Version classiqueVersion mobile

Des révoltes aux révolutions

 | 
Serge Bianchi

Deuxième partie. Révoltes, révolutions et prérévolutions en europe

Chapitre VI. Mythes et théories du « despotisme éclairé »

Texte intégral

1Entre 1740, la venue au pouvoir de Frédéric II de Prusse (et de Marie-Thérèse d’Autriche), et 1786 s’établit un modèle de gouvernement des états et des peuples qualifié de « despotisme éclairé » par l’historiographie allemande des années 1840. Ce modèle a concerné une dizaine d’états européens, de la Suède au Portugal, à partir de principes et de réformes communs, mais selon des formes adaptées à la personnalité de chaque souverain et à l’« esprit » des peuples touchés. Nous pouvons croiser une approche conceptuelle et des exemples de cas précis pour définir la nature et les champs d’action du « despotisme éclairé », les mythes et les raisons d’un échec final face à la multiplication de révoltes contre le josephinisme, avant que n’éclate la Révolution française.

Les paradoxes d’un concept

2L’association paradoxale des deux termes « despotisme » et « éclairé » est un héritage de l’analyse d’historiens allemands, au moment du printemps des peuples (1847-1848) et de centenaire du pouvoir de Frédéric II. Le rayonnement du roi de Prusse a été tel pour l’Europe de son temps que l’on pourrait parler de « siècle de Frédéric » pour qualifier politiquement le siècle des Lumières (à l’image du siècle de Louis XIV pour la période 1661-1715). Ce serait négliger les nombreux états du continent qui partagent un modèle dont la Prusse passe pour l’exemple le plus abouti. Cet « espace des despotes éclairés » s’étend de la Russie de Catherine II au Portugal de Pombal, en passant par l’Espagne de Charles III, la Toscane, le Suède… Tous les dirigeants tentent parallèlement de « régénérer » leur état, dans des domaines et selon des principes communs. Tous proposent des réformes par rapport à l’Ancien Régime, provoquant des réactions différenciées, des couches et des peuples concernés, de l’acceptation aux révoltes. En théorie, l’Angleterre et la France sont exclus de ce « modèle », la première en raison de l’avancée parlementaire du régime, le second selon le blocage de l’absolutisme, encore que le « despotisme ministériel » soit une variante possible du « despotisme éclairé ». Mais on constate une « mode » des voies et des méthodes communes aux gouvernants face aux problèmes conjoncturels et permanents : peut-on parler dans ces conditions de despotisme éclairé ?

3Le choc simple de ces deux termes aurait du normalement interdire leur utilisation conjointe en matière de droit, de science politique ou d’usage courant. Quoi de plus éloigné, en apparence que le despotisme et les Lumières ? D’Aristote à Montesquieu, les penseurs politiques n’ont eu de cesse de donner des sens péjoratifs aux mots « despote » et « despotisme ». Fénélon emploie, en 1699, l’expression « despotisme tyrannique des souverains » pour critiquer l’absolutisme. Depuis Aristote, nombreux sont ceux qui voient une perversion de la monarchie dans le despotisme. Montesquieu est particulièrement critique à l’égard du despotisme, mode de gouvernement à part entière après la monarchie et la république, mais résultant à ses yeux d’une corruption anormale d’un régime tempéré. Qu’il soit monarchique ou démocratique, le despotisme se caractériserait par l’absence de règles et de police dans un état, dénaturant le principe et le moteur d’un bon gouvernement (« despotisme d’un ou de tous »). Tout gouvernement se devrait de respecter les lois fondamentales conformes à l’esprit et au génie d’une nation. Le bon monarque doit être tempéré par des contre-pouvoirs et des corps intermédiaires : « Point de noblesse, point de monarque mais on a un despote » écrit Montesquieu, tenant d’un pouvoir parlementaire (en France) qui jouerait le rôle de représentants de la Grande-Bretagne. C’est dire que le despote serait incompatible avec les Lumières, si on interprétait celles-ci en termes d’utopie politique tendant à un gouvernement voué au bonheur de tous, voire représentant la volonté générale. Tel n’est pas le cas des conceptions politiques d’une grande partie des philosophes.

