Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Conclusion générale

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La plupart des parlementaires SFIO de la IVe République ayant appartenu à la minorité résistante de la population française, on aurait pu s’attendre à ce qu’ils constituent une génération de la Résistance, caractérisée par des refus et des choix communs. Or la culture politique de cette élite militante sembla au contraire s’éroder, laissant subsister des buttes témoins autour de quelques événements fondateurs de leur identité socialiste.

2La scission de Tours de 1920 constitua le socle de leur mémoire collective. Elle fut à l’origine d’une relation en miroir avec le parti communiste et d’une sacralisation de l’unité qui durèrent longtemps. Les années vingt forgèrent une génération de reconstructeurs, comprenant un nombre non négligeable de repentis de la Section française de l’Internationale communiste, qui surent réactiver leurs réflexes de survie lorsqu’il fallut reconstituer le parti dans la clandestinité ou à la Libération. Dans les années trente, tous vécurent « la tactique classe contre classe », adoptée par le PCF, avec ses combats de rue et ses coups de poing dans les meetings. De sorte que près des trois quarts du personnel parlementaire furent marqués par ces luttes fratricides. Le souvenir du Rassemblement populaire contre le fascisme qui, après tant d’illusions, s’était achevé dans un marché de dupes, était toujours présent dans leurs esprits après la guerre : il les aida à renoncer à l’unité organique et à anticiper la rupture du tripartisme. Et le stupéfiant pacte germano-soviétique d’août 1939, bien qu’il eût accouché de la résistance communiste, alimenta leurs discours de guerre froide contre l’URSS et « le parti de l’étranger » après 1947. Certes, quelques-uns demeurèrent nostalgiques d’un grand parti de la classe ouvrière et nourrissaient encore le complexe d’appartenir à un parti révolutionnaire qui, non content de ne pas faire la révolution, participait au pouvoir. Ce « remords du pouvoir » alimenta régulièrement le débat sur la participation, mais dans l’ensemble, les parlementaires furent à la pointe de la politique de Troisième Force et acclimatèrent des pratiques qui ne disparurent pas avec la rupture de 1951. Il y eut quelques démissions en 1948, et certains ne désespéraient pas de réaliser un jour l’union de la gauche. Néanmoins, l’anticommunisme de guerre froide trouva en eux un terrain favorable et structura en profondeur leur comportement. Il ne les unifia pas pour autant, puisqu’il put aussi bien motiver le ralliement au général de Gaulle, que son rejet.

3Au congrès de Tours, naquit aussi une hantise de la division qui fut régulièrement ranimée, avec la scission néo-socialiste de 1933, puis le vote du 10 juillet 1940. Sous la IVe République, en dépit de l’épuration, le parti exigea donc de ses parlementaires une obéissance de plus en plus stricte, et ne lui accorda la liberté de vote qu’avec parcimonie, lorsque les particularismes régionaux étaient tels qu’il lui était impossible de ne pas s’y résoudre sans s’aliéner les électeurs. Qu’elle fût concédée en juin 1958 pour empêcher que leur indiscipline n’éclatât au grand jour révéla toute l’ampleur de la décomposition du groupe.

  • 1 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du (...)
  • 2 Contre la petite Europe cléricale et réactionnaire, brochure signée par une soixantaine de parleme (...)

