Version classiqueVersion mobile

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Deuxième partie. De l'apprenti militant à l'homme politique

Chapitre V. Mobilisation sociopolitique et réseaux

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti. Le cas de la SFIO sous Guy Mollet  (...)

1La SFIO avait mal digéré la scission de 1920, et à la Libération, elle se définissait toujours comme le parti de la classe ouvrière, en concurrence avec le parti communiste. Mais il lui était difficile de prétendre au même label ouvrier que son frère ennemi. Le succès électoral escompté dans les bastions populaires faisait défaut, alors que les positions socialistes se renforçaient dans des régions agricoles socialement mal définies. L’étude des enquêtes de 1951 et 1954 révèle un parti moins ouvrier que dans l’entre-deux-guerres, mais toujours fermé aux « possédants », ancré dans une position intermédiaire. Socialement éclaté, tout en restant très proche des catégories modestes, comme celle des petits fonctionnaires, il récupérait une partie de la clientèle radicale, sans rompre totalement avec ses origines1. Cette évolution sociologique de sa base rendait le travail de légitimation du parti d’autant plus difficile, et pouvait avoir des répercussions sur le choix de ses élus. Les parlementaires de la IVe République étaient-ils des représentants de la classe ouvrière ? Et le cas échéant, pouvaient-ils valoriser leur appartenance à des milieux professionnels bien implantés dans l’espace public ? Leurs ressources personnelles se nourrissaient également de la complémentarité de leurs engagements au sein de syndicats ou d’associations, intimement liés à l’histoire du mouvement ouvrier et de son ralliement à la République. Leur insertion dans des réseaux qui cernaient le milieu partisan socialiste avant la guerre contribua, en effet, à renforcer leur crédit dans la compétition électorale et leur permit de mieux affronter la concurrence à l’intérieur même de leur parti. Mais il faut voir s’ils purent maintenir ces liens syndicalistes et associatifs une fois entrés au Parlement, et s’ils les firent évoluer.

Des représentants de la classe ouvrière ?

2Après la Libération, certains responsables se plaignirent d’un recrutement trop frileux. Mais la prudence s’imposait, comme le rappela Daniel Mayer aux secrétaires fédéraux dès mai 1945 :

  • 2 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, Archives de l’OURS, p. 40 et 165.

« Si nous prenons la place du parti radical, cela va nous amener un certain nombre d’hommes dont la venue dans notre parti ne serait pas sans inconvénient. […] En la circonstance, nous serions menacés de devenir un grand parti de fonctionnaires, de professeurs, d’avocats, de médecins et de paysans, des classes moyennes. Nous voulons bien les accepter mais avec une certaine circonspection, et à la condition expresse de demeurer avant tout le grand parti de la classe ouvrière2. »

  • 3 Gilles Le Béguec, « De l’avant-guerre à l’après-guerre : le personnel parlementaire français, cont (...)

3La définition de cette dernière comme groupe de référence pouvait d’ailleurs prêter à confusion, dans la mesure où les conditions socioéconomiques de la France avaient évolué depuis le tournant du siècle. Pour réduire l’écart avec son modèle, le parti devait déployer d’importants efforts de construction identitaire, dont le recrutement de candidats au Parlement issus des catégories socioprofessionnelles souhaitées. Mais pouvait-il inverser une tendance amorcée avec la rupture « prémonitoire » de 19363 ?

Des réflexes ouvriéristes

  • 4 D’après Mattei Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de soci (...)

4Le débat sur la représentation ouvrière fut posé dès 1864 par le Manifeste des soixante pour soutenir « la candidature ouvrière » de Tolain. Par la suite, tout poste électif, a fortiori au Parlement, devint suspect aux yeux du monde ouvrier de n’être qu’une sinécure, une source de prébendes pour les opportunistes de toute sorte. Le travail de légitimation de la SFIO passait donc a priori par la représentativité sociale de ses élus. Mais la fiction d’élus « ouvriers et fils d’ouvriers », avait déjà été battue en brèche sous la IIIe République, puisque même issus des classes populaires, les parlementaires socialistes avaient déjà connu une certaine promotion sociale par l’École. Ainsi, alors que les ouvriers représentaient 48,4 % des députés communistes de 1898 à 1940, ils ne pesaient déjà plus que 14,8 % chez les socialistes4. Comment se traduisit l’attachement nostalgique de l’appareil à l’image d’un parti ouvrier dans ses relations avec ses parlementaires ?

  • 5 Conférence des secrétaires fédéraux des 27 et 28 octobre 1945, Archives de l’OURS, p. 11.
  • 6 Conseil national des 3 et 4 décembre 1946, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 56.

5Dès novembre 1944, il fut décidé que les parlementaires au sein du comité directeur n’excéderaient pas 50 %. Or en octobre 1945, la plupart furent élus à l’Assemblée nationale constituante. Devaient-ils céder leur place au comité directeur ? En outre, de nombreux secrétaires fédéraux étaient désormais membres de l’Assemblée. En octobre 1945, Daniel Mayer obtint que l’on ajourne cette mesure jusqu’au prochain congrès5. Mais les statuts de 1946 limitèrent à dix le nombre des parlementaires au comité directeur qui comptait trente et un membres. En décembre 1946, Vincent Auriol se plaignait encore : « Je suis quelquefois quelque peu blessé de cette marque de défiance permanente à l’égard des élus et même des délégués qui, pourtant, représentent les camarades6. » L’ère du soupçon n’était pas close.

  • 7 37e Congrès national des 11 au 15 août 1945, Paris, Projet de déclaration de principes et de statu (...)
  • 8 Jérôme Jaffré, « Guy Mollet et la conquête de la SFIO en 1946 », dans Bernard Ménager et alii, Guy (...)
  • 9 La pensée socialiste, 1er février 1946.

6Plus lourd de conséquences fut le refus, au congrès d’août 1946, de la rénovation idéologique, tentée par Léon Blum qui, en substituant l’intérêt général à l’intérêt de classe, jetait les bases d’un parti travailliste. Dans la lignée d’À l’échelle humaine, Blum rédigea un projet de déclaration de principes et de statuts, qu’il présenta au congrès d’août 1945. Tout en réaffirmant la fidélité du parti aux principes essentiels du marxisme, il abandonnait toute référence à « dictature du prolétariat » et au « prolétariat » lui-même, pour lui préférer « les travailleurs ». De sorte qu’il remplaçait « la lutte des classes » par « l’action de classe », et qu’il définissait la SFIO non plus comme « un parti de classe » mais comme « un parti essentiellement démocratique7 ». On sait comment le rapport moral de Daniel Mayer fut sanctionné, ouvrant la voie à Guy Mollet à la tête d’une opposition de gauche8. Quelques mois auparavant, celui-ci avait écrit : « L’existence de divergences même profondes entre deux partis de la classe ouvrière ne saurait justifier la révision des postulats fondamentaux du socialisme9. » C’est pourquoi la direction battue lui opposa, en vain, Augustin Laurent lors de l’élection du secrétaire général le 4 septembre 1946. Le leader de la fédération du Nord, mineur devenu secrétaire de mairie en 1920, fut présenté comme un ancien ouvrier manuel qui pouvait redonner au parti la teinte ouvrière qui semblait lui manquer.

  • 10 Frédéric Sawicki, Les réseaux du Parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Belin, 1997.
  • 11 Note du 30 septembre 1950, dossier Archidice, AN, F7/2414. Jean Rougier fut appelé à le remplacer.
  • 12 Rapport des RG du 19 juillet 1949. Dossier Hauriou, AN, F7/4501.

7L’ouvriérisme put même parfois faire oublier les impératifs d’épuration et de rénovation. Ainsi dans le Pas-de-Calais, le député Paul Sion, absent le 10 juillet 1940, était ensuite resté à l’écart de la Résistance. Mais cet ancien galibot, descendu dans la mine à 13 ans, avait été vice-président du Syndicat des mineurs et combinait donc légitimités prolétarienne et syndicale. Il fut régulièrement investi pour les législatives. De même, Bernard Chochoy, ancien secrétaire général des JS, paul-fauriste, ne tarda pas à refaire surface. Cet instituteur fils d’ouvriers agricoles sut jouer de ses origines et de son soutien aux revendications ouvrières pour s’implanter durablement à Lumbres, dont il fut le maire pendant près de cinquante ans, et au conseil général de 1954 à 197610. À l’inverse, certains connurent des difficultés parce que les militants les estimaient trop décalés. En novembre 1946, le député et avocat Jacques Meyniel fut écarté de la liste du Cantal parce qu’il était jugé « trop modéré et d’esprit trop bourgeois ». L’investiture de Jean Rougier pour les sénatoriales de novembre 1948, puis les législatives partielles de 1950, provoqua également des réticences. Médecin du maquis, membre du CDL clandestin du Lot, président du conseil général depuis 1945, il représentait également « la grande bourgeoisie » aux yeux des militants d’après les RG : « Riche, possédant une chasse en Sologne, son épouse a encore acheté une Simca 8 de sport luxueuse11. » De même, l’universitaire André Hauriou, récemment entré au parti, se vit reprocher ses origines bourgeoises – son père avait été doyen de la Faculté de Droit à Toulouse – et son mariage avec une riche divorcée12. En 1952, « l’affaire Malécot » fut donc l’occasion pour le comité directeur de réaffirmer sa volonté d’une plus grande représentativité populaire chez les parlementaires. Malécot, élu sénateur de la Loire en 1948, démissionna du parti parce qu’il refusait de voter contre l’investiture d’Antoine Pinay, député de son département. La direction proposa alors, pour remédier aux « démissions intempestives de certains élus », d’amplifier leur recrutement dans la classe ouvrière pour éviter « l’embourgeoisement » des responsables. Mais ces réflexes ouvriéristes ne dépassèrent guère le stade des intentions, balayés le plus souvent par un pragmatisme électoral de circonstance tout au long de la période.

Un groupe parlementaire décalé

  • 13 Daniel Gaxie, « Les logiques du recrutement politique », Revue française de science politique, XXX (...)

8Pour comparer la composition sociale des parlementaires socialistes avant et après la guerre, il est préférable de s’en tenir aux députés, puisque le groupe de sénateurs était presque inexistant sous la IIIe République. De plus, la définition des catégories socioprofessionnelles variant avec le temps et les études disponibles, il est préférable de limiter l’analyse à sept groupes clairement identifiables et signifiants pour le personnel socialiste. En revanche, il est intéressant d’affiner les catégories et de tenir compte des conseillers de la République pour étudier la composition sociale des parlementaires sous la ive République, de la comparer aux deux concurrents de la SFIO, le PCF et le MRP, et de voir si elle évolue après 1958. Ce travail est, en effet, rendu possible grâce aux travaux de Daniel Gaxie13.

Tableau 6. – La composition sociale des députés de 1936 et de la IVe République (en %).

Tableau 6. – La composition sociale des députés de 1936 et de la IVe République (en %).
  • 14 D’après Alfred Walh, « Les députés SFIO de 1924 à 1940 : essai de sociologie », Le Mouvement socia (...)

9Note 1414

  • 15 D’après Mattei Dogan, art. cit., p. 472.

10Note 1515

  • 16 D’après Jacques Lagroye, Sociologie politique, Presses de la FNSP, Dalloz, 1991, p. 416.

11Note 1616

  • 17 D’après Élections et référendums, 13 octobre, 10 et 24 novembre, et 8 décembre 1946, Le Monde, 194 (...)

12Si l’on compare le groupe de députés SFIO de la IVe République à celui du Front populaire, la part des ouvriers continue de baisser : encore à 25 % en 1924, elle passe à 10,6 % en 1936, pour atteindre un niveau d’étiage de 2 % sous le nouveau régime, alors qu’elle augmente pour l’ensemble des députés. Ce contraste s’explique par la présence de nombreux communistes à l’Assemblée nationale élue en 1946, les ouvriers représentant 26,5 % du groupe communiste. On remarque en outre une faible réussite des ouvriers, qui représentaient pourtant près de 8 % des candidats SFIO en novembre 194617. Le scrutin de listes permettait, en effet, de faire les figurer, mais ils étaient souvent placés en position non éligible, à l’image des femmes. Or cette érosion de la représentation ouvrière toucha justement les départements industriels. Alors qu’en 1936, le Pas-de-Calais envoyait trois mineurs sur ses six députés, Cadot, Maes et Sion, ce dernier, âgé de 59 ans en 1945, demeura le seul représentant de cette catégorie hautement symbolique. En octobre 1945, outre Paul Sion, ce bastion ouvrier élisait deux enseignants, Henri Henneguelle et Guy Mollet, un directeur commercial, Just Évrard, et un entrepreneur en menuiserie, Abel Poulain. Les sénateurs ne changeaient rien à cette répartition. Les ouvriers étaient d’autant plus sous-représentés qu’ils constituaient encore 33,6 % des adhérents en 1954, à l’image de leur poids dans la population active (33,8 %). À l’autre extrémité, les industriels et entrepreneurs étaient toujours aussi peu présents. Dans cet entre-deux, le parti déplaça par capillarité la représentativité de ses parlementaires vers le haut de la hiérarchie sociale.

  • 18 Rapports des RG, dossier Assaillit, AN, F7/2839.
  • 19 Dossier Tanguy-Prigent, AN, F7/4386, et Yves Bougeard, Tanguy-Prigent ministre, PUR, 2002.
  • 20 Gilles Le Béguec, art. cit., p. 9.

13Les agriculteurs connurent également une érosion puisqu’ils passèrent de 10 % en 1936 à 5 % du groupe socialiste à l’Assemblée nationale sous la IVe République, alors qu’ils constituaient encore 20,8 % de la population active et 11,8 % du groupe communiste. En revanche, ce taux était égal à celui du MRP. On retrouve Jean Bouhey, viticulteur bourguignon, et François Tanguy-Prigent, petit paysan breton, déjà députés de la IIIe République. Mais cette baisse à l’Assemblée était presque compensée par les sénateurs qui comptaient 13 % d’agriculteurs. De sorte que la distorsion avec les adhérents était beaucoup moins grande que pour les ouvriers : 8 % de militants en 1954 contre 7 % pour l’ensemble des parlementaires. Rappelons que cette catégorie est équivoque puisqu’elle recense aussi bien un petit cultivateur comme Anselme Florand dans la Creuse, qu’un grand propriétaire viticole, comme Abel Sempé, patron des Armagnac Sempé. Les « agriculteurs » socialistes, qu’ils fussent cultivateurs, éleveurs ou viticulteurs, étaient de petits ou de moyens exploitants et, très rarement, de grands propriétaires fonciers. Mais ils avaient souvent une influence considérable dans le monde rural par le biais des Chambres d’agriculture. Par exemple, Henry Assaillit, cultivateur, présida celle de l’Ariège et la Mutualité agricole dans les années cinquante, où il entreprit de lutter contre l’emprise communiste18 ; et Georges Brégégère acquit une audience exceptionnelle, en Dordogne, en y présidant la Fédération des syndicats d’exploitants, l’Office des céréales, la Mutualité agricole et l’Union de la noix française de Dordogne. Mais le plus emblématique de ce poids du monde agricole fut Tanguy-Prigent, ministre de l’Agriculture du général de Gaulle en 1945, puis de tous les gouvernements jusqu’en octobre 1947. Député, il anima la commission agricole et organisa des congrès agricoles régionaux avec les membres de sa commission19. Gilles Le Béguec notait déjà l’arrivée au Palais-Bourbon, en 1936, de cette nouvelle génération de chefs d’exploitation agricole, qui tiraient essentiellement leur influence de leurs compétences personnelles acquises sur le terrain20. Sous la IVe République, ils surent exploiter et valoriser au mieux leur expérience, s’insérer dans les organisations structurant le monde agricole et prendre en charge ses intérêts.

14Les enseignants ne sont pas toujours repérables dans les études sociologiques car ils sont comptabilisés avec les fonctionnaires, parfois avec les professions intellectuelles, et les instituteurs sont confondus avec les professeurs. En 1936, leur part augmentait sensiblement puisqu’ils représentaient 23,9 % des députés SFIO, soit le double des enseignants de la Chambre, contre seulement 12 % en 1924. Leur hausse se poursuit puisqu’ils passent à 33 %, alors que celle de l’ensemble des députés est moins importante, de 12,2 % à 14,8 %. Les enseignants, qui ne constituaient que 1,5 % de la population active étaient, certes, très sur-représentés. Mais le poids des socialistes était très supérieur à celui des enseignants du MRP avec 10,2 %, et du PCF avec 16,7 %. S’ils étaient un peu moins nombreux chez les sénateurs socialistes avec 29 %, la différence n’était pas très sensible. On remarque qu’il y avait déjà plus de professeurs (12,6 %) que d’instituteurs (11,3 %) en 1936, et que l’écart s’accentua avec 20 % pour les premiers contre 13 % pour les seconds. De sorte que la SFIO se situait entre le MRP, où les professeurs dominaient largement et le PCF, où le rapport était inversé pour les instituteurs. La promotion par l’École joua pleinement pour ces militants souvent issus de milieux modestes et boursiers, alors même que le parti ne disposait pas d’écoles de cadres comme le parti communiste.

  • 21 Cité par Jacques Girault, « La SFIO et le monde enseignant », dans Serge Berstein et alii, Le part (...)
  • 22 Daniel Gaxie, art. cit.
  • 23 Jacques Girault, op. cit., p. 293-306.

15Or cette représentation n’était guère revendiquée par le parti. Ainsi, les enquêtes de 1952 et de 1954 ne permettent pas de repérer les enseignants, encore moins de distinguer le primaire du secondaire, regroupés avec les « cadres du secteur public ». Toutefois, au Conseil national de 1948, Pierre Métayer estimait que les instituteurs animaient 2 500 des 4 000 sections d’avant la guerre, et assurait que la proportion n’avait pas changé21. Le secrétaire général lui-même, Guy Mollet, n’était-il pas professeur ? Si, lorsque Albert Thibaudet écrivait sa République des professeurs, ceux-ci étaient plutôt radicaux, ils étaient manifestement socialistes sous la ive République. Le poids grandissant des enseignants est le trait majeur de la physionomie du groupe sous la IVe République et s’inscrit dans une longue durée puisqu’en 1978, le taux atteignait 42,2 %22. Cela se répercuta nécessairement sur ses relations avec le MRP, avec le choix prioritaire d’un combat laïc, comme l’a montré Jacques Girault23. Au congrès d’août 1946, Guy Mollet plaça la laïcité au centre de sa politique de redressement en faisant appel au concours actif du corps enseignant et à son action quotidienne au service de la jeunesse et des institutions d’éducation populaire. De fait, nous verrons que les parlementaires enseignants étaient particulièrement bien insérés dans les réseaux laïcs et qu’ils surent les mobiliser.

16Les journalistes semblent en augmentation puisqu’ils passèrent de 6,6 % députés en 1936 à 8 % après la guerre, soit plus que la moyenne de l’Assemblée avec 5,7 %. Cela s’explique par le développement de la presse politique et l’augmentation du nombre de permanents cachés derrière cette étiquette. De nombreux parlementaires étaient directeurs politiques, présidents de conseil d’administration, rédacteurs en chef, éditorialistes ou membres de comités de rédaction de journaux. Peu étaient venus à la politique par la presse, car la plupart étaient des hommes politiques pour qui le journalisme était un moyen d’action parmi d’autres. Mais ils se déclaraient néanmoins comme « publicistes » avant guerre et « journalistes » après 1945. On repère ce type de parcours chez des parlementaires de la IIIe République, comme Salomon Grumbach, qui avant 1914 fut le correspondant du Vorwaëtz puis de L’Humanité, ou Pierre Delcourt, fils d’un rédacteur du Franc parleur de Valenciennes, qui devint très jeune le correspondant du Réveil du Nord et de L’Impartial du Nord. On retrouve ce modèle conjuguant l’engagement partisan et la plume chez la plupart des nouveaux élus. Daniel Mayer devint rédacteur du Populaire alors qu’il était délégué à la propagande, et devint le rédacteur en chef du Populaire clandestin. Max Boyer collabora à La République sociale de l’Ouest, et à la Libération fonda Le Maine libre, socialiste, puis Le Réveil du Maine. Le cas de Jean-Daniel Jurgensen est particulier, puisqu’il s’agit d’un normalien que sa participation au mouvement Défense de la France transforma temporairement en véritable journaliste. À partir de l’automne 1942, il collabora régulièrement aux Cahiers de Défense de la France et, à la Libération, se consacra à France-Soir, puis à France et Monde. Lorsqu’il abandonna la scène politique en 1947, il quitta également le journalisme pour une carrière au Quai d’Orsay.

17Il y eut également quelques authentiques journalistes. Robert Salmon, condisciple de Jurgensen à l’Ulm, et également membre de Défense de la France, anima sa presse clandestine et dirigea France-Soir à partir de 1945. Il fut l’un des fondateurs de l’Institut français de presse et secrétaire général de la Fédération de la presse. Gilberte Brossolette travailla à la BBC pendant la guerre puis, après avoir quitté le Parlement en 1958, anima des émissions de radio jusqu’à ce qu’elle soit congédiée en juin 1968. Arthur Conte, rédacteur en chef de L’Indépendant de Perpignan, et écrivain, vécut toujours de sa plume. Il fut nommé président directeur général de l’ORTF en 1972. Géraud Jouve, correspondant de l’agence Havas avant la guerre, fonda en 1944 l’agence France Presse à Alger, puis la dirigea après la Libération. Tous ces parlementaires disposaient ainsi, avec plus ou moins de réussite financière, de précieux outils de propagande.

18La part des professions libérales chez les députés socialistes connut une légère progression en passant de 20,6 % en 1936 à 22 % après la guerre, alors même qu’elle baissa sensiblement pour l’ensemble de la chambre de 26,8 % à 18,5 %. Traditionnellement très sur-représentées, les professions libérales ne pesaient que pour 0,6 % dans la population active de l’époque. Mais cette hausse chez les socialistes fut de moyenne durée puisque, après un apogée en 1958 avec 29,5 %, s’amorça un reflux progressif avec 12,7 % en 1978. La comparaison avec le PCF est sans surprise puisque celui-ci n’affichait qu’un taux de 2 % sous la IVe République. En revanche, celui des socialistes était comparable, bien que supérieur, à celui du MRP avec 18,5 %. Le Conseil de la République, où a priori l’on aurait pu s’attendre à trouver plus de notables, comptait moins de professions libérales que l’Assemblée avec 17 %, mais il comprenait plus de cadres.

  • 24 Gilles Le Béguec, art. cit., p. 9.

19Dans cette catégorie, les avocats, qui représentaient 14,6 % des députés du groupe de 1936, n’étaient plus que 11,2 % après la guerre, mais demeuraient plus nombreux que les médecins et assimilés avec 6,6 %, comme en 1936. Cette régression des professions juridiques avait été amorcée chez les socialistes en 1936, dans un contexte général de déclin24. En revanche, il ne s’agissait pas d’une redistribution vers d’autres professions juridiques, moins illustres, puisqu’on ne repère qu’un notaire, Jean Silvandre à Dakar. Nous avons déjà dit comment les compétences propres à cette profession favorisèrent une promotion politique par « osmose » entre le barreau et le Parlement, et cette tendance se faisait encore sentir sous la ive République. On retrouve donc quelques figures du Parlement d’avant-guerre telles que Vincent Auriol, Félix Gouin, ou André Le Troquer – dont le prestige avait été renforcé par sa défense de Léon Blum à Riom – auxquels s’ajoutèrent, pour ne citer que les plus connus, Gaston Defferre, Édouard Depreux et Lamine-Gueye. Dans cette nouvelle génération, certains occupèrent d’importantes responsabilités, soit dans la magistrature, soit au Conseil de l’ordre des avocats. Jacques Arrès-Lapoque devint procureur général du Sénégal en 1952 ; Gaston Chazette fut nommé au Conseil supérieur de la magistrature ; Jean Minjoz devint magistrat en 1959 ; et Henri Briffod, Gaston Charlet, Max Juvénal, et Jacques Meyniel furent élus bâtonniers de leurs barreaux respectifs.

  • 25 Note du préfet, s. d., sans doute en 1941, AN, A.L.5291, Lot.

20Pour les professions médicales, on retrouve René Arbeltier, médecin chef et chercheur à l’hôpital de Coulommiers, et Amédée Guy, célèbre cancérologue, déjà députés avant la guerre. Parmi les nouveaux élus, se distingue Pierre Segelle, médecin chef à l’hôpital d’Orléans, ministre de la Santé publique dans l’éphémère gouvernement Blum en 1946, et surtout du Travail et de la Sécurité sociale en 1949 et 1950. Plusieurs médecins de province ou d’outre-mer étaient de véritables notables de par l’exercice de leur profession et le jeu des services rendus. Citons Jean-Louis Fournier à Saint-Sever, Georges Juskiewenski à Figeac, Fernand Mazuez à Montceau-les-Mines, Jean Rougier à Cahors, et en Guadeloupe, Pierre Monnerville à Morne-à-l’Eau, en Martinique, Emmanuel Véry à Sainte-Marie et en Guinée, Albert Liurette. Ces praticiens bénéficiaient d’une clientèle au double sens du terme, comme l’attestent les rapports des préfets au moment de leurs campagnes électorales. À propos de Jean Rougier qu’il soupçonnait pourtant de sympathies gaullistes, le préfet du Lot sous Vichy déclarait déjà : « Il me paraît être une personnalité qu’il est intéressant de rallier définitivement à la politique actuelle pour utiliser son influence qui peut s’étendre à tous les milieux25. »

  • 26 Daniel Gaxie, art. cit.
  • 27 Bernard Pudal, Prendre Parti, Presses de la FNSP, 1989, p. 46.
  • 28 Pierre Bourdieu, La distinction, Éditions de Minuit, 1979.

21Le groupe parlementaire socialiste ne semble alors plus représentatif, au sens strict du terme, de la classe ouvrière (cf. annexe 5). Sa composition sociale sous la IVe République consolidait, en effet, les positions récemment acquises en 1936. Confirme-t-elle la thèse, maintenant classique, de la radicalisation du parti, c’est-à-dire sa transformation en partie interclassiste, s’appuyant sur les classes moyennes à l’image du parti radical ? Si l’on examine la synthèse de Daniel Gaxie et ses catégories26, sous la IVe République, les députés communistes étaient issus à 40,2 % des « classes populaires », contre 9,7 % pour les démocrates-chrétiens et 5,4 % seulement pour les socialistes – rappelons, tout de même, que les communistes faisaient très souvent figurer leur première profession27. Dans la mesure où la SFIO s’obstinait à se définir comme « un grand parti ouvrier », on comprend mieux l’acuité des enjeux en termes d’image lors des campagnes électorales. Or les députés socialistes étaient originaires à 32 % des « classes moyennes », contre 30 % pour les communistes, et 18,5 % pour les démocrates-chrétiens. L’écart avec le frère ennemi devient très léger, et se creusa avec le MRP ; en ce sens, il est possible de parler de radicalisation du groupe. Enfin, les députés socialistes étaient issus à 56,9 % des « classes supérieures », légèrement en deçà des 57,5 % des démocrates-chrétiens, très loin devant les députés communistes avec seulement 13,3 %. Mais les parlementaires socialistes se caractérisaient alors par la détention de capitaux culturels, en particulier des diplômes scolaires, et corrélativement par l’absence de capitaux économiques, à l’image de ses 17 % de professeurs28. C’étaient les professions intellectuelles (hauts fonctionnaires, avocats et juristes, enseignants, médecins et journalistes) qui étaient en fait sur-représentées, lesquelles offraient des bénéfices symboliques, telles que la notoriété, la reconnaissance de son excellence par ses pairs, et l’accès à des responsabilités dans des organismes propres à sa profession (Conseil de l’ordre, etc.), autant de ressources personnelles que le candidat pouvait exploiter. Il faut donc largement nuancer le terme de « classes supérieures » de Daniel Gaxie.

22Néanmoins, la composition sociale du groupe parlementaire apparaît décalée par rapport à celle du parti telle que nous l’avons définie plus haut : un parti de classes moyennes encore rattaché aux couches modestes de la population. Il faut se reporter aux milieux de leurs ascendants pour retrouver ce profil. Il demeurait donc impossible de respecter le principe selon lequel « l’émancipation des travailleurs serait l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ». Les parlementaires devaient tirer le meilleur parti de leur promotion sociale, de leur expérience professionnelle, et de leur position de notables, pour compenser la distance qui les séparait de la base des militants.

Le parlementaire en campagne

23Comment soulignaient-ils dans leurs professions de foi (cf. annexe 6) leur capacité à défendre et à représenter les intérêts de groupes réputés dépourvus de « capacité politique » ? Valorisaient-ils leurs origines familiales, qui sous-entendaient une connaissance personnelle des problèmes, ou bien leur expérience et compétences professionnelles ?

  • 29 Note des RG d’octobre 1949, dossier Dassaud, AN, F7/4202.

24Non seulement très peu de candidats s’affichèrent comme des représentants génériques de « la classe ouvrière », mais cette démarche ne fut pas poursuivie au-delà des sénatoriales de 1948. « Travailleurs, Travailleuses, Paul Sion est des vôtres ! », pouvait déclarer le texte du Pas-de-Calais, en octobre 1945, à propos de ce mineur de fond à la retraite, responsable syndical depuis 1922. Quant à Raoul Laurent (Haute-Marne), cheminot, il se présentait avec ses deux colistiers comme « trois modestes travailleurs, issus de modestes, mais honorables familles, trois authentiques Haut-Marnais ayant toujours manifesté leur attachement à leur département d’origine, trois fils du peuple, vivant avec lui, connaissant ses souffrances, tous qualifiés par leur éducation, leur degré d’instruction, pour mener à bien les tâches de la Constituante ». Mais les militants jouaient sur les mots lorsqu’ils désignaient Jean Courtois (Jura), ancien instituteur, comme un « militant ouvrier » parce qu’il était secrétaire général de l’Union départementale CGT. De même, en juin 1946, Francis Dassaud était présenté comme « l’un de ces ouvriers qui, par leur valeur personnelle, par leur sens du devoir, par la dignité de leur vie, sont l’honneur de leur classe ». Or ce mécanicien qualifié, grand mutilé de guerre, avait obtenu un poste de receveur buraliste dès 193629. En 1948, la notice de Jean Lamarque (Var) fut la dernière de ce genre avec un « ouvrier, fils de ses œuvres », résumant habilement le parcours de cet ancien ouvrier à l’arsenal de Toulon, reconverti dans le journalisme depuis 1940.

  • 30 Cf. chap. IV, p. 118-127.

25En revanche, ils convoquèrent plus facilement leurs ascendants qui, de fait, étaient majoritairement issus des classes populaires, à défaut du monde ouvrier30. On note néanmoins une baisse constante de cette pratique de 1945, avec 18,4 % des candidats, à 1956 avec seulement 2,3 %. En outre, plus du quart citaient alors leurs origines paysannes, loin devant leurs ancêtres ouvriers. L’héritage « paysan » ou « ouvrier » permettait de souligner l’ascension sociale et donc le mérite du candidat, tel Roger Faraud (Charente-Inférieure) qui écrivit en 1945 : « Issu d’une famille de petits cultivateurs, c’est en aidant les siens qu’il prépare seul le concours d’entrée à l’École normale, où il est reçu brillamment. » Ici, la méritocratie était assumée et transformée en atout. L’ascendance paysanne permettait aussi de rendre une promotion acceptable par les électeurs, comme Jacques Meyniel, dans le Cantal, qui « de vieille souche paysanne » était devenu avocat et bâtonnier (juin 1946). En novembre 1946, Georges Lamousse (Haute-Vienne), ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, inspecteur pédagogique du Primaire, réalisait une jolie synthèse en écrivant : « Fils d’un ouvrier et d’une paysanne de la Haute-Vienne, il est le descendant d’une longue lignée de travailleurs limousins. » Lorsque le candidat était lui-même agriculteur, il n’était pas inutile d’insister sur la profondeur de cet enracinement : dans les Landes, André Darmanthé se proclamait fièrement « fils de résiniers » (1945) ; et dans l’Orne, Raymond Le Terrier rappelait qu’il était « marié à une fille de cultivateurs habitant La Gonfrière » (novembre 1946).

26Concurrencés par les communistes, les candidats socialistes diluaient « la classe ouvrière » dans une communauté aux contours mal définis, désignée sous des noms divers : « les classes laborieuses », « les masses laborieuses », « les travailleurs »… Ainsi, le texte des Basses-Pyrénées de juin 1946 déclarait, à propos de Gaston Chaze, receveur de l’enregistrement : « Tous les travailleurs des champs, des usines, des magasins, de la fonction publique, trouveront en lui un défenseur ardent et talentueux. » Certes l’expression « action de classe », que Léon Blum avait souhaité introduire en vain au congrès d’août 1946, n’apparaissait pas, mais celle de « lutte des classes » non plus. Les socialistes, bien que toujours marxistes, se voulaient en effet les représentants de l’intérêt général et non d’une classe spécifique. La liste menée par Jules Moch dans l’Hérault afficha clairement cet objectif dès octobre 1945 :

« [Elle] unit harmonieusement des intellectuels de classe, des manuels de la ville et de la campagne qui se sont formés eux-mêmes à force de travail. Les principales professions ont leurs représentants, et toutes les régions sont représentées. »

27Cette mutation n’était pas exempte de quelques dérives peu orthodoxes, particulièrement aux sénatoriales. Par exemple, en novembre 1946, le cultivateur Marcel Pouyet (Allier) se disait « le représentant qualifié des métayers, des fermiers, et des petits exploitants bourbonnais », et de personne d’autre ; en 1955, Alfred Paget (Isère) se déclarait « le représentant des professions libérales et du petit commerce dont il connaît parfaitement les besoins et les revendications ». Il prêtait là le flanc aux critiques de tous ceux qui accusaient la SFIO de suivre les traces des radicaux.

28La disparition progressive de leurs responsabilités partisanes dans leurs notices était une évolution encore plus importante. Les attributs du militant, présents dans 44,6 % des professions de foi en 1945, passèrent à moins de 12 % en 1956. La faible occurrence de leurs fonctions syndicales, qui régressa jusqu’à 3 % en 1956, était bien le reflet de leur désengagement dans ce domaine. Mais ils demeuraient des militants, voire des membres de l’appareil, et c’était donc volontairement qu’ils se montraient discrets sur ce point. Dans l’ensemble, ils préféraient mettre en avant leur aptitude à défendre tous ceux qui étaient dépourvus de capacité politique. C’est pourquoi jusqu’en novembre 1946, la plupart mentionnaient leur activité professionnelle, synonyme de compétence et d’expertise. Le candidat pouvait ainsi arguer d’un renom professionnel, comme Paul Jouve dans les Basses-Alpes en novembre 1946 : « Chirurgien à Digne, où il s’est fixé depuis une vingtaine d’années, sa haute conscience professionnelle, son prestige, ont largement dépassé le cadre du département. » Le bâtonnier Gaston Charlet (Haute-Vienne), qui fut l’avocat des victimes d’Oradour, joua ainsi systématiquement de sa réputation, parfois avec lyrisme, comme en novembre 1946 : « Il est dans toute la région, et bien au-delà, universellement réputé pour son affabilité et sa grande science juridique. » Une fois établis dans leurs rôles d’élus locaux ou nationaux, il leur devint moins nécessaire d’afficher leur profession, et un quart d’entre eux seulement poursuivirent cette pratique jusqu’en 1956. Plusieurs se contentèrent notamment d’un « député sortant », assorti de leurs mandats locaux, à partir de 1951.

29Les candidats se présentaient, en effet, avant tout comme des élus locaux. Cette pratique était presque systématique lorsqu’ils briguaient un siège de conseiller de la République, puisqu’ils devaient être élus par leurs pairs. Elle traduisait aussi une implantation locale croissante. Elle répondait, enfin, à cette volonté de servir le bien public que le parti affirmait, à l’échelle nationale, en assumant les responsabilités du pouvoir. Représentants d’un parti de gouvernement, les socialistes s’affichaient comme de bons administrateurs, quelle que fût la nature des élections. Aux législatives de 1951, on pouvait lire à propos de Robert Gourdon (Gard) : « Maire de la commune de Vauvert, il a témoigné par ses magnifiques réalisations, des plus belles qualités administratives », et de Charles Lamarque-Cando, conseiller général des Landes : « Sa gestion à la fois novatrice et économique n’a pu être critiquée. » Le mot « gestion » était ainsi lâché, oublieux des polémiques suscitées par le socialisme réformiste, lointain écho du possibilisme municipal de Paul Brousse au début du xixe siècle. Les qualités de l’élu de « proximité » avant la lettre étaient donc particulièrement vantées :

« Depuis plus de vingt-cinq ans, il est Drômois et a parcouru en tous sens notre beau département dont il connaît bien les caractères, les besoins et les populations. […] Il garde un contact étroit avec ses électeurs, qu’il visite sans cesse, recevant leurs doléances, écoutant leurs suggestions, s’inquiétant de leurs besoins »,

30déclarait la profession de foi de Marcel Cartier en 1956. Leur rôle local pouvait être complété par leur rayonnement associatif, qui se maintenait à 16 % en 1956.

31De 1945 à 1956, les candidats adoptèrent ainsi différentes postures, qui évoluèrent au fur et à mesure que le temps s’écoulait. À la Libération, en dépit d’une certaine discrétion, ils se présentaient d’abord comme des résistants, mais, portés par les élections d’avril et septembre 1945, ils commençaient à s’afficher comme des élus municipaux et cantonaux. Cette tendance ne fit que s’accentuer tout au long de la IVe République, et lors des dernières élections de 1956, le candidat socialiste projetait avant tout son identité d’élu local et de gestionnaire.

Les syndicats : un désengagement inégal

  • 31 Michel Dreyfus, « Les raisons de la défaite des confédérés dans la CGT à la Libération », dans Ser (...)

32Jusqu’à la Grande Guerre, les relations de la SFIO avec la CGT étaient empreintes d’une méfiance réciproque, l’une veillant jalousement à affirmer ses prérogatives, alors que l’autre défendait son indépendance énoncée dans la Charte d’Amiens de 1906. Les guesdistes, favorables au modèle social-démocrate allemand, voulaient subordonner le syndicat au parti, tandis que Jaurès essayait de penser autrement ces rapports. Mais la guerre conduisit la CGT à plus de pragmatisme, et la scission de décembre 1920 amena la SFIO à s’opposer au principe du syndicat « courroie de transmission » du PCF. De sorte que dans l’entre-deux-guerres, il y eut une véritable proximité, tant idéologique qu’humaine, entre les deux organisations31. Les syndicats avaient pu suppléer les écoles de formation que le parti ne possédait pas, et l’obligation d’appartenir à une organisation syndicale était depuis longtemps inscrite dans les statuts du parti. En dépit d’une épuration syndicale assez comparable à celle de la SFIO, ou grâce à elle, cette parenté de l’entre-deux-guerres trouva-t-elle sa traduction dans le recrutement des parlementaires socialistes ? Et ces syndicalistes parlementaires devenaient-ils tous des parlementaires syndicalistes une fois installés dans les palais de la République ?

L’avènement de syndicalistes au Parlement

  • 32 Mattei Dogan, « Les professions propices à la carrière politique. Osmoses, filières et viviers », (...)

33« Le syndicalisme est un chemin qui va de bas en haut, par étapes successives, parfois lentes ; c’est la voie la plus démocratique de la promotion sociale », note Mattei Dogan32. La formation et l’avancement au sein du syndicat pouvaient donc faciliter l’accès à la hiérarchie locale puis fédérale de la SFIO, et après la guerre, consécration suprême, ouvrir les portes du Parlement. Or, faisant écho à cette République des syndicalistes qui émergea au Parlement de la IVe République, plus de 45,5 % des membres du corpus avaient été syndiqués avant leur élection, contre un quart seulement des élus de 1936.

  • 33 Cf. chap. IV, p. 144-148.
  • 34 Michel Dreyfus, art. cit., p. 233.