4Si l’on qualifie le « despotisme éclairé » de rencontre (conjoncturelle) entre des souverains et un ensemble d’idéaux politiques porté par l’esprit du siècle, les choses deviennent plus claires, sinon évidentes. Les Lumières véhiculent une conception générale du « bien » à apporter aux peuples : raison, progrès, lois, et « bonheur ». Ce mieux vivre dépend également d’une certaine garantie des droits et des libertés. Ces idéaux sont indépendants d’une conception « religieuse » classique de la monarchie de droit divin. D’où la rupture avec le modèle Louis quatorzien, même si l’alliance du trône et de l’autel peut être renforcée dans les cas de la Russie et de la Pologne, orthodoxe et catholique ! La deuxième composante du despotisme tient à la vision des rapports entre le pouvoir et le peuple, en référence à des penseurs aussi différents que Hobbes et Rousseau. Pour le premier, les sujets composant le peuple doivent renoncer à leur « liberté » naturelle et les confier à un Léviathan, qui garantira par sa toute-puissance ce qui ne relève pas de la conduite de la politique (propriété, école, charité…). Pour le second, la démocratie n’est pas viable dans les grands États, même si l’idéal du législateur n’est pas un monarque (1762). Pour Voltaire, voire Diderot, les lois (le « despotisme légal ») ne suffisent pas pour conduire les hommes. Seuls, des monarques, des hommes « hors du commun » échappent aux lois de Dieu, peuvent pratiquer l’art de gouverner et de contribuer ainsi au mieux-être de leurs sujets. Ces conceptions entrent dans une science de la politique présente dans l’élite réformatrice de la « République des lettres » comme dans les écrits de l’école physiocratique. Dans le cas de la France, on parlera d’une variante, le « despotisme ministériel », de Turgot à Brienne. L’Angleterre est hors du cadre commun car elle présente deux différences avec les États du continent : une bourgeoisie intégrée aux mondes des affaires et de la politique et une opinion publique prompte à s’indigner des abus du despotisme, dans la logique de la Glorieuse révolution de 1688 et de la lecture de John Locke. En France, la réaction aux tentatives du despotisme est menée par la Fronde « parlementaire » et une opinion incomplètement « publique », dépendant d’une conception du corps politique et du contrat (de droit divin) différente des états gouvernés par les « despotes éclairés ». Car le despotisme ne peut être efficace qu’exercé sur des peuples considérés comme en retard sur les valeurs et les idéaux de Lumières. Dans sa pureté conceptuelle, le modèle de l’état à réformer serait la Chine, selon le maître à penser des physiocrates Quesnay (Le despotisme de la Chine, 1767). L’état, au cœur de la théorie du despotisme éclairé, doit utiliser des méthodes (lois, code, édits) permettant de donner « tout au peuple » (le progrès et le bonheur) mais pas « par le peuple », en refusant tout recours (révolutionnaire ?) au concept de la volonté générale défini par Rousseau en 1762. Le but suprême de ces « techniciens autoritaires de la raison appliquée » serait de combler le retard (administratif, économique) avec un pays comme l’Angleterre en se mettant en phase avec l’esprit des Lumières.

5Les hommes et la femme que l’on qualifie de despotes éclairés se mettent à l’école de la philosophie par l’entremise de précepteurs, des professeurs et de conseillers proches comme Christian Wolf pour Frédéric II. Ils deviennent des consommateurs assidus de la « République des lettres » et des sciences qui diffuse sa culture dans le monde de la pensée politique. Ils en sont parfois acteurs comme écrivains ou musiciens (l’Anti-Machiavel de Frédéric II et sa virtuosité de compositeur). Le roi-philosophe se doit de courtiser les maîtres à penser de son époque. On pense aux relations ombrageuses de Voltaire et de Frédéric en Sans-Souci, de Catherine et de Diderot, voire de Grimm. La tsarine a lu et médité, comme les autres têtes couronnées les belles pages de l’Encyclopédie, Locke et Montesquieu.

