Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Troisième partie. Culture politique et engagements

Chapitre VIII. « Une génération entre deux guerres »

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le doyen des parlementaires socialistes de la IVe République, Joseph Paul-Boncour, naquit aux lendemains de la défaite de Sedan, en 1873. Il put écrire :

  • 1 Joseph Paul-Boncour, Entre-deux-guerres. Souvenirs sur la IIIe République, Plon, 1945, Avant-propo (...)

« J’appartiens à une génération, qui a réellement vécu, et perpétuellement vécu, entre deux guerres : celle de 1870, dont les souvenirs si proches ont accompagné son enfance, et celle de 1914 qu’elle a faite et où elle a vaincu ; puis entre celle-ci et la guerre de 1939, un désastre auquel elle n’a pu qu’assister impuissante1. »

  • 2 Arthur Conte, né le 31 mars 1920.

2Il désignait ainsi la classe d’âge de Léon Blum. Or en décalant dans le temps cette image, on constate que même le benjamin du groupe, né en 1920, appartient à une génération perpétuellement entre deux guerres2. Les plus âgés connurent « la boucherie » de la Grande Guerre, où certains furent blessés, gazés, quelques-uns mutilés. Fils d’anciens combattants, les plus jeunes furent parfois pupilles de la nation, puis mobilisés en 1939 ou engagés volontaires dans les combats de la Seconde Guerre mondiale. Une bonne vingtaine combattit même deux fois. Puis tous durent affronter une autre forme de conflit : la guerre froide à partir de 1947, avec la peur de l’apocalypse nucléaire. Cette permanence de la guerre, passée, présente ou à venir, joua un rôle d’autant plus déterminant dans leur vision du monde et dans leurs engagements, que le pacifisme était un principe consubstantiel du socialisme, et qu’il leur fallut à plusieurs reprises ajuster leur idéologie à une conjoncture de crise.

  • 3 Cf. chap. III, p. 76-81.
  • 4 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Presses universitaires de (...)

3Après la Grande Guerre, la SFIO fit du « Plus jamais ça ! » l’un de ses slogans, préconisa la révision des traités et critiqua l’occupation de la Ruhr en 1923. Sur son sigle, l’une des trois flèches visait « le monstre hideux » de la guerre. Tous les parlementaires socialistes, qu’ils aient ou non souffert dans les tranchées, furent donc marqués par le pacifisme ancien combattant. La montée des fascismes et la conférence de Munich, en septembre 1938, constituèrent alors une première mise à l’épreuve, sur laquelle certains achoppèrent. Car si nous avons vu que 85 % des parlementaires socialistes de la IVe République étaient réputés résistants3, il convient d’examiner le processus qui les conduisit à entrer en Résistance, leurs motivations et les différents seuils qui déterminèrent la chronologie et la nature de leurs engagements. Mais après la Libération, cette expérience qu’ils ne partageaient qu’avec une minorité de Français structura-t-elle leurs choix ? En d’autres termes, peut-on parler à leur sujet d’une « génération de la Résistance4 » ? Dans quelle mesure tirèrent-ils les mêmes leçons du conflit mondial, lors d’un moment de tension et de doute majeurs : la Communauté européenne de défense (CED) ?

Le credo pacifiste à l’épreuve des faits (1914-1939)

4« Le socialisme ne peut se réaliser que dans et par la paix » : tel fut le credo des socialistes pour lequel Jean Jaurès fut assassiné. Selon eux, la cause profonde de la guerre se situait dans l’essence même du capitalisme, et tant qu’il durerait, il subsisterait une possibilité objective de conflit. Néanmoins, la SFIO participa à l’Union sacrée et vota les crédits de guerre. Après 1918, le refus viscéral de la guerre s’exprima sur un mode émotionnel, et le pacifisme demeura théoriquement la pierre angulaire de la doctrine socialiste. Mais déjà un clivage se dessinait entre une aile droite, qui avec Pierre Renaudel, était profondément attachée à la défense nationale, et une aile gauche, développant un défaitisme révolutionnaire, représenté par la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert à partir de 1935. Entre ces deux pôles, se trouvait une gamme étendue de sensibilités, incarnées par Jean Zyromski, Léon Blum, Paul Faure ou encore le groupe Révolution constructive. Quel fut l’impact de l’expérience des tranchées et du deuil de guerre sur les parlementaires à court et moyen termes ? Comment analysèrent-ils la montée des fascismes, et jusqu’où demeurèrent-ils fidèles à leur idéal de paix en acceptant ou en refusant le risque de guerre ?

« Plus jamais ça ! »

  • 5 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Éditions Gallimard, 2000.
  • 6 Antoine Prost, Anciens combattants et société française 1914-1939, Presses de la FNSP, 1977.
  • 7 Albert Gazier, Mémoires, inédits, Archives de l’OURS, BI.

5Au-delà du traumatisme collectif que constitua la Grande Guerre, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker ont tenté de réincarner son histoire en replaçant la violence au cœur de leur analyse5. Les blessures infligées furent d’une diversité et d’une gravité sans précédent, puisque 40 % des mobilisés furent touchés, la moitié au moins deux fois. Cette histoire corporelle et psychologique, les parlementaires anciens combattants en témoignèrent, et ce jusqu’à la fin de leur vie. Certains s’engagèrent dans le mouvement ancien combattant, à l’ARAC le plus souvent, et participèrent à sa propagande pacifiste. Antoine Prost a montré comment, fort de trois millions d’adhérents vers 1930, il s’insurgea contre le patriotisme cocardier et diffusa les idées de Briand sur la sécurité collective6. Un demi-siècle plus tard, la barbarie de l’univers concentrationnaire n’avait pas effacé le souvenir de celle qui demeurait la Grande Guerre, comme le confiait Albert Gazier : « La guerre de 1914-1918 a marqué au moins autant que la Seconde Guerre mondiale ceux qui les ont vécues l’une et l’autre. Âgé de six ans en 1914 et de dix ans en 1918, c’était hier7. » Le bilan physique de cet engagement permet donc de saisir la part de pacifisme viscéral, au sens plein du terme, dans leurs attitudes des années 1938-1939.

6Dans une assemblée peu féminine, les poilus représentaient encore un bon tiers des parlementaires SFIO sous la IVe République, et leur présence était d’autant plus visible que 11,5 % d’entre eux étaient mutilés, tels qu’Élie Bloncourt, aveugle, Albert Aubry, borgne, Francis Dassaud, unijambiste, André Le Troquer, manchot, ou Adrien Tixier au corps criblé de mitraille… Presque tous les autres avaient été soit blessés, soit gazés, et si les séquelles étaient moins voyantes, les cicatrices des corps traduisaient celles des esprits. Dispersés sur tous les fronts, y compris d’Orient comme Pierre Segelle ou Joseph Lasalarié, ils combattirent essentiellement dans l’infanterie, et participèrent à des batailles devenues mythiques par leur durée et leur taux de mortalité : Verdun, comme Joseph Paul-Boncour, le chemin des Dames, comme Jules Moch… Si certains racontèrent leur guerre, c’est parce que leur martyre fut semblable à celui de milliers de leurs camarades. Ils apportèrent donc une dimension vécue et charnelle au credo pacifiste des socialistes, en développant une contre-apologie de la guerre. Pour la SFIO, elle était le fruit du capitalisme et de l’antagonisme des impérialismes, et il fallait mettre fin à l’arbitraire en organisant la sécurité collective au moyen de la Société des Nations. Le refus viscéral des anciens combattants vint se greffer sans difficulté sur cette conception marxiste, en cherchant à démystifier les honneurs militaires et à montrer les dangers d’un nationalisme étroit. La plupart estimaient avoir été des victimes consentantes de l’Union sacrée et voulaient tirer les leçons de leur expérience.

  • 8 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 1, Colbert, 1963, p. 143.

7Le père des frères Naegelen était alsacien ; il « haïssait les Prussiens et exécrait les Alsaciens restés là-bas8 ». Ce passé familial favorisa peut-être l’adhésion de René Naegelen à l’Union sacrée, alors que celui-ci militait déjà à la SFIO. Incorporé en décembre 1914, au 172e Régiment d’infanterie de Belfort, il se porta donc volontaire pour monter au front. Blessé par deux fois, il participa à l’offensive meurtrière du Chemin des Dames en avril 1917 et conclut :

  • 9 Ibidem, p. 159.

« J’ai personnellement tiré quarante-deux mois, dans la biffe, aux premières loges, quarante-deux mois assaisonnés de tintamarre, de boue, de froid, de chaleurs torrides, de soifs brûlantes, d’odeurs de chairs pourrissantes et d’excréments, de fatigues, de colères, de peurs nouant les tripes, de désespoirs, de la vision du spectre ricanant, le sang des copains sur mes pans de capote9… »

8Aussi, le 3 avril 1918, à Grivesne, il écrivit une lettre à Frossard, minoritaire, pour qu’il poursuive son combat pacifiste au sein du parti ; elle fut publiée par Jean Longuet dans Le Populaire du Soir, et lui valut quinze jours aux arrêts.

9Édouard Depreux, qui n’avait pas encore adhéré à la SFIO, témoigne également avoir été « emporté par le tourbillon de l’Union sacrée ». Puis il fut sensible aux arguments des minoritaires, favorables à une paix immédiate. Mobilisé en avril 1917, il fut gazé, mais retourna au front. Il ne doutait pas de la légitimité de la défense nationale et n’éprouvait pas le moindre attrait pour « le défaitisme prétendument révolutionnaire » ; mais s’il souhaitait la reprise des relations internationales et une paix sans annexions, il pensait qu’une victoire de l’Allemagne serait catastrophique pour la démocratie. Et son dégoût allait grandissant :

  • 10 Édouard Depreux, Souvenirs d’un militant, Fayard, 1972, p. 11, 16 et 19.

« Les articles du général Cherfils dans L’Écho de Paris, monuments de bêtise himalayenne et de nationalisme inhumain, qui n’étaient pas censurés, étaient peu appréciés dans les tranchées. À moi, ils me donnaient la nausée10. »

  • 11 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laffont, 1976, p. 36.
  • 12 Jules Moch, Rencontres avec… Léon Blum, Plon, 1970, p. 25.

10Polytechnicien, officier de carrière, Jules Moch reçut plusieurs citations, et fut gazé. Plus d’un demi-siècle après, il décrit avec le détachement d’un correspondant de guerre ses combats, et n’indique pas comment il se convertit au pacifisme. Il évoque, par exemple, l’offensive du Chemin des Dames, en se montrant critique tout en restant très elliptique : « Le 13 avril [1917] commence la pire des aventures : une concentration si mal préparée que nous sommes vaincus par la fatigue avant de nous battre11. » Moch, qui n’avait pas encore adhéré au socialisme, ne dit rien des débats internes de la SFIO. Mais son nationalisme évolua : « Mon “jusqu’au-boutisme” des années de guerre avait assez rapidement fait place à des sentiments moins conformistes12. » Dès 1923, il réprouva le recours à la force décidé par Raymond Poincaré, et refusa de reprendre du service pour participer à l’occupation de la Ruhr.

  • 13 René Naegelen, Les suppliciés, histoire vécue, Éditions Baudinière, 1927.
  • 14 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 2, Hachette, 1965, p. 191.

11L’expérience du front forgea, par conséquent, leurs convictions pacifistes dans la révolte. Un grand nombre adhérèrent même à la SFIO au sortir des combats, comme Joseph Paul-Boncour, combattant à Verdun, en 1916. D’autres mirent leur plume au service de la Paix. René Naegelen, par exemple, publia, en 1927, Les suppliciés, histoire vécue13, d’abord en feuilleton dans Le Soir que Frossard venait de lancer, puis chez un petit éditeur. Ce livre, que chacun avait « dans le ventre14 », devint contre toute attente un succès de librairie avec 85 000 exemplaires vendus. André Canivez, qui fut très grièvement blessé à la bataille de Chaulnes en octobre 1916, était vice-président des Mutilés du Douaisis et des Pupilles de la Nation de Douai, et siégeait à la commission départementale des mutilés et réformés de guerre. Nommé professeur à l’École normale, il créa et présida la section de l’ARAC du Douaisis, et lança Le Mutilé du Douaisis où il publia un roman de guerre. Il illustre parfaitement le pacifisme des Écoles normales de l’entre-deux-guerres. D’autres encore animèrent des sections de la FNCR, comme Marcel Darou dans le Nord, ou Joseph Lasalarié, également vice-président des Poilus d’Orient, dans les Bouches-du-Rhône, ou bien de l’ARAC tels que Jean-Louis Rolland dans le Finistère, Francis Dassaud dans le Puy-de-Dôme, ou Édouard Froment en Ardèche. Lors des législatives de 1936, ce dernier déclarait dans sa profession de foi : « Je veux la paix, toute la paix, rien que la paix, jamais je ne consentirai à la guerre ».

12Mais chez les parlementaires trop jeunes pour combattre et chez les femmes, la guerre fit aussi des blessures irréparables. Plus de 5 % des membres du corpus étaient des pupilles de la nation, adoptés en 1917 par la nation française, décidée à faire de ces orphelins une nouvelle chevalerie née du sacrifice des pères. Citons par exemple : Achille Auban, Léon Boutbien, Jean Courtois, Camille Delabre, Anselme Florand, Antoine Mazier, Jean Minjoz, Maurice Pic, Irma Rapuzzi… Parmi eux, Albert Gazier, qui avait alors 8 ans, se souvient :

  • 15 Albert Gazier, op. cit., B.2.

« Capitaine d’infanterie, mon père avait été tué à Bouchavesnes, au cours d’une de ces innombrables attaques au lourd bilan dont le but était de reconquérir quelques mètres de tranchées pour étoffer les communiqués gouvernementaux15. »

  • 16 Denis Lefebvre, Guy Mollet le mal aimé, Plon, 1992, p. 18.
  • 17 Entretien du 13 février 1995.

13D’autres virent leur père mourir de ses blessures ou mutilé. Ceux de Georges Guille et de Guy Mollet, gazés, décédèrent après une longue agonie, respectivement en 1922 et 1931. Mollet se qualifiera souvent de « fils de tué » par la suite16. Robert Verdier se souvient encore du moment où, alors qu’il avait 8 ans, il courut dans le jardin retrouver son père, et découvrit qu’il était amputé17. Le mari de Madeleine Laissac fut mutilé. Daniel Mayer vit son père, revendeur de bijoux à crédit, ruiné dès l’ouverture des hostilités.

14L’horreur de la guerre fut transmise également à ceux qu’elle épargna. Même le fils d’un colonel comme Christian Pineau, qui avait 10 ans en 1914, s’insurgeait contre la propagande de guerre destinée aux enfants :

  • 18 Christian Pineau, Une simple vérité, Julliard, 1960, p. 56.

« Ma jeunesse a été le témoin de l’inauguration des monuments hideux devant lesquels il fallait défiler avec un ennui travesti en respect. J’ai lu sur le sujet la littérature la plus plate, nourrie de poncifs, d’images cocardières ou saint-sulpiciennes ; j’ai entendu des discours décourageants prononcés par des vivants repus18. »

15Touchés de près ou de loin par la Grande Guerre, ces hommes en gardèrent des séquelles qui influencèrent leur appréciation des menaces que faisaient peser les régimes fascistes sur les démocraties à la fin des années trente.

  • 19 32e Congrès national de Mulhouse 1935, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 440-441.