34Cette hausse de la part des syndicalistes entre 1936 et la Libération, d’autant plus remarquable qu’elle est l’une des rares ruptures dans le profil des parlementaires, s’explique par la combinaison de deux facteurs. D’une part, il y eut l’apport de syndicalistes, socialistes de fraîche date, tels que Gérard Ouradou, Paul Pauly, Robert Lacoste, ou Christian Pineau de la CGT, qui rejoignirent le parti par le sas de la Résistance ; d’autre part, un processus d’élévation régulière au sein de la hiérarchie militante arriva à son terme. Plus de la moitié de ces syndicalistes avaient, en effet, exercé des responsabilités importantes, au moins au niveau départemental. Il s’agissait donc de syndicalistes confirmés, sinon de cadres, qui capitalisaient et rentabilisaient ainsi plusieurs années de lutte. Près d’un quart des parlementaires avaient contracté leur premier engagement militant dans un syndicat et n’avaient adhéré à la SFIO que plus tard33. Quant aux autres, qui militaient déjà au parti, ils ressentirent le besoin de dédoubler leur action au cours de leur vie professionnelle. Car il faut rappeler la proximité, à la fois idéologique et en termes de personnel, de la CGT et de la SFIO durant l’entre-deux-guerres. Durant la Grande Guerre, les deux organisations avaient participé, ensemble, à un Comité d’action avec la Fédération nationale des coopératives de consommation et, à l’échelle internationale, la IIe Internationale socialiste et la Fédération syndicale internationale, auxquelles elles appartenaient, étaient liées. Et à l’image d’un Léon Jouhaux, qui sans avoir sa carte, se définissait comme socialiste, Michel Dreyfus a montré que les socialistes avaient toujours été majoritaires au bureau confédéral dans cette période34. De quelles fédérations syndicales étaient alors issus ces syndicalistes parlementaires ?

35Au regard des professions exercées par les élus, la répartition d’ensemble est sans surprise. Le syndicalisme enseignant domine très largement avec 40,6 %, puis viennent les fonctionnaires et employés avec plus de 18 %, légèrement devant les syndicalistes agricoles avec 16 %. Traduisant la diminution de la représentation ouvrière depuis plusieurs décennies, les militants de syndicats industriels dépassent à peine les 10 %, suivis par ceux des transports avec 5,1 %.

« La forteresse enseignante35 »

  • 35 Pour reprendre l’expression de V. Aubert et alii, La forteresse enseignante, Fayard, 1985.

36Si le syndicalisme enseignant arrive très largement en tête avec plus de 40,5 %, on note néanmoins un taux de syndicalisation de 56 % seulement des parlementaires enseignants, qui s’explique par une diminution, du primaire vers le supérieur, de cette forme de lutte. Dans leur grande majorité, les instituteurs s’étaient syndiqués, soit dans les Amicales pour les plus âgés, soit au SNI, constitué en septembre 1919, pour quarante d’entre eux. Or peu de professeurs du secondaire, et encore moins d’universitaires en avaient fait autant, préférant concentrer leurs forces dans le combat politique. Cette tendance allait-elle s’accentuer avec leur entrée au Parlement, ou les enseignants allaient-ils devenir des parlementaires syndicalistes ?

  • 36 André Delmas, À gauche de la barricade, Éditions de l’Hexagone, 1950, p. 140-141.
  • 37 Note à ses électeurs en juin 1958, cité par Cl. Geslin, notice du DBMOF.

37Au total, on repère une petite vingtaine de cadres départementaux du SNI de l’entre-deux-guerres, la plupart secrétaires, répartis dans toute la France, avec par exemple André Canivez et Eugène Thomas dans le Nord, Alexis Le Strat en Ille-et-Vilaine, Lucien Coffin dans le Cher, Augustin Maurellet en Charente, Georges Reverbori dans le Doubs, Jean Nayrou dans l’Ariège ou Symphor-Montplaise en Martinique. Or il faut rappeler la puissance du SNI à cette époque : jamais le corps des instituteurs ne connut une telle cohésion. C’était lui qui préparait nominations et promotions et qui jouait ainsi un indispensable rôle de médiateur. Un secrétaire départemental était donc un homme influent, connu de tous ses collègues et qui avait fait preuve de grandes capacités de gestion. Mais il faut rappeler que dans les années trente, le pacifisme intégral progressa au sein du SNI, lequel fut le seul, à la CGT, avec les Postiers, à se féliciter de la non-intervention du gouvernement de Front populaire en Espagne. Le SNI fut donc dans sa grande majorité munichois, lançant avant même la conférence, le 27 septembre 1938, une pétition intitulée « Nous ne voulons pas la guerre36 ! » Alexis Le Strat, par exemple, reconnaît avoir été munichois, et « avoir assisté sans bronché à la prise du pouvoir par Hitler » et ne pas avoir réagi au militarisme allemand37. Or à l’exception d’André Canivez, de Marcel Madoumier, et de Jean Nayrou, attentistes, tous les membres du SNI du corpus s’illustrèrent dans la Résistance active. Jean Courtois fut même désigné au CDL de Dole au titre de la CGT, ce qui lui permit de devenir secrétaire départemental de la confédération dans le Jura en 1944. Et Rachel Lempereur assura le secrétariat clandestin du SNI dans le Nord. Ces militants réussirent par conséquent à transcender leurs sentiments pacifistes, ce qui les rendait d’autant plus dignes de représenter le parti au regard des critères édictés à la Libération.

38Dans le secondaire, les syndicalistes étaient également le plus souvent d’anciens cadres. Guy Mollet, syndiqué depuis 1923, et nommé répétiteur à Arras en 1925, se montra si ardent à combattre l’administration, qu’il fut élu dès 1927 secrétaire du Syndicat national des répétiteurs de collège, publiant un bulletin en forme de clin d’œil à Alphonse Daudet, Le petit chose, auquel succéda Le professeur adjoint. Lorsque fut créée la Fédération générale de l’enseignement en 1928, dont son ami Ludovic Zoretti devint le secrétaire général, il fut élu secrétaire pour le Pas-de-Calais. Quatre autres professeurs en assurèrent également le secrétariat académique : Raymond Badiou, nommé aux lycées de Rabat puis de Casablanca, au Maroc de 1933 à 1940, Marcel Cartier, nommé au lycée de Valence, dans la Drôme à partir de 1937, Pierre Pujol, nommé au lycée de Chartres, en Eure-et-Loir, de 1932 à 1936, et Robert Verdier, nommé au lycée de Montpellier, dans l’Hérault, de 1935 à 1937. Quant à Paul-Émile Descomps, il succéda à Guy Mollet au Syndicat national des répétiteurs de collège en 1929.

39Il n’y eut aucun cadre parmi les syndicalistes de l’enseignement supérieur. Quelques-uns furent inquiétés par le régime de Vichy, qui les déplaça ou les révoqua avec une inégale efficacité. Maurice Deixonne, alors membre de la Fédération de l’enseignement et secrétaire de la fédération SFIO du Cantal, fut révoqué du lycée d’Auch, où il venait d’être replacé dix mois plus tôt, en décembre 1940. Marcel Cartier, de la Fédération de l’Enseignement et secrétaire fédéral de la Drôme, fut déplacé du lycée de Valence à celui de Digne (Hautes-Alpes) en décembre 1940, pour être finalement révoqué en 1942. Ni Deixonne ni Cartier, très surveillés, ne purent participer à la Résistance active. En revanche, Paul Rivet, l’un des fondateurs du CVIA, et directeur du Musée de l’Homme, avait déjà lancé ce qui allait devenir le réseau du même nom lorsqu’il apprit par la radio, le 18 novembre 1940, qu’il était relevé de ses fonctions. Cégétiste depuis 1919, Étienne Weill-Raynal fut, lui, exclu des cadres de l’Université par le statut des juifs d’octobre 1940 et fut même interné quelques mois à Drancy en 1941, dont il réussit à sortir pour entrer dans la Résistance.

40Mais certains enseignants avaient atteint l’âge de la retraite dès la Libération, comme les instituteurs Léon Droussent à 62 ans, ou Henri Guénin à 61 ans, et les professeurs Auguste Allonneau à 60 ans, ou Jacques Bozzi à 63 ans. D’autres, déjà parlementaires sous la IIIe République, n’exerçaient déjà plus comme Élie Bloncourt ou Eugène Thomas. Enfin, leur accès à la tête de municipalités importantes ou au Parlement les conduisit à se concentrer sur leur « profession » politique. Par conséquent, la plupart de ces syndicalistes enseignants, soit se mirent en congé, soit prirent leur retraite, et abandonnèrent définitivement leurs activités syndicales une fois entrés au Parlement. Néanmoins, nous verrons qu’ils réinvestirent cette énergie dans les réseaux laïques avec lesquels ils avaient depuis longtemps tissé des liens, et qu’ils conservèrent ainsi leur spécificité de groupe de pression.

Le bureau, la terre et l’usine

41Aucun autre secteur syndical n’avait un poids comparable à celui des enseignants, et les 59,4 % de syndicalistes restants se répartissent dans divers types de syndicats. Quels milieux ou quels facteurs personnels purent faire perdurer leur engagement syndical ?

42Loin derrière les enseignants, viennent ceux qui appartenaient à des syndicats de fonctionnaires et d’employés, avec 18,1 % des syndiqués. On y repère un vieux militant comme Hippolyte Masson, qui organisa et dirigea au début du xxe siècle l’Association générale des postes dans le Finistère. Mais de nouveau, la majorité était constituée des cadres de l’entre-deux-guerres. On repère, par exemple, Christian Pineau, secrétaire CGT des employés de banque dans la Sarthe depuis 1933, Albert Gazier, secrétaire général de la Chambre syndicale des employés de la région parisienne depuis 1936, et Robert Lacoste secrétaire général adjoint des Fonctionnaires de 1931 à 1939 et rédacteur en chef de La Tribune des fonctionnaires. Or tous s’illustrèrent dans la Résistance, la plupart à Libération Nord, et se distinguaient nettement, à la Libération, de ceux qui avaient pu se compromettre avec le corporatisme de Vichy et l’équipe de René Belin.

43Pineau, Gazier et Lacoste furent, en effet, les initiateurs du regroupement des syndicalistes indépendants en créant le Comité d’études économiques et syndicales, juste après la dissolution des organisations des confédérations ouvrières et patronales par Vichy, en novembre 1940.

  • 38 Christian Pineau, La simple vérité 1940-1945, Éditions Phalanx, 1983, p. 85-86.

« Il ne s’agissait pas encore de reconstituer la CGT dont les éléments seront dispersés ; nous n’aurions pas pour cela l’autorité suffisante, mais de rassembler sous le couvert d’un comité d’études, un noyau de camarades décidés à respecter et à rappeler à ceux qui ne le respectent plus les véritables principes du syndicalisme français », écrit Christian Pineau38.

  • 39 Michel Dreyfus, « Syndicats, nous voilà ! Le syndicalisme vichyssois à travers un journal : “Au tr (...)

44Il désignait là ceux de la tendance anticommuniste et pacifiste Syndicats qui, regroupés derrière René Belin depuis 1936, s’étaient ralliés à Vichy et à sa charte du Travail39. Gazier fut donc membre du bureau clandestin de la CGT réunifiée, qu’il représenta à l’Assemblée consultative provisoire d’Alger, et fut confirmé dans ses fonctions au bureau, aux côtés de Benoît Frachon, par le congrès confédéral de mars 1945. Lorsqu’il en démissionna pour rejoindre le gouvernement en janvier 1946, Roger Deniau, son camarade cégétiste de Libération Nord, le remplaça. Henri Ledru assura, lui, le secrétariat clandestin de l’Union départementale de la Sarthe, et celui de la CGT pour la région Nord-Ouest après l’arrestation de Jules Pottier, puis il présida le CDL de la Sarthe. Aussi, certains grimpèrent dans la hiérarchie de leur syndicat après la guerre. Devenu sénateur en décembre 1946, Clovis Renaison cumula le secrétariat fédéral des Fonctionnaires en Guadeloupe et le secrétariat général du Syndicat des contributions indirectes l’année suivante. Mais surtout, passés au filtre de l’épuration syndicale, ils constituaient des recrues de choix pour le groupe parlementaire SFIO.

45Vingt-deux autres parlementaires, soit 16 % des syndiqués, militaient encore dans des syndicats agricoles, avec un taux record de syndicalisation de 100 %. Cette insertion et cette influence des parlementaires paysans dans le monde rural sont d’autant plus remarquables que dans l’ensemble, la SFIO y demeurait marginale.

  • 40 Édouard Lynch, « Les socialistes et l’action agricole à la Libération : espoirs et illusions », da (...)

46Édouard Lynch a montré, en effet, que la nomination d’un ministre socialiste, François Tanguy-Prigent, à l’Agriculture et sa longévité politique de septembre 1944 à octobre 1947 ne devaient pas faire illusion, et que les socialistes échouèrent dans leur tentative pour contrôler le syndicalisme agricole et trouver des relais paysans40. La SFIO essaya néanmoins de privilégier des représentants de ce milieu en accordant ses investitures, et y réussit, bien mieux en tous les cas que pour le monde ouvrier.

