Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des révoltes aux révolutions

 | 
Serge Bianchi

Première partie. Révoltes et révolutions dans les nouveaux mondes

Chapitre II. La révolution américaine (1773-1802)

Texte intégral

1La révolution américaine constitue un événement majeur dans l’histoire, et salué comme tel dès son avènement : première indépendance d’une colonie blanche à l’égard d’une métropole européenne ; première république viable dans un grand pays ; originalité d’un processus révolutionnaire entre les deux textes qui rythment la naissance de la nation américaine : la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 et la Constitution du 17 septembre 1787. Peu d’événements ont provoqué autant de débats et de polémiques sur leur nature et leur influence.

2La révolution américaine est-elle fille des Lumières, fille de la révolution anglaise de 1688, mère de la Révolution française, simple processus de guerre d’indépendance ? Depuis 1789-1790 (Burke) s’affrontent deux modèles explicatifs, deux historiographies, française et américaine, campées sur leurs certitudes et conscientes de leurs différences. La place respective que l’autre révolution occupe dans le système scolaire et universitaire de chacun des pays est un bon révélateur de cette difficulté à communiquer sur ces moments fondateurs de la conscience nationale.

3Or les deux histoires ont vocation à être comparées et à se compléter plus qu’à se diviser ou se déchirer… La proximité dans le temps, les influences respectives, les jugements de contemporains, permettent des approches suggestives, dès lors qu’on ne retient des polémiques que les apports positifs en matière d’érudition et d’acquis. La confrontation de l’empirisme des recherches américaines et de l’abstraction des recherches en France peut conduire à des vues nouvelles, par échanges mutuels et acceptation des différences : colloques, tables rondes. C’est dans cette optique que peut être étudiée la révolution américaine, dans des questionnements essentiels.

  1. Quelles sont les origines et les causes profondes de la guerre d’Indépendance, dans un contexte américain et international ?
  2. Quelle est la nature de cette guerre, entre révolution et conflit colonial, voire
    européen ?
  3. Comment naît la nation américaine, autour du processus constitutionnel de 1787 ?
  4. Enfin, comment les historiens ont-ils interprété cette séquence historique qui conduit de la partie de thé de Boston au mandat de Thomas Jefferson, quatrième président américain, et à l’institution du suffrage universel dans l’État du Maryland, en 1802 ?

Décolonisation ou révolution ?

4Si les Français on été les premiers à qualifier le processus qui mène à la création des États-Unis d’Amérique de « révolutionnaire », il est souvent revendiqué comme la première indépendance d’une colonie « moderne » à l’égard de sa métropole. Il convient donc de qualifier l’escalade des griefs entre les colons des treize colonies et Londres, la nature de la radicalisation qui conduit d’une contestation des taxes à la rupture. Le récit linéaire du conflit est exposé dans tous les manuels. Nous nous attacherons donc à ses significations essentielles.

5Si l’émancipation des États-Unis d’Amérique (terme utilisé dans les articles de la Confédération dès 1777) à l’égard de l’Angleterre ne fait pas de doute, peut-on la qualifier de décolonisation ? On pourrait soutenir une telle assertion à trois réserves près. D’une part si des « colonisés » se libèrent effectivement de leur puissance tutélaire, il ne s’agit pas de populations « indigènes » soulevées contre une puissance occupante, mais de ressortissants originaires de cette même métropole – a plus de 80 % anglo-saxons, les autres allemands, hollandais, français d’origine –. Les colons se séparent de l’Angleterre, dont ils parlent la langue, par un phénomène de sécession, comparable à l’indépendance de l’Afrique du Sud ou de la Rhodésie avant les années 1980. Autrement dit une population « blanche » et partageant une culture, une religion, des valeurs, une histoire et des traditions communes avec celles de la métropole s’en détache pour fonder un « ensemble » indépendant, sans analogies avec le processus de décolonisation de la population noire de Saint-Domingue vis-à-vis de la France, quelques années plus tard. En deuxième lieu, le fond des revendications des Insurgents (en anglais Insurgeants) a bien des racines « coloniales », liées à la réglementation commerciale et aux contraintes exercées par la métropole, mais les facteurs « coloniaux » ne rendent pas compte de la complexité de la nature de la « révolte » de 1773 à 1776. La façon dont sont posés les principes politiques et les voies de l’indépendance déborde largement du cadre d’une décolonisation. Enfin, le contexte international de l’accession à l’indépendance intègre bien des paradoxes. Les tensions « atlantiques » et coloniales entre puissances européennes exercent des influences ambiguës qu’il convient de décrypter.

Des litiges coloniaux

6Il est possible de montrer le lien étroit entre des revendications d’ordre fiscal, commercial et colonial d’une part et une conscience politique en gestation de la part de ceux qui mènent la révolte, depuis l’agitation autour du Stamp Act (1765) jusqu’à la proclamation d’indépendance du 4 juillet 1776.

7Le débat ne tient pas aux contraintes commerciales subies par les treize colonies. Elles sont autant évidentes que leur déficit cumulé envers la métropole. Ce déficit peut dépasser 1,5 millions de livres pour l’ensemble et atteindre des proportions alarmantes pour la Nouvelle-Angleterre (en 1771) ou la Virginie (en 1770). Mais l’exclusif n’est pas totalement respecté. Il serait même « ridiculisé » après la guerre de Sept Ans (1763) tandis que se développerait le commerce « interlope » avec les Antilles françaises, une solution commode pour tourner le monopole britannique. Le problème soulevé par les colons lors des boycotts successifs des marchandises venues de la métropole tient à l’application tatillonne des Lois de navigation : depuis 1651 toute marchandise achetée dans l’Empire doit passer par un port anglais et un navire battant pavillon britannique. Ils protestent contre une législation durcie par le Board of Trade and Plantations et par le Bureau du Trésor et des Douanes, imposant une série de taxes et de droits supplémentaires sur les « articles énumérés » et d’autres à partir de 1763. Chaque droit imposé entraîne une réaction d’une majorité, voire d’une quasi unanimité des colons touchés. À chaque escalade, le schéma est le même et pourrait être assimilé à une guerre de « tarif », s’il ne s’agissait que des importations. Mais le timbre en 1764 est un impôt indirect, tout comme certaines taxes imposées par Townshend en 1767-1769 sur le plomb, l’étain, le verre, le papier et les peintures. C’est l’ensemble des consommateurs qui est touché (au mois la population urbaine et les élites rurales). Quant au monopole sur le thé qui déclenche l’incident de décembre 1773 (« The tea party »), il est lié à la fois aux « difficultés » de la Compagnie des Indes orientales et aux modes de consommation des bourgeoisies américaines.

Fiscalité et politique

8Les protestations dépassent le cadre douanier pour se placer sur le double terrain de la fiscalité et de la politique. On déborde des questions strictement coloniales pour entrer dans le domaine des droits et des libertés. Toutes les déclarations des droits précédant 1774 marquent bien le loyalisme des délégués des colonies, en tant que sujets britanniques. Mais progressivement, ils différencient dans leur analyse les taxes que le Parlement et le Trade of Board sont accrédités à augmenter des impôts auxquels ils opposent le principe : « Pas de levée d’argent sans représentation. » L’idée est que la Constitution anglaise subordonne le consentement de l’impôt à l’approbation des représentants élus, de la charte du xiiie siècle aux révolutions britanniques du xviie siècle. Or, les colons n’ont pas de représentants aux communes. En conséquence, ils demandent la consultation des Assemblées coloniales et invoquent les chartes premières de création des colonies et les libertés locales (le self government). Dans les colonies royales (8 sur 13), les conseils privés et le gouverneur examinent les décisions des assemblées. Le gouverneur commande souvent les milices de l’État et peut faire pression sur les assemblées, qu’il convoque, ajourne et peut dissoudre. Mais certaines colonies élisent leurs gouverneurs et légifèrent sur les affaires essentielles, dont les taxes.

9Graduellement, la question glisse à la revendication lockienne du droit naturel, ce qui provoque l’imprégnation des Lumières (britanniques) par le biais des collèges et de la circulation de la presse. On reste donc dans le cadre d’une protestation anglaise, un appel au retour des traditions politiques britanniques, violées par le gouvernement en place. Ainsi se met en place l’argumentation légitimant la révolte et le refus d’acquitter les taxes « insolites ». Cette légitimation de la révolte se fait au nom d’une pensée politique commune aux Lumières britanniques… et européennes. Celle du Traité du gouvernement de John Locke, paru en 1690 en Angleterre, mais familier aux pionniers de l’indépendance, aux Pères fondateurs, aux délégués des congrès entre 1765 et 1776 : Otis, Dulany, Dickinson surtout, Jefferson. Les idées sont exprimées dans la presse des villes moyennes, la Gazette de Boston, les nombreux pamphlets, les déclarations et les sommaires des droits des juristes et avocats. Elles se diffusent dans des milieux où l’alphabétisation est égale ou supérieure à la moyenne des pays européens d’émigration. On doit aussi tenir compte des manifestations d’une opinion publique s’exprimant également dans des cadres de sociabilité politique urbains (clubs, loges) et ruraux (assemblées primaires électorales et milices). Des organisations de lutte contre les « Acts » se structurent en moins de 10 ans, de la création des Fils de la liberté (au Massachusetts par Samuel Adams, en Caroline du Sud) au déchargement de 342 caisses de thé du Dartmouth, en passant par le « massacre de Boston » en 1770, où le rôle des soldats britanniques, sous-payés et humiliés par les colons, n’a pas toujours été replacé dans son contexte.

Une rupture évitable ?

10Plusieurs remarques permettent de nuancer cette analyse des crises précédant la Déclaration d’indépendance et de comprendre les raisons et la nature du soulèvement. D’une part, il ne s’agit dans les esprits des futurs Insurgents que de révoltes, non d’une révolution visant à rompre la qualité de sujets britanniques des colons américains. La densité et la qualité des échanges « atlantiques », des liens familiaux et économiques limitent les manifestations à des processus internes à l’espace de la Couronne. L’allégeance et le respect à la personne royale, le loyalisme sont affirmés dans les déclarations et les doléances de 1764 à 1774. Des sujets britanniques réclament le respect des droits conforme aux règles tacites de la Constitution britannique : le respect de leur liberté, de leur propriété, contre les abus de gouvernements tyranniques. La référence aux formes autonomes (chartes et pouvoirs des représentants des treize colonies) ne va pas jusqu’à encourager une indépendance qualifiée de « folie » à l’aube de la déclaration, en 1775 par des esprits aussi éminents que Washington, planteur et délégué de la Virginie de 43 ans, appelé à la tête de milices (minute-men) après le combat de Lexington d’avril 1775, se disant « satisfait de penser que rien de tel que l’indépendance, ne soit désiré, dans toute l’Amérique du Nord, par aucun homme capable de penser » (1774). Benjamin Franklin lui-même déclare en 1775 : « Je n’ai jamais entendu dans la conversation d’aucune personne, ivre ou sobre, la moindre expression d’un désir de séparation. » Ainsi, le soulèvement doit être situé dans le cadre d’une tradition politique de retour à une situation normale au nom du droit à l’insurrection. Mais la dynamique du conflit avec la Couronne doit être aussi expliquée dans les conséquences de la guerre de Sept Ans et dans les conceptions politiques qui s’affirment chez les porte-parole des futurs Insurgents.

