Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Troisième partie. Culture politique et engagements

Chapitre IX. Le combat républicain

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Depuis Jaurès, qui consacra une partie de son œuvre à concilier la pensée socialiste avec la tradition républicaine, le socialisme français était républicain.

  • 1 Conférence du 31 juillet 1917, Œuvres (1914-1928), p. 14.

« C’est une notion banale pour nous aujourd’hui que République et Socialisme sont, sinon deux termes équivalents, du moins deux termes étroitement dépendants l’un de l’autre. Sans le socialisme, la République est incomplète, sans la République, la victoire du socialisme est impossible », constatait Léon Blum en juillet 19171.

  • 2 Sur la défense de la laïcité, voir la thèse originale CH11, B.

2La République permettait la libre expression de la souveraineté populaire et, à ce titre, ses valeurs fondamentales devaient être défendues : les libertés individuelles, l’État de droit et la laïcité2. Mais si les socialistes se considéraient comme les héritiers de la Révolution française, ils entendaient promouvoir une société différente, empreinte de justice et refusant le système capitaliste. Dans l’entre-deux-guerres, ils avaient dû faire la part entre les libéralismes économique et politique pour définir leur rapport à la démocratie ; et ils avaient connu les contraintes du pouvoir et les difficultés de la synthèse jaurésienne avec le Front populaire. Appartenir à un parti révolutionnaire qui ne fait pas la révolution n’était pas facile à assumer depuis la scission de Tours.

  • 3 Paul Ramadier, Les socialistes et l’exercice du pouvoir, Robert Laffont, 1961.

3La Résistance sembla donc ouvrir de nouveaux horizons, avec un vaste assentiment autour du programme d’action immédiate du CNR, d’inspiration socialiste. « Maître de l’heure », semblait-il, la SFIO pouvait devenir le point de ralliement de tous les Républicains qui s’inquiétaient de l’élan communiste. De sorte que, selon Paul Ramadier, la vocation gouvernementale du Parti socialiste était devenue évidente3. Associés au pouvoir, les socialistes engagèrent le combat républicain sur plusieurs fronts, nouant et dénouant des alliances tactiques avec leurs partenaires pour faire face aux ennemis de la République et aux dangers intérieurs et extérieurs qui la menaçaient. Ainsi, quel fut le rôle des parlementaires dans la politique de Troisième Force – destinée à lutter à la fois contre le totalitarisme communiste et le césarisme gaulliste – puis dans la politique algérienne de Guy Mollet ? Et quelle fut leur réponse à la crise du 13 mai 1958 ?

À la pointe de la Troisième Force ?

  • 4 Bernard Vanneste, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Westhoek Éditio (...)

4Au lendemain de la victoire de 1981, Augustin Laurent analysait encore la Troisième Force, qui gouverna de 1947 à 1951, comme un piège dans lequel les communistes auraient poussé les socialistes et où ils auraient perdu leur âme4. Pourtant, la Troisième Force ne fut pas seulement une combinaison parlementaire dont le seul but aurait été de se maintenir au pouvoir. Elle fut la réponse de démocrates sincères à la double opposition communiste et gaulliste, dans un climat social dégradé. À l’Assemblée nationale, Léon Blum expliqua que ce rassemblement profondément républicain se composait de

  • 5 Discours de Léon Blum, pressenti par Vincent Auriol, à l’Assemblée nationale le 21 novembre 1947.

« […] tous ceux qui se refusent à subir la dictature impersonnelle non pas du prolétariat mais d’un parti politique, tous ceux qui se refusent à chercher un recours contre ce péril dans le pouvoir personnel d’un homme5 ».

5Mais elle posait un problème ardu à la SFIO, ce parti révolutionnaire qui ne faisait pas la révolution. L’avance des communistes aux législatives d’octobre 1945 avait convaincu les socialistes qu’ils ne devaient rien leur céder sur le terrain de l’opposition. C’est pourquoi ils avaient souhaité la participation des communistes au gouvernement, en évitant cependant tout tête-à-tête avec eux. La rupture du tripartisme, en mai 1947, plaçait à nouveau la SFIO dans une position difficile, qu’elle avait déjà subie à la fin du Front populaire. Alors qu’elle aurait voulu affirmer son originalité par rapport au vieux parti radical et aux jeunes MRP et UDSR, elle devait cohabiter avec des partis qu’elle ne pouvait ni rejeter, puisqu’elle se posait en rempart de la République, ni absorber. À contrecœur, elle dut donc s’engager dans la participation aux gouvernements de Troisième Force. Quel rôle les parlementaires jouèrent-ils dans ce processus ?

La participation au cœur des tensions avec le comité directeur

  • 6 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir (1944-1958), Fayard, 1972, p. 238 et 337.

6Le socialiste Roger Quilliot a souligné les divergences entre un groupe parlementaire, qui opta régulièrement pour la participation ministérielle, et un comité directeur, beaucoup plus réticent et attentif à en faire respecter les conditions. Or il explique cet écart par le clientélisme des élus, ceux-ci portant selon lui la responsabilité d’une radicalisation du parti6. L’adhésion des parlementaires fut-elle aussi unanime et constante ? Compte tenu de leurs expériences passées, leurs motivations furent-elles seulement électorales ?

  • 7 Marcel Déat, Perspectives socialistes, Valois, 1930.

7Dès le tournant du siècle, la plupart des grands partis socialistes d’Europe avaient accepté la logique du suffrage universel, et donc le pluralisme de la démocratie représentative. Dans l’entre-deux-guerres, la SFIO connut la même évolution. Pour l’aile droite de Pierre Renaudel, repousser systématiquement la participation risquait de rejeter radicaux et républicains à droite, voire de pousser les travailleurs à des solutions plus extrêmes en optant pour le communisme. En décembre 1930, Marcel Déat préconisa de rassembler tous ceux qui étaient hostiles au capitalisme, y compris les classes moyennes7. Alors au congrès de Paris de 1932, les socialistes votèrent « Les cahiers de Huygens », charte d’une participation conditionnelle à un gouvernement radical, que le Parti radical ne put satisfaire, en particulier la réduction des crédits militaires et la semaine de 40 heures. En juillet 1933, la majorité du groupe parlementaire, qui avait néanmoins voté le budget, fut accusée d’indiscipline. La direction ne put éviter la scission néo-socialiste derrière Pierre Renaudel et Marcel Déat, puis la création du Parti socialiste de France – Union Jean-Jaurès.

8Presque tous les membres du corpus vécurent ce débat récurrent sur la participation, et certains s’engagèrent en sa faveur. Joseph Paul-Boncour, Paul Ramadier, Pierre-Olivier Lapie et Jean Péridier furent membres de l’Union socialiste républicaine, issue du Parti socialiste de France en 1935. D’autres proches des positions de Pierre Renaudel ne l’avaient pas suivi, mais soutinrent publiquement la participation, tels que Jacques Bozzi dans les Ardennes, Jean Biondi et Étienne Weill-Raynal dans l’Oise, Jean Bouhey en Côte-d’Or, Marius Moutet dans le Rhône, Tony Larue en Seine-Maritime, ou encore Albert Lamarque dans le Var. Mais on constate que seule une minorité des futurs parlementaires de la ive République furent participationnistes dans l’entre-deux-guerres. Le ralliement des socialistes clandestins à la France libre et leur engagement pour la création du CNR bouleversèrent complètement les données. Des socialistes furent membres du CFLN puis du GPRF. Depuis la Libération, ils étaient donc prêts à assumer les responsabilités du pouvoir. À l’exception de l’éphémère – et conçue comme telle – expérience Léon Blum de décembre 1946 à janvier 1947, ils n’avaient jamais pu constituer de gouvernements homogènes, mais le PCF était partie prenante du tripartisme. Or la rupture permettait à ce dernier de retourner dans l’opposition. Par conséquent, la question de la participation redevenait brûlante, dans des termes qui ne semblaient pas avoir fondamentalement changé depuis l’entre-deux-guerres puisqu’elle demeurait conditionnelle, même dans le cadre d’une Troisième Force destinée à sauver la République.

  • 8 Cf. L’Année politique, Éditions du Grand Siècle, 1948, p. 198.

9Au lendemain des élections municipales, le succès du RPF au second tour ne faisait plus aucun doute. Et le 27 octobre 1947, de Gaulle put réclamer la dissolution de l’Assemblée nationale et une réforme du scrutin, alors même que les conflits sociaux donnaient lieu à de violents incidents. Le 30 octobre dans sa déclaration ministérielle, Paul Ramadier présenta l’agitation sociale entretenue par les communistes et celle, politique, impulsée par les gaullistes comme deux dangers d’égale grandeur. Jacques Duclos l’interpella alors dans un discours « d’une violence inhabituelle », émaillé « d’attaques passionnées, voire injurieuses8 ». Il balaya ainsi les dernières hésitations des socialistes.

  • 9 Gilles Morin, « La Troisième Force », dans Historiens-géographes, n° 361, mars-avril 1998, p. 361- (...)

10Une structure organique de la Troisième Force, regroupant des représentants de la SFIO, du MRP, de la Jeune République, des radicaux, de l’UDSR et des syndicalistes de la CFTC et de FO, fut constituée en janvier 19489. Le député et membre du comité directeur, Gérard Jaquet, représentait les socialistes avec Georges Brutelle et Marceau Pivert à son bureau exécutif. Mais cette tentative d’organisation n’alla guère plus loin. Le MRP entendait bien conserver intégralement son programme et son indépendance. Et si la Troisième Force semblait plus ou moins tolérée par la base socialiste comme un mal nécessaire sur le plan national, la direction dut déchanter devant les difficultés à l’implanter localement. Des socialistes avaient d’importantes responsabilités à assumer, comme Jules Moch, ministre de l’Intérieur du gouvernement Schuman, qui réprima les grèves de l’automne 1948, ce qui lui valut le surnom de Noske français chez les communistes. La SFIO se transformait douloureusement en parti de gouvernement. Or les militants restaient sensibles au discrédit encouru par leurs ministres, impuissants à résoudre les embarras persistants de la vie quotidienne, telle que la hausse des prix. Les correspondances fédérales révèlent que le secrétariat général devait régulièrement justifier la participation auprès de sa base. Peu de comités départementaux de Troisième Force réussirent, par conséquent, à se former, sans compter les réticences de certaines fédérations de l’Ouest à s’allier avec le MRP, ou de celles du Midi à renouer avec les radicaux. Or les parlementaires montrèrent quant à eux bien moins de répugnance.

11Non seulement plus de 10 % d’entre eux participèrent, à différents échelons, aux gouvernements de Troisième Force de juin 1947 à juillet 1951, mais surtout la majorité pratiqua des alliances électorales de ce type, dont le pivot était clairement anticommuniste. Aux sénatoriales de novembre 1948, bon nombre de professions de foi en portaient la marque sur tout le territoire. Dans les Alpes-Maritimes, par exemple, celle d’Alex Roubert, président du groupe au Conseil de la République, ne comportait pas une seule fois le terme « socialiste » ou le sigle PS-SFIO, en appelant à « l’accord de tous les Républicains, de tous les bons Français » contre « tout sectarisme, tout esprit partisan ». Et en Corrèze, Marcel Champeix, qui avait pour colistier l’ancien sénateur radical François Labrousse, membre des Quatre-Vingts, se réclamait du gouvernement d’Henri Queuille. Dans le bastion socialiste du Pas-de-Calais lui-même, Bernard Chochoy, Émile Vanrullen et Jeannil Dumortier constituèrent une « Liste d’Union républicaine et socialiste pour la défense de la démocratie » avec un républicain-radical, Émile Durieux qui, une fois élu, adhéra à la SFIO.

  • 10 Notes du préfet des 30 mars 1949, 27 novembre 1951, et septembre 1953, dossier Auban, AN, F7/2938.
  • 11 Notes du préfet de novembre 1948 et 27 juillet 1949, dossier Malécot, AN, F7/4138.

12La Troisième Force se pratiqua également à l’échelle des assemblées départementales. Ainsi en Haute-Garonne, le député Achille Auban, maire et conseiller général de Saint-Béat, restait selon le préfet un adversaire déterminé du parti radical-socialiste qui avait pactisé avec le PSD de Paul Faure, mais était « l’ennemi déclaré du communisme », alors qu’il se rapprochait du MRP au conseil général10. De même dans les Pyrénées-Orientales, Louis Noguères et Léon Grégory entreprirent de faire face à la concurrence du PCF devenu, à la Libération, la première force politique du département. À partir de 1947, ils créèrent une Union républicaine et socialiste, qui leur permit de récupérer les suffrages MRP au conseil général, que Louis Noguères présida de 1948 à 1955. Président du conseil général de la Loire et de l’Association des présidents de conseils généraux, Aimé Malécot entretenait de très mauvaises relations avec les communistes et s’appuyait sur une majorité de Troisième Force à l’assemblée départementale11. Cela l’entraîna même à voter la loi de Finances d’Antoine Pinay, autre député de la Loire, en avril 1952. Sur le terrain local, nos élus firent donc souvent preuve de pragmatisme, à l’image de Max Boyer qui présida longtemps le conseil général de la Sarthe et confessait :

  • 12 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 224, octobre 1983.

« Il était impossible de gérer le conseil général avec le seul appui d’un groupe socialiste inexistant. […] Je n’ai rien fait qui puisse aller à l’encontre des socialistes, de la classe ouvrière, de la laïcité… mais il fallait que je manœuvre, alors j’ai manœuvré12. »

13Ces pratiques d’un socialisme de gestion qui s’assumait à l’échelle locale trouvaient un écho, douloureux, au Parlement.

14Au niveau national, le cap de la Troisième Force était difficile à tenir, car à chaque congrès, la participation était assortie de conditions qui ne pouvaient être toutes satisfaites. À chaque formation de gouvernement, comité directeur et groupe parlementaire se devaient d’apprécier jusqu’où pouvaient aller les concessions. Les contradictions étaient alors inévitables, et l’on peut se demander quel rôle jouèrent les parlementaires dans ce difficile jeu d’équilibres. Alors qu’au parti radical, les organismes directeurs s’alignaient sur leur représentation parlementaire en leur accordant une pleine liberté de vote, au parti communiste, le groupe parlementaire obéissait avec une discipline sans faille au comité central.

15La SFIO, quant à elle, avait hérité du guesdisme la prééminence affirmée du comité directeur et la méfiance traditionnelle et persistante à l’égard des élus. La tension entre les représentants de la base militante, élus chaque année en congrès au comité directeur, et les représentants du peuple, adoubés par le suffrage universel pour plusieurs années, en cumulant souvent les mandats, s’exerça tout au long de la IVe République. Rappelons que depuis le congrès d’août 1945, le comité directeur comprenait 31 membres, avec un maximum de dix parlementaires, et qu’à l’exception du remaniement de septembre 1946 entraîné par le changement de direction, le personnel du comité directeur se caractérisa par sa stabilité. La différence de sensibilités entre les deux organismes n’était donc pas conjoncturelle.

16L’équilibre de leurs pouvoirs fut un enjeu permanent. Alors que sous la IIIe République, le groupe jouissait d’une grande autonomie sous la haute magistrature de Léon Blum, il vit ses prérogatives se réduire peu à peu après la Libération. À partir de 1948, le groupe n’eut plus qu’un avis consultatif en période de crise, le soin de trancher étant réservé au comité directeur, puis à un organisme mixte. Cette tutelle était fort mal acceptée par les parlementaires qui ne comprenaient guère pourquoi eux, qui venaient d’horizons géographiques et socioéconomiques variés, auraient eu moins de compétence. Charles Lussy, qui avait succédé à la présidence du groupe à André Le Troquer à la fin de l’année 1946, se faisait régulièrement l’écho de l’amertume des parlementaires à ce sujet.

  • 13 Les débats du groupe étaient à huis clos. Seul un communiqué final, avec le comité directeur, étai (...)
  • 14 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 25 octobre 1949 à 15H.
  • 15 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 21 décembre 1949 à 18H.
  • 16 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 23 décembre et 29 décembre 1949.
  • 17 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS2, 16 février 1950 à 15H.

17Les archives du groupe de l’Assemblée nationale révèlent que les conflits entre les deux instances furent fréquents, presque hebdomadaires, et les échanges plus que vifs, en particulier à propos de la participation13. Charles Lussy put se demander s’il était bien nécessaire de réunir le groupe, puisque de toutes les façons son vote serait « cassé » et qu’il lui faudrait « s’incliner14 ». C’est pourquoi, en décembre 1949, « un protocole d’accord » – un nom qui en disait long – prévoyait qu’en cas de mésentente majeure l’arbitrage soit rendu par une commission de 46 membres. Elle était composée des membres du comité directeur, renforcés par quinze parlementaires élus par leurs collègues – neuf députés et six sénateurs –, ce qui ramenait l’équilibre à 25 parlementaires contre 21 militants. Sa mise en place fut houleuse. Jean Le Bail jugeait « anticonstitutionnel et antirépublicain, qu’une partie du groupe confie à d’autres le soin de décider pour eux15 » ; Gaston Defferre et Germain Rincent exigeaient que les réunions de ce « super-organisme » aient lieu en la présence du groupe et non à cité Malesherbes ; alors que Guy Mollet estimait que ceux qui seraient désignés devaient, certes, « s’inspirer au maximum » de ce qu’ils avaient entendu, mais qu’a priori ils ne pouvaient être liés par les décisions du groupe16. Mais en dépit de ce « protocole d’accord », en février 1950, Jean Le Bail pouvait encore déplorer au nom de ses camarades : « une atmosphère permanente de soupçons17 ».

  • 18 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 27 octobre 1949 à minuit.
  • 19 Ibidem, à 14H.
  • 20 Cf. chap. VI.

18La stratégie socialiste apparut donc hésitante, à l’image des parlementaires eux-mêmes et de leurs chassés-croisés : en octobre 1949, Guy Mollet, partisan de la participation, la refusait à Georges Bidault « en raison du bilan déficitaire qui résulte des négociations18 » ; et Édouard Depreux, qui en congrès et conseils nationaux ne cessait de prôner « l’autonomie » du parti, hésitait à faire « capoter » un gouvernement pour une question de personne19. Or l’analyse des débats du groupe parlementaire montre que si, au final, il se prononça le plus souvent en faveur de la participation, ce ne fut jamais sans états d’âme. Si l’on constate bien un décalage entre le comité directeur et le groupe, on ne peut nier que les parlementaires eux-mêmes étaient divisés sur ce sujet, qu’ils pouvaient évoluer au gré des circonstances et qu’ils dépensaient énormément de temps et d’énergie à peser chaque nouvelle condition. Cette mésentente chronique traduisait, en fait, une appréhension divergente quant à la manière de représenter au mieux les masses populaires et de contrer du même coup la propagande communiste. Les adversaires de la participation veillaient à ce que l’image d’un parti de la classe ouvrière ne fût pas écornée par des concessions excessives aux conservateurs. Ils étaient plus nombreux au comité directeur, qui comptait nécessairement moins d’élus et de provinciaux. Les partisans de la participation, parmi lesquels une majorité de parlementaires, étaient convaincus qu’une politique de présence était obligatoire pour préserver les acquis sociaux. Ayant déjà constaté la profondeur de l’enracinement local des parlementaires20, il n’est pas surprenant de les voir transposer au Parlement leur expérience d’élus locaux, mais pas dans le sens réducteur d’un simple clientélisme. Tant à l’échelon local que national, ils essayaient d’œuvrer en faveur de « l’intérêt général », en transcendant les intérêts particuliers, y compris ceux de la classe ouvrière.

  • 21 Gérard Grunberg et Alain Bergounioux, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français 190 (...)

19Aux yeux de l’orthodoxie marxiste exprimée au congrès d’août 1946, ce réalisme gestionnaire pouvait être considéré comme une dérive, une forme d’abâtardissement réformiste du socialisme. Les réformes marquant le pas, les parlementaires devaient donc montrer qu’ils veillaient jalousement aux grands acquis sociaux de la Libération : les nationalisations, la sécurité sociale et la laïcité. Aussi en juin 1951, plus des trois quarts des candidats du corpus justifièrent la participation comme un « moindre mal », arguant que le parti n’avait pas pu appliquer tout son programme, et mettant en exergue l’éphémère gouvernement socialiste homogène de Léon Blum (décembre 1946-janvier 1947). Ce type de discours était donc clairement destiné aux militants et sympathisants déçus par la participation et révélait ce que Gérard Grunberg et Alain Bergounioux ont appelé « le remords du pouvoir21 ».

S’opposer au « double assaut contre la République »

20Pour justifier la participation et ne pas apparaître comme « un parti du système », la SFIO devait donc se poser en rempart de la République. L’automne 1947 constitua bel et bien un tournant pour les parlementaires, qui se traduisit dans leurs discours et leurs activités de propagande. D’une part, les candidats furent convaincus que les risques d’un coup de force et d’un plébiscite étaient bien réels, à cause du raz-de-marée du RPF et des exigences du Général, réclamant la dissolution et l’adoption du scrutin majoritaire. D’autre part, perdant tout espoir de réconciliation avec les communistes, ils abandonnèrent toute modération à leur égard (cf. annexe 8).

  • 22 Jean-William Dereymez, « Le Rassemblement du Peuple Français vu par la SFIO », dans Fondation Char (...)
  • 23 Léon Blum, Le Populaire, 2 avril 1947.

21Quatre mois après le départ du général de Gaulle, très peu de candidats à la Constituante de juin 1946 se montraient critiques envers lui. Néanmoins, dans le Rhône, André Philip, qui avait présidé la commission de la Constitution de novembre 1945 à janvier 1946, et son colistier Étienne Gagnaire rappelaient que le parti avait défendu les pouvoirs des élus du peuple. À cette occasion, ils déclaraient sans ambiguïté : « [Le parti] a engagé le débat constitutionnel et il a refusé de suivre le général de Gaulle dans la voie du régime présidentiel, antichambre de la dictature personnelle. » Mais cet ancien ministre du Général faisait figure d’exception en s’attaquant à ce qui était encore la statue du Commandeur pour les résistants. Jean-William Dereymez a rappelé que de nombreux socialistes éprouvaient du respect pour le Général et que ce sentiment était plus perceptible chez eux que chez les communistes22. Néanmoins, le discours de Bayeux de juin 1946 marqua une rupture, comme en témoigna Léon Blum qui éprouva « un choc23 ». Dans une fiche Arguments et ripostes consacrée à de Gaulle en avril 1946, il avait déjà utilisé l’expression « pronunciamiento civil » pour qualifier ses conceptions constitutionnelles. Mais la charge du Général contre « le régime des partis » ne provoqua toujours pas de hausse spectaculaire de l’anti-gaullisme dans les professions de foi aux législatives de novembre, ni aux sénatoriales de décembre 1946, puisqu’un candidat sur dix seulement émit des réserves, et le plus souvent de manière implicite ou détournée.

  • 24 Cf. « De Gaulle et le pouvoir personnel », Arguments et ripostes, 15 octobre 1946.
  • 25 Bernard Lachaise, « Dans la continuité de Félix Éboué : l’engagement gaulliste d’Eugénie Éboué sou (...)

22Sans nommer de Gaulle, Paul Rivet et Robert Verdier voulaient repousser « toute menace de pouvoir personnel » dans le 1er secteur de la Seine, alors que dans le 2e secteur, Daniel Mayer et Gérard Ouradou accusaient leur adversaire René Capitant de croire qu’il avait « le monopole du gaullisme […], parce qu’il s’était servi à des fins bassement politiques du nom du premier résistant de France ». On retrouve la même posture dans le Puy-de-Dôme, où Adrien Mabrut et Francis Dassaud détournaient leurs coups sur l’entourage du Général pour porter leurs accusations de populisme et de césarisme. Tous ceux qui égratignaient ainsi de Gaulle avaient bien entendu de solides brevets de Résistance. Quant aux autres, soit la stature désormais historique du Général leur semblait intouchable, soit – plus vraisemblablement – ce dernier ne constituait pas encore à leurs yeux un danger politique majeur, puisqu’aucun concurrent « gaulliste » ne leur était opposé. Ils ne relayèrent donc pas les thèses développées par la direction dans sa propagande interne24. Néanmoins, par leurs arguments, les quelques anti-gaullistes de 1946 préfiguraient ce qui allait devenir la ligne générale après les succès du RPF aux municipales d’octobre. La perte de leur mairie constitua, en effet, un véritable signal d’alarme. En outre, certains socialistes se laissaient tenter par une double appartenance, pourtant rigoureusement interdite, à l’image d’Eugénie Éboué, qui fut finalement exclue en juillet 194825.

23Au comité directeur, en octobre 1947, le secrétaire général, Guy Mollet, apparut très soucieux de hiérarchiser les dangers :

  • 26 Comité directeur, 22 octobre 1947, Archives du PS-SFIO, OURS.

« Si l’on continue à agir de cette façon, dans six mois nous serons tous dans des camps de concentration. Le danger de Gaulle est là, et l’hétérogénéité du RPF peut en être la force combattante. Pour combattre de Gaulle, il y a des fautes à ne pas commettre, qui sont : ne pas lui livrer le pouvoir, ne pas lui préparer le pouvoir, ne pas faire la politique de De Gaulle sans de Gaulle. […] Il ne faut pas se couper de la masse ouvrière. Or la politique de Ramadier le fait26. »

24Par conséquent, la résolution adoptée dénonça « les tenants du pouvoir personnel » et « le césarisme ». Ces thèmes furent repris et développés dans deux Arguments et ripostes de décembre 1947 et mars 1948 consacrés au RPF : il était bel et bien un parti, mais composé d’éléments hétéroclites et réactionnaires ; son programme économique était « un retour au dirigisme synarchique de Vichy », une nouvelle forme de corporatisme ; la fin du « régime des partis » signifiait la disparition du pluralisme au profit d’un parti unique. Or les trois quarts des candidats au Conseil de la République, en novembre 1948, reprirent désormais ces arguments. Dans le Jura, par exemple, Jean Courtois appela à « la défense de la République » contre « le néo-gaullisme », terme récurrent qui permettait à la SFIO de montrer qu’elle conservait son respect au « gaullisme » de la Résistance, mais qu’elle refusait son programme politique assimilé à un fascisme. Après les municipales d’octobre 1947, par conséquent, les parlementaires prirent la mesure du danger d’un Rassemblement qui exerçait son attrait sur certains militants et sur les électeurs. Ils relayèrent alors sans état d’âme la propagande officielle visant à faire du RPF « un parti de factieux ».

  • 27 Raymond Gernez, Les saboteurs du redressement français, Imprimerie de L’Espoir, 1948.
  • 28 Jules Moch, Le communisme et la France, Société parisienne d’Imprimerie, 1948.

25Parallèlement, le fossé avec les communistes se creusait, à l’extérieur avec le coup de Prague et le blocus de Berlin en 1948, et à l’intérieur avec les grèves des mineurs de novembre 1947 et octobre 1948, et la scission syndicale. Le prolifique propagandiste Raymond Gernez, député-maire de Cambrai, reprenait la plume pour publier Les saboteurs du redressement français, assimilant PCF et RPF, et le faisait préfacer par le secrétaire général en personne27. Le 16 novembre 1948, Jules Moch dressait un réquisitoire en règle devant l’Assemblée nationale, en dénonçant les sabotages pour stigmatiser « un parti résolu à saboter, à ruiner le pays pour favoriser des desseins internationaux ». Son discours fut diffusé sous forme de brochure28. Aussi, en novembre 1948, quatre professions de foi sur cinq développèrent des propos anticommunistes, soit le double des élections de novembre et décembre 1946. Leur refrain était l’opposition nécessaire à « la dictature d’un parti policier ou d’un homme providentiel », selon l’expression de Marius Moutet et Maurice Pic dans la Drôme, ou à « toute tentative de subversion qui pourrait provenir d’un apprenti dictateur ou d’un parti totalitaire obéissant à des consignes étrangères », selon celle d’André Hauriou, André Méric et Pierre Marty en Haute-Garonne. En Haute-Vienne, Georges Lamousse décrivait avec des accents de prédicateur un avenir des plus sombres si le communisme venait à triompher dans son département :

« Si vous votez pour le candidat moscoutaire, vous votez pour l’asservissement de votre pays, sous la main de fer du Kremlin ; vous votez pour l’esclavage, pour votre malheur et le malheur de ceux qui viendront après vous. »

26Et l’ancien secrétaire de la CGT dans le Jura, devenu secrétaire FO, Jean Courtois, accusait le communisme de méconnaître « les intérêts réels des Travailleurs » et de trahir les aspirations du prolétariat révolutionnaire. En assimilant avec force leurs deux adversaires, les candidats socialistes évitaient ainsi d’évoquer leurs partenaires de la Troisième Force.

  • 29 Éric Duhamel, « La Troisième Force », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique (...)

27À l’inverse, les critiques contre le MRP, présentes dans au moins un tiers des professions de foi en juin, novembre et décembre 1946, diminuèrent nettement, jusqu’à une sur dix. La série des « divorces à l’italienne », selon l’expression d’Éric Duhamel, avait été entamée avec le renversement du gouvernement Schuman par les socialistes en juillet 1948, officiellement sur les crédits militaires, mais en réalité pour solder les comptes du décret Poinso-Chapuis sur l’enseignement privé29. La Troisième Force se réduisait déjà à une combinaison parlementaire de soutien gouvernemental, destinée à faire durer le régime, tenue en réalité à bout de bras par le président de la République Vincent Auriol. Il convenait donc que la propagande, particulièrement électorale, insistât sur les forces centripètes qui la soudaient, à savoir les périls gaulliste et communiste.

  • 30 La comparaison avec Boulanger était courante, bien que Léon Blum l’eût qualifiée de « ridicule » ((...)

28Dans l’ensemble la coalition MRP-SFIO, soutenue par des modérés et radicaux puis par l’UDSR, perdura jusqu’aux législatives de juin 1951. Ces élections constituèrent l’apogée de cette Troisième Force (cf. annexe 7). En découlaient de nombreux apparentements, et une nouvelle érosion des critiques envers le MRP, réduites à 4 %. L’argumentaire prôné par la direction, dénonçant « le double danger » ou « le double assaut contre la République », fut fidèlement décliné par presque tous les candidats. On constate, en effet, que près de 88,5 % des professions de foi étaient désormais anticommunistes, en légère augmentation par rapport à novembre 1948, et qu’elles étaient également anti-gaullistes à 78,6 %. Des deux périls, le communisme apparaissait donc comme le plus grave. La progression de l’anticommunisme était notable non seulement par le nombre de candidats ralliés, mais aussi par un ton désormais débridé. Le communisme était majoritairement (à 87 %) considéré comme un corps étranger et qualifié de « dictature », ou de « totalitarisme », voire de « fascisme ». L’amalgame entre gaullistes et communistes autorisait l’usage d’expressions comme celle de : « barrer la route aux fascistes, qui se réclament les uns de De Gaulle, les autres de Staline » chez Albert Aubry et Alexis Le Strat en Ille-et-Vilaine, ou celle de : « Totalitarisme ! (Parti communiste ou RPF) » chez Roger Faraud en Charente-Maritime. Staline était cité par les deux tiers des candidats, beaucoup plus souvent qu’auparavant, d’autant que « le maréchal » Staline permettait un parallèle antimilitariste avec « le général » de Gaulle. Membre actif d’une des plus importantes fédérations de la LDH, et ancien résistant, Roger Faraud amalgamait, dans une longue diatribe, le général Boulanger, le colonel de La Rocque, le maréchal Pétain, le maréchal Pilsudski, le général Franco, le maréchal Staline, pour s’interroger : « Continuerons-nous à nous gouverner nous-mêmes ? Serons-nous dirigés par une caste militaire dictatoriale30 ? »

29Dans près de la moitié des textes, un paragraphe était désormais consacré aux menaces que l’URSS faisait encourir à la paix dans le monde. Quelques-uns la dénonçaient comme une puissance expansionniste qui ne s’arrêterait pas aux pays de l’Est. Ainsi, dans l’Hérault, Jules Moch, Madeleine Laissac et Léon Jean souhaitaient « ne pas subir le sort des seize nations naguère libres, mais subjuguées depuis 1939 par l’autocratie stalinienne ». Seul Marcel Levindrey, dans l’Aisne, déclarait également refuser « toute forme de croisade antisoviétique ». Certains, soit 11 %, revenaient sur l’année 1947, les tentatives de « sabotage » ou « d’insurrection » du PCF, et louaient l’action de Paul Ramadier ou de Jules Moch en la circonstance. « Déjà en 1947, les prémices de la guerre civile se faisaient jour », déclaraient Fernand Audeguil et Jean-Raymond Guyon en Gironde. Mais la République avait résisté « à la tentative insurrectionnelle communiste d’octobre-novembre 1947 », se réjouissait Pierre Segelle dans le Loiret. D’autres encore, 7 %, déploraient « l’asservissement » des forces syndicales. Quel­ques-uns, comme Eugène Thomas, Raymond Gernez et Robert Coutant dans le Nord, tous trois bien connus pour être des doctrinaires de l’anticommunisme, prédisaient même « travail forcé, militarisation des syndicats, abolition du droit de grève » si le PCF prenait le pouvoir. Enfin des arguments locaux pouvaient faire mouche, comme celui de Jean Wagner et Édouard Richard qui dénonçaient « la Russie, défendue par nos “communistes”, qui se refuse à libérer les prisonniers alsaciens, encore maintenus sur son territoire » ; ou celui de Jean Nénon qui offrait comme mot d’ordre aux paysans du Lot-et-Garonne : « Pour la coopération, contre le Kolkhose ! »

30Les 11,5 % de professions de foi restantes qui n’évoquaient jamais les communistes étaient entièrement consacrées, soit à la présentation des candidats, soit à des questions exclusivement locales, telles que l’agriculture dans la Creuse chez Anselme Florand, la pêche et les infrastructures portuaires à Saint-Pierre-et-Miquelon chez Alain Savary, ou le développement du Cameroun chez Jules Ninine ou de la Martinique chez Emmanuel Véry. Aux législatives de juin 1951 par conséquent, l’unanimité se fit pour relayer la propagande officielle du parti, associant à un anti-gaullisme récent, un anticommunisme qui ne demandait qu’à s’épancher chez la plupart des candidats.

  • 31 Les Nouvelles communistes, 3 août 1951, dossier Auriol, AN, F7/2672.
  • 32 Cf. notes des RG des 14 novembre 1949 et 24 février 1951, dossier Meunier, AN, F7/4427.
  • 33 Rapport des RG du 18 novembre 1950, dossier Montalat, AN, F7/5000.
  • 34 Notes des RG 1949, 1950 et 1951, dossier Lamarque, AN, F7/4262.

31Sur le terrain, en effet, on pourrait multiplier les exemples de ceux qui pratiquaient un socialisme de guerre froide. Même à leur corps défendant, ils y auraient été contraints, car ils étaient redevenus la cible privilégiée des communistes, et cela à toutes les échelles, du président de la République aux conseillers municipaux de petites communes. Alors que Vincent Auriol devait présider à Chasseneuil (Charente) l’inauguration d’un monument aux morts de la Résistance en août 1951, Les Nouvelles communistes l’agressèrent, l’injure aux lèvres : « Les patriotes, fidèles à l’esprit de Résistance, ne s’estimeront nullement honorés par cette présence qui ne pourra que souiller la mémoire de ceux qui sont tombés dans la lutte contre le fascisme31. » À Tours, le député Jean Meunier était en proie à une très violente campagne, dont les RG se faisaient régulièrement l’écho. Ainsi, lors d’un meeting, le 24 février 1951, les communistes le traitèrent « d’assassin, chéquard, fasciste, salaud32 ». À Tulle, les relations de l’adjoint au maire, Jean Montalat, avec les communistes étaient si tendues que le trésorier fédéral du PCF, André Brabant, put porter plainte contre lui pour coups et blessures33. À l’échelon local, à Seyne (Var), le sénateur et conseiller municipal Albert Lamarque s’opposait régulièrement au maire communiste, Toussaint Merle, au point qu’aux municipales de 1953, Lamarque prit la tête de « La Liste Unique anticommuniste ». Dans un bulletin, « Libérons Seyne ! », il concluait : « Éliminer les communistes de la Mairie de Seyne, c’est faire reculer le stalinisme dans tout le Var34 ! »

  • 35 Note des RG du 17 octobre 1949, dossier Audeguil, AN, F7/2639.

32Les anticommunistes d’avant-guerre retrouvaient sans peine leurs vieux réflexes. Fernand Audeguil, député de Bordeaux, expliquait « le caractère profondément religieux » du communisme, avec « son pape » Staline, « ses mythes et ses apôtres » lors des réunions de section35. Alors que Maurice Thorez était soigné en URSS en octobre 1950, le sénateur Jacques Bozzi persiflait :

  • 36 Le Réveil ardennais, octobre 1950.