6La mode des voyages incognito de souverains dans les capitales des Lumière, générée par Pierre le Grand (un précurseur du despotisme éclairé ?), est suivie par Frédéric comme par Joseph, dans leur jeunesse ! Le souverain fréquente les milieux et les espaces cosmopolites qui diffusent les Lumières. Il y trouve des éléments pour forger une « science du gouvernement », détachée de la représentation du monarque absolu (et arbitraire), mais conservant la condition première : la fonction royale définie comme un « métier » (Bossuet, 1685), confie au « premier serviteur de l’état » (Frédéric) et au « guide » de son peuple vers le bonheur. D’une certaine manière, les despotes esclaves renouent avec les notions de bien public et de bonheur présentes dans l’Utopie de Thomas More, dès 1517, à l’aube de la Renaissance. Catherine, Frédéric, Joseph et d’autres ont médité les traités de droit naturel de Beccaria, dont ils admirent le Traité des délits et des peines (1764). Lorsque Catherine II publie le Nakaz de 1767, comme manifeste des réformes à venir, 350 articles sont directement inspirés de Montesquieu et de L’Esprit des lois (1748). Baignant dans les milieux intellectuels de leur époque (loges, académies) des despotes profitent de la gloire des philosophes dont ils reprennent certaines idées, partageant une méfiance ou un pessimisme certain au sujet de l’éducation populaire, au nom de la compétence et de l’excellence d’une République des lettres méritocratique, à talents.

7L’analyse du contenu « moyen » des réformes du despotisme éclairé permet de construire une théorie de la « science du gouvernement », et à partir d’étude de cas, d’éclairer les raisons de succès ponctuels et l’échec final. Le manque de notoriété ne doit pas masquer la hardiesse de réformes dans des états comme la Toscane, la Suède, même si on met toujours l’accent sur les trois puissances de l’Est de l’Europe : la Prusse de Frédéric, la Russie de Catherine et l’Autriche de Joseph II (et de Marie-Thérèse).

Une science du gouvernement et de la police

8Le despote éclairé entend moderniser et nationaliser l’appareil de l’état, qui doit passer au service de la collectivité pour que le contrat soit respecté : « l’état, ce n’est plus moi » affirme Catherine pour prouver que le monarque n’est pas propriétaire de sa charge. À l’image du souverain, les administrateurs seront responsables, même révocables, ce qui nécessite l’abolition de la vénalité des charges. Des commissaires du gouvernement, dépendant directement de la Couronne et non des ministres, et parallèlement plus à l’écoute des populations locales, sont nommés en Prusse comme en Autriche. Ils doivent répondre aux besoins essentiels d’un État moderne : la démographie, les finances, la cohésion nationale et militaire. L’encadrement nécessaire des populations exige une rationalisation des réseaux routiers sous la direction de corps de techniciens de valeur à l’image des Ponts et Chaussées français (1747). L’administration fiscale s’inspire de l’efficacité du modèle français de la Ferme générale, malgré ses abus, les privilèges de ses financiers en moins. Ces réformes, communes à l’ensemble des états régis par des despotes éclairés, portent moins l’empreinte des Lumières que les mesures spectaculaires qui tendent à former des citoyens en lieu et place des sujets de l’Ancien Régime.

9La progression de l’esprit du siècle se marque par l’abolition des contraintes et des blocages « absolutistes », au nom du respect d’un certain nombre de libertés, publiques ou privées. Le rayonnement intellectuel de la cour, appuyé sur la pratique d’un mécénat omniprésent (« la Semiramis du nord » est le surnom de Catherine) s’accompagne d’une relative liberté d’expression et d’un relâchement de la censure. Les philosophes peuvent fréquenter les cercles du despote éclairé sans risquer la mise à l’index ou la condamnation – pour idées subversives – par le Parlement, cas fréquents dans la France de Louis XVI. Le Nakaz de la tsarine, porteur de réformes tardives, a bien été frappé d’interdiction par le Parlement de Paris ! Berlin (et Postdam), Vienne, Saint-Pétersbourg, mais aussi Florence deviennent des foyers de diffusion des Lumières, au moyen d’une presse plus large qu’en France, à visée d’éducation des élites rurales dans une logique physiocratique, voire populiste. À la liberté d’expression est liée la liberté de la personne. Sans aller jusqu’à suivre l’exemple de la Toscane, premier état moderne à abolir la pensée de mort (en 1782) sous l’égide du futur Léopold II d’Autriche, la torture individuelle est interdite dès les années 1750 en Autriche, avant la première mesure française relative à la torture préalable (en 1787). La grande idée de Beccaria (1764) de proportionner les peines aux délits inspire les projets de codes réglant les relations entre l’état et les citoyens, comme celui de Coccegi en Prusse. Il s’agit de détacher les populations de l’arbitraire du monarque et des corps privilégiés en garantissant, autant que possible la sûreté (sécurité) de l’individu et la préservation de sa liberté. D’où la progression de l’idée essentielle de la tolérance, même dans les états absolutistes, le respect de la diversité des façons de croire des peuples l’emportant sur le lien organique entre l’état, l’église officielle et « le » peuple. Frédéric donne l’exemple éclatant d’un souverain qui s’affiche à une loge maçonnique et ne fréquente plus les lieux de culte. Catherine de Russie est très éloignée des pratiques strictes de la foi orthodoxe. Mais Joseph II reste profondément croyant et pratiquant. Il n’en promulgue pas moins des édits de Tolérance à l’égard des protestants (1781) et des juifs (1782) de l’empire d’Autriche rejoignant ainsi Frédéric, indifférent à la pratique religieuse des communautés de son royaume, à condition qu’elles respectent les priorités de l’état. Selon le cas respectif, des non-protestants et des non-catholiques reçoivent un état civil et le droit d’exercer des professions jusque-là interdites ou réservées. Ce nouveau climat contraste avec les affaires religieuses si médiatisées de la France non catholique (Sirven, La Barre), dans de nouveaux rapports entre les despotes éclairés et la religion.