L’escalade

11Pour les gouvernements britanniques tories (Pitt, Townshend, North) – mais les whigs ne seront pas unanimes à soutenir les Insurgents – les colonies doivent participer au solde des sacrifices consentis pour sauver leur existence et leurs intérêts par la Couronne. L’entretien de l’armée de 4 000 hommes, le paiement de taxes ne sont pas à la hauteur de la dette des treize colonies. Le conflit peut être présenté comme la volonté de la Couronne d’affirmer sa capacité à gouverner ses provinces, à exercer le contrôle politique, commercial et judiciaire par les règles et traditions en vigueur. La tutelle judiciaire (le dessaisissement de tribunaux et de jurys) et la tutelle épiscopale s’ajoutent au renforcement des décisions commerciales et de la répression politique. L’escalade est ainsi due à des lois « répressives » (intolérables) ou maladroites correspondant à des logiques de la politique menée à Londres pour le renforcement du pouvoir exécutif. Remarquons que les milieux d’affaires britanniques (commerçants, négociants), appuyés par des réseaux politiques (whigs, Burke), interviennent pour que les taxes et les mesures soient rapportées dans la mesure où elles gênent et stérilisent les échanges nécessaires à la prospérité générale. Ainsi, les divers Acts sont abandonnés, donnant partiellement raison aux révoltes tant pour le timbre (enterré en 1766) que pour le plomb, le verre, la peinture et le papier après la saisie du Liberty à Boston, le soulèvement des Bostoniens et le « massacre » de cinq d’entre eux. Chaque révolte entraîne une mesure de rétorsion (les « lois intolérables » après la partie de thé) qui contribue à une escalade militaire sans que les buts ultimes de la Couronne et de Georges III soient clairement définis. Le problème du thé est particulièrement instructif des malentendus entre les parties. Le thé, vendu directement par la Compagnie des Indes aux colons, au lieu de venir d’Angleterre, est taxé modérément, ce qui avantagerait les colons. Mais ces derniers, ou les plus virulents, refusent que la Couronne décide pour les États, contestent la compagnie à monopole, et finissent par jeter le thé à la mer, alors que d’autres « parties de thé » se produisent, avec des variantes dans les colonies. Le délestage, condamné par une partie de l’opinion publique, met le feu aux poudres, alors que les colons semblaient avoir obtenu satisfaction. Les lois intolérables, réponse à cette révolte, ouvrent la voie à une administration directe du Massachusetts, par l’armée, les tribunaux et l’action résolue d’un gouverneur britannique.

12Pour les Insurgents, le discours loyaliste s’accompagne d’une radicalisation des principes et d’une escalade dans les formes de la révolte. Le refus de payer des taxes par défaut de la représentation (1764-1765) se transforme progressivement en revendication de l’autonomie de décision des assemblées et des pouvoirs « locaux », au nom des chartes et des droits de chaque colonie. La résistance du tribunal de Boston, dissous en 1767 est à cet égard exemplaire. Puis, se fait jour l’idée d’une « régénération » nécessaire des mœurs politiques. Selon Thomas Jefferson, le peuple américain a droit à la liberté : les immigrants ont emporté leurs droits en quittant le Royaume-Uni. Ils se retrouvent à l’état de nature, aptes à créer un nouveau pacte social en s’unissant pour la garantie et la sauvegarde de ces droits. Il ne va pas jusqu’au républicanisme, mais il germe dans les consciences des membres du 1er congrès de 1774 (56 membres à Philadelphie de tous les États sauf la Géorgie) une idée de la puissance des « colonies unies ». Elles s’affirment solidaires sur la question de l’extension de leurs terres au-delà de la frontière garantie par la Proclamation line : les colonies doivent pouvoir s’étendre à l’ouest malgré les refus de la Couronne, qui protège les nations indiennes. La solidarité se marque aussi par le mécontentement quant Londres concède aux sujets français du Canada (Quebec Act de 1774) des droits religieux et politiques inacceptables au regard de leur qualité d’adversaires et de leur particularisme culturel. La structuration des milices et leur unification sous les ordres d’un général commun face à l’armée britannique indésirable (pour l’entretien et le logement) relève de cette montée de l’affirmation d’un ensemble identitaire. Le front des colonies se définit progressivement par des droits, une force armée et une amorce de « conscience nationale », contestée par les nombreux loyalistes et conservateurs au sein du 2e congrès de mai 1775. Jusqu’à la Déclaration du 4 juillet, les délégués en appellent à George III, mais les mises en cause de la tyrannie gouvernementale sont de plus en plus explicites. C’est dans l’escalade et le refus de la Couronne (non-réception de Penn, médiation avortée de Burke) que se forge l’idée d’une séparation.

13Le succès du Sens commun de Thomas Paine, Anglais en rupture de ban, débarqué en 1774, ne fait que propager avec la vitesse de l’incendie : près de 150 000 exemplaires vendus en quelques semaines au début de 1776, dans un ensemble de moins de 2,5 millions de Blancs et de 400 000 lecteurs potentiels ! « Un continent ne peut être gouverné par une île » ; « La naissance d’un nouveau monde est à portée de nos mains » ; « C’est le moment de se séparer »… L’effet est comparable à celui provoqué par le pamphlet de Sieyès (Qu’est-ce que le Tiers État ?) en janvier 1789. La montée et la succession des résistances, les boycotts successifs et les coups de main ont créé une situation devenue irréversible. Dès 1774, le premier Congrès exige l’abrogation des lois intolérables. Dès 1775, le deuxième Congrès crée des bureaux gouvernementaux sur les postes et les questions indiennes. En 1775, avant que la guerre ne soit officialisée, une armée britannique occupe New York. Des gouverneurs s’opposent aux actions de bandes et de foules : manifestations, arbres de la liberté, assemblées insurrectionnelles, diffusion des déclarations de droits et campagnes de pamphlets. Si l’idée d’indépendance apparaît utopique avant l’échauffourée de Lexingston (avril 1775 entre Boston et Concord), le cheminement en moins d’un an est foudroyant dans les consciences. En avril et mai 1776, les ports américains sont ouverts à tous les pays, tandis qu’un appel commun pour changer les constitutions des colonies circule. Les Pères fondateurs rédigent alors, dans le cadre du troisième Congrès de Philadelphie, entre juin et juillet 1776, le texte fondateur de l’entrée d’une « nation libre et indépendante » dans un processus républicain : la Déclaration du 4 juillet 1776.

Une Déclaration fondatrice

14Il est essentiel de décrypter le texte fondateur dans son contenu comme dans les ambiguïtés et les contradictions de la situation des colonies à la veille de l’Indépendance et au lendemain de la Déclaration…

15La « Déclaration unanime des treize États d’Amérique » n’a pas pour but de proclamer une indépendance décidée le 2 juillet par les 56 délégués sur résolution de Richard Lee, mais d’expliquer au monde, particulièrement à celui avec lequel « on envisage une alliance » les raisons qui ont poussé les parties d’une « nation improbable » à prendre « parmi les peuples une position égale et séparée ». Nous ne connaissons pas le contenu des débats qui ont entouré l’adoption du texte de Thomas Jefferson, l’un des cinq Pères fondateurs. Avocat virginien, il est expert en Droits de l’Amérique britannique (texte édité en 1774) avant d’être chargé de la rédaction du projet. Les autres Pères sont John Adams, Roger Sherman (Connecticut), Robert Livingston (New York), Benjamin Franklin. Quatre aspects essentiels nous paraissent majeurs dans ce texte révolutionnaire.

16D’un côté, on a considéré qu’il était historique que la Déclaration proclame des droits « universels » à la face du monde : « L’égalité, la vie, la liberté, la recherche du bonheur » (droits inaliénables). Mais les Pères se défendent d’avoir versé dans l’abstraction en recopiant Locke ou Montesquieu. Ni la nature ni le contrat social ne sont explicitement cités, à la différence du Créateur et de l’Être suprême. Pour beaucoup, il s’agit d’inscrire la séparation dans l’Histoire, et dans la « nature des choses ». Mais il n’est nullement question de tous les hommes en dehors d’un principe. Il s’agit d’abolir la distance entre les Britanniques et les colons en faisant de ces derniers leurs égaux en souveraineté. La plupart des griefs (18 accusations) sont d’ordre politique et économique, débouchant sur la rupture nécessaire avec la Grande-Bretagne, sur le « droit » et le « devoir » de renverser un gouvernement « tyrannique ». Mais le texte reste discret sur la question de la propriété, un droit non naturel (à la différence de Locke). Il ne concerne que les « Blancs » américains, laissant de côté l’esclavage, pourtant omniprésent dans les États du Sud. Seuls les « hommes libres » sont égaux pour la délégation de Virginie. Les exclusions des étrangers (et des Indiens) sont alors profondément ancrées dans la conscience américaine.

17La notion la plus « enthousiaste » et la plus énigmatique reste le « droit au bonheur » qui a remplacé la propriété de Locke. S’agit-il du bonheur religieux (sous les auspices de la divine Providence), du bien-être collectif (par les effets de l’indépendance) ou du bonheur d’acquisition (métier, propriété) où le rôle de l’État n’est guère défini ? Entre le bonheur public, privé, la vertu et le sens des affaires où se situe la dominante des rédacteurs : « Quand nous cesserons d’être vertueux, nous ne mériterons plus d’être heureux ? »

18La Déclaration, affichée et proclamée à l’Independance Hall, est révolutionnaire dans la mesure où elle répudie le principe monarchique et semble fonder une république. Mais il reste à « faire des Américains ». C’est dans la lutte contre l’Angleterre, dans la « guerre d’Indépendance » que la culture politique commune et le lien national vont se forger, au-delà d’un texte ambigu qui résonne comme un manifeste.

19Car les États (sauf deux, le Connecticut et le Rhode Island) vont adopter la Déclaration en changeant leurs chartes et leurs constitutions propres : sept adoptent une déclaration des droits plus radicale parfois (la Virginie, le 1er juin, a donné l’exemple), avec des systèmes politiques hétérogènes dont l’harmonisation posera problème après le conflit. C’est le Congrès, fondant l’union des États sur les articles de la Confédération, adoptés en 1777, qui va diriger la guerre d’Indépendance, rendue légitime par la Déclaration à la face du monde.

La guerre d’Indépendance

20La guerre d’Indépendance qui opposait des forces armées depuis 1775 (Lexington) présente des caractères particuliers qui n’ont pas toujours été appréciés à leur juste valeur. Elle oppose des forces très inégales par le recrutement, l’armement et la stratégie. Elle présente les caractères d’une guerre, sinon européenne, au moins d’une étape dans la grande « guerre de Cent Ans » qui oppose depuis 1697 la France et l’Angleterre pour la domination des mers et du commerce atlantique.

Une « guerre civile » ?

