi incarnée par les gardes bourgeoises et les autorités de district et de départements. Les logiques communautaires et municipales peuvent se heurter aux « logiques libérales » de l’assemblée et des producteurs-stockeurs-spéculateurs. Des conflits de classe dont l’écho salarié serait la grève des moissonneurs se font jour dans les campagnes et ne cesseront que lors de l’instauration de l’économie dirigée, à l’été 1793.

61La lutte pour les salaires est un aspect limité à certaines régions et certains « couples » des campagnes. Dans les régions de grande culture se déroulent de véritables épreuves de forces entre les gros fermiers employeurs et des masses de centaines d’ouvriers journaliers, sur fond de revendications relatives aux salaires, à l’embauche et aux conditions de travail. Ces conflits, révélés au moment de la guerre des Farines (années 1770) sont appelés « Bacchanals ». Ils se multiplient au moment de la période la plus « libérale », en 1791, 1792 (Bernet). Ils sont arbitrés par les administrations de district et de département, en fonction des rapports de force. Ils sont particulièrement sensibles dans la Picardie, le Valois, les plateaux céréaliers les plus riches et les plus productifs.

La géographie agraire des mouvements

62La France paysanne soulevée correspond dans ses grandes lignes aux régions d’affrontements antérieurs, voire séculaires, avec les seigneuries dont le poids féodal était le plus contraignant ou le plus vexatoire. Elle cadre également avec des « pays » où les communautés villageoises sont particulièrement structurées et solidaires. Cette France de la contestation comprendrait une partie des régions de l’Est (Franche-Comté, Jura, Bourgogne, Dauphiné), de nombreuses régions du Centre et Centre-Ouest (Allier, Corrèze, Cantal, Quercy, Périgord) certaines parties occidentales (Bretagne, Orne, Aunis, Saintonge) et quelques départements du Nord (Oise, Aisne). La France non touchée par ces jacqueries serait en contraste la Lorraine du Nord, la Normandie, le Maine, les Landes, le Languedoc, une partie des montagnes (Auvergne) et de l’ensemble du Bassin parisien, pour des raisons variables (dont la résistance passive), si l’on ne prend en compte que les mouvements antiféodaux. La comparaison de ces cartes avec celles des grands soulèvements du xviie siècle (Yves-Marie Bercé) serait très suggestive par les plages de recoupement. La qualification des soulèvements par thèmes est plus problématique. Les mobiles politiques sont inextricablement mêlés aux motivations antiseigneuriales, aux troubles de subsistances, aux retombées des déceptions législatives, aux effets des répressions, à la maturation des politiques municipales, aux journées révolutionnaires.

63Donc, les communautés, unies dans l’action, répondent par des résistances passives (on ne paie plus les redevances, on ne se rend pas devant les tribunaux), ou des révoltes armées. Le pouvoir paysan est renforcé par les municipalités élues et les gardes nationales. Il s’appuie sur des symboles comme les arbres de mai. Il prend un tour ou une connotation révolutionnaire en s’attaquant aux privilégiés, aux aristocrates, en se réclamant des droits de l’homme. Le « pouvoir paysan » s’affirme en réaction aux lenteurs et aux atermoiements de la législation agraire des assemblées successives.

Des refus législatifs à l’égalitarisme

64Dans la plupart des domaines, les deux assemblées de 1789 à 1792 refusent de remettre en cause les dogmes du libéralisme et de la propriété :

  • Pour les redevances, les décrets de mars (le 15) et de mai obligent à racheter les redevances contractuelles sur la base de 20 à 25 fois leur valeur, comme le champart, les dîmes non ecclésiastiques. Les paysans doivent fournir la preuve qu’ils n’ont pas à payer jusqu’à la chute de la monarchie !
  • Pour les biens communaux, les communautés réclament les communaux usurpés ou confisqués depuis des siècles. Ils peuvent les récupérer jusqu’en 1759, pas avant et toute occupation est considérée comme sauvage, illégale et passible des tribunaux… Les pétitions se multiplient sans effet jusqu’en 1792.
  • Pour les salaires agricoles, les coalitions sont interdites par le Code rural et la loi Le Chapelier.
  • Pour les subsistances, toute entrave à la libre circulation des grains est passible des tribunaux criminels, comme atteinte à la liberté et à la propriété. Les attroupements et procédés de taxation sont soumis à la loi martiale.
  • Pour les biens nationaux, les biens du clergé (6 %) sont mis en vente par enchères groupées au chef-lieu de district ou du département. La plupart des paysans sont ainsi exclus des enchères pour des raisons financières ou de transport.

65Les Girondins utilisent la menace de la peine de mort pour toute incitation à la « loi agraire », au partage des terres.

Une législation agraire égalitaire ?

66Comme pour les subsistances, les considérations stratégiques ne sont pas absentes de la législation montagnarde (voir l’état au printemps 1793), comme le prouvent les évolutions des décisions et de l’application. La législation répond largement aux manifestations et aux aspirations d’une large partie de la paysannerie. Mais elle est freinée par les principes et les intérêts d’une autre partie de la population rurale. D’où les ambiguïtés et les difficultés d’un bilan, au-delà des utopies et des fonctions des discours. Les mesures montagnardes concernent l’ensemble des domaines des revendications des « foules rurales ».

67La fin de la féodalité est déterminée par la grande loi du 17 juillet 1793, qui sera imitée dans certains des pays occupés par la suite. Elle prévoit l’abolition des droits jusque-là rachetables, y compris d’août 1792. La volonté de table rase est manifeste quatre ans après les décrets de 1789. Les paysans n’ont plus à soutenir de procès pour non paiement (art. 3). Les titres et terriers doivent être déposés aux municipalités avant le 10 août pour être brûlés, sous peine de 5 ans de fer (articles 6 et 7). Cette « loi de colère » est confirmée en mai 1794 pour toute redevance entachée de « la plus légère marque de féodalité », alors que les redevances « non féodales » étaient exemptées, au nom de la propriété (art. 2) !

68La redistribution des terres aux paysans est favorisée par deux séries de lois. En matière de biens communaux, le décret du 10 juin met fin à des hésitations et à l’indécision du décret d’août 1792. Tous les biens reviennent aux communes si les preuves légales d’un achat ne sont pas fournies. Les modalités de partage et les biens non partageables (forêts, publics) sont définis. Aucune loi n’est plus égalitaire, tant dans la prise de décision (les femmes votent) que dans la distribution. Si un tiers des plus de 21 ans le désire, les biens peuvent être vendus, affermés ou partagés. Tous les habitants domiciliés depuis un an sont admis (seigneurs) et recevront un lot égal au nombre de personnes (gérés par les parents jusqu’à 14 ans). Les lots seront individuels et inaliénables pendant dix ans. Le mouvement de pétition peut alors s’interrompre. Il s’agit de près de 5 % du sol français ?

69En matière de biens nationaux, les 3 juin et 25 juillet 1793 envisagent la vente des biens des émigrés. Ils sont censés être vendus par petits lots, aux enchères, avec des délais de paiement (10 années). Les non-propriétaires, là où il n’y a pas de communaux doivent recevoir un arpent (0,40 hectare) ou un bon de 500 livres (en assignat), valable pour un lot… Quant aux biens des suspects, les décrets de ventôse sont les mesures les plus radicales et les plus utopiques. Il s’agit, ni plus ni moins, que de dresser les listes des biens des suspects et celles des indigents patriotes et de distribuer les biens par transfert des uns aux autres. Cette utopie n’aura qu’un début d’exécution, par le biais de la distribution d’un arpent dans quelques départements ! Les salaires agricoles sont théoriquement protégés par la loi du 29 septembre sur le maximum des salaires.

70L’application de la législation posera d’énormes problèmes, malgré des acquis incontestables. L’abolition de la féodalité ne sera pas remise en cause. Les titres et terriers sont détruits dans certaines régions (Puy-de-Dôme, Sarthe, Côte-d’Or, Lot et Gers) dans la troisième campagne d’autodafés, dans les fêtes de la régénération du 10 août. Les biens communaux sont partagés dans une partie du pays (Île-de-France, Nord, Lorraine, Est), mais les trois quarts ne le seront pas, pour des raisons diverses (terrains collectifs, dettes, refus)… La remise en cause des traditions et les refus d’appliquer le dirigisme sont évidents, dans de nombreuses régions. Des résistances se font au nom de la propriété ou du salaire, selon les cas. La fin du maximum des salaires entraînera des manifestations et des grèves. Donc le tournant de l’été 1793 est essentiel, mais il répond autant à des nécessités et mais la dualité des actions. À partir du moment où les revendications essentielles sont satisfaites les mouvements paysans perdent de leur cohérence communautaire et se déclinent en de multiples variantes, politiques et économiques. La lecture de ces comportements est rendue délicate par les évolutions législatives. L’économie dirigée se relâche dès le printemps 1794 avant d’être progressivement abandonnée par le maximum des salaires de juillet 1794, le retour à la liberté totale de la circulation et des prix (le 24 décembre 1794), l’abandon du papier-monnaie. Dans le domaine agraire, la destruction des terriers est déconseillée dès les débuts de 1794, les ventes aux enchères sont rétablies par département et au plus offrant sous le Directoire, les partages de communaux sont arrêtés et découragés dès 1796. On a vu combien étroits étaient les liens entre la législation et les mouvements paysans. Il reste à caractériser les comportements politiques des paysanneries en république, au moment où les fractures déchirent les mondes et les communautés villageoises.

Les paysans et la République : une géopolitique

71Toutes les campagnes ne furent pas vendéennes. La méthode de classement correspond à l’accumulation de critères et de corrélations. Les campagnes contre-révolutionnaires se soulèvent pour le roi et le retour à l’Ancien Régime. Les campagnes antirévolutionnaires ne possèdent aucun des critères du républicanisme (sociétés populaires, gardes nationales, levées d’hommes, prénoms révolutionnaires, sans-culottes ruraux) et se caractérisent par leur hostilité. Les campagnes « indifférentes » donnent des signes extérieurs d’obéissance mais ne votent pas (an I) et paient difficilement l’impôt du sang et les réquisitions. Les campagnes républicaines connaissent l’ensemble des signes du républicanisme.

Le « modèle » des guerres de l’Ouest

72La Vendée : une insurrection paysanne ? Les mobiles de l’insurrection vendéenne ont été définis dans des travaux récents et sociologiques (Petitfrère, Martin). Des études ont porté sur les listes des pensions demandées en 1825, sur des compositions ponctuelles. Les catégories sous-représentées sont les bourgeois, artisans, salariés urbains (une clientèle républicaine ?) alors que les catégories surreprésentées sont les paysans (closiers, bordiers, métayers), les ouvriers du textile et les domestiques. Toutefois deux réserves s’imposent : s’agit-il d’une surreprésentation par rapport à la composition sociale générale ? Et quelle est en regard la composition des armées bleues ? Il semble que le mouvement vendéen soit de nature « populaire » comme le pressentent les contemporains (et Babeuf)… mais que les Bleus sont aussi issus du peuple d’autres régions, dans un autre contexte.

73Les historiens mettent l’accent depuis les années 1960 (C. Tilly, J.-C. Martin) sur l’opposition des insurgés face à la bourgeoisie républicaine, sur fond de frustrations et de rancœurs. Les frustrations paysannes sont liées à des relations de domination. Les nobles et les bourgeois (régisseurs et percepteurs) ont continué longtemps à profiter du maintien des droits seigneuriaux. La vente des biens nationaux a profité essentiellement à la bourgeoisie (républicaine) des villes, autour des Sables-d’Olonne (18 paysans adjudicataires contre 179 bourgeois) et de Cholet (45 agriculteurs contre 380 bourgeois qui obtiennent 60 % des enchères, alors qu’ils possèdent déjà des terres). La pression fiscale, forte sur les campagnes et légère pour les villes (détaxées ?), a pu entraîner, avec la crise du salariat textile (autour de Cholet) une paupérisation des campagnes.