16Après l’armistice de 1918, les socialistes ne pouvaient échapper à l’écœurement général, mais ils étaient animés de sentiments plus complexes, car la guerre avait également révélé l’impuissance de l’Internationale socialiste et de sa section française. La SFIO n’avait guère pesé sur le déroulement des événements d’août 1914 et en portait même une part de responsabilité, dans la mesure où elle avait assumé sa place dans l’Union sacrée. Cette culpabilité refoulée explique la dimension incantatoire des déclarations pacifistes du parti, en particulier de son secrétaire général Paul Faure. Mise à part la fraction incarnée par Pierre Renaudel, qui soutenait résolument la défense nationale, les socialistes furent largement conditionnés par ce remords. C’est pourquoi, dans la représentation collective du déclenchement du conflit, l’assassinat de Jaurès apparut comme l’événement qui fit tout basculer. Ainsi, le secrétaire général pouvait déclarer : « Il a fallu passer sur le cadavre de Jaurès, et briser le socialisme dans tous les pays pour que la guerre passe19 ! »

17Or les mémoires des parlementaires, rédigés parfois plus d’un demi-siècle après, portent encore la marque de cet argumentaire officiel. À Belfort, René Naegelen, apprenti pâtissier de 20 ans, militait déjà à la SFIO depuis plusieurs années. En 1963, il ressuscite sa douleur en dépeignant une scène dramatique. Venant d’apprendre la nouvelle d’un ouvrier :

  • 20 René Naegelen, op. cit., t. 1, p. 149.

« Je crois l’avoir saisi aux poignets, je crois avoir hurlé tandis qu’il répétait d’une voix brisée, trop lasse pour la colère : “Ils nous ont tué Jaurès… Ils nous ont tué Jaurès…” […] Personne ne pouvait me comprendre. Oh ! ce vide, ce crâne vide, cette poitrine vide, le sang pompé qui n’est nulle part20 ! »

  • 21 Jules Moch, Rencontres avec…, op. cit., p. 18.

18De même, Jules Moch, alors jeune officier de 21 ans, écrit plus de cinquante après que l’assassinat de Jaurès le bouleversa plus que la mobilisation générale : « Celui-là fut un choc effroyable : j’éclatai en larmes, en l’apprenant21… » Et Albert Denvers, enfant d’une modeste famille des Flandres, affirme encore en 1991 :

  • 22 Thierry Leleu et Patrick Oddone, Albert Denvers. Politique passion, Dunkerque, Éditions Jean Bart, (...)

« Sa mort m’a beaucoup marqué. Je n’avais certes que neuf ans, mais j’y ai souvent repensé. Mes parents m’en ont parlé. Cet assassinat m’a beaucoup fait réfléchir. Assassiner un socialiste d’une telle envergure et précipiter ainsi la guerre… Imaginer qu’un homme seul pouvait empêcher ce conflit mondial. C’est phénoménal22 ! »

19Des décennies après, ces mémoires participent encore à l’imagerie pacifiste commune élaborée dans l’entre-deux-guerres. Au-delà de la nécessité d’effacer et de justifier l’impuissance de la SFIO en août 1914, ils montrent aussi que ces militants croyaient que le veto d’un seul homme, certes exceptionnel, pouvait enrayer l’engrenage. De cette croyance, irrationnelle, découla le refus de certains d’admettre « la fatalité » de la guerre, même après Munich.

Munich : l’insoutenable dilemme

  • 23 Cf. chap. I, p. 22-32.
  • 24 Cf. Marc Sadoun, « Vers le socialisme collaborateur », RFSP, vol. 28, 1978.

20Nous avons vu comment ces accords de septembre 1938, qui livraient les Sudètes au Reich, provoquèrent une scission morale dans le parti, qui préfigura la reconstitution sélective, puis l’épuration. En fonction de leur degré de perception du péril fasciste, plusieurs futurs parlementaires ne purent accepter à cette date le risque de guerre. Certains rejoignirent la tendance paul-fauriste, alors que les antimunichois lançaient le journal Agir au début de l’année 193923. Il n’a pas été facile d’évaluer la part des uns et des autres, car on ne peut se contenter des professions de foi d’après-guerre. C’est pourquoi, cette estimation a été faite à partir d’un échantillon avéré de 135 parlementaires, dont les prises de position, en faveur ou contre Munich, ont pu être relevées dans la presse ou lors de congrès. Mais même en procédant ainsi, on risque de surestimer le nombre d’antimunichois, car tous ceux qui éprouvèrent « un lâche soulagement » ne l’exprimèrent pas publiquement, alors que ceux qui étaient scandalisés avaient à cœur de le faire savoir immédiatement. À l’image du pays et de la SFIO, mais dans une moindre proportion, les antimunichois furent donc minoritaires, avec à peine un tiers du corpus. Même si, à terme, le pacifisme ne fut pour aucun futur parlementaire un facteur de conversion au socialisme collaborateur24, il demeura, plus ou moins longtemps, à leurs yeux indépassable. Il s’agit désormais de s’interroger sur les facteurs de résistance au pacifisme traditionnel et ambiant de ceux qui refusèrent Munich, et d’évaluer jusqu’où les munichois persistèrent dans leur pacifisme.

  • 25 Claude Juin, Liberté… Justice… Le combat de Daniel Mayer, Éditions Anthropos, 1982, p. 99.
  • 26 Ibidem, p. 100.

21Pour Daniel Mayer et sa femme, Munich constitua un point de non retour : « Munich a été pour nous un tel choc que je pense que peu de gens des générations ultérieures pourront comprendre notre réaction. » Car Munich préfigurait l’irrésistible agression d’Hitler contre l’Occident, et contenait déjà la défaite25. Pour eux, avec Munich, la guerre devenait certaine. Or ce fut justement cette « vision de son contenu réel26 », cette anticipation de l’avenir qui permirent aux antimunichois de réagir plus vite que les autres.

  • 27 M. Viénot, Conférence du 12 mai 1949 à Clermont de l’Oise, Hommage à son frère, BNF, p. 25.
  • 28 Témoignage d’André Hauriou à Odette Merlat le 30 mai 1947, AN, 72AJ/48 CII.14.

22Déjà, ils étaient convaincus que la France avait encouragé Hitler à utiliser la force, en lui cédant en Rhénanie, puis en Autriche. Si les démocraties occidentales faisaient preuve maintenant de « lâcheté » sur les Sudètes, il absorberait ensuite toute la Tchécoslovaquie avant d’envahir le reste de l’Europe centrale. Le mari d’Andrée Viénot, Pierre, fut sans doute l’un des premiers à saisir que toute politique de conciliation avec le chef d’un régime militariste serait vaine. Délégué à la conférence du désarmement à Genève, il en avait donc démissionné dès avril 1934. Puis il avait dénoncé la remilitarisation de la Rhénanie en mars 1936, et réclamé des sanctions contre l’Italie après la conquête de l’Éthiopie. Sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, il s’était opposé à la politique de non-intervention en Espagne de Blum. Et en janvier 1937, il avait convoqué les chefs d’état-major pour faire face à un éventuel débarquement au Maroc27. Partisan précoce d’une politique de fermeté, Pierre Viénot illustre le premier cap à franchir pour rompre avec la grille de lecture pacifiste : il fallait accepter le risque de guerre. André Hauriou, sans parti à l’époque, explique qu’il fut antimunichois, « parce que jugeant la guerre inévitable, il préférait qu’elle eût lieu en 1938, plutôt qu’en 1939 ou plus tard28 ».

  • 29 Fédération de Seine-et-Oise, Après Munich. Voir clair pour agir, Imprimerie F. Béroud, 1938.

23Ainsi, lorsque la Bataille socialiste se divisa entre ses deux leaders en septembre 1935, Léon Boutbien, Germaine Degrond, Lucien Draveny, Daniel Mayer ou encore Pierre Métayer rejetèrent le pacifisme révolutionnaire de Marceau Pivert et restèrent fidèles au front antifasciste préconisé par Jean Zyromski. Taxés de « bellicistes », ils n’avaient pourtant rien de « va-t-en guerre ». Fin 1938, Degrond expliquait qu’une politique de fermeté dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir, aurait évité « la capitulation catastrophique » de Munich. Elle préconisait donc un nouveau Front populaire antifasciste, où la France, toutes classes confondues, s’unirait dans « un régime de guerre », en refusant « antiparlementarisme, anticommunisme et antisémitisme ». Comme les « pacifistes » de la SFIO, elle réclamait une nouvelle conférence internationale, mais ajoutait « que cette force, le jour où nous la posséderons, n’aura de valeur que si nous sommes décidés à courir le risque à certains moments de l’utiliser29 ».

  • 30 Témoignage de Jean Biondi à M. Lecorvaisier, le 25 juin 1946, AN, 72AJ/70, AIV.6.

24Si certains parlementaires de la IIIe République, tels que Jean Pierre-Bloch, Élie Bloncourt, ou Jules Moch votèrent la ratification des accords de Munich, nous avons vu que ce fut par amitié pour Léon Blum qui pria le groupe de se montrer discipliné. D’autres voulaient à tout prix éviter la scission du parti, quoi qu’il leur en coûtât. Le paul-fauriste Jean Biondi, reconnut que « toute perspective qui lui permettait de voir s’éloigner le spectre de la guerre le tentait ». Cependant, il avait fait en juillet un voyage à Berlin dont il était revenu convaincu que « l’on ne pourrait éviter la catastrophe ». Il respecta par conséquent la discipline de vote, mais au fond, il savait que ces accords étaient vains30. Du groupe, Jean Bouhey fut le seul à voter contre. Il s’en expliqua à ses lecteurs de La Bourgogne républicaine :

  • 31 La Bourgogne républicaine, 9 octobre 1938. Michel Debré dit de lui : « Bouhey est un homme simple (...)

« La grande duperie de cette période a été de persuader l’opinion publique française qu’il n’y avait pas d’autre choix que la résistance identifiée à la guerre ou l’abandon identifié à la paix31. »

  • 32 En dehors du corpus, tous les antimunichois ne devinrent pas résistants, tels Jean Zyromski, qui n (...)

25Or une déclaration commune, courte mais ferme, de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie aurait conduit Hitler à marquer « le temps d’arrêt qui pouvait lui être fatal ». Commentant quelques pages choisies du Mein Kampf, il montrait que la politique extérieure d’un « État raciste » était nécessairement expansionniste. Outré par le vote du groupe socialiste, Jacques Piette démissionna de la SFIO. Il allait devenir le chef militaire national de l’OCM. S’opposer à Munich fut donc souvent un premier pas vers l’engagement résistant32.

  • 33 Les députés n’étaient pas mobilisables passés 40 ans, et Moch en avait 45. Jules Moch, Une si long (...)
  • 34 Jean Pierre-Bloch, Jusqu’au dernier jour, Mémoires, Albin Michel, 1983, p. 95.

26Une quinzaine de jours après, Jules Moch, bien que non mobilisable, s’engagea dans la Marine, ne supportant pas d’avoir prévu la catastrophe, d’avoir émis ce vote, et de rester à son banc33. Jean Pierre-Bloch, membre du comité central de la Ligue internationale contre l’antisémitisme de Bernard Lecache, participa à sa campagne antimunichoise, en faisant publier une édition critique de Mein Kampf. Également membre des Amis de l’URSS, il souhaitait vivement voir se resserrer l’alliance avec cette dernière, espoir qu’il dut abandonner en août 1939. Il collabora aussi au groupe d’études Nation et Liberté, lancé par Joseph Paul-Boncour. L’ancien président du Conseil, qui avait rompu avec la SFIO en 1931 justement à cause de la défense nationale, avait rassemblé des hommes très différents, mais unis par leur volonté de « lutter sans défaillance contre la capitulation devant l’Allemagne34 ». Quelques membres du corpus collaborèrent enfin au groupe Agir ou à son journal, dirigé par Georges Monnet, tels que Jean Bouhey, Amédée Guy, Daniel Mayer, Jean Pierre-Bloch, François Tanguy-Prigent, Eugène Thomas et Andrée Viénot. Lancé en février 1939, Agir mettait à plat les données du dilemme en reformulant la hiérarchie des valeurs socialistes. Il rappelait que la paix ne pouvait constituer la seule pierre angulaire du socialisme, lequel était également fondé sur l’indépendance nationale et les libertés démocratiques.

27Mais le juste équilibre entre ces différents principes fondamentaux était difficile à trouver, comme l’expliquait André Philip :

  • 35 André Philip, Violence et non-violence, Berger-Levrault, 1956, p. 18.

« Je ne crois pas que la paix, n’importe quelle paix soit le bien suprême ; le dramatique de la vie humaine, c’est que nous cherchons à la fois la paix, la liberté et la justice, et que l’accent exclusif mis sur l’une de ces valeurs risque d’entraîner la renonciation à ces deux autres35. »

  • 36 André Philip, Le christianisme et la paix, Éditions Je sers, 1932.

28Pour être capable de reléguer la paix au second plan dès Munich, il fallait sans doute aux socialistes une grille de lecture de rechange. Lorsque le parcours militant se doublait d’un parcours philosophique ou spirituel, il était plus facile de modifier son système de valeurs. L’exemple du protestant André Philip est éclairant. Alors qu’il combattit toute sa vie en faveur des objecteurs de conscience, il ne se déroba pas face à une violence d’État qu’il jugeait nécessaire. « Le chrétien ne peut pas se détourner du monde et, au nom d’une spiritualité absolue mais désincarnée, refuser de se jeter dans la mêlée », écrivait-il dès 193236. Il lui revenait donc, en tant que chrétien, de participer à la guerre si elle lui apparaissait comme le seul moyen d’éviter un crime encore plus grave contre la liberté et la justice.

29L’itinéraire du sarthois Max Boyer est un excellent exemple de la tension entre l’idéal de paix et le devoir de défendre la liberté face aux fascismes, qui déchira la plupart des socialistes. Membre de la LDH et franc-maçon, il était inséré dans les réseaux républicains habituels de la mouvance socialiste. Bien que pacifiste, il ne fut jamais paul-fauriste, et ne professait pas un anticommunisme systématique ; il n’était pas non plus d’origine israélite, ce qui aurait pu le sensibiliser contre le racisme nazi. Il offre donc un regard sur les « simples » militants, tout en permettant de suivre son évolution pas à pas.

  • 37 Sous le pseudonyme de EMBÉ, La République sociale de l’Ouest, 31 mars 1935. Il ne faut pas le conf (...)
  • 38 Embé, La République sociale de l’Ouest, 4 avril 1937.

30Né en 1910, ancien élève de l’École normale du Mans et membre des JS depuis 1927, il signa plusieurs articles pacifistes dans La République sociale de l’Ouest. En mars 1935, alors que le service militaire obligatoire venait d’être rétabli par Hitler, il s’écriait : « Nous demandons aux hommes de répudier toutes les guerres quelles qu’elles soient37 ! » Mais à partir d’avril 1937, il critiqua « l’impasse de la non-intervention » face aux fascismes38. Et le 6 juin, il se prononça au congrès fédéral pour une politique de fermeté. Pourtant, après le bombardement de Guernica, il cracha à nouveau sa haine de la guerre :

  • 39 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 26 décembre 1937.

« La mort passe rapide comme l’avion qui la porte, et c’est pour que cette mort se généralise que des millions d’hommes veillent en armes prêts à mourir sans savoir pourquoi, au signal donné par n’importe quel fou39 ! »

  • 40 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 28 février 1938.