10Dégagés des dogmes des religions révélées, les despotes éclairés s’engagent sur la voie de la laïcisation, rompant le cordon qui continue à rattacher un roi de France à l’appareil d’église. Tout souverain éclairé se doit de rationaliser les manières de croire, d’adapter les fêtes et les pratiques de dévotion populaire (le calendrier liturgique) aux nécessités d’un état moderne. Joseph II va plus loin encore en supprimant les ordres contemplatifs (1787) et en sécularisant un clergé passant au statut de fonctionnaire, salarié par l’état, formé dans les séminaires publics. L’état doit se charger de la promotion d’une éducation « publique » des élites, voire d’une partie des couches populaires, même si celle-ci avantage la langue « nationale » du souverain. Un ministère de l’éducation est créé en Pologne ; des universités, des gymnases, des écoles techniques se multiplient en Prusse et en Allemagne, alors que la lutte contre l’analphabétisme (au nom de la langue allemande) bat son plein dans les états autrichiens. De Naples à Riga, chaque centre monarchique tend à s’inspirer du modèle anglais de sociabilité intellectuelle (et du modèle du rayonnement philosophique) par l’essor des sociétés de pensée, des réseaux intellectuels, afin de s’insérer dans la « République » européenne des lettres, des sciences et des arts. L’encyclopédisme affiché, l’appel aux célébrités (académiciens, architectes, mathématiciens) participent de cet élan vers la Raison et les Lumières que les despotes éclairés entendent incarner dans leur personne et leur politique, dans un climat de rivalité permanente, par ailleurs.

Utilitarisme et mieux-être

11Les réformes sociales sont probablement la marque la plus spectaculaire du despote éclairé, soucieux d’assurer en parallèle le mieux-être des populations et le respect utilitaire des intérêts de son état, dans les logiques physiocratiques et « libérales ». Parmi ces réformes les plus significatives se placent l’abolition du servage et les possibilités d’accès à la terre données aux couches de la paysannerie. La question se pose particulièrement dans ces États de l’Est de l’Europe où les masses paysannes sont sous la double tutelle d’une administration fiscalement prédatrice et des seigneuries haut-justicières dotées de pleins pouvoirs. En Prusse, l’abolition du servage dans les domaines de la Couronne vise à favoriser l’émergence d’une couche de petits propriétaires, susceptibles d’appliquer les techniques modernes d’amélioration de la productivité, donc de satisfaire aux impôts et au service armé. Joseph II va plus loin encore en abolissant le servage – contre le rachat des redevances – dans l’ensemble des pays dominés par l’Autriche. Il abolit également la plupart des corvées seigneuriales que Frédéric conseillait simplement de réduire. Ces mesures, copiées dans d’autres états sont inspirées par la vogue de l’agronomie (à partir des années 1760), du développement des sociétés d’agriculture et d’une rationalisation des structures et des pratiques agricoles qui irait plus loin que les édits libéraux imposés dans les pays absolutistes comme la France. Améliorer le statut juridique de la paysannerie, lui ouvrir un accès même limité à l’éducation vont dans le sens des intérêts de l’état, en ralliant des populations particulièrement sensibles aux excès du recrutement militaire et aux abus de la fiscalité.