47Elle investit ainsi Émile Durieux, ancien républicain-socialiste, et André Darmanthé, socialistes de fraîche date, mais tous deux responsables syndicalistes. Alors que dans l’entre-deux-guerres, l’essentiel de la paysannerie était structuré par les syndicats conservateurs, ou attiré par les Chemises vertes d’Henry Dorgères, plusieurs de ces parlementaires syndicalistes avaient été des responsables de la Confédération nationale paysanne d’Élie Calvayrac (CNP), à l’image de Tanguy-Prigent. Rédacteur à La Volonté paysanne, Gérard Vée créa ainsi la fédération de la CNP dans l’Yonne. En 1937, il fut appelé par Calvayrac au secrétariat parisien, et anima les Foyers paysans de culture et d’émancipation. Les autres militèrent dans diverses organisations : Léon Jean fut responsable du syndicat des ouvriers agricoles de la CGT paysanne en Hérault, de même que deux instituteurs, Jacques Bianchini, qui organisa un syndicat des ouvriers agricoles à Sartène en 1928, et Maurice Poirot, qui créa un syndicat des paysans vosgiens en 1934, affiliés à la CGTP. Sous l’Occupation, on connaît l’action de Tanguy-Prigent qui, après avoir refusé les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, s’engagea à Libération Nord et anima le parti clandestin. Mais il organisa parallèlement la résistance paysanne au corporatisme agrarien de Vichy, en s’appuyant sur les coopératives et les mutuelles agricoles du Finistère et en diffusant le Bulletin bimensuel de la coopérative de défense paysanne de Morlaix et de la Fédération paysanne du Finistère. Secondé par Gérard Vée à son retour d’Allemagne, le mouvement Résistance paysanne et son journal clandestin homonyme jetèrent les bases de Confédération générale de l’agriculture. Yves Henry fut ainsi son délégué au CDL clandestin des Côtes-du-Nord, de même qu’Alexandre Baurens et Georges Brégégère, qui présidèrent respectivement les CDL du Gers et de la Dordogne. Bien que n’ayant pas participé à Résistance paysanne, Robert Brettes, membre de Libération Nord, représenta « la Résistance rurale » dans le CDL de Gironde, dont il fut le vice-président. Aussi, après la guerre, ils occupèrent des postes de responsabilité à la CGA, de même qu’ils jouèrent un rôle important dans les Chambres d’Agriculture. À la Libération, en effet, les syndicalistes et paysans résistants de gauche réclamèrent une vigoureuse épuration au moyen de l’organe de la CGA, Résistance paysanne, transformé en Libération paysanne. Ils espéraient pouvoir profiter du discrédit de leurs anciens adversaires pour s’implanter durablement. Par l’intermédiaire des Comités départementaux d’action agricoles, les organisations de la gauche paysanne tentaient de contrôler la CGA et d’empêcher le retour d’anciens responsables de la Corporation. Mais les socialistes devaient également lutter contre la concurrence croissante des communistes.

  • 41 Cité par Édouard Lynch, art. cit., p. 152.

48Par conséquent, leur rôle au sein de la CGA leur servit indéniablement de tremplin politique, comme le montrent ces quelques exemples. En octobre 1945, Yves Henry présidait la CGA des Côtes-du-Nord lorsqu’il fut le seul élu député socialiste du département, et Marcel Pouyet, était le délégué cantonal, lorsqu’il fut élu député de l’Allier. En décembre 1946, Robert Brettes était vice-président de la CGA en Gironde lorsqu’il entra au Conseil de la République. Et Henry Assaillit, délégué cantonal à la CGA des Pyrénées-Orientales, fut de ceux qui essayèrent de dégager la fédération de la tutelle communiste, ce qui facilita son entrée au palais du Luxembourg, puis son accession à la présidence de la Chambre d’agriculture en 1951. Alexandre Baurens, député depuis 1945, et Louis Lafforgue furent tous deux délégués à la propagande du Comité départemental d’action agricole du Gers. Grâce à ce poste, Lafforgue fut élu au Conseil de la République en 1948, de même qu’Émile Durieux, également délégué dans le Pas-de-Calais. Quant à Gérard Vée, il fut d’abord membre de la commission agricole du CNR, puis chef du secrétariat de Tanguy-Prigent, ministre, de septembre 1944 à octobre 1945, date à laquelle il fut élu député de l’Yonne. La même année, il créa La France rurale qu’il dirigea jusqu’en 1950, alors qu’il était également le rédacteur en chef de La Moisson, organe agricole du parti. Ces syndicalistes paysans constituèrent donc un noyau clairement identifiable au sein du groupe parlementaire. Néanmoins, si leur implantation personnelle au sein du syndicalisme paysan constitua pour eux une filière d’accès au Parlement, le parti ne réussit guère à utiliser la promotion de ces parlementaires paysans à des fins de propagande. Charles Lamarque-Cando ne regrettait-il pas déjà, aux journées d’études agricoles de juin 1946, que le parti n’ait pas su exploiter l’image de Tanguy-Prigent, et personnaliser ainsi l’action agricole de la SFIO, comme les communistes avaient su le faire avec Waldeck41 ?

49Viennent enfin ceux qui avaient appartenu à des syndicats industriels, avec 10,1 % des syndiqués, et des transports, avec 5,1 %. Mais ces ouvriers, si recherchés lors des investitures, avaient souvent vu leur profil de carrière évoluer, et s’étaient donc désengagés de la lutte syndicale.

50Parmi eux, cinq avaient milité à la Fédération CGT des Métaux, en la personne de Jean Barré, Jean Charlot, Étienne Gagnaire, René Peeters, et Camille Titeux, trois à la Fédération CGT du Textile, avec Gaston Cabannes, Kléber Loustau et Victor Provo, et deux seulement dans des syndicats de mineurs, avec Augustin Laurent et Paul Sion, qui fut le trésorier du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais à partir de 1922. Mais les deux tiers n’exerçaient déjà plus la profession de leur jeunesse au moment de leur élection et avaient abandonné leurs activités syndicales. Ainsi, Laurent était secrétaire de mairie à Wahagnies (Nord) depuis 1919. De même, Jean Wagner, typographe puis linotypiste, adhéra en 1912 au Syndicat du livre de Mulhouse, qu’il présida de 1918 à 1935. À partir de 1928, il fut le rédacteur en chef du Républicain du Haut-Rhin. Gravement blessé au combat lors de la libération de sa ville, il conserva la direction politique de son journal et administrait l’imprimerie de « l’Union », lorsqu’il entra à la constituante en octobre 1945. Kléber Loustau était ajusteur-mécanicien dans une filature de Romorantin (Loir-et-Cher) depuis l’âge de treize ans. Il adhéra à la CGTU, puis en 1933, fonda un Syndicat confédéré du textile. Secrétaire de la Bourse du Travail et de l’Union locale depuis 1936, il entra à Libération Nord. En 1944, le GPRF le nomma sous-préfet de Romorantin, et il fut élu député en juin 1946. Victor Provo avait été trieur de laine et membre de la CGT Textile, mais en 1931, il devint commis aux écritures à la mairie de Roubaix. Il était maire de Roubaix depuis dix ans lorsqu’il entra au Palais-Bourbon en 1951. Gagnaire appartenait au bureau du Syndicat des métaux du Rhône dans les années trente. Pendant la guerre, son activité à la direction du Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés de François Mitterrand pour la zone Sud lui valut d’être nommé à l’Assemblée consultative provisoire. Il emprunta ensuite la voie des cabinets ministériels de 1946 à 1948, fut élu maire de Villeurbanne en 1947, et entra au Palais-Bourbon en 1956. Tous ces parlementaires, autrefois ouvriers dans leur jeunesse, n’étaient donc plus des syndicalistes.

51Parmi ceux des transports, les parcours après la guerre furent plus diversifiés. Joseph Bocher était secrétaire du Syndicat des officiers de la marine marchande depuis la fin des années vingt, secrétaire de l’Union départementale de la CGT dans la Manche depuis 1936, et président du CDL, lorsqu’il entra au Conseil de la République en 1946. Battu en 1948, il devait retrouver son poste. On trouve également quatre cheminots, Eugène Quessot, Maurice Rabier, Raoul Laurent et Gérard Ouradou. Quessot était secrétaire général du Syndicat des cheminots des Charente en 1920 et lutta contre la scission. Au lendemain de celle-ci, il entra au bureau de l’Union départementale CGT. Cet engagement syndical lui valut déjà d’entrer au conseil d’administration de la Fédération nationale des chemins de fer puis, en 1925, d’être élu au Conseil supérieur des chemins de fer où il représentait le réseau d’État. À la Libération, à 63 ans, il se consacra à la ville de Rennes et fut sénateur d’Ille-et-Vilaine de 1946 à 1948. Mais Ouradou fut l’un des seuls à rejoindre Force ouvrière lorsqu’il quitta la vie politique en 1947.

Des parlementaires à la marge de Force ouvrière

52On connaît le rôle joué par les socialistes dans la création de la nouvelle Confédération CGT-FO lorsque l’emprise des communistes devint patente. Quelle fut l’implication des parlementaires ?

53Il semble que le rôle joué par quelques grandes figures ne doive pas cacher qu’ils furent très peu nombreux à poursuivre leurs activités syndicales, une fois établis sur la scène politique. En ce sens, les parcours les plus spectaculaires sont ceux de Lacoste, Pineau et Gazier, qui cédant aux « tentations » du politique, inaugurèrent tous les trois une longue carrière ministérielle à la Libération ou juste après. Le premier fut nommé ministre de la Production industrielle en août 1944, le second ministre du Ravitaillement à son retour de Buchenwald en avril 1945, et le troisième sous-secrétaire d’État à l’Économie en janvier 1946. Ils devaient tous trois participer à plusieurs gouvernements, y compris celui de Guy Mollet en 1956. Or à la différence des communistes, lorsqu’ils entraient en politique, ils abandonnaient leurs activités syndicales. Nommé au gouvernement Félix Gouin, Albert Gazier écrivit ainsi le 27 janvier 1946 à Léon Jouhaux et Benoît Frachon :

  • 42 Archives Albert Gazier, OURS. Pour les mêmes raisons, Oreste Capocci démissionna du comité directe (...)

« Les fonctions que j’ai cru devoir accepter sont évidemment incompatibles avec celles de secrétaire de la CGT. Je donne ma démission de secrétaire confédéral dès aujourd’hui afin qu’on ne pense pas dans l’opinion que la CGT participe d’une quelconque manière au gouvernement. Veuillez dire à tous mes amis que cette modification dans mon activité ne change rien à mon attachement complet au mouvement syndical. À mon nouveau poste, j’essayerai de toutes mes forces de servir notre idéal commun42. »

  • 43 Rapport administratif du congrès fédéral du Pas-de-Calais du 20 février 1949, Correspondance fédér (...)

54Inversement, et pour les mêmes raisons, dans les mois qui suivirent la création de FO, de nombreux militants syndicalistes quittèrent l’appareil fédéral ou les Groupes socialistes d’entreprise afin de ne pas paraître inféodés à la SFIO. Le congrès fédéral du Pas-de-Calais déplorait ainsi en 1949 : « Beaucoup de nos camarades qui ont lutté pour l’indépendance syndicale ont souvent commis l’erreur d’abandonner ou de délaisser la direction des sections du parti43. »

  • 44 Résistance ouvrière naquit en août 1943, et parut légalement à partir de novembre 1944. Le 20 déce (...)
  • 45 Michel Dreyfus, « Les raisons de la défaite des confédérés… », art. cit., p. 223-237.

55À partir d’octobre 1944, Albert Gazier participa à la tendance des confédérés et collabora à Résistance ouvrière, qui se transforma en Force ouvrière le 20 décembre 194544. Les confédérés adoptaient des positions de plus en plus fermes à l’égard des unitaires, d’obédience communiste, qui montaient en puissance et qui emportèrent la majorité au congrès du 8 avril 1946. Léon Jouhaux ne pouvait plus, comme il l’avait fait sous le Front populaire, défendre une orientation centriste en opérant un relatif jeu de bascule entre sa tendance, les unitaires et les partisans de Syndicats, qui avaient disparu en 1945. La vigoureuse épuration à laquelle se livrèrent les confédérés semblait accréditer l’idée que les défaillances n’avaient concerné que leur seul courant, provoquant un déficit en termes d’image selon le même processus que nous avons pu observer pour la SFIO. La question du blocage des salaires au premier trimestre 1947 précipita la scission en décembre et la création de la CGT-FO en avril 1948. Alors que quatre des neuf membres du premier bureau étaient socialistes, Michel Dreyfus a repéré à peine un quart de socialistes chez les responsables départementaux45.

56Or seuls quelques membres du corpus s’engagèrent directement, ou plus discrètement s’ils étaient sur le devant de la scène, auprès de Force ouvrière. Ainsi, Robert Lacoste, alors ministre de l’Industrie, soutint la répression contre les grèves organisées par les unitaires en 1947, et appuya la scission syndicale. Albert Gazier, député de la Seine de 1945 à 1958, administra la Documentation économique et syndicale de FO et devint actionnaire de son journal Force ouvrière. Avant d’être élus députés en 1956, l’un dans l’Yonne, l’autre dans les Bouches-du-Rhône, Jacques Piette, inspecteur de l’Économie nationale depuis 1947, membre de la Cour des comptes à partir de 1955, et Jean Massé, secrétaire départemental de la Sécurité sociale, étaient tous deux membres de FO. À l’inverse, après avoir quitté le Parlement, Jean-Daniel Jurgensen fut responsable d’une section FO au Quai d’Orsay. Gérard Ouradou, secrétaire de la Fédération des cheminots dans la Seine en 1945 et 1946, fugitif député de juin à novembre 1946, milita à FO et redevint responsable de sa fédération en 1950. Et Joseph Bocher, battu aux sénatoriales de 1948, retrouva ses responsabilités à l’Union départementale FO de la Manche et devint secrétaire adjoint de la Fédération nationale des officiers de la marine marchande. Quant à René Peeters, il choisit de ne pas se représenter aux législatives de novembre 1946, et fut membre de l’exécutif de FO, qui l’envoya siéger au Conseil économique de 1947 à 1958. Il fut également secrétaire de l’Union départementale FO de Meurthe-et-Moselle de 1948 à 1959. Dans un sens ou dans l’autre, leurs parcours confirment donc qu’il était difficile de faire coexister, après la scission de 1947, engagements syndical et politique.