« Ne nous dit-on pas que Thorez ayant été projeté aux sommets de l’infaillibilité physique et intellectuelle s’est, par son Église, retiré du regard des croyants, parce que, par le coup qui a frappé son corps et son esprit, il ne peut plus apparaître aux yeux des foules prosternées, sous les traits augustes de sa Puissance et de son Infaillibilité36 ? »

  • 37 Le Populaire du Centre, 12 décembre 1950.
  • 38 Note des RG du 15 mars 1952, dossier Courrière, AN, F7/4058.

33Et afin de contrer le Mouvement pour la paix, il publia, avec le soutien d’Andrée Viénot, une « Lettre ouverte » pour dénoncer la course aux armements soviétiques, et réclamer le rétablissement de la démocratie dans les pays de l’Est. L’interdiction du PCF fut même réclamée par le député de la Haute-Vienne, Jean Le Bail37. Et au Sénat, le président du groupe Alex Roubert tenta d’obtenir au moins la suppression de la représentation proportionnelle des groupes dans les bureaux de l’Assemblée pour évincer les communistes38. À partir de l’automne 1947, la plupart des parlementaires de la IVe République n’eurent guère de difficulté à endosser un discours de défense républicaine anti-gaulliste et surtout anticommuniste. Le contentieux avec le frère ennemi était si ancien, la guerre froide si brutale, qu’ils avaient beau jeu de réactiver leurs arguments dénonçant la nature intrinsèquement étrangère du parti communiste.

  • 39 Cf. comité directeur, 7, 21 et 28 janvier 1948, archives du PS-SFIO, OURS.

34Néanmoins, quelques-uns ne purent faire leur deuil de l’unité ouvrière et accepter ce qu’ils considéraient comme une dérive gestionnaire de la SFIO. Des partisans déçus par l’échec de l’unité organique rejoignirent le Parti socialiste unitaire (PSU) comme, par exemple, Élie Bloncourt dans l’Aisne, Roger Veillard en Seine-et-Marne, Henri Ledru dans la Sarthe, ou Marcel Pouyet dans l’Allier. D’autres adhérèrent au Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR), lancé en décembre 1947 et soutenu par Franc-Tireur et Combat, avec des personnalités comme Jean-Paul Sartre ou Claude Bourdet. Dès le conseil national du 16 décembre 1947, Jean Rous et Léon Boutbien, futur député de l’Indre, avaient adressé aux militants une déclaration où « à l’entreprise néo-boulangiste », ils opposaient le RDR, et se firent, au sein du comité directeur, les porte-parole de l’opposition à la participation des socialistes à une Troisième Force « complice de la réaction39 ». Gendre de Jean Zyromski, Boutbien avait été membre de la Bataille socialiste avant la guerre et proche de l’extrême-gauche de Jean Rous dans la Résistance. Ils furent suivis par ceux qui considéraient que la Troisième Force aurait dû être essentiellement dirigée contre le RPF, et non contre les communistes, tels que le député-maire de Toulouse, Raymond Badiou, les députés du Sénégal Lamine-Gueye et Sédar Senghor, l’ancien député du Lot-et-Garonne, Jacques Arrès-Lapoque, le député d’Oran Maurice Rabier, et le président du conseil général du Gard et ancien député, Georges Bruguier. Lamine-Gueye et Senghor étaient, en outre, séduits par l’anticolonialisme affiché du RDR.

  • 40 À Arras, Guy Mollet entraîna au second tour 13 MRP « dissidents » dans sa liste ; Paul Béchard men (...)

35Par conséquent, lorsque les élus conservaient la nostalgie d’un parti de classe révolutionnaire, ils acceptaient difficilement la Troisième Force. En revanche, lorsque leur enracinement local se conjuguait à un anticommunisme même pondéré, ils n’avaient aucune difficulté à y adhérer. Contraints à la modération et au compromis lorsqu’ils étaient au pouvoir, que ce fût au gouvernement ou dans les assemblées locales, ils acclimatèrent des pratiques qui ne disparurent pas avec la rupture de 1951. Car il y eut des résurgences de la Troisième Force dans les années soixante. En 1965, Guy Mollet ne fut pas le seul à négocier avec le MRP pour conserver sa mairie40 ; et en vue des présidentielles, Gaston Defferre tenta de créer une Fédération démocrate socialiste. Mais il ne put contourner la question laïque comme il le souhaitait, et achoppa, entre autres, parce que la laïcité demeurait la pierre de touche du socialisme.

36Parmi ceux qui refusaient un anticommunisme de guerre froide systématique, certains choisir de rompre dès 1947-1948, alors que d’autres, tout aussi critiques, attendirent dix ans de plus pour quitter ce parti qui ne leur ressemblait plus. Réfugiés dans la mouvance de « la Nouvelle Gauche », ils œuvreraient alors en faveur de l’union de la gauche. Ce fut la guerre d’Algérie qui provoqua la secousse décisive qui, à terme, allait entraîner l’éclatement du groupe parlementaire, puis de la SFIO.

L’abandon des prérogatives parlementaires
pendant la guerre d’Algérie

  • 41 Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au parti socialiste autonome (1954- (...)

37Portés au pouvoir avec le Front républicain de Pierre Mendès France et Guy Mollet en janvier 1956, les socialistes avaient fait campagne contre « une guerre imbécile et sans issue ». Or derrière le président du conseil, Guy Mollet, le ministre résidant, Robert Lacoste, et le secrétaire d’État aux forces armées, Max Lejeune, ils assumèrent la responsabilité du durcissement et des dérives d’une guerre où les pouvoirs civils furent progressivement abandonnés aux militaires. En accordant aux gouvernements successifs les pouvoirs spéciaux en mars 1956, puis leur reconduction en juillet et novembre 1957, la plupart des parlementaires socialistes contribuèrent à cet abandon de la souveraineté parlementaire. Pourtant, à partir de l’automne 1956, une minorité interne tenta de s’opposer à la ligne « national-molletiste », pour reprendre sa propre expression. Gilles Morin a déjà écrit l’histoire de cette tendance qui, à terme, donna naissance au PSA en septembre 195841. En nous focalisant sur l’attribution des pouvoirs spéciaux, nous essayerons, par conséquent, de cerner les lignes de partage au sein du corpus, et de comprendre l’impuissance parlementaire des opposants à la guerre d’Algérie et ses conséquences sur le régime.

Mettre fin à « une guerre imbécile et sans issue »
(novembre 1954-février 1956)

38À l’instar du reste de la classe politique, les socialistes furent surpris par l’insurrection de la toussaint 1954, alors qu’ils étaient encore incapables d’envisager l’indépendance de l’Algérie, puisqu’ils n’avaient pas tiré toutes les leçons des troubles du Constantinois en mai 1945. La SFIO évolua néanmoins de l’assimilation, énoncée aux débuts de la IIIe République, vers une politique plus réformiste, fondée sur l’association. Elle se montrait ainsi favorable au maintien de la présence française à travers l’Union française. Ces principes furent énoncés au congrès de novembre 1944, et leur rapporteur, Marius Moutet, ancien ministre des Colonies, symbolisait la continuité dans le changement. Gilles Morin a souligné, en effet, la marginalisation progressive de l’anticolonialisme dans la SFIO, jadis représenté par les fractions révolutionnaires, et qui, sous la IVe République, s’incarna en priorité en dehors du parti, pour finalement donner naissance à la Nouvelle Gauche.

39Les socialistes ne souhaitaient pas voir disparaître l’Empire et cherchaient à le réformer ; et André Philip, Lamine-Gueye et Léopold-Sédar Senghor œuvrèrent en ce sens au sein de la commission de la Constitution. Mais à partir de 1948, le parti perdit peu à peu le contrôle de la politique coloniale. Jusqu’en 1951, à quelques exceptions près, le groupe parlementaire accepta par conséquent la politique gouvernementale : la poursuite de la guerre d’Indochine, la politique répressive à Madagascar et dans le Maghreb, et même le trucage des élections en Algérie, sous couvert du gouverneur général socialiste, Marcel-Edmond Naegelen, en 1948. N’étant plus associés au pouvoir de 1951 à 1956, les socialistes se montrèrent plus critiques à l’égard des gouvernements – excepté celui de Pierre Mendès France – proposèrent l’internationalisation du conflit indochinois et la décolonisation des protectorats, et posèrent les jalons de la loi-cadre pour l’Afrique noire. Qu’en était-il alors de l’Algérie ?

  • 42 Cf. Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS7, 1955.

40Sous le gouvernement Mendès France, les socialistes se démarquèrent en dénonçant la répression et la torture, qui non seulement bafouaient les Droits de l’homme, mais qui renforçaient l’influence des nationalistes algériens. Les parlementaires, bien informés sur l’ampleur des exactions par Maurice Rabier, député d’Oran, et Mostafa Benbahmed, député du deuxième collège de Constantine, étaient au premier rang de cette campagne42. Le 26 janvier 1955, le comité directeur délégua Benbahmed, Pierre Commin, Christian Pineau et Rabier pour interpeller le gouvernement sur ce point. Mais sur le fond, les socialistes considéraient que l’intégrité de la République devait être maintenue et que seules des réformes économiques et sociales étaient nécessaires, puisque l’insurrection n’était qu’une simple affaire de police. Ils renvoyaient dos à dos nationalistes et conservateurs, comme le fit le député d’Oran à l’Assemblée en février 1955 :

  • 43 JO, 3 février 1955, p. 667. Seul Lucien Coffin jugeait la solution économique et sociale dépassée. (...)

« Nous qui condamnons le nationalisme outrancier, xénophobe et chauvin pratiqué en Algérie et, davantage encore, la forme de lutte qu’il emploie, nous qui estimons que le terrorisme en général et la pratique de l’attentat en particulier sont des moyens d’expression politique qui ne doivent pas être utilisés à l’égard d’une République démocratique, nous condamnons avec la même force le racisme, l’égoïsme social, la coercition politique et policière, également indignes d’une République vraiment démocratique43. »

  • 44 Cf. Christian Pineau, « Les Marie-Chantal », Le Populaire, 20 juin 1955.

41Même les plus libéraux d’entre eux, comme Édouard Depreux ou Alain Savary et Robert Verdier, privilégiaient pour l’instant les questions marocaines et tunisiennes, et pensaient que l’application pleine et entière du statut de 1947 devait suffire. Au printemps 1955, à l’issue d’une mission parlementaire à laquelle participèrent Christian Pineau et Jean Wagner, le parti appliquait encore à l’Algérie le schéma de la lutte des classes, en dénonçant l’égoïsme des « gros colons », et en les distinguant des « petits blancs », victimes de la misère et du mauvais exemple venu d’en haut. La SFIO se montrait donc incapable d’appréhender l’aspiration d’un peuple à son autonomie44.

42Néanmoins, à marche forcée, le parti dut réviser ses conceptions de l’Union française, sous l’impulsion d’Oreste Rosenfeld et de l’historien Charles-André Julien, tous deux conseillers. Le congrès national d’Asnières de juillet 1955 accorda ainsi, pour la première fois depuis 1946, une place centrale aux questions d’outre-mer. Désorientés, les délégués entendirent le maire de Dakar, ancien député du Sénégal, Lamine-Gueye, dresser un bilan impitoyable de la politique d’assimilation des cinquante dernières années :

  • 45 47e Congrès national d’Asnières, 30 juin-3 juillet 1955, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 527 et 544.

« Cette République qui est basée sur l’inégalité, sur le trucage électoral, sur la violation de toutes les lois qui sont essentielles, cette République, les Africains vous disent par ma bouche qu’ils n’en veulent pas, qu’ils n’en veulent plus, qu’ils ne la subiront plus45. »

  • 46 Guy Mollet, Le Populaire, 11 septembre 1955.

43De ces débats émergea la loi-cadre présentée par Gaston Defferre pour l’Afrique noire, mais la situation algérienne n’était toujours pas examinée pour elle-même. L’insurrection du Constantinois, en août 1955, et sa brutale répression leur firent néanmoins prendre conscience que le choix n’était plus entre assimilation et association, mais bien entre association et la sécession. Guy Mollet envisageait alors des négociations en repoussant clairement toute idée d’indépendance46. L’analyse des professions de foi pour les législatives anticipées de janvier 1956 confirme cette ligne générale, et ne permet pas encore de départager les futurs tenants et opposants à la politique algérienne de Guy Mollet.

  • 47 Noëlline Castagnez-Ruggiu, « La SFIO et ses mouvements de jeunesse de 1945 à 1956 », dans Giovanni (...)

44Incapables de concevoir l’indépendance, et encore moins de l’accepter, la majorité des candidats (77 %) préféraient ne pas nommer ce qui était bel bien « une guerre sans nom », se contentant de réclamer la paix. Quelques-uns (8,7 %) minimisaient la portée de l’insurrection nationaliste en parlant de « problèmes », de « crise », de « troubles », « d’événements », de « soulèvement » ou de « révolte ». D’autres (14,3 %), plus lucides, dénonçaient une « guerre », « pourrie » pour Charles Lussy (Vaucluse), ou « criminelle » pour Marcel Cartier (Drôme) ; mais Kléber Loustau (Loir-et-Cher) et Paul Ramadier (Aveyron) n’y voyaient encore qu’une « guerre civile ». La géographie restait floue, l’Algérie étant souvent désignée par « l’Afrique du Nord ». Suivant la ligne officielle du parti, la plupart (71,5 %) réclamaient donc « la Paix en Afrique du Nord », le retour rapide, voire immédiat, des soldats, et refusaient la mobilisation des rappelés et l’envoi du contingent. Ce thème était très porteur, et fut même l’occasion d’associer un mouvement de jeunesse enfin réconcilié avec sa direction adulte47. Certains candidats n’hésitaient pas à interpeller les femmes : « Votez pour ceux qui ne veulent pas que vos fils, vos frères, vos fiancés aillent se faire tuer ! », écrivait Pierre-Olivier Lapie (Meurthe-et-Moselle). Mais presque aucun candidat ne retrouva les accents pacifistes de l’entre-deux-guerres, excepté l’ancien munichois de la tendance Redressement, Marcel Cartier (Drôme), et le poilu Léon Dagain, qui appelèrent « à dire non à la guerre ! » Un quart seulement prit la peine de critiquer « l’emploi de la force » par le gouvernement Edgar Faure et de préconiser explicitement des « négociations ». Sans doute dans des textes courts semblables à des catalogues, cela devait-il aller de soi, mais cette ellipse révèle néanmoins à quel point le sujet était peu approfondi.

45Rares étaient les candidats, en effet, qui envisageaient les conséquences de cette guerre. Très peu (4,7 %) la qualifiaient « d’inutile », parce qu’ils la jugeaient perdue d’avance, comme Marcel Cartier (Drôme), ou Antoine Mazier (Côtes-du-Nord), tous deux futurs minoritaires. Plus surprenant, seuls quelques-uns dénonçaient son coût excessif. Pierre Segelle (Loiret) promettait de substantielles économies « avec la fin des aventures coloniales » ; et Charles Lussy (Vaucluse) considérait que, puisqu’il faudrait « se résoudre un jour » à négocier, il était « inutile, auparavant, d’engloutir là-bas, comme en Indochine, des milliards ». Plus grave, sept candidats seulement (5,5 %) dénonçaient « le racisme », et dix-huit (14,2 %) « la répression aveugle ». Cette indifférence pèserait lors du vote des pouvoirs spéciaux en mars 1956.

46En revanche, lorsqu’ils ébauchaient des solutions, les candidats ne se contentaient pas de proposer des réformes économiques et sociales, mais envisageaient des changements politiques (41,2 %). En premier lieu (à 21,4 %), ils englobaient le problème algérien dans celui, plus vaste, de l’Union française. Ils la souhaitaient plus « fraternelle », et substituaient l’association à l’assimilation, ce qui constituait un premier pas vers une reconnaissance de la spécificité du peuple algérien. Fernand Mazuez (Saône-et-Loire) voulait, y compris en Algérie, « l’application appropriée à chaque territoire du principe de l’Association librement consentie des peuples d’outre-mer avec la métropole » ; Max Lejeune et Pierre Doutrellot (Somme) préconisaient « la construction d’une véritable communauté française respectant les coutumes et les religions des peuples associés », ce qui pour des laïcs était une grande concession ; et Félix Gouin et Max Juvénal (Bouches-du-Rhône) appelaient à « substituer aux liens de force, chers aux colonialistes, les liens d’une véritable association entre la civilisation française et musulmane ».

47Bien que les formules envisagées restent vagues, il était sans doute trop tard pour faire accepter aux Français d’Algérie et à l’armée la solution d’une Algérie autonome à l’intérieur de l’Union française. Certains candidats (13,4 %), revenant aux fondements républicains, réclamaient avant toute chose des « élections libres », sous-entendues non truquées. Jean Montalat (Corrèze) espérait que la France pourrait ainsi discuter du futur statut de l’Algérie « avec des élus valables ». Jules Moch, Léon Jean et Madeleine Laissac (Hérault), de même que Jacques Piette et Gérard Vée (Yonne) proposaient une assemblée franco-musulmane paritaire et à collège unique, afin d’assurer une plus juste représentativité de la communauté musulmane. Ceci sous-entendait que l’on ne pourrait négocier qu’avec des représentants élus, et qu’il fallait donc obtenir au préalable un cessez-le-feu avant de pouvoir organiser des élections. Aucun d’entre eux ne parlait « d’autonomie ». Au mieux, Germaine Degrond et Pierre Métayer (Seine-et-Oise) évoquaient « la participation des populations autochtones à la gestion de leurs propres affaires » et André Le Troquer (Seine) « l’accession progressive des populations à une gestion interne ». Huit candidats (6,3 %) reconnaissaient ainsi, souvent de manière vague, « les droits » ou « les aspirations » des populations, parfois des peuples. Mais « le peuple algérien » n’était jamais nommé. Quelques-uns (4,7 %) persistaient à penser que l’application du statut de 1947 suffirait à ramener le calme, tel que l’ancien ministre de l’Intérieur, Édouard Depreux (Seine), qui le qualifiait de « libéral » et espérait ainsi « préserver la légitime et bienfaisante présence française en Algérie ». Seul Gérard Jaquet regrettait « les promesses généreuses de Blum et de Viollette ».