74La haine de la République prend pour cibles les administrateurs des villes, les procureurs fiscaux, les maires qui exercent une tutelle politique à l’égard de municipalités rurales méprisées. Le pouvoir local et la Garde nationale sont des points de cristallisation des conflits, avec la question religieuse. Les questions de la défense des « bons prêtres » réfractaires et de l’appartenance à des communautés rurales homogènes sont complémentaires. Le prêtre est à la fois l’un des rares intermédiaires avec l’extérieur et un homme totalement intégré à la communauté qu’il dessert et qu’il tente d’évangéliser et de moraliser (Pierre-Yves Marchais à La Chapelle-du-Genêt). L’ensemble de ces motivations plongent dans les réalités paysannes, de même que la conduite de la guerre.

75Pendant près de cinq mois, la stratégie et la tactique des Vendéens désarçonnent les officiers républicains. Il s’agit de l’utilisation sans faille de l’espace et du terrain. Les Blancs refusent le combat de ligne. Ils se dispersent dès l’opération achevée (embuscade, raid). Ils bénéficient d’une précision de tir reconnue par tous. Ils se dissimulent dans les pièges du bocage. Napoléon rendra hommage à cette « organisation », que d’autres qualifient avant que le terme n’existe (années 1820) de « guérilla » (guerre de résistance populaire, évoquant les futures guerres coloniales). Les leurres et les ruses ont joué également. Les paysans vendéens sont moins à l’aise pour les sièges et la coordination des opérations.

76Le bilan est très lourd, près de 200 000 victimes de part et d’autre, 15 % de la population de l’ensemble vendéen (près de 37 % pour l’épicentre Cholet). Les pertes de chaque village se comptent par dizaines. Le nombre de Bleus tombés serait même supérieur à celui des Blancs, ce qui montre leur efficacité au tir. Mais cette guerre franco-française a fait plus de victimes (population civile comprise) que les guerres étrangères. On ne saurait oublier toutefois que la Vendée lutte contre la République, même si la Patrie a un sens différent entre les républicains et les Vendéens. Ainsi la Vendée est devenue, par l’histoire et le mythe, une région soulevée contre la centralisation parisienne, ce qui est très éloigné de la réalité d’avant mars 1793. On a voulu en faire le symbole de masses paysannes refusant la Révolution bourgeoise, en oubliant que d’autres paysanneries « bleues » luttaient pour la République.

La chouannerie

77Au nord de la Loire se développent des mouvements qualifiés de « chouannerie », terme étendu abusivement à la Vendée et aux révoltes de l’Ouest. Chouannerie et Vendée ne se rencontrent qu’à l’automne 1793, lors de la virée de galerne de l’Armée catholique et royale… si les deux types de révoltes possèdent de nombreuses analogies (origines, composition sociale), ils répondent à des caractères très spécifiques dans le temps, l’espace, les opérations et la mémoire collective. Entre Vendée et chouannerie la différence est-elle de degré ou de nature ?

78Une Vendée, trois chouanneries ? Les différences apparaissent considérables dans le nom, dans l’espace et dans la périodisation… Le mot issu « du cri de la chouette » (celui des faux-sauniers qui trafiquent sur le sel (Nicolas, 2001) aux marges de la Mayenne, est le surnom de Jean Cottereau dit « Chouan », éponyme) ne figure dans les rapports de Fougères et de Vitré qu’à l’automne 1793 (« brigand ») quand la Vendée est défaite et que des chefs tentent d’organiser les poches de résistance au nord de la Loire… Montrer les espaces et les temps de la chouannerie devient alors indispensable (R. Dupuy, 1988).

79Des espaces discontinus : l’aire de la chouannerie est à la fois beaucoup plus vaste et réduite que la Vendée (d’un seul tenant) ; elle couvre une douzaine de départements de l’Ouest, à partir de foyers circonscrits, dans la Normandie, le Perche, la Mayenne, le Maine, à la périphérie de la Bretagne, autour de chefs spécifiques (Puisaye, Frotté, normands, Jean Chouan de la Mayenne ; Scepeaux Maine). Mais elle se développe surtout dans des foyers bretons autour de Fougères (A. Boisguy) ; de Vitré ; dans le Morbihan (Cadoudal) de Savenay à Pontivy par Vannes ; les Côtes-du-Nord (Boishardy). La différence, c’est que ces foyers ont leur propre « autonomie », et qu’ils sont séparés par des villes et des zones républicaines (Saint-Malo, Rennes, Saint-Brieuc, Lorient, Nantes) solides… À la différence de la Vendée, il s’agira de « bandes » (de centaine d’hommes) plus que d’une armée, partant d’espaces de non-droit (forêts, marais) mais capables de tenir un « pays » par la contrainte et les réseaux… Mais elle est pratiquement absente du Finistère, d’une large partie des Côtes-du-Nord (côte) et de l’intérieur de l’Ille-et-Vilaine… Entre Vannes, Vitré, Laval et Fougères, on peut voir l’importance de « marges » et de zones de contestation entre régions et départements.

Les « chouanneries »

80Les historiens distinguent nettement quatre périodes. La première est la « pré chouannerie » (jusqu’au début 1794). Elle serait plus précoce qu’en Vendée ; obéirait aux mêmes logiques et aux même causes : elle naîtrait lors des levées de volontaires de l’été 1792 (mot rural ?) : Carhaix, Quimperlé, Lannion, Pontrieux, Laval… c’est à Saint-Ouen-des-Toits que Jean Cottereau dirige en août 1792 la révolte des « gars » contre les commissaires et les « patauds » ; il prend le bois et commence ses expéditions ; entre le 9 mars et le 20, les 2/3 de l’Ouest manifestent en bandes « d’insoumis » (jeunes) pouvant investir le chef-lieu de district (La Roche-Bernard). Mais la répression permet le contrôle de la situation (relatif), le dégagement de Redon et des villes ; l’agitation sporadique se maintenant dans le Morbihan… lors de la virée de galerne, symboliquement, la Bretagne ne se soulève pas. L’armée vendéenne n’est ralliée que par les troupes de Cadoudal (Morbihan, Vannes) et de la Mayenne (Jean Chouan)… La chouannerie va rebondir quand la Vendée est pacifiée. Pour beaucoup, c’est une Vendée qui a échoué à se fédérer (ou la Vendée serait une chouannerie réussie).

81De l’hiver 1793 (Le Mans) à la paix de la Mabilais, signée en avril 1795 entre Cormatin (lieutenant de Puisaye) et Loche, trois ou quatre bandes importantes tiennent le maquis entre Laval et Rennes, dans des repaires et des forêts (Paimpont)… Hoche négocie avec Boisbardy et Cormatin : 21 sur 125 acceptent de reconnaître la République ; la paix dure à peine deux mois, jusqu’à la mort de Boishardy. La première chouannerie a duré un an, marquée par la tentative de Puisaye et les liens avec l’Angleterre.

82La deuxième chouannerie (été 95, été 96) est dominée par la figure de Hoche, général vosgien, diplomate et réprimeur. Le débarquement de Quiberon (le 17 juin) est un désastre pour la Contre-Révolution : la guérilla de bandes chouannes et vendéennes (le mot chouan va qualifier les Vendéens résistants) se solde par des échecs des insurgés : Scepeaux et Cadoudal traitent au printemps et à l’été 1796. Déclenchée par le sursaut républicain de fructidor an V (4 septembre 1797) annulant les élections dans 49 départements dont ceux de l’Ouest, la guérilla atteint son apogée à l’été 1799, en réaction à une loi de conscription et de déportation, poussant 200 chefs à se fédérer à la limite de la Bretagne, du Maine et de l’Anjou : des divisions militaires encadrées par des nobles prennent d’assaut Nantes, Le Mans, Saint-Brieuc, Redon, La Roche-Bernard ; peut-être 30 000 à 40 000 hommes, qui obtiennent 30 000 fusils des Anglais… le coup d’État et la pacification religieuse du Concordat poussent les rescapés au terrorisme individuel (Cadoudal, 1800) et à l’alliance avec l’Anglais jusqu’à l’exécution de Cadoudal en 1804 (25 juin). Ainsi, ce mouvement composite, sporadique, intermittent a marqué l’histoire de la Bretagne pendant près de six années.

Les Chouans

83Ils partagent des mobiles comparables aux Vendéens : le refus de la conscription, de partir loin de sa terre et patrie. Nombreux sont les insoumis ou les déserteurs qui se regroupent en bandes. Beaucoup ont eu un passé de faux-saunier, de braconniers, dans les marges des pays, puis des départements. L’appartenance à une communauté et la défense des « bons prêtre » (réfractaires) est un ciment essentiel. La question en suspens est le degré et l’origine du sentiment royaliste. Est-il consécutif à l’exécution de Louis XVI, ou plus ancien. Il est de plus en plus marqué lors des deuxième et troisième chouanneries.

84Une insurrection paysanne ? Pour Paul Bois, des paysans aisés luttent contre les bourgeois pour la terre. Pour Sutherland, une paysannerie pauvre, marginalisée composerait 70 % au moins des troupes, aux côtés d’artisans (plutôt républicains pour Bois). Mais une bonne partie de la paysannerie bretonne n’est pas chouanne et on trouve des villages bleus en pays chouan.

85La question des chefs est aussi essentielle. De nombreux nobles dirigent ou fédèrent les troupes, depuis la conspiration de La Rouërie : Boisguy, Boishardy, Tinténiac, Puisaye. Mais Cadoudal joue le rôle d’un Cathelineau vendéen, fils de laboureur et clerc de notaire, tandis que Jean Chouan est d’une famille de bûcherons et de sabotiers ! les manoirs et les forêts servent de refuges.

Chouanner

86Les Chouans n’ont pas d’uniforme, portent des symboles (le cœur) et seront bestialisés dans les descriptions postérieures, faisant corps avec la nature qui les protège. Ils pratiquent un harcèlement perpétuel à partir de leurs bases, par bandes de 100 à 500 hommes, qui se dispersent vite. Ils ont pour cibles les « pataud », les prêtres constitutionnels et les officiers municipaux, les maires, parfois les juges de paix, qui représentent le pouvoir républicain. Ils font régner la terreur pour paralyser les institutions et ruiner l’économie officielle, par le pillage des convois, la désorganisation des circuits, la spéculation sur les assignats. Ils détruisent les symboles républicains, les arbres de la liberté et les cocardes. Les autorités les combattent par tous les moyens : dénonciations, colonnes mobiles, jugements sommaires.

87Les différences avec la Vendée s’amplifient avec le temps. La chouannerie devient « royaliste » sous le Directoire, refuse tout compromis avec la Révolution. La mémoire de la chouannerie est différente de la Vendée. Le partage des opinions bretonnes se marque par celui des « tombes de mémoire » (Lagrée), de la « tombe à la fille » républicaine du Teillay à celle du chêne à la Vierge, royaliste. La mémoire de la chouannerie est très vive vers Vannes, mais plus mitigée dans une bonne partie de la Bretagne. Ainsi, on ne peut assimiler les révoltes (essentiellement paysannes) de l’Ouest avec les comportements de l’ensemble de la paysannerie, dont une partie notable se rallie à la République alors que l’autre bascule dans les rangs de ses adversaires.