57Ce non-engagement à FO de la part des parlementaires socialistes peut aussi bien témoigner de leur souci à respecter son indépendance, que de leur incapacité à demeurer dans le champ de la lutte syndicale. Il est d’autant plus remarquable qu’il contraste avec leur activité à la CGT dans l’entre-deux-guerres, et confirme que l’on ne peut assimiler les relations de la SFIO avec FO, à celles de la CGT avec le PCF. À l’exception de quelques parlementaires paysans qui prolongèrent leur action agricole, et de quelques éphémères élus reconvertis dans l’appareil de FO, leur engagement syndical ne résista guère à leur entrée au Parlement et à leur inscription dans le combat politique et électoral. Mais cela ne signifiait pas pour autant, en particulier pour les enseignants, que le champ de leurs activités militantes se rétractait.

« Liberté, Égalité, Fraternité » et… laïcité

  • 46 Michel Offerlé, Sociologie des groupes d’intérêt, Montchrestien, Clefs, 1994.
  • 47 Gilles Morin, « le Parti socialiste et les associations 1944-1969 », Claire Andrieu et alii (dir.) (...)

58Dans l’entre-deux-guerres, en dehors du parti et de ses compétitions électorales, les membres du corpus avaient appartenu à divers « groupes d’intérêt », pour reprendre l’expression de Michel Offerlé, qui désigne ainsi des organisations qui entendent représenter et promouvoir auprès des pouvoirs publics, des partis, ou plus largement des citoyens valeurs et des croyances propres à leurs membres46. À la différence des syndicats, ils ne se limitaient pas à la défense d’une catégorie socioprofessionnelle précise, tendaient à transcender les clivages sociaux et avaient une vocation universelle fondée sur les valeurs républicaines de 1789. Pour évaluer leur ancrage dans ces groupes d’intérêts, on retiendra la franc-maçonnerie, qui contribua largement à l’instauration de la IIIe République et à son combat laïc, les sociétés de Libre Pensée, la Ligue de l’enseignement, fondée en 1865 par Jean Macé, et la Ligue des droits de l’homme (LDH) créée en 1898 par des dreyfusards. Après la guerre, dans l’espace socialiste, les associations tenaient la seconde place, derrière les syndicats mais loin devant ce qui avait constitué un pilier du mouvement ouvrier au début du siècle : la Coopération47. La participation des parlementaires à ces réseaux associatifs intimement liés à l’affirmation de la République allait-elle perdurer ou, comme pour les syndicats, se rétracter après la guerre ?

La franc-maçonnerie résiste au déclin

59À la Libération, l’influence de la franc-maçonnerie, dont le déclin s’était amorcé dans l’entre-deux-guerres, était encore amoindrie par la répression du gouvernement de Vichy. Or le nom de francs-maçons socialistes notoires au sein du personnel ministériel ou parmi les hauts personnages de l’État, tels que Félix Gouin, Paul Ramadier, Marius Moutet, Guy Mollet ou Gérard Jaquet, était-il révélateur d’un maintien de l’influence de la franc-maçonnerie chez les parlementaires socialistes sous la IVe République ?

  • 48 Ont été croisés : les rapports des RG (fonds F7 des AN), les listes de la Fraternelle parlementair (...)
  • 49 Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal aimé, Plon, p. 480-481.

60L’ensemble du corpus, en effet, comprenait encore au moins quatre-vingt-sept maçons ou anciens maçons dans ses rangs, soit près de 29 %. Ils représentaient donc une part comparable à celle repérée dans le groupe des députés du Front populaire, avec 28 %48. Ce poids semble donc relativement conséquent, et explique celui de la période ultérieure. Si l’on en croit Guy Mollet, qui démissionna du Grand Orient de France (GODF) en 1969, et qui s’en expliqua par lettre auprès du Grand Maître Paul Anxionnaz, les maçons socialistes, sous couvert de la FGDS, préparaient la main mise de François Mitterrand sur le parti socialiste49.

  • 50 Jean-Paul Brunet, « Franc-maçonnerie », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire de la vi (...)
  • 51 Gérard Jaquet n’était pas encore maçon lorsqu’il fut réélu en novembre 1946 ; Max Lejeune, initié (...)
  • 52 Entretien du 8 janvier 1998.

61Sous la IVe République, les différentes assemblées ne comptaient jamais plus d’une soixantaine de maçons, toutes tendances politiques confondues, dans leurs rangs50. Les socialistes constituaient donc au moins la moitié de ces députés maçons durant toute la période, et résistèrent mieux que leurs autres compagnons à la rupture de la guerre. Les maçons représentaient plus de 28 % des groupes élus en octobre 1945 et juin 1946. Ils furent victimes de l’érosion électorale de novembre 1946, et leur part passa à 26 %. Mais dès les législatives de 1951, ils dépassaient leur niveau d’après-guerre 29,2 %, et en 1956, alors que le nombre d’élus diminuait encore, de nouveaux députés comme Jeannil Dumortier et André Parmentier dans le Pas-de-Calais, Alexis Le Strat en Ille-et-Vilaine, Charles Margueritte dans le Calvados, Marcel Mérigonde dans l’Oise, Jacques Piette dans l’Yonne et André Le Floch en Gironde étaient tous francs-maçons, de sorte qu’ils dépassèrent les 40 %51. Au Conseil de la République, la proportion de sénateurs maçons est légèrement inférieure, avec un sur cinq seulement en 1946, pour dépasser le quart en 1948 et 1952, et retomber à un sur cinq en 1955. Notons qu’après la guerre, Gilberte Brossolette, régulièrement sollicitée, refusa d’entrer à la Grand Loge Féminine de France parce qu’elle refusait un régime de séparation entre les hommes et les femmes52, et que Rachel Lempereur, initiée à l’Ordre mixte international du droit humain, et Marie Oyon, sont les seules femmes repérées.

  • 53 Serge Berstein, « Radicalisme et Franc-Maçonnerie. L’Union sacrée », L’Histoire, n° 256, juillet-a (...)

62Mais ce rayonnement de la franc-maçonnerie s’inscrit en fait dans une continuité historique. Depuis la fin du xixe siècle, elle recrutait essentiellement au sein des classes moyennes, ces « couches nouvelles » dont Gambetta avait souhaité l’avènement, et dont étaient issus la plupart des cadres de la République. Au tournant du siècle, franc-maçonnerie et radicalisme s’identifièrent, au point que trois sénateurs sur quatre et près d’un député sur deux étaient maçons chez les radicaux53. Elle animait aussi largement les associations qui diffusaient l’idéologie républicaine, telle que la Ligue de l’enseignement ou la LDH, où militaient nombre de socialistes. Il était donc naturel que dès le début du siècle suivant, ceux-ci entrent en masse dans les loges jusque-là peuplées essentiellement de radicaux.

  • 54 Quelques-uns rejoignirent le Grand Orient après la guerre : Alix Berthet en 1945, Charles Margueri (...)
  • 55 Étaient également proscrites, sous peine d’exclusion, la LDH et la Libre Pensée. Le 27 novembre 19 (...)

63À quelques exceptions près, la plupart des maçons du corpus furent initiés dans l’entre-deux-guerres par le Grand Orient de France (GODF)54. Certains le furent néanmoins dès le début du siècle, tels que Louis Noguères, à la loge parisienne Action en 1904, Paul Ramadier à celle de Rodez, La Parfaite Union, en 1913, ou Félix Gouin également à La Parfaite Union, à Marseille, en 1919. Charles Lussy, qui rejoignit la SFIC lors de la scission de décembre 1920, dut choisir entre son parti et son obédience maçonnique à cause de « la 22e condition », édictée par la IIIe Internationale en 192255.

  • 56 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 2, Hachette, 1965, p. 105.
  • 57 Dans les années 1930, 15,4 % seulement des parlementaires radicaux étaient francs-maçons, et entre (...)

64Alors qu’André Marty et Marcel Cachin démissionnèrent de leur loge, Lussy suivit son secrétaire général, Louis-Oscar Frossard, qui quitta le parti avec éclat. René Naegelen, qui avait déjà réalisé son aller-retour entre la SFIC et « la vieille maison », dit être justement entré à la loge Tolérance et Fraternité de Belfort du GODF par rébellion contre cette mesure56. Mais l’influence maçonnique, concurrencée par celle des grands partis, commençait à décliner. Alors même que le poids des maçons augmentait à la SFIO, il diminuait au parti radical57, et même si la plus forte proportion de ministres maçons fut atteinte sous le Front populaire, avec en particulier Marius Moutet et Paul Ramadier, le rôle de la maçonnerie était de plus en plus réduit, très éloigné des fantasmes du complot instrumentalisé par Vichy.

  • 58 Rapport des RG du 30 avril 1942, dossier Auberger, AN, F7/2872.
  • 59 Témoignages de Roger Cerclier à M. Doysie en août 1945 puis à M. Lecorvaisier le 3 avril 1947, AN, (...)

65La franc-maçonnerie fut réprimée, la loi du 13 août 1940 ordonnant la dissolution des sociétés secrètes et celle du 11 août 1941, la publication des noms des dignitaires et l’exclusion des maçons de la fonction publique. Ainsi, des enseignants du corpus furent inquiétés, déplacés parfois dans un premier temps puis, en vertu de la loi d’août 1941, révoqués. Mais dans la plupart des cas, ils faisaient déjà l’objet de mesures particulières à cause de leur engagement syndical ou politique. Fernand Auberger, par exemple, était bien connu du gouvernement en tant que secrétaire départemental du SNI dans l’Allier et compagnon du député socialiste Paul Rives. En dépit du vote favorable à Pétain de ce dernier, Auberger fut jugé « très dangereux » par le préfet de Vichy et déplacé de Bellerive à Le Bouchaud en novembre 1940, puis suspendu un mois plus tard, pour finalement être révoqué en mars 1941. Lorsque son nom fut publié au Journal officiel en août, il n’était même plus nécessaire qu’il démissionne d’office58. Roger Cerclier, dont la qualité de maçon n’était sans doute pas avérée, ne fut pas inquiété en août 1941. Mais après avoir refusé de participer avec ses élèves à la manifestation du 11 novembre avec les LVF, il fut interrogé à ce sujet, et finalement révoqué le 8 juillet 1942 pour son appartenance à la franc-maçonnerie. Il travailla dès lors comme comptable dans une coopérative agricole de Guéret, La Marchoise, qui lui servit de couverture pour ses activités à Libération Nord59.

66Quant à ceux qui détenaient un mandat local, ils furent tous révoqués, sans exception aucune, par le gouvernement de Vichy. Au préfet qui exigeait « de tous ceux qui sont investis d’une fonction publique un engagement d’honneur attestant qu’ils n’appartiennent pas et n’appartiendront jamais à une pareille organisation », Paul Ramadier, maire de Decazeville, opposa un refus catégorique.

  • 60 Cité par André Combes, « Paul Ramadier et la franc-maçonnerie », dans Serge Berstein (dir.), Paul (...)

« Je tiens pour inviolable les lois de la conscience. C’est pourquoi j’ai adhéré à la franc-maçonnerie voici près de trente ans et j’y reprendrai ma place dès que la législation récente aura été abrogée. Je ne puis faire ce que je blâme, ni condamner ce que je voudrais pouvoir recommander », lui écrivit-il60.

  • 61 Pierre Chevalier, Histoire de la Franc-maçonnerie française, Fayard, 1975 et Kirchmeyer et Eychène(...)
  • 62 Les témoignages des membres maçons et résistants du corpus, recueillis par le CHSGM, ne présentent (...)

67Quelques-uns s’engagèrent alors dans une résistance proprement maçonnique, comme Jean Biondi, frère de la loge La Liberté du GDOF. Membre de Libération Nord, il participa également à la création du CAS de la zone Nord, et ce fut à ce titre qu’il essaya de coordonner une action commune avec le Comité d’action maçonnique d’Albert Kirchmeyer et son réseau Patriam recuperare. En décembre 1942, il participa à une réunion, accompagné d’Amédée Dunois pour le CAS et d’Henri Ribière pour Libération Nord, afin de favoriser la libération du territoire, de préparer une consultation nationale pour décider souverainement des institutions et d’aider le gouvernement provisoire61. Par ailleurs, après le débarquement de novembre 1942 en Afrique du Nord, Marius Dalloni, responsable du GDOF à Alger, put rétablir la liaison avec les autres loges des colonies et de l’étranger. Avec Cazemajou et Viola, il créa une sorte de Conseil provisoire gérant plus de 70 loges. Le 13 janvier 1945, ils remirent leur pouvoir au Conseil de l’ordre du GODF. Mais les autres francs-maçons s’engagèrent au parti socialiste clandestin pour un quart d’entre eux, ou dans divers mouvements, et s’ils firent jouer la solidarité maçonnique, elle ne fut qu’une force d’appoint à des structures préexistantes62.

  • 63 Dans les années soixante, il appartint également au cercle Arthur Groussier, qui l’avait initié en (...)