48Tous ceux qui réclamaient des réformes économiques et sociales (22,2 %) restaient fidèles à une vision marxiste de la colonisation. « Nos milliards n’ont servi qu’aux gros colons. Le Tiers-État algérien est dans une misère qu’aucun Français n’a connu depuis deux cents ans », expliquaient François Tanguy-Prigent, Hervé Mao et Eugène Reeb (Finistère) ; Robert Gourdon (Gard) voulait lutter contre « la pression des colonialistes et des féodaux », et Charles Lamarque-Cando et Marcel David (Landes) contre « l’exploitation éhontée des indigènes, réduits à la misère et au chômage » et contre « les régimes de propriété abusifs » ; et Jean-Raymond Guyon (Gironde) réclamait « une politique d’aide et d’échanges commerciaux ». Prisonniers du schéma de la lutte des classes, aucun n’avait perçu le fossé qui pouvait séparer les Algériens des « petits blancs ». D’ailleurs, trois candidats retrouvaient même des accents colonialistes pour vanter la mission civilisatrice de la France.

  • 48 Néanmoins, les membres de la Ligue étaient divisés, son président, Albert Bayet étant partisan de (...)

49De sorte qu’à l’exception de Jean Palmero, tous les autres espéraient « le maintien de la présence française » sous une forme ou une autre. Directeur de l’École normale de Troyes, Palmero venait d’être propulsé candidat par son ancienne fédération de l’Ardèche et avait pour colistier l’ancien député d’Oran, Marius Dubois. Peut-être à cause de son inexpérience électorale, ou encouragé par Dubois, il fut le seul à utiliser le mot « indépendance ». Il restait prudent, mais reconnaissait néanmoins « la marche de tous les territoires d’outre-mer à l’indépendance » et rappelait que « les plans d’état-major n’ont jamais pu, dans l’Histoire, détruire l’aspiration à la liberté ». Animateur de la Fédération des œuvres laïques, membre de la Ligue de l’enseignement, il allait s’opposer à la politique algérienne du parti et se retrouver sur la même ligne que ses camarades de la Ligue, Pierre-Olivier Lapie et Andrée Viénot48.

50Ces professions de foi de janvier 1956 révèlent à quel point les parlementaires n’avaient pas perçu l’évolution de l’Algérie musulmane. Ils n’avaient pas compris que, transformée par l’explosion démographique et le bouleversement de ses structures sociales, elle était gagnée par le nationalisme révolutionnaire et était déjà une nation en puissance. De sorte qu’aucune promesse d’égalité politique ou sociale ne pouvait plus la satisfaire.

Rétablir l’ordre grâce aux pouvoirs spéciaux
(février 1956-janvier 1957)

51Lorsque les socialistes accédèrent au pouvoir en janvier 1956, ils avaient déjà esquissé pendant la campagne le triptyque « cessez-le-feu, élections, négociations ». Pourtant le 12 mars, le groupe parlementaire autorisa le gouvernement Guy Mollet « à prendre toutes mesures exceptionnelles en vue du rétablissement de l’ordre », par 84 voix, contre une abstention volontaire, et six absences non justifiées. Maurice Poirot, député des Vosges, n’avait pas voulu se prononcer, mais, à cette date, il n’était plus soumis à la discipline de vote puisqu’il était exclu pour avoir présenté une liste commune avec le PCF. Parmi les absents, seul Pierre-Olivier Lapie manifesterait à nouveau son désaccord sur la politique algérienne. Les parlementaires semblaient refléter, par conséquent, le climat d’union nationale de l’Assemblée qui donna son accord par 465 voix, y compris communistes, contre 49, essentiellement poujadistes. Cette unanimité n’était-elle qu’une façade ?

  • 49 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 7 février 1956 à 14H.
  • 50 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 15 février 1956 à 17H.

52La journée du 6 février, où le président du conseil socialiste fut reçu par des huées et des « tomates » à Alger et accepta la démission du général Catroux, réputé libéral, joua un rôle déterminant. Le voyage avait été mal préparé, et les parlementaires furent choqués par la violence et le désespoir des Français d’Algérie. Le lendemain, lors de la réunion du groupe parlementaire, les députés firent taire leurs divergences pour ne pas aggraver la situation. Édouard Depreux et Marcel-Edmond Naegelen, par exemple, acceptèrent, le premier d’être réélu à la présidence du groupe alors que, depuis six mois, il souhaitait y mettre fin, le second de s’effacer49. La nomination de Robert Lacoste fut plutôt bien accueillie, après les refus de Gaston Defferre et d’Édouard Depreux d’occuper le poste de ministre résidant. Le secrétaire fédéral et député de la Dordogne s’était à plusieurs reprises opposé au secrétaire général sur la participation, et plus récemment sur la CED. On ne pouvait le soupçonner d’être sa créature. Le 15 février, Guy Mollet expliqua au groupe que s’il avait refusé la démission de Catroux, il aurait artificiellement maintenu l’unité entre « les agitateurs intéressés et l’immense masse des patriotes trompés et désespérés », et fit appel « à la confiance et à l’amitié de ses camarades50 ».

  • 51 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 28 février 1956 à 14H, et Le Combat social, 18 (...)
  • 52 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 6 mars 1956 à 21H.
  • 53 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 12 mars 1956.
  • 54 Jean Binot, L’Espoir socialiste, 23 mars 1956, et Édouard Depreux, L’Espoir socialiste, 7 avril 19 (...)

53Or contre toute attente, il fut entendu, puisque peu de notes discordantes franchirent le cadre interne du parti. Le 28 février, devant le groupe, Antoine Mazier affirma avec force son « désaccord, profond, total », mais dans Le Combat social, l’organe fédéral des Côtes-du-Nord, il affichait sa confiance dans le gouvernement51. De même le 6 mars, Daniel Mayer exprima les plus vives réserves à l’encontre de Robert Lacoste et des pouvoirs spéciaux, et en appela au dialogue avec Messali Hadj52. Mais lors du débat final précédant le vote du 12 mars, tous deux, avec Robert Verdier, reconnurent accepter la discipline de vote avec « résignation », parce que le gouvernement Mollet posait la question de confiance53. D’autres futurs minoritaires semblent avoir pensé que les pouvoirs spéciaux seraient également appliqués aux Européens, tels que Jean Binot et Édouard Depreux54.

54Les tenants de l’Algérie française, enfin, tel que Max Lejeune, entendaient voir le gouvernement prendre les mesures nécessaires au rétablissement de l’ordre et à la sécurité des Français d’Algérie, et rendre ainsi caduc tout espoir de négociation. Ainsi, Marcel-Edmond Naegelen participa à la fondation d’un Comité d’action pour l’unité française, avec Michel Debré et Pierre André, afin de lutter contre l’affaiblissement des positions françaises en Afrique du Nord. Fin 1947, Naegelen avait remplacé le gouverneur général en place, Yves Châtaigneau, homme de dialogue et proche des socialistes, alors que le nouveau statut de l’Algérie venait d’être voté. Alsacien, autoritaire de tempérament, Naegelen assimilait les nationalistes algériens aux autonomistes alsaciens et se voulait le garant d’une souveraineté française absolue. Sensible aux intérêts des colons – dont certains étaient alsaciens – Naegelen avait couvert la fraude électorale en 1948, vidant le statut de son sens. La fraude avait été si patente, en février 1951, qu’il avait dû démissionner. Après le 6 février, il accorda des entretiens à la presse colonialiste, comme L’Écho d’Alger, entreprit une tournée en province et fit des émules chez ses collègues. Par exemple, le nouveau député socialiste du Rhône, Étienne Gagnaire, organisa sa venue en juin sur le thème « Salut et renouveau en Algérie ». Naegelen fut aussi l’un des fondateurs, avec Jacques Soustelle, de l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française (USRAF) et, le 17 octobre 1956, il fut rappelé à l’ordre par le comité directeur pour avoir participé aux manifestations du mouvement national des élus locaux qui avaient organisé des parrainages métropole-Algérie sous le patronage de l’USRAF.

  • 55 À cette date, parmi les membres du corpus qui n’étaient plus au Parlement, peu manifestèrent leurs (...)

55Le vote des pouvoirs spéciaux le 12 mars 1956, qu’ils aient été accordés par conviction ou par réflexe unitaire, permit de masquer les dissonances internes et rendit les parlementaires collectivement responsables de la politique menée en Algérie dès cette date55. Cet acte était fondateur d’un engrenage fatal qui les conduirait, même lorsqu’ils auraient compris l’usage qui en était fait, à voter leur reconduction.

56Cependant, le groupe parlementaire était travaillé par le doute. Henri Doumenc, maire et ancien sénateur de Constantine, Mostefa Benbahmed et deux autres élus musulmans, rendirent publique une lettre accablante :

  • 56 L’Express, 20 avril 1956.

« Il n’est plus question, aujourd’hui, de pacification, ni même de répression aveugle ; c’est pratiquement l’extermination qui s’abat sur les malheureuses populations musulmanes du Constantinois et de la Kabylie dont la majorité faisait encore confiance au Parti socialiste et à la France républicaine56. »

  • 57 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 25 avril 1956.

57Très impressionnés, les députés sommèrent Robert Lacoste de s’expliquer. Le 25 avril 1656, cette réunion commune du groupe et du comité directeur, aux allures de tribunal, marqua un tournant. Daniel Mayer, Antoine Mazier et Robert Verdier passèrent aux accusations57. Mazier déclara qu’il était « malsain » de laisser croire à Lacoste que tout le monde était d’accord avec lui, et estimait urgent de reconnaître « le fait national algérien ». André Philip reprit sa thèse, qu’il avait déjà développée dans Demain, de deux consciences nationales vivant sur le même sol, et entre lesquelles la métropole devait exercer un arbitrage équitable, sans quoi les pouvoirs spéciaux – qu’il avait soutenus – n’avaient plus de sens.

  • 58 Par 3 308 mandats contre 363.

58Mais le conseil national du 10 juin 1956, s’il permit aux opposants de se compter – ils seront désormais qualifiés de « minoritaires » – approuva la politique du gouvernement. En outre, il renforça encore le contrôle du comité directeur sur les élus et élargit ses pouvoirs disciplinaires. Le champ des « délits de presse », en particulier, fut étendu et les parlementaires risquaient à tout moment d’être sanctionnés. Au congrès national de Lille de juin-juillet 1956, les minoritaires affirmèrent l’existence de « deux communautés nationales » et d’une « conscience nationale algérienne », mais furent largement désavoués par les délégués58. Il était très difficile à ces derniers de renoncer à leur tradition jacobine et assimilationniste. Mais outre leur méconnaissance des réalités algériennes, ils étaient alors incapables de fragiliser la direction et le gouvernement. Le réflexe de « la forteresse assiégée » joua pleinement. En outre, après cinq longues années dans l’opposition, le gouvernement Mollet était la garantie que la priorité serait accordée aux problèmes sociaux, en la personne du très populaire ministre des Affaires sociales, Albert Gazier. Les parlementaires étaient donc également soumis à ces pressions venues de la base.

  • 59 Le Travail, 22 septembre 1956.
  • 60 Cf. par exemple le 23 octobre 1956, Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8.
  • 61 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), thèse de doctorat à l’IEP de Pa (...)
  • 62 Alix Berthet, L’Espoir socialiste, 3 novembre 1956 et intervention d’André Philip au comité direct (...)
  • 63 Michel Winock, L’Histoire, n° 38, octobre 1981 et Guy Mollet dans Le Breton socialiste, 28 avril 1 (...)
  • 64 Claude Estier, « 368 députés ont voté “le cœur léger” », France-Observateur, 1er novembre 1956.

59À l’automne 1956, leurs débats révèlent l’inquiétude croissante des députés socialistes devant « la gangrène », la torture, dont les preuves étaient portées sur la place publique. Georges Juskiewenski, au retour d’une mission dans son pays natal, écrivit une Lettre ouverte au président du Conseil, où il lui criait : « Faites la guerre ou faites la paix, vite, vite, mais arrêtez la pacification59 ! » Les députés socialistes mirent sur pied une commission d’enquête parlementaire, en vain60. Le 22 octobre, le détournement de l’avion de Ben Bella, avec l’accord de Robert Lacoste et Max Lejeune, fut l’occasion pour Alain Savary, secrétaire d’État aux affaires tunisiennes et marocaines, de redevenir « une conscience inquiète61 ». Mis devant le fait accompli, Guy Mollet avait quant à lui assumé l’opération. Aucun autre socialiste de son gouvernement ne suivit l’exemple de Savary, dont la démission, symbolique, révélait du même coup l’impuissance de tous ceux qui voulaient faire prévaloir l’État de droit sur la raison d’État. Plusieurs parlementaires eurent beau se sentir « déshonorés », comme Alix Berthet ou André Philip62, ils ne purent se résoudre à désavouer publiquement un gouvernement à majorité socialiste. La preuve en fut à nouveau assénée lorsqu’ils lui accordèrent, certes la mort dans l’âme pour certains, leur confiance, le 30 octobre 1956, après l’annonce de l’ultimatum anglo-français à l’Égypte. Face à Nasser, le « complexe de Munich », selon l’expression de Michel Winock, ressoudait les parlementaires derrière Guy Mollet63. Une quinzaine de députés se contenta, par conséquent, de ne pas applaudir le président du Conseil, et de se regrouper ostensiblement en haut des gradins64.

  • 65 Cf. Le Monde, 6 décembre 1956.
  • 66 Le bureau était présidé par Robert Blum et comprenait l’historien Ernest Labrousse et le syndicali (...)

60Néanmoins, alors qu’une vague de chauvinisme emportait l’opinion, André Philip dans Le Monde, Daniel Mayer dans Franc-Tireur, ou Robert Verdier dans Demain, exprimèrent leurs réserves les jours suivants. Mais seule Andrée Viénot démissionna du parti, le 7 novembre 1956, pour participer au congrès anticolonialiste d’Athènes avec Jean Rous. Le 6 décembre 1956, toutefois, un appel fut lancé par vingt-deux parlementaires et trois élus parisiens pour exiger la tenue d’un congrès national extraordinaire sur l’Algérie65. La plupart d’entre eux, à l’exception d’Alix Berthet dans l’Isère et d’Antoine Mazier dans les Côtes-du-Nord, ne furent pas suivis par leur fédération, et leur isolement devint patent lors du conseil national de décembre 1956. Contraints de s’organiser pour exprimer leurs différences, les minoritaires, dont une bonne vingtaine de membres du corpus, créèrent alors le Comité socialiste d’études et d’action pour la paix en Algérie (CSEAPA), en janvier 1957. Dans son bureau de cinq membres, nous retrouvons Camille Titeux, qui représentait les députés minoritaires, et un ancien sénateur, le juriste André Hauriou66. À défaut de gagner du terrain dans le parti, la minorité s’organisait sur ses marges.

Face à la torture, les parlementaires en accusation
(janvier-mai 1958)

  • 67 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Gallimard, 2001 ; Sylvie Thé (...)

61En janvier 1957, Robert Lacoste décida de confier au général Massu, commandant la 10e division parachutiste, la responsabilité du maintien de l’ordre à Alger. Rendue possible par les pouvoirs spéciaux, cette décision autorisa à terme la violation du droit avec la caution préalable des autorités civiles. La torture était désormais considérée comme l’arme de guerre contre-révolutionnaire, une contre-terreur nécessaire face au terrorisme sanglant pratiqué par le FLN. Les parlementaires ne pouvaient plus l’ignorer. Si la responsabilité collective des dirigeants de la SFIO est confirmée par les travaux récents sur la guerre d’Algérie67, la complicité de ses parlementaires est-elle aussi flagrante ?

  • 68 Le Populaire du centre, 24 avril 1957.
  • 69 Raphaëlle Branche, « La commission de sauvegarde des droits et des libertés individuels pendant la (...)

62Les témoignages se multipliant, des parlementaires, bien qu’adversaires des négociations, en furent profondément troublés. Ainsi, Jean Le Bail écrivit : « Rien ne peut justifier la torture et mieux vaudrait perdre l’Algérie que de se résigner pour la garder à recourir à des moyens ignobles68. » Et Gaston Defferre, Maurice Deixonne et Albert Gazier appuyèrent la création d’une commission de sauvegarde des droits et des libertés individuelles, en avril. Mais en pratique, cette dernière fut surtout une opération de communication destinée à calmer les esprits69. De fait, les dirigeants socialistes ne nièrent pas être informés de l’existence de la torture, mais ils en minimisèrent l’ampleur, affirmant qu’elle était exceptionnelle. Guy Mollet argumentait ainsi devant des militants :

  • 70 Intervention devant des militants de la Marne du 14 avril 1957, citée par Gilles Morin, op. cit., (...)

« Parlons clair. Sans doute des actes de violence, extrêmement rares, ont été à déplorer. Mais ils ont été, je l’affirme, consécutifs aux combats et aux atrocités des terroristes. Quant aux actes de torture prémédités et réfléchis, je dis que si cela était, ce serait intolérable. On a comparé à ce sujet le comportement de l’armée française à celui de la Gestapo. Cette comparaison est scandaleuse. Hitler donnait des directives qui préconisaient ces méthodes barbares, tandis que Lacoste et moi avons toujours donné des ordres dans un sens absolument contraire70. »

63Plus tard, Robert Lacoste tonna contre « une odieuse campagne de dénigrement ». La personnalité du ministre résidant, qui fut « l’artisan majeur du durcissement de la répression » d’après Raphaëlle Branche, contribua-t-elle à faire écran à la torture et à brouiller la perception, quelles que fussent son ampleur et ses motivations, de sa nature intrinsèquement antirépublicaine ? Robert Lacoste avait été un résistant « de la première heure », en signant le Manifeste des douze dès le 15 novembre 1940. Puis il avait participé à la création de Libération Nord, siégé au comité directeur de Libération Sud et, en 1944, avait été nommé délégué général adjoint du gouvernement d’Alger pour la France occupée. Profondément patriote, il s’était opposé au réarmement allemand avec la CED, et ce fut certainement pour la même raison qu’il couvrit jusqu’au bout les militaires, légitimant par la juste cause qu’il croyait servir les moyens injustes qu’il employa. Dans le contexte de l’époque, le ministre résidant était donc un homme éminemment respectable, et l’engagement de sa parole d’honnête homme put rassurer les parlementaires et apaiser leur conscience.

  • 71 Discours à l’Assemblée nationale du 28 mars 1957, Le Populaire, 29 mars 1957.