31Deux mois plus tard, la tension entre pacifisme et antifascisme était à son comble : il présentait à ses lecteurs un bilan lucide et sans illusion sur les menaces de guerre, tout en les appelant à refuser « la manœuvre de l’Union sacrée ». Démontant les mécanismes du régime hitlérien, qu’il considérait comme pangermaniste, militariste, raciste et répressif, il considérait l’Anschluss et l’invasion de Dantzig inévitables. Puis, d’une manière plus classique, il dénonçait à la fois « les puissances de l’argent », qui jouaient avec démagogie du patriotisme des Français pour s’enrichir, et les communistes, qui refusaient toute négociation. Sa conclusion révélait son déchirement : « Est-il encore temps d’être ferme ? Est-il encore temps de sauver la paix40 ? »

32Mais au lendemain de l’Anschluss, en mars 1938, Max Boyer renoua avec un pacifisme de plus en plus sentimental. À ses yeux, la guerre entre la France et l’Allemagne allait devenir rapidement européenne et serait « la ruine de la civilisation occidentale ». Or confessait-il,

  • 41 Max Boyer, « Est-il encore temps ? », La République sociale de l’Ouest, 18 mars 1938.

« […] pour moi cette éventualité me semble une monstruosité ; je ne puis me résoudre à admettre la guerre comme fatale, comme inéluctable. […] Il faut causer avec le IIIe Reich. J’ai dit causer et non capituler41 ».

33Et c’était Léon Blum qu’il désignait pour cette tâche délicate. Face à l’imminence du danger, il retrouvait même quelque vertu au fascisme :

  • 42 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 25 mars 1938.

« Aussi abject que soit le fascisme, il a au moins le courage de mettre au pas le capital […]. J’aime mieux l’illuminé hitlérien qui meurt en croyant assurer le bonheur de l’Humanité, que le spéculateur qui fait crever de faim une nation pour le plaisir de voir se gonfler son compte en banque42. »

  • 43 Max Boyer, « La paix d’abord ! », La République sociale de l’Ouest, 1er avril 1938.

34En avril, son pacifisme devenait intégral dans le sens où il en arrivait à refuser toute forme de violence : « Il n’y a aucune possibilité de transformer la guerre en révolution prolétarienne. D’ailleurs, si la révolution prolétarienne doit se faire au prix de la guerre, je dis non43 ! »

  • 44 Max Boyer, « Retour de l’esprit bourgeois », La République sociale de l’Ouest, 19 mai 1938.

35En mai, il accusait donc les communistes « d’hystérie patriotique44 ». Aussi, lors du congrès fédéral de juin, défendit-il la motion dite « pacifiste » de Camille Planche, laquelle fut néanmoins mise en minorité par les Sarthois.

  • 45 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 223, septembre 1983.
  • 46 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 7-18 octobre 1938.
  • 47 Max Boyer, « Sauvons-nous nous-mêmes ! », La République sociale de l’Ouest, 27 octobre 1938.
  • 48 Embé, « Propagande hitlérienne en France », La République sociale de l’Ouest, 10 au 16 mars 1939 ; (...)

36Son rejet des accords de Munich peut donc surprendre, à tel point que, près d’un demi-siècle plus tard, il se classait lui-même parmi les munichois : « Je ne me souviens plus de ce que j’ai écrit ! J’ai dû, comme Léon Blum, éprouver “un lâche soulagement”45. » En fait, après avoir reconnu que les Français avaient « sué de peur » et qu’ils respiraient mieux, Max Boyer affirma : « Les quatre de Munich n’ont pas construit la paix ! », et il croyait la guerre proche46. Son journal, derrière le secrétaire fédéral Dubreuil, dénonçait de plus en plus l’incapacité du gouvernement et du Parlement. « Il est des minutes », grinçait Max Boyer à la fin du mois d’octobre 1938, « où l’on n’est plus très fier de notre propre groupe parlementaire. De faiblesses en erreurs, d’erreurs en capitulations, nous sommes arrivés à cette impasse politique de laquelle la démocratie doit s’évader sans retard ou périr47 ! ». À partir de mars 1939, La République sociale publia un encart publicitaire pour Agir, créé le mois précédent par des partisans de la fermeté. Et dès lors, Max Boyer entreprit de dénoncer la « propagande hitlérienne en France », en particulier les écrits antisémites ou xénophobes, de réclamer la naturalisation immédiate des étrangers pour les mettre à l’abri, et de refuser toute négociation avec le général Franco48. Le journal ne devenait cependant pas pour autant un organe blumiste, car il continuait de publier Paul Faure, et rendit compte avec équité de toutes les motions présentées au congrès de Nantes en mai 1939. De sorte que plusieurs hypothèses se mêlent pour expliquer l’évolution d’un Max Boyer.

  • 49 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 10 au 10 mars 1939.

37Certes, il put être influencé par la fermeté grandissante de ses camarades sarthois au fil des congrès. Peut-être se laissa-t-il en fin de compte guider par son admiration pour Léon Blum, bien que comme beaucoup il refusa la scission entre « pacifistes et bellicistes49 ». Mais ce fut surtout son interprétation lucide et précoce du nazisme qui le prépara à admettre que la guerre était inévitable, à cause de la nature même du régime hitlérien. « La préparation intensive et théâtrale à la guerre est nécessaire à la vie des régimes autoritaires », écrivait-il avec lucidité. Quand il comprit que même un compromis comme celui de Munich n’empêcherait pas la guerre, mais qu’il fragilisait au contraire la démocratie, le verrou pacifiste sauta :

  • 50 Max Boyer, ibidem.

« Nous sommes de plus en plus qui pensons que le socialisme ne permet pas deux attitudes : à l’intérieur, lutte des classes, guerre au capitalisme et à la dictature, et à l’extérieur, effacement et renoncement total et définitif50. »

38Mobilisé le 2 septembre 1939, il était à Dunkerque avec le 106e Régiment. Démobilisé en août 1940, il participa à la reconstitution de sa fédération dans la clandestinité, s’engagea à Libération Nord, et à ce titre fut membre du CDL que présidait son camarade Henri Ledru.

  • 51 Cf. chap. IV, p. 127-132, et André Delmas, Mémoires d’un instituteur syndicaliste, Albatros, 1979.
  • 52 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerr (...)
  • 53 Entretien avec Olivier Wieviorka pour Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France, 19 (...)
  • 54 Cf. Georges Lefranc, « Histoire d’un groupe du PS-SFIO Révolution constructive », dans Mélanges d’ (...)

39Alors comment expliquer la persévérance des munichois qui croyaient encore la paix possible après avoir capitulé devant Hitler ? D’abord, ils étaient souvent à la convergence de plusieurs courants pacifistes. La plupart des enseignants, qui représentaient – rappelons-le – un tiers du corpus, dont une soixantaine de normaliens, étaient pétris du pacifisme des Écoles normales ou du SNI, à l’image de son dirigeant, André Delmas51, et dont tous témoignent dans leurs mémoires. On retrouvait le même état d’esprit chez les khâgneux et normaliens, comme l’a montré Jean-François Sirinelli52, et comme le reconnut Jean-Daniel Jurgensen : « Si la guerre avait éclaté à ce moment-là [Munich], je l’aurais abordée dans un esprit presque d’opposition53. » De même, les étudiants qui participèrent au groupe Révolution constructive, tels que Maurice Deixonne et Jean Le Bail, tous deux membres fondateurs, Étienne Weill-Raynal, Armand Coquart, Georges Guille et Guy Mollet, avaient suivi une ligne proche du pacifisme intégral, énoncée dans leur projet de motion « Les méthodes de lutte contre la guerre », en juin 193354. Notons, cependant, qu’Andrée Viénot avait réussi à s’en écarter et à s’opposer, comme son mari, aux accords de Munich.

  • 55 Cité dans Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la SFIO, Presses de la FNSP, 1977, p. 185.

40Les pivertistes de la Gauche révolutionnaire, tels que Robert Coutant ou Germain Guibert, dont certains avaient rejoint Marceau Pivert et Daniel Guérin au Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) en juin 1938, développaient une formule proche du défaitisme révolutionnaire, en attribuant au prolétariat le devoir de mettre fin à la guerre par la révolution. En septembre 1938, le PSOP appela par conséquent les travailleurs à défendre « les libertés, le pain et la paix » par la grève générale, mais celle de novembre 1938 échoua. Au lendemain du pacte germano-soviétique, Pivert écrivait encore dans Juin 1936 : « Lutte des classes d’abord. Avant comme pendant la guerre, même au risque de la défaite militaire55. »

41Les munichois les plus acharnés demeurèrent néanmoins les paul-fauristes. La combinaison d’un pacifisme viscéral avec un anticommunisme profond empêcha des militants tels que Bernard Chochoy, Raymond Gernez, Félix Gouin, Max Lejeune, Victor Provo, Jean-Louis Rolland ou Étienne Weill-Raynal, de mesurer dès cette date l’imminence du danger. Abel Sempé est ainsi représentatif des JS, dirigées par Bernard Chochoy et en grande majorité paul-fauristes. Dans son Gers natal, il réaffirmait que la guerre n’était « ni inévitable, ni fatale », qu’il fallait repousser toute idée de guerre préventive, et qu’il fallait réviser les traités, en démontrant la légitimité des « revendications des Sudètes allemands ». Il blâmait Léon Blum de ne pas être un nouveau Jaurès et d’entraîner avec lui une partie des parlementaires, alors qu’il louait « les articles remarquables » de Paul Faure. Il était également munichois par anticommunisme. Il critiquait Jean Zyromski en refusant de voir le parti

  • 56 Cité dans Abel Sempé, Au service de l’économie et de la liberté de la Gascogne, Aire-sur-Adour, Im (...)

« […] sombrer dans un super-nationalisme qui, sous prétexte d’anti-fascisme, nous entraînerait sans tarder dans le sillage des communistes qui veulent domestiquer la classe ouvrière dans leur organisation politique, et […] dans une croisade idéologique qui serait fatale à la paix56 ».

  • 57 La République sociale, 26 novembre 1938.
  • 58 Cf. correspondance avec Paul Faure, du 5 septembre 1939 au 22 mars 1940, AN, 456/AP/4.
  • 59 Le Pays socialiste, 23 février 1939.

42En novembre 1938, Édouard Depreux remporta un siège au conseil général de la Seine sur ce thème : « Voter pour Depreux, c’est voter pour la paix ! » Il y repoussait toute solution armée, niait qu’il puisse exister des guerres libératrices et se réclamait ouvertement de son ami Paul Faure qui, « pour maintenir la paix, était prêt à signer un pacte avec le diable57 ». Lors de la déclaration de guerre, il raconte avoir ressenti un sentiment d’horreur et d’humiliation. Sa génération, celle des anciens combattants, avait échoué. Mobilisé, il fut appelé comme capitaine-défenseur au service de la justice militaire. Paul Faure lui proposa alors de devenir correspondant de guerre du Pays socialiste, en janvier 1940, poste qu’il accepta avec enthousiasme58. Sous le pseudonyme de Troisixe, il dénonçait les insuffisances de l’armée et essayait surtout de combattre « le bourrage de crânes » afin de favoriser la réunion d’une conférence de paix59. Le 10 avril 1940, il écrivait encore : « Le Pays socialiste refuse de se prosterner devant les fausses et sanglantes idoles. Il ne participera pas à la conspiration du mensonge. »

  • 60 Parmi les membres du corpus : Fernand Audeguil (Gironde), Jean Biondi (Oise), Gaston Cabannes (Gir (...)

43Pourtant, une vingtaine de parlementaires paul-fauristes refusèrent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain60, et de nombreux munichois entrèrent en Résistance. Comment concilier pacifisme viscéral et amour de la liberté, tel fut le dilemme qu’ils durent dépasser pour rester fidèles à leur idéal socialiste. Leur seuil de tolérance, qui n’avait pas été atteint lors de la conférence de Munich, le fut avec la défaite et l’Occupation.

Plutôt la guerre que la servitude (1939-1945)61

  • 61 Au congrès fédéral de Nantes de la CGT, Mathé, du Syndicat des PTT, avait dit : « Plutôt la servit (...)
  • 62 Cf. chap. III, p. 76-81.
  • 63 Cf. Pierre Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnemen (...)
  • 64 Cf. préface de Jean-Pierre Azéma à H.-R. Kedward, Naissance de la résistance dans la France de Vic (...)

44Les parlementaires SFIO de la IVe République avaient, dans leur grande majorité, choisi la guerre plutôt que la servitude, pour inverser la fameuse formule de Mathé, puisque nous avons vu que 70 % avaient été des résistants actifs, et que 85 % en avaient mérité la réputation par leur attitude62. Si nous pensons la Résistance, comme nous y invite Pierre Laborie, en reconsidérant le rapport à l’action sans la dissocier de son sens, nous ne bornerons pas la conception du résistant à un combattant de l’ombre menant une lutte armée, comme le fit le Jury d’honneur63. La forme et l’effet de l’action ne suffisant pas, il faut réévaluer la part des intentions et élargir la définition au combattant des droits de l’homme. Mais les historiens de la Résistance savent combien il est difficile d’appréhender les motivations profondes qui amenèrent des hommes et des femmes à sortir de la légalité, en refusant aussi bien l’Occupation que le conformisme ambiant. La maturation qui menait à la transgression n’était pas nécessairement linéaire, comme le montrent les itinéraires de munichois64. De nombreuses contraintes purent intervenir tant sur la chronologie, que sur la géographie et la nature de leur entrée en résistance. Par conséquent, nous chercherons quel sens donner à leur engagement et quels facteurs le déterminèrent.

Résister pour témoigner

  • 65 H-R. Kedward, op. cit., p. 95.

45Dans ses travaux sur l’émergence de la résistance en zone Sud, H.-R. Kedward nuance la part de réaction patriotique pour souligner l’enjeu politique. Il ne récuse certes pas la dimension affective du sentiment national, très puissante chez la plupart des résistants, mais ne fait pas du patriotisme « un phénomène quasi mystique », d’une « essence aristotélicienne », latent chez tous les Français, et que les résistants de la première heure auraient mis en application65. De fait, ce même patriotisme justifia la politique de présence de certains élus socialistes et leur soutien au régime de Vichy, considéré comme un moindre mal. Selon Kedward, les résistants voulurent apporter une réponse politique à la provocation politique que constituait la Révolution nationale. En ce qui concerne les parlementaires SFIO, le sursaut patriotique fut-il l’élément déclencheur ? Leur relation ambiguë à l’appel du 18 juin de De Gaulle montre qu’ils tenaient bien, après la Libération, à conférer une dimension patriotique à la résistance socialiste. Mais le refus de la politique réactionnaire, autoritaire et antisémite de Vichy, au nom de valeurs républicaines fondamentales, semble avoir été tout aussi déterminant.

  • 66 Entretien du 16 janvier 1998.
  • 67 Témoignage de Robert Verdier à Odette Merlat du 8 avril 1946, 72AJ/70, AII.2.
  • 68 Vincent Auriol, Journal manuscrit, 20 octobre 1940, AN, 552AP/30, 3AU1 DR1.
  • 69 Christian Pineau, op. cit., p. 71-72.
  • 70 Ibidem, p. 87.

46Peut-être mieux préparés, les antimunichois évoquent cependant leur réaction affective, épidermique, face à la défaite et à l’occupation. Des décennies plus tard, Gilberte Brossolette se souvient avoir eu un haut-le-cœur lorsqu’elle découvrit, en sortant de chez elle, les immenses drapeaux à croix gammée tendus sur les bâtiments officiels66. Robert Verdier fut « effondré » par la déclaration de Pétain qu’il entendit dans un restaurant marseillais. De retour à Paris, sa première réaction fut de chercher à participer à « une organisation patriotique et démocratique très large67 ». Vincent Auriol, interné à Pellevoisin, écrivait dans son journal intime, le 20 octobre 1940 : « La prison n’est rien au côté de cette douleur de voir tomber ainsi sa Patrie sous les griffes et les saillies de l’envahisseur68. » Chez certains munichois, la perte de l’indépendance nationale qui, depuis Jaurès, était considérée comme une condition nécessaire au développement du socialisme, leva toute hypothèque. Ils ne s’étaient fait aucune illusion sur les exigences allemandes, mais n’avaient pas voulu s’imaginer le pire. La drôle de guerre ne leur avait pas permis d’anticiper ; la défaite les mit devant le fait accompli. Ainsi, Christian Pineau date son engagement de sa première vision des troupes d’occupation déferlant dans la rue de son bourg69. À l’époque, il pensait déjà que le patriotisme n’était pas sa motivation principale, car des patriotes sincères avaient accepté l’armistice en pensant que c’était la moins mauvaise des solutions. Selon lui, ceux qui se révoltaient en 1940, tels que ses camarades Robert Lacoste ou Albert Gazier, obéissaient plus à leur instinct qu’à leur intelligence70.