21S’agit-il d’une simple « guerre civile » anglo-britannique (Berkovitch, 1988) ? En aucun cas on ne peut parler d’un peuple unanime dressé contre la puissance coloniale. Si l’on fait la balance des forces en présence, on constate que les « loyalistes », restés fidèles à la Couronne britannique et à ses représentants regrouperaient un (petit) tiers des colons, face à un (gros) tiers de « patriotes », le reste se déterminant selon le sort des armes, dans une relative indifférence. Les clivages entre loyalistes et patriotes se font, non par groupes sociaux caractérisés, mais selon les résultantes d’intérêts et les hiérarchies respectives. Les Fils de la Liberté (artisans et fermiers du Nord-Est) s’allient un moment aux planteurs du Sud, mais de nombreux fermiers du Centre et du Sud restent loyalistes, et en subiront les conséquences. On estime à plus de 60 000 (et moins de 100 000) le nombre des émigrés et de ceux qui seront privés de leurs propriétés et de leurs droits. Ramenée à une population de l’ordre de 400 000 familles, la proportion est considérable, supérieure à l’émigration (en proportion) pendant la Révolution française, et significative de l’ampleur, souvent minimisée, d’une véritable « guerre civile » entre colons, particulièrement en Géorgie et en Caroline. Quelques exemples, parfois au sein d’une même famille, montrent la complexité des engagements des uns et des autres. Des Américains de naissance comme Galloway (géorgien) rallient la mère-patrie britannique. Des indécis comme le Français Crèvecœur sont chassés pour n’avoir pu choisir entre les deux camps. De nombreux colons n’ont donc pas partagé les luttes des « patriotes ». On va même retrouver face à face des officiers et des militaires qui avaient combattu ensemble les Français pendant la guerre de Sept Ans ! D’ailleurs les combattants parlent la même langue.

Une « guerre révolutionnaire »

22On peut ainsi bien parler d’une « guerre révolutionnaire », mais plus difficilement d’une « guerre coloniale » ou d’une guérilla (sauf dans le Sud), en matière de stratégie et de tactique militaires, à la différence des événements contemporains de Saint-Domingue ou de la Vendée. Certes, les caractéristiques des deux armées sont dissemblables… et les forces inégales, en apparence. Les Britanniques peuvent compter sur 32 000 hommes au total, soit la force maintenue après la guerre de Sept Ans et les troupes du général Howe. Malgré la présence de 8 000 mercenaires allemands, leur armée est théoriquement soldée et dispose d’un armement classique, sous les ordres d’officiers éprouvés. Elle mène une guerre classique de batailles rangées (en ligne) et de sièges. En face, les Insurgents disposent de deux types de forces. Un noyau de militaires de métier forme l’armée américaine, sans traditions réelles ni possibilité de levée en masse. Ils ne seront pas plus de 10 000 militaires réunis. À côté, les « miliciens » (minute-men) sont recrutés dans chaque État. Ils sont théoriquement nombreux, bien que peu expérimentés et peu formés en matière d’armement. Des Noirs ou des Indiens peuvent servir dans ces unités de 16 à 60 ans. Mais les 200 régiments sur le papier ne donneront guère plus de 25 000 hommes en même temps, soit l’équivalent des Britanniques. On s’engage de 3 mois à 3 ans, selon les États. L’indiscipline voire des mutineries (1781, deux meneurs pendus) ne sont pas inconnues. On peut toutefois ajouter le concours de centaines de sympathisants européens, dont des officiers comme Duportail (futur général américain), La Fayette, Kosciuzko, ou des corsaires comme John Paul. C’est théoriquement insuffisant pour lutter contre la flotte la plus puissante du monde occidental et une armée confirmée. Mais cette armée est un vecteur (modeste) de l’identité de la nation émergente. Et force est de montrer que les Américains ont tenu le choc des premières années de guerre, sans secours de puissance extérieure, obtenant des succès à Lexington, à Saratoga (25 décembre 1776), la reddition de Burgoyne (le 17 octobre 1777). Les succès sont compensés par la prise de forts et de villes par les Britanniques, comme Boston (en mars 1776), Philadelphie (en septembre 1777) et la défaite de Germantown en octobre 1777 également. Cet équilibre prouve également les capacités d’adaptation économique des Insurgents, prêts à collaborer dans ce domaine comme ils l’ont pour l’armée, en nommant pour général un planteur de Virginie, George Washington. À la fin de l’année 1777, toutefois, l’issue de la guerre est bien moins qu’incertaine, les Britanniques tentant de couper le Nord et le Sud pour appuyer leur reconquête sur les État loyalistes, au moment où la guerre devient également une guerre entre puissances européennes et coloniales.

Une guerre européenne ?

23Le soutien de la France aux Insurgents s’inscrit dans un contexte de « revanche » de la diplomatie et de l’état-major français après l’humiliation du traité de Paris, en 1763. La politique de Choiseul (jusqu’en 1766), puis de Vergennes (aux Affaires étrangères) et de Sartine (à la Marine) consiste, d’une part, à isoler l’Angleterre en faisant jouer le Pacte de famille avec l’Espagne, en s’alliant avec les Provinces-Unies, et en gardant de bonnes relations avec l’Autriche. C’est chose faite en 1777 au moment de l’extension de la guerre d’Amérique. De l’autre, les ministères successifs se sont attachés à un réarmement naval, évoquant, voire dépassant la première tentative de Colbert entre 1661 et 1683. De 31 vaisseaux de ligne en 1763, la flotte française dépasse 80 unités en 1778, et surpasse même (avec ses alliés) le potentiel britannique (Jean Meyer, 1985). L’effort de recrutement et de commandement est à l’avenant, au moment où les deux puissances se livrent à une course à l’exploration du Pacifique. Certes, l’alliance entre les deux partenaires a quelque chose de paradoxal, voire surréaliste. La puissance absolutiste venant à l’aide de républicains qui l’ont combattue 15 ans auparavant, alors qu’en Europe la France (et son armée) rétablit l’ordre contre les révolutionnaires (genevois) ! Un monarque absolu cautionnant la révolte de sujets contre leur souverain légitime ? Mais la France de Louis XVI vise à retrouver un nouvel équilibre maritime, colonial, à relancer un commerce en pleine expansion, à surpasser sa rivale. L’accord, signé le 6 février 1778 demeure ambigu, malgré la vague promesse américaine d’accorder à la France commerciale la clause « de la nation la plus favorisée » ? Les démarches secrètes de Beaumarchais pour armer les Insurgents, les départs des volontaires (La Fayette) pour les nouveaux mondes et l’incroyable succès du bonhomme Franklin lors de son ambassade scellent finalement cette alliance contre nature. L’Angleterre est d’autant plus isolée que l’Espagne lui déclare la guerre en juin 1779, et qu’elle même se déclare en guerre contre les Provinces-Unies en 1780, tandis qu’une Ligue des Neutres, comprenant les grands États de l’Europe du Nord, entend poursuivre le commerce avec tous les pays, belligérants ou non.

24Le soutien réel des Français n’est opérationnel qu’au début de 1780. Mais Rochambeau, qui commande l’armée de terre dispose de plus de 8 000 hommes et l’amiral De Grasse, commandant les forces navales, de 20 000 marins. Au total, c’est bien une des guerres pour l’hégémonie des océans qui se déroule, l’un des épisodes de cette seconde guerre de Cent Ans qui ne se terminera qu’avec l’effondrement de l’Empire en 1815. On ne peut affirmer que le soutien des Français et de leurs alliés Espagnols et Hollandais est suffisant, mais il s’avère décisif en termes de troupes engagées, de financement de la guerre et de résultats militaires. Les débats historiographiques sur l’importance de l’aide française sont du même ordre que ceux qui portent sur le soutien américain dans les deux guerres mondiales du xxe siècle. C’est bien la stratégie des guerres classiques « à l’européenne » qui triomphe à Yorktown, en 1781, quand l’action combinée de l’armée de terre de Washington (9 000 hommes) et Rochambeau (8 000 hommes) se conjugue à la manœuvre de la flotte de l’amiral De Grasse, provoquant la capitulation – quasi définitive – des « homards » de Cornwallis. Malgré une défaite finale devant les Saintes (oubliée dans les manuels français, comme la capture de De Grasse), la France a rétabli pour la première fois depuis 1688 l’équilibre sur les mers. Elle a perdu dans l’affaire près de 4 000 hommes contre 5 500 aux Insurgents dans toute la guerre d’Indépendance. Elle est légitimement cosignataire des traités de Paris et de Versailles qui mettent fin au conflit en 1783, du fait de l’impulsion donnée par ses troupes et ses corsaires. Le 3 septembre 1783, s’achève ainsi un volet essentiel des « relations atlantiques » entre les Insurgents, leur ancienne métropole et la France. Les États-Unis d’Amérique voient leur existence reconnue. Leur espace s’étend entre le 45° nord (limite des Grands Lacs), le 31° nord (limites de la Louisiane espagnole et du Mexique) et le Mississippi.

25Le coup de tonnerre a modifié le rapport de forces entre les deux grandes puissances de l’époque, tandis qu’une nation est née, les États-Unis d’Amérique, sans que les Américains aient réellement défini le cadre institutionnel et relationnel qui régira l’alliance entre ses treize États. En 1783 se posent les délicats problèmes de l’après-guerre. Comment passer de l’union contre la métropole à la construction d’une « nation légitime » américaine ? Quel type de régime peut succéder à la guerre, dans les relations dialectiques entre indépendance et révolution ? Quels liens vont se nouer entre les alliés de la veille, le nouvel État et son ancienne métropole ?

Naissance d’un contentieux

26Au point de vue de ces relations, les années 1783-1802 apportent des surprises de taille. Le constat est en effet amer pour Vergennes et la diplomatie française. Aucun des avantages envisagés lors de l’alliance de 1778 n’est réalisé, sans que la faute en incombe toujours aux Américains. Mais la clause de la nation la plus favorisée n’a guère joué. Le commerce américain ne connaît aucune mutation des échanges vers la France, pour des raisons mercantiles selon les Français, à cause de la timidité et du manque d’efficacité des négociants bordelais, nantais et rochellais selon leurs homologues américains ? Dans le même temps, les anciennes colonies devenues indépendantes reprennent les relations commerciales avec leur ancienne métropole, mais sans les taxes (et avec une représentation !). Beau sujet de méditation pour les relations économiques entre France et États-Unis. Dans le même temps, le nouvel État s’est déclaré incapable de rembourser l’essentiel des dettes accumulées pendant les cinq années du soutien français, ouvrant un contentieux qui rejaillira sur la crise de l’Ancien Régime français (le déficit) et sur la question des dettes françaises en 1918 ! Il était logique que les relations se dénouent entre la république des « patriotes » et la monarchie absolutiste. Mais les malentendus vont se poursuivre pendant la Révolution française, que les Américains vont suivre dans un mélange de sympathie et de méfiance. L’attitude de gouverneur Morris, l’un des Pères fondateurs de la nation américaine, est à cet égard très instructive. Nommé ambassadeur à Versailles, cet homme d’affaires (fondateur de la première banque américaine, avec son cousin), rédacteur de la Constitution de 1787, ne sera républicain convaincu qu’en Amérique. En France, nous le retrouvons « royaliste par raison et conservateur par expérience », favorable à la fuite du roi, opposé à la deuxième révolution d’août 1792 (Jean-Jacques Fiechter, 1983) ! Les deux révolutions se côtoient alors sans réellement se rencontrer et la vie politique aux États-Unis reste marquée par les traditions et la culture politique britanniques. Le contentieux avec les Français rebondit d’ailleurs sur le statut privilégié des populations du Canada anglais, de langue française. Comment s’étonner que ces ruptures, voire ces « divorces » aient débouché sur des histoires parallèles et concurrentes, en général ?