12Du point de vue social, le despote éclairé se doit d’œuvrer pour une certaine égalité civile, en ouvrant aux élites bourgeoises, voire roturières des postes et des charges jusque-là accaparés par les privilégiés. Cette recherche d’un compromis par le haut des élites, selon le modèle britannique, est centrale dans le despotisme éclairé. Suggérée par Joseph II, une telle direction n’est pas respectée, c’est le moins que l’on puisse dire, dans des états comme la Pologne de Stanislas, la Russie de Catherine, voire la Prusse de Frédéric. Il s’agit probablement d’un point de conflit, sinon de divorce entre le despotisme et des Lumières particulièrement sensibilisées à la promotion du mérite au détriment de la naissance. Peser les limites et les contradictions du concept du « despote éclairé », c’est envisager l’accueil différencié des peuples à de telles politiques, en terme de réception, de résistance ou de révoltes.

Blocages et révoltes

13Dans la réalité, les volontés réformatrices de la dizaine de souverains qualifiés de « despotes éclairés » se heurtent à des impératifs ou à des blocages incompatibles avec le respect des principes de base. C’est évident en ce qui concerne « Frédéric le Grand » obnubilé par un désir de puissance militaire, territoriale et fiscale hérité de son père. Cela l’est probablement davantage encore pour Catherine II, dont l’utopie du début du régime se dissout dans une politique rendue vers le contrôle d’un État pluriethnique et l’obsession de l’extension vers la Baltique, la Méditerranée et le Pacifique. Que pèsent alors les aspirations des individus et les droits des peuples ? De quel « éclairage » s’agit-il quand la Prusse et la Russie maintiennent, voire renforcent le cordon reliant l’appareil d’état à la grande noblesse, terrienne, militaire ou de race ? Celle-ci conserve des prérogatives sociales incompatibles avec l’idéal d’égalité civile et de reconnaissance du mérite, ou avec le « bonheur » de la plus grande partie des administrés. Dans ces conditions, la féodalité et le servage (privés) se maintiennent ou s’aggravent, en lieu et place de la « nécessaire » émancipation juridique et intellectuelle des masses paysannes, générant des révoltes rurales, dont la Pougatchevina en 1773. Les philosophes vont se détourner progressivement des « despotes » dans les années 1770, une fois épuisée la fascination pour leurs qualités intellectuelles. Diderot n’a plus de mot assez dur envers le « renard de Postdam » (Frédéric) ou la « tartuffe en jupons ». Joseph II devient alors le refuge de ceux qui croient encore possible cette science du gouvernement au service des idéaux des Lumières. Les « despotes » qui ont débuté leur règne sous l’égide de Locke et de Beccaria deviennent de plus en plus autoritaires, et passent de la défense du droit naturel à l’incarnation d’une raison d’état qui renvoie plutôt au Leviathan de Hobbes, au détriment des libertés publiques. De façon tragique, Joseph II subit ses échecs les plus lourds lorsqu’il tente d’appliquer les mesures les plus conformes à l’esprit du siècle, au point d’exiger pour son épitaphe la formule suivante : « Ci git Joseph II qui fut malheureux dans toutes ses entreprises. » Il faudrait peser dans cet échec final la part des résistances et des révoltes des corps visés par les réformes (église, corporations, élites) et celle des maladresses du souverain et de ses conseillers. Ce sont les « despotes éclairés » qui portent les coups les plus rudes aux projets de paix perpétuelle en Europe et de respect des droits des peuples à la non-ingérence, dans le singulier partage de la Pologne des années 1770 (le premier). Les visées impérialistes (?) de Frédéric et de Catherine situent l’impasse, voire l’imposture du concept initial. Au même moment s’effondre d’ailleurs le despotisme ministériel à la française, celui d’un Turgot tentant de moderniser l’appareil d’état et les structures économiques et sociales d’un pays confronté à des blocages permanents. Les gouvernements respectifs se replient alors que des politiques « nationalistes », centrées sur la prééminence de l’allemand ou du russe, oublieuses des traditions et des spécificités des peuples, allogènes ou exogènes. Au moment où l’indépendance des États-Unis d’Amérique ouvre des perspectives nouvelles pour l’affirmation du droit naturel, de la résistance à l’oppression et l’égalité civile, la Prusse et la Russie tournent le dos aux Lumières et se posent comme les fossoyeurs des mouvements révolutionnaires dans les années 1780. La Prusse atteint près de 6 millions de « sujets » en 1786 (contre 1,5 en 1713), une centralisation « absolutiste » dans les domaines de la fiscalité et des levées d’hommes, sans que ce soient modifiées les structures sociales et économiques dans les grands domaines de l’Est. Les initiatives d’une bourgeoisie libérale ont été étouffées par un souverain qui s’appuie sur la noblesse, méprise l’opinion publique, favorise l’illuminisme et des spéculations étrangères aux Lumières. Dans le même temps, les impasses politiques, sociales et économiques laisseront la Prusse en position de faiblesse face à la France révolutionnaire et impériale. Le bilan du règne de Catherine II est encore plus « cruel », au regard des prémisses. Elle n’a pas changé une société russe qui conserve l’unité de foi, le serment et l’enseignement religieux, plus par calcul de la souveraine que par des convictions personnelles. Au lieu de réduire les privilèges de l’aristocratie de fonction, elle s’appuie après la répression de la Pougatchevina sur une « caste nobiliaire » de plus en plus fermée, maintenant les élites urbaines non nobles dans un statut subalterne, dans un « pays sans tiers état » (Madame de Staël). Au lieu d’atténuer le servage et la corvée, la domination féodale des barines se fait plus lourde, accentuant les décalages avec les paysanneries de l’Ouest de l’Europe. Le renforcement de l’autocratie mène l’ancienne « philosophe » à une haine irréductible d’une révolution française (et avant de l’américain) qualifiée de « gangrène de l’Europe », dès 1791.