  • 71 Abel Sempé, op. cit., p. 13.
  • 72 Édouard Depreux, Conférence du 16 avril 1937, AN, 456/AP/4.

47De même, le jeune paul-fauriste Abel Sempé, démobilisé après « la débâcle », voulut aller à Londres, mais son père le supplia de rester à la ferme, lui faisant remarquer que ce serait peut-être aussi dangereux de résister dans le Gers71. De fait, il combattit ensuite dans l’Armée secrète. Quant à Édouard Depreux, autre paul-fauriste fervent, il distinguait déjà en 1937 le pacifisme de « la résignation », de « la non résistance au mal » et des « bêlements impuissants72 ». Au-delà d’un argumentaire destiné à répliquer aux critiques communistes, il y avait sans doute là un élément qui favorisa, à partir de juin 1940, son refus de l’attentisme ou de toute accommodation. Bien plus tard, il analyse ainsi son basculement :

  • 73 Édouard Depreux, op. cit., p. 147.

« Je crois pouvoir dire que si j’ai tout naturellement opté pour la Résistance, ce n’est pas parce que j’étais d’une part socialiste, et d’autre part hostile à l’occupant, c’est parce qu’étant socialiste, j’étais partisan de l’indépendance de toutes les nations, dont la mienne73. »

  • 74 Lettre d’Édouard Depreux à Daniel Mayer du 25 janvier 1969, AN, 456/AP/4.

48Avec son camarade Étienne Weill-Raynal, il se rendit donc à l’évidence : la rupture avec Paul Faure était inévitable74. En décembre 1941, Depreux refusa avec éclat de présider le conseil général de la Seine nommé par Vichy ; il milita à Libération Nord, participa à la reconstitution du parti dans la Seine, et fut membre du CAS. Quelle que fût la valeur au nom de laquelle ils avaient décidé de « faire quelque chose », tous avaient en commun la conscience de résister, c’est-à-dire selon Pierre Laborie,

  • 75 Pierre Laborie, Les Français des années troubles, op. cit., p. 88-89. Selon lui, cette « conscienc (...)

« […] de participer à l’expression collective et coordonnée du refus, par un choix volontaire, par une adhésion responsable à des objectifs distinctement affirmés, par l’acceptation, de fait ou de principe, de la nécessité de la lutte armée, avec une juste conscience du risque et du sens de la lutte75 ».

49En rompant avec le pacifisme traditionnel, même sans user eux-mêmes de violence, ces munichois acceptaient la nécessité du combat. Ce renversement des valeurs fut vécu par certains comme un renoncement.

50Il fallait également résister à la tentation maréchaliste, alors que la majorité du groupe parlementaire socialiste avait accordé les pleins pouvoirs à Pétain. Le 14 juillet 1940, Paul Rivet, alors directeur du Musée de l’Homme, envoya une lettre ouverte au maréchal. Ancien combattant, médecin militaire à la bataille de Verdun, il y rendait d’abord hommage au « calme » et à « l’autorité » de son ancien chef, « symbole magnifique de l’héroïsme de tout un peuple » dans les tranchées. Mais pour autant, il ne lui reconnaissait aucun droit sur la France.

« C’est parce qu’aucun homme nouveau n’a surgi dans l’effrayant désarroi, qu’on s’est tourné vers le passé et qu’on a fait appel à vous, Monsieur le Maréchal, espérant que vous seriez capable de refaire le miracle de 1916. Vous ne le pouviez pas […]. C’était le Général Pétain qu’il fallait à la France, celui de 1916, et non le Maréchal Pétain de 1940 ! »

  • 76 Citée par Paulo Duarte, Paul Rivet por êle mismo, Saõ Paulo, Anahmbi, 1960, p. 13-14.
  • 77 Cf. chap. III, p. 76-81.

51Selon lui, non seulement Pétain était trop âgé, mais en reniant la République et ses valeurs fondamentales, il s’était aliéné les Français76. Mais tous ne purent trancher aussi rapidement, et nous avons vu que le corpus comprenait quelques vichysto-résistants77.

52L’appel du 18 juin du général de Gaulle, qui refusait le défaitisme, trouva-t-il un écho chez ces socialistes ? Dans sa lettre au Général du 15 mars 1943, Léon Blum résumait les motifs qui avaient les conduit à se rallier :

  • 78 AN, 72AJ/70, AIV.18.

« Parce que vous avez, le premier, incarné l’esprit de résistance, que vous l’avez communiqué au pays, que vous continuez à le personnifier, nous vous avons, dès la première heure, reconnu pour chef dans la bataille présente, et nous n’avons rien négligé de ce qui pouvait accréditer et consolider votre autorité78. »

53Or une trentaine, soit 14 % des résistants du corpus, avaient rejoint la France libre, à Londres ou à Alger. Mais après la guerre, tous les parlementaires n’accordèrent pas la même portée à l’appel gaullien. Sans doute, la plupart de leurs témoignages furent recueillis, au plus tôt, après le départ du Général du GPRF en janvier 1946, alors qu’un contentieux existait déjà. De sorte qu’il est possible que les sources sous-estiment l’impact de cet appel.

  • 79 Témoignage de Frank Arnal à Marie Granet, le 5 février 1949, AN, 72AJ/52, AI.9.
  • 80 Témoignage de Jean Capdeville à Odette Merlat, le 7 avril 1947, AN, 72AJ/59, AI.7.
  • 81 « Allocution prononcée à la BBC le 30 août 1942 », cité dans André Philip par lui-même ou les voie (...)

54Néanmoins, certains s’en réclamèrent sans état d’âme. Ainsi, Frank Arnal entendit successivement l’allocution de Pétain, puis celle du général de Gaulle, qui faisait écho, dit-il, à ses convictions personnelles. Aussi se sentit-il tout de suite « gaulliste ». Il ajoute que, fils d’un gendarme nationaliste, ayant été élevé par un vieil instituteur qui exaltait l’amour de la patrie, il avait toujours été, bien que socialiste depuis 1921, un patriote « sectaire ». Ulcéré par l’armistice, il fut convaincu que de Gaulle traduisait le 18 juin « le réflexe national ». Ce fut donc vers la France libre qu’Arnal choisit d’orienter son action. Ne pouvant rejoindre l’Angleterre, il fit du renseignement79. Jean Capdeville, secrétaire fédéral des JS de la Seine-Inférieure et membre du CNM, avait été munichois comme la majorité du mouvement de jeunesse. Mais « l’appel du 18 juin cristallisa les sentiments de résistance qui s’étaient immédiatement dessinés chez lui et chez quelques-uns de ses camarades80 ». Pour André Philip, qui devint commissaire national de l’Intérieur auprès de De Gaulle à Londres en 1942, l’appel du 18 juin avait une réelle portée historique. La France ne pouvait recevoir la liberté des mains de la Grande-Bretagne, mais devait la gagner par ses propres efforts pour témoigner de son attachement aux principes universels qu’elle avait même proclamés lors de la Révolution française. C’est pourquoi il y voyait l’expression moderne de la Déclaration des droits de l’homme et une décision politique majeure puisque, par-delà la trahison de Vichy, il maintenait la continuité d’un gouvernement républicain81.

  • 82 Témoignage d’Henri Henneguelle à Odette Merlat, le 13 juin 1947, AN 72AJ/59, AI.9.
  • 83 Bernard Vanneste, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Éditions des Be (...)
  • 84 Témoignage de Christian Pineau à Henri Michel, les 3 et 7 février 1950, AN, 72AJ/59, AI.2.

55Mais chez la plupart des socialistes résistants qui participèrent à la reconstitution de leur parti, le 18 juin ne pouvait décidément pas avoir une telle portée. Henri Henneguelle, l’un des responsables de Libération Nord dans le Nord et le Pas-de-Calais, était en Dordogne en juin 1940 et avait l’intention de gagner les colonies. Il n’entendit pas l’appel, et précise qu’il n’avait « du reste pas besoin de l’entendre pour réagir à la fois contre les Allemands et contre Vichy82 ». Dès l’armistice, « avec Jean Lebas, bien que nous n’ayons pas entendu l’appel du général de Gaulle, nous avons lancé un tract à des milliers d’exemplaires », raconte Augustin Laurent, soucieux de montrer que le Général n’avait pas le monopole du réflexe patriotique83. Plus nuancé, un autre ministre du Général, Christian Pineau, n’accorda pas tout de suite à l’appel du 18 juin une importance historique et, avec ses camarades syndicalistes, ne pensait pas que l’union des résistants puisse se faire autour de lui84. Ce ne fut que plus tard, lorsqu’il se rendit à Londres en mars 1942 pour le rencontrer, qu’il en saisit la portée politique :

  • 85 Christian Pineau, op. cit., p. 156.

« Nous avons pris sans lui nos initiatives ; nous les aurions prises en tout état de cause, même s’il n’avait pas parlé le 18 juin. Il ne vit pas sur le territoire national ; donc il ne partage nos dangers. Néanmoins nous sommes, pour la plupart, prêts à reconnaître son autorité. Car il nous faut un drapeau, sinon un guide85. »

  • 86 Témoignage de Christian Pineau à Henri Michel, réf. cit.

56Selon Pineau, le ralliement des résistants métropolitains au Général était un acte politique, le fruit d’une longue évolution, faite de ralliements personnels au fur et à mesure que se précisait l’attitude politique du Général86. Après la guerre, la SFIO qui souffrait d’un déficit d’image résistante, du fait de sa dispersion, entendait donc montrer que son patriotisme n’était en rien redevable au gaullisme et constituait une valeur intrinsèquement socialiste. Les mémoires et témoignages fournissent maints exemples de ces premières réactions de colère, qui furent l’occasion d’exprimer les valeurs de justice, de liberté individuelle, de dignité humaine et de démocratie qui allaient finalement composer l’idéologie composite de la Résistance.

  • 87 Témoignage de Roger Deniau à M. Lecorvaisier, les 4 et 6 septembre 1946, AN, 72AJ/59, AI.15.
  • 88 Cité dans André Philip par lui-même…, op. cit., p. 163-164.

57Dans un premier temps, l’engagement résistant consista donc à témoigner, par n’importe quel moyen même dérisoire, de son attachement à des valeurs et des droits bafoués, sans guère spéculer sur un éventuel retournement de la situation internationale. En cela, le sens l’emportait sur le résultat de l’action. Au départ, le refus pouvait se situer sur un terrain relativement étroit, par exemple corporatiste. Ainsi, Roger Deniau, socialiste et responsable syndical de la Fédération des employés, « munichois comme la majorité », ne put supporter la dissolution de la CGT et l’instauration de la Charte du Travail. C’est pourquoi il adhéra à Libération Nord, dont il devint l’un des responsables87. Dans une allocution à la BBC, le 30 août 1942, André Philip pouvait dire que tous les résistants étaient unis par « la même foi » en des valeurs transcendantes « qui existent indépendamment des réussites concrètes », puisqu’ils s’étaient opposés dès le début à l’armistice sans espoir de victoire. Et s’ils refusaient « le réalisme politique » de Vichy, c’était parce que le devoir de tout homme digne de ce nom était de « témoigner devant la justice, la vérité et la liberté, même lorsqu’elles sont crucifiées et niées par tous ». Il condamnait ainsi sans appel la politique de présence de certains élus socialistes sous Vichy, et affirmait un devoir de désobéissance. Les valeurs morales dépassaient la simple volonté de l’État, lequel n’était pas une fin en soi, mais un instrument au service de la communauté. L’engagement devenait alors inéluctable, puisque lorsque l’État ne sauvegardait plus l’indépendance de la nation, la désobéissance à cet État devenait non seulement un droit, mais un devoir le plus sacré88.

  • 89 Ibidem, p. 247.
  • 90 Note de juin 1949, AN, 72AJ/70, BI.3.

58En fait, Philip définit l’engagement par son sens, et non par son efficacité supposée. De sorte que lui-même n’hésita jamais, comme il l’expliqua à la fin de sa vie : « J’analyse le réel afin que mon action soit efficace, mais c’est au nom de quelque chose d’autre que je prends position. » Ainsi s’il vota contre Pétain, ce n’était pas parce qu’il en espérait quelque chose, mais pour témoigner et parce que, en conscience, il ne pouvait faire autrement89. Il faut certes tenir compte de la stature particulière d’André Philip, « un distributeur d’énergie spirituelle », selon l’expression de François Crucy90. Mais Christian Pineau ne dit pas autre chose lorsque, emprisonné à Montluc, il découvrit le sens de « mourir pour sa patrie » :

  • 91 Christian Pineau, op. cit., p. 56.

« Je ne pensais plus que telles formules pussent encore avoir une vie. Or, voilà que, dans cette cellule où la hantise et la mort est à toute heure présente, l’expression désuète prend un sens bouleversant. Il devient important de savoir que l’on ne va pas mourir pour rien, que les hommes honoreront votre mémoire, même s’ils ne vous accordent de temps à autre qu’une minuscule pensée91. »

59Face à la mort, la métaphysique reprenait ses droits. Après avoir, selon son récit, rasé le corps inanimé et torturé de Jean Moulin le 23 juin 1943, Pineau ajoute que, bien que n’ayant pratiqué aucune religion depuis son adolescence, ses préoccupations métaphysiques revenaient plus pressantes :

  • 92 Ibidem, p. 124.

« Est-ce l’idée de la mort, la fatigue qui m’envahit peu à peu, la solitude ? Je sens le besoin, non de me raccrocher à une imagerie, mais de placer mon petit souffle de vie dans le cadre d’un Ensemble qui dépasse l’Humanité92. »

  • 93 Comité national pour l’érection et la conservation d’un mémorial de la déportation au Struthof, Na (...)

60Seule une minorité d’entre eux étaient des croyants, et la plupart avaient reçu une éducation laïque. Mais franc-maçon et déporté au Struthof, Léon Boutbien affirme qu’il fallait une foi militante, active, pour surmonter une telle détresse. Car « la raison chavirait comme la barque qui fait eau93 ». Faire son devoir, à défaut d’assurer son salut ou d’obtenir un résultat immédiat, poussa plusieurs d’entre eux à risquer leur vie, donnant un sens bien concret à l’expression usée de « mourir pour des idées ». De sorte que témoigner de leur attachement à des valeurs de justice et de liberté était tout aussi important pour eux que lutter pour la libération du territoire.

  • 94 Daniel Lindenberg, « Socialisme et résistance : quelques réflexions sur une histoire politique en (...)
  • 95 Lettre du 9 novembre 1940 à Paulo Duarte, citée par Paulo DUARTE, op. cit., p. 18.
  • 96 Lettre à Vincent Auriol, Bourassol, 23 mars 1941, AN, 552AP/30, 3AU2 DR3.
  • 97 Cf. Gilles Morin, « Les socialistes dans les geôles de Vichy : à la recherche d’une parole libre » (...)
  • 98 L’étude de la correspondance de Louis L’Hévéder (Morbihan) qui accorda les pleins pouvoirs, et cel (...)

