Version classiqueVersion mobile

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Conclusion générale

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La plupart des parlementaires SFIO de la IVe République ayant appartenu à la minorité résistante de la population française, on aurait pu s’attendre à ce qu’ils constituent une génération de la Résistance, caractérisée par des refus et des choix communs. Or la culture politique de cette élite militante sembla au contraire s’éroder, laissant subsister des buttes témoins autour de quelques événements fondateurs de leur identité socialiste.

La scission de Tours de 1920 constitua le socle de leur mémoire collective. Elle fut à l’origine d’une relation en miroir avec le parti communiste et d’une sacralisation de l’unité qui durèrent longtemps. Les années vingt forgèrent une génération de reconstructeurs, comprenant un nombre non négligeable de repentis de la Section française de l’Internationale communiste, qui surent réactiver leurs réflexes de survie lorsqu’il fallut reconstituer le parti dans la clandestinité ou à la Libération. Dans les années trente, tous vécurent « la tactique class...

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search