64De plus, si la distinction entre des combattants qui risquaient leur vie et des terroristes qui s’attaquaient à des civils sans défense, était en principe facile à faire, la Seconde Guerre mondiale avait chargé d’ambiguïté et de confusion le terme « terrorisme », par ses bombardements aveugles de villes, l’usage du nucléaire et le massacre de millions de civils. L’héritage de la Résistance pouvait être aussi bien revendiqué par les partisans de l’Algérie française que par ceux qui réclamaient des négociations et la reconnaissance du peuple algérien. Ainsi en mars 1957, devant l’Assemblée nationale, Guy Mollet n’hésitait pas à se placer sous le signe de la pureté et du légalisme supposés de la Résistance, en déclarant de façon péremptoire : « Il y a parmi les hommes de ce gouvernement, non seulement d’anciens résistants, mais d’anciens concentrationnaires. Cela me dispense d’insister71. » En face, Andrée Viénot appelait les résistants à ne pas trahir leur engagement passé dans un article intitulé « Résistants souvenez-vous ! » Évoquant les exécutions sommaires, les « corvées de bois » et l’emploi du terme « terroristes » pour désigner les indépendantistes, elle concluait :

  • 72 Action socialiste, n° 5, avril 1957.

« Si nous acceptons aujourd’hui de laisser torturer et assassiner en notre nom au lieu de crier notre révolte, Hitler apparaîtrait aujourd’hui comme le vainqueur moral car il aurait contaminé notre âme72. »

65Cette dispersion des résistants, déjà remarquable lors de la querelle de la CED, concourut à brouiller les repères des parlementaires socialistes, membres d’un parti qui se voulait forgé dans la Résistance.

  • 73 Avec deux socialistes devenus « Indépendants d’outre-mer », il s’agit de Paul Alduy (Pyrénées-Orie (...)

66Conscient que la poursuite de la guerre menaçait la cohésion même du parti, Guy Mollet préféra se faire renverser sur ses projets financiers en mai 1957. Le 19 juillet, l’Assemblée accorda la reconduction des pouvoirs spéciaux au gouvernement Bourgès-Maunoury, auquel participaient des socialistes, par 280 voix, contre 183 et 29 abstentions. Aucun socialiste n’apparaissait parmi les opposants, ni même parmi les abstentionnistes. Le groupe cependant se divisa, avec 72 députés qui votèrent la confiance, parce que le projet était en deçà de ce qu’ils avaient craint initialement, contre 29 qui préférèrent s’absenter73.

  • 74 Le Combat social, 20 juillet 1957.
  • 75 Le Réveil ardennais, 21 juillet 1957.

67Non seulement des députés dits « minoritaires » ne purent se résoudre à l’indiscipline, mais les autres choisirent de ne pas être là. Et comme la plupart s’étaient excusés, seuls demeuraient onze véritables indisciplinés : Alix Berthet, Jean Binot, Henri Briffod, Marcel Cartier, Pierre Doutrellot, Daniel Mayer, Antoine Mazier, Jean Palmero, Maurice Poirot, Camille Titeux et Robert Verdier. Sur le fond, leur geste du 19 juillet était clair. Antoine Mazier jugeait que les pouvoirs spéciaux étaient « une atteinte à la liberté républicaine », ou « un aveu de faiblesse de la métropole », à moins qu’ils ne constituent « le premier signe de cette dégradation du régime que je crois voir en germe dans les vicissitudes de notre politique algérienne ». Il s’interrogeait donc : « Peut-on souscrire plus longtemps à une politique que l’avenir risque de condamner et qui semble rompre avec les affirmations traditionnelles du socialisme74 ? » De même, Camille Titeux qualifiait les lois d’exception de « négation de la Démocratie et de la République75 ». Dans sa forme, leur geste manquait toutefois d’efficacité et n’était en fin de compte destiné qu’aux socialistes. Leur absence avait certes une portée symbolique, puisqu’elle était passible de sanctions dans le parti, mais elle montre dans quel abandon étaient tombées les prérogatives du Parlement. En renonçant à s’imposer sur le terrain de la démocratie parlementaire, pour lui préférer celui de l’opposition interne, ces députés ne contribuaient-ils pas, à terme, à la crise du régime ?

68Au conseil national de septembre 1957 devant lequel les indisciplinés furent déférés, Pierre Doutrellot regretta de ne pas avoir voté contre, conscient que son « absence » n’était pas à la hauteur de l’enjeu. Seule la présence de ministres socialistes au gouvernement l’avait retenu, mais on ne le persuaderait pas qu’il avait trahi le socialisme, déclara-t-il, empêtré dans sa fidélité au parti, et donc à ses hommes. Ce fut Jules Moch qui souligna ce que signifiait la reconduction des pouvoirs spéciaux. Alors qu’il s’était toujours montré conservateur sur la question coloniale, il déclara avec fracas que, s’il avait été là le 19 juillet, il aurait été indiscipliné, ajoutant :

« J’ai parfois l’impression de me trouver en face d’états d’esprit analogues à ceux de nos camarades qui, en juillet 1940, ont considéré le vote en faveur des pleins pouvoirs comme une affaire courante ne se distinguant pas qualitativement des autres, alors qu’il s’agissait d’un effondrement de nos principes. »

69La loyauté due aux camarades était-elle une ligne jaune infranchissable ? Cela expliquerait que sur la CED, face au gouvernement Mendès France auquel les socialistes ne participaient pas, un plus grand nombre de parlementaires se soient laissés aller. Car la comparaison est éclairante. Des solidarités locales apparues en août 1954, seul demeurait le couple ardennais, Guy Desson et Camille Titeux, et uniquement à l’Assemblée, puisque le sénateur Jacques Bozzi suivait la majorité sur l’Algérie. En Seine-Inférieure, alors que Jean Binot était à nouveau indiscipliné, son collègue, Tony Larue ne l’était pas. Dans la Somme, Pierre Doutrellot s’opposait désormais à l’un des plus fervents partisans de l’Algérie française, Max Lejeune. L’itinéraire de ce dernier est représentatif de ces socialistes patriotes, tels que Marcel-Edmond Naegelen et Robert Lacoste, qui rejetèrent la CED, puis l’indépendance de l’Algérie, mus par un nationalisme exacerbé dans les combats de la Résistance.

  • 76 Entretien du 15 février 1995.

70On est néanmoins frappé par le nombre d’anciens anticédistes parmi les absents et indisciplinés de 1957, à savoir 21 sur 29. Le manquement à la règle était-il devenu pratique courante chez les parlementaires, comme on le reprocha à Daniel Mayer ? Il est certain que pour des hommes comme lui et Robert Verdier, la clause de conscience joua à nouveau. Leur indiscipline passée put les encourager à assumer leur singularité et à régler leur conduite sur leurs principes. Mais du même coup, elle limitait leur marge de manœuvre au sein du parti, comme en témoigna Robert Verdier76. Ils risquaient de passer, aux yeux des militants, pour des indisciplinés permanents, guidés par des querelles personnelles, cherchant à régler de vieux comptes avec le secrétaire général.

  • 77 Le Combat social, 16 novembre 1957.

71Le 12 novembre 1957, le gouvernement Félix Gaillard, auquel participaient encore plusieurs socialistes, demanda à son tour la reconduction des pouvoirs spéciaux ; ce vote aurait pu être l’occasion, pour les parlementaires, de récupérer leurs pouvoirs abandonnés au ministre résidant, mais ils votèrent favorablement à plus de 60 %. Soutenu par Pierre-Henri Teitgen, le député progressiste Pierre Cot, qui avait déjà voté contre en juillet, proposa à ses collègues une motion qui permettrait de surseoir jusqu’à la communication de tous les rapports de la commission de sauvegarde, en vain. Seuls Daniel Mayer et Maurice Poirot refusèrent ces pouvoirs spéciaux. Poirot ayant été exclu en septembre, seul Mayer fut considéré comme indiscipliné, les autres se déjugeant. Comment expliquer qu’ils aient pu accorder en novembre, ce qu’ils avaient refusé en juillet au nom des principes ? L’exclusion de dix-sept députés, qui avaient refusé de ratifier les accords de Londres et Paris au début de l’année 1955, put jouer, bien qu’ils aient été progressivement réintégrés. Cette fois-ci, l’exclusion des récidivistes semblait inévitable. Les minoritaires, qui avaient vu leurs thèses progresser au congrès de Toulouse en juin 1957 et lors des conseils nationaux à l’automne, ne voulurent pas courir le risque d’être dispersés, parce qu’ils espéraient encore modifier la politique du parti de l’intérieur. Ils votèrent donc avec la majorité du groupe, la mort dans l’âme et par pragmatisme, comme en témoigna à chaud Antoine Mazier : « Je n’ai, en définitive, accepté la discipline du Groupe que pour pouvoir mener avec d’autres, au sein du parti et près de ses militants, la lutte qui redonnera le sens de sa véritable mission historique », ajoutant qu’il savait gré à Daniel Mayer de son vote77.

  • 78 Marc Sadoun, « Les socialistes entre principes, pouvoirs et mémoire », dans Jean-Pierre Rioux (dir (...)
  • 79 Le Combat social, 20 juillet 1957.
  • 80 Tribune du socialisme, n° 1, 25 janvier 1958.

72Dans une SFIO où dominait toujours un modèle ouvriériste de légitimité, la lutte entre l’ouvrier réaliste et l’intellectuel utopique était mise en scène pour justifier le pragmatisme des socialistes au pouvoir. La direction stigmatisa les dissidents comme étant « des intellectuels torturés », selon l’expression de Guy Mollet, qui auraient beaucoup à apprendre en matière de sagesse politique de la part des plus « humbles78 ». Or les opposants eux-mêmes intériorisaient complètement ce discours, comme l’agrégé Antoine Mazier, qui ne pouvait s’empêcher d’écrire qu’il était « présomptueux de vouloir avoir raison contre son parti79 ». Le 12 novembre 1957, leur priorité fut plutôt d’agir au sein du parti, au détriment d’une démocratie parlementaire où le député socialiste ne pouvait concevoir son action en dehors du groupe matriciel. Pour changer de politique en Algérie, il fallait d’abord obtenir une réorientation de la SFIO, puis de sa direction, qui autoriserait alors le groupe parlementaire à entrer dans l’opposition. Certes, à la fin du mois de janvier 1958, la minorité lança la Tribune du socialisme, publication dissidente à laquelle une bonne trentaine de membres du corpus collaborèrent80. À cette date, les minoritaires étaient presque réduits au silence : André Philip était exclu pour son Socialisme trahi, Daniel Mayer, Robert Verdier et Camille Titeux étaient suspendus de toute délégation. Ils n’étaient plus représentés dans les instances que par Alain Savary, plus modéré, et Édouard Depreux, qui avait toujours été discipliné.

73Alors que l’impatience et l’exaspération grandissaient chez les jeunes, en particulier chez les ES de Gaston Karila, le temps de la scission n’était-il pas venu ? La FEN et la LDH, auxquelles ils étaient liés, s’étaient pourtant engagées avec clarté. Mais ce décalage entre la SFIO et sa mouvance traditionnelle ne suffit pas à alerter les parlementaires. Le bombardement de Sakhiet Sidi Youcef, village tunisien servant de base aux nationalistes algériens, le 8 février, souleva un tollé chez les minoritaires. Mais tant qu’ils eurent l’espoir de rallier l’ensemble des socialistes à leur politique, ils ne purent se résoudre à couper le cordon avec le parti. Il fallut attendre plusieurs mois et, surtout, le retour du général de Gaulle au pouvoir, pour qu’ils passent à l’acte.

  • 81 Charles-Robert Ageron, « L’Algérie est ma patrie », Les Collections de l’Histoire, hors série n° 1 (...)

74Par conséquent, alors que le Front républicain s’était engagé en janvier 1956 à faire la paix en Algérie, la plupart des parlementaires socialistes partagèrent la responsabilité de la politique d’exception qui y était menée, par l’octroi puis la reconduction des pouvoirs spéciaux, en mars 1956, juillet et novembre 1957. La surprise et l’ignorance expliquent en grande partie l’attitude des Français selon Charles-Robert Ageron, et les socialistes n’échappèrent pas à cette règle81. S’ils percevaient assez souvent le caractère désuet de la domination coloniale française, ils n’étaient guère conscients des transformations du peuple algérien et de la vague de décolonisation consécutive à l’affaiblissement de l’Europe. Chez tous ceux qui soutinrent Robert Lacoste, l’attachement à l’indivisibilité de la République et à la laïcité, conjugué à une lecture marxiste des inégalités en Algérie, obscurcirent les réalités coloniales. Retrempé dans les combats de la Résistance, leur nationalisme dépassa la conception jaurésienne de la défense nationale, leur permit d’abandonner définitivement le pacifisme traditionnel et les conduisit à nier l’existence d’une nation algérienne. Plus grave, il leur masqua la question éthique de « la guerre sans nom », et leur fit oublier les principes pour lesquels ils avaient eux-mêmes combattu. Chez les opposants, le lien affectif avec la SFIO était encore trop fort pour leur permettre de rompre, et seule une infime minorité démissionna ou vota selon sa conscience au Parlement. Andrée Viénot démissionna en novembre 1956 ; André Philip finit par être exclu en janvier 1958 ; Daniel Mayer, en rupture de banc, abandonna son mandat parlementaire en avril de la même année. Mais les autres ne purent qu’exprimer leurs scrupules et faire entendre la voix de leur conscience. Pour élever leur combat à sa dimension civique, il leur aurait fallu dépasser le stade du témoignage et contribuer à restituer à la démocratie parlementaire tous ses pouvoirs. En mai 1958, les parlementaires socialistes comprirent, mais trop tard, que le régime agonisait. L’urgence du combat républicain reprit alors ses droits, quelle que fût la voie du salut envisagée.

De Gaulle, dernier rempart de la République ?

  • 82 Serge Berstein, « La crise de la IVe République », dans Fondation Charles de Gaulle et alii, L’avè (...)
  • 83 Le Monde, 9 mai 1958.

75Dans un colloque sur L’avènement de la Ve République, Serge Berstein rappelait que la majorité des Français de l’après-guerre demeuraient tributaires d’une culture politique qui voyait, dans la prépondérance du Parlement sur l’exécutif, la garantie de leurs libertés. Aussi, chaque tentative pour rendre au gouvernement ses prérogatives apparaissait comme un coup de force contre une République assimilée au parlementarisme82. Néanmoins, la situation en Algérie devenant inextricable, les parlementaires durent trancher dans le vif et mettre un terme à la crise structurelle des institutions. En mai 1958, leur appel au sauveur, en la personne du général de Gaulle, s’inscrivait dans une tradition bien française qui, de Thiers en 1871 à Pétain en 1940, avait eu pour but de sauver la France du désastre. Mais ce recours à de Gaulle au nom de la défense républicaine fit l’objet de deux interprétations parfaitement antinomiques. Pour les uns, tels Pierre Mendès France et François Mitterrand, de Gaulle se faisait le complice d’un coup d’État ; pour les autres, tel le président René Coty, il était l’ultime rempart de la République contre les factieux. Les socialistes, si sévères à l’égard du 10 juillet 1940 et très anti-gaullistes depuis 1947, allaient-ils s’accorder sur le sens à donner au retour du Général ? Car le rôle de la SFIO semblait déterminant. Quelques jours avant la crise, Maurice Duverger n’écrivait-il pas : « Le parti socialiste est l’arbitre de la législature. Rien ne peut être fait sans lui, rien ne peut être fait contre lui83 » ? Or, en se ralliant à de Gaulle, Guy Mollet et ceux qui lui accordèrent l’investiture le 1er juin jouèrent un rôle décisif dans son accession légale au pouvoir, alors que ses opposants entraient pour la plupart en dissidence avec la scission de septembre. Le prisme des parlementaires permet d’analyser les facteurs qui présidèrent à ces choix inconciliables et révèle comment, leurs repères classiques se brouillant peu à peu, ils purent se diviser au point de tirer du passé des leçons diamétralement opposées.

Le retour du général de Gaulle au pouvoir
(13 mai-3 juin 1958)

  • 84 René Rémond, 1958, le retour du général de Gaulle, Bruxelles, Complexe, 1983.
  • 85 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 13 mai 1958.
  • 86 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 14 mai 1958, à 14H.

76Le 13 mai 1958 à Alger, la grève générale se transforma en émeute et le général Massu créa un Comité de salut public. Les manifestants souhaitaient empêcher l’investiture de Pierre Pflimlin, qu’ils jugeaient prêt à abandonner l’Algérie. « Ni coup d’État, ni putsch », selon René Rémond, l’événement survenait néanmoins à un moment où le pouvoir était partiellement vacant, puisque le gouvernement Félix Gaillard, était démissionnaire depuis quatre semaines84. Dans la soirée, Pierre Pflimlin ayant appelé l’Assemblée à prendre ses responsabilités, le groupe socialiste, fidèle à sa tradition de défense républicaine, décida de voter son investiture, justement parce que les insurgés d’Alger s’y opposaient85. Le souvenir de l’émeute du 6 février 1934 était présent dans leurs esprits. Aussi, pour rétablir la prépondérance parlementaire, souhaitaient-ils accorder au président du Conseil pressenti une majorité la plus compacte possible. Les minoritaires furent parmi ses plus ardents défenseurs, Édouard Depreux refusant de « capituler » et appelant à « relever le défi ». Le lendemain, les parlementaires et les membres du comité directeur ne discutèrent même pas du bien-fondé ou non de la participation86. Guy Mollet devint vice-président du Conseil, et Jules Moch, à l’Intérieur et Albert Gazier, à l’Information, étaient nommés à des postes clés pour faire appliquer l’état d’urgence, voté par l’Assemblée le 16 mai. Mais très vite, le problème de la participation au gouvernement Pflimlin fut dépassé.

  • 87 Ibidem.

77Le gouvernement, en perte d’autorité, dut se résoudre à un subterfuge en déléguant ses pouvoirs au général Salan, entérinant du même coup le démembrement du pouvoir. En réponse à l’appel lancé à Alger par Salan, le général de Gaulle se déclara « prêt à assumer les pouvoirs de la République », le 15 mai après-midi, et se posa en recours. Le lendemain, le groupe parlementaire et le comité directeur publièrent un communiqué commun, dans une édition spéciale du Populaire, sous le titre « La République est menacée ! » et optèrent pour un front républicain en écartant tout rassemblement populaire. En réunion de groupe, plusieurs députés, Jean Le Bail, Jules Moch, Germaine Degrond, et même Antoine Mazier, pourtant moins frileux sur ce sujet d’habitude, disaient craindre « le péril communiste ». Et Guy Mollet refusait résolument d’envisager un front antifasciste, qu’il qualifiait de « politique du pire87 ».

  • 88 Supplément à La Documentation socialiste, n° 67, 15 mai 1958.
  • 89 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 18 mai 1958.