61Ces résistants firent donc le pari « pascalien » de la victoire, pour reprendre l’expression de Daniel Lindenberg94. Avant même le tournant de 1941, on reste frappé par leur tranquille assurance, même s’ils doutaient fort de fêter eux-mêmes la Libération. En septembre 1940, François Tanguy-Prigent était arrêté pour avoir déclaré publiquement que si les Allemands ne débarquaient pas rapidement en Angleterre, ils avaient d’ores et déjà perdu la guerre. À Paris, Paul Rivet écrivait à un ami brésilien, en novembre 1940 : « Le moral de la population reste excellent. 95 % de la population en zone occupée partage mes idées95. » Dans leur correspondance, les internés et assignés à résidence de Vichy ne cessèrent d’échanger des messages d’espoir, à l’image du premier d’entre eux. Léon Blum écrivait en effet dès mars 1941 : « Quant à moi, n’ayez nulle préoccupation. J’ignore ce qu’il adviendra, j’ignore même s’il adviendra quelque chose. Mais j’attends les événements avec une entière sérénité96. » Bien que soumis à un strict isolement, Blum, Vincent Auriol ou Marx Dormoy étaient convaincus que la démocratie britannique ne pourrait être abattue, que les États-Unis entreraient bientôt en guerre, de même que l’URSS97. Juristes de formation, Auriol, Blum ou Louis Noguères croyaient en la force du droit, et étaient persuadés que les Français, pétris de liberté républicaine, ne pourraient supporter longtemps l’oppression. Cet optimisme de la première heure contraste, d’ailleurs, avec la résignation des socialistes qui firent le choix d’une politique de présence à Vichy ou de l’attentisme98.

62Avec l’entrée en guerre de l’URSS en juin 1941, puis des États-Unis en décembre, la victoire ne fit plus aucun doute à leurs yeux. Le 2 août 1943, Paul Rivet, qui avait dû se réfugier au Mexique, exprimait son espoir :

  • 99 Lettre de Paul Rivet à Paulo Duarte du 2 août 1943, citée par Paulo Duarte, op. cit., p. 30.

« Les événements vont vite, et mon optimisme y trouve chaque jour des nouveaux aliments. Vous devinez avec quelle passion je vois s’approcher l’heure de la délivrance pour tous ceux que j’ai dû abandonner99. »

  • 100 Christian Pineau, op. cit., p. 284.

63Il s’agissait donc de préparer l’après Libération, comme l’écrit Christian Pineau, à propos d’André Philip qu’il venait de rencontrer à Londres au début de 1943 : « Pour lui la guerre est gagnée ; c’est une question de patience100. » Même déportés à Karawaken, Gaston Charlet et Marcel Champeix, conservaient, à la fin de l’année 1944, « un moral à toute épreuve », et trompaient leur impatience en s’essayant à la poésie :

  • 101 Gaston Charlet, Karawaken, le bagne dans la neige, Limoges, Rougerie, 1955, p. 154.

« Nous confrontions aussi nos points de vue sur les nouvelles conditions de vie qui s’offriraient aux peuples du monde dès la victoire alliée. Car dans notre esprit la victoire alliée ne faisait plus aucun doute depuis longtemps déjà. Seule la date, plus ou moins lointaine, de cette issue représentait pour nous une inconnue101. »

64Cette vision optimiste de l’issue de la guerre, inébranlable quelle que soit leur situation, se fondait sur leur conception historique d’une humanité orientée vers le progrès. De sorte que le sens de l’action des résistants socialistes fut tout autant de témoigner de la supériorité des valeurs républicaines et de l’universalité des droits de l’homme que d’obtenir un résultat efficace. En outre, le « faire quelque chose » était souvent soumis à de multiples contraintes qui expliquent, entre autres, la diversité et la dispersion de leurs engagements.

Contraintes et dispersion

  • 102 Henri Michel, Les courants de pensée dans la Résistance, PUF, 1962.

65« Le plus grand nombre s’agrégèrent au premier mouvement à leur portée », écrivit Henri Michel à propos des socialistes102. De fait, alors qu’à peine un tiers des résistants du corpus s’engagèrent au parti clandestin, les trois quarts choisirent, parallèlement ou exclusivement, un mouvement ou un réseau. Or quand ils évoquent leur entrée en Résistance, tous insistent sur sa précocité. Lorsque celle-ci est avérée, il apparaît qu’elle les priva de leur recours naturel, le parti, avec son appareil et ses dirigeants, à la différence des communistes qui attendirent pour la plupart le mois de juin 1941. De sorte que le hasard revient souvent dans leurs récits : hasard du lieu de leur démobilisation, hasard des rencontres, hasard de leur situation professionnelle, qui leur offrirent l’opportunité ou non d’agir immédiatement. En creux, se dessine une série de contraintes qui contribuèrent à cette dispersion de la résistance socialiste. Les facteurs qui présidèrent au choix premier ne furent donc pas seulement stratégiques ou idéologiques.

  • 103 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/70, AIV.23.
  • 104 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/59, AI.5.

66Le choc de la défaite et de l’armistice fut durement ressenti par tous, mais plus encore par ceux de la zone Nord. Un certain déterminisme géographique y joua en faveur d’un engagement précoce ; ainsi, sur la trentaine de parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais, vingt-trois participèrent à la résistance active à Libération Nord, au parti clandestin – avec des responsabilités au CAS pour Marcel Bertrand, Augustin Laurent, Arthur Notebart et Eugène Thomas – à l’OCM, ou à la Voix du Nord. Plusieurs d’entre eux durent se réfugier en zone Sud, comme Laurent, membre également de Libération Sud, Thomas qui anima le réseau Brutus, Raymond Gernez, courtier du Populaire clandestin, ou encore Louis Le Sénéchal qui combattit avec les FTP du Lot. Cette différence d’état d’esprit entre la zone occupée et celle dite « libre » perdura au moins jusqu’en 1941, comme en témoigne ce militant du Nord, Pierre Houriez. Rentré de captivité en juin 1941, il passa quelque temps à Toulouse, avec Eugène Thomas, l’un des Quatre-Vingts, qui s’y était également réfugié. À son grand étonnement, « tous lui conseillent la prudence, lui parlent de la légion, du régime de délation, de l’ordre nouveau, lui font comprendre que toute liberté est abolie ». Cela lui fut très pénible, car il ne supposait pas que Vichy fut « à ce point fascisé103 ». Mais les réfugiés du Nord cristallisèrent souvent les premières manifestations. Ainsi Eugène Thomas lui fit écouter la BBC et l’emmena coller des papillons « Vive la IVe République ! » le 14 juillet. C’était peu de chose, reconnut Pierre Houriez, mais il eut le sentiment que la résistance, « jusque-là sporadique et individuelle », commençait à s’organiser « par affinités sociales ou politiques104 ». Rentré à Valenciennes, notre voyageur rencontra l’équipe d’Augustin Laurent qui, depuis l’arrestation du maire de Roubaix, Jean Lebas, lui apparut comme étant « l’âme de la résistance socialiste dans le Nord ». Et il constata que les mentalités étaient très différentes :

  • 105 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/70, AIV.23.

« Sauf une minorité de traîtres qui d’ailleurs ne s’était pas encore démasquée, la population entière est braquée contre les Allemands, Pétain ne jouit d’aucun prestige et est considéré comme le valet des Allemands105. »

  • 106 Témoignage de Frank Arnal à Marie Granet, le 5 février 1949, AN, 72AJ/52, AI.9.
  • 107 Témoignage de Jean Capdeville à Odette Merlat, le 7 avril 1947, AN, 72AJ/59, AI.7.

67Ailleurs, de nombreux témoignages évoquent l’isolement des premiers mois, voire de la première année. Pour en sortir, certains entrèrent dans le premier réseau qui leur permettait de « faire quelque chose ». Démobilisé en août 1940, Frank Arnal tenta de rejoindre l’Angleterre, mais fut reçu « fraîchement » par le consulat américain à Marseille106. Il finit par rejoindre le réseau de renseignement franco-polonais F2, et devint chef de la région Sud-Est des MUR. Jean Capdeville reprit son poste d’instituteur à Rouen après sa démobilisation en octobre. Selon lui, il ne trouva guère de secours auprès du parti, « qui s’était évanoui : il est vrai que la majorité des membres de la fédération étaient des vieux de près de 60 ans, d’où leur aspiration au repos plutôt qu’à la lutte », ironisait-il. Finalement, il reprit contact avec des syndicalistes du SNI et entra à Libération Nord107. Plus que les autres, les prisonniers restaient dépourvus d’informations sur la Résistance, mais les rapatriés ou ceux qui purent s’évader furent souvent happés par les mouvements ou réseaux. Citons Gérard Vée, libéré en décembre 1942, qui fut contacté par François Tanguy-Prigent, ou Fernand Mazuez, rapatrié en décembre 1943, et chargé par le CDL de Saône-et-Loire de jouer le rôle d’intermédiaire entre l’Armée secrète et les FTP. Les prisonniers firent donc souvent l’économie des tâtonnements de la première année.

  • 108 Témoignage de Marcus-Ghenzer à M. Lecorvaisier, octobre 1946, AN, 72AJ/60, AI.6.

68Enfin, leur situation professionnelle pouvait également influencer leur parcours clandestin. Certes, les parlementaires qui avaient accordé les pleins pouvoirs avaient été rapidement exclus. Mais le député du Nord, Raymond Gernez, « fut très vite pris de remords », et moins d’un mois après payait de sa personne pour la reconstitution du parti108. Ceux qui avaient voté contre étaient certes considérés, à ce titre, comme les premiers ferments de la résistance socialiste, mais étaient tout particulièrement exposés et surveillés, comme Louis Noguères ou Paul Ramadier, quand ils n’étaient pas tout simplement emprisonnés dans les geôles de Vichy, comme Vincent Auriol, Georges Bruguier, Salomon Grumbach, ou Jules Moch… Auriol et Moch, assignés à résidence, purent tous deux s’évader et, à terme, rejoindre de Gaulle, mais pas les autres. Les fonctionnaires, et en particulier les enseignants, firent souvent l’objet de déplacements arbitraires qui les contraignaient à trouver de nouveaux contacts, ce qui s’avérait difficile dans le climat de délation. Mais si les révocations pures et simples laissèrent un certain nombre d’entre eux sans ressources, dans le même temps, elles les rendaient parfaitement disponibles pour la clandestinité. Raymond Badiou, professeur au lycée de Casablanca en 1939, fiché par la police comme « communiste », fut suspendu jusqu’en octobre 1941, ce qui lui permit de nouer d’utiles contacts. Lorsqu’il fut finalement déplacé à Toulouse, il était en mesure d’agir immédiatement au sein de La France au Combat et du parti reconstitué. Roger Cerclier, professeur à Bénévent-l’Abbaye, commença « une sorte de résistance encore “toute individuelle” par la propagande verbale, par l’impression et la diffusion de tracts et de journaux anti-gouvernementaux et anti-collaborationnistes ». Révoqué pour appartenance à la franc-maçonnerie fin 1941, il accepta un poste de comptable dans une coopérative agricole à Guéret, y créa un groupe de Libération Nord, et quelques mois après, dirigeait les MUR dans la Creuse.

  • 109 Claire Andrieu, « Les socialistes et le Conseil national de la Résistance » et Jean-Louis Crémieux (...)
  • 110 Témoignage d’Albert Van Wolput à M. Perroy, le 21 février 1947, AN, 72AJ/70, AII.4.

69À ces facteurs conjoncturels s’ajoutèrent la stratégie de dispersion adoptée par Léon Blum et la direction clandestine, et la défiance à l’égard du vieux parti SFIO. Nous avons vu que Blum et Daniel Mayer avaient fait le choix de verser les forces socialistes dans les mouvements et réseaux afin de ne pas diviser la Résistance. Tous leurs efforts tendirent, néanmoins, à assurer la survie de la SFIO comme une grande force politique, auprès du général de Gaulle, puis au sein du CNR109. De fait, une soixantaine, soit 20,7 % des parlementaires de la IVe République, participèrent à la reconstitution du parti dans la clandestinité, mais quarante d’entre eux s’engagèrent parallèlement dans des mouvements et réseaux. Pour certains, tel qu’Augustin Laurent, la priorité devint rapidement de reconstituer le parti et, à partir de juin 1941, de contrer la concurrence communiste. Ce fut pour cette raison que Laurent préféra ne pas rejoindre l’Assemblée consultative d’Alger en 1943, pour rester dans le Nord, et peser sur l’organisation du CDL qu’il présida110. Mais parallèlement à ses activités au sein du parti, Laurent fut membre du premier comité exécutif de Libération Sud. De même, dans le Périgord, Georges Archidice, alors secrétaire départemental du SNI et Jacques Arrès-Lapoque, secrétaire fédéral des ES, entreprirent à la fois de reconstituer le parti et de monter le groupe armé Véni. Georges Archidice, âgé de 27 ans en 1940, devint le chef militaire du Lot-et-Garonne, et finit la guerre lieutenant-colonel FFI. La structure de Libération Nord, qui se confondait souvent à l’échelle départementale avec celle du parti clandestin, est donc représentative de cette double appartenance au parti et aux mouvements ou réseaux.

  • 111 Témoignages du professeur Soulas à Henri Michel le 10 décembre 1946, et de G.-P. Friedmann à Odett (...)
  • 112 Témoignage de Claude Bourdet à Odette Merlat, le 6 juin 1946, AN, 72AJ/46, AI.3.
  • 113 Témoignage de Max Juvénal à Henri Michel, le 12 septembre 1947, AN, 72AJ/48, C. III. S

70Mais pour d’autres résistants, le vieux parti s’était disqualifié. Par exemple en Haute-Garonne, les anciens JS d’Achille Auban avaient rejoint Libérer-Fédérer pour rompre avec les anciens cadres du parti, et même Vincent Auriol eut des difficultés à retrouver sa place dans le département111. D’après Claude Bourdet de Combat, les militants de la zone Sud « manifestaient de la mauvaise humeur et presque de l’hostilité à l’endroit de leurs anciens chefs et des efforts de quelques-uns d’entre eux pour refaire le parti112 ». Et il décrit un dégoût des militants de la base pour leurs dirigeants politiques. D’autres, comme Max Juvénal, préférèrent s’engager dans un mouvement à vocation plus large que le parti clandestin. Antimunichois, il rencontra Félix Gouin venu à Aix expliquer son vote du 10 juillet en octobre 1940. Il reprit donc contact avec les socialistes, mais en février 1941, son camarade Henri Malacrida lui fit découvrir l’Armée secrète. Dans un raccourci étonnant, Juvénal conclut : « Nous choisissons le journal Combat parce que son nom nous plaît ; je deviens chef de l’Armée secrète pour Aix et forme des sizaines113. » Cette volonté de dépasser le simple cadre du parti explique que les trois quarts des parlementaires résistants s’engagèrent dans des mouvements ou réseaux.

71Le dilemme de la « servitude ou la guerre », bien que résolu pour la plupart avec la défaite et l’arrivée des occupants, laissa des traces. Patriotisme et nationalisme retrouvaient droit de cité dans la pensée socialiste, bien au-delà de la synthèse jaurésienne de l’internationalisme et de la défense nationale. Or ces sentiments seraient vivement et régulièrement sollicités sous la IVe République, avec le réarmement allemand et l’insurrection des nationalistes algériens. De plus, pendant cette période douloureuse où le parti s’était dissous dans la débâcle, le militant, livré à lui-même, avait dû reconstruire son propre système de valeurs et agir selon sa conscience. En dépit de la reconstitution du parti dans la clandestinité et de la magistrature morale de Léon Blum, la dispersion des socialistes dans la Résistance ne favorisa pas l’émergence d’un esprit de corps au sein du groupe parlementaire après la guerre. Cette expérience constitua un apprentissage de la solitude et de la faculté à décider soi-même de la route à suivre en fonction de grands principes fondamentaux. Elle pourrait expliquer en partie les indisciplines à répétition d’un certain nombre de parlementaires tout au long de la IVe République.