88La résultantes des déceptions paysannes des régions de l’Ouest se retrouvent dans des campagnes soulevées contre la Convention montagnarde et qualifiées par la suite de « vendées » ou de « petites vendées ». Les points communs sont la question religieuse et le poids des réfractaires (serment), la question militaire, les déceptions foncières, fiscales et l’hostilité à des élites urbaines républicaines.

89Les campagnes antirépublicaines ont connu des soulèvements précoces, royalistes, comme la Lozère. D’autres se soulèvent contre la déchristianisation comme la « Vendée briarde » dans le sud de l’Île-de-France (autour de Coulommiers). Une partie du Centre (Cantal, Limousin) connaît des troubles mixtes. Dans le Bas-Rhin, en Corrèze, en Haute-Loire, des communautés lèvent les armes contre la République et paient leur révolte.

Les campagnes « résistantes »

90Le plus souvent s’imposent comme dans les campagnes contadines, à l’est d’Avignon et de Carpentras des résistances aux mesures les plus extrêmes. Elles ne sont pas politisées. Elles ne connaissent pas de Terreur. Mais elles refusent la déchristianisation, maintiennent les cultes clandestins et refusent les réquisitions en hommes et en matériel. Elles peuvent être soutenues ou couvertes par les autorités de district. Pour autant elles ne connaissent pas de soulèvements armés. Mais elles sont « réfractaires » à la régénération : pas d’adresses, de sociétés populaires… C’est le cas de la plupart des campagnes normandes, de certaines plaines de grande culture (Vexin, étampois), de l’Artois. La multiplication de monographies régionales permettrait de compléter ce tableau. Ces campagnes ne connaissent guère la Terreur, même si les élites locales (fermiers ou coqs de villages, commerçants) sont un moment inquiétés par la terreur économique.

Les campagnes républicaines

91Le schéma vendéen peut être totalement inversé ou presque. On parlera de modèle républicain quand les levées d’hommes ont été importantes en 1792 et les résistances à la conscription faibles ; quand la majorité des prêtres sont constitutionnels et ont tenté de concilier religion et République en abandonnant certains cultes et dogmes chrétiens, en se ralliant aux cultes républicains, voire en imposant à Paris les adresses et les manifestations déchristianisatrices ; quand les avantages retirés de l’économie dirigée (accès aux communaux et partage des biens, abandons de la féodalité, politique salariale et en faveur des familles des soldats, assistance, école) sont supérieurs aux sacrifices exigés (réquisitions). Quand des sociétés populaires rurales et des sans-culottes multiplient les adresses à la Convention, ou quand une société urbaine rayonne suffisamment. Quand les représentants en mission multiplient les signes en direction des campagnes. Quand les armées révolutionnaires s’appuient sur les militants locaux. Alors ces campagnes sont républicaines, comme l’Allier, la Nièvre, une partie du centre, les districts déchristianisateurs d’Île-de-France (Corbeil, Gonesse), l’Eure, les Charentes, le Sud-Est en partie, l’Isère ? les Alpes de Provence. Certaines le resteront. Elles ont voté massivement lors du référendum de l’an I.

92Les contrastes entre les campagnes interdisent toute généralisation autour d’une voie paysanne. Certes la politisation est moins intense, en liaison avec les écarts culturels ; mais la ligne de partage n’est pas entre villes et campagnes, mais entre campagnes républicaines et contre-révolutionnaires en passant par les indifférentes et les anti-révolutionnaires.

Un bilan des paysanneries en Révolution

Communautés paysannes en Révolution et en République

93Le seul moyen, à nos yeux, d’éviter le choc de ces « paysanneries engagées » est d’observer l’évolution des communautés villageoises pendant la Révolution, de la façon la plus monographique possible, dans leurs relations avec les problèmes de la terre et de la politique environnante. Car la vitalité des communautés, sensible dans les luttes antérieures, se maintient au cours de la décennie révolutionnaire, malgré des atteintes importantes.

94Des communautés préservées ? Il nous semble que les quelque 40 000 communautés villageoises ont préservé l’essentiel de leurs coutumes, de leurs particularismes et de leur autonomie délibérative (voire de leur « culture »), au moins jusqu’en 1794. L’identité villageoise, menacée par les projets de regroupements des constituants et par la peur des « républiques villageoises », est sauvée par les pressions des luttes paysannes.

95On peut parler d’un « pouvoir paysan », lors de mouvements collectifs et communautaires, qui regroupent plusieurs villages (Simonneau et les marches de la faim sur le marché urbain) et jusqu’à des milliers de paysans (5 000 dans le Périgord, 1790 ; 30 000 dans l’Oise, 1792). Pouvoir, car les manifestants sont armés (gardes nationaux) et dirigés par leurs élus municipaux ! Ce pouvoir paysan se heurte souvent aux pouvoirs urbains dans un choc de légitimités. Ce pouvoir s’incarne dans des symboles, comme les arbres de mai plantés face aux potences seigneuriales dans le Quercy (interdisant de payer le seigneur), à l’origine des arbres de la liberté, et dans des cibles, comme les terriers.

96La Grande Peur conduit à l’émergence d’un pouvoir communal renforcé, dans le cadre d’élections concernant deux adultes sur trois et d’une rotation très large du personnel politique. Le renforcement des compétences municipales et l’absence de coercition du pouvoir central jusqu’en 1793 renforcent cette autonomie villageoise tempérée par le nécessaire dialogue avec les autorités de district et de département. Les communautés conservent ainsi le droit de délibérer dans leurs assemblées que les députés auraient voulu voir limiter, de même que leurs compétences fiscales et militaires (la Garde nationale). Cette affirmation des communautés, obtenue par leurs luttes, explique leur présence dans les luttes étudiées ci-dessus, et la vigueur de leurs manifestations identitaires, mises en évidence par Guy-Robert Ikni (1993), Jean-Pierre Jessenne (1987), Nadine Vivier (1992), Serge Bianchi (1995), au-delà du système de pure représentation rêvé par certains constituants.

97Des communautés menacées ? Mais dans le même temps les communautés étaient menacées par des évolutions externes et internes. Les tendances physiocratiques amorcées dans les années 1760 s’affirment dans les assemblées successives et triomphent sous le Directoire, avec la réduction municipale au chef-lieu de canton, la mise en sommeil de structures de concertation et de participation villageoises et la poussée d’un individualisme agraire qui s’amorçait clairement dans certains articles du Code rural inachevé (1791). Pendant toute la période des tentatives de réduire les droits collectifs, les capacités de délibération, de manifestations salariales dans les campagnes se sont multipliées. La répression des délits ruraux, la pression fiscale ou militaire sur certaines régions ont pu provoquer, en liaison avec les ruptures religieuses, des sentiments de rejet marqués par rapport à la politique de la Première République. L’érosion du vote paysan pourrait en constituer un indicateur fiable. Le domaine des résistances paysannes à la Révolution devient ainsi l’un des chantiers les plus poussés de l’historiographie récente.

Gains et pertes des paysans

98Quelques questions claires peuvent servir à faire le point : la paysannerie a-t-elle gagné ou perdu à la Révolution, du point de vue fiscal, du point de vue des terres, du point de vue législatif ?

99Des conquêtes réelles ? Il serait aussi pertinent de faire le bilan des conquêtes et des frustrations paysannes, selon les catégories sociales qui constituent la paysannerie : abolition définitive de la féodalité (mais le domaine congéable survit après sa suppression en 1793 !, Béaur), de l’économie dirigée, de la baisse de la pression fiscale. En l’an II les impôts directs perçus correspondent à 37 % de 1788, en l’an III, ils auraient encore « baissé » : il faudrait attendre 1 806 pour retrouver le niveau fiscal antérieur. Les paysans n’ont pas dû payer grand-chose entre 1790 et l’an VI ! (Béaur). Mais il faut prendre la mesure du poids des réquisitions et de l’« impôt du sang » versé par la paysannerie. Il serait important de prendre en compte les réactions des gros fermiers impliqués dans « l’innovation agricole », des métayers du Sud-Ouest et de l’Ouest face aux pressions de la bourgeoisie urbaine et rurale, des partages égalitaires dans les pays de petite culture, de l’acquisition inégale des biens nationaux.

100La preuve par les biens nationaux est intéressante quant aux éventuels gains de terre des paysans. La vente des biens nationaux représente un transfert de propriété considérable. Entre les biens du clergé (mis en vente en mai 1790) et les biens des émigrés (mis en séquestre en février, en vente en août 1792), voire des suspects (ventôse an II) près de 10 % de la terre a pu changer de propriétaire, soit près de 2,5 millions d’hectares, de façon très variable (25 % dans le Nord, peu dans le Midi ?). Pour des historiens comme Michel Marion, la paysannerie n’a pas profité de ces ventes, favorable à la bourgeoisie. Jusqu’en 1793, les ventes se font par lots importants (entiers) aux enchères, au chef-lieu de district, avec des apports considérables de capitaux (20 % de la somme, payer en douze années le reste ou plus de quatre années). Les Parisiens, les bourgeois de Tours, Rouen récupèrent ainsi les métairies, les domaines. Sous le Directoire, il faut se déplacer au chef-lieu de département (mars-juillet 1796) et payer la moitié rapidement, acheter aux enchères (novembre 1796).

101Pour d’autres comme Lefebvre et Louchitsky, la paysannerie a tiré son épingle du jeu dans des régions comme le Nord, les Landes, l’Alsace, l’Oise, le Centre. Elle a profité de la législation de l’été 1793, de la vente par petits lots à crédit (plus de 10 ans), groupés, et des distributions de lots ou de bons. Dans l’Eure, 7 700 acquéreurs de moins de 1 hectare (Bodinier, 2000 et 2004). Dans des régions égalitaires (?), la petite propriété a été confortée. « Les Jacobins se firent acquéreurs, les acquéreurs se firent Jacobins » (Michelet).

102La preuve par les salaires est un autre élément du bilan. Dans les pays de grande culture les conflits du travail révèlent des tensions et des luttes de classe entre les journaliers saisonniers, qui travaillent par centaines dans les grandes fermes et les gros fermiers. La législation favorise jusqu’en 1793 les seconds, par le Code rural et la loi martiale, tandis que l’inflation lèse les ouvriers. D’où des conflits sur les salaires, les travaux, les conditions de vie, les « bacchanals ». Dans la période montagnarde la lutte contre l’inflation et les nécessités du salut public favorisent les salariés agricoles. Les salaires doublent, voire triplent entre 1790 et l’an II (Lorraine, Ouest, Centre), avec la pénurie de main-d’œuvre. Après le retour au libéralisme et la terrible crise de l’an III, la déflation conduirait à un retour à la normale. Les fermiers conservent l’essentiel de leurs pouvoirs et sont favorisés à terme par la législation libérale, malgré le rattrapage salarial engendré par la Révolution. On saisit ainsi la difficulté d’un bilan global. Les causes de frustration déclenchant la révolte vendéenne peuvent s’avérer des causes de satisfaction relative pour d’autres régions ou d’autres paysanneries.

103Il resterait à faire la part des catégories sociales, selon les avantages et les problèmes posés par la marche de la Révolution. Le cas des métayers serait intéressant, tant ils sont caractérisés comme une catégorie pauvre et stérile (par Arthur Young dans ses Voyages) à la veille de 1789. Leur situation n’a guère évolué dans un premier temps, qu’il s’agisse du domaine congéable en basse Bretagne (qui se maintient jusqu’en 1797) ou des métayers du Sud-Est qui continuent à payer des portions de dîmes et à subir la rente propriétaire ; cela n’en fait pas pour autant des paysanneries révoltées contre la Révolution.