78Sous couvert de défense républicaine, la direction entreprit par conséquent d’empêcher toute forme de rassemblement populaire avec les communistes. Dans une circulaire aux militants, Pierre Commin interdit formellement tout contact et toute action avec les communistes, ne voulant pas leur permettre d’exploiter dans son intérêt le trouble de l’heure : « À la menace du fascisme ne doit pas succéder, par nos erreurs de tactique, la réalité de la dictature communiste », concluait-il88. Le souvenir des désillusions du Front populaire demeurait vif, et un socialisme de guerre froide s’était épanoui depuis plusieurs années. Certains députés, comme Édouard Depreux, jugeaient en outre prudent de « ne pas acculer l’opinion à choisir entre de Gaulle et les communistes », car elle se tournerait vers de Gaulle89. Une brèche était ouverte à la solution gaulliste.

  • 90 Jean-Paul Cointet, « Guy Mollet, la SFIO et l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle », dans Bern (...)
  • 91 Odile Rudelle, Mai 1958, De Gaulle et la République, Plon, 1988.
  • 92 Bernard Vanneste, dans Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Les éditio (...)

79Plusieurs socialistes, qui avaient noué quelques relations dans le passé avec de Gaulle, essayèrent d’obtenir qu’il précise ses intentions et qu’il condamne les événements d’Alger, à l’instar d’André Philip. Ainsi, le rôle de Guy Mollet dans le dénouement de la crise de mai 1958 est désormais bien connu90. En dialoguant avec de Gaulle, le secrétaire général de la SFIO l’intronisait de facto comme candidat reconnu à la succession91. Il eut en outre l’habileté de s’assurer d’un soutien de poids, celui d’Augustin Laurent, le secrétaire fédéral du Nord, qui prit contact avec Olivier Guichard92.

  • 93 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 20 mai 1958.
  • 94 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 23 mai 1958.

80Mais alors qu’un ordre de grève était lancé par la CGT « pour écraser le complot fasciste et sauver la République », et que se créait à Paris un Comité pour la défense de la République, de Gaulle ne désavoua pas les insurgés d’Alger dans sa conférence de presse du 19 mai, comme l’espérait Guy Mollet. Le Général critiqua comme à son habitude les partis, mais ne contesta pas la légitimité du gouvernement, dont il remettait cependant en cause l’efficacité. Il se montra même particulièrement aimable envers le secrétaire général de la SFIO, dont il vanta les qualités de résistant, conscient du rôle décisif qu’il devrait jouer dans son accession légale au pouvoir. Or, tandis que Guy Mollet poursuivait ses contacts avec les gaullistes par l’intermédiaire de son ami le député Jacques Piette, les parlementaires se montraient de plus en plus inquiets. Le 20 mai, ils reconduisirent les pouvoirs spéciaux en Algérie, mais Jean Charlot, Antoine Mazier, Marcel-Edmond Naegelen et Marcel Mérigonde avaient auparavant exprimé leurs vives réticences à déléguer ainsi les pouvoirs à Salan93. Le 23 mai, Alain Savary s’interrogea sur les finalités du projet de révision constitutionnelle, et Charles Lussy, considérant que « pour écarter le gaullisme, on fait du gaullisme », concluait : « On ne défend pas la République en supprimant les principes mêmes de la République. » Édouard Depreux, pourtant réputé pour sa vigilance à leur égard, notait que les militants comprenaient de plus en plus de mal l’ostracisme frappant les communistes, et pensait que « la maladresse suprême » serait de laisser croire qu’entre de Gaulle et le PCF, il n’y avait aucune autre voie possible94. Il fallait faire confiance au gouvernement et organiser la résistance collective du groupe en faisant savoir que celui-ci refuserait l’investiture à de Gaulle. À cette date, une certaine unanimité semblait donc restaurée entre les minoritaires et la majorité. Pierre Commin, Arthur Notebart ou François Tanguy-Prigent, par exemple, avaient montré leur détermination à empêcher le retour du Général.

  • 95 Ministre de l’Information, Albert Gazier écrit : « On peut soutenir que cette fiction a duré plus (...)
  • 96 Éric Ghebali, Vincent Auriol. Le président citoyen, Grasset, 1998, p. 367.
  • 97 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 26 mai 1958, à 21H.

81Le 24 mai, cependant, le succès de l’opération « Résurrection » en Corse mit fin à toute ambiguïté, puisque le gouvernement renonça à l’intervention préparée par le ministre de l’Intérieur, Jules Moch. La « fiction » d’un gouvernement qui aurait contrôlé la situation en déléguant ses pouvoirs à Salan volait en éclat95. Une nouvelle ligne de partage divisa alors les parlementaires. Les 25 et 26 mai, Guy Mollet, en son nom personnel, puis Vincent Auriol, écrivirent à de Gaulle pour sonder ses intentions. Le secrétaire général faisait le pari d’un de Gaulle républicain et capable d’apporter une solution à l’affaire algérienne ; l’ancien président de la République voulait croire que l’homme du 18 juin ne pourrait renier ses combats passés96. En face, les parlementaires opposés à ce ralliement se mobilisèrent en ranimant l’idée d’un front populaire. Ils étaient appuyés par la LDH, présidée depuis le 9 mars 1958 par Daniel Mayer. Il signa la lettre d’Édouard Depreux et André Hauriou à Pierre Commin, secrétaire général adjoint, où ils appelaient la SFIO à organiser une manifestation. De même, Gaston Defferre et Francis Leenhardt publièrent une « Alerte aux Républicains » dans Le Provençal, en appelant à « un immense défilé pacifique » à Marseille. À Toulouse, le maire Raymond Badiou mettait lui aussi sur pied une imposante manifestation unitaire, une première dans sa cité depuis la Libération. Le 26 mai, le groupe proposa également, à l’unanimité moins une voix, de manifester avec le PCF et de favoriser la grève lancée par la CGT. Il ne voulait pas, en outre, que les communistes apparaissent comme « les seuls défenseurs de la République97 ». Mais contre-ordre fut donné quelques heures plus tard par le comité directeur, qui limita la mobilisation des socialistes à la seule journée du 28 mai.

82Que pouvait signifier cette confusion : la crainte persistante d’être à la remorque des communistes, ou bien la volonté de ne pas aller trop loin tout en faisant un geste ? De même le 27 mai, alors qu’ils venaient d’apprendre les pourparlers de Guy Mollet, les parlementaires et membres du comité directeur votèrent une motion par 117 voix contre trois, et une abstention. Elle semblait alors sans ambiguïté :

  • 98 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 27 mai 1958.

« [Les parlementaires socialistes] ne se rallieront en aucun cas à la candidature du général de Gaulle qui, dans la forme où elle est posée et par les considérants qui l’accompagnent, est et restera, en toute hypothèse, un défi à la légalité républicaine98. »

  • 99 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 542.
  • 100 Odile Rudelle, op. cit., p. 249.

83Mais derrière cette unanimité de façade, certains se réservaient en fait pour la suite. Pierre-Olivier Lapie, qui était favorable au retour du Général, en témoigne : il vota comme les autres, de connivence avec Jacques Piette, car il ne leur semblait pas opportun d’insister ce jour-là99. Le groupe parlementaire, qui semblait être le dernier « verrou » selon l’expression d’Odile Rudelle, était en fait prêt à céder100.

  • 101 Les notes sténographiques de Germaine Degrond sur les 29, 30 et 31 mai montrent un climat de chahu (...)
  • 102 Le vote de l’investiture du Général fut décidé par 77 voix contre 74, avec seulement 18 contre 23 (...)

84Les jours suivants virent la décomposition du groupe parlementaire, dans un climat d’agitation et de confusion extrêmes101. Le 28 mai, un défilé réunit deux ou trois cent mille participants, parmi lesquels André Philip et François Tanguy-Prigent, en tête au côté de Pierre Mendès France et François Mitterrand. Albert Gazier fut le seul ministre à y participer. Le 30 mai, le secrétaire général de la SFIO et le président du groupe parlementaire, Maurice Deixonne, rencontrèrent de Gaulle à Colombey. En échange de cette ouverture, ils obtinrent de sa part qu’il se présente en personne devant l’Assemblée et que le gouvernement soit responsable devant le Parlement dans les futures institutions. Conjugué à la lettre d’Auriol, le compte rendu enthousiaste de leur visite permit le ralliement d’un nombre suffisant d’indécis, en particulier de sénateurs, pour renverser la tendance. Le 31 mai, parlementaires et membres du comité directeur décidèrent d’investir de Gaulle, à une courte majorité102.

  • 103 Sur 553 députés, 329 votèrent l’investiture, 224 la refusèrent dont les 49 socialistes, et 36 s’ab (...)

85Fait notable, la liberté de vote leur fut accordée, alors qu’elle leur avait été refusée pour la CED. Soucieux de limiter la portée de leur éclatement, Georges Guille réussit à faire adopter cette mesure exceptionnelle. De sorte que le 1er juin, alors que l’Assemblée nationale accordait l’investiture à de Gaulle, le groupe socialiste se divisa, avec 42 voix favorables contre 49, André Le Troquer, pourtant hostile, ne prenant pas part au vote en tant que président de l’Assemblée103. Le lendemain, les mêmes reconduisirent les pouvoirs spéciaux, puis votèrent l’article unique accordant les pleins pouvoirs au gouvernement du Général pour six mois. Les grands partis y étaient bien représentés : Guy Mollet était l’un des quatre ministres d’État, Max Lejeune retrouvait le Sahara et Eugène Thomas les PTT. Néanmoins, cela signifiait la mise en congé du Parlement, et la fin virtuelle du régime.

86La séparation officielle des assemblées eut lieu le 3 juin. Le jour même, la Tribune du socialisme publia un communiqué où elle accusait le Parlement d’avoir « trahi le mandat du suffrage universel » en abandonnant la souveraineté nationale dont il était le dépositaire au profit d’un chef de l’exécutif. Or, en reconduisant à plusieurs reprises les pouvoirs spéciaux, les parlementaires socialistes n’avaient-ils pas eux aussi contribué à dessaisir le Parlement de ses prérogatives et favorisé ce dénouement ? Dans leur texte, les minoritaires se félicitaient sans doute que la majorité des députés socialistes aient refusé l’investiture et « sauvé l’honneur du socialisme français ». Mais ils dénonçaient « comme traîtres au socialisme et à la République ceux qui, après avoir été les principaux responsables du drame actuel », avaient accepté de faire partie du gouvernement de Gaulle. Les ministres socialistes étaient donc directement visés.

  • 104 Cf. Gilles Morin, op. cit., t. 2, p. 478 sq.
  • 105 Tribune du socialisme, 3 juin 1958.

87La solidarité ne jouait plus ; « l’unité fraternelle » du parti maintes fois invoquée n’existait plus. Socialisme et République étaient à nouveau étroitement liés, pour rappeler dans la tradition de Jaurès que les libertés individuelles et collectives, garanties par le régime républicain, étaient la condition nécessaire du socialisme. L’heure des comptes était venue et, dans cette perspective, la division de juin 1958 apparaît bien comme l’acmé d’une crise ouverte le 6 février 1956. L’échec des minoritaires, qui ne purent renverser la direction, et leur marginalisation les mois suivants rendraient donc inévitable la scission du 15 septembre 1958104. Enfin, ils invitaient « tous les socialistes, tous les démocrates, tous les républicains, ainsi que toutes les organisations syndicales des travailleurs » à s’unir face au « danger imminent de l’instauration en France d’un régime totalitaire105 ». Ils s’inscrivaient déjà dans une dynamique de recomposition de la gauche, qui se concrétisa, en juillet, par la création de l’Union des Forces démocratiques (UFD), à laquelle participèrent activement le président de la LDH, Daniel Mayer, et des minoritaires tels qu’André Philip ou Charles Margueritte.

Des logiques d’engagement ?

88Comment expliquer cette ultime division, opposant deux thèses parfaitement contradictoires, au sein du parti socialiste ? Nous testerons quelques hypothèses à partir d’un échantillon de 166 membres du corpus, dont les engagements sont avérés sur ce sujet. Leur répartition est équilibrée, avec 85 favorables au retour du Général contre 81. Parmi eux, onze évoluèrent, soit du jour au lendemain, soit durant l’été. Quatre, en effet, approuvèrent son projet constitutionnel après avoir voté contre lui, comme Gaston Defferre dont le ralliement au nouveau régime fut décisif, alors que quatre autres faisaient le chemin inverse. Cette perméabilité de la ligne de partage révèle à quel point les choix étaient complexes. Comme lors de la querelle sur la CED, leur histoire commune semblait se réfracter en une multitude d’expériences individuelles et de grilles de lectures différentes. Ils plaçaient tous la défense de la République au sommet de leur hiérarchie de valeurs, mais ne s’accordaient ni sur l’origine du danger, ni sur les moyens de la protéger. Le 13 mai 1958 était-il un coup d’État ? Comment rétablir l’autorité de l’État en Algérie ? Quel serait l’avenir du régime républicain, alors que les communistes semblaient toujours le miner de l’intérieur ?

  • 106 Félix Gouin, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland votèrent « non », et Jules Moch, Marius (...)

89L’été 1940 était présent dans tous les esprits. Non seulement la République impuissante confiait à nouveau son salut à un militaire chargé de gloire, mais le président René Coty s’était référé à l’homme du 18 juin. Dans son message aux parlementaires le 29 mai, il avait dit choisir « le plus illustre des Français ». Par rapport à 1940, il y avait, cependant, une différence fondamentale, puisque le pouvoir constituant et les pleins pouvoirs étaient accordés au gouvernement et non à de Gaulle seul. La plupart de ceux qui s’exprimèrent sur leur vote du 1er juin firent donc la comparaison, mais en tirèrent des conclusions opposées. La division des Quatre-Vingts en est la meilleure illustration106.

  • 107 Cahiers de la République, n° 14, juillet-août 1958.
  • 108 Jean Le Bail, Le Populaire du Centre, 5 juin 1958, et note des RG du 16 juin 1958, dossier Le Stra (...)
  • 109 Lettre du 7 février 1960, dossier Aubert, AN, F7/2835.
  • 110 Cf. sa profession de foi de mars 1967 et les rapports des RG, ibidem.

90Pour ceux qui avaient refusé l’investiture à de Gaulle, le Parlement avait de nouveau capitulé. Membre des Quatre-Vingts, André Philip vit « une analogie surprenante » avec le vote du 10 juillet 1940, comparant la lâcheté et le déshonneur des deux journées107. De sorte que le vote du 1er juin de Félix Gouin, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, pourrait être interprété comme une réplique à leur « non » du 10 juillet. Alors qu’il n’était pas parlementaire avant la guerre, Jean Le Bail écrivit aussi qu’il était impossible de ne pas s’en souvenir ; et Alexis Le Strat remontait même au-delà, en expliquant qu’ayant été munichois, il ne voulait pas réitérer son erreur108. Ni l’un ni l’autre ne s’étaient illustrés sous l’Occupation, et peut-être exprimaient-ils ainsi une certaine forme de repentance. René Arbeltier, député de Coulommiers en 1940, avait certes effacé son erreur du 10 juillet dans la Résistance, mais fut sans doute animé des mêmes motivations. Émile Aubert, en revanche, avait été commandant en chef des FFI dans les Basses-Alpes et s’était immédiatement rallié au chef de la France libre. Néanmoins, réélu sénateur en 1959, il se démarquait publiquement du Général dans une lettre qu’il adressa à tous les maires de son département, craignant que « l’homme du 18 juin » ne fût, en la circonstance, qu’un « bouclier couvrant involontairement des entreprises inacceptables109 ». En utilisant pour le Général la formule du « bouclier », appliquée par les maréchalistes à Pétain en 1940 alors que de Gaulle incarnait alors « l’épée », Aubert renvoyait sa légitimité historique à un passé révolu. Les années suivantes, il participait à la fondation de la Ligue pour le combat républicain avec François Mitterrand, en devenait le président en 1961, puis menait une virulente campagne contre « le pouvoir personnel » aux législatives de mars 1967110. Sa rupture avec de Gaulle était bel et bien consommée.

  • 111 Le Républicain du Tarn, 12 février 1960.
  • 112 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laffont, 1976, p. 541.

91Mais pour ceux qui lui accordèrent l’investiture, le Parlement avait sauvé la République. Maurice Deixonne estimait qu’il avait évité « la guerre civile111 ». Trois anciens Quatre-Vingts, Jules Moch, Marius Moutet et Paul Ramadier, passèrent outre leur refus du 10 juillet, jugeant les circonstances toutes différentes. Dès le 30 mai, Moch, ministre de l’Intérieur, décida de se rallier avec résignation au nom de « la raison d’État », car écrit-il dans ses mémoires : « Responsable de l’ordre public, je me résignerai à voter l’investiture comme un moindre mal112. » Et Ramadier ne voulait pas courir le risque de voir le président de la République, René Coty, démissionner. Quant aux autres parlementaires de 1940, absents en juillet, ils étaient encore moins tenus par leur passé, et Jean Bouhey, Pierre-Olivier Lapie, Max Lejeune, Jean Meunier, et Eugène Thomas déléguèrent les pleins pouvoirs en 1958.

92Dans quelle mesure la personnalité même du général de Gaulle put-elle déterminer leur choix ? Là encore, on trouve toute une palette de sentiments, allant de l’aversion épidermique à la confiance, quelques-uns partageant avec les gaullistes un attachement personnel au Général.

  • 113 Jules Moch, Rencontres avec… de Gaulle, Plon, 1971, p. 34.
  • 114 Daniel Mayer, Les socialistes dans la Résistance, PUF, 1968, chapitre 6, et témoignage de Christia (...)
  • 115 Note des RG du 22 mai 1959, dossier Dassaud, F7/4202.

93Tout en respectant le personnage historique, certains résistants de l’Intérieur gardaient un souvenir assez mitigé de l’homme pendant la guerre et nourrissaient quelque soupçon à l’égard de sa fibre démocratique. Jules Moch fut « déçu » par sa « morgue un peu hautaine113 ». À l’instar de Daniel Mayer, Christian Pineau, responsable de Libération Nord, fut froissé par le mépris du Général à l’égard des forces politiques traditionnelles, lors de son voyage à Londres en mars 1942. À sa troisième rencontre, le texte que lui remit enfin de Gaulle à l’intention des mouvements ne correspondait pas, selon lui, aux réalités politiques de la métropole et critiquait trop vivement la IIIe République et les partis. Au dernier moment, Pineau reçut finalement un texte plus nuancé, mais il conserva de cet épisode une retenue que sa participation au GPRF ne put effacer114. Maquisard d’Auvergne, Francis Dassaud rencontra de Gaulle pour la première fois en 1945, alors qu’il était allé avec d’autres élus du Puy-de-Dôme lui demander d’aider la ville de Clermont-Ferrand. Sa froideur et sa morgue l’auraient alors choqué, et c’est pourquoi, devenu vice-président du conseil général, il refusa de participer aux manifestations d’accueil du Général en mai 1959115. Outre cette anecdote, rappelons que Dassaud était un ancien combattant de 14-18, mutilé de guerre, responsable de l’ARAC, et qu’il avait toujours été antimilitariste.