Une vision de l’Europe héritée de la guerre (1945-1958)

  • 114 Cf. Contre le réarmement allemand, 25 octobre 1950. Discours de Daniel Mayer, Éditions du PS, 1950

72Les parlementaires SFIO de la IVe République appartenaient bien à cette « génération entre deux guerres », comme la qualifiait Joseph Paul-Boncour. On constate que 88 % d’entre eux avaient combattu au moins une fois contre les Allemands, souvent avec éclat puisque plus de 41 % avaient reçu la Croix de guerre. À défaut d’être visibles, les séquelles, physiques et psychologiques, étaient symbolisées par les 5 % de mutilés et les 7 % de déportés. Après la guerre, le temps de la réconciliation semblait venu. Les parlementaires en étaient conscients, mais y étaient-ils prêts ? Les socialistes, qui aux lendemains du traité de Versailles n’avaient cessé d’en réclamer la révision, avaient montré qu’ils étaient des européens convaincus. Ils avaient soutenu la création du Conseil de l’Europe, dont Guy Mollet était devenu l’un des piliers. S’ils acceptèrent moins facilement le plan Schuman, ce fut parce qu’ils regrettaient la défection de la Grande-Bretagne. Lorsque le projet d’armée européenne de Jean Monnet leur fut présenté en octobre 1950, ils le perçurent comme l’un des éléments du débat sur le réarmement allemand. Alors que pour le MRP, seule la construction d’une Europe supranationale permettrait de dépasser cet écueil, des socialistes, avec Jules Moch, ministre chargé du dossier à l’ONU, voulaient avant tout éviter ce réarmement dans le cadre de l’OTAN. Le comité directeur chargea Daniel Mayer de prononcer à l’Assemblée un discours refusant toute proposition en ce sens et appelant à une armée internationale114. Or rapidement, la Communauté européenne de défense (CED) allait déchirer le Parlement et, par contrecoup, le groupe parlementaire socialiste. Comment et pourquoi les oppositions se cristallisèrent-elles sur ce projet d’armée européenne ?

La querelle de la Communauté européenne de défense

73Les événements contraignirent les partisans de l’unité européenne à faire passer l’intégration militaire avant même que ne fût achevée l’intégration économique et, par là même, à confondre le réarmement de l’Allemagne avec la construction de l’Europe. Le 30 août 1954, les anticédistes répliquèrent à une motion préjudicielle des cédistes qui invitait le président du Conseil, Pierre Mendès France, à reprendre les négociations avec les partenaires de la France à Bruxelles par une motion préalable. En adoptant celle-ci, les anticédistes écartèrent définitivement, par cet artifice de procédure, la CED. À l’exception du parti communiste, très discipliné dans son opposition, tous les groupes furent partagés, et leurs représentants mirent en avant leurs convictions personnelles.

  • 115 Raymond Aron et Daniel Lerner (dir.), La querelle de la CED. Essai d’analyse sociologique, Cahiers (...)

74La CED recouvrait en fait différents problèmes. Fallait-il autoriser le réarmement de l’Allemagne ? Et le cas échéant, devait-on préférer une armée nationale allemande, ou l’intégration de divisions allemandes dans une communauté européenne supranationale ? Pour ceux qui tenaient le réarmement allemand pour inévitable à terme, la CED était la meilleure façon d’en limiter les périls. Ses adversaires, en revanche, espéraient que son échec ne laisserait aucune solution de rechange. Enfin, ceux qui étaient attachés à l’union des Six comptaient sur elle pour faire passer l’idée d’une fédération européenne. Or, comme le soulignèrent les analystes de l’époque, le combat fut volontairement confus sans que tous ses enjeux fussent explicités115. Ainsi, les socialistes se divisèrent, les uns par hostilité au réarmement allemand, les autres parce qu’ils refusaient toute armée allemande autonome et par fidélité à l’idée supranationale. Tour à tour, les deux camps utilisaient le même argument du réarmement allemand, mais avec des conclusions inverses. Peut-on esquisser un portrait de chaque groupe, ou bien s’agissait-il réellement d’une question de conscience personnelle ? Dans ce cas, de qui le parlementaire était-il le représentant ?

  • 116 Ibidem, p. 9.
  • 117 Et Frank Arnal et Jean Charlot (Var), Fernand Audeguil (Gironde), Jean Binot et Jean Capdeville (S (...)

75Entre février 1952 et décembre 1954, ce débat déchira le groupe parlementaire socialiste. Certes, Raymond Aron put écrire que cette querelle idéologique était la plus grave que la France ait connue depuis l’affaire Dreyfus116. Mais les socialistes ne s’étaient guère divisés à propos de l’intégration économique européenne, puisque les députés avaient approuvé la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), le 11 décembre 1951, à l’unanimité moins une voix. Or trois mois après, le 19 février 1952, lorsque l’Assemblée nationale approuva le principe de l’armée européenne, assorti d’expresses réserves et d’impératives conditions, on compta vingt socialistes parmi les 287 opposants, dont Daniel Mayer, Jules Moch, Max Lejeune et Alain Savary117.

76Daniel Mayer se refusait à entériner l’entrée de la France dans une logique de guerre froide en acceptant l’échec définitif d’un rapprochement avec l’URSS. Trois semaines plus tôt, soutenu par Salomon Grumbach, l’un des spécialistes de l’Allemagne du parti, il avait déclaré :

  • 118 Réunion du 29 janvier 1952, Archives Guy Mollet, AG111, BAI, OURS.

« Veut-on la guerre, une guerre provoquée par l’Allemagne réarmée pour récupérer par les armes son unité ? Ou veut-on une nouvelle alliance germano-soviétique, un nouveau Rappalo118 ? »

  • 119 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), thèse de doctorat, IEP Paris, 2 (...)

77Quant à Jules Moch, s’il avait souscrit à l’idée originelle de l’armée européenne, il la concevait alors avec des unités élémentaires insérées dans un ensemble européen. Lorsqu’il comprit que la division serait l’unité de base strictement nationale, et qu’en outre la Grande-Bretagne resterait isolée, il s’opposa au projet. Max Lejeune, fidèle à un nationalisme que d’aucuns qualifièrent de « chauvin », voyait disparaître avec regret l’armée française qu’il avait rénovée en tant que président de la Commission de la Défense nationale. Alain Savary n’avait pu oublier son expérience à la tête du secrétariat aux affaires allemandes et autrichiennes en 1946 et 1947 où il s’était imprégné de la pensée gaullienne sur la question119.

78Des militants engagés au Mouvement démocratique et socialiste pour les États-Unis d’Europe, comme Gérard Jaquet ou André Philip, minimisaient au contraire le réarmement allemand, la CED n’étant à leurs yeux qu’un des éléments de l’unification européenne. Et ils analysaient différemment la partition de l’Allemagne. À ceux qui arguaient qu’on ne pouvait faire entrer une puissance qui réclamait sa réunification avec la RDA dans le pacte atlantique sans changer le caractère strictement défensif de ce dernier, ils faisaient valoir qu’on ne pouvait laisser l’URSS être la seule en mesure d’offrir à l’Allemagne ce qu’elle désirait. Seule une organisation européenne, supranationale, lierait définitivement la RFA au monde libre.

  • 120 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS4, 19 février 1952 à 9 heures.
  • 121 Dossiers des indisciplines parlementaires, Archives du PS-SFIO, OURS.

79Le 19 février 1952, les anticédistes rompirent la discipline de vote, en violant l’article 13 du règlement du groupe parlementaire qui précisait que « la règle de l’unité de vote des membres du Groupe socialiste au Parlement est absolue ». Le matin même, une longue discussion avait eu lieu au sein du groupe, qui s’était finalement prononcé pour la ratification, mais au troisième tour de scrutin et à une faible majorité de deux voix. Déjà, un anticédiste comme Pierre Doutrellot réclama « la liberté de vote à titre exceptionnel », laquelle fut refusée par Guy Mollet120. Pour justifier leur position, les vingt indisciplinés avançaient la résolution très vigilante du conseil national de décembre 1951, et se déclaraient donc fidèles aux idées du parti. Seul Adrien Mabrut, qui avait refusé le plan Schuman en décembre 1951 parce qu’il le considérait dangereux pour les emplois industriels de la région de Thiers, faisait explicitement passer ses électeurs avant les décisions du parti. Les dossiers des indisciplines parlementaires et les correspondances fédérales montrent qu’à cette date, les fédérations n’étaient pas choquées par ce manquement au règlement de la part de leurs députés, que toutes défendirent121. D’ailleurs, juste avant le vote, Augustin Maurellet de la Charente, et Jules Moch et Madeleine Laissac de l’Hérault, avaient fait valoir qu’ils avaient reçu de leur fédération respective l’ordre de voter contre. Le malaise était tel que l’amnistie, proposée par une cinquantaine de disciplinés, fut acceptée par le comité directeur en avril.

80Au congrès national de Montrouge, en mai 1952, approuva après de longs débats le principe d’une armée européenne, mais en opposant un « ni refus ni acceptation » au projet tel qu’il était présenté, un refus étant la plus belle victoire que les Russes pouvaient espérer, une acceptation n’étant envisageable qu’avec des garanties. Lors du débat parlementaire du 17 novembre 1953, Gérard Jaquet expliqua que l’Allemagne serait plus redoutable isolée qu’intégrée ; Félix Gouin que l’Europe devait s’unir pour conserver son indépendance face aux États-Unis et à l’URSS ; et Jean Le Bail, placé sur son terrain de prédilection, que la politique extérieure soviétique ne changerait que lorsque l’Europe serait forte. Ce dernier argument, brandissant la menace soviétique, fut peu utilisé par les cédistes parce que personne ne croyait vraiment à une agression prochaine. Or plus le spectre de la guerre s’éloignait, moins l’exigence du réarmement allemand semblait admissible. Quant à l’argument consistant à faire de la CED le symbole du rapprochement franco-allemand, il avait l’inconvénient de présenter le réarmement allemand comme le prix à payer par la France pour le maintien de l’alliance atlantique, non comme l’objet d’une volonté française. Guy Mollet, enfin, rappela les deux conditions posées par son parti : l’association effective de la Grande-Bretagne et une autorité politique supranationale, à compétence limitée, mais à pouvoirs réels. En août 1954, les anticédistes allaient soutenir avec raison que ces deux conditions n’étaient pas remplies.

  • 122 Raymond Aron et Daniel Lerner (dir.), op. cit., p. 38.

81En fait, le groupe socialiste n’envoya à la tribune que des partisans du traité, interdisant aux opposants de s’exprimer. Le journaliste Jacques Fauvet y vit une « faute tactique », car s’ils se turent, ils ne changèrent pas d’opinion pour autant122. De fait, les anticédistes purent même se compter, en dehors de leurs partis, lorsqu’en décembre 1953, Joseph Laniel fut battu à la présidence de la République à cause du maintien de Marcel-Edmond Naegelen, un socialiste anticédiste qui obtint ainsi secrètement des voix radicales et gaullistes.

  • 123 Bulletin intérieur, n° 70, avril-juin 1954.

82Or à partir du mois d’avril 1954, les préoccupations gouvernementales furent de moins en moins tournées vers la politique européenne, et de plus en plus vers la détente internationale. Et la division avait fait du chemin chez les socialistes. En avril, Alain Savary et Robert Verdier rédigèrent une brochure Contre le traité actuel de la CED Pour la liberté de vote et l’unité fraternelle du parti, réservée aux seuls membres du parti, signée par une soixantaine de parlementaires. Selon eux, le projet risquait de favoriser un regain de militarisme allemand, d’entériner la partition, de relancer la course aux armements et la tension internationale. Il menaçait en outre le fragile dialogue à peine ébauché avec l’URSS. Vincent Auriol, libéré de sa présidence depuis trois mois, écrivit le 21 avril, dans France-Soir, un article où il se demandait si la cession de souveraineté exigée des Six était raisonnable, alors que les trois autres grands, États-Unis, Grande-Bretagne et URSS, conservaient la leur pleine et entière, et si cet abandon partiel de souveraineté était compatible avec le développement de l’Union française. Parallèlement, la direction cédiste consacrait entièrement son Bulletin intérieur à la réfutation de ses adversaires, qui n’avaient pas droit de cité dans la presse réservée aux militants123.

83En mai, une seconde brochure, intitulée Contre la petite Europe cléricale et réactionnaire et signée par les mêmes que la première, appelait à construire une véritable Europe sociale et politique à quinze, évitant « le redoutable tête-à-tête franco-allemand », et dénonçant à nouveau l’absence de la Grande-Bretagne. Le décalage entre le comité directeur, avec 21 voix sur 31 pour la CED, et le groupe parlementaire, avec seulement 46 sur 104, s’accentua à la veille du congrès extraordinaire du 30 mai, qui trancha finalement en faveur de la CED et de la discipline de vote du groupe parlementaire (cf. annexe 9). Mais le 9 juin, à la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, six socialistes – Daniel Mayer, Jean Bouhey, Robert Lacoste, Jules Moch, Marcel-Edmond Naegelen, et Eugène Montel – contribuèrent au rejet du traité par 24 voix contre 18 – dont Félix Gouin, Gérard Jaquet et Jean Le Bail – et deux abstentions. Les socialistes se divisaient jusqu’en commission, et le lieu même de l’indiscipline fut considérée comme une circonstance des plus aggravantes. Le 30 août 1954, avec la majorité des députés, 53 socialistes refusèrent la ratification du traité instaurant la CED, qui fut ainsi définitivement écartée. Ils bafouaient encore une fois la discipline de vote, mais de plus ne respectaient pas la décision du Congrès national extraordinaire de mai 1954 de Puteaux. En termes de discipline, leur cas était donc plus grave, et posait à nouveau le problème, récurrent, du statut du parlementaire et de sa représentativité. Était-il mandaté par son parti, sa fédération et ses militants, ou ses électeurs ?

  • 124 Ibidem, p. 4.

84À cette date, la liberté de vote n’avait été accordée que deux fois : lors de l’amnistie des Alsaciens, incorporés malgré eux dans l’armée allemande et présents à Oradour, qui avait opposé en 1953 les parlementaires d’Alsace à ceux du Limousin et d’Auvergne ; et lors du débat sur les bouilleurs de cru. À chaque fois, les enjeux étaient ancrés dans des réalités régionales sensibles et pouvaient avoir de lourdes retombées électorales. Mais pour la CED, la direction rappela que jamais le Parti n’avait admis que l’élu ait des responsabilités particulières à l’égard de ses électeurs. À la différence du « député de la bourgeoisie », « le député socialiste relève d’abord de son parti : il en est l’élu avant d’être celui de sa circonscription. Il a été désigné par lui124 ». Mais plus des deux tiers des indisciplinés répercutèrent en fait le rejet de leur fédération, tels que Guy Desson et Camille Titeux des Ardennes, Pierre-Olivier Lapie de la Meurthe-et-Moselle, Jean Wagner du Haut-Rhin, Marcel Cartier de la Drôme, ou encore Marcel-Edmond Naegelen des Basses-Alpes (cf. annexe 9). Certains étaient mandatés par des fédérations profondément divisées sur la CED, mais où les anticédistes l’avaient finalement emporté. En Haute-Garonne, par exemple, où par 61 voix contre 38 la CED avait été repoussée, et où l’on connaissait la position défavorable de Vincent Auriol, tous les députés et sénateurs refusèrent le traité, avec Achille Auban, Eugène Montel et André Rey à l’Assemblée nationale, et André Hauriou, Pierre Marty et André Méric au Conseil de la République. En revanche, cinq députés exprimèrent un choix vraiment personnel en prenant le contre-pied de leur fédération : Henri Henneguelle et Louis Le Sénéchal du Pas-de-Calais, René Regaudie de la Haute-Vienne, Francis Leenhardt des Bouches-du-Rhône, et Paul Valentino de la Guadeloupe.