4Comme leurs compatriotes, tous avaient subi le traumatisme de la Grande Guerre. Les parlementaires les plus âgés avaient servi de « chair à canons » et avaient été pour la plupart blessés, gazés, parfois mutilés ; les plus jeunes avaient communié dans l’horreur de leurs pères du « monstre hideux » de la guerre. Tous avaient donc été imprégnés d’une « culture de guerre » dans ce qu’elle sous-entend de souffrances et de deuils, mais également de remords d’y avoir consenti1. Pour des socialistes, la participation à l’Union sacrée était encore plus difficile à assumer, et pour supporter cette responsabilité refoulée, ils participèrent au culte rendu à Jaurès et adhérèrent au mythe selon lequel seul son assassinat aurait rendu le conflit possible. Ils avaient aussi fait le serment de ne plus jamais accepter la guerre comme fatale. Ce credo pacifiste, ils durent pourtant y renoncer à l’épreuve des faits. Leur engagement dans une Seconde Guerre mondiale conçue comme nécessaire, ainsi que leur expérience de l’univers concentrationnaire, amenèrent une partie d’entre eux à suivre avec intérêt les premiers pas de la construction européenne. À l’image de Christian Pineau, signataire du traité de Rome en 1957, ils souhaitaient la réconciliation franco-allemande grâce à l’Europe. Néanmoins, certains ne purent étouffer leur méfiance à l’égard de l’ennemi héréditaire, soupçonné d’être désormais « clérical et réactionnaire2 », et contribuèrent au rejet de la Communauté européenne de défense en août 1954.

  • 3 Léon Blum, Le Procès de Riom, Œuvres 1940-1945, p. 349.

5La Seconde Guerre mondiale, enfin, marqua une dernière étape dans l’intégration des socialistes à la République. Le temps où ils devaient répondre à l’accusation d’antipatriotisme était révolu. Ils se déclaraient prêts à servir le bien public, alors même que le PCF, fidèle à l’URSS, avait encore un rapport ambigu à la nation française. Avec Léon Blum, la plupart des parlementaires avaient déjà opposé l’idéal républicain à toutes les tentatives autoritaires, y compris à l’intérieur du parti face une certaine forme de néo-socialisme. À Riom, Léon Blum avait déclaré : « Nous sommes dans la tradition de ce pays depuis la Révolution française. Nous n’avons pas interrompu la chaîne, nous ne l’avons pas brisée, nous l’avons renouée et nous l’avons resserrée3. » En cela, ils demeuraient les héritiers de la bataille laïque et entendaient maintenir la laïcité de l’État républicain. Tout d’abord, en dépit de leurs différences d’âge, tous appartenaient à une génération pour laquelle l’École et le mérite avaient été les clefs de l’élitisme républicain, et parmi eux, les 20 % d’élèves des Écoles normales d’instituteurs constituaient un noyau marqué par une certaine forme de laïcisme. Ensuite, la plupart étaient originaires de milieux laïcs. Les parlementaires issus des communautés juive assimilée ou protestante étaient historiquement attachés à la laïcité comme garantie juridique de la liberté des croyances dans un État sécularisé. Enfin, plus d’un quart exerçaient des responsabilités dans des réseaux laïcs qu’ils étaient capables de mobiliser avec efficacité. Les parlementaires œuvrèrent donc au retour du statu quo d’avant-guerre tant que put durer leur bonne entente avec le MRP, mais la question scolaire entraîna, à partir de 1951, leur retour à une laïcité de combat. Pourtant, le gouvernement de Front républicain ne répondit pas à leurs attentes sur ce sujet et la loi Barangé ne fut pas abrogée. Bien que la laïcité demeurât une référence fondamentale et intacte de leur culture politique sous toute la IVe République, ils ne purent l’imposer à leurs anciens partenaires de la Troisième Force.

6Ainsi porteurs de signes identitaires, les parlementaires se retrouvèrent au cœur d’un triple processus de légitimation : ils devaient accréditer à la fois l’image d’un parti résistant, d’un grand parti de la classe ouvrière et d’un parti de gouvernement.

  • 4 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Compte rendu dactylographié, Archives du P (...)

7« Surgi de la Résistance », le parti socialiste se voulait « rénové dans sa composition » afin de restaurer son image dans l’opinion et auprès de ses militants. Il voulait ne plus être perçu comme l’un de ces partis traditionnels responsables du déclin de la IIIe République et ne pas faire pâle figure à côté du « parti des fusillés », ou de nouvelles formations comme le MRP et l’UDSR4. Mais renouveler ses militants et ses cadres s’avérait un exercice délicat pour un parti qui ne souhaitait pas autant voir son identité se diluer. Après quelques incertitudes, il avait ainsi été décidé de conserver l’ancien nom de la SFIO. Cette rénovation, qui promettait d’être spectaculaire, ne fut donc pas synonyme d’ouverture aux forces neuves issues de la Résistance, mais d’épuration. Dans une large mesure, l’engagement résistant fut bien le critère discriminant du recrutement des candidats sous la ive République par les instances nationales. Ce phénomène n’était d’ailleurs pas une originalité en soi, car les résistants étaient présents dans tous les groupes parlementaires, à l’exception de celui des modérés où ils étaient minoritaires. À la SFIO, le péché originel des journées de juillet 1940 ne devait recevoir aucun pardon, et fut lavé par l’exclusion des traîtres. Dans la clandestinité, cette stratégie d’expiation avait eu pour objectif de juguler l’hémorragie des militants, dégoûtés par les ralliements à Vichy et tentés de rejoindre les communistes après juin 1941. Après la Libération, elle avait l’inconvénient de focaliser l’opinion sur la faute de quelques-uns, au lieu de valoriser le sacrifice de nombreux autres, et augmentait encore le déficit d’image de la SFIO. La Résistance fut d’abord considérée comme le filtre d’une population militante dont elle avait séparé le bon grain de l’ivraie, et ne remplaça pas pour autant l’expérience partisane. Des membres des Quatre-Vingts, tels que Vincent Auriol, Jules Moch ou André Philip, et les parlementaires qui avaient eu la chance de ne pas être impliqués dans le vote du 10 juillet, furent ainsi mis en avant. De même, les querelles de famille furent oubliées avec le retour de Joseph Paul-Boncour ou Paul Ramadier. De sorte que la Résistance ne put guère générer un renouvellement exogène du personnel parlementaire : ce fut par le biais de la répression et de l’épuration que la Seconde Guerre mondiale créa un appel d’air et un passage de relais involontaire chez les parlementaires de la IIIe République.

8Ainsi, les députés et sénateurs socialistes furent bel et bien renouvelés à 86 % avec l’avènement du nouveau régime. Méritant pour la plupart une réputation de résistants, ils étaient tout à fait représentatifs de la grande diversité des engagements socialistes sous l’Occupation, mieux que ne le fut, à la Libération, le comité directeur, prolongement de l’équipe dirigeante du parti clandestin. Mais alors que leur poids au Parlement aurait dû attester de la légitimité résistante des socialistes, leur dispersion dans les mouvements et réseaux ne permettait pas au parti de bénéficier du même capital de reconnaissance que le parti communiste. L’action politique du Comité d’action socialiste était sous-estimée au regard de la lutte armée du PCF, et l’on oubliait les socialistes derrière les résistants socialistes. N’avaient-ils pas été désignés dans les CDL au titre de leur mouvement ? Mais après la Libération, ils ne contribuèrent guère plus à restaurer leur image collective en évoquant très peu le parti clandestin dans leurs campagnes électorales. En fait, ils avaient intériorisé la définition qui limitait la Résistance à un combat de l’ombre pour libérer le territoire, et n’osaient pas revendiquer le sens politique de leur action, encore moins sa dimension éthique ou philosophique. En outre, leur large participation aux mouvements, réseaux et même à la France libre, peut expliquer que les fédérations n’aient pas ressenti le besoin impérieux de s’ouvrir aux nouveaux venus de la Résistance, puisqu’ils en étaient eux-mêmes l’émanation, et qu’ils recevaient avec l’investiture une juste rétribution.

  • 5 François Bazin, Les députés MRP, élus les 21 octobre 1945, 2 juin et 10 novembre 1946, itinéraire (...)
  • 6 Éric Duhamel, L’Union démocratique et socialiste de la Résistance, 1945-1965, thèse de doctorat so (...)