104Nous risquons une conclusion mesurée. La paysannerie a dû lutter pendant une grande partie de la décennie révolutionnaire, chaque fois que son existence, ses intérêts primordiaux étaient remis en cause. La somme des petits gains réalisés et de la libération graduelle des biens et des personnes fait qu’elle a maintenu sa place et ses communautés dans la société française. Les chocs culturels ont par contre créé des fractures importantes dans ses rangs, dégageant des modèles appelés à une permanence remarquable dans le temps : des paysanneries précocement républicaines et engagées dans un processus rapide d’acculturation, face à de paysanneries résistant à des réformes qui remettent en cause les identités et les solidarités profondes du monde rural. Mais des doléances au plébiscite de l’an VIII, les paysanneries ont participé intensément à la décennie révolutionnaire, jusqu’à s’engager dans les deux voies contradictoires en apparence d’une « révolution paysanne » incontestable, facteur de radicalisation de la Révolution et d’une « contre (ou anti) révolution » incontestable sur fond de résistance à des changements ressentis comme étrangers à la culture politique. Cette diversité des expériences et des engagements paysans renvoie à « l’exception française » des milliers de communautés et des centaines de « pays », qui ont vécu à leur rythme et à leur manière des bouleversements considérables de leur façon de posséder et de travailler la terre, de penser et de pratiquer la politique, de respecter et de pratiquer la religion, de participer ou de résister à la nation en armes.

Des journées de la faim au babouvisme

105Deux mouvements permettent de comprendre les logiques économiques et sociales de la Révolution. Les journées de la faim, de germinal et prairial an III, plongent dans les questions de l’économie libérale prônée par les législateurs face aux revendications de foules consommatrices des campagnes et des villes. L’échec de l’insurrection populaire parisienne renvoie aux troubles de subsistances qui avaient d’une certaine manière radicalisé la Révolution à ses débuts. Cet échec pose la question du dépassement de la journée populaire par d’autres formes de luttes. C’est l’objectif du babouvisme, théorie qui suit de quelques mois les journées de la faim, et de la Conjuration des Égaux. La comparaison des deux mouvements éclaire les luttes des masses, leurs programmes, leurs pratiques, leurs contradictions.

Les journées de la faim, avril-mai 1795 (germinal et prairial an III)

106En juillet 1789, le soutien décisif du peuple de Paris à la Révolution s’expliquait par une terrible crise de subsistances. La prise de la Bastille se produisit le jour où le prix du pain atteignit son cours le plus élevé du siècle : 14 sous la livre, soit 88 % du budget d’une famille ouvrière. Près de six ans après, c’est une nouvelle crise, plus grave encore, qui marque la fin de la participation populaire à la vie politique, lors des affrontements des « journées de la faim » de germinal et prairial an III (avril, mai 1795).

107Depuis avril 1794, le mouvement populaire représentait un obstacle pour la bourgeoisie, montagnarde puis thermidorienne. Les sans-culottes qui participent à la politique dans le cadre des assemblées de sections (quartiers) possèdent des armes (les sabres et les piques), et des moyens de pression sur les députés : journaux, délégations, pétitions. Ils avaient même exercé un moment des tâches de contrôle et de ravitaillement, dans des comités de surveillance et grâce à une « Armée révolutionnaire ».

108D’avril à juillet 1794, le Comité de salut public élimine les porte-parole du mouvement sans-culotte, les enragés, puis les hébertistes ; il licencie l’Armée révolutionnaire et supprime la permanence des sections. Il réduit même autoritairement les salaires – parfois de 50 % – par un maximum publié le 5 juillet 1794. Des ouvriers crient « foutu maximum » sur le passage de la charrette qui conduit, le 10 thermidor, Robespierre, Saint-Just et Couthon, à l’échafaud.

109En arrivant au pouvoir, les députés thermidoriens renforcent les mesures réactionnaires. Ils suppriment les clubs populaires et les indemnités de participation aux réunions de quartiers. Ils encouragent la « jeunesse dorée » deux à trois mille jeunes gens de bonne famille qui, armés de gourdins et de cannes, répandent la terreur dans les rues en faisant la chasse aux « Jacoquins ». Ces « muscadins » ne rencontrent pas d’opposition lorsqu’ils détruisent les bustes et les portraits de Marat ou dispersent ses cendres dérobées au Panthéon. Toute l’énergie et l’attention des foyers populaires est alors retenue par la plus grave crise de subsistances de toute la Révolution.

Vie chère et inflation

110Jusqu’à avril 1795, le ravitaillement de Paris en denrées de première nécessité ne cesse de se dégrader. Il faudrait chaque jour 2 000 sacs de farine (800 t) pour permettre la survie des 350 000 habitants des quartiers de l’est et du sud-est. Le pain est certes taxé à un prix abordable : 3 sous la livre, mais fait cruellement défaut.

111Les autorités parlent à juste titre de la mauvaise moisson d’août 1794, et de l’hiver 1794-1795, le plus rigoureux du siècle. La Seine est gelée en janvier entre Rouen et Paris (de –15 à –25 °C) ; les céréales importées du Danemark et des Pays-Bas pourrissent dans les ports du Havre et de Dunkerque, ou sont pillées sur les routes avant d’arriver à Paris.

112Mais pour les sans-culottes, il existe d’autres responsables : les « accapareurs » et les politiciens qui ont noué un « pacte de famine » contre le peuple. Pendant la Terreur (1793-1794), les denrées de première nécessité étaient toutes taxées et abordables, car les réquisitions permettaient un ravitaillement suffisant. Au contraire, la Convention thermidorienne satisfait les paysans riches, les gros commerçants et les spéculateurs en libérant les prix, le 24 décembre 1794. « Toutes les lois portant fixation d’un maximum sont supprimées. » Les « sangsues du peuple » cachent alors leurs grains pour ne pas en manquer pendant la soudure, ou pour ne pas être payées en assignats dévalués. Une inflation rapide fait gonfler les prix plus vite que les salaires : en avril 1795, les prix sont multipliés par 9 par rapport à 1790, et les salaires par 6. En quatre mois, la livre de viande passe de 34 à 140 sous. Seul le pain reste taxé, mais il est dissimulé. Pour les foyers populaires, les marchandises sont chères ou rares, ce qui revient au même.

113Du côté prospère, la « nation des ventres dorés », des « cochons gras » ils mangent les produits de luxe, les brioches à 100 sous ; ils font la fête et les cafés du Palais-Royal ne désemplissent pas. Tout ce qui rappelle le comportement égalitaire de l’an II est tourné en ridicule. Les bonnets rouges, les cocardes sont arrachés, le passage de carmagnoles, de piques et de sabots soulève les quolibets. Le tutoiement d’un général par un particulier provoque une véritable rixe.

114De l’autre souffre la « nation des ventres creux », la tribu des « maigres ». L’opposition entre les deux classes est parfaitement restituée par un clerc de notaire : « Les bals continuaient et la disette aussi, de sorte qu’en sortant des salles de danse, de minuit à une heure du matin, la première chose qu’il nous était donné d’apercevoir était des queues déjà toutes formées à la porte des boulangeries. » Les femmes doivent affronter le froid devant les boutiques des 800 boulangers et des 100 bouchers de la capitale. Les hommes subissent, sans pouvoir protester, le chômage avec les fermetures des fabriques d’armes et des ateliers de charité (la loi Le Chapelier de 1791 interdit toute coalition ou grève). Dans les quartiers populaires, on assiste à une poussée de la délinquance, de la prostitution et de la mortalité. Le vol d’un pain conduit au bagne Jean Valjean. La prostitution, qui concernait déjà plus de 25 000 femmes en 1789 augmente. « On vit Paris divisé entre deux nations » (Levasseur de la Sarthe).

115Entre les deux « nations », la Convention thermidorienne a fait son choix. Certes, elle organise le rationnement et la distribution des subsistances par une « Agence », pour éviter les troubles ; les indigents sont recensés et reçoivent des bons de viande et de pain, en fonction des bouches à nourrir. Mais les rations diminuent rapidement : en février 1795, un travailleur de force reçoit 2 livres de pain, un adulte 1 livre et demie par jour ; en mars, elles tombent respectivement à 1 livre et demie et 1 livre, puis à une demi-livre pour tout adulte. Pour compléter, « l’Agence » fait distribuer un peu de riz (mais avec quel combustible le cuire ?) ou des pommes de terre, réputées alors ne convenir qu’aux porcs.

116Une agitation permanente se développe alors dans les sections. La Convention effrayée cherche à obtenir l’appui des quartiers aisés pour mater, en l’absence d’armée, une insurrection jugée inévitable.

Le premier avril 1795 (12 germinal)

117Fin mars, des agents constatent une poussée de mécontentement populaire ; le 17 mars, « autour de la Convention, les groupes étaient hier très nombreux… ». Les thermidoriens décident l’arrestation préventive des meneurs éventuels, décrètent la loi martiale et la peine de mort pour qui entrerait de force dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Ces mesures sont mal accueillies dans les sections les plus agitées de l’île de la Cité, de la place Maubert et des faubourgs Saint-­Antoine et Saint-Marcel. 25 sections sur 48 adressent une pétition à la Convention pour réclamer des subsistances. Des affiches anonymes sont placardées : « Peuple ! Réveille-toi. » Certaines réflexions marquent une volonté politique, au moment où se tient à l’Assemblée le procès de « la bande des quatre » de l’ancien Comité de salut public (10). « Le sang coulait peut-être sous Robespierre, mais on avait du pain. »

118Le premier avril (12 germinal), une manifestation spontanée éclate. Très tôt dans la matinée, des groupes de femmes passent dans les garnis et les locaux des sections pour rallier les indécis. Des cortèges se forment à partir de Notre-Dame et de l’ex-Bastille ; ils convergent aux Tuileries où siège la Convention. Vers 13h30, 20 000 manifestants sont massés devant l’Assemblée ; les tribunes sont envahies malgré le service d’ordre. L’occupation dure cinq heures. La foule défile en scandant « du pain ! du pain ! » et hue les conventionnels. Ceux-ci cherchent à gagner du temps pour compromettre les députés de l’opposition jacobine et lever des troupes sûres. La générale est battue dans les quartiers de l’ouest : la Garde nationale bourgeoise se rassemble. Lorsque ses bataillons parviennent à la Convention, il est 19 heures et la foule s’est déjà dispersée. Il s’agit donc d’une journée de la faim, spontanée, désespérée mais sans acte de violence ou effusion de sang.

119La réponse de la Convention est sans commune mesure avec l’événement. Le lendemain (13 germinal), Paris est mis en état de siège, le commandement de la force armée confié à un général royaliste, Pichegru. Les autorités sectionnaires sont tenues de dénoncer tous les participants à la journée du 12. 1 600 militants sont ainsi désarmés et déchus de leurs droits civiques. Cette flétrissure politique et morale désorganise profondément le mouvement.

120L’agitation reprend lorsque la disette se transforme en famine. Les rations diminuent encore : un quart de livre de pain par adulte, puis 2 onces (11) le 19 mai, veille de la seconde journée populaire. Les distributions de riz, de soupe aux choux ne changent rien. Les prix continuent à grimper avec frénésie, 20 fois plus élevés qu’en mai 1790, alors que les salaires ne sont multipliés que par 12. Pour les riches, c’est toujours l’abondance. Le 31 mars déjà, un agent signale : « Les traiteurs et les pâtissiers sont mieux fournis que jamais » ; le 19 mai, « les halles et les marchés sont très bien approvisionnés… mais les denrées se vendent à un prix excessif ». Les suicides se multiplient.