  • 125 À l’Assemblée nationale, la solidarité départementale joua dans les Ardennes, la Somme, la Loire-I (...)
  • 126 Émile Aubert (Basses-Alpes), Marcel Boulangé (Belfort), Gaston Charlet (Haute-Vienne), Anatole Fer (...)

85De sorte qu’à l’image de l’ensemble des fédérations, le vote anticédiste du 30 août 1954 fut relativement éparpillé. Néanmoins, si l’on excepte les fédérations du Nord et du Doubs, on note un tropisme frontalier. On note aussi que, lorsqu’un département était représenté par plus d’un parlementaire socialiste, la solidarité locale joua mieux chez les anticédistes, pour huit cas contre cinq à l’Assemblée nationale125, auxquels on peut ajouter le Puy-de-Dôme, les Basses-Alpes et le Vaucluse si l’on tient compte des sénateurs. Enfin, le rejet de la plupart des députés non métropolitains, tels que Hamadoum Dicko et Sourou Apithy, soutenus par des membres de l’assemblée de l’Union française, comme Georges Gorse et Oreste Rosen­feld, s’explique par la crainte de voir la CED se réaliser au détriment de la mise en valeur des territoires d’outre-mer. Le 30 décembre 1954, lors du vote de confiance sur les accords de Londres et de Paris qui, en faisant rentrer la RFA dans le Pacte atlantique, devaient remplacer la défunte CED, dix-sept députés récidivistes, plus Paul Béchard du Gard, votèrent contre leur ratification, et reçurent le soutien de dix sénateurs126.

Le réarmement allemand au cœur du problème

86Au fil de la querelle, des réunions du comité directeur et du groupe parlementaire, des interventions dans les congrès et surtout des votes au Parlement, un échantillon de 154 parlementaires dont la position sur la CED est avérée a pu être constitué. Il est dès lors possible de tester quelques hypothèses sur les facteurs structurant les deux groupes. Christian Pineau s’interrogea sur les séquelles de la Seconde Guerre mondiale, à l’Assemblée nationale, le jour même où le traité fut écarté, le 30 août 1954 :

  • 127 Assemblée nationale, séance du 30 août 1954, p. 1038-1039.

« Avec beaucoup de mes camarades, j’ai vécu deux ans en cellule à Lyon et dans un camp de déportation. C’est dire que j’ai souffert de l’Allemagne. Encore une fois, je n’ai pas été le seul, mais parmi ceux qui sont revenus, j’ai constaté deux tendances. Il y a, d’abord, ceux qui ont conservé dans leur cœur de la haine et, sinon un désir de revanche, du moins une répulsion profonde pour toute collaboration ultérieure avec l’Allemagne. Je les comprends, car la souffrance peut engendrer des sentiments de cette nature. Pour ma part, la leçon de ces épreuves a été toute autre. Ce que je souhaite, ce n’est pas une revanche sous une forme quelconque, c’est que nous n’ayons jamais plus l’occasion, dans notre Histoire, de connaître de nouveau ces camps de déportation127. »

  • 128 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 82.
  • 129 Gaston Charlet, Populaire du Centre, 24 juillet 1945.
  • 130 Jean Geoffroy, Au temps des crématoires… F6632, 1re éd. 1948, Cavaillon, Imprimerie Mistral, 1986.

87Haine farouche, incapacité à pardonner, ou vigilance inquiète, ces sentiments jouèrent-ils un rôle ? Si l’on compare le groupe des déportés à celui des prisonniers, on constate que les premiers furent plutôt partisans de la CED (8 sur 11), alors que les seconds s’y opposèrent (11 sur 16). Les prisonniers, à l’image du plus farouche anticédiste d’entre eux, Max Lejeune, semblent avoir gardé rancune aux Allemands, leurs geôliers, de les avoir humiliés et contraints à l’impuissance. Les déportés de camps de concentration où se trouvaient également des Allemands prirent peut-être mieux conscience des souffrances d’un peuple lui aussi victime du nazisme. Eugène Thomas et Marcel Guislain, président et vice-président de la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance ne pensaient certes pas trahir leurs camarades en approuvant ce projet. Léon Boutbien souhaitait voir s’effacer la haine entre les deux peuples : « Les idées d’ennemis héréditaires, d’âmes germaniques éternelles doivent être reléguées au Musée de la mythologie nationaliste chère à Barrès et au triste Maurras128… » À l’inverse, Gaston Charlet publia Karawaken le bagne dans la neige, en 1955, parce qu’il ne pouvait admettre le réarmement d’une Allemagne qui, selon lui, n’était toujours pas « dénazifiée », jugeant le peuple allemand « intoxiqué par le virus nazi » et concluant qu’il ne voulait pas oublier. Dix ans plus tôt, de retour de deux années de déportation, il avait laissé éclater une véritable haine des Allemands : « Il faudrait être fou, ou misérable, pour faire encore confiance à cette race ! Je dis bien, et volontairement, à cette race. Car c’est une question raciale, quoi qu’en disent certains esprits subtils, abusés, ou… intéressés129. » Sans doute Charlet est-il un cas limite, et un Jean Geoffroy, anticédiste lui aussi, tira de tout autres leçons, de tolérance et de refus de l’antisémitisme130. Ce que montre finalement cette dispersion des déportés, c’est la part d’irrationnel et d’instinctif que comportait ce débat, en écho à l’incapacité de comprendre l’impensable et l’indicible.

88Partisans et adversaires puisèrent à la même source du mal, pour argumenter dans des sens rigoureusement opposés. On constate la même chose pour les résistants, présents dans des proportions comparables (8/10) dans les deux camps. Le secrétariat général du parti clandestin, avec Daniel Mayer et Robert Verdier, ne réussit pas à engager contre la CED la majorité de leurs anciens camarades, qui constituent un tiers de chaque groupe ; par exemple, Félix Gouin, Augustin Laurent ou Eugène Thomas, du CAS, défendaient le projet. En revanche, le fondateur de Libération Nord, Christian Pineau, semble avoir eu plus de poids, puisque le mouvement est représenté par un tiers de cédistes, contre 1/6 seulement d’anticédistes.

  • 131 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, op. cit., p. 16-17 et p. 30-31.

89Le pacifisme traditionnel put également jouer dans les deux sens. Les anciens combattants de la Grande Guerre furent explicitement revendiqués par Marcel-Emond Naegelen pour alimenter sa charge contre la CED. Mais là encore, leur représentation est assez comparable, avec environ un quart chez les adversaires et les partisans de l’armée européenne, tel que Marcel Darou, président de la FNCR, cédiste. Et, alors qu’André Méric, ancien JS pacifiste de Toulouse, considérait que la CED engageait le parti dans « une politique de paix par la force », et inciterait les deux blocs à une course aux armements et donc à terme à la guerre, Félix Gouin, ancien paul-fauriste, y voyait l’occasion de « construire une Europe unie, en commençant par le commencement, c’est-à-dire par une collaboration franco-allemande131 ». Pour Christian Pineau, il n’était pas possible de réitérer la politique menée de 1919 à 1939 puisqu’elle les avait menés à la guerre.

  • 132 Jacqueline Piguet, Pour l’amour de demain, Irène Laure, Caux, Éditions de Caux, 1985, p. 10 et 19.

90Irène Laure, résistante, et dont le fils fut torturé par la Gestapo, est l’une des meilleures illustrations de la volonté de réconciliation qui animait les cédistes. Elle fut chargée de représenter le parti auprès de la Croix-Rouge, et la France au Comité mondial de secours à l’enfance. En 1947, elle rencontra Frank Buchman, adhéra à son mouvement chrétien, le Réarmement moral, et participa aux rencontres de Caux en faveur du rapprochement franco-allemand. Alors qu’après la guerre, elle s’avoue « révoltée contre les Allemands », convaincue que « c’était un peuple barbare qui voulait la guerre », à Caux, elle apprit, selon ses propres termes, « le pardon. C’est immense, immense, parce que l’on peut mourir de la haine132 ». Pendant le blocus de Berlin, elle alla soutenir le nouveau maire de Berlin-ouest, Ernst Reuter, le chef du parti socialiste berlinois, Franz Neumann, et le dirigeant des syndicats libres, Ernst Scharnowski. Elle fit de nombreuses tournées en RFA dans les années cinquante et travailla avec Hans Böckler, président de la Confédération des syndicats allemands, en faveur de la réconciliation.

91Ceux enfin qui étaient impliqués dans les instances européennes ou dans la construction européenne soutenaient la CED, qu’ils considéraient comme une première étape vers l’Europe unie. Citons les délégués à l’assemblée du Conseil de l’Europe, tels que Jean Le Bail (1949-1951), Guy Mollet (1951-1956), ou à celle de la CECA, tels que Roger Carcassonne, vice-président de 1952 à 1955, Gérard Jaquet de 1952 à 1956, ou Émile Vanrullen de 1953 à 1958, ainsi que les membres du Mouvement socialiste et démocratique pour les États-Unis d’Europe, avec de nouveau Jaquet, André Philip, et René Schmitt.

  • 133 Comité directeur, 16 février 1952, Archives du PS-SFIO, OURS.
  • 134 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, op. cit., p. 103.

92À l’inverse, les adversaires les plus résolus, tels que Jules Moch, Max Lejeune, Daniel Mayer, ou Marcel-Edmond Naegelen, ne furent pas convaincus par les garanties offertes par la CED et n’approuvaient pas le rapprochement franco-allemand qu’elle impliquait. Un anti-germanisme pur et simple serait-il à l’origine de leur refus ? Les vieilles blessures n’étaient pas nécessairement cicatrisées et pouvaient engendrer des réactions affectives, bien difficiles à évaluer pour l’historien. Jules Moch avait perdu l’un de ses fils, fusillé par les Allemands, et voyait sa femme, Germaine Picard-Moch, qui avait montré un beau courage sous l’Occupation, plonger irrémédiablement dans la dépression. Jean Guitton se souvenait de la répression allemande à Saint-Nazaire ; Jean Montalat du martyre de sa ville de Tulle ; Daniel Mayer et Robert Verdier des disparus du parti clandestin… Dans son discours du 25 octobre 1950, Daniel Mayer accusait Konrad Adenauer de laisser les nazis et les SS retrouver leur influence et de censurer des socialistes-chrétiens défavorables au réarmement de leur pays comme Karl Arnold ou Werner Hilpert. Deux ans plus tard, il manifestait toujours le même soupçon, craignant que l’Allemagne d’Adenauer n’utilise le Pacte atlantique pour réaliser l’unification par les armes133. L’ancien commissaire de la République en Côte-d’Or, Jean Bouhey, revint de ses deux voyages en Allemagne, en août 1945 et février 1946, avec la conviction que la dénazification n’avait pas été réalisée. Ses articles dans La Bourgogne républicaine surprennent par leur germanophobie farouche. Atlantiste convaincu, il estimait que l’OTAN devait permettre une coexistence pacifique avec le bloc communiste, mais refusait absolument l’admission de l’Allemagne. Robert Lacoste était de ceux qui craignaient la puissance de l’Allemagne surtout à cause de l’absence de la Grande-Bretagne134. Marcel-Edmond Naegelen, ancien député du Bas-Rhin transféré dans les Basses-Alpes, s’exprimait au nom des Alsaciens-Lorrains et de tous ceux qui avaient eu à souffrir de leur voisin sur les frontières.

  • 135 Jules Moch, Rencontres avec…, op. cit., p. 251.
  • 136 Jules Moch, Une si longue vie, op. cit., p. 478.
  • 137 Jean Bouhey, La Bourgogne républicaine, 22 janvier 1955.

93Enfin, les opposants à la CED invoquèrent tous leur conviction personnelle pour faire contre-poids au parti. Pour repousser le dogme selon lequel « nul n’a jamais raison contre son parti », consciemment ou non, ils dramatisèrent les enjeux. À leurs yeux, le traité comportait un risque de guerre, et nécessitait de leur part une réaction à la mesure du danger encouru. Il est ainsi remarquable que presque les deux tiers des antimunichois qui eurent à se prononcer sur la CED s’y soient opposés, et qu’ils fassent d’eux-mêmes l’analogie avec cette époque où ils ne furent que quelques-uns à avoir raison, seuls contre tous. Jules Moch écrit ainsi, à propos de la ratification des accords de Munich : « La discipline me parut ce jour-là insupportable, comme seize ans plus tard, lorsque je pris position contre le projet de communauté européenne de défense sous sa forme ultime135. » Et il ajoute : « À la fin de ma vie, je ne regrette pas plus mon vote contre Pétain que celui jetant bas l’édifice boiteux de la CED136. » De même, pour Jean Bouhey, la CED constituait « le dessaisissement total de la souveraineté nationale », qu’il appelait « un nouveau Munich » dans ses articles137. Il ne s’agissait donc plus de s’en référer à la doctrine, mais de trancher un cas de conscience, comme aux heures sombres d’octobre 1938. Le sentiment de s’en être référé avec raison à leur intime conviction par le passé, les encouragea certainement dans leur choix.

94Lors du congrès national extraordinaire de mai 1954, la question fut explicitement débattue. Paul Ramadier, qui n’était plus député à l’époque, réclama en vain la liberté de vote pour les parlementaires, qui leur permettrait de voter conformément à leur conscience. À quoi Augustin Laurent lui répondit que lorsque des discussions fraternelles dans des assemblées comme le congrès étaient possibles, il ne pouvait y avoir de raison personnelle de conscience qui soit supérieure à la conscience collective du parti. Un autre facteur joua sans doute, et relève encore de l’affect, si important dans une dynamique de groupe. Alors que Charles Lussy, le président du groupe parlementaire, était anticédiste, Guy Mollet ne pouvait faire jouer en sa faveur la loyauté et l’amitié, deux cordes sensibles chez les socialistes, que Léon Blum avait su utiliser pour maintenir l’unité sur la ratification des accords de Munich.

95Dans cette querelle de la CED, il n’y eut aucune tentative organisée pour contester l’autorité du secrétariat général. De fait, les anticédistes ne constituèrent ni une tendance structurée, ni même un groupe homogène. Ils avaient en commun de refuser ce qu’ils considéraient comme un pari risqué. En revanche, la crise marqua un tournant dans la mesure où la direction, grâce à toute une série de sanctions contre les indisciplinés, renforça brutalement son autorité au détriment des contre-pouvoirs internes au parti, et particulièrement du groupe parlementaire. Au moment où s’ouvrait la guerre d’Algérie, la direction avait réduit l’influence des blumistes, tels que Daniel Mayer, Jules Moch ou Robert Verdier, et des pivertistes, tel qu’Henri Barré, qui se replièrent sur le groupe parlementaire. Et les indisciplinés, soupçonnés de vouloir ressusciter les tendances et de menacer l’unité du parti, allaient de fait voir réduire leur marge de manœuvre.