68Sur les quatre-vingt-sept maçons repérés, plusieurs accédèrent à des grades élevés. Paul Ramadier, qui fut à plusieurs reprises élu à divers offices et délégué de sa loge à des convents, fut promu Vénérable de La Nouvelle Cordialité de Villefranche-de-Rouergue en 1939. En outre, depuis 1934 au moins, il présidait la Fraternelle parlementaire. Lors de la reconstitution de sa loge après la guerre, il fut élevé à la dignité de Grand Expert, puis élu premier Vénérable en 1948, poste qu’il occupa jusqu’en 1956. Le parcours du frère Ramadier était exemplaire, de sorte qu’à sa mort en octobre 1961, la Fraternelle socialiste prit le nom de Fraternelle Paul Ramadier. Jean Pierre-Bloch, initié par la loge parisienne La Liberté du GODF en 1929, fut élu Vénérable en 1936. Par la suite, il siégea au Conseil national du droit humain. Eugène Montel était Vénérable de la loge La Libre Pensée de Narbonne dans les années trente, ce qui, outre sa loyauté envers Léon Blum, contribua sans doute à le faire interner à Pellevoisin. À la fin des années trente, Marius Dalloni, alors professeur à la faculté des sciences d’Alger, était membre du Grand Collège des Rites. Guy Mollet rejoignit le GODF à la loge Conscience d’Arras dans un réflexe de défense républicaine, aux lendemains du 6 février 1934, et devint Orateur. Il appartenait également aux ateliers supérieurs relevant du Grand Collège des Rites et, dans les années soixante, accepta la présidence d’honneur du cercle Ramadier. Gérard Jaquet devint membre du GODF en 1951, à la loge Bienfaisance et Progrès de Paris, et présida la Fraternelle Paul Ramadier. La franc-maçonnerie demeura son ultime lieu d’engagement, et à quatre-vingts ans, il concluait que c’était là qu’il avait connu les discussions les plus libres et les plus enrichissantes63.

  • 64 Cité par Jean-André Faucher, op. cit., p. 284.
  • 65 Cf. AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/277 et F/1cII/311.

69À la Libération, et encore les années suivantes, la qualité de franc-maçon en tant que telle joua-t-elle un rôle prépondérant dans les investitures ? Les rapports de police que nous avons dépouillés la soulignaient très rarement au moment des élections. Peut-être avaient-ils scrupule à reproduire des pratiques en cours sous Vichy ? Mais Gaston Chazette, alors sénateur socialiste de la Creuse, ne révélait-il pas le déclin de la franc-maçonnerie en déclarant, au convent du GODF en 1948, qu’elle ne pouvait donner des ordres politiques, mais qu’elle ne devait pas renoncer à son influence64 ? En revanche, les associations ou ligues qui lui étaient traditionnellement proches, telles que la Ligue de l’enseignement et sa Fédération des œuvres laïques (FOL), et la LDH, sont nommément citées dans les rapports des RG, ou désignées sous le terme de « milieux laïcs ». Dans la Loire-Inférieure par exemple, où l’opposition entre « rouges » et « blancs » constituait une ligne de clivage toujours vivace, Jean Guitton avait, selon eux, conquis son mandat de conseiller général en 1945, puis l’avait conservé jusqu’au début des années 1970, parce qu’il était franc-maçon et secrétaire de la section de la LDH de Saint-Nazaire65. L’appartenance à ces associations sœurs était alors considérée comme un précieux atout électoral, parfois décisif, en particulier pour faire jouer des désistements radicaux ou modérés.

L’engagement moral à la Ligue des droits de l’homme

  • 66 Éric Agrikolianski, « La Ligue des droits de l’homme : un engagement associatif entre morale et po (...)

70Les liens des socialistes avec la Ligue remontaient à ses origines, lorsqu’elle fut créée, en 1898, par Ludovic Trarieux au cœur de l’affaire Dreyfus. Et l’on se souvient qu’en 1934 et 1935, elle joua un rôle de médiateur entre les partis de gauche, sous la direction de Victor Basch, pour constituer un Rassemblement de Front populaire. La défense de droits universels dans une association qui transcendait les différences de genres et de classes ne pouvait s’inscrire dans un parti politique dit « ouvrier ». Près d’un quart des membres du corpus avaient donc rejoint la Ligue, à un moment ou un autre de leur parcours, parfois sans s’y investir régulièrement, comme si leur adhésion avait une portée éthique et symbolique durable. Il est ainsi remarquable que la plupart des parlementaires ne manquent pas de signaler cet « engagement moral » dans leur notice biographique66. Quel sens avait leur engagement à la Ligue et connut-il une évolution après la guerre ?

  • 67 Cf. chap. IV, p. 144-148. Je remercie Emmanuel Naquet pour son aide.
  • 68 Éric Agrikoliansky, La Ligue des droits de l’homme (1947-1990). Pérennisation et transformations d (...)
  • 69 Wendy Ellen Perry, Remembering Dreyfus : The Ligue des Droits de l’Homme and the Making of the Mod (...)
  • 70 Roland Faivre, « Le pacifisme de la LDH en Charente-Inférieure pendant les années vingt », dans Le (...)

71Nous avons vu que la Ligue avait été pour quelques-uns des parlementaires leur premier lieu de militance67, parmi lesquels des dreyfusards, avec deux membres fondateurs, Marius Moutet et Joseph Paul-Boncour, et de vieux ligueurs tels que Hippolyte Masson, à la section de Brest depuis 1898, Jacques Bozzi, à celle de Charleville depuis 1904, Paul Ramadier, à celle de Decazeville depuis 1912 et Camille Lhuissier, à celle de Château-Gontier également avant la Grande Guerre. Édouard Depreux à Sceaux, Germaine Degrond à Vernouillet, Salomon Grumbach à Colmar et Étienne Weil-Raynal à Laon durent attendre la fin du conflit pour la rejoindre. À l’exception de Jean Péridier, Gilberte Brossolette et Andrée Viénot qui n’adhérèrent qu’après la Seconde Guerre mondiale, tous les autres rejoignirent la Ligue dans l’entre-deux-guerres, dans une période d’expansion, puisqu’elle atteignit 177 000 adhérents en 193368. Souvent, ils y occupaient déjà des postes de responsabilités, comme Marius Moutet, Joseph Paul-Boncour, Salomon Grumbach, Jacques Bozzi, Paul Ramadier, Robert Lacoste, et André Philip qui furent membres de son Comité central dans l’entre-deux-guerres, et qui souvent présidèrent leur fédération69. Sans être membres des instances dirigeantes, d’autres en furent néanmoins des responsables départementaux ou locaux. En Charente-Inférieure, par exemple, Roger Faraud, secrétaire de la section de Jonzac, et André Maudet, secrétaire de celle de Saintes, furent vice-présidents dès la fin des années vingt ; puis de 1932 à 1939, Maudet fut le très actif président la première fédération de France par le nombre de ses adhérents70. Leur appartenance aux cadres de la Ligue fut pour eux un atout dans la course aux investitures.

  • 71 Contre 177 000 en 1933, à son apogée. Cf. Gilles Morin, « La LDH face à la Quatrième République », (...)
  • 72 Éric Agrikoliansky, op. cit., p. 110-127.
  • 73 Et Maurice Cormier reprit le flambeau en 1973 !
  • 74 Éric Agrikolianski, « De la politique aux Droits de l’homme : logique d’un engagement pluriel », M (...)

72Mais aux lendemains de la Libération, à la différence de la plupart des syndicalistes parlementaires qui se concentrèrent sur leurs mandats politiques, les parlementaires ligueurs renforcèrent leur rôle dans une association qui connaissait pourtant une hémorragie militante sans précédent, avec 20 000 adhérents seulement en 194871. Ils contribuèrent alors au vieillissement de ses cadres étudié par Éric Agrikolianski, par un processus comparable à celui que nous avons pu constater pour la SFIO72. Ainsi, de 1945 à 1947, Marius Moutet fut vice-président, tandis que Jacques Bozzi, Paul Ramadier et André Philip étaient encore membres honoraires du Comité central. Salomon Grumbach y retourna également de 1945 à sa mort, en 1952, de même que Paul Rivet de 1945 à 1951, date à laquelle il devint vice-président jusqu’en 1957. Joseph Paul-Boncour aussi fut réélu au Comité central de 1949 à 1962. Auguste Allonneau présida à nouveau la fédération du Maine-et-Loire, après la disparition de Louis Imbach, jusqu’à la fin de la IVe République73. En revanche, à la fin des années cinquante, après le départ de cette génération, d’autres, plus jeunes et entrés en dissidence, permirent le renouvellement de l’appareil de la Ligue. Dans une période où les intellectuels se mobilisèrent contre la torture en Algérie, des socialistes, qui manifestèrent leur désaccord avec la politique molletiste en fondant le Comité socialiste d’étude et d’action pour la paix en Algérie (CSEAPA) en janvier 1957, puis le PSA, remplacèrent les anciennes élites de l’organisation. Ce processus est parfaitement illustré par le parcours exemplaire de Daniel Mayer, élu président en mars 1958 pour succéder à Émile Kahn qui venait de décéder, et qui se consacra pleinement à sa charge jusqu’en 1975, remplacé à son tour par un autre socialiste, Henri Noguères. Entrèrent ainsi au Comité central Gilberte Brossolette en 1955, Andrée Viénot en 1958, et trois anciens ligueurs, qui avaient adhéré dans leur jeunesse mais sans exercer aucune responsabilité, et qui renouèrent avec l’association : Daniel Mayer en 1958, André Hauriou en 1960, et Robert Verdier en 1964. Seuls Brossolette et Mayer étaient encore au Parlement au moment de leur élection au Comité central. Mayer, en rupture de banc avec la SFIO qui l’avait plusieurs fois sanctionné pour diverses indisciplines, démissionna de son mandat de député dès avril 195874. La Ligue lui procura une nouvelle tribune publique où poursuivre son action politique, avec dès juillet 1958 la création de l’Union des Forces démocratiques (UFD) pour rassembler tous les mouvements – à l’exception du PCF – qui désapprouvaient le ralliement de Guy Mollet au général de Gaulle. Pour ses anciens parlementaires dissidents, adhérer à la Ligue constitua donc une stratégie de compensation à la fin du régime.

Un atout : les réseaux laïcs

73Parallèlement, de nombreux membres du corpus militaient activement au sein des organisations laïques sous la IVe République. Nous avons vu combien la plupart étaient attachés à leurs origines laïques, et qu’un tiers d’entre eux étaient enseignants. Dès l’entre-deux-guerres, ils étaient donc déjà bien insérés dans les réseaux de la Ligue de l’enseignement, avec la Fédération des œuvres laïques (FOL), le Sou des Écoles, ou de la Libre Pensée… Dans quelle mesure conservèrent-ils cette capacité à les mobiliser, en particulier dans les départements de tradition catholique où la concurrence du MRP se faisait vigoureusement sentir ?

  • 75 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/205 et F/1cII/278.
  • 76 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/310.
  • 77 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/278 et F/1cII/295.
  • 78 André Maudet, Au fil des souvenirs, Saintes, chez l’auteur, 1988, p. 138 et 149.

74Sous la IVe République, près d’un quart des membres du corpus occupaient encore des postes de responsabilités départementales ou locales dans ces organisations laïques, du Nord au Sud du territoire, mais d’une façon plus accentuée dans les terres catholiques. Ne retenons pour seul exemple que l’Ouest. Avant d’être élu député du Calvados en 1956, Charles Margueritte avait été chargé de mission auprès d’Andrée Viénot, sous-secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, et membre, comme lui, de la Ligue de l’enseignement, dans l’éphémère gouvernement Blum de décembre 1946. Dans ce département rétif aux idées socialistes, Margueritte accomplit un important travail de terrain, mobilisant les réseaux laïcs pour remporter les cantonales d’avril 1955 dans l’est de Caen, puis les législatives. Dans les années soixante-dix, il était encore directeur de l’Institut supérieur de formation permanente de la Fédération Léo Lagrange et chargé de la formation permanente à l’Association laïque pour l’éducation et la formation
professionnelle des adultes. La Mayenne, département catholique très pratiquant, était en partie tenue par le MRP Robert Buron. Camille Lhuissier, animateur de l’École émancipée au début du siècle, maçon et responsable de la LDH dans l’entre-deux-guerres, y conserva la vice-présidence de l’Université populaire de Laval et présida le Cartel départemental d’action laïque, créé en 1946, ainsi que la FOL du département. Il siégea ainsi à l’Assemblée nationale de 1945 à sa mort, en 194875. En Ille-et-Vilaine, où la question scolaire avait toujours constitué une ligne de clivage politique, le MRP, derrière Henri Teitgen, était le premier parti depuis la Libération. Deux parlementaires, instituteurs, avaient été membres de la Libre Pensée depuis leur jeunesse. Albert Aubry animait l’Amicale laïque de Rennes depuis les années vingt, et Alexis Le Strat, ancien secrétaire départemental du SNI, était secrétaire de la Ligue de l’enseignement dans le département. En 1956, Le Strat dut son siège aux apparentements laïcs avec les radicaux76. Dans le Morbihan, scindé entre une droite catholique et une gauche laïque, Jean Le Coutaller, instituteur, était membre du SNI et de la FOL depuis les années vingt. Sous l’Occupation, il avait d’ailleurs utilisé ses réseaux pour mettre en place les cadres civils et militaires de Libération Nord et de l’Armée secrète dans les cantons du nord-ouest du Morbihan. Après la guerre, il s’appuya de nouveau sur eux, menant « une campagne spectaculaire » où il apparut comme le meilleur défenseur de la laïcité d’après le préfet, pour s’implanter dans ce département majoritairement MRP et emporter un mandat de conseiller général en 1945 à Gourin, puis la mairie de Lorient en 195377. Dans le Maine-et-Loire, dominé également par le MRP à la Libération, Jean Ascensio était maçon et membre de la section angevine de la Libre Pensée depuis le début des années vingt, et il présidait l’Amicale laïque Jules Ferry de son canton. En Charente-Inférieure, André Maudet, maçon et responsable de la LDH, animait le patronage laïque à Saintes depuis le début des années trente. À la fin de sa vie, il considérait son combat pour la laïcité et « l’application de la morale laïque » comme l’un des fils conducteurs de son parcours78. Leur insertion, souvent ancienne, dans des réseaux laïcs permettaient aux socialistes de faire jouer des désistements modérés ou radicaux, particulièrement contre le MRP, et ce avant même que ne prit fin la Troisième Force (cf. annexe 7).