  • 116 Témoignage de Jean Charlot à Jacques Girault en 1974, notice du DBMOF.
  • 117 Dossier Tanguy-Prigent, AN, F7/4386.
  • 118 Lettre à ses électeurs du 5 octobre 1958, ibidem.

94Une entrevue plus récente avec le Général ne balayait pas nécessairement toute méfiance. Jean Charlot n’avait pas apprécié la visite de Guy Mollet et de Maurice Deixonne à de Gaulle le 30 mai 1958. Néanmoins, il participa à la délégation socialiste, avec Deixonne et Antoine Courrière, les deux présidents de groupe, ainsi que Paul Ramadier et Jules Moch, qui fut reçue par de Gaulle le 18 août. À la différence de Ramadier et Deixonne qui se déclarèrent « rassurés », Charlot considéra que l’entretien n’avait strictement rien apporté, et refusa le projet constitutionnel116. Il devait rejoindre le PSA en décembre. D’autres, cependant, se montraient plus modérés. Dans sa lettre de démission du comité directeur en juillet 1958, François Tanguy-Prigent minimisait l’implication de De Gaulle dans les événements de mai, en insistant sur la manière dont il était venu au pouvoir117. Il ajoutait, deux mois plus tard, que le parti s’était incliné, « après d’inadmissibles pourparlers secrets », devant « un coup de force qui […] permettait aux factieux aidés par l’Armée de vaincre118 ». Ce bénéfice du doute accordé à de Gaulle par son ancien ministre était certainement sincère, mais il lui permettait surtout, en la circonstance, d’aggraver la responsabilité de la SFIO.

95D’autres, au contraire, virent dans la personnalité du chef historique de la Résistance, sinon un alibi, du moins une assurance pour l’avenir. Quelques-uns renouèrent simplement avec le gaullisme de la France libre, comme Pierre-Olivier Lapie ou Georges Gorse. Ce dernier, ambassadeur de France en Tunisie, décrit son désarroi au début du mois de mai :

  • 119 Georges Gorse, Je n’irai pas à mon enterrement, Plon, 1992, p. 201-202.

« Pris entre ma vieille fidélité pour l’homme, mon sentiment profond que son retour était la seule chance du pays, et les liens qui m’attachaient encore à la générosité impuissante du parti socialiste, j’allais de l’un à l’autre119. »

96Lapie vota donc l’investiture sans état d’âme, et Gorse conserva son ambassade sous le gouvernement du Général.

  • 120 Le Populaire du Centre, 4 juillet 1958.
  • 121 Aline Fonvielle-Vojtovic, Paul Ramadier 1888-1961, thèse de doctorat, Paris X-Nanterre, 1990, p. 9 (...)
  • 122 Notes de Germaine Degrond sur la réunion du 31 mai 1958 à 15H, Archives du PS-SFIO, OURS.

97Si tous deux n’avaient rejoint la SFIO qu’à la Libération et la quittèrent finalement, le député de la Corrèze, Jean Montalat, était un ancien membre des JS dans l’entre-deux-guerres. Sous l’Occupation, il avait été responsable de l’Armée secrète dans son département et membre du réseau Alliance ; arrêté, il s’était évadé, avait rejoint l’état-major du général Cochet en Algérie en octobre 1943 et participé au débarquement en Provence en août 1944. Il justifia ainsi son vote : « Placés devant l’alternative de l’anarchie et de la guerre civile ou de l’investiture au général de Gaulle, quarante-cinq députés socialistes ont voté pour l’ermite de Colombey-les-deux-Églises. » L’épithète « d’ermite » signifiait donc que de Gaulle n’était en rien responsable des événements d’Alger120. Montalat s’était déjà fait remarqué par ses amitiés nouées dans la Résistance, en particulier avec son collègue radical-socialiste, Henri Queuille. Mais Paul Ramadier, lui aussi, choisit de se fier à la parole du Général. Il hésita à lui accorder l’investiture jusqu’au dernier moment, mais il ne voyait aucune autre solution pour résoudre la crise du régime, même s’il craignait que de Gaulle ne fût à son tour débordé, et que sa constitution ne heurtât les principes socialistes121. Or l’ancien président du Conseil semble bien avoir eu une influence déterminante sur certains indécis, comme en témoigna à chaud Germaine Degrond, qui ne fit son choix que le 31 mai après-midi : « Ce sont les informations de Ramadier qui ont décidé de mon vote, car j’avais sur son jugement la plus grande confiance122. » Dans ces heures graves, où la liberté de vote était accordée, les parlementaires pouvaient parfois s’en remettre à un ami ou à un ancien, réputé plus expérimenté, pour forger leur conviction, comme en juillet 1940.

  • 123 Dossier Bouhey, AN, F7/2668. En 1971, Louis Escande fut réélu maire sur une liste UDR-RI.
  • 124 Notes des RG des 10 juillet 1958 et 11 juillet 1960, dossier Paul-Boncour, AN, F7/4010.

98Ce pari sur la confiance pouvait parfois se muer en gaullisme. Le maire de Macon, Louis Escande, était un ancien membre du MLN, décoré de la Croix de combattant volontaire de la Résistance. Il démissionna du parti en 1959 parce que sa fédération de Saône-et-Loire avait décidé de s’abstenir de participer aux réceptions en l’honneur du Général lors de sa visite dans le département123. Joseph Paul-Boncour, président des Quatre-Vingts, se déclara « gaulliste » lors de la manifestation annuelle du 10 juillet 1958, et deux ans plus tard, il défendait de Gaulle d’avoir voulu la présidentialisation du régime124. Gilles Gozard, député de l’Allier en 1958, finit par rejoindre les gaullistes de gauche en 1962 ; Léon Boutbien et Pierre Pugnet l’UNR-UDT en 1963 et 1965, pour ne citer que ces exemples.

99Pour autant, la Résistance ne structura pas le vote socialiste du 1er juin 1958, puisqu’elle ne détermina pas tous les membres de notre échantillon à voter de la même manière. Les résistants (au nombre de 117) se partagent à parts égales entre le ralliement (60) et l’opposition à de Gaulle (57), et si l’on considère plus précisément les membres de la France libre et ceux qui jouèrent un rôle à Londres ou à Alger, les proportions restent comparables, avec une dizaine dans chaque camp. Les anciens ministres socialistes du Général se divisèrent de même, André Philip, Christian Pineau et François Tanguy-Prigent s’opposant à son retour, alors que Vincent Auriol, Augustin Laurent, Jules Moch et Eugène Thomas l’appuyèrent. Leur passé, pourtant commun, n’éclairait pas la situation présente sous le même angle.

  • 125 Parmi ceux qui approuvèrent la politique algérienne de Guy Mollet, 44 investirent de Gaulle contre (...)
  • 126 La Nouvelle République, 23 septembre 1958.
  • 127 Allocution au Sénat du 9 décembre 1958, dossier Moutet, AN, F7/2783.
  • 128 Le Populaire du Centre, 27 mars 1961.
  • 129 Parmi ceux qui s’opposèrent à la politique algérienne, 36 refusèrent d’investir de Gaulle, contre (...)

100La guerre d’Algérie avait provoqué la chute du régime ; il fallait donc y mettre rapidement fin. Or la probabilité que de Gaulle puisse venir à bout du drame algérien était souvent liée à l’issue espérée. Parmi ceux qui lui accordèrent l’investiture, on retrouve donc quelques partisans purs et durs de l’Algérie française, tels que Robert Lacoste, Max Lejeune et Léon Boutbien, confortés un temps par le voyage du Général en Algérie et son célèbre « Je vous ai compris ». Plus généralement, ceux qui avaient soutenu la politique algérienne de Guy Mollet pensèrent que de Gaulle pourrait trouver une solution honorable pour la France et satisfaisante pour les Français d’Algérie, et qu’il saurait dompter les militaires125. Ainsi, le député d’Indre-et-Loire, Jean Meunier, fit campagne en faveur du « oui » au référendum de septembre parce qu’il voulait donner au gouvernement les moyens d’accomplir sa tâche et que, selon lui, il proposait « une solution libérale » pour l’Algérie126. L’ancien ministre des Colonies, Marius Moutet, espérait quant à lui que la « sorte de mystique » créée par de Gaulle sur l’Algérie lui permît de réaliser le programme de Constantine et de résister aux pressions des ultras127. Et le sénateur de la Creuse, Paul Pauly, affirmait encore, en mars 1961, qu’il avait toujours eu conscience du « fossé » qui séparait de Gaulle des ultras et qu’il lui manifesterait publiquement son « approbation » à chaque fois qu’il essayerait de mettre fin à la guerre128. À l’inverse, ceux qui s’étaient violemment opposés à « la politique de pacification » de Robert Lacoste, ou du moins dénoncé la torture et réclamé des négociations immédiates, se méfièrent du militaire qu’était de Gaulle129. Au pire ils l’assimilaient aux factieux d’Alger, au mieux ils le jugeaient incapable de restaurer l’autorité civile et républicaine en Algérie.

101Le sort des institutions était, en effet, au cœur du dilemme. La nature du régime, fondée traditionnellement sur le parlementarisme, pouvait sembler menacée par la critique gaulliste du « système des partis » et sa vision présidentialiste, depuis le discours de Bayeux en 1946. La thèse du « coup d’État » ne fut pas l’apanage de François Mitterrand, et certains opposants socialistes en firent usage durant plusieurs années. Alexandre Baurens, par exemple, député du Gers de 1945 à 1958, se représenta en 1967 sous l’étiquette PSU et, dans sa profession de foi, dénonçait encore « le coup d’État du 13 mai », et « le régime du pouvoir personnel et le fascisme renaissant ».

  • 130 Le Réveil ariégeois, 21 juin 1958.
  • 131 Albert Gazier, « Le projet constitutionnel est inacceptable », 50e Congrès national, 11-14 septemb (...)
  • 132 Note des RG du 15 octobre 1958, dossier Auberger, F7/2879.
  • 133 La Bourgogne républicaine, 23 août 1958.

102C’est pourquoi ceux qui s’opposèrent à l’investiture du général de Gaulle, à quatre exceptions près, appelèrent à voter « non » au référendum de septembre 1958. Ils supportaient mal le dénigrement des partis qui leur rappelait de mauvais souvenirs, comme Jean Durroux qui, dans son appel « Aux Républicains » de l’Ariège, comparait « la campagne antiparlementariste » à celle de juillet 1940130. Néanmoins, le principe même de la révision n’était pas remis en cause, comme le montre le texte d’Albert Gazier, présenté au congrès d’Issy-les-Moulineaux de septembre. Mais la méthode choisie pour y parvenir était condamnée. On renonçait à confier la tâche au Parlement en place, ou à élire une assemblée constituante, pour recourir au référendum qui avait « un caractère plébiscitaire ». Enfin la limitation du rôle des élus au suffrage universel au profit de ceux qui seraient « élus au suffrage restreint, chef de l’État et Sénat » favoriserait le conservatisme social131. Fernand Auberger, alors président de l’Amicale des maires de l’Allier, put donc écrire dans une lettre à ses collègues que la nouvelle constitution mettait le gouvernement à la merci du président de la République, accordait à celui-ci un véritable pouvoir personnel, et qu’elle portait une grave atteinte à la dignité à l’autorité des élus du peuple132. De sorte que quatre parlementaires de notre échantillon se prononcèrent contre la Constitution après avoir voté en faveur de De Gaulle. Le député de la Côte-d’Or, Jean Bouhey, jugeait en effet qu’il était « un homme d’État de tout premier ordre », mais qu’une constitution devait être faite pour durer et « pour une nation, pas pour un homme133 ».

  • 134 Allocution au Sénat du 9 décembre 1958, dossier Moutet, AN, F7/2783.
  • 135 Lettres de septembre 1958, dossier Suran, AN, F7/18113.
  • 136 Presque les deux tiers des sénateurs socialistes accordèrent l’investiture contre moins de la moit (...)

103À l’inverse, certains voyaient d’un bon œil la restauration des pouvoirs du Sénat, après dix-huit ans de purgatoire, comme Marius Moutet, par exemple, lors de son discours en tant que doyen d’âge au Sénat le 9 décembre 1958134. Et les deux sénateurs socialistes de Haute-Garonne, André Méric et Charles Suran appelèrent les maires de leur département à soutenir la constitution, parce qu’entre autres arguments, l’élection du président de la République par un collège comprenant les maires leur apparaissait comme « une heureuse disposition135 ». Le discours de Bayeux prononcé en 1946 par le général de Gaulle ne laissait pas espérer aux sénateurs socialistes une telle orientation. Néanmoins, ils furent proportionnellement plus nombreux que les députés à lui accorder l’investiture, et purent par conséquent s’en féliciter136. Sans doute le Sénat, issu des collectivités territoriales de la République, avait-il été conçu comme un contrepoids modérateur par rapport à une Assemblée nationale directement élue au suffrage populaire, et plus imprévisible. Or contrairement aux pronostics, après 1958, l’opposition socialiste se réfugia au Sénat, autour de ceux-là mêmes qui avaient contribué à ramener de Gaulle au pouvoir.

104À plus long terme, enfin, se posait la question de l’indépendance de la France dans un contexte qui demeurait celui de la guerre froide. La méfiance à l’égard des communistes avait conduit la direction de la SFIO à repousser la solution d’un front populaire. Or lorsqu’on analyse les arguments avancés par les deux camps, on constate que l’anticommunisme put jouer aussi bien en faveur de De Gaulle que contre lui. L’étouffement des démocraties populaires en 1948 et en 1956 pesait sur les esprits. Guy Mollet résuma ainsi son analyse :

  • 137 Guy Mollet, op. cit., p. 4.

« J’ai estimé qu’entre le péril imminent d’une dictature rétrograde fondée sur la collusion d’éléments factieux de l’armée et de la droite la plus réactionnaire, et le péril d’un mouvement populaire improvisé qui eût dégénéré en guerre civile pour le triste bénéfice du communisme, il y avait une place pour une voie moyenne qui est celle de la sauvegarde et, en même temps, de la rénovation de la République137. »

  • 138 Cité par Gilles Morin, op. cit., p. 430.
  • 139 Note des RG du 16 juin 1958, dossier Meunier, AN, F7/4427 et Le Réveil socialiste, 17 juin 1958.
  • 140 Note des RG du 23 septembre 1958, dossier Montalat, AN, F7/5000.

105Le député du Pas-de-Calais, Jeannil Dumortier déclara à un journaliste qu’entre de Gaulle et les communistes, il n’hésitait pas : « Eux, nous mèneraient sûrement à Prague. Lui, ne nous mènera pas à Madrid ! », signifiant ainsi qu’il ne croyait pas à un pronunciamiento de type franquiste138. La fédération d’Indre-et-Loire fit savoir qu’elle approuvait le vote favorable de son député, Jean Meunier, parce qu’une autre solution aurait impliqué l’avènement d’un régime communiste totalitaire. Or si les socialistes refusaient de « céder aux rebelles », ils refusaient également de « subir le sort des ouvriers de Budapest139 ». Et le député de Corrèze, Jean Montalat, appela à voter en faveur de la Constitution, qu’il jugeait démocratique bien qu’il se méfiât du mode d’élection du président, parce qu’il fallait « lever l’hypothèque moscoutaire ». Dans ce bastion du PCF, il avait beau jeu de rappeler à ses électeurs « la ruée » des communistes à la Libération sur les municipalités et le conseil général140.

  • 141 « Le recours au sauveur », Le Populaire du Centre, 3 mars 1958.
  • 142 « Les raisons d’un non », Le Populaire du Centre, 5 juin 1958.
  • 143 « Pas n’importe quoi ! », Le Populaire du Centre, 1er août 1958. Il

106À l’inverse, Jean Le Bail, connu pour son anticommunisme sans faille, désapprouvait « le recours au sauveur », car il estimait que les communistes espéraient utiliser « le nationalisme ombrageux » du Général pour entraîner la France en dehors de l’Alliance atlantique, et donc sur la voie des démocraties populaires141. Le 5 juin 1958, il persistait à penser qu’un gouvernement d’union nationale de défense républicaine aurait été préférable. Il n’acceptait pas « le risque » de confier la constitution à un général partisan du régime présidentiel qu’une frontière bien incertaine séparait du pouvoir personnel142. Il s’opposa, par conséquent, au projet constitutionnel, affirmant que le renforcement de la République devait être recherché dans le rajeunissement du régime parlementaire et non dans des concessions à un régime autoritaire143. Car ajoutait-il :

  • 144 « Pas de référendum de la peur », Le Populaire du Centre, 2 septembre 1958.

« Qui ne voit, en effet, que l’instauration d’un pouvoir autoritaire, contraire aux aspirations profondes de notre pays, rejetterait fatalement dans les camps des communistes une partie des masses populaires qui sont restées fidèles à la République144 ? »

107Le péril communisme n’avait donc pas disparu pour bon nombre de socialistes, et pouvait inspirer les solutions les plus extrêmes. Mais là encore, ce facteur idéologique ancré dans une longue histoire, récurrent et récemment avivé par la répression de Budapest, provoqua des réactions contraires.

  • 145 Gilles Morin, op. cit.
  • 146 Dans notre échantillon, sur les 57 anticédistes, les deux tiers s’opposèrent à de Gaulle ; et sur (...)
  • 147 Lettre de Pierre Commin à Jean Charlot du 17 juin 1958, Archives Jean Charlot, CHMSS.
  • 148 Le Populaire, 30 juin 1958.