Notes

1 Joseph Paul-Boncour, Entre-deux-guerres. Souvenirs sur la IIIe République, Plon, 1945, Avant-propos.

2 Arthur Conte, né le 31 mars 1920.

3 Cf. chap. III, p. 76-81.

4 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Presses universitaires de Bordeaux, 2004.

5 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Éditions Gallimard, 2000.

6 Antoine Prost, Anciens combattants et société française 1914-1939, Presses de la FNSP, 1977.

7 Albert Gazier, Mémoires, inédits, Archives de l’OURS, BI.

8 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 1, Colbert, 1963, p. 143.

9 Ibidem, p. 159.

10 Édouard Depreux, Souvenirs d’un militant, Fayard, 1972, p. 11, 16 et 19.

11 Jules Moch, Une si longue vie, Robert Laffont, 1976, p. 36.

12 Jules Moch, Rencontres avec… Léon Blum, Plon, 1970, p. 25.

13 René Naegelen, Les suppliciés, histoire vécue, Éditions Baudinière, 1927.

14 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 2, Hachette, 1965, p. 191.

15 Albert Gazier, op. cit., B.2.

16 Denis Lefebvre, Guy Mollet le mal aimé, Plon, 1992, p. 18.

17 Entretien du 13 février 1995.

18 Christian Pineau, Une simple vérité, Julliard, 1960, p. 56.

19 32e Congrès national de Mulhouse 1935, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 440-441.

20 René Naegelen, op. cit., t. 1, p. 149.

21 Jules Moch, Rencontres avec…, op. cit., p. 18.

22 Thierry Leleu et Patrick Oddone, Albert Denvers. Politique passion, Dunkerque, Éditions Jean Bart, 1991, p. 40.

23 Cf. chap. I, p. 22-32.

24 Cf. Marc Sadoun, « Vers le socialisme collaborateur », RFSP, vol. 28, 1978.

25 Claude Juin, Liberté… Justice… Le combat de Daniel Mayer, Éditions Anthropos, 1982, p. 99.

26 Ibidem, p. 100.

27 M. Viénot, Conférence du 12 mai 1949 à Clermont de l’Oise, Hommage à son frère, BNF, p. 25.

28 Témoignage d’André Hauriou à Odette Merlat le 30 mai 1947, AN, 72AJ/48 CII.14.

29 Fédération de Seine-et-Oise, Après Munich. Voir clair pour agir, Imprimerie F. Béroud, 1938.

30 Témoignage de Jean Biondi à M. Lecorvaisier, le 25 juin 1946, AN, 72AJ/70, AIV.6.

31 La Bourgogne républicaine, 9 octobre 1938. Michel Debré dit de lui : « Bouhey est un homme simple qui a suivi sa conscience », Combattre, Mémoires, 1912-1945, t. 1, Albin Michel, 1984, p. 99.

32 En dehors du corpus, tous les antimunichois ne devinrent pas résistants, tels Jean Zyromski, qui ne rejoignit ni le parti clandestin, ni son gendre Léon Boutbien à Libertés ; et Georges Monnet, rédacteur en chef d’Agir, qui s’abstint le 10 juillet 1940 et demeura attentiste.

33 Les députés n’étaient pas mobilisables passés 40 ans, et Moch en avait 45. Jules Moch, Une si longue vie, op. cit., p. 150.

34 Jean Pierre-Bloch, Jusqu’au dernier jour, Mémoires, Albin Michel, 1983, p. 95.

35 André Philip, Violence et non-violence, Berger-Levrault, 1956, p. 18.

36 André Philip, Le christianisme et la paix, Éditions Je sers, 1932.

37 Sous le pseudonyme de EMBÉ, La République sociale de l’Ouest, 31 mars 1935. Il ne faut pas le confondre avec son frère cadet, André, membre de la LAURS, de la LDH et dirigeant des JS, puis secrétaire fédéral à la propagande.

38 Embé, La République sociale de l’Ouest, 4 avril 1937.

39 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 26 décembre 1937.

40 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 28 février 1938.

41 Max Boyer, « Est-il encore temps ? », La République sociale de l’Ouest, 18 mars 1938.

42 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 25 mars 1938.

43 Max Boyer, « La paix d’abord ! », La République sociale de l’Ouest, 1er avril 1938.

44 Max Boyer, « Retour de l’esprit bourgeois », La République sociale de l’Ouest, 19 mai 1938.

45 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 223, septembre 1983.

46 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 7-18 octobre 1938.

47 Max Boyer, « Sauvons-nous nous-mêmes ! », La République sociale de l’Ouest, 27 octobre 1938.

48 Embé, « Propagande hitlérienne en France », La République sociale de l’Ouest, 10 au 16 mars 1939 ; Max Boyer, ibidem, 7-13 avril 1939 et Embé, ibid., 21 au 27 avril 1939.

49 Max Boyer, La République sociale de l’Ouest, 10 au 10 mars 1939.

50 Max Boyer, ibidem.

51 Cf. chap. IV, p. 127-132, et André Delmas, Mémoires d’un instituteur syndicaliste, Albatros, 1979.

52 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Fayard, 1988.

53 Entretien avec Olivier Wieviorka pour Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France, 1940-1949 (Le Seuil, 1995), déposé aux Archives orales du Caran.

54 Cf. Georges Lefranc, « Histoire d’un groupe du PS-SFIO Révolution constructive », dans Mélanges d’histoire économique et sociale. Hommage au professeur Antony Babel, Genève, 1963.

55 Cité dans Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la SFIO, Presses de la FNSP, 1977, p. 185.

56 Cité dans Abel Sempé, Au service de l’économie et de la liberté de la Gascogne, Aire-sur-Adour, Imprimerie Castay, 1980, p. 41 et 120-124.

57 La République sociale, 26 novembre 1938.

58 Cf. correspondance avec Paul Faure, du 5 septembre 1939 au 22 mars 1940, AN, 456/AP/4.

59 Le Pays socialiste, 23 février 1939.

60 Parmi les membres du corpus : Fernand Audeguil (Gironde), Jean Biondi (Oise), Gaston Cabannes (Gironde), Édouard Froment (Ardèche), Félix Gouin (Bouches-du-Rhône), Lucien Hussel (Isère), Louis Noguères (Pyrénées-Orientales) et Jean-Louis Rolland (Finistère).

61 Au congrès fédéral de Nantes de la CGT, Mathé, du Syndicat des PTT, avait dit : « Plutôt la servitude que la guerre parce que la servitude on en sort et que la guerre on n’en revient pas », cité par Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation, Presses de la FNSP, 1982, p. 5.

62 Cf. chap. III, p. 76-81.

63 Cf. Pierre Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Cahiers de l’IHTP, n° spécial, décembre 1997, et Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinée des députés et sénateurs français (1940-1945), Le Seuil, 2001, p. 404-405.

64 Cf. préface de Jean-Pierre Azéma à H.-R. Kedward, Naissance de la résistance dans la France de Vichy. Idées et motivations 1940-1942, 1re éd. 1978, Champvallon, 1989.

65 H-R. Kedward, op. cit., p. 95.

66 Entretien du 16 janvier 1998.

67 Témoignage de Robert Verdier à Odette Merlat du 8 avril 1946, 72AJ/70, AII.2.

68 Vincent Auriol, Journal manuscrit, 20 octobre 1940, AN, 552AP/30, 3AU1 DR1.

69 Christian Pineau, op. cit., p. 71-72.

70 Ibidem, p. 87.

71 Abel Sempé, op. cit., p. 13.

72 Édouard Depreux, Conférence du 16 avril 1937, AN, 456/AP/4.

73 Édouard Depreux, op. cit., p. 147.

74 Lettre d’Édouard Depreux à Daniel Mayer du 25 janvier 1969, AN, 456/AP/4.

75 Pierre Laborie, Les Français des années troubles, op. cit., p. 88-89. Selon lui, cette « conscience de résister » n’exclut pas d’importantes différences, du patriotisme instinctif – décrit par Brossolette ou Pineau – à l’engagement mûrement réfléchi.

76 Citée par Paulo Duarte, Paul Rivet por êle mismo, Saõ Paulo, Anahmbi, 1960, p. 13-14.

77 Cf. chap. III, p. 76-81.

78 AN, 72AJ/70, AIV.18.

79 Témoignage de Frank Arnal à Marie Granet, le 5 février 1949, AN, 72AJ/52, AI.9.

80 Témoignage de Jean Capdeville à Odette Merlat, le 7 avril 1947, AN, 72AJ/59, AI.7.

81 « Allocution prononcée à la BBC le 30 août 1942 », cité dans André Philip par lui-même ou les voies de la liberté, Aubier-Montaigne, 1971, p. 165.

82 Témoignage d’Henri Henneguelle à Odette Merlat, le 13 juin 1947, AN 72AJ/59, AI.9.

83 Bernard Vanneste, Augustin Laurent ou toute une vie pour le socialisme, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1983, p. 31.

84 Témoignage de Christian Pineau à Henri Michel, les 3 et 7 février 1950, AN, 72AJ/59, AI.2.

85 Christian Pineau, op. cit., p. 156.

86 Témoignage de Christian Pineau à Henri Michel, réf. cit.

87 Témoignage de Roger Deniau à M. Lecorvaisier, les 4 et 6 septembre 1946, AN, 72AJ/59, AI.15.

88 Cité dans André Philip par lui-même…, op. cit., p. 163-164.

89 Ibidem, p. 247.

90 Note de juin 1949, AN, 72AJ/70, BI.3.

91 Christian Pineau, op. cit., p. 56.

92 Ibidem, p. 124.

93 Comité national pour l’érection et la conservation d’un mémorial de la déportation au Struthof, Natzwiller-Struthof, Nancy, Humblot, 1958, préface.

94 Daniel Lindenberg, « Socialisme et résistance : quelques réflexions sur une histoire politique en chantier », dans Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), Les socialistes en Résistance (1940-1944), Seli Arslan, 1999, p. 163-170.

95 Lettre du 9 novembre 1940 à Paulo Duarte, citée par Paulo DUARTE, op. cit., p. 18.

96 Lettre à Vincent Auriol, Bourassol, 23 mars 1941, AN, 552AP/30, 3AU2 DR3.

97 Cf. Gilles Morin, « Les socialistes dans les geôles de Vichy : à la recherche d’une parole libre », Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), op. cit., p. 45-56.

98 L’étude de la correspondance de Louis L’Hévéder (Morbihan) qui accorda les pleins pouvoirs, et celle du journal intime de Jean-Baptiste Séverac, secrétaire général adjoint, ont révélé à quel point ils étaient persuadés que la défaite était irréversible. Cf. Noëlline Castagnez-Ruggiu, « Itinéraires croisés : le pacifisme peut-il mener à tout, même à la guerre ? », Cahier et revue de l’OURS, n° 2, 1994.

99 Lettre de Paul Rivet à Paulo Duarte du 2 août 1943, citée par Paulo Duarte, op. cit., p. 30.

100 Christian Pineau, op. cit., p. 284.

101 Gaston Charlet, Karawaken, le bagne dans la neige, Limoges, Rougerie, 1955, p. 154.

102 Henri Michel, Les courants de pensée dans la Résistance, PUF, 1962.

103 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/70, AIV.23.

104 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/59, AI.5.

105 Témoignage de Pierre Houriez à E. Perroy le 6 décembre 1946, AN, 72AJ/70, AIV.23.

106 Témoignage de Frank Arnal à Marie Granet, le 5 février 1949, AN, 72AJ/52, AI.9.

107 Témoignage de Jean Capdeville à Odette Merlat, le 7 avril 1947, AN, 72AJ/59, AI.7.

108 Témoignage de Marcus-Ghenzer à M. Lecorvaisier, octobre 1946, AN, 72AJ/60, AI.6.

109 Claire Andrieu, « Les socialistes et le Conseil national de la Résistance » et Jean-Louis Crémieux-brilhac, « Les combattants socialistes de la France Libre », dans Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), op. cit., p. 57-83.

110 Témoignage d’Albert Van Wolput à M. Perroy, le 21 février 1947, AN, 72AJ/70, AII.4.

111 Témoignages du professeur Soulas à Henri Michel le 10 décembre 1946, et de G.-P. Friedmann à Odette Merlat du 25 mars 1946, AN, 72AJ/59.

112 Témoignage de Claude Bourdet à Odette Merlat, le 6 juin 1946, AN, 72AJ/46, AI.3.

113 Témoignage de Max Juvénal à Henri Michel, le 12 septembre 1947, AN, 72AJ/48, C. III. S

114 Cf. Contre le réarmement allemand, 25 octobre 1950. Discours de Daniel Mayer, Éditions du PS, 1950.

115 Raymond Aron et Daniel Lerner (dir.), La querelle de la CED. Essai d’analyse sociologique, Cahiers de la FNSP, n° 80, 1956, préface.

116 Ibidem, p. 9.

117 Et Frank Arnal et Jean Charlot (Var), Fernand Audeguil (Gironde), Jean Binot et Jean Capdeville (Seine-Inférieure), Marcel Cartier (Drôme), Pierre Doutrellot (Somme), Robert Gourdon (Gard), Jean Guitton (Loire-Inférieure), Madeleine Laissac (Hérault), Marcel Levindrey (Aisne), Adrien Mabrut (Puy-de-Dôme), Robert Verdier (Seine), Augustin Maurellet (Charente), Jean Montalat (Corrèze), et Alain Savary (Saint-Pierre-et-Miquelon).

118 Réunion du 29 janvier 1952, Archives Guy Mollet, AG111, BAI, OURS.

119 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), thèse de doctorat, IEP Paris, 2001, p. 517.

120 Archives du groupe parlementaire SFIO, CHEVS, GS4, 19 février 1952 à 9 heures.

121 Dossiers des indisciplines parlementaires, Archives du PS-SFIO, OURS.

122 Raymond Aron et Daniel Lerner (dir.), op. cit., p. 38.

123 Bulletin intérieur, n° 70, avril-juin 1954.

124 Ibidem, p. 4.

125 À l’Assemblée nationale, la solidarité départementale joua dans les Ardennes, la Somme, la Loire-Inférieure, les Côtes-du-Nord, l’Indre-et-Loire, la Haute-Garonne, l’Hérault et le Var.

126 Émile Aubert (Basses-Alpes), Marcel Boulangé (Belfort), Gaston Charlet (Haute-Vienne), Anatole Ferrant (Indre), Jean Geoffroy (Vaucluse), Léon Grégory (Pyrénées-Orientales), André Hauriou, Pierre Marty et André Méric (Haute-Garonne), et Gabriel Montpied (Puy-de-Dôme) votèrent contre, bien qu’anticédistes, Marius Moutet et Maurice Pic (Drôme), votèrent pour parce qu’ils espéraient une conférence à quatre en faveur du désarmement. Cf. Le Progrès, 8 avril 1955.

127 Assemblée nationale, séance du 30 août 1954, p. 1038-1039.

128 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 82.

129 Gaston Charlet, Populaire du Centre, 24 juillet 1945.

130 Jean Geoffroy, Au temps des crématoires… F6632, 1re éd. 1948, Cavaillon, Imprimerie Mistral, 1986.

131 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, op. cit., p. 16-17 et p. 30-31.

132 Jacqueline Piguet, Pour l’amour de demain, Irène Laure, Caux, Éditions de Caux, 1985, p. 10 et 19.

133 Comité directeur, 16 février 1952, Archives du PS-SFIO, OURS.

134 Congrès national extraordinaire des 29 et 30 mai 1954 à Puteaux, op. cit., p. 103.

135 Jules Moch, Rencontres avec…, op. cit., p. 251.

136 Jules Moch, Une si longue vie, op. cit., p. 478.

137 Jean Bouhey, La Bourgogne républicaine, 22 janvier 1955.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540