121« Nous sommes à la veille de regretter tous les sacrifices que nous avons faits pour la révolution », déclare une délégation du faubourg Saint-Marcel. Une volonté de rupture avec la Convention apparaît pour la première fois. Le 19 mai, une feuille imprimée circule dans toutes les mains, malgré la vigilance des agents. Elle a pour titre : « Insurrection du peuple pour obtenir du pain et reconquérir ses droits ». Le peuple est souverain, mais ses droits sont violés ; il doit envahir la Convention, destituer les autorités en place, en nommer d’autres (mais toujours des conventionnels ! favorables à ses deux revendications : « du pain et la Constitution de 1793 ». Ce programme sans équivoque fixe l’action pour le lendemain 20 mai. Les contacts sont pris entre les sections et les détachements de la garde nationale des quartiers pauvres, particulièrement ceux des canonniers. De son côté, la Convention cherche à réunir des troupes et envisage même de quitter la capitale. Elle sera néanmoins surprise par l’ampleur de la révolte.

La journée du 20 mai 1795 (1 er prairial an III)

122À 5 heures du matin, le tocsin sonne dans les faubourgs. Partout la révolte se déclenche de la même façon. Des groupes armés d’hommes et de femmes envahissent les locaux des sections et de la Garde nationale et invitent ou obligent les autorités à marcher sur la Convention. Le rôle des femmes est à nouveau essentiel. Entre 11 heures et 13 heures, elles sont des milliers à défiler, précédées par des tambours ; les hommes armés de fusils et de piques suivent, avec sur leurs chapeaux l’inscription « du pain ou la mort ». À 13 heures, les premiers groupes pénètrent dans les tribunes de l’Assemblée et certains cherchent même à enfoncer la lourde porte de cèdre qui protège les députés. Les gendarmes résistent d’abord, dégagent les accès, fouettent des émeutières.

123Vers 15 heures, l’arrivée des bataillons du faubourg Saint-Antoine change le rapport de force. À 15h33, des sans-culottes armés de piques font sauter la porte, et le peuple en armes envahit, pour la première (et unique) fois la salle des députés pour légiférer en leurs lieu et place. L’occupation se prolonge jusqu’à minuit. Le manifeste « Insurrection du peuple… » est lu à la tribune par un canonnier de 25 ans, Duval. Les représentants des manifestants et quelques députés montagnards font voter des mesures conformes au programme : libération et armement de tous les patriotes détenus, fabrication d’un pain de l’égalité. À l’extérieur, les canons sont braqués sur la Convention, les mèches prêtes. Féraud, un député qui s’était opposé à l’entrée des insurgés, est pris à partie par la foule : un marchand de vin, Boucher, lui coupe la tête « comme une rave » et la promène dans les rues pendant deux heures, au bout d’une pique, avant de la présenter au président de la Convention. « 80 000 hommes allaient peut-être s’égorger sans savoir pourquoi », écrit Le Courrier républicain.

124Mais les manifestants vont hésiter à prendre le pouvoir, par un ultime respect de la légalité parlementaire. Ils laissent ainsi les comités de la Convention se retirer et préparer en toute quiétude la riposte. Comme lors du 1er avril, la Garde nationale bourgeoise est rassemblée sous la direction de Barras. Lorsqu’elle fait irruption, après 23 heures, dans la salle, elle peut disperser facilement les groupes présents et arrêter les derniers députés montagnards. Les insurgés s’étaient pour la plupart retirés, certains de leur succès.

125Pour le peuple, la journée du 20 mai n’était qu’une journée de dupes, une de plus, mais la dernière. La répression sera à l’image de l’épouvante des conventionnels, exprimée avec clarté par Carnot : « Jamais je n’avais vu le peuple aussi exaspéré dans les journées les plus terribles de la Révolution ; c’est la première fois qu’il m’ait paru féroce ; il y avait du désespoir et de la faim sur ces visages. » Le Courrier républicain va plus loin : « Jamais pareille chose ne s’était vue depuis l’existence de cette grande ville, ni le 14 juillet, ni le 10 août, ni le 31 mai. » La leçon ne sera pas perdue pour les députés.

126Le ressort est cassé, mais trois jours seront encore nécessaires pour en finir avec le peuple. Il faut le temps de réunir dans Paris (pour la première fois depuis 1789) une armée de 40 000 hommes confiée au général Menou et appuyée par les gardes nationaux des quartiers riches. La bourgeoisie dirigeante est enfin à même de réaliser l’objectif de Barnave en 1790, de La Fayette en 1790, des girondins en 1793 : désarmer le peuple.

127Le 21 mai pourtant, les canonniers des faubourgs populaires reprennent position face à l’Assemblée, « la mèche touchant la lumière du canon ». Le combat n’est évité que par la manœuvre du président de séance, qui sort « fraterniser » avec les canonniers, leur donne l’accolade, les berce de promesses.

128Le 22 mai au matin, 1 500 muscadins s’engagent à l’intérieur du faubourg Saint-Antoine, centre de toutes les émeutes populaires. Ils se trouvent rapidement cernés par les sans-culottes ; des dizaines de barricades se sont refermées sur leur passage. Mais ils peuvent finalement battre en retraite.

129Le 23 mai (4 prairial), l’armée de Menou se déploie enfin place de l’ex-Bastille, avec l’ordre de cerner le faubourg Saint-Antoine et de désarmer tous les « suspects ». Comme plus tard lors des massacres de juin 1848, l’armée, représentant la légalité bourgeoise, appuyée par la Garde nationale des quartiers aisés, fait face à 60 000 hommes et femmes armés, retranchés derrière de nombreuses barricades défendues par des canons. La guerre civile est pratiquement engagée. Pourtant la tuerie n’aura pas lieu. Les patrons et maîtres-artisans du faubourg tentent une ultime médiation ; une délégation de sans-culottes est autorisée à négocier avec la Convention. Profitant du flottement causé par cette manœuvre, Menou investit méthodiquement le faubourg, démolit toutes les barricades, confisque sans résistance les armes. La répression peut alors commencer.

130Les journaux rendent compte avec soulagement des progrès du désarmement populaire. Plus de 8 000 personnes sont arrêtées ou désarmées et privées de leurs droits civiques. Il n’y aura « que » 36 condamnations à mort (les « meneurs » ou les suspects du meurtre de Féraud). Les femmes sont particulièrement visées par la réaction.

131Un décret leur interdit le 24 mai d’assister à aucune réunion politique, même dans les tribunes (!). Elles ne peuvent ni signer de pétitions ni s’assembler à plus de cinq dans la rue ! Toutes les sections sont soigneusement épurées. Après cinq années de participation politique, les militants populaires rentrent dans leur foyer ou dans les prisons. On leur a repris le droit à la parole pour plus d’un demi-siècle. Le Messager du 25 prairial peut exulter : « C’est à compter de ce jour seulement que nous pouvons être assurés du respect que l’on aura pour les personnes et les propriétés. »

132Pendant quelques mois, la misère empire. En septembre 1795, les prix sont multipliés par 30, l’assignat ne vaut plus rien, « on se nourrit du sang des bêtes ». Mais le calme règne. Les « honnêtes gens » peuvent respirer et consommer en toute tranquillité, débarrassés des « faméliques, lapines, harpies, débauchées ». La « nation » des notables a mis fin au mouvement des « ventres creux » et consolidé durablement son pouvoir en désarmant ceux sans lesquels la révolution n’aurait pu triompher. Comme Jacques Roux l’Enragé le criait à la Convention montagnarde : « La liberté n’est qu’un vain fantôme quand une classe d’hommes peut affamer l’autre impunément. L’égalité n’est qu’un vain fantôme quand le riche, par le monopole, exerce un droit de vie et de mort sur ses semblables. »

Le babouvisme, théorie et Conjuration

133Les leçons de l’échec du mouvement populaire sont tirées par les babouvistes dans la préparation de la Conjuration pour l’Égalité.

Le Manifeste des plébéiens (Égaux)

134En novembre 1795 (frimaire an IV) le journaliste Gracchus (depuis décembre 1794) Babeuf publie dans Le Tribun du peuple (700 abonnés, 2 000 exemplaires) le Manifeste des plébéiens. La théorie du babouvisme se veut le dépassement des idées « égalitaires » exprimées par les enragés, à la lumière des lectures des philosophes (Mably, Morelli : Le code de la nature, 1755, Rousseau) et des expériences de la révolution passée et de l’échec des journées populaires.

135Le passé de Babeuf est important pour la genèse et l’évolution de sa pensée. Né en 1760, en Picardie, il mène une carrière de clerc de feudiste, puis de commissaire à terriers à Roye, un gros bourg et un marché à grain. Tout en participant à la « réaction féodale », qu’il connaît de l’intérieur par la réalisation des terriers pour les grands seigneurs (« usurpations de la classe noble »), il a été de toutes les luttes des communautés villageoises depuis les débuts de la Révolution, jusqu’à son installation à Paris en 1793 : pour l’abolition des droits féodaux (son gagne-pain), contre la gabelle (pétition de 800 communes en 1790), pour la récupération des biens communaux dont il préconise la partage par tête, contre la loi agraire « une chimère » et pour le partage des grandes fermes, pour les subsistances. Il porte aussi une attention à la « classe particulière des ouvriers » (au moment de Réveillon). Journaliste et penseur social, il a publié un Cadastre perpétuel (1789), le Correspondant picard, collaboré aux Révolutions de Paris (de Sylvain Maréchel) et, après thermidor, un Journal pour la liberté de la presse, où il critique violemment Robespierre, la Terreur et la « dépopulation » de la Vendée.

136Démocrate, jacobin, républicain, il est employé à l’administration des subsistances, au moment de l’économie dirigée, expérimentant la réquisition des grains et la distribution aux armées. Il tranche sur d’autres hommes politiques par son féminisme et son athéisme (Daline). C’est donc un militant, peut-être l’auteur du plan d’insurrection de la journée de prairial (depuis la prison du Plessis) qui publie le Manifeste des plébéiens, dans un contexte particulier. La Constitution de l’an III vient d’être adoptée. Le club du Panthéon, où se rassemblent les derniers montagnards (Antonelle, Germain, Buonarotti) est surveillé par la police, la femme et les enfants de Babeuf arrêtés. La « réaction » devenue directoriale bat son plein. En novembre 1795, il a connu déjà six fois les prisons (Abbaye, Arras) pour sa participation aux luttes ou pour un faux. D’où le contenu et le ton de ce Manifeste qui va entrer dans l’histoire. C’est le numéro 35 du Tribun du peuple, distribué à 700 abonnés, dont de nombreux Parisiens, tiré à 2 000 exemplaires, qu’il rédige dans des « caves » ou des conditions périlleuses. Un autre Manifesre, celui des Égaux, plus général et littéraire, sera rédigé par Sylvain Maréchal au moment de l’apogée de la Conspiration pour l’Égalité, au printemps 1796.

La théorie « babouviste »

137Gracchus Babeuf tire un bilan de six années de luttes révolutionnaires et égalitaires. Dans le numéro précédent (le 34) il écrivait : « Osons dire que la révolution […] a avancé jusqu’au 9 thermidor, et qu’elle a reculé depuis. » De ce constat désespéré découle une théorie originale, par sa radicalité et la rupture avec des programmes antérieurs.

138La Révolution est restée « blanche » pour le peuple. Pour Babeuf, les « lois grossières » et la nature du régime ont accentué les distances sociales et aggravé les inégalités entre les Français. Les fondements des inégalités sont les salaires (valorisation des intellectuels, payés 20 fois plus), l’héritage et la transmission du patrimoine, l’instruction qui rend les hommes inégaux devant les emplois et l’estime sociale. Il contredit les thermidoriens en faisant de la propriété la source de l’inégalité. Il faut donc redéfinir la propriété, qui conduit aux « distinctions révoltantes entre les riches et les pauvres ». Babeuf considère toute propriété excédent les simples besoins, comme un « vol », un « accaparement », un « attentat » contre la communauté. C’est sur ce constat qu’il construit la « cité idéale », renouant avec une pensée utopique particulièrement dense, en ces temps de Révolution.

139La cité idéale repose sur une notion inséparable du « bonheur commun » : la propriété collective. La réforme agraire est impossible. La propriété doit rester collective « la terre n’est à personne ». Le système communautaire est le seul adapté à la mise en commun de la terre. Elle doit être cultivée par des paysans, mais en fonction des lois communautaires (usufruit ?). Chacun reste dans le secteur de ses compétences. La propriété collective entraîne un communisme de répartition. Babeuf dresse les lignes de l’administration idéale, appliquée en partie pour les armées de la république (1 million de combattants, au début de l’an II). Le salaire et l’héritage disparaîtront : toute production sera entassée dans des magasins communs (des greniers d’abondance ?), puis répartie par les élus entre tous les membres, « les fruits sont à tout le monde »…, non « à chacun selon son travail », mais « à chacun selon les mêmes besoins ». « Les fruits de la terre sont à tous les co-associés », chaque homme et chaque femme recevant la même quantité de subsistances.

Les moyens

140L’éducation inégalitaire sera abandonnée, comme le salaire et l’héritage ; la moralisation de la société, la disparition de l’individualisme sera obtenue, non par la religion, mais par la moralisation, et le respect du nouveau pacte social qui garantira le respect du principal droit naturel de l’homme ; l’égalité dans la communauté. La République idéale sera une fédération de communautés, qui échangeront des produits de même valeur, dans un système de troc par consentement mutuel. La théorie puise donc ses fondements dans les pratiques communautaires paysannes, celles que connaît Babeuf. Elle apparaît comme un dépassement de l’égalitarisme passé, une ébauche d’un « communisme » que Marx qualifiera de « grossier », car l’industrie et les modes de productions urbains sont négligés (?). Le problème qui se pose est dans la prise de pouvoir, qui repose sur des réalités urbaines.

Le pouvoir

141Dans une fédération de communautés productrices, le peuple serait souverain, par la multiplication des contrats mutuels et de l’exercice d’un contrôle sur les représentants. Mais le passage du Directoire à ce régime, par l’élection ou le coup d’État, n’est pas clairement défini : « La communauté bien comprise entraînera la fin des lois » ? La transition ne peut plus se faire par l’une de ces journées populaires qui avaient porté la Révolution à ses débuts. « Brisons les chaînes » pour une révolution qui serait « la dernière » ? Elle ne peut plus se faire dans le cadre de l’Assemblée. D’où le recours à une Conjuration d’Égaux, prêts à prendre le pouvoir, au nom du peuple « engourdi » et à lui restituer ensuite ?

Les ambiguïtés de la Conjuration

142Babeuf tire la leçon des échecs des journées de la faim et de l’absence d’organisation des mouvements populaires. La prise de pouvoir par l’insurrection populaire est nécessaire, elle précédera la « régénération ». Le régime doit être renversé, sans dictature d’un homme ou d’une assemblée. Le coup d’État populaire est préparé par un directoire secret, des agents militaires et civils ; par la propagande (presse, affiches, pamphlets, chansons). Il repose sur des liens avec les clubs, les sections, une partie de l’armée.

143Les historiens débattent du lien entre la théorie et les membres composant la Conjuration. Babeuf s’appuie sur les déçus du Directoire : anciens montagnards (club politique), anciens sans-culottes, des personnes qui n’approuvent pas forcément le programme, et qui n’ont pas d’appui dans les communautés villageoises. Le mouvement est urbain, minoritaire, sans le soutien des masses, inversant la situation de l’an III. La dépolitisation des campagnes, la politisation des villes expliquent ce paradoxe. Le Manifeste et la Conjuration viennent trop tard, une fois réprimé le mouvement populaire. La base politique, compromis recréant l’alliance de l’an II entre jacobins et sans-culottes se trouve ainsi en porte-à-faux avec l’idéal communiste et la condamnation de la communauté. Pour certains (Mathiez), le « communisme » serait accessoire (« grossier » pour Marx) par rapport à la prise de pouvoir par les déçus du Directoire, d’anciens adversaires de Babeuf, aux idées divergentes sur de nombreux points, presque tous partisans de la petite propriété et du respect d’une certaine forme de représentation. Pour d’autres (Dommanget), le communisme de Babeuf est incontestable, même si les chefs historiques de la Conjuration ne partagent pas les idées les plus égalitaires. Certains (Daline) tentent de montrer l’influence des diverses expériences de Babeuf (communautés rurales, « fermes collectives », loi agraire, économie dirigée, salut public) dans la maturation de sa pensée. La synthèse est tentée entre des idées qui s’inscrivent dans la genèse des théories communistes et une conjuration originale, qui fraie la voie aux coups d’État des révolutions contemporaines. Il est possible que l’un des survivants de la Conjuration, Buonarotti ait insisté sur des aspects « modernisés » de la pensée babouviste.

144Il est donc dénoncé et les Égaux sont arrêtés : 247 en mai 1796, jugés un an après. Babeuf et Darthé, pratiquement morts après s’être poignardés sont exécutés le 26 mai 1797, au terme d’une « longue existence dans l’état de malheur » (La dernière lettre, Blanc). Le régime n’a pas été menacé. Mais le babouvisme est alors désigné comme un crime, passible de la peine capitale (le peintre Topino-lebrun en 1801). Le Directoire a exploité la « peur sociale » pour qualifier de « communiste » et « d’anarchiste » tout ce qui se rattache aux Égaux, en transformant une inquiétude politique en mobilisation des propriétaires et des notables. Cette publicité indirecte a fait beaucoup pour le retentissement des idées de Babeuf et de ce que l’on va qualifier de « babouvisme ». Il s’agit bien d’une tentative de dépassement du programme égalitaire et d’une tentative de prise de pouvoir par une minorité révolutionnaire consciente, au nom du peuple. Ainsi la réputation historique du babouvisme est infiniment plus grande que les échos du Manifeste et de la Conjuration (du vivant de leurs auteurs). L’étude suivie des journées de la faim et des manifestes des Égaux permet d’inscrire la Révolution française dans l’histoire des utopies socialistes et des révolutions contemporaines, tout en cernant la place, les limites et les contradictions des mouvements populaires dans le cours de la Révolution française.

ÉTUDE DE CAS LES QUESTIONS FINANCIÈRES

145Les questions financières sont essentielles pour comprendre le déclenchement et le déroulement de la Révolution. Elles sont souvent noyées dans un récit général. Il est pourtant indispensable d’en saisir les logiques et enjeux. D’une part car le malaise financier est directement à l’origine de la crise de l’Ancien Régime et de la convocation des États généraux. D’autre part, ce malaise a contraint la Constituante à se lancer dans l’expérience de l’assignat (du papier-monnaie), décisive pour le devenir social (les biens du clergé) et les mécanismes économiques. Enfin, car la politique fiscale a jeté les grandes bases de notre système contemporain. Nous étudierons ainsi la mise en place des réformes décisives, l’aventure du papier-monnaie et le retour à la normale, effectué sous le Directoire.

De la crise au nouveau régime fiscal

146« Bienheureux déficit, tu es le Trésor de la Nation » : Camille Desmoulins souligne l’importance de la question financière dans l’éclatement du processus révolutionnaire. L’Ancien Régime voit la monarchie cumuler un déficit chronique et une situation de banqueroute. Même si le déficit est « normal » sous la monarchie absolue, il a tendance à se creuser dans les années 1780, rendant la monarchie insolvable et livrée à ses créanciers. L’État est au bord de la banqueroute (Hincker). Les dépenses dépassent de près de 130 millions de livres les recettes ; le service de la dette absorbe plus de la moitié des dépenses. La guerre d’Amérique a coûté 2 milliards de livres. L’État ne peut plus emprunter ni honorer ses paiements. Il lui faut trouver de l’argent, soit en modifiant les impôts, soit en réformant structurellement le système fiscal. L’un et l’autre vont échouer entre 1785 et 1789.

147Le système fiscal passe pour l’un des plus efficaces d’Europe. La France est un pays riche, mais à quel prix ! Les impôts directs reposent essentiellement sur la classe productive, les privilégiés n’en payant qu’une partie réduite, particulièrement le clergé (don gratuit). Ils soulèvent les oppositions des communautés et des contribuables, acquis à une répartition plus juste.

148Les impôts indirects sont encore plus impopulaires. D’une part par leur multiplication : aides (vin), traites, sortes de taxes sur la circulation, surtout gabelle (80 millions, si inégale), timbre, tabac… Ils fournissent deux fois plus d’argent à l’État. La perception en est faite par une régie privée, la Ferme générale (40 pour un bail de cinq années), qui détourne une partie et ne paie au trésor qu’une avance limitée. Les fermiers généraux cristallisent la haine des 7 millions de foyers fiscaux.

149L’échec des réformes est dès lors prévisible. Nous avons vu échouer les notables et la subvention territoriale (Calonne, puis Brienne). Les parlements résistent au timbre, à l’emprunt forcé et font convoquer les États généraux. Une campagne de réformes naît de la connaissance du déficit et des moyens d’y remédier. Les doléances font de cette réforme profonde la priorité nationale. C’est donc bien la crise financière qui à conduit à l’épreuve de force politique. C’est cette crise que les constituants voudront dénouer en priorité.

Les grandes réformes de la Constituante

150La réforme du système fiscal découle directement de la crise, des doléances et des nouvelles logiques, qui débouchent sur de nouvelles contraintes. La « table rase » est le prélude à une réforme de fond.

151Les constituants suppriment graduellement, sans les remplacer, les impôts indirects, si impopulaires (32 fermiers généraux seront guillotinés, plus tard, car la Ferme est supprimée en mars 1791 seulement) : les aides, traites, octrois, péages pour libérer le commerce ; la gabelle (mars 1790) qui ôte près de 50 millions livres, problématique pour l’emploi (faux-sauniers). Il ne reste que l’enregistrement et le timbre qui rapportent d’ailleurs davantage. Le manque à gagner est considérable.

152Dans le même temps, les impôts indirects sont progressivement remplacés par d’autres contributions fondées sur les principes de la fin des privilèges et de la proportionnalité. Les anciens sont encore payés en 1789 (six mois) et 1790 par tous les Français. Entre novembre 1790 et mars 1791 disparaissent taille, capitation, vingtièmes. Le nouveau système est donc unifié.

153Les trois « vieilles » contributions (terme nouveau et symbolique) mises en place sont encore en vigueur de nos jours. La contribution foncière, le 23 novembre 1790, porte sur les revenus fonciers, proportionnelle aux sommes déclarées (les pays de taille personnelle). Fondée sur les déclarations anciennes, elle doit rapporter 240 millions de livres. La contribution mobilière, le 18 février 1791, porte sur les revenus des immeubles, les loyers, le luxe, les signes extérieurs de richesse (carrosse, train de vie), pour 60 millions de livres. Les patentes, le 2 mars 1791 concernent les revenus du commerce et de l’industrie. Les espoirs des Constituants vont être déçus par plusieurs dysfonctionnements et une application inefficace. L’assiette des contributions et la perception relèvent de fonctionnaires au sens de 1791, élus par les citoyens actifs, non directement par l’État Les répartiteurs sont désignés dans les communes, certains incompétents, d’autres sous influence, les recours étant moins stricts que sous l’Ancien Régime. Le lien fiscal reste dominant dans les communes, la solidarité et les résistances aux contributions aussi. Les receveurs des districts et des départements vont devoir recouvrir les arriérés, convaincre de payer des contributions impopulaires, malgré la baisse de la pression. Toute la propagande de la presse « populiste » se focalise sur cette question cruciale, comme La Feuille villageoise : « Si vous refusez l’impôt vous détruisez la liberté » ; « Le retard des impôts est la maladie actuelle de la France » (novembre 1791).

154L’application des réformes est difficile : les contributions rentrent mal au début 1792 (la moitié de la contribution foncière), d’autant qu’un mal nouveau va réduire leur valeur : l’inflation liée à l’introduction du papier-monnaie.

Grandeur et misère de l’assignat (1789-1797-an V)

155Les contributions rentrent mal, les expédients (emprunt patriotique, anticipations) ne marchant guère, le trou s’élargit encore. Il en va de la crédibilité de la Révolution et de la Constituante. Or, la France est riche (de monnaie, 2 milliards de livres, d’épargne et de terres). D’où l’invention de l’assignat…

Naissance (décembre 1789-août 1790)

156Un titre de propriété ? Le 2 novembre 1789, les biens du clergé sont mis à la disposition de la Nation (Talleyrand), soit plus de 6 % des terres du royaume, à charge de payer le clergé. Cela représente près de 1,5 millions d’hectares, plus de 2 milliards de livres de valeur, alors que le déficit est de 200 millions ! L’opération est simple : vendre les biens, faire rentrer l’argent, assainir les finances, grâce aux assignats. Ce sont des titres de propriétés portant le nom de l’acquéreur. En décembre 1789 on émet pour 400 millions de livres de bons de 1 000 à 5 000 livres, payés en argent ou en or. L’acquéreur met son nom : il peut, soit acheter des biens lors des opérations (métairies, domaines, couvents), à partir d’avril 1790, et les titres seront brûlés après usage (par la Caisse de l’Extraordinaire), soit conserver le titre et recevoir un intérêt de 5 %.

157Une opération saine ? L’affaire exige plusieurs conditions : la confiance dans l’avenir des terres achetées ; la rentrée rapide des capitaux ; la rentrée des impôts. L’urgence va conduire à modifier l’assignat, pour en faire du papier-monnaie.

L’assignat papier-monnaie

158La décision est prise en août 1790. L’idée est de répandre dans le public des bons et coupures de 100, puis de 50 et même 5 livres (en mai 1791), pour accélérer les opérations de vente. On en reste à 1,2 milliards soit moins que la valeur totale des biens. Mais le nom disparaît et une seconde fonction est introduite. L’assignat devient une monnaie, utilisable dans les échanges.

159Elle est concurrente du métal en circulation, argent et or (livres, écus). Elle est gagée sur les biens du clergé et sur la confiance des citoyens. Cela marche ailleurs (en Grande-Bretagne et Provinces-Unies). Mais l’expérience précédente de la Régence (1718-1721) fut particulièrement douloureuse et (à l’excès) impopulaire. Du système de Law à l’assignat, les Français ne sont pas préparés au papier-monnaie, qui ne débute pas dans les meilleures conditions.

Une évolution « politique » ?

160L’histoire de l’assignat se divise en trois phases inégales : la « chute lente » jusqu’à la période montagnarde ; la remontée éphémère ; et la « catastrophe » avec Thermidor.

161Un déclin progressif dure jusqu’en juillet 1793 : les courbes de dépréciation montrent une baisse de valeur régulière (?) par rapport à l’or, qui s’explique par des facteurs logiques : la cotation internationale, qui se dégrade avec la guerre, dépréciant la valeur papier ; les réflexes du système libéral où la mauvaise monnaie chasse la bonne (l’or). Les commerçants exigent le double prix, non la parité ; l’or et l’argent deviennent des valeurs refuges ; l’État accepte des assignats selon la valeur du marché et perd de l’argent. Il entre dans un engrenage : multiplier l’émission pour que l’argent rentre, mais déprécier davantage. On détruit par la vente, mais l’on fabrique plus. Les débuts sont prometteurs : en mai 1792 on n’a émis que 1,3 milliards, l’argent des biens rentre, la dépréciation limitée à 30 % !

162Lors de la guerre et de la chute de la Monarchie, les émissions augmentent (2 milliards, moins ce qui a été détruit, 150 millions) l’assignat a perdu 45 % de sa valeur, puis en un an il perd encore plus de 25 %. En septembre, 100 livres d’assignats sont échangés contre 28 livres en or ! Près de 5 milliards sont en circulation, alors que l’or se réduit. L’opération est devenue malsaine, malgré les réticences des politiques. Mais en trois ans le déclin est de 2 % par mois ! La Convention montagnarde va réagir…

163La deuxième étape présente une remontée « spectaculaire ». Pendant trois mois les montagnards vont tenter de rétablir la confiance, pour que l’argent (métal) rentre, que l’assignat soit accepté, ou l’or dévalorisé. Des mesures libérales consistent à accélérer la vente des biens de première et deuxième origine, un vrai succès foncier et politique. L’argent rentre bien, mais sous forme d’assignats, ou de faible paiement métallique. L’émission croît plus vite que la destruction, ce qui réduit la confiance. Un projet d’emprunt forcé sur les riches (proportionnel au revenu de 1 000 à 9 000 livres) rapporte, mais sept fois moins que prévu, 250 millions en quelle monnaie ? La contrainte économique est parallèle à la deuxième Terreur, par la loi des suspects : tandis que la fiscalité demeure modérée et proportionnelle (5 à 20 % des revenus), la répression vise les responsables du déclin, les « agioteurs » et spéculateurs ; En août, toute exigence en dessous de la valeur est passible de 3 000 livres d’amende, six mois de prison. En septembre, de la peine de mort. C’est pratiquement le cours forcé. Mais le métal se cache !

164On va alors se retourner contre le métal : le 13 novembre commence la chasse à l’or : les citoyens sont invités à déposer leur or (objets, valeurs) à la Convention (chasse au métal dans les églises), dans un élan national favorisé par la contrainte à l’égard de celui qui « dissimule, enfouit méchamment et à dessein des objets en or et en argent » (peine de mort et 5 % pour le délateur !). L’assignat commence à remonter quand le grand financier Cambon propose le 1er décembre de démonétiser l’or (assimilé au fumier), pour que l’agiotage disparaisse par la disparition de la monnaie concurrente. Mais la mesure est rapportée alors que l’assignat est remonté à 51 en janvier. Les possédants respirent, et la peine de mort est supprimée, dans le tournant de l’assignat, qui est aussi un tournant politique (quatre jours après la centralisation, six jours la liberté des cultes)… La troisième étape va de la « retraite » à la « chute libre ». Entre le 3 janvier (fin de la chasse à l’or) et le 27 juillet, l’assignat retrouve, par le déclin, sa valeur antérieure. En thermidor, il est autour de 30-35 %. Toutefois, la retraite n’est pas significative, et il ne circule encore que 5,5 milliards de livres.

165Les Thermidoriens entrent dans l’engrenage infernal de l’hyper inflation. Quand le maximum est supprimé les émissions ont doublé (11 milliards de livres) et l’assignat est à moins de 20 % de sa valeur initiale, sur un rythme de perte de 3 % par mois. La Bourse est alors rouverte en juillet 1795 (après deux ans de fermeture). Les émissions augmentent quand l’assignat plonge, décembre 1795, 34 milliards circulent, on fabrique ce qui ne vaut rien : les impôts sont payés en nature, le déficit est présent…

La double mort de l’assignat

166En février 1796, la planche à assignats est détruite Place Vendôme (45 milliards circulent, à 0,01 % de la valeur initiale !), mais les Directoriaux créent à la place des Mandats territoriaux le 18 mars, sur la valeur 1 livre en or = 30 assignats = 400 mandats. Mais il existe trois monnaies et le mandat parcourt en quelques mois le chemin de l’assignat. Le 21 juillet 1796, les mandats ne fonctionnent plus et le 4 février 1797 se termine l’histoire du papier-monnaie par la disparition du phénomène, comme de l’inflation. On se retrouve avec 350 millions de livres en métal, et la déflation.

167Les conséquences sociales ne peuvent être étudiées. Les analyses font défaut. Il est probable que les salaires ont été pénalisés pendant la phase d’hyper inflation. Les salaires ont été multipliés par 5,8, les prix par 8,2 entre 1790 et avril 1795, 30 et 60 en janvier 1796 ! La richesse acquise (loyers propriétaires, rentiers du sol et des immeubles) a été pénalisée, et des fortunes se sont faites (des biens acquis pour une bouchée comme le père Grandet de Balzac), et qu’à l’inverse les salaires ont profité de l’économie dirigée.

168Mais la réalité est dans le maintien d’un déficit fiscal de près de 250 millions de livres en 1796. Les assemblées successives ont été incapables de résoudre le problème auquel le Directoire va se consacrer, avec une certaine réussite…

Le retour à la normale

169L’œuvre financière du Directoire est sans doute l’une des plus positives à porter au crédit de ce régime discrédité ! La déflation suit l’inflation, avec des effets inverses. L’argent s’est caché ; la faiblesse monétaire pénalise les prix. Les salaires sont moins pénalisés en raison de la demande. Des techniciens mettent en place les réformes comme Ramel-Nogaret et François de Neufchâteau. Le régime privilégie la réorganisation et la statistique.

170La réforme du système se fait lors du second Directoire. En 1798, les directeurs créent une Agence des Contributions directes, un corps de fonctionnaires nommés, révocables, de receveurs et de trésoriers-payeurs généraux dans les départements. Désormais l’assiette relève de cette Agence, même si la perception est toujours faite par des citoyens adjudicataire de la commune.

171Pour compléter les impôts directs est créé un quatrième impôt, quatrième « vieille » sur les portes et fenêtres, pour frapper la fortune personnelle et mobilière dans ses signes extérieurs (novembre 1798, 4 frimaire an VII) ! Il demeurera jusqu’en 1914 et l’impôt sur le revenu…

172Le retour de la fiscalité indirecte a été plus délicat, allant à l’encontre des principes de 1789. On commence en l’an VI par le droit de timbre sur les cartes à jouer, puis les tabacs en brumaire an VII, puis les octrois, taxes indirectes (feu en juillet 89 !) là où les recettes sont insuffisantes, puis les péages ou prix des places de voyageurs. Dans ces domaines, le Directoire a tracé la voie des réformes impériales et de la fiscalité indirecte. De même dans la guerre de conquête, le pillage des pays occupés renfloue les caisses de l’État.

173À la fin du Directoire, par des procédés divers (et parfois peu avouables) le déficit fiscal est réduit à près de 60 millions Francs contre 120 millions de livres en 1787, le « trou » est presque comblé. La question financière a constitué l’un des facteurs de radicalisation de la Révolution, un révélateur des tensions politiques et sociales. Mais l’œuvre des parlementaires de la décennie frappe par sa modernité, en matière de fiscalité directe, de crainte de l’inflation, même si les Français ont payé moins d’impôts directs et pratiquement plus d’impôts indirects pendant la plus grande partie de cette période (heureuse ?) !