14Les propos sur l’anarchie révolutionnaire résonnent comme un manifeste de la contre-révolution, au nom des droits de Dieu et des têtes couronnées. Sous le Directoire, Catherine exigera de tout sujet russe un serment de haine à la Révolution et prendra la tête d’une véritable « croisade » contre les principes de la « peste française ». Les pentes prises par les principaux despotes éclairés se sont écartées dans des directions contraires. Du côté de la Russie, le renforcement de l’autocratie s’accomplit dans le mépris de larges couches populaires et d’ethnies dont il ne s’agit plus d’assurer la conduite vers le bonheur, même d’en haut. La volonté de puissance nationaliste se conjugue avec le repli sur les forces les plus traditionnelles et les plus conservatrices, au détriment des utopies de « régénération » par les dernières, l’éducation et la formation d’une opinion publique. Les révoltes sont étouffées dans la négation des droits naturels élémentaires. Du côté de l’Autriche, le joséphinisme échoue car il ne peut s’appuyer sur une opinion publique éclairée, susceptible de soutenir des réformes imposées d’en haut. Chaque édit remettant en cause les traditions et les privilèges des corps et des communautés déclenche une contestation et un vent de révoltes, comme en Hongrie, dans les Pays-Bas et dans les principautés, au nom de l’histoire et du retour aux équilibres fondamentaux de l’Ancien Régime, à l’image des contestations du « despotisme ministériel » dans la crise française des années 1780. Le despotisme éclairé achève une aventure de près d’un demi-siècle sur le plus étonnant des paradoxes. Là où l’autorité de l’état s’est renforcée dans une centralisation aristocratique et militaire, bafouant les droits des individus et des peuples au bonheur et à la liberté, s’est édifiée la représentation de souverains philosophes, jusqu’à faire de Frédéric II, le plus machiavélique des « Anti-Machiavel », l’un des pères du complot menant à la Révolution (selon l’abbé Barruel en 1798) ! Là où le despotisme a été le plus proche des idéaux des Lumières (le joséphinisme) il a suscité les révoltes par l’inadaptation des réformes aux aspirations du plus grand nombre, en négligeant les capacités de résistances des corps constitués et de leurs clientèles. L’échec patent de ce que l’on a qualifié (à tort ?) de « despotisme éclairé » ne laisse plus le choix qu’entre le renforcement de l’autocratie, au nom d’une contre-révolution monarchique et aristocratique et le « despotisme du plus grand nombre » par l’exploration des voies révolutionnaires, d’Amérique du Nord, des Provinces-Unies, ou de la France de la décennie 1789-1799. « Il n’y a point de vrai souverain que la nation » proclame Diderot à la fin des années 1770, quand Turgot voit dans la naissance de la nation américaine « l’espérance du genre humain ». L’espoir entretenu par les philosophes d’une rationalisation et d’une diffusion de Lumières par l’action d’un état providence où le souverain incarnerait les normes et les valeurs de la régénération a vécu. Le despotisme éclairé et le despotisme ministériel ont été impuissants dans leur recherche utopique de conciliation des intérêts de l’état avec les droits émergents des citoyens et des peuples. Au lendemain de sa disgrâce, Turgot, l’espoir déçu des réformateurs et du « parti » philosophique ne voit plus d’autre salut que dans « une société démocratique rendue rationnelle par les mathématiques sociales ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

François Bluche, Le despotisme éclairé, Paris, Hachette, 1re éd. 1968 (2000).

Léo Gershoy, L’Europe des princes éclairés, Paris, Fayart, 1966.

Annexes

Annexe. LES INSTRUCTIONS DE CATHERINE II À LA COMMISSION LÉGISLATIVE (1767)

[…]

6. – La Russie est une puissance européenne.

7. – En voici la preuve : les changements que Pierre le Grand opéra en Russie eurent un succès d’autant plus heureux que les mœurs d’alors étaient étrangères au climat, et nous avaient été apportées par le mélange des nations et par les conquêtes. Pierre Ier, donnant les mœurs et les manières d’Europe à une nation d’Europe, trouva des facilités qu’il n’attendait pas lui-même.

8. – Les possessions de l’Empire de Russie occupent sur le globe une étendue de 32 degrés de latitude et de 165 en longitude.

9. – Le souverain de cet empire jouit d’une autorité illimitée ; il est Autocrate. Il n’y avoit qu’une puissance aussi concentrée dans la seule personne du souverain capable de produire un degré d’impulsion proportionné à l’étendue d’un si vaste Empire.

10. – Un Empire étendu suppose naturellement un pouvoir illimité dans la personne qui le gouverne. La promptitude dans la décision des affaires qui surviennent des endroits éloignés doit compenser leur lenteur à parvenir, suite nécessaire de cet éloignement.

11. – Toute autre forme de gouvernement ne seroit pas seulement nuisible à la Russie, elle entraîneroit à la fin sa destruction totale.

12. – Une autre raison, c’est qu’il est plus avantageux d’obéir aux lois sous un seul maître, que d’avoir à se soumettre à la volonté de plusieurs.

13. – Or quel est l’objet d’un gouvernement absolu ? Ce n’est certainement point de priver les hommes de leur liberté naturelle, mais de diriger toutes leurs démarches vers le plus haut degré de bonheur.

(Il n’est guère possible que tout ceci puisse plaire aux flatteurs, qui répètent chaque jour à tous les souverains de l’Univers que leurs peuples n’ont été créés que pour eux. Quant à nous, nous pensons, et nous faisons gloire de le dire, que nous n’existons que pour nos peuples.)

14. – Ainsi la forme de gouvernement qui tendra plus qu’aucune autre vers cet
objet, en restreignant en même temps moins qu’aucune autre la liberté naturelle, remplira le mieux les vues qu’on doit supposer à des êtres doués de raison, et répondra le plus naturellement au but qu’on s’est proposé jusqu’à présent en formant des sociétés civiles.

