Versión clásicaVersión móvil

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Deuxième partie. De l'apprenti militant à l'homme politique

Conclusion. Les notables d’un parti ouvriériste

Noëlline Castagnez y Jean-Marie Mayeur

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Pour expliquer comment ils étaient devenus socialistes, les parlementaires affichèrent, soit un déterminisme de classe, soit une stratégie de transgression. Le premier, qui visait à poser le socialisme comme une valeur transcendante, opacifiait, en fait, ce qu’il faut de volonté individuelle pour s’investir dans une organisation collective, et ferait oublier que le groupe ne comptait presque aucun héritier. Certes, la politisation du milieu familial favorisait un éveil politique plus précoce et put orienter plus rapidement leur choix vers la SFIO, mais leur degré d’engagement fut bien supérieur à celui de leurs ascendants. Chez les jeunes femmes aspirant à s’émanciper et certains fils de bonne famille, on trouve, en effet, une farouche volonté de rompre avec leur milieu, et celle-ci était alors mise en avant pour démontrer la supériorité de l’idée socialiste. La convocation de leur milieu social et familial pour accréditer leur appartenance au peuple ou à la classe ouvrière était déjà codifiée par une littérature militante connue de tous, mais elle était rendue nécessaire par les impératifs de légitimation ouvrière de la SFIO après la Libération. En fait, ils étaient encore moins nombreux à être issus du monde ouvrier que leurs collègues d’avant-guerre, puisque 45 % de leurs ascendants appartenaient aux classes moyennes. Néanmoins, ils conservaient de leurs origines un lien fort avec les couches modestes de la population. Mais si la représentation qu’ils donnaient de leur milieu et de son rôle était consensuelle, ils se séparaient sur l’influence de leur éducation spirituelle, ne fût-ce que parce qu’ils étaient issus de différentes religions. La vulgate aurait voulu que tous aient baigné dans une ambiance laïque, et un grand nombre, qui optaient pour un laïcisme agressif, ne manquaient d’ailleurs pas d’y souscrire. Néanmoins, certains faisaient rimer la laïcité de leur jeunesse avec neutralité, et cette tolérance était également entretenue par les croyants et par les agnostiques, pour certains issus de confessions minoritaires. Contrairement à l’image que la SFIO put donner à l’occasion de la loi Marie-Barangé en 1951, son groupe parlementaire, même lorsqu’il se montrait discipliné, était animé par des courants de sensibilités différentes et ne constituait pas un bloc monolithe sur ce sujet.

2On retrouve cette diversité dans leurs parcours de formation. Si plus de 46 % adhérèrent directement au parti, plus d’un quart passèrent par le stade transitoire de ses mouvements de jeunesse, quand le reste fit ses premières armes dans la lutte syndicale. Les lieux d’apprentissage variaient, en effet, selon leur niveau d’études. Plus il était élevé, plus le rôle des syndicats et de la coopération diminuait, et plus celui des organisations de jeunesse augmentait. Parmi ces dernières, les filières éprouvées par les anciens parlementaires de la IIIe République, qui se situaient en dehors des cadres organisationnels du parti, furent moins empruntées par les nouveaux élus de la ive République. Les JS et les ES avaient, en effet, formé plus de 16 % d’entre eux. La Grande Guerre, chronophage, et l’hétéronomie du mouvement de jeunesse dans l’entre-deux-guerres expliquent qu’il ne joua pas un rôle plus important dans la sélection des cadres du parti après la Libération, car un grand nombre firent l’économie de cette phase au goût d’inachevé. Il fut néanmoins un tremplin pour ceux qui y occupèrent des postes de responsabilité, et s’il n’était pas une condition suffisante pour recevoir l’investiture, ils pouvaient constituer un atout.

3Munis de ce capital socioculturel et de cette formation, les militants devaient, pour être élus, mobiliser toutes leurs ressources personnelles. Grâce à l’élévation du niveau de leurs études, ils avaient donc enregistré, avant même d’être propulsés au-devant de la scène politique, une formidable ascension sociale, dont les prémices s’étaient fait sentir avec leurs prédécesseurs du Front populaire. Comme ils n’étaient en rien des héritiers, ils louaient les vertus d’un élitisme républicain dont ils étaient les fruits. Mais comme, en dépit des réflexes ouvriéristes de l’appareil, ils n’étaient pas les représentants génériques de la classe ouvrière, il leur fallait valoriser leur aptitude à investir l’espace public en mettant l’accent sur leurs compétences professionnelles et leur engagement au sein de diverses associations d’intérêt général. À l’exception des parlementaires paysans et de quelques grandes figures liées à Force ouvrière, ils s’étaient, en effet, désengagés des syndicats. En revanche, ils avaient consolidé leurs réseaux dans le tissu associatif. Ils renforçaient donc leur légitimité représentative par leur légitimité participative, gage de leur capacité à être les porte-parole du plus grand nombre, et pas seulement d’une classe particulière.

4Ce glissement, d’un intérêt de classe à l’intérêt général, au moment même où la SFIO tentait de s’assumer comme parti de gouvernement, trouva sa traduction la plus complète dans leur implantation locale. Elle s’était amorcée avant la guerre, en particulier lors des municipales de 1935, puisque 42 % d’entre eux s’étaient déjà investis dans le socialisme municipal ou dans les Assemblées départementales. Après la Libération, le mouvement s’amplifia, dopé par les municipales d’avril 1945 et la conquête progressive des conseils généraux. En ces temps de récession électorale, le Parlement ne constituait donc plus l’aboutissement du cursus honorum. À l’image du Conseil de la République, qui en était l’émanation, les mandats locaux assuraient une longévité politique enviable et permettaient de mettre en œuvre des mécanismes de rétribution que n’autorisait pas le scrutin proportionnel des législatives. Tous ces élus bénéficièrent alors d’une notabilisation qui, comme le montre leur rôle majeur au sein de l’AMF ou du Sénat de la Ve République, leur permit de survivre au régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search