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacqueries, Paris, Société des études robespierristes, 1996.

Gérard Beaur, Histoire agraire de la France au xviiie siècle, Paris, SEDES, 2000.

Yves-Marie Berce, Révoltes et révolutions dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, PUF, 1980.

Jacques Bernet, « Les grèves des moissonneurs ou “bacchanals” dans les campagnes d’Île-de-France et de Picardie au xviiie siècle », Histoire et sociétés rurales, 11, 1999, p. 153-186.

Serge Bianchi, Michel Biard et alii, La terre et les paysans en France et en Angleterre du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1999.

Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village, Paris, CTHS, 2003.

Olivier Blanc, La dernière lettre. Prison et condamnés sous la Révolution, Paris, Robert Laffont, 1984.

Bernard Bodinier et Eric Teyssier, La vente des biens nationaux, Paris, CTHS, 2000.

Paul Bois, Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans le département de la Sarthe, Paris, EHESS, 1984.

Victor Daline, Gracchus Babeuf, Moscou, Éditions du progrès, 1976.

Maurice Dommanget, Sur Babeuf et la Conjuration des Egaux, Paris, Spartacus, 1970.

Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne, 1788-1794, Paris, Flammarion, 1988.

Daniel Guerin, La lutte de classes sous la Première République, Paris, Gallimard, 1968.

François Hincker, La Révolution française et l’économie. Décollage ou catastrophe, Paris, Nathan, 1989.

Guy-Robert Ikni, « La question paysanne dans la Révolution française. Pour une vision synthétique », Histoire et sociétés rurales, 1995, 4, p. 177-210.

Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848, Lille, P.U. Lille, 1987.

Anne Jollet, Terre et société en Révolution, Paris, CTHS, 2000.

Michel Lagree, Tombes de mémoire. La dévotion populaire aux victimes de la révolution dans l’Ouest, Rennes, Apogée, 1993.

Georges Lefebvre, La Révolution française, Paris, PUF, 1963.

Ivan Vasilevitch Louchitsky, Propriété et vente des biens nationaux en France, Paris, CTHS, 1999.

Marcel Marion, La vente des biens nationaux pendant la Révolution française, Paris, Champion, 1908.

Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Paris, Seuil, 1987.

Albert Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Payot, réed. 1973.

Jules Michelet, La Révolution française, Paris, 1847-1853, 7 vol.

Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, 1985.

Claude Petitfrere, Vendée et Vendéens, Paris, Julliard, Archives, 1981.

George Rude, La foule dans la Révolution française, [1959], Paris, Maspero, 1982.

Albert Soboul, Problèmes paysans de la Révolution, Paris, Maspero, 1976.

Donald Sutherland, Les Chouans : les origines sociales de la contre-révolution populaire en Bretagne, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1990.

Adolphe Thiers, La Révolution française, Paris, 1823-1827, 10 vol.

Edward Patrick Thompson et alii, La guerre du blé au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique, Paris, Éditions de la Passion, 1988.

Charles Tilly, La Vendée, Paris, Fayard, 1970.

Nadine Vivier, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France (1750-1914), Paris, Presses de la Sorbonne, 1999.

Anexos

Annexe. LES CAUSES DE LA GUERRE DE VENDÉE

Aux officiers municipaux d’Ancenis.

Frères et Amis, la patrie est dans le plus grand danger. De toutes parts le sang coule à flots et le glaive de la guerre civile ne fait encore que commencer à nous frapper.

Une division alarmante désole les villes et les campagnes et leur ruine est inévitable, si on refuse de nous entendre.

C’est nous qui, du produit de nos sueurs et de nos travaux, alimentons les villes. Elle : doivent, par reconnaissance autant que par humanité, se concerter avec nous et soutenir nos intérêts […].

Voici nos sujets de plaintes, et nous ne vous dissimulons pas que nous ne rentrerons dans nos foyers que lorsqu’on aura accédé à nos demandes.

La Milice ayant été abolie, nous ne souffrirons jamais ni choix ni tirage qui nous enlève de force à la culture de nos terres. Il n’y a plus de liberté quand, à main armée, on nous arrache du sein de nos familles, pour nous transporter malgré nous sur des terres étrangères.

Nous ne sommes pas libres dans l’exercice de notre religion ; lorsque nous manquons de ministres, et qu’on nous en donne en qui nous ne pouvons nous confier ; car on ne commande pas à sa conscience […].

Nous désirons être libres d’avoir auprès de nous des prêtres que nous jugerons dignes de notre confiance et de leur faire le sort que nous voudrons.

Nous ne demandons point le retour des rentes seigneuriales, nous ne sommes pas les amis des despotes ; nous sommes trop contents de voir nos terres ci nos personnes affranchies de toute servitude.

Nous demandons une diminution d’impôts, que nous bornons à la suppression de la contribution mobilière et des patentes, parce que ces deux impôts nous paraissent injustes et qu’ils tombent sur la classe la moins fortunée.

Jugez, frères et amis, si nos demandes ne sont pas légitimes et si nous n’avons pas lieu de nous plaindre.

Réunissez-vous donc à nous pour nous soutenir, et vous allez voir arriver la paix ; nous goûterons ensemble les douceurs de la fraternité, et le sang ne coulera plus parmi nous.

Votre réponse va décider de cette journée.

Déclaration des attroupés de la commune de Houdan,
qui assiègent la ville d’Ancenis (Loire-Inférieure), le 13 mars 1793
(cité dans Yves-Marie Bercé, Croquants et Nu-Pieds, Paris, Gallimard, 1974).

Annexe. LES JOURNÉES DE LA FAIM À PARIS

Insurrection du peuple, pour obtenir du pain et reconquérir ses droits.

Le peuple, considérant que le gouvernement le fait mourir inhumainement de faim ; que les promesses qu’il ne cesse de répéter sont trompeuses et mensongères ;

Considérant que chaque citoyen se trouve réduit à envier le sort infortuné de ceux que la famine entasse journellement dans les tombeaux ;

Considérant que le peuple ne rend coupable envers lui-même, envers la génération future, s’il ne et hâte d’assurer sa subsistance et de ressaisir ces droits ;

Considérant que le gouvernement est usurpateur, injuste et tyrannique, quand il fait arrêter arbitrairement, transférer de cachots en cachots, de communes en communes, et massacrer dans les prisons ceux qui ont assez de courage et de vertu pour réclamer du pain et les droits communs ;

Considérant qu’un gouvernement usurpateur et tyrannique ne fonde ses espérances criminelles et sa force que sur la faiblesse, l’ignorance et la misère du peuple ;

Considérant qu’un gouvernement aussi atroce ne peut subsister qu’autant qu’on a la faiblesse de le craindre et de lui obéir ;

Considérant que la cavalerie que le gouvernement à tiré de nos armées pour les affaiblir, n’a pas voulu prêter serment de fidélité à la tyrannie, mais au peuple qu’elle a juré de défendre ;

Considérant que les républicains des départements et des armées ont les yeux fixés sur Paris, qui deviendrait devant eux responsable de tout retard ;

Considérant que l’insurrection est pour tout un peuple et pour chaque portion d’un peuple opprimé le plus sacré des droits, le plus indispensable des devoirs, un besoin de première nécessité ;

Considérant qu’il appartient à la portion du peuple la plus voisine des oppresseurs de les rappeler à leurs devoirs, en ce que par sa position elle connaît mieux la source du mal ;

Le peuple arrête ce qui suit :

Art. Ier. Aujourd’hui, sans plus tarder, les citoyens et les citoyennes de Paris ne porteront en masse à la Convention nationale pour lui demander « Du pain » ;

2. L’abolition du gouvernement révolutionnaire, dont chaque faction abuse tour à tour pour ruiner, pour affamer et pour asservir le peuple ;

3. Pour demander à la Convention nationale la proclamation et l’établissement sur-le-champ de la constitution démocratique de 1793 ;

4. La destitution du gouvernement actuel, son remplacement instantané par d’autres membres pris dans le sein de la Convention nationale, et l’arrestation de chacun des membres qui composent les comités actuels de gouvernement comme coupables du crime de lèse-nation et de tyrannie envers le peuple ;

5. La mise en liberté, à l’instant, des citoyens détenus pour avoir demandé du pain, et émis leur opinion avec franchise ;

6. La convocation des assemblées primaires au 25 prairial prochain, pour le renouvellement de toutes les autorités, qui, jusqu’à cette époque, seront tenues de se comporter et d’agir constitutionnellement ;

7. La convocation de l’assemblée nationale législative, qui remplacera la Convention pour le 25 messidor prochain.

Art. II. Pour l’exécution du précédent article et des suivants, il sera conservé envers là représentation nationale le respect da à la majesté du peuple français, il sert pris les mesures nécessaires pour que la malveillance ne puisse enlever, outrager, ni engager dans de fausses démarches les représentants du peuple. En conséquence, les barrières seront à l’instant formées à cet effet.

Les personnes et les propriétés sont mines nous la sauvegarde du peuple.

Art. III. Ceux des représentants qui se trouveraient entraînés hors de leur poste, soit en costume ou de toute autre manière, seront sur-le-champ remis au sein de l’assemblée et mis nous la sauvegarde du peuple.

Art. IV. Le peuple s’emparera des barrières, de la rivière, du télégraphe, du canon d’alarme, des cloches destinées pour le tocsin, et des tambours de la Garde nationale, afin qu’il n’en puisse être fait aucun usage. Des citoyens chargés de l’approvisionnement de Paris auront seuls la permission de sortir de Paris et d’y entrer, tant que durera l’insurrection. Des certificats leur seront délivrés par un comité formé d’un commissaire nommé par chaque section. Ce comité sera responsable des certificats qu’il expédiera.

Tout approvisionneur externe ce fera reconnaître aux barrières en entrent et en sortant. Les courriers entreront, mais ils ne sortiront point jusqu’à nouvel ordre.

Art. V. Les canonniers, la gendarmerie, les troupes a pied et cheval qui sont dans Paris et aux environs, sont invités à se ranger sous les drapeaux du peuple et à s’unir avec lui par les liens de la fraternité, pour reconquérir les droits communs.

Art. VI. Tout agent du gouvernement, tout fonctionnaire civil ou militaire, tout particulier qui tenteraient de s’opposer aux mesures indiquiez dans le présent arrêté, seront regardés comme ennemis du peuple et punit coins tels. Tout pouvoir non émané du peuple est suspendu. Tout agent ou fonctionnaire du gouvernement qui n’abdiquera pas sur le champ ses fonctions sera considéré comme participant à la tyrannie et puni comme tyran.

Art. VII. Quiconque proposerait de marcher contre le peuple, de l’outrager d’une manière quelconque, soit en masse soit dans un seul de ses membres, sera regardé comme ennemi de la liberté et traité comme tel…

Art. X. Le mot de ralliement du peuple est : Du pain et la constitution démocratique de 1793 ; quiconque, durant l’insurrection ne portera pas ce mot de ralliement écrit à la craie sur son chapeau, sera regardé comme affameur public et ennemi de la liberté…

Art. XI. Il sera fait une Adresse à nos frères des départements et des armées, pour les instruire des motifs et du succès de la révolution, ainsi que des moyens pris pour assurer le bonheur national.

Convention nationale, séance du 1er prairial an III (20 mai 1795).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540