27Ainsi, 1783 voit la naissance officielle d’un nouvel État en Amérique, sans que soient réellement définies les bases institutionnelles et constitutionnelles de la république américaine. Il reste donc à faire les Américains, pour concilier leur double appartenance à leur propre État (sa constitution et son histoire) et à la nation américaine en devenir.

Naissance de la nation américaine.
La « période critique » et la Constitution

28Si les États-Unis d’Amérique sont créés comme le disent les « Articles de la Confédération », rédigés en 1777 mais ratifiés en 1781, il reste à faire les Américains, autour d’un projet commun qui fédérerait les treize pouvoirs autour d’une Constitution et d’institutions communes, et qui déterminerait la place du nouvel État dans le monde. Sur le plan intérieur, il existe un avant et un après le 17 septembre 1787, date de l’adoption de l’unique Constitution américaine (alors qu’on ne chiffre plus les constitutions françaises !). Une « période critique » de quatre années, qualifiée d’« anarchie » (Fohlen, 1989), voit les treize États rester dans la configuration prévue, d’un Congrès et d’une commission d’un membre par État. Même si la guerre a renforcé un sentiment national naissant, et si les États commencent à avancer à la même heure (John Adams), les problèmes politiques, économiques et sociaux s’accumulent dans la période critique face à un pouvoir en voie de paralysie. On peut distinguer trois étapes dans le processus de « naissance de la nation américaine » : l’anarchie ; la campagne pour une Convention constituante ; le vote et l’application de la Constitution.

Des États souverains ? Un État paralysé

29Le problème est dans la nature du pouvoir « suprême », puisque chaque État garde son identité, « sa souveraineté, sa liberté et son indépendance » (le droit de quitter la confédération ?), sa constitution propre, son commerce, son système de vote, ses impôts, bref l’ensemble des pouvoirs qui ne sont pas délégués à la Commission. Après 1783, un Congrès, composé de deux à sept membres (sortes d’ambassadeurs) selon l’importance des États, représente le pouvoir « central ». Chaque État n’y dispose que d’une voix, à l’image de la Commission exécutive de 13 membres qui statue, à la majorité absolue (de 7 sur 13) sur les questions ordinaires, à une majorité de 9 sur 13 sur les questions financières et diplomatiques (la guerre, la paix, une contribution, une monnaie). Certaines décisions (la révision des articles) exigent l’unanimité. Mais les absences se multiplient, dans un climat de démobilisation (en 1783 le quorum n’est pas atteint). Il faut attendre quatre années pour que les États ratifient les articles. Les problèmes les plus urgents sont ceux des dettes de la Confédération et des États, du budget commun qui ne rentre pas, des tarifs douaniers et des taxes qui étouffent le commerce. La confusion des pouvoirs législatifs, exécutif et judiciaire condamne le Congrès à une certaine impuissance.

30Les sujets qui divisent les États sont multiples et complexes : les impôts, la justice, la question de la frontière à l’ouest, les zones de pêche, l’esclavage, les relations avec les Indiens, la tolérance. Les présidents du Congrès qui se succèdent (pratiquement chaque année, ce qui dilue l’autorité) ne disposent d’aucun pouvoir réel et semblent assurer une transition vers un futur indécis. Des comités trop nombreux (99 en 1783) créent une bureaucratie inefficace. Des avancées fédérales remarquables se produisent cependant pour quelques postes clefs comme la Poste (Franklin), la Marine, la Diplomatie et les Finances (Gouverneur et Robert Morris), ce qui révèle des potentialités évidentes.

31Mais comment parler de « révolution démocratique » ou « sociale » pour des États comme la Virginie, voire certains États du Nord ? Les constitutions sont disparates. Des inégalités politiques se constatent dans l’accès au vote, refusé parfois aux fermiers et aux artisans dans certaines constitutions. Prenons les exemples de la Virginie et de la Pennsylvanie. Le nombre de chambres, les conditions de vote, d’éligibilité, la laïcité, la propriété, sont différents d’un État à l’autre. Les mandats des fonctionnaires peuvent durer de six mois à trois ans. Neuf États privent le gouverneur du droit de veto, favorisant le législatif, les deux chambres favorisant les élites (douze États ont un Sénat). Huit États ont des juges inamovibles. Comment se retrouver dans ce maquis, malgré des points d’accord ?

32Des tensions politiques sérieuses se font jour entre les États, à propos de la répartition des « terres », celles de l’ouest mais également celles confisquées aux loyalistes, où celles des États. Dans une nation en devenir où la part des fermiers est prépondérante, la question des terres joue un rôle essentiel, dans bien des domaines. Par la vente aux enchères avantageant les bourgeoisies urbaines, le transfert de « biens nationaux » (loyalistes) lèse de nombreux agriculteurs revendiquant une « démocratie participative » appuyée sur la petite propriété.

33En deuxième lieu se pose la question des terres à l’ouest des États initiaux. Certains États sont fermés par des frontières fixes, d’autres susceptibles de s’agrandir. La question est résolue ( ?) en trois étapes. Entre 1781 et 1786, la Virginie et d’autres États remettent les terres à la Confédération, pour les répartir entre les acheteurs potentiels. Une ordonnance de Jefferson, de 1784, prévoit la création d’un État nouveau quand sont respectés des critères de population installée (égale à l’État existant le moins peuplé) et de volonté du plus grand nombre, soit sept districts, où des lots de 256 ha seraient vendus à 1 dollar l’arpent. Elle déchaîne une spéculation foncière galopante (la Ohio Company Associate), pour des terres vendues à 10 % de leur valeur. Elle est révisée en 1787, dans un sens fédéral, prévoyant une période de transition de quelques années et une constitution « démocratique », respectant les droits fondamentaux : tolérance, habeas corpus, jury, pas d’esclavage pour chaque nouvel État en devenir (de 60 000 habitants au moins), dirigé par un gouverneur, un secrétaire et trois juges désignés par le Congrès. L’attitude à l’égard des terres indiennes est pourtant un évident facteur de discorde. Les litiges sont importants aussi sur les États qui se créeraient au-delà de la frontière de l’ouest, selon les convoitises de certains États ou entrepreneurs.

34La terre peut poser des problèmes diplomatiques, dans le cas de la rivalité avec l’Espagne à propos de la Louisiane et des frontières respectives au sud, voire de la navigation sur le Mississippi que les Espagnols se réservent, devant l’impuissance du Congrès.

35Dans ces conditions, les tendances à la révolte sont réelles. La rébellion de Shays en 1786 montre bien l’ampleur de la contestation sociale et de la revendication démocratique, face aux oligarchies du pouvoir et de la spéculation foncière. Pendant six mois Daniel Shays mène une révolte de plusieurs milliers de fermiers, accablés de dettes et perdant leurs terres, réclamant un moratoire et des secours. Il attaque un arsenal. La répression est menée par le général Lincoln, à la tête de 4 400 hommes, soit miliciens soit soldats fédéraux. Quatorze rebelles seront condamnés à mort à l’issue du choc décisif de janvier 1787, mais il n’y eut pas d’exécution. Les rébellions comme celle de Shays sont qualifiées par certains politiques d’« anarchistes », par d’autres (Jefferson) de « aussi nécessaires dans le monde politique que les orages dans le monde physique ». D’autres tensions sociales se font jour avec les militaires qui réclament leur solde en 1783. Le Congrès est même obligé de quitter un moment Philadelphie. Dans ces conditions, une campagne se déclenche pour un changement du régime des articles et un pouvoir fédéral réel.

Une campagne acharnée

36La réponse à ces tensions ne peut être que constitutionnelle, dans la logique de ceux qui désirent un gouvernement central fort, pour que le nouvel État occupe une place qui lui revient dans le concert des nations, non seulement pour rétablir les finances, le commerce et les affaires, mais aussi pour son honneur, sa gloire et sa reconnaissance. Alors s’amorce le débat décisif sur l’avenir de la nation américaine. Il oppose les « nationalistes » ou fédéralistes et les « républicains » ou « antifédéralistes ». Les nationalistes veulent un gouvernement capable de faire entendre la voix de l’Amérique, tout en étant susceptible d’apporter des garanties aux citoyens, le respect de certains droits des minorités, un suffrage quasi universel. Ils stigmatisent la faiblesse du Congrès, la paralysie financière, le mépris international à l’égard d’un pays qui ne peut honorer ses dettes et faire valoir ses droits. Ils réclament un marché commun et une unification douanière pour rétablir la confiance et la croissance. Ils sont représentés par James Madison (avocat virginien), surtout par Hamilton (de New York), aide de camp de Washington pendant la guerre, âgé de 28 ans en 1787, fondateur du parti ; et par le doyen, Benjamin Franklin, 81 ans, au faîte de sa popularité. Ils font campagne dans une presse structurée (The New York Journal), mais doivent se garder face à une aile gauche prestigieuse, autour des idées de Thomas Paine. Ils s’appuient sur des groupes intéressés à cette structuration : créanciers qui veulent toucher leurs intérêts ; banquiers ; industriels ; planteurs ; négociants ; gros fermiers et spéculateurs.

37Les républicains ou « antifédéralistes » sont influents dans des États comme la Caroline du Sud, la Virginie. Soutenus par les agrariens, ils développent leur programme dans la presse, avec Patrick Henry comme porte-parole (un des « patriotes » de la première heure en Virginie ; comme Samuel Adams dans le Massachusetts). Ils dénoncent le risque de tyrannie de l’État fédéral, au détriment des droits de chaque État et des citoyens. Ils s’appuient sur des grands propriétaires – qui redoutent de lourds impôts fonciers –, des avocats hostiles à un pouvoir judiciaire fédéral, des petits fermiers, des débiteurs. Ils fondent leurs réserves sur les risques de confier les affaires de tous à des minorités peu représentatives, aux risques qu’un gouvernement fédéral fort ferait courir aux États respectifs et aux citoyens, dont les libertés ne seraient plus garanties. Ils s’appuient sur le bilan du Congrès, l’indépendance, les acquis pour éviter de basculer dans un avenir politique incertain, selon leur pessimisme foncier à l’égard des futures institutions.

La convention de Philadelphie

38La préparation d’une Convention capable de rédiger une Constitution se fait en deux étapes, en dehors du contrôle du Congrès. Une première réunion (conférence) bilatérale, en mars 1785, ne règle qu’un litige sur les droits de navigation entre le Maryland et la Virginie. Madison propose une conférence de tous les États pour 1786, à Annapolis, pour envisager une politique commerciale commune. Cinq États y sont représentés, mais appellent, sous l’initiative d’Hamilton, à une convention en mai 1787 « pour rendre la constitution du gouvernement fédéral adéquate aux exigences de l’union ».

39Des représentants de douze États (refus du Rhode Island) se réunissent en mai 1787, à Philadelphie, théâtre de la Déclaration d’indépendance (the state house), dans un climat brouillé par le débat institutionnel, dans une Convention parallèle au Congrès. Ils adoptent, 11 ans après la Déclaration d’indépendance une Constitution qui a résisté au temps, agrémentée d’une trentaine d’amendements. L’acceptation d’une Convention fondatrice est déjà en soi une date « révolutionnaire », par le dépassement des querelles intestines. Le plan de Constitution, proposé par la Virginie, voté le 17 septembre 1787, est révélateur d’une prise de conscience « nationale », qui perdurera. 55 délégués ont participé à la gestation d’un texte de compromis, où le rôle des « Pères fondateurs » (Fohlen, 1989), a été essentiel. Outre Hamilton, Franklin, Robert Morris, James Madison, auteur d’un ouvrage sur les Vices du système politique américain, a permis de connaître par son journal le contenu des séances. Il ne manque John Adams (ambassadeur en Angleterre) qui publie en 1787 une Defense of the Constitution, Jefferson (ambassadeur à Paris) et John Jay, parmi les figures de l’Indépendance. Les polémiques sur ce texte, fruit des visions d’« hommes riches et bien nés » (Beard) comptent moins que sa valeur, comme deuxième acte de naissance de la nation américaine.

Le cadre institutionnel

40La Constitution, suivant le modèle britannique, combine trois principes (aristocratique, monarchique et démocratique), par un système (ingénieux) de freins et de contrepoids (« checks and balances »). Les partisans de pouvoirs suprêmes illimités ont reculé.

41Le compromis entre les pouvoirs dépasse le cadre virginien. Le pouvoir législatif sera composé de deux chambres, qui forment ensemble le Congrès américain, l’une fondée sur une représentation proportionnelle à la population, l’autre représentant les différents États, à égalité de représentation (le Sénat). L’esclavage n’est pris en compte que pour le nombre de représentants, à partir des 3/5 de la population d’esclaves, qui ne votent pas ! Cela résulte d’un compromis entre les élites du Sud et les élites du Nord, pour la question de la réglementation du commerce et du maintien (provisoire) de la traite (pendant vingt ans). Il s’agit de fonder une république représentative, sans démocratie directe. Les deux chambres décident des lois.

42Le pouvoir exécutif sera exercé par un homme seul, la position de Jefferson (il est ambassadeur en France) l’emportant sur celle de Franklin ; le système de 1789-1791 en France sera différent, par la chambre unique, et à partir de 1792 par un exécutif collégial. Les traditions britanniques l’emportent. Le président sera élu selon un système mixte, joignant le nombre de voix recueillies par les candidats dans les États respectifs et la prise en compte des États à nouveau par un collège électoral le désignant, ainsi que le vice-président, par un système original, que certains qualifient d’archaïque, favorisant l’abstention. Le double décompte des voix peut conduire à des confusions. La Convention a voulu éviter le suffrage direct par le peuple, et la trop grande influence du Congrès, conciliant les principes monarchique et républicain. Le président choisit les secrétaires (ministres) hors du Congrès (la réunion des deux chambres). Son pouvoir militaire est limité par l’Assemblée en matière de déclaration de guerre, par le Sénat en matière de traités. Le droit de veto, la séparation des pouvoirs, obligent le président et la majorité des représentants à s’entendre, même en cas de crise, puisque le président ne peut dissoudre les assemblées législatives et que les représentants ne peuvent renverser le cabinet choisi par le président.

43Le pouvoir judiciaire sera exercé par une Cour Suprême, formée de six personnes (1 président et 5 juges), souveraine en matière de constitutionnalité des lois et des relations entre les citoyens, leurs États respectifs et l’État fédéral. Le 17 septembre 1787, le texte final est voté par 39 des 42 députés présents à Washington (sur 55 inscrits). Il est approuvé du bout des lèvres par Benjamin Franklin, hostile à plusieurs points, mais convaincu de la nécessité du compromis pour l’avenir de la Nation : « J’accepte donc cette Constitution, avec toutes ses fautes, parce que je crois que nous avons besoin d’un gouvernement national. ». La Constitution, qui ne comporte pas de Déclaration des droits !, est jugée sévèrement par les plébéiens (Paine) qui dénoncent une démocratie incomplète, la non-prise en compte des droits des minorités, le risque de tyrannie d’un État-Léviathan, au-dessus des États et des citoyens. Mais d’autres, comme les patriciens virginiens, la jugent trop… démocratique !

44On comprend que la campagne de ratification du texte, État par État, ait provoqué des tensions multiples. Les articles de presse se multiplient pour l’approbation, sous les plumes de Jay et d’Hamilton (The Federalist), et de Robert Yates (sous le pseudonyme de Brutus, par exemple). Les articles, affiches (Objections à la constitution fédérale proposée de George Mason) et les discours antifédéralistes se déchaînent (Patrick Henry en juin 1788 à la convention de Virginie). Le vote n’est acquis que de justesse en faveur de la Constitution en Virginie, en Caroline du Nord et dans l’État de New York – qui envisage un moment de faire sécession –, alors qu’il est différé, après une première réponse négative dans le Rhode Island – 250 oui sur 3 000 votants ! Au final, tous les États le ratifieront, onze avant juillet 1788 (condition nécessaire pour le fonctionnement), la Caroline du Nord en 1789, le Rhode Island le 29 mai 1790, mettant fin par la procédure du référendum constitutionnel à la période « critique » ou d’anarchie qui aurait précédé cette naissance.

45Washington est le premier président élu en janvier 1789. Il prête serment à midi sur la Bible le 30 avril 1789 (« Je le jure et que Dieu m’assiste »), puis le 4 mars 1793 après sa réélection. Il est suivi en 1796 par John Adams, à trois voix de majorité, et en 1800 par Jefferson. Les Pères fondateurs ont largement bénéficié de leur popularité pour accéder au pouvoir suprême, comme Hamilton ou Madison ultérieurement. Le Congrès siège au printemps 1789, alors que Paris est secoué par les remous de l’émeute Réveillon et que les députés convergent sur Versailles. Une Déclaration des droits de septembre 1790, ratifiée par la plupart des États (sauf le Massachusetts, en 1939 !) donne à la nouvelle nation la légitimité des principes (en dix articles, elle fournit les dix premiers amendements de la Constitution). Au moment des élections législatives, la France fait l’expérimentation d’une autre Révolution, ouvrant des pages importantes dans l’histoire du monde, quant à la nature et au rayonnement de ces deux révolutions contemporaines.

46Quel que soit le jugement porté sur le processus étudié, on se doit de souligner que les Pères fondateurs ont réussi à unifier des États très différents, conservant par ailleurs leur constitution propre, même amendée. Ils ont prouvé qu’une République pouvait être viable dans un grand pays, infirmant ainsi les postulats de la plupart des grands penseurs politiques des Lumières. La Constitution fédérale crée des institutions originales auxquelles le temps a conféré une légitimité unique dans l’histoire.

Interprétations de la révolution.
Historiographie et histoire

47Une fois le processus de naissance de la nation américaine expliqué, il demeure des problèmes latents d’interprétation des événements jalonnant ces quinze années décisives. Peut-on parler de « révolution » pour qualifier le processus de la « tea party » à la Déclaration des droits – 1773 à 1790 –, ou faut-il nuancer l’emploi de ce terme ? Peut-on parler de deux révolutions, dont la première correspondrait à l’Indépendance, et la seconde serait « démocratique » voire « sociale » ? La démocratie est-elle un mythe rétrospectif à partir de son triomphe des années 1830 (Tocqueville, 1835) ? Quels ont été les échos de ce processus sur les gouvernements et les opinions publiques outre-Atlantique, dans la vieille Europe ?

48Les hypothèses interprétatives nous entraînent dans ce « champ de bataille » des historiens, juristes et politologues américains. Quelques tendances peuvent être esquissées, qui prennent souvent leur signification dans une confrontation permanente avec la Révolution française. Les grands courants historiographiques procèdent souvent par couples décalés, l’un entraînant une remise en cause ou une révision rapide. Chaque étape conduit à un enrichissement de la problématique, à condition de rester lucide quant au moment de l’édition, au contexte idéologique et politique qui la sous-tend, de séparer les acquis de l’érudition et la subjectivité de certains postulats. De l’ensemble des jugements qualifiant la révolution américaine peut alors se dessiner une sorte de résultante « moyenne », à peine masquée par la permanence des polémiques.

Écoles « impériale » et « nationaliste »

49Les courants d’interprétation de leur révolution par les historiens américains apparaissent contradictoires et virulents, particulièrement dans la présentation rapide qui suit et qui ne saurait dispenser de l’étude des textes fondamentaux (Kaspi, 1976).

50Il en va ainsi de l’école « impériale » face à l’école « nationaliste ». La première, représentée par Beer et Gipson (1954) met l’accent sur la « mauvaise foi » ou le « mauvais gré » des colons dans leur désir d’accéder à l’indépendance, en prenant en compte un déficit commercial qui serait largement « mythique », la réalité des sacrifices britanniques autour de la guerre de Sept Ans. Le maintien de traditions politiques britanniques dans les institutions américaines, l’admiration pour les penseurs de la métropole, conduisent à l’idée de la patrie « trahie », de l’empire déserté. Le drame vécu par les loyalistes invite à penser qu’on aurait pu faire l’économie de cette révolution ?

51Les « nationalistes », au contraire, (Bancroft avant 1874) font des Américains les défenseurs de la démocratie contre la tyrannie permanente du gouvernement de George III. Les Insurgents auraient lutté pour une « démocratie plébéienne », un monde rendu plus juste par l’ouverture des mers, le Code maritime et la fin des monopoles, un monde où la religion serait séparée des institutions civiles. Le pays aurait été fondé, avant même qu’il n’existe sur les pratiques de souveraineté du peuple et d’une égalité relative des conditions moyennes de la population. Le choc de ces deux interprétations peut conduire à des synthèses suggestives, en faisant la part des réalités (statistiques, commerciales, sociales) et des mythes reconstructeurs (Marienstras, 1990).

« Progressistes » et « révisionnistes »

52Une autre controverse oppose les « progressistes » aux « révisionnistes » (le mot ayant un sens différent de celui utilisé pour les historiens de la Révolution française, et naturellement pour ceux de la « solution finale »). Les « progressistes », après l’ouvrage essentiel de Beard (1913), s’imposent au moment des retombées de la crise de 1929, des secousses du New Deal et de la poussée des idées socialistes, voire communistes, derrière Schlesinger et Hacker. Ils dénoncent l’intrusion des intérêts privés et des dogmes « libéraux » dans la Constitution de 1787, texte fossoyant les espérances des couches les plus populaires dans une deuxième révolution, plus démocratique. Les buts mercantiles auraient triomphé, sans alliance réelle entre les élites (planteurs et gros propriétaires) et le courant radical, rapidement marginalisé. Le processus de naissance des États-Unis aurait exclu de larges couches (ne payant pas l’impôt, non propriétaires) du pays légal. Les consultations référendaires sur la Constitution et les votes de ratification des Convention prêteraient souvent à contestation, en raison de la faible participation ou des artifices utilisés par les bénéficiaires. L’État n’est plus à même de donner des garanties aux oubliés de la croissance. Les soulèvements populaires auraient été étouffés après la ratification d’une Constitution correspondant aux intérêts bien compris des couches « libérales », en une sorte de Thermidor qui initie une contre-révolution conservatrice ! La tradition des révoltes antifiscales et agraires serait ainsi niée ou masquée au profit d’une vision consensuelle et mythique de la Révolution…

53À l’inverse, ceux qui « révisent » cette conception (R. Brown, 1955 ; Morgan ; 1957 ; Jameson, 1967), le font au moment d’un apogée de l’hégémonie américaine dans le monde, économique, diplomatique, voire de civilisation. Ils démontreraient que des tendances authentiquement démocratiques existeraient avant l’indépendance, pour se renforcer par la suite, à l’exemple du Maryland, premier État (dans le monde ?) à promulguer en 1802 le suffrage quasi universel… Pour ces « révisionnistes », la révolution aurait été le fait de larges classes moyennes, dominant comme dans le Massachusetts, dans un compromis entre les petits fermiers et les artisans d’une part, les planteurs et les capitalistes de l’autre. Ainsi la révolution américaine se placerait d’emblée sous l’égide de deux principes qu’elle rend solidaires et complémentaires ; la liberté et la propriété (Morgan). En l’absence d’une classe ouvrière, même embryonnaire, elle ouvrirait un champ presqu’infini à tous ceux qui espèrent une promotion foncière ou professionnelle, dans la relative égalité des chances que permet l’exception américaine par rapport à l’Ancien Régime européen.

54Ce débat entre historiens américains peut être replacé dans une perspective plus large. Dans les années 1950-1960 se cristallisent les positions des historiens anglo-saxons sur les mérites comparés des révolutions américaine et française. Robert Palmer et Jacques Godechot avancent en 1955 l’hypothèse d’une « révolution atlantique », partie de Boston ou de Philadelphie, qui aurait influencé les mouvements européens au niveau des idées (les droits), des pratiques démocratiques et politiques (le vote, les clubs), des références et du vocabulaire (les « patriotes »). Ainsi s’éclaireraient, par réfraction, les mouvements révolutionnaires qui affectent l’Europe occidentale dans les années 1780-1790 !

55Les ouvrages sur le « mythe » de la Révolution française (1954, entre Cobban et Georges Lefebvre) et sur la « révolution atlantique » montrent l’importance des enjeux idéologiques, autour de la portée et de la nature des processus et des acquis révolutionnaires respectifs.

Les historiens du consensus et la « nouvelle gauche »

56La valorisation de l’expérience révolutionnaire des États-Unis rassemble les historiens dits « du consensus », dans les années 1960-1970 (Gordon Wood, 1972), celles où les valeurs et les mythes américains connaissent une remise en cause radicale, une vague de contestation sur les origines et les racines de la Révolution. Ils élargissent les postulats des « révisionnistes ».

57Elle éviterait les convulsions sociales de la Révolution française en raison de la réduction du fossé entre riches et pauvres, et de l’inexistence d’une aristocratie marchande comparable à celle de l’Angleterre. C’est ainsi que la révolution américaine serait épargnée par la violence des foules révolutionnaires et par des phénomènes de type Grande Peur. L’ouverture des terres de l’Ouest et la vente des biens des loyalistes fournissent un marché foncier considérable pour une démocratie de petits propriétaires, à un prix très modique de l’arpent. Le droit de vote confié à 20 % de la population et la suppression du droit d’aînesse vont dans le sens de cette vision positive, qui triomphe dans les années 1950, où l’hégémonie économique et idéologique des États-Unis est à son apogée. L’absence de féodalité, des corps et des communautés, des privilèges qui ont bloqué les réformes de l’absolutisme expliqueraient ces différences de nature. En 1802 le Maryland est le premier État à accorder le vote sur la seule preuve de la résidence ! Il n’est pas nécessaire de voter, il suffit d’en avoir le droit ?

58Mais cette école engendre des courants radicaux. Lynd en 1969 reprend l’analyse de Beard, rejetant l’interprétation démocratique et demandant que l’on s’intéresse aux luttes de classes. La révolte des soldats britanniques, humiliés par les colons, les révoltes antifédéralistes des petits fermiers et des artisans renvoient aux ambiguïtés sociales de la Constitution. Il faut 3 000 dollars pour la campagne d’un représentant ! Il faudra attendre 1828 pour qu’un président soit élu au « suffrage universel » ? Selon Lemish (1968), la révolution se serait diffusée du « bas vers le haut », avant d’être bloquée par la Constitution ?

Une révolution « sans révolution » ?

59De telles controverses peuvent aller jusqu’à la qualification du processus de l’indépendance, hors du champ révolutionnaire. En 1953, John Boorstin (Le génie des hommes politiques américains) remet en doute l’idée d’une « révolution » américaine (voir Hannah Arendt ?), reprenant l’idée de Tocqueville sur l’inexistence d’une « révolution démocratique » dans les années 1780 qui s’appuierait sur les droits de l’homme. La révolte des Insurgents serait, selon lui, spécifiquement anticoloniale, par le refus du mercantilisme et de l’exclusif, plus que nationale : « un mouvement conservateur des libertés coloniales, ni subversif, ni radical » « to preserve the social order rather than to change it ». Dès 1778, Turgot insistait auprès du docteur Price sur le caractère trop modéré, les limites aux droits des citoyens, l’inefficacité des contrepoids, la composition du Sénat et la faiblesse du veto dans les articles de la Confédération. On rejoint par le jugement « positif » de Boorstin la critique « négative » de Thomas Paine (Les droits de l’homme) sur une révolution qui aurait dû (comme la Révolution française) s’appuyer sur la souveraineté populaire et la résistance à l’oppression, afin de dépasser les horizons de la révolution britannique de 1688 !

60Boorstin rejoint aussi, de façon paradoxale, la position de Gordon Wood (1972, 1991) au sujet d’une « révolution radicale » sans radicalisme, sans lutte de classes, engendrant « le pays le plus libéral, le plus démocratique et le plus moderne du monde », en cultivant les traditions et l’exception américaine ?

61Sans entrer dans le vif du débat sur les influences de la révolution américaine (si révolution il y a ?) sur le continent européen, nous pouvons remarquer que ces controverses font progresser la connaissance des années décisives de l’indépendance américaine (1773-1800), à condition d’en écarter les jugements de valeur, les postulats et certaines expressions provocatrices ?

Exception et universalité

62Quelques idées forces peuvent ressortir du survol historiographique qui précède. Elles portent sur la nature même d’une révolution conservatrice (?), « consensuelle », républicaine, « américaine » et sur les failles de cette interprétation.

63Révolution conservatrice ? On doit mettre en exergue le retentissement des deux grands textes qui jalonnent la naissance de la nation américaine (et le rôle joué par les Pères fondateurs dans leur élaboration) : la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 et la Constitution du 17 septembre 1787. Elles fédèrent des intérêts très divergents et surmontent les particularismes en regroupant des états et des ensembles sociaux autour d’un grand projet et d’un dessein à long terme. La qualification des événements peut d’ailleurs osciller entre révolte et révolution. Certes, les Fils de la Liberté se « révoltent » contre les taxes et les défauts de la représentation, mais ils demandent un « retour » aux principes et aux droits fondamentaux d’une constitution britannique idéale. Le pas est franchi quand la nécessité de la rupture avec la mère patrie devient inévitable : l’indépendance, dans le cadre « révolutionnaire » d’une république originale et de la souveraineté du peuple, se fait au nom de la culture politique et d’un idéal puisé chez Locke et les penseurs politiques des révolutions anglaises du xviie siècle (Marienstrass).

64Révolution consensuelle ? Cette acception s’appuierait sur une différence de nature avec la Révolution française, dans cette confrontation permanente et concurrente des historiographies nationales. L’historiographie américaine dominante, s’appuie sur plusieurs constats comparatifs. L’indépendance aurait été acquise sans « violence exacerbée » comparable à celle des journées révolutionnaires de la France, Grande Peur, terreurs des foules de septembre 1792, ou Terreur contrôlée par un appareil d’État, voire soulèvement massif de type vendéen. Il faudrait reprendre soigneusement l’histoire des « années critiques » et des rébellions pour valider ce postulat.

65D’autre part, la révolution américaine aurait fait l’économie d’une « révolution sociale » où des couches populaires radicalisées (les sans-culottes, les journaliers agricoles) auraient mis en cause le processus de libération des forces productives et le poids des intérêts privés des couches dirigeantes. Les revendications égalitaires n’ont pas entraîné de remise en cause fondamentale des règles de l’économie libérale, au nom d’un dirigisme comparable à celui de l’an II.

66Elle aurait fait l’économie d’une « révolution religieuse » en préservant le poids des religions sans persécution de type « déchristianisatrice », en se plaçant sous les auspices de l’Être suprême et de la Providence, comme en témoigne le serment constitutionnel – « Je crois en Dieu, le Créateur et le gouverneur de l’Univers, qui récompense les bons et punit les méchants, et je reconnais que les écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament nous sont données par l’inspiration divine » (article 10) –, tout en séparant la sphère des pouvoirs et du gouvernement de la sphère religieuse.

67Une révolution républicaine ? Un autre point de relatif consensus tient à l’accomplissement d’un destin historique pour la jeune république. Elle aurait pu succomber aux particularismes des États, si différents à l’origine par leurs croyances, leurs chartes et leurs élites, voire aux exigences de citoyens désireux de voir respecter l’ensemble des libertés qu’implique le nouveau contrat social. Elle se construit au contraire sur l’idée d’un État fort, capable d’arbitrer ces dissidences potentielles, de parler en puissance émergente dans le concert des nations, de garantir l’ordre public et le respect des droits fondamentaux d’égalité civile, de liberté et de propriété, en surmontant les contradictions inhérentes à ce type de compromis. Cet éloge implicite du génie américain conforterait l’idée d’une « révolution sans révolution » de type britannique, adaptant les changements nécessaires (à venir) à l’ancrage sur la Constitution et la culture politiques des origines. On retrouve alors la conciliation impossible rêvée par Jefferson, de la république de petits propriétaires indépendants mais vertueux, de l’individualisme et du civisme.

Les oubliés de la révolution

68Ces approches consensuelles ne doivent pas masquer les zones d’ombre de l’historiographie, apparues en pleine lumière à chaque période de contestation du modèle originel.

69Ce serait faire l’impasse sur le sort réservé aux dizaines de milliers de « loyalistes » (et à leurs biens). Les historiens « progressistes » ont mis l’accent sur l’occultation des pétitions et des manifestations « radicales », des révoltes inspirées par l’égalitarisme et la recherche des droits sociaux, autour des idées de Thomas Paine et des héritiers lointains des niveleurs (Lutaud). Le gouvernement représentatif l’emporte progressivement sur les aspirations à la « démocratie directe », malgré les spéculations sur une démocratie des origines (Naomi Wulf, 2004).

70Parler de « révolution consensuelle » conduirait à négliger le recentrage de la Déclaration des droits sur les intérêts des colons venus d’Europe, au détriment des droits élémentaires des populations indiennes et d’esclaves, uniquement autorisés à combattre pour la République ou à accepter ses conditions et ses exclusions. Nous traiterons les révolutions et les femmes de façon comparative dans les dernières leçons.

71Ni les Noirs ni les Indiens n’ont d’intérêts directs dans l’indépendance et la Révolution, malgré les promesses des uns et des autres, abandonnées dès que le sort des armes est scellé. Les droits des Indiens auraient été davantage garantis par la Couronne, que par les pratiques des États qui ont suivi l’indépendance. Les nations indiennes « loyalistes » (Delawares) et « insurgentes » se combattent entre 1773 et 1783. Georges Washington est traité par les chefs indiens de « mangeur de villages ». Les pratiques d’expulsions des Indiens pour la revente des terres aux colons se sont multipliées. Le premier des 400 traités (tous violés) signé en 1778 est suivi par des révoltes à l’été 1778 et par des expéditions punitives. Les traités et leur application se fondent sur les droits à la conquête alors qu’on parle en Europe de droit des peuples, autochtones et premiers occupants ! Une guerre de cinq années (1790-1795) contre six nations indiennes (déjà révoltées en 1763) conduit à un traité qui assimile les Indiens à des étrangers ! Il existe un hiatus total entre la question indienne et la Révolution. L’après révolution préfigure les guerres indiennes du xixe siècle et la prédiction de Tocqueville sur l’extinction de la « race indienne »…

72Le même problème se pose pour la question noire, dans la mesure où elle augmente sensiblement entre 1773 et 1790, essentiellement par les effets d’une traite amplifiée dans les États du Sud : 750 000 esclaves en 1790 contre 450 000 en 1773, soit plus de 20 % de la population ! L’histoire des révoltes « silencieuses » et des émeutes noires est à écrire, à l’exemple des insurrections de Jamaïque et de Saint-Domingue. Il faudrait éclairer le rôle joué par les esclaves dans un camp et dans l’autre pendant la guerre. Le prix du sang versé n’est pas la liberté automatique. Les esclaves loyalistes ont émigré. Les silences et les compromis se multiplient autour de la traite, maintenue provisoirement en 1787, de l’esclavage. Ce dernier est combattu par les Quakers, par certains États qui l’abolissent définitivement (le Massachusetts, le New Hampshire), ou graduellement (la Pennsylvanie, le Connecticut), alors que d’autres le maintiennent. Pour les Noirs qui furent les acteurs de cette période, il n’y eut pas de révolution américaine (Marienstras et Vincent, 1990).

La portée d’une révolution

73Même si la doctrine de Monroë ne date que de la génération suivant celle des Pères fondateurs (1823), on peut poser dès 1787 la question du modèle américain et de son influence sur le continent, sur les États européens.

74Révolution ayant largement participé au processus des « révolutions occidentales », voire les ayant déclenchées et inspirées ? ou « révolution dans un seul pays » adaptée de façon pragmatique aux intérêts spécifiques de 2,5 millions de colons sur un espace et dans une configuration très particuliers ? Pour des auteurs comme Greene (1973) et Gordon Wood, le processus d’indépendance n’est exportable ni en Europe ni même dans le reste du continent américain et dans les empires ibériques. D’autres historiens insistent sur la cohérence et la convergence des révolutions du continent américain et des Antilles (Hermann, 2004), mettant fin à la domination des métropoles européennes entre 1776 et 1822 (le Brésil), 1823 (Monröe), 1824 et 1825 (les ultimes indépendances)…

75Révolution des seuls États-Unis ? Pourtant, la révolution américaine ne s’est pas étendue au Canada britannique proche, malgré une tentative de conquête, laissant subsister un ensemble original entre les cultures politiques française et britannique. Elle ne s’est pas propagée « directement » aux colonies espagnoles et portugaises, malgré l’expérience acquise aux États-Unis de certains cadres et leaders de l’indépendance de l’Amérique latine, entre 1800 et 1825 (Miranda). Elle reste marquée du sceau d’un particularisme originel, renforcé par les mythes fondateurs de la nation et par l’aura des figures charismatiques de l’Indépendance (Franklin, Washington, Jefferson).

76Révolution universelle ? Révolution à l’américaine, elle n’en inscrit pas moins une page nouvelle de l’histoire des révolutions (et des droits de l’homme entre 1214 et 1949), même si elle ne fut pas une révolution au sens européen du terme. Certes, elle ne remet pas en cause les hiérarchies raciales ou les hiérarchies centrées sur le pouvoir, la propriété et la fortune. Certes, il ne faut « pas réduire les révolutions aux changements politiques, aux acteurs et aux idéologies », pour saisir les décalages, voire les contradictions entre les réalités et les principes proclamés. Mais la révolution américaine a donné une large place dans les textes fondateurs à la souveraineté et à la ratification populaires. Elle a voulu dépasse le cadre de l’Indépendance en proposant au monde une version consensuelle de « l’esprit de 1776 et 1787 », celui d’une « démocratie » (mythique ?) et d’une république dynamiques, conciliant les idéaux des libertés fondamentales (presse, tolérance, participation) et le dogme de la propriété, d’un État capable de s’adapter par sa nature et sa puissance potentielle aux tensions et aux défis du monde contemporain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Hannah Arendt, Essai sur la Révolution, [1963], Paris, Gallimard, 1985.

George Bancroft, History of the United States of America from the Discovery of the Continent, 1837-1874, 10 vol., New York, Appleton and Co., éd. 1924.

Charles Beard, An Economic Interpretation of the Constitution of the United States, New York, Macmillan, 1913.

Richard Brown, Middle-Class Democracy and the Revolution in Massachussets, 1691-1780, Ithaca, Cornell, 1955.

Daniel Boorstin, The Genius of American Politics, Chicago, 1953.

Alfred Cobban, Le sens de la Révolution française, Paris, Julliard, 1964.

Bernard Cottret, Du patriotisme aux nationalismes (1700-1848), France, Grande-Bretagne, Amérique du Nord, Paris, Créaphis, 2002.

Bernard Cottret, La Révolution américaine. La quête du bonheur, Paris, Perrin, 2003.

Jean-Jacques Fiechter, Un diplomate américain sous la Terreur, Paris, 1983.

Claude Fohlen, Les Pères de la révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989.

Claude Fohlen et Jacques Godechot, La Révolution américaine et l’Europe, Paris, CNRS, 1979.

Gipson, The Coming of the Revolution, 1763-1775, 1954.

Jacques Godechot, Les Révolutions (1770-1799), Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1963.

J. P. Greene (éd.), The American Revolution. Its Characters and its Limits, New York, U.P., 1978.

Louis Hacker, The American Revolution : Economic Aspects, in Marxist Quaterly, I, 1937.

Daniel Hermann, « La Révolution de l’Indépendance en Amérique du Nord », Nantes, Éditions du Temps, 2004, p. 54-70.

Franklin Jameson, The American Revolution considered as a Social Movement, Princeton, 1967.

André Kaspi, L’Indépendance américaine : 1763-1789, Paris, Gallimard-Julliard, 1976.

Jesse Lemish, The American Revolution Seen from the Bottom Up, New York, 1969.

Olivier Lutaud, Cromwell, les Niveleurs et la République, Paris, Aubier, 2001.

Elise Marienstras, Les mythes fondateurs de la nation américaine : essai sur le discours idéologique aux États-Unis à l’époque de l’indépendance, Bruxelles, Complexe, 1992.

Elise Marienstrass et Bernard Vincent, Les oubliés de la révolution américaine : femmes, Indiens, Noirs, quakers, franc-maçons, dans la guerre d’Indépendance, Nancy, P.U. Nancy, 1990.

Edmund S. Morgan, The Birth of the Republic, 1763-1789, Chicago, 1956.

Robert R. Palmer, The Age of Democratic Revolution. A political history of Europe and American, 1760-1800, 2 vol., Princeton 1959-1964, vol. 1 : The Challenge, vol. 2 : The Struggle.

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, 1832-1835, Garnier-Flammarion, 1981.

Gordon S. Wood, La création de la République américaine, 1776-1787, Paris, Belin, 1991 (1re éd. américaine, 1969).

Naomie Wulf, « République ou démocratie ? Évolution du système politique américain de la révolution à la présidence de Jefferson (1775-1800) », Nantes, Éditions du Temps, p. 71-85.

Annexes

Annexe. NAISSANCE DE LA NATION

Hamilton explique les motivations des nationalistes

En fait, il convient de dire que nous avons presque atteint le dernier stade de l’humiliation nationale. Il n’y a rien de ce qui blesse l’honneur ou dégrade le caractère d’une nation indépendante que nous n’ayons expérimenté. Existe-t-il des engagements auxquels nous sommes tenus par tous les liens que les hommes respectent ? Ils sont violés constamment, sans que nous en rougissions. Avons-nous des dettes envers les étrangers et nos propres concitoyens, qui ont été contractées à une époque de périls suprêmes pour la sauvegarde de notre existence politique ? Elles ne sont pas remboursées, sans qu’il soit prévu de le faire de manière appropriée et satisfaisante.

Avons-nous des territoires de valeur, des postes importants aux mains d’une puissance étrangère qui, d’après les termes des traités, aurait dû depuis longtemps nous les rendre ? Ils restent en sa possession, au détriment de nos droits et au préjudice de nos intérêts. Sommes-nous en mesure de faire face à l’agression et de la repousser ? Nous n’avons ni troupes, ni finances, ni gouvernement. Sommes-nous seulement en mesure de faire des remontrances avec dignité ? Il faudrait d’abord écarter les justes accusations dont souffre notre bonne foi à l’égard de ce même traité. Avons-nous droit, par la nature et le traité, de participer librement à la navigation sur le Mississipi ? L’Espagne nous en exclut.

Le crédit public est-il une ressource indispensable à une époque de danger public ? Nous avons, semble-t-il, abandonné sa cause comme si elle était désespérée et indéfendable. Le commerce est-il important pour le développement de la richesse nationale ? Le nôtre est au point le plus bas de son déclin. Est-il nécessaire d’inspirer le respect aux puissances étrangères pour éviter leurs ingérences ? La fragilité de notre gouvernement interdit à ces puissances de traiter avec nous. Nos ambassadeurs à l’étranger exhibent seulement une soi-disant souveraineté.