9Les nouveaux parlementaires furent donc recrutés à l’intérieur même du parti pour 88 % d’entre eux. Les viviers de ce renouvellement endogène furent d’abord les anciens candidats malheureux aux élections nationales, particulièrement ceux de 1936, les délégués aux congrès, puis les membres de l’appareil fédéral, à condition bien entendu qu’ils n’aient pas démérité face à l’occupant. Les reclassements à partir du parti radical ne furent guère encouragés. La SFIO ne profita pas non plus de cette vigoureuse épuration de ses cadres pour choisir ses représentants parmi les résistants néophytes en politique. Les dérogations à la règle des cinq ans d’ancienneté ne furent accordées qu’à 12 % d’entre eux, jusqu’en 1946, et le plus souvent à des personnalités exceptionnelles, telles que Christian Pineau ou Alain Savary. Mais la comparaison avec des forces politiques nouvelles permet néanmoins de relativiser cette attitude protectionniste. Ainsi 79 % des députés MRP, étudiés par François Bazin, avaient appartenu à des organisations de la mouvance démocrate-chrétienne avant-guerre5, et même ceux de l’UDSR avaient également milité dans des mouvements de jeunesse ou à vocation politique6.

  • 7 Louis Bodin, « L’Âge mûr de la SFIO », Esprit, mai 1956.

10La SFIO préférant accorder une prime à l’ancienneté partisane et à l’expérience électorale, la guerre favorisa tout de même des promotions, mais graduelles, sans accélération brutale. En fait, les nouveaux adhérents, à l’image de Jean-Daniel Jurgensen de Défense de la France, battu dès juin 1946, étaient souvent aussi maltraités que les femmes et les jeunes. Alors que les femmes accédaient enfin à la vie civique, qu’elles s’étaient illustrées par leur courage, les socialistes placèrent leurs candidates-alibis en fin de liste et n’obtenaient que 3 % de représentantes au Parlement sous la ive République. Ils perdaient ainsi une autre bataille face aux 8,2 % de femmes communistes, et faisaient même plus mauvaise figure que le MRP avec ses 4,3 %. De même, les groupes parlementaires ne cessèrent de vieillir jusqu’en 1958, à l’image d’un parti atteint par « l’âge mûr » dès 19567. Le mouvement de jeunesse, pacifiste et largement paul-fauriste de l’entre-deux-guerres, n’avait formé qu’un quart d’entre eux et ne constituait pas une réserve où puiser. Quant aux JS reconstituées après la Libération, elles connurent la scission dès 1947. Lors des législatives du Front populaire, le parti avait bien mieux su utiliser le talent et l’ardeur de ses jeunes, en particulier pour compenser la scission néo-socialiste de 1933. Couronné par leur attitude sous l’Occupation, leur investissement trouvait d’ailleurs là sa juste récompense. Au fil de ses déboires électoraux, la SFIO adopta une attitude de plus en plus circonspecte à l’égard de l’immaturité politique supposée des femmes, encore soupçonnées d’être la proie du clergé, des jeunes, régulièrement infiltrés par les trotskistes, et des socialistes de la dernière heure, taxés d’opportunisme. Le mode de scrutin, proportionnel et de liste, qui donnait tout pouvoir à l’appareil, n’autorisait guère une régulation par les électeurs. Par conséquent, la Résistance constitua une condition nécessaire mais pas suffisante, et ne suffit pas à transformer les pratiques et les critères traditionnels de sélection. Cette rénovation laissait un sentiment d’inachevé.

11Le parti fit le choix de renaître de ses cendres, préfigurant ainsi la décision, lourde de conséquences, de rester fidèle à son orthodoxie marxiste. L’esprit de la Résistance, que Léon Blum et Daniel Mayer auraient voulu insuffler, n’inspira pas de renouveau idéologique. Le projet de rassemblement dans le cadre d’une Fédération des socialistes et socialisants de la Résistance ayant échoué, le socialisme humaniste de Léon Blum, porté par l’équipe de Daniel Mayer, fut rejeté au nom d’une radicalisation de la doctrine au congrès d’août 1946. Le renouvellement endogène du personnel parlementaire fut donc le reflet de l’incapacité du parti à renoncer à sa conception étroite de la lutte des classes et à sa sacralisation de la classe ouvrière. Fédérations et militants ne demeuraient-ils pas attachés à l’image d’un parti ouvrier, au point d’avoir cru un temps à une improbable unité organique avec les communistes ?

