Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Deuxième partie. De l'apprenti militant à l'homme politique

Chapitre V. Mobilisation sociopolitique et réseaux

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La SFIO avait mal digéré la scission de 1920, et à la Libération, elle se définissait toujours comme le parti de la classe ouvrière, en concurrence avec le parti communiste. Mais il lui était difficile de prétendre au même label ouvrier que son frère ennemi. Le succès électoral escompté dans les bastions populaires faisait défaut, alors que les positions socialistes se renforçaient dans des régions agricoles socialement mal définies. L’étude des enquêtes de 1951 et 1954 révèle un parti moins ouvrier que dans l’entre-deux-guerres, mais toujours fermé aux « possédants », ancré dans une position intermédiaire. Socialement éclaté, tout en restant très proche des catégories modestes, comme celle des petits fonctionnaires, il récupérait une partie de la clientèle radicale, sans rompre totalement avec ses origines1. Cette évolution sociologique de sa base rendait le travail de légitimation du parti d’autant plus difficile, et pouvait avoir des répercussions sur le choix de ses élus. Les pa...

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540