Une chute violente, contraire à la nature, de la valeur de la terre est-elle un symptôme de la détresse nationale ? Le prix de la terre améliorée dans la plus grande partie du pays est beaucoup plus bas qu’on ne devrait s’y attendre, compte tenu des terres non défrichées sur le marché. La seule explication, c’est le manque de confiance publique et privée, qui prévaut de façon alarmante dans tous les milieux et qui tend à déprécier toutes les catégories de propriétés.

Le crédit privé est-il l’ami et le maître de l’industrie ? Les prêts et les emprunts, cette très utile pratique, sont étroitement réduits. Cela provient d’un sentiment d’insécurité plus que de la rareté de l’argent.

Pour abréger cette énumération de griefs, qui ne procure ni plaisir ni instruction, on pourrait poser la question générale suivante : quel désordre, quelle pauvreté, quelle absurdité qui puissent atteindre une communauté particulièrement dotée d’avantages naturels comme la nôtre, qui n’entrent pas dans le sombre catalogue de nos malheurs publics ?

Paru le 1er décembre 1787 dans l’Independent Journal, cet article fait partie du Fédéraliste, une série d’articles écrits par Hamilton, Madison et Jay pour pousser les New-Yorkais à ratifier la nouvelle Constitution.

L’antifédéralisme de Patrick Henry

Nous sommes ici pour défendre la pauvre Virginie, si du moins cela est possible. Il faut faire quelque chose pour préserver votre liberté et la mienne. La Confédération, ce gouvernement méprisé, mérite, à mon avis, les plus grands éloges. Elle nous a conduits jusqu’à la fin d’une guerre longue et dangereuse ; elle nous a donné la victoire dans ce conflit sanglant avec une puissante nation. Elle nous a permis de recevoir un territoire plus grand que celui de n’importe lequel des monarques d’Europe. Faut-il qu’un gouvernement, qui a été ainsi fort et vigoureux, soit accusé de fragilité et abandonné pour un autre plus énergique ? Réfléchissez à ce que vous faites avant de vous défaire du gouvernement. Prenez plus de temps pour vous rendre compte de la réalité. Il y a eu des révolutions comme la nôtre dans presque tous les pays d’Europe. Dans l’ancienne Grèce et dans l’ancienne Rome, on peut trouver des exemples semblables au nôtre, où le peuple a perdu sa liberté par sa propre négligence et par l’ambition de quelques-uns…

Il apparaît que les trois quarts des États doivent en dernière analyse ratifier tout amendement qui sera jugé nécessaire. Voyons ce qu’en sera la conséquence. Même si elle manque de charité, je dois dire mon opinion. Les personnages les plus dépourvus de valeur peuvent s’emparer du pouvoir et empêcher l’introduction d’amendements… Les deux tiers du Congrès ou des législatures d’États sont nécessaires pour proposer un amendement. Si un tiers est composé de bons à rien, ils peuvent empêcher l’exécution de cette clause. Mais ce qui est destructeur et mauvais, c’est que les trois quarts des législatures ou des conventions d’États doivent approuver l’amendement proposé. Dans des assemblées aussi nombreuses, il y aura nécessairement des hommes mal intentionnés. Supposer qu’un aussi grand nombre que les trois quarts des États approuvera, c’est supposer qu’il possédera assez de génie, d’intelligence et d’honnêteté pour qu’il y ait un miracle… Quatre des plus petits parmi les États, qui tous comptes faits ne rassemblent pas un dixième de la population des États-Unis, pourront faire obstruction aux amendements les plus salutaires et les plus nécessaires. Non ; dans ces quatre États, six-dixièmes de la population pourront rejeter ces amendements… Est-ce là une manière de sauvegarder la liberté publique ?… Votre Président pourra facilement devenir roi. Votre Sénat est si imparfaitement défini que vos droits les plus chers seront sacrifiés par ce qui pourra être une petite minorité. Une petite minorité pourra continuer à jamais de faire fonctionner ce gouvernement, même si ses lacunes sont terriblement évidentes.

Où sont les contrepoids au gouvernement ? Vos forteresses seront entre les mains de vos ennemis. C’est une supposition de penser que vos gouverneurs seront honnêtes, que votre gouvernement sera doté de qualités certaines. Son organisation défectueuse et imparfaite met entre leurs mains le pouvoir de perpétrer les pires méfaits, s’ils sont malintentionnés.

Monsieur le Président, est-ce que le monde entier, de l’hémisphère occidental à l’hémisphère oriental, ne blâmerait pas notre distraction impardonnable si nous laissions nos droits à des gouvernants, dont nous ne savons pas s’ils seront bons ou mauvais ? Montrez-moi l’époque, montrez-moi le pays qui aient placé dans le gouvernement leurs droits et leurs libertés avec l’espoir que les chefs seront honnêtes, et qui n’aient pas en conséquence perdu leur liberté !

Discours de 1788 devant la Convention de Virginie.

Annexe. LES ÉCOLES HISTORIOGRAPHIQUES

Charles Beard et l’interprétation socioéconomique
de la Constitution de 1787

Le mouvement en faveur de la Constitution des États-Unis fut déclenché et mené à son terme principalement par quatre groupes d’intérêts mobiliers, qui avaient subi les effets des articles de Confédération : l’argent, les créanciers publics, l’industrie, le commerce et les transports maritimes.

Les premiers pas décisifs vers l’élaboration d’une Constitution furent faits par un groupe, réduit et actif, d’hommes immédiatement intéressés par leurs biens personnels aux résultats de leurs efforts.

Il n’y eut pas de vote populaire, direct ou indirect, sur la proposition de réunir une convention constituante.

Une masse dépourvue de fortune fut exclue, du fait des conditions requises, de toute participation aux travaux constitutionnels – même par l’intermédiaire de ses représentants.

Les membres de la convention constituante de Philadelphie étaient, à quelques exceptions près, immédiatement, directement et personnellement intéressés à la mise en place d’une nouvelle Constitution ; leurs intérêts économiques en dépendaient.

La Constitution fut essentiellement un document économique, fondé sur l’idée que les droits fondamentaux de la propriété privée sont antérieurs au gouvernement et se situent hors de portée des majorités populaires.

Le plus grand nombre des membres de la convention a publiquement reconnu la prétention de la propriété à occuper une position spéciale dans la Constitution.

Au cours du débat sur la ratification, les trois quarts environ des adultes mâles n’ont pas pris part aux élections dans lesquelles les délégués aux conventions d’États furent désignés, soit par indifférence soit par impossibilité du fait des conditions de fortune requises. La Constitution fut ratifiée par les voix de moins d’un sixième des adultes mâles.

Il est douteux que la majorité des votants dans l’élection des conventions d’États, dans le New York, le Massachusetts, le New Hampshire, la Virginie, la Caroline du Sud, aient approuvé la ratification.

Les leaders, favorables à la Constitution dans les conventions de ratification, représentaient les mêmes groupes économiques que les membres de la convention de Philadelphie. Dans un grand nombre d’exemples, ils étaient directement et personnellement intéressés à la réussite de leurs efforts.

Dans le débat de ratification, il est manifeste que le clivage, pour ou contre la Constitution, sépara les intérêts mobiliers d’une part, et d’autre part les petits fermiers et les débiteurs.

La Constitution ne fut pas l’œuvre de « tout le peuple », comme les juristes l’ont dit. Elle ne fut pas non plus l’œuvre « des États », comme l’ont affirmé longtemps les partisans sudistes de la nullification. Elle fut l’œuvre d’un groupe homogène, dont les intérêts ne connaissaient point les frontières des États et étaient vraiment nationaux par la largeur de leurs horizons.

Charles Beard, An Economic Interpretation of the Constitution of the United States, New York, Macmillan, 1913. Texte cité dans André Kaspi, L’Indépendance américaine : 1763-1789, Paris, Gallimard-Julliard, 1976.

La société coloniale d’après l’école « révisionniste »

Dans le Massachusetts…, nous trouvons l’une de ces révolutions uniques dans le monde – une révolution pour préserver l’ordre social, et non pour le changer. Contrairement à ce que nous avons longtemps cru, il n’y eut pas une double révolution, dans laquelle les Américains arrachèrent aux Anglais leur indépendance, et les classes inférieures, exclues de la vie politique, dépourvues de tout privilège, s’emparèrent des droits démocratiques que se réservait une aristocratie locale.

Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut que nous nous fassions une image claire de la société du Massachusetts. Sur le plan économique, c’est une société de classes moyennes, dans laquelle on accède facilement à la propriété et les fermiers propriétaires sont très nombreux.

Sans aucun doute, l’homme du peuple vivait dans une démocratie économique beaucoup plus réelle qu’aujourd’hui. Il n’y avait pratiquement pas de classe ouvrière, permanente et nombreuse ; on pouvait acquérir de la terre et devenir fermier ou travailler à son compte comme artisan.

Si nous soutenons avec insistance que les Américains qui avaient immigré apportèrent avec eux leurs antagonismes de classes et de castes, c’est en dépit des preuves du contraire. S’il est un point sur lequel tous les observateurs d’alors s’accordaient, c’est que la société américaine s’opposait presque exactement à la société européenne. Rien n’y ressemblait au fossé entre riches et pauvres que l’Europe connaissait et que nous connaissons aujourd’hui. Et pourtant, aujourd’hui, bien des gens, y compris beaucoup de travailleurs, voient dans la société américaine une société dans laquelle prédominent les classes moyennes, quoique la possibilité d’accéder à la propriété soit moins étendue qu’avant la Révolution.

Les possibilités économiques, ou la démocratie économique, à leur tour contribuaient à créer une démocratie politique.

Certes, il est vrai que la propriété était une condition sine qua non pour pouvoir voter. Mais il est vrai aussi que la fortune requise pour accéder au suffrage était très petite et que la grande majorité du peuple parvenait aisément à remplir les conditions. Probablement, quelques-uns n’arrivaient pas à se faire inscrire sur les listes électorales, mais leur nombre était réduit… En outre, la répartition des sièges était telle que les fermiers, et non l’aristocratie marchande, avaient entre leurs mains le contrôle complet des assemblées législatives…

Il ne faut pas confondre le nombre de ceux qui pouvaient voter avec le nombre de ceux qui votaient. Ce sont là deux problèmes différents ; l’indifférence qui se manifestait le jour du scrutin ne signifie pas que beaucoup n’avaient pas le droit d’y participer. Si nous nous efforçons d’expliquer les événements en fonction de la lutte des classes ou d’une révolution interne, alors il est très important que nous ne confondions pas exclus et indifférents. Si un homme veut voter et ne remplit pu les conditions de fortune, c’est une chose ; s’il a le droit de vote et renonce à en faire usage, c’en est une autre. Ne compliquons pas davantage le problème en donnant le pourcentage des électeurs par rapport à la population entière, car probablement 20 % de la population des colonies se composaient d’adultes mâles.

Robert E. Brown, Middle-Class Democracy and the Revolution in Massachusetts, 1691-1780, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1955, p. 401-403. Texte cité dans André Kaspi, L’Indépendance américaine : 1763-1789, Paris, Gallimard-Julliard, 1976.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540