108Chaque argument pouvait être inversé comme dans un miroir. Du coup, l’unité du parti, en dépit de son caractère presque sacré, ne put être maintenue une fois de plus. Sans revenir sur l’histoire de la scission de septembre 1958, écrite par Gilles Morin, on peut donc mesurer à la fois l’ampleur de cette fracture et les tendances unitaires chez les parlementaires145. Il est frappant, en effet, de constater que la majorité des anticédistes, qui par leurs indisciplines s’étaient déjà placés une fois en dehors du parti, refusèrent de suivre Guy Mollet en juin 1958, et qu’à l’inverse, un plus grand nombre de cédistes se rallièrent à la solution gaulliste du secrétaire général146. La liberté de vote, qui avait été exceptionnellement accordée aux parlementaires, ne modifiait guère l’équilibre au sein du groupe par rapport à 1954, mais confirmait l’existence d’une faille, qui certes ne rejouait pas à l’identique, mais demeurait irréductible. Des efforts pour sauver « l’unité fraternelle » du parti furent tentés. Ainsi Pierre Commin, qui avait voté « non » le 1er juin, s’opposa au sein du comité directeur et dans les colonnes du Populaire à la démission de Guy Mollet. Il refusa, de même, une invitation de Jean Charlot qui voulait regrouper les antigaullistes, en estimant « l’initiative dangereuse par son caractère fractionnel147 ». Il mourut le 24 juin d’une crise cardiaque. À ses obsèques, en présence d’un millier de personnes, Guy Mollet fit le serment de respecter son ultime vœu, qui aurait été de préserver l’unité du parti148. En vain.

  • 149 En 1958, le corpus comptait encore 267 survivants.
  • 150 Cité par Éric Ghebali, op. cit., p. 369.

109Plusieurs quittèrent le parti de toute une vie, ou bien furent rapidement marginalisés. Dans les fédérations, il n’était pas rare de voir parlementaires d’aujourd’hui et d’hier s’affronter. Citons celle du Finistère, déchirée entre, d’une part François Tanguy-Prigent et Hervé Mao, qui refusaient la nouvelle constitution, et d’autre part Hippolyte Masson, Eugène Reeb, et Jean-Louis Rolland, qui défendaient le nouveau régime. À terme, Tanguy-Prigent, après trente-deux ans de SFIO, rejoignit le PSA en octobre 1959. Mais il ne put faire basculer sa fédération, reprise en main par le vieux reconstructeur Masson, et contre toute attente par Mao, qui finalement préféra devenir secrétaire fédéral. Tanguy-Prigent fut le seul député du PSU en novembre 1962. En revanche, Félix Gouin, socialiste depuis 1902, s’éloigna rapidement de la scène politique. Dans les Bouches-du-Rhône, il fit campagne pour le « non » au référendum, contre l’avis de ses collègues Gaston Defferre, Francis Leenhardt et Max Juvénal. Il ne se représenta pas aux législatives de novembre 1958, et renonça à sa mairie d’Istres en mars 1959. Au total, une quarantaine d’anciens parlementaires de la IVe République partirent au PSA dès sa création en septembre, ou dans les mois qui suivirent, et une dizaine d’autres démissionnèrent de la SFIO, sans pour autant les rejoindre, avant la fin de l’année 1959, soit 30 % des parlementaires survivants149. Parmi eux, se trouvait le vieux compagnon de Léon Blum, Vincent Auriol, qui avait plus d’un demi-siècle d’ancienneté. Avec son épouse, il écrivit : « Nous n’avons plus le courage d’appartenir à ce qui fut le plus grand parti socialiste et que depuis des années nous ne reconnaissons plus150. »

Notes

1 Conférence du 31 juillet 1917, Œuvres (1914-1928), p. 14.

2 Sur la défense de la laïcité, voir la thèse originale CH11, B.

3 Paul Ramadier, Les socialistes et l’exercice du pouvoir, Robert Laffont, 1961.

4 Bernard Vanneste, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Westhoek Éditions, 1983, p. 63.

5 Discours de Léon Blum, pressenti par Vincent Auriol, à l’Assemblée nationale le 21 novembre 1947.

6 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir (1944-1958), Fayard, 1972, p. 238 et 337.

7 Marcel Déat, Perspectives socialistes, Valois, 1930.

8 Cf. L’Année politique, Éditions du Grand Siècle, 1948, p. 198.

9 Gilles Morin, « La Troisième Force », dans Historiens-géographes, n° 361, mars-avril 1998, p. 361-371.

10 Notes du préfet des 30 mars 1949, 27 novembre 1951, et septembre 1953, dossier Auban, AN, F7/2938.

11 Notes du préfet de novembre 1948 et 27 juillet 1949, dossier Malécot, AN, F7/4138.

12 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 224, octobre 1983.

13 Les débats du groupe étaient à huis clos. Seul un communiqué final, avec le comité directeur, était rendu public. Les votes n’étant presque jamais nominaux, la position de chacun doit être reconstituée à partir de ses interventions, et le silencieux reste donc pour nous sans opinion.

14 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 25 octobre 1949 à 15H.

15 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 21 décembre 1949 à 18H.

16 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 23 décembre et 29 décembre 1949.

17 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS2, 16 février 1950 à 15H.

18 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS1, 27 octobre 1949 à minuit.

19 Ibidem, à 14H.

20 Cf. chap. VI.

21 Gérard Grunberg et Alain Bergounioux, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français 1905-1992, Fayard, 1992.

22 Jean-William Dereymez, « Le Rassemblement du Peuple Français vu par la SFIO », dans Fondation Charles de Gaulle Et Université Bordeaux III, De Gaulle et le RPF (1947-1955), Armand Colin, p. 620-633.

23 Léon Blum, Le Populaire, 2 avril 1947.

24 Cf. « De Gaulle et le pouvoir personnel », Arguments et ripostes, 15 octobre 1946.

25 Bernard Lachaise, « Dans la continuité de Félix Éboué : l’engagement gaulliste d’Eugénie Éboué sous la IVe République », Identités caraïbes, 1998, p. 133-143.

26 Comité directeur, 22 octobre 1947, Archives du PS-SFIO, OURS.

27 Raymond Gernez, Les saboteurs du redressement français, Imprimerie de L’Espoir, 1948.

28 Jules Moch, Le communisme et la France, Société parisienne d’Imprimerie, 1948.

29 Éric Duhamel, « La Troisième Force », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, PUF, 1995.

30 La comparaison avec Boulanger était courante, bien que Léon Blum l’eût qualifiée de « ridicule » (Le Populaire, 16-17 novembre 1947). Celle avec Pilsudski fut lancée par l’Arguments et ripostes de décembre 1947.

31 Les Nouvelles communistes, 3 août 1951, dossier Auriol, AN, F7/2672.

32 Cf. notes des RG des 14 novembre 1949 et 24 février 1951, dossier Meunier, AN, F7/4427.

33 Rapport des RG du 18 novembre 1950, dossier Montalat, AN, F7/5000.

34 Notes des RG 1949, 1950 et 1951, dossier Lamarque, AN, F7/4262.

35 Note des RG du 17 octobre 1949, dossier Audeguil, AN, F7/2639.

36 Le Réveil ardennais, octobre 1950.

37 Le Populaire du Centre, 12 décembre 1950.

38 Note des RG du 15 mars 1952, dossier Courrière, AN, F7/4058.

39 Cf. comité directeur, 7, 21 et 28 janvier 1948, archives du PS-SFIO, OURS.

40 À Arras, Guy Mollet entraîna au second tour 13 MRP « dissidents » dans sa liste ; Paul Béchard mena une liste SFIO-MRP à Alès ; Gaston Defferre se rallia les démocrates chrétiens à Marseille, etc.

41 Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au parti socialiste autonome (1954-1960). Histoire d’un courant socialiste, thèse de doctorat, Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1991.

42 Cf. Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS7, 1955.

43 JO, 3 février 1955, p. 667. Seul Lucien Coffin jugeait la solution économique et sociale dépassée. Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS6, 7 décembre 1954.

44 Cf. Christian Pineau, « Les Marie-Chantal », Le Populaire, 20 juin 1955.

45 47e Congrès national d’Asnières, 30 juin-3 juillet 1955, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 527 et 544.

46 Guy Mollet, Le Populaire, 11 septembre 1955.

47 Noëlline Castagnez-Ruggiu, « La SFIO et ses mouvements de jeunesse de 1945 à 1956 », dans Giovanni Orsina et Gaetano Quagliariello, La formazione della classe politica in Europa (1945-1956), Manduria, Piero Lacaita Editore, 2000, p. 203-228.

48 Néanmoins, les membres de la Ligue étaient divisés, son président, Albert Bayet étant partisan de l’Algérie française.

49 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 7 février 1956 à 14H.

50 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 15 février 1956 à 17H.

51 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 28 février 1956 à 14H, et Le Combat social, 18 février 1956.

52 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 6 mars 1956 à 21H.

53 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 12 mars 1956.

54 Jean Binot, L’Espoir socialiste, 23 mars 1956, et Édouard Depreux, L’Espoir socialiste, 7 avril 1956.

55 À cette date, parmi les membres du corpus qui n’étaient plus au Parlement, peu manifestèrent leurs réserves, comme Andrée Viénot, secrétaire fédérale des Ardennes, ou Raymond Badiou, maire de Toulouse.

56 L’Express, 20 avril 1956.

57 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8, 25 avril 1956.

58 Par 3 308 mandats contre 363.

59 Le Travail, 22 septembre 1956.

60 Cf. par exemple le 23 octobre 1956, Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS8.

61 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), thèse de doctorat à l’IEP de Paris, 2001, t. 2, p. 422.

62 Alix Berthet, L’Espoir socialiste, 3 novembre 1956 et intervention d’André Philip au comité directeur du 24 octobre 1956.

63 Michel Winock, L’Histoire, n° 38, octobre 1981 et Guy Mollet dans Le Breton socialiste, 28 avril 1956.

64 Claude Estier, « 368 députés ont voté “le cœur léger” », France-Observateur, 1er novembre 1956.

65 Cf. Le Monde, 6 décembre 1956.

66 Le bureau était présidé par Robert Blum et comprenait l’historien Ernest Labrousse et le syndicaliste FO André Seurat.

67 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Gallimard, 2001 ; Sylvie Thénault, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, La Découverte, 2001.

68 Le Populaire du centre, 24 avril 1957.

69 Raphaëlle Branche, « La commission de sauvegarde des droits et des libertés individuels pendant la guerre d’Algérie. Chronique d’un échec annoncé ? », Vingtième Siècle, n° 62, avril-juin, 1999, p. 14-29 et Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS9, 13 mars 1957.

70 Intervention devant des militants de la Marne du 14 avril 1957, citée par Gilles Morin, op. cit., p. 306-307.

71 Discours à l’Assemblée nationale du 28 mars 1957, Le Populaire, 29 mars 1957.

72 Action socialiste, n° 5, avril 1957.

73 Avec deux socialistes devenus « Indépendants d’outre-mer », il s’agit de Paul Alduy (Pyrénées-Orientales), Sourou Apithy (Dahomey), Alix Berthet (Isère), Jean Binot (Seine-Inférieure), Henri Briffod (Haute-Savoie), Marcel Cartier (Drôme), Robert Coutant (Nord), Guy Desson (Ardennes), Pierre Doutrellot (Somme), Jean Durroux (Ariège), Henri Henneguelle (Pas-de-Calais), Pierre-Olivier Lapie (Meurthe-et-Moselle), Adrien Mabrut (Puy-de-Dôme), Charles Margueritte (Calvados), Daniel Mayer (Seine), Antoine Mazier (Côtes-du-Nord), Jules Moch (Hérault), Eugène Montel (Haute-Garonne), Jules Ninine (Cameroun), Jean Palmero (Ardèche), Maurice Poirot (Vosges), Alain Savary (Saint-Pierre-et-Miquelon), Léopold Sédar Senghor (Sénégal), Camille Titeux (Ardennes), Robert Verdier (Seine), et Emmanuel Véry (Martinique).

74 Le Combat social, 20 juillet 1957.

75 Le Réveil ardennais, 21 juillet 1957.

76 Entretien du 15 février 1995.

77 Le Combat social, 16 novembre 1957.

78 Marc Sadoun, « Les socialistes entre principes, pouvoirs et mémoire », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), La guerre d’Algérie et les Français, Fayard, 1990.

79 Le Combat social, 20 juillet 1957.

80 Tribune du socialisme, n° 1, 25 janvier 1958.

81 Charles-Robert Ageron, « L’Algérie est ma patrie », Les Collections de l’Histoire, hors série n° 15, mars 2002, p. 8-16.

82 Serge Berstein, « La crise de la IVe République », dans Fondation Charles de Gaulle et alii, L’avènement de la Ve République, Armand Colin, 1999, p. 40-48.

83 Le Monde, 9 mai 1958.

84 René Rémond, 1958, le retour du général de Gaulle, Bruxelles, Complexe, 1983.

85 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 13 mai 1958.

86 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 14 mai 1958, à 14H.

87 Ibidem.

88 Supplément à La Documentation socialiste, n° 67, 15 mai 1958.

89 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 18 mai 1958.

90 Jean-Paul Cointet, « Guy Mollet, la SFIO et l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle », dans Bernard Ménager et alii, Guy Mollet un camarade en République, Lille, PUL, 1987, p. 335-348 et Guy Mollet, 13 mai 1958-13 mai 1962, Plon, 1962.

91 Odile Rudelle, Mai 1958, De Gaulle et la République, Plon, 1988.

92 Bernard Vanneste, dans Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Les éditions des Beffrois, 1983, p. 123 sq.

93 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 20 mai 1958.

94 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 23 mai 1958.

95 Ministre de l’Information, Albert Gazier écrit : « On peut soutenir que cette fiction a duré plus qu’il n’aurait fallu, et qu’elle a même troublé et paralysé l’opinion publique », Le Combat social, n° 36, juin-juillet 1958.

96 Éric Ghebali, Vincent Auriol. Le président citoyen, Grasset, 1998, p. 367.

97 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 26 mai 1958, à 21H.

98 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 27 mai 1958.

99 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 542.

100 Odile Rudelle, op. cit., p. 249.

101 Les notes sténographiques de Germaine Degrond sur les 29, 30 et 31 mai montrent un climat de chahut. Archives du PS-SFIO, OURS.

102 Le vote de l’investiture du Général fut décidé par 77 voix contre 74, avec seulement 18 contre 23 au comité directeur et 41 contre 50 chez les députés, mais 23 contre 14 chez les sénateurs. Cf. Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS10, 31 mai 1958.

103 Sur 553 députés, 329 votèrent l’investiture, 224 la refusèrent dont les 49 socialistes, et 36 s’abstinrent. Parmi les refus, ceux de Pierre Mendès France, François Mitterrand, François de Menthon, Pierre Cot…

104 Cf. Gilles Morin, op. cit., t. 2, p. 478 sq.

105 Tribune du socialisme, 3 juin 1958.

106 Félix Gouin, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland votèrent « non », et Jules Moch, Marius Moutet et Paul Ramadier « oui ».

107 Cahiers de la République, n° 14, juillet-août 1958.

108 Jean Le Bail, Le Populaire du Centre, 5 juin 1958, et note des RG du 16 juin 1958, dossier Le Strat, AN, F7/9137.

109 Lettre du 7 février 1960, dossier Aubert, AN, F7/2835.

110 Cf. sa profession de foi de mars 1967 et les rapports des RG, ibidem.

111 Le Républicain du Tarn, 12 février 1960.

112 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laffont, 1976, p. 541.

113 Jules Moch, Rencontres avec… de Gaulle, Plon, 1971, p. 34.

114 Daniel Mayer, Les socialistes dans la Résistance, PUF, 1968, chapitre 6, et témoignage de Christian Pineau à Henri Michel, s. d., 72AJ/59, AI2.

115 Note des RG du 22 mai 1959, dossier Dassaud, F7/4202.

116 Témoignage de Jean Charlot à Jacques Girault en 1974, notice du DBMOF.

117 Dossier Tanguy-Prigent, AN, F7/4386.

118 Lettre à ses électeurs du 5 octobre 1958, ibidem.

119 Georges Gorse, Je n’irai pas à mon enterrement, Plon, 1992, p. 201-202.

120 Le Populaire du Centre, 4 juillet 1958.

121 Aline Fonvielle-Vojtovic, Paul Ramadier 1888-1961, thèse de doctorat, Paris X-Nanterre, 1990, p. 958.

122 Notes de Germaine Degrond sur la réunion du 31 mai 1958 à 15H, Archives du PS-SFIO, OURS.

123 Dossier Bouhey, AN, F7/2668. En 1971, Louis Escande fut réélu maire sur une liste UDR-RI.

124 Notes des RG des 10 juillet 1958 et 11 juillet 1960, dossier Paul-Boncour, AN, F7/4010.

125 Parmi ceux qui approuvèrent la politique algérienne de Guy Mollet, 44 investirent de Gaulle contre 18.

126 La Nouvelle République, 23 septembre 1958.

127 Allocution au Sénat du 9 décembre 1958, dossier Moutet, AN, F7/2783.

128 Le Populaire du Centre, 27 mars 1961.

129 Parmi ceux qui s’opposèrent à la politique algérienne, 36 refusèrent d’investir de Gaulle, contre 9.

130 Le Réveil ariégeois, 21 juin 1958.

131 Albert Gazier, « Le projet constitutionnel est inacceptable », 50e Congrès national, 11-14 septembre 1958, Issy-les-Moulineaux, Archives du PS-SFIO, OURS.

132 Note des RG du 15 octobre 1958, dossier Auberger, F7/2879.

133 La Bourgogne républicaine, 23 août 1958.

134 Allocution au Sénat du 9 décembre 1958, dossier Moutet, AN, F7/2783.

135 Lettres de septembre 1958, dossier Suran, AN, F7/18113.

136 Presque les deux tiers des sénateurs socialistes accordèrent l’investiture contre moins de la moitié des députés.

137 Guy Mollet, op. cit., p. 4.

138 Cité par Gilles Morin, op. cit., p. 430.

139 Note des RG du 16 juin 1958, dossier Meunier, AN, F7/4427 et Le Réveil socialiste, 17 juin 1958.

140 Note des RG du 23 septembre 1958, dossier Montalat, AN, F7/5000.

141 « Le recours au sauveur », Le Populaire du Centre, 3 mars 1958.

142 « Les raisons d’un non », Le Populaire du Centre, 5 juin 1958.

143 « Pas n’importe quoi ! », Le Populaire du Centre, 1er août 1958. Il

144 « Pas de référendum de la peur », Le Populaire du Centre, 2 septembre 1958.

145 Gilles Morin, op. cit.

146 Dans notre échantillon, sur les 57 anticédistes, les deux tiers s’opposèrent à de Gaulle ; et sur les 46 cédistes, les deux tiers lui accordèrent l’investiture. Pourtant, le Général avait largement contribué à l’échec de la CED.

147 Lettre de Pierre Commin à Jean Charlot du 17 juin 1958, Archives Jean Charlot, CHMSS.

148 Le Populaire, 30 juin 1958.

149 En 1958, le corpus comptait encore 267 survivants.

150 Cité par Éric Ghebali, op. cit., p. 369.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540