Versione classicaVersione mobile

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Première partie. Un parti rénové : des parlementaires renouvelés ?

Conclusion. Un renouvellement inachevé

Noëlline Castagnez e Jean-Marie Mayeur

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 Expression de Robert Verdier dans « Le renouveau manqué ? La SFIO en 1945 », Cahiers Léon Blum, n° (...)

1À la Libération, le socialisme apparut bien comme « le maître de l’heure », selon l’expression de Léon Blum, car un état d’esprit socialisant, mélange d’humanisme, de fraternité, et de solidarité, était partagé par de nombreux Français dans l’euphorie de la victoire. Ce socialisme-là, s’il pouvait renoncer à toute forme de sectarisme, à son laïcisme anticlérical et à sa conception étroite de la lutte des classes, était porté par les hommes et les idées de la Résistance. Le parti socialiste était alors à la croisée des chemins et le recrutement de ses parlementaires, sur lequel le mode de scrutin lui donnait la haute main, allait focaliser le dilemme. Il pouvait tenter de canaliser à son profit ce vaste courant socialisant, en acceptant une véritable révision de sa doctrine, donc un changement de son identité immuable depuis 1905, et accepter de se transformer en un parti travailliste. Pour ce faire, il pouvait profiter de la vigoureuse épuration de ses cadres pour choisir ses représentants parmi les nouveaux venus des mouvements de Résistance, en féminisant et en rajeunissant du même coup son groupe parlementaire. Mais il pouvait aussi préférer renaître de ses cendres, en triant le bon grain de l’ivraie, grâce au tamis de la Résistance et proclamer sa fidélité à ses idéaux traditionnels. Or lorsque Daniel Mayer et Léon Blum essayèrent de rénover les hommes et l’idéologie, ils se heurtèrent aux réticences des militants, accrochés à leur image de parti ouvrier, au point de négocier une improbable unité organique avec le PCF. Rapidement, les communistes apparurent comme le véritable et principal adversaire dans cette course à la légitimité ouvrière, alors même que les socialistes assumaient les responsabilités du pouvoir au sein du Tripartisme puis de la Troisième Force. Déconcertée, la SFIO adopta « une attitude de crispation1 », entérinée par l’avènement de l’équipe Guy Mollet en août 1946, convaincue qu’une radicalisation de sa doctrine serait un gage de redressement.

2Parti rénové, la SFIO le fut dans la mesure où elle se livra à une sévère épuration de ses cadres, et particulièrement de ses parlementaires, pour lesquels le péché originel de juillet 1940 ne reçut ni absolution ni même pardon. Cette stratégie d’expiation, qui présida à sa reconstitution, était sans doute le prix à payer pour apaiser le dégoût et le désamour d’une partie des militants pendant la guerre ; mais après la Libération, elle devenait maladroite, puisqu’elle focalisait l’opinion sur les fautes de quelques-uns, au lieu de valoriser le martyre, l’héroïsme, ou du moins l’attitude digne de nombreux autres. Et ce alors même que la dispersion des socialistes dans les mouvements et réseaux brouillait durablement la perception de leur engagement dans l’opinion. De plus, cette épuration imposée par la direction clandestine fut mal vécue sur le terrain par des fédérations désorganisées et parfois décimées par la répression, car elles avaient besoin de tous leurs élus pour remporter les élections. Néanmoins, l’épuration, conjuguée à la déportation et à des disparitions naturelles, provoqua un réel appel d’air, de sorte que les parlementaires du nouveau régime furent bel et bien renouvelés à 86 %.

3Mais ce vent nouveau s’arrêta de souffler dès la fin de l’année 1946, puisqu’une fois le sas des municipales d’avril 1945 franchi et les institutions solidement installées, on assista à une contraction des candidatures que le parti ne put enrayer. Avec un renouvellement exogène de 12s§ à peine, elle ne fit qu’entrebâiller sa porte aux mouvements de la Résistance, accordant une prime à l’ancienneté partisane et à l’expérience électorale. Le groupe parlementaire de la ive République se renouvela donc de façon endogène, avec un phénomène de glissement par degrés dans la hiérarchie partisane. Peu de place était laissée à ceux qui n’étaient pas encore arrivés en haut du circuit, les femmes, les jeunes et les sympathisants extérieurs, d’autant que le mode de scrutin à l’Assemblée nationale, donnant tout pouvoir à l’appareil, bloquait toute régulation par l’électorat. L’érosion à laquelle le groupe fut soumis jusqu’à la fin du régime ne fit que renforcer la tendance, son taux de renouvellement dépassant difficilement 20 %. Rendue de plus en plus frileuse par ses déconvenues électorales, et participant néanmoins au pouvoir jusqu’en 1951, la SFIO craignait, en effet, l’immaturité politique sous toutes ses formes : les femmes étaient soupçonnées de cléricalisme, les jeunes de déviance gauchiste, et les socialistes de fraîche date d’opportunisme.

  • 2 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français 190 (...)

4Lorsqu’on examine la composition du groupe parlementaire de la IVe République, le plus surprenant n’est finalement pas tant le refus de la SFIO de s’ouvrir aux courants socialisants de la Résistance, que celui de se féminiser et de se rajeunir en puisant dans son propre vivier. À défaut d’y parvenir dans l’opinion, elle affichait sa légitimité résistante au Parlement, son groupe parlementaire, constitué à 85s§ par des résistants, devant compenser ce déficit d’image avec un effet de loupe grossissante. Ces parlementaires résistants étaient en outre représentatifs de la grande diversité des engagements des socialistes, mieux que ne l’avait été le comité directeur à la Libération. Ainsi on comprend mieux pourquoi les militants qui les avaient investis n’aient pas eu le sentiment de se fermer aux forces nouvelles de la Résistance, puisqu’ils y avaient participé, qu’ils en étaient eux aussi l’émanation, et qu’ils recevaient ainsi une juste rétribution. En revanche, la SFIO fut incapable de faire élire des femmes pour elles-mêmes, même auréolées d’actions héroïques et présentant la garantie de plusieurs années d’ancienneté. Alors que les femmes accédaient enfin à la vie civique, et constituaient la moitