Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Paule Adamy, Les Goncourt, à-côtés – Edmond & Jules de Goncourt pastichés

Éditions Plein Chant, Bassac, 2005, 221 p., 20,00 euros

Pierre Michel

Texte intégral

  • 1 C’est par exemple le cas de Mirbeau quand il pastiche Maurice Maeterlinck, qu’il vient de lancer, d (...)
  • 2 C’est de nouveau le cas de Mirbeau dans ses relations avec Alphonse Daudet : il l’accuse de plagiat (...)

1Le pastiche et la parodie ont ceci de commun qu’ils nécessitent une parfaite connaissance du style d’un écrivain, de ses procédés, voire de ses tics, et la capacité d’imiter intelligemment le modèle choisi, c’est-à-dire sans donner l’impression de n’être qu’un plat imitateur, autrement dit un plagiaire. Mais ils se distinguent, en principe, par la distance manifestée à l’égard du modèle : le pasticheur est supposé manifester de la sympathie, voire du respect, pour l’écrivain qui est à la source de son inspiration1et qu’il a tendance à imiter consciencieusement, pour des raisons de facilité, ou bien histoire de s’entraîner et d’exercer sa plume, alors que le parodiste, en forçant les effets jusqu’au grotesque, en propose une caricature qui contribue à le discréditer. Dans la pratique, toutefois, il est souvent bien difficile de faire le départ entre ces deux genres littéraires, auxquels tout écrivain risque de se trouver confronté : soit quand, débutant, il se fait les dents sur les mollets des auteurs reconnus, ou leur emboîte le pas, l’un n’empêchant pas l’autre2 ; soit quand, arrivé à la notoriété, a fortiori à la célébrité, il devient à son tour un modèle ou un défouloir pour de jeunes écrivains en mal de repères ou de reconnaissance. Les frères Goncourt et Octave Mirbeau n’échappent évidemment pas à la règle.

  • 3 Cette parodie se situe dans le droit fil de celle que Reboux et Muller ont publiée dans la deuxième (...)

2Paule Adamy a recueilli, dans cette anthologie, cinq pastiches-parodies des Goncourt, qui ont été publiés, sous divers pseudonymes, entre 1880-1882, pour La Fille Élisa, Scène d’atelier, de Lemercier de Neuville, et 1921, pour le Journal des Goncourt [sic], concocté par une bande de copains autour de Pierre Benoit et Léon Deffoux, en passant par le bref extrait d’un pseudo-Journal des Goncourt perpétré en 1891 par l’inattendu et débutant Charles Maurras, le pseudo-discours de Goncourt aux obsèques de l’encore bien vivant Ernest Renan, commis par Francis Chevassu en 1892, et le Journal des Frères Zemganno, œuvre conjointe des frères Pierre et Jean Veber (1895). Le plus intéressant et le plus amusant, sans conteste, me paraît être le plus éloigné dans le temps de l’époque d’Edmond de Goncourt. Malgré ce qui aurait pu être un handicap, Benoit et Deffoux ont en effet une connaissance extrêmement précise et fidèle, non seulement du vrai Journal, mais aussi de tous ceux qui ont gravité autour du diariste d’Auteuil pendant les quinze dernières années de sa vie. Ils ont aussi, et c’est évidemment la plus grande ambition d’un pastiche, réussi à adopter les modes d’écriture, les tournures et les néologismes qui lui sont propres et qui servent aussi de révélateurs de sa personnalité profonde, sans jamais pour autant tomber dans l’imitation servile : l’humour est toujours présent, qui maintient l’indispensable distance critique. Ce sont aussi nos deux compères qui, dans une sorte de pastiche en abyme, se livrent à deux reprises à des parodies de Mirbeau – orthographié Mirbot. Si la seconde (pp. 181-185) donne l’impression d’être forcée, la première est originale et saisissante : il y est question d’un horrifique projet, économiquement “mirbeaubolant”, d’élevage en parallèle de rats et de chats destinés à se nourrir réciproquement, en laissant en héritage moultes matières premières précieuses3, pour le plus grand profit de l’avisé éleveur (pp. 153-154).

3Mais le plus intéressant, dans ce volume, plus encore que les textes, c’est l’appareil critique de Paule Adamy. Quoique dix-huitiémiste de formation, elle manifeste une connaissance stupéfiante d’un demi-siècle d’histoire (et de petites histoires) littéraire(s) et para-littéraire(s) et se meut avec une aisance déconcertante au milieu de centaines de volumes poussiéreux exhumés des réserves de la Bibliothèque Nationale. Ses introductions, où elle piste les auteurs camouflés, se lisent comme un roman, et ses annotations sont une manne pour les chercheurs. Ajoutons, ce qui ne gâche rien, que les illustrations sont très nombreuses et bien choisies et que la typographie est particulièrement soignée : bravo au courageux Edmond Thomas !

Notes

1 C’est par exemple le cas de Mirbeau quand il pastiche Maurice Maeterlinck, qu’il vient de lancer, dans ses premiers Dialogues tristes de l’automne 1890.

2 C’est de nouveau le cas de Mirbeau dans ses relations avec Alphonse Daudet : il l’accuse de plagiat, et il l’imite dans La Maréchale.

3 Cette parodie se situe dans le droit fil de celle que Reboux et Muller ont publiée dans la deuxième série de leur À la manière de... (1910). C’est en quelque sorte le pastiche d’une parodie, si une telle chose se peut concevoir.

Auteur

Chercheur associé à l'Université d'Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540