  • 8 Marc Lazar, « Le parti et le don de soi », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° spécial « Les en (...)

12Sous la IVe République, ils étaient encore prisonniers d’une surenchère ouvriériste face au PCF. En dépit de la volonté incantatoire de recruter le maximum de candidats dans le monde ouvrier, les parlementaires étaient encore moins nombreux à en être issus que leurs collègues d’avant-guerre, puisque 45 % de leurs ascendants appartenaient aux classes moyennes. Ils étaient naturellement le produit des transformations socioéconomiques de l’entre-deux-guerres et de l’essor de la petite et de la moyenne fonction publique dans la SFIO. Pour compenser, leur discours autobiographique affichait en général un déterminisme de classe, parfois une volonté de transgression chez les jeunes femmes et les fils de bonne famille. Dans les deux cas, le socialisme apparaissait comme une valeur transcendante dont la supériorité allait de soi. La convocation du milieu social et familial pour accréditer leur appartenance à la classe ouvrière, ou du moins au peuple, était depuis longtemps codifiée par une littérature relevant de leur culture commune. Or si la politisation de leur entourage put favoriser chez eux un éveil plus précoce et les orienter plus rapidement vers la SFIO, leur degré d’engagement fut bien plus élevé que celui de leurs ascendants. Il y avait ainsi fort peu d’héritiers parmi eux. En participant à cette vulgate, ils taisaient ce qu’il leur avait fallu de détermination individuelle et d’abnégation pour s’investir dans une organisation exigeante. Sans aller jusqu’au « don de soi » des communistes8, dans ce qu’il comprenait de soumission et d’abdication de la personnalité, une grande disponibilité et un activisme élargi aux différentes sphères de la vie sociale étaient attendus du militant socialiste et affectaient souvent sa vie privée. Mais dans leur construction identitaire, ils ne pouvaient se concevoir en dehors d’une force collective et gommaient toute motivation intime. On comprend mieux le choc que put représenter pour eux leur dispersion dans la Résistance.

13Tout en restant issus des couches modestes de la population, ils avaient enregistré une formidable ascension sociale avant même d’être propulsés au-devant de la scène politique. Grâce à l’élévation de leur niveau d’études, plus d’un tiers étaient devenus enseignants, et un tiers exerçaient une profession libérale ou de journaliste. Ils étaient donc plus proches des classes moyennes que des ouvriers qui pesaient à peine 3 % dans leur groupe, quand le PCF avait réussi à en conserver 40 %. Ils ne pouvaient donc plus prétendre être les représentants génériques de la classe ouvrière. Promus par l’élitisme républicain, ils conservaient néanmoins de leurs origines populaires une authentique sensibilité à l’injustice sociale et un profond attachement à l’école de la République. Plus d’un quart d’entre eux exerçaient des responsabilités à la Ligue de l’enseignement, à la Fédération des œuvres laïques ou dans d’autres associations laïques, plus d’un quart appartenaient encore à la franc-maçonnerie, et un quart militaient à la Ligue des droits de l’homme. Ils étaient donc engagés dans des organisations qui ne se limitaient pas à la défense d’une catégorie socioprofessionnelle spécifique, mais dont la vocation universelle était fondée sur les valeurs républicaines de 1789.