15. – L’objet direct et la fin des gouvernements absolus est la gloire des citoyens, de l’État et du souverain.

[…]

17. – Les pouvoirs intermédiaires, subordonnés et dépendants du pouvoir suprême constituent la nature du gouvernement.

[…]

19. – C’est dans le prince que gît la source de tout pouvoir politique et civil.

20. – Les lois fondamentales d’un État supposent nécessairement des canaux moyens, c’est-à-dire des tribunaux, par où découle la puissance du souverain.

21. – Des lois qui permettent à ces tribunaux de faire des représentations que tel édit est contraire au code des lois, qu’il est nuisible, obscur, impraticable dans l’exécution ; qui déterminent d’avance à quels ordres on doit obéir, et comment on doit les exécuter. De telles lois rendent fixe et inébranlable la constitution d’un État.

[…]

26. – En Russie, c’est le Sénat qui est le dépositaire des lois.

[…]

36. – La liberté générale ou politique ne consiste pas à pouvoir faire, chacun en son cas particulier, tout ce qui lui plait.

37. – Dans un État, c’est-à-dire une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu’à pouvoir faire ce que l’on doit vouloir, et à n’être pas contraint de faire ce que l’on ne doit pas vouloir.

38. – Il faut se former une idée claire de la liberté. La liberté est te croit U, faire tout ce que les lois permettent ; et si un citoyen pouvoit faire ce qu’elles défendent, il n’y auroit plus de liberté, parce que les autres auroient également ce pouvoir. La liberté politique dans un citoyen est cette tranquillité d’esprit qui provient de l’opinion que chacun a de sa sûreté ; et pour qu’on ait cette liberté, il faut que le gouvernement soit tel qu’un citoyen ne puisse pas craindre un citoyen, et que tous ensemble craignent les lois.

[…]

45. – Plusieurs choses gouvernent les hommes : la religion, le climat, les lois, les maximes du gouvernement, les exemples donnés des choses passées, les mœurs, les coutumes.

46. – D’où se forme un esprit général qui en résulte.

[…]

57. – C’est à la législation à suivre l’esprit de la nation. Nous ne faisons rien de mieux que ce que nous faisons librement, sans contrainte, et en suivant notre inclination naturelle.

58. – Pour introduire de meilleures lois, il est nécessaire que les esprits soient préparés.

[…]

60. – Ainsi, quand on trouve qu’il est nécessaire de faire de grands changements dans une nation pour son plus grand bien, il faut réformer par des lois ce qui est établi par des lois, et changer par des coutumes ce qui est établi par des coutumes.

61. – Il y a des moyens pour empêcher les crimes, ce sont les peines ; il y en a pour faire changer les coutumes, ce sont les exemples.

[…]

250. – Il faut dans une société civile, comme en toute chose, un certain ordre : il faut que les uns gouvernent et ordonnent, tandis que les autres obéissent.

[…]

252. – Lorsque la loi naturelle nous prescrit de contribuer de tout notre pouvoir au bien-être de tous les hommes, nous sommes tenus d’adoucir, autant que la saine raison le permet, le sort de ceux qui vivent dans notre dépendance.

253. – Par conséquent, nous devons éviter de rendre des gens serfs, à moins d’y être forcé par la plus grande nécessité ; et cela, non pour l’intérêt particulier mais pour celui de l’État. Encore est-ce une question de savoir s’il arrive souvent que l’État en retire de l’avantage ?

[…]

260. – Il ne faut pas faire tout à coup par une loi générale un grand nombre d’affranchissements.

261. – Les lois feront un très grand bien en permettant que les serfs possèdent quelque chose en propriété.

262. – Terminons ceci en rappelant cette maxime que le gouvernement le plus naturel est celui qui est le plus analogue à la disposition du peuple pour lequel il est établi.

Catherine II, Instruction donnée à la commission établie par cette souveraine, pour travailler à la rédaction d’un nouveau Code de lois, 30 juillet 1767, traduction française, Lausanne, François Gasset, 1769.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search