  • 79 Michel Offerlé (dir.), La profession politique…, op. cit.

75Par conséquent, contrairement à l’image officielle recherchée, les parlementaires socialistes de la IVe République n’étaient pas les représentants génériques de la classe ouvrière. Ils devaient donc montrer leur capacité à défendre l’intérêt général en mobilisant leurs compétences professionnelles et leur rayonnement dans l’espace public, et exploiter leurs ressources personnelles, y compris avec le scrutin de liste. Si l’accès au Parlement et plus largement à « la profession politique », pour reprendre l’expression de Michel Offerlé79, entraîna chez eux un désengagement de la lutte syndicale, contrastant sensiblement avec l’entre-deux-guerres, il renforça au contraire leur militantisme au sein des grandes associations républicaines. À l’exception notable des parlementaires paysans, les élus désertèrent le champ syndical pour le champ associatif, plus proche de leur milieu partisan sur le terrain. Tout au long de la ive République, plus ou moins en harmonie avec la ligne politique du parti, les parlementaires socialistes surent ainsi mobiliser leurs réseaux laïcs pour conquérir leurs mandats, en particulier locaux. Même sous la Troisième Force, dans des départements à forte coloration catholique où le MRP ou la droite conservatrice dominaient, ils firent jouer les désistements des radicaux et des modérés. Ces organisations laïques, avec leurs pratiques traditionnelles de défense républicaine, jouaient un rôle d’intermédiaire qui justifiait les efforts déployés par nos élus pour s’y maintenir, au-delà des valeurs qu’ils entendaient y défendre.

Notes

1 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti. Le cas de la SFIO sous Guy Mollet », Revue française de Science politique, XXXVIII, 3, juin 1988, p. 348-369.

2 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, Archives de l’OURS, p. 40 et 165.

3 Gilles Le Béguec, « De l’avant-guerre à l’après-guerre : le personnel parlementaire français, continuité et renouvellement », Bulletin de la SHMC, 3-4, 1995, p. 7-14.

4 D’après Mattei Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, 8, 1967, p. 473.

5 Conférence des secrétaires fédéraux des 27 et 28 octobre 1945, Archives de l’OURS, p. 11.

6 Conseil national des 3 et 4 décembre 1946, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 56.

7 37e Congrès national des 11 au 15 août 1945, Paris, Projet de déclaration de principes et de statuts, Librairie du Parti, 1945.

8 Jérôme Jaffré, « Guy Mollet et la conquête de la SFIO en 1946 », dans Bernard Ménager et alii, Guy Mollet, un camarade en République, Lille, PUL, 1986, p. 17-32.

9 La pensée socialiste, 1er février 1946.

10 Frédéric Sawicki, Les réseaux du Parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Belin, 1997.

11 Note du 30 septembre 1950, dossier Archidice, AN, F7/2414. Jean Rougier fut appelé à le remplacer.

12 Rapport des RG du 19 juillet 1949. Dossier Hauriou, AN, F7/4501.

13 Daniel Gaxie, « Les logiques du recrutement politique », Revue française de science politique, XXX, 1, 1980, p. 5-45. Ses résultats pour les socialistes ne sont pas toujours identiques aux nôtres, mais l’écart reste raisonnable.

14 D’après Alfred Walh, « Les députés SFIO de 1924 à 1940 : essai de sociologie », Le Mouvement social, janvier-mars 1979, 106, p. 39-40 amendé avec Georges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la IIIe République, Payot, 1963, p. 409-411. Le groupe parlementaire de 1936 comprenait 150 élus.

15 D’après Mattei Dogan, art. cit., p. 472.

16 D’après Jacques Lagroye, Sociologie politique, Presses de la FNSP, Dalloz, 1991, p. 416.

17 D’après Élections et référendums, 13 octobre, 10 et 24 novembre, et 8 décembre 1946, Le Monde, 1946, p. XXVII.

18 Rapports des RG, dossier Assaillit, AN, F7/2839.

19 Dossier Tanguy-Prigent, AN, F7/4386, et Yves Bougeard, Tanguy-Prigent ministre, PUR, 2002.

20 Gilles Le Béguec, art. cit., p. 9.

21 Cité par Jacques Girault, « La SFIO et le monde enseignant », dans Serge Berstein et alii, Le parti socialiste entre Résistance et République, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 294.

22 Daniel Gaxie, art. cit.

23 Jacques Girault, op. cit., p. 293-306.

24 Gilles Le Béguec, art. cit., p. 9.

25 Note du préfet, s. d., sans doute en 1941, AN, A.L.5291, Lot.

26 Daniel Gaxie, art. cit.

27 Bernard Pudal, Prendre Parti, Presses de la FNSP, 1989, p. 46.

28 Pierre Bourdieu, La distinction, Éditions de Minuit, 1979.

29 Note des RG d’octobre 1949, dossier Dassaud, AN, F7/4202.

30 Cf. chap. IV, p. 118-127.

31 Michel Dreyfus, « Les raisons de la défaite des confédérés dans la CGT à la Libération », dans Serge Berstein, op. cit., p. 222-237.

32 Mattei Dogan, « Les professions propices à la carrière politique. Osmoses, filières et viviers », dans Michel Offerlé (dir.), La profession politique xixe-xxe siècles, Belin, 1999, p. 187.

33 Cf. chap. IV, p. 144-148.

34 Michel Dreyfus, art. cit., p. 233.

35 Pour reprendre l’expression de V. Aubert et alii, La forteresse enseignante, Fayard, 1985.

36 André Delmas, À gauche de la barricade, Éditions de l’Hexagone, 1950, p. 140-141.

37 Note à ses électeurs en juin 1958, cité par Cl. Geslin, notice du DBMOF.

38 Christian Pineau, La simple vérité 1940-1945, Éditions Phalanx, 1983, p. 85-86.

39 Michel Dreyfus, « Syndicats, nous voilà ! Le syndicalisme vichyssois à travers un journal : “Au travail” », dans Denis Peschanski (dir.), Vichy 1940-1944, Archives de guerre d’Angelo Tasca, Éditions du CNRS et Milan, Feltrinelli, 1986, p. 93-110.

40 Édouard Lynch, « Les socialistes et l’action agricole à la Libération : espoirs et illusions », dans Serge Berstein, op. cit., p. 139-155.

41 Cité par Édouard Lynch, art. cit., p. 152.

42 Archives Albert Gazier, OURS. Pour les mêmes raisons, Oreste Capocci démissionna du comité directeur de la SFIO en décembre 1947. Cf. Le Populaire de Paris du 19 décembre 1947.

43 Rapport administratif du congrès fédéral du Pas-de-Calais du 20 février 1949, Correspondance fédérale, Archives de l’OURS.

44 Résistance ouvrière naquit en août 1943, et parut légalement à partir de novembre 1944. Le 20 décembre 1945, son nouveau numéro sous-titrait : « Hier Résistance – aujourd’hui Force ».

45 Michel Dreyfus, « Les raisons de la défaite des confédérés… », art. cit., p. 223-237.

46 Michel Offerlé, Sociologie des groupes d’intérêt, Montchrestien, Clefs, 1994.

47 Gilles Morin, « le Parti socialiste et les associations 1944-1969 », Claire Andrieu et alii (dir.), Associations et champ politique, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 359-377.

48 Ont été croisés : les rapports des RG (fonds F7 des AN), les listes de la Fraternelle parlementaire (Centre Malher, fonds Jean Charlot, JC2 F 171 sq.), Jean-André Faucher, Les francs-maçons et le pouvoir, Perrin, 1986, et Dictionnaire historique des francs-maçons, Perrin, 1988, qui dépouilla les tableaux des loges et les comptes rendus de convents, et André Combes, La franc-maçonnerie sous l’Occupation, Éditions du Rocher, 2001.

49 Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal aimé, Plon, p. 480-481.

50 Jean-Paul Brunet, « Franc-maçonnerie », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire de la vie politique française au xxe siècle, PUF, 1995.

51 Gérard Jaquet n’était pas encore maçon lorsqu’il fut réélu en novembre 1946 ; Max Lejeune, initié par la loge La Fayette en 1932, avait rompu avec son obédience en 1944 ; René Naegelen ne l’était plus depuis vingt ans lorsqu’il fut élu en juin 1946 ; l’appartenance de Rachel Lempereur au Droit Humain n’est avérée qu’à partir de 1956. Cf. la liste des parlementaires maçons et de leur loge dans la thèse originale.

52 Entretien du 8 janvier 1998.

53 Serge Berstein, « Radicalisme et Franc-Maçonnerie. L’Union sacrée », L’Histoire, n° 256, juillet-août 2001, p. 50-56.

54 Quelques-uns rejoignirent le Grand Orient après la guerre : Alix Berthet en 1945, Charles Margueritte en 1946, Gérard Jaquet en 1951, et Frank Arnal en 1957.

55 Étaient également proscrites, sous peine d’exclusion, la LDH et la Libre Pensée. Le 27 novembre 1945, le PCF leva l’interdiction à l’égard de la franc-maçonnerie.

56 René Naegelen, Cette vie que j’aime, t. 2, Hachette, 1965, p. 105.

57 Dans les années 1930, 15,4 % seulement des parlementaires radicaux étaient francs-maçons, et entre 10 % et 7 % des membres du comité exécutif du parti, contre 48 % en 1908. Cf. Serge Berstein, « Radicalisme et Franc-Maçonnerie… », art. cit.

58 Rapport des RG du 30 avril 1942, dossier Auberger, AN, F7/2872.

59 Témoignages de Roger Cerclier à M. Doysie en août 1945 puis à M. Lecorvaisier le 3 avril 1947, AN, 72AJ/60, AIII23.

60 Cité par André Combes, « Paul Ramadier et la franc-maçonnerie », dans Serge Berstein (dir.), Paul Ramadier. La République et le Socialisme, Bruxelles, Complexe, 1990, p. 58-59.

61 Pierre Chevalier, Histoire de la Franc-maçonnerie française, Fayard, 1975 et Kirchmeyer et Eychène, Historique sommaire de Patriam recuperare.

62 Les témoignages des membres maçons et résistants du corpus, recueillis par le CHSGM, ne présentent jamais les liens maçonniques comme structurant un réseau ou un mouvement. Cf. AN, 72AJ.

63 Dans les années soixante, il appartint également au cercle Arthur Groussier, qui l’avait initié en 1951, cercle présidé par Georges Bérard Quelin. Entretien du 28 septembre 1995.

64 Cité par Jean-André Faucher, op. cit., p. 284.

65 Cf. AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/277 et F/1cII/311.

66 Éric Agrikolianski, « La Ligue des droits de l’homme : un engagement associatif entre morale et politique », dans Claire Andrieu, op. cit., p. 549-558.

67 Cf. chap. IV, p. 144-148. Je remercie Emmanuel Naquet pour son aide.

68 Éric Agrikoliansky, La Ligue des droits de l’homme (1947-1990). Pérennisation et transformations d’une entreprise de défense des causes civiques, thèse de doctorat, IEP Paris, 1997, p. 111.

69 Wendy Ellen Perry, Remembering Dreyfus : The Ligue des Droits de l’Homme and the Making of the Modern French Human Rights Movement, Ph.D., université de Caroline du Nord, 1998.

70 Roland Faivre, « Le pacifisme de la LDH en Charente-Inférieure pendant les années vingt », dans Le Mouvement social, n° 183, avril-juin 1998, p. 135 ; Claudy Valin, La Ligue des droits de l’homme en Charente-Maritime des origines à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Éditions Bordessoules, 1988.

71 Contre 177 000 en 1933, à son apogée. Cf. Gilles Morin, « La LDH face à la Quatrième République », Cahier de l’OURS, n° 193, octobre 1988, p. 25-34.

72 Éric Agrikoliansky, op. cit., p. 110-127.

73 Et Maurice Cormier reprit le flambeau en 1973 !

74 Éric Agrikolianski, « De la politique aux Droits de l’homme : logique d’un engagement pluriel », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 51-52, juillet-décembre 1998, p. 52-62.

75 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/205 et F/1cII/278.

76 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/310.

77 AN, ministère de l’Intérieur, F/1cII/278 et F/1cII/295.

78 André Maudet, Au fil des souvenirs, Saintes, chez l’auteur, 1988, p. 138 et 149.

79 Michel Offerlé (dir.), La profession politique…, op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. – La composition sociale des députés de 1936 et de la IVe République (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27707/img-1.png
Fichier image/png, 137k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search