14Depuis la Libération, en effet, les socialistes revendiquaient les responsabilités du pouvoir et aspiraient à servir l’ensemble de la communauté. Les parlementaires devaient valoriser leur aptitude à investir l’espace public en soulignant leurs compétences professionnelles et leur activité au sein d’associations d’intérêt général. Ils se définissaient ainsi comme les défenseurs et les représentants naturels de groupes réputés dépourvus de capacité politique. À l’exception des parlementaires paysans et de quelques personnalités liées à Force ouvrière, ils ne pouvaient plus se prévaloir d’un engagement syndical comme dans leur jeunesse. Ils fondaient par conséquent leur crédibilité de représentants sur leur légitimité participative, en affichant leur capacité à être les porte-parole du plus grand nombre, et pas seulement d’une classe particulière. Alors que la SFIO se muait en parti de gouvernement, ce glissement historique d’un intérêt de classe à l’intérêt général se concrétisa chez les parlementaires par leur implantation locale.

15Ils avaient amorcé cet enracinement avant la guerre, en particulier lors des municipales de 1935, puisque 42 % d’entre eux s’étaient déjà investis dans le socialisme municipal ou dans les assemblées départementales, généralement dans les banlieues ouvrières. Mais la Libération constitua une rupture en accélérant et en élargissant ce mouvement. Usant des CDL comme d’un tremplin, dopés par les municipales d’avril 1945, ils se lancèrent à la conquête des villes moyennes, des petites villes et des conseils généraux. De sorte que 82,5 % des parlementaires SFIO reçurent un mandat local sous la IVe République. En ces temps de récession électorale, le Parlement et surtout l’Assemblée nationale ne constituaient plus systématiquement le terme du cursus honorum comme sous la IIIe République. À l’image du Conseil de la République qui en était l’émanation, les mandats locaux leur assurèrent une base de repli honorable où puiser le plus souvent une longévité politique exceptionnelle. Car ils permettaient de mettre en œuvre des mécanismes de rétribution que n’autorisait pas le scrutin proportionnel des législatives. Ces élus purent ainsi jouer un rôle actif au sein de l’Association des maires de France et de l’Association nationale des présidents de conseils généraux. Certains prolongèrent même leur activité au Sénat de la Ve République. Cette réconciliation inattendue des socialistes avec la chambre haute illustra parfaitement cette notabilisation des parlementaires, que n’avaient pas connue leurs prédécesseurs de la IIIe République. Par leur intégration au corps des notables et leur ruralisation, ils confirmaient le déplacement des assises de la SFIO sur les terres radicales. Et alors qu’autrefois seule l’appartenance à la SFIO fondait la légitimité du candidat, leur aptitude à gérer cantons et communes leur conférait désormais une crédibilité propre. Cette évolution relança le débat sur la représentativité du parlementaire socialiste qui, d’après les statuts, ne relevait que du parti, même pas de sa fédération, et en aucun cas de ses électeurs. En dépit du mode de scrutin, la personnalisation de la vie politique joua contre cette conception et modifia la pratique des élus socialistes. Elle explique, en partie, les indisciplines sous la IVe République.

16L’éclatement du groupe parlementaire, en juin 1958, pouvait sembler contradictoire avec le processus d’homogénéisation volontaire, impulsé depuis la Libération et combinant un recrutement sélectif et la construction d’une image collective homologuée. En fait, il était symptomatique d’une autonomisation de ces militants amorcée vingt ans plus tôt, et d’une inadaptation de leur grille de leur lecture, héritée du passé, aux crises du nouveau régime.

  • 9 René Naegelen.

17L’unité du parti étant virtuellement brisée depuis les accords de Munich, tous ne basculèrent pas dans une politique du refus au même moment. Toute une gamme d’accords visant à concilier pacifisme et liberté fut jouée, des quelques anti-munichois, qui eurent une vision plus précoce de la nature belliciste du nazisme, à l’ancien combattant qui refusa son ordre de mobilisation, rallia Vichy, puis risqua sa vie dans un réseau de renseignement britannique à partir de 19429. Entre ces deux pôles, des socialistes du Nord entraient en résistance contre un occupant qu’ils ne connaissaient que trop, de nombreux partisans de la fermeté s’organisaient derrière Daniel Mayer pour reconstituer le parti sous la houlette morale de Léon Blum, et plusieurs paul-fauristes refusaient la défaite puis le régime de Vichy. Au-delà d’une réaction patriotique épidermique, la plupart finirent par transcender leur intérêt particulier pour témoigner, par n’importe quel moyen, même dérisoire, de leur attachement à des valeurs et à des droits bafoués par Vichy et l’occupant. Leur dispersion dans les mouvements et réseaux n’apparaît donc plus comme étant seulement le fruit de contraintes matérielles et géographiques, conjuguées à la stratégie assumée de Léon Blum de verser les socialistes dans la Résistance. Elle fut aussi le reflet d’une prise de conscience individuelle, d’une démarche solitaire à laquelle ils n’étaient pas préparés. Sur ce point, la différence avec le parti communiste semble éclatante. Car cette épreuve ne favorisa pas l’émergence d’un esprit de corps. L’appartenance au parti clandestin se doublait souvent d’activités parallèles, plus valorisantes, de sorte qu’après la Libération, ils furent peu nombreux à la mettre en avant dans leur propagande électorale.

18Sous la IVe République, plusieurs parlementaires furent donc incapables de se plier à la décision commune, puisque d’expérience ils savaient qu’ils pouvaient avoir raison seuls contre tous. Léon Blum avait incarné la conscience collective des socialistes sous l’Occupation et, bien que désavoué en août 1946, dans Le Populaire après la guerre. Sa mort, en 1950, accentua peut-être leur sentiment d’isolement. Des personnalités comme Augustin Laurent ou Eugène Thomas dans le Nord, Gaston Defferre dans les Bouches-du-Rhône, ou Guy Mollet dans l’ensemble du parti pouvaient mobiliser de solides amitiés et fidélités, mais ils n’avaient pas son charisme, ni surtout son autorité morale. Chez les futurs minoritaires, Daniel Mayer fut toujours soupçonné de régler des comptes personnels avec le secrétaire général, et Édouard Depreux ne renonça que très difficilement à l’unité du parti.

19À trois reprises, les parlementaires puisèrent dans leur passé commun pour argumenter dans des sens radicalement opposés. Lors de la querelle de la CED, ni la solidarité des camps ni celle des réseaux et mouvements ne structurèrent clairement les votes, et pourtant tous se réclamaient de la Résistance. Les anticédistes ne constituaient pas un groupe homogène, et ne tentèrent même pas de s’organiser en tendance. Pendant la guerre d’Algérie, la Résistance fut à nouveau invoquée, à la fois pour défendre l’Algérie française et dénoncer la torture. La ligne de partage sur la CED se brouilla, puisque les nationalistes anticédistes, à l’image de Robert Lacoste, ne voulaient pas abandonner les Français d’Algérie. Sur ces deux enjeux, la construction européenne et la décolonisation, les parlementaires socialistes ne firent pas tous preuve de clairvoyance. Les cédistes étaient animés par une soif de réconciliation et l’espoir de construire l’Europe, mais leurs adversaires considéraient que la démarche était maladroite, ou refusaient le réarmement d’une Allemagne à laquelle ils ne pouvaient se résoudre à accorder leur confiance. Tributaires d’un passé douloureux, il leur était difficile d’intégrer l’Allemagne à l’Europe en saisissant tous les enjeux futurs d’une véritable communauté. Puis face à la montée des aspirations nationalistes en Algérie, peu furent capables de se déprendre de leur traditionnel schéma colonial et de concevoir l’existence d’une nation algérienne. Enfin, en n’ayant pas une interprétation unanime de la crise du 13 mai 1958, ils contribuèrent à l’avènement de la Ve République.

  • 10 De Gaulle écrivait : « La séparation des pouvoirs est une nécessité absolue si l’on veut empêcher (...)

20Les parlementaires socialistes se divisèrent sur la confiance qu’ils pouvaient faire à de Gaulle, les uns se souvenant malgré tout de « l’homme du 18 juin », les autres ne voulant voir en lui que le chef du RPF et le promoteur d’un nouveau césarisme. Or ce ralliement partiel au Général, non seulement facilita son retour légal, mais entérina aussi l’abandon du Parlement comme seul lieu légitime du pouvoir. À la Libération, face à un État toujours susceptible d’être dominé par les vieilles féodalités, les socialistes avaient voulu renforcer l’Assemblée élue par la Nation pour obliger le gouvernement à appliquer le programme auquel elle aspirait. Mais les élections sonnèrent rapidement le glas de leurs espérances, et la SFIO ne devint pas le premier parti de France en attirant à elle des forces politiques quelque peu volatiles. Pris dans l’engrenage des tractations ministérielles, du tripartisme au Front républicain en passant par la Troisième Force, les parlementaires durent régulièrement débattre de la participation et se soumettre à la règle de la solidarité gouvernementale, tout aussi absolue que l’unité du parti. L’apogée du malaise fut atteint avec « la politique de pacification » de Robert Lacoste en Algérie, à laquelle plusieurs d’entre eux répugnaient de plus en plus à souscrire. Par ces pratiques, ils prêtèrent donc le flanc aux critiques gaullistes sur une nécessaire séparation des pouvoirs10. Mais ce fut surtout leur renoncement aux prérogatives parlementaires, en accordant à plusieurs reprises les pouvoirs spéciaux en Algérie, qui mina le régime. Les minoritaires eux-mêmes crurent jusqu’au bout à la possibilité de faire basculer l’ensemble des militants et donc d’inverser le cours des événements depuis leur parti, au lieu de restaurer les pouvoirs du Parlement face aux militaires. Ils ne sauvèrent ni le régime ni l’unité du parti pour autant, et durent se résoudre à la scission en septembre 1958 avec la création du Parti socialiste autonome.

21Exclus de l’Assemblée nationale aux législatives de novembre, la plupart purent alors se replier sur leurs terres en valorisant leur statut de notables locaux. En gérant leurs municipalités, en présidant leurs conseillers généraux ou en pénétrant au Sénat, ils assurèrent ainsi leur survie politique et résistèrent au gaullisme.

Notes

1 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Le Seuil, 1997, p. 251-271.

2 Contre la petite Europe cléricale et réactionnaire, brochure signée par une soixantaine de parlementaires, mai 1954.

3 Léon Blum, Le Procès de Riom, Œuvres 1940-1945, p. 349.

4 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Compte rendu dactylographié, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 814.

5 François Bazin, Les députés MRP, élus les 21 octobre 1945, 2 juin et 10 novembre 1946, itinéraire politique d’une génération catholique, thèse sous la direction de Jean-Marie Mayeur, IEP de Paris, 1981.

6 Éric Duhamel, L’Union démocratique et socialiste de la Résistance, 1945-1965, thèse de doctorat sous la direction de Jean-Marie Mayeur, université Paris IV-Sorbonne, 1993.

7 Louis Bodin, « L’Âge mûr de la SFIO », Esprit, mai 1956.

8 Marc Lazar, « Le parti et le don de soi », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° spécial « Les engagements du xxe siècle », n° 60, octobre-décembre 1998, p. 35-42.

9 René Naegelen.

10 De Gaulle écrivait : « La séparation des pouvoirs est une nécessité absolue si l’on veut empêcher que les partis se répartissent non seulement le gouvernement, mais tous les rouages de l’État, si l’on veut empêcher qu’en définitive, personne ne serve plus l’État, mais que tout le monde serve un parti », Discours et messages, t. 2 : Dans l’attente 1946-1958, Plon, 1970, p. 70, cité par Fondation Charles de Gaulle et Université Bordeaux III, De Gaulle et le RPF, Armand Colin, 1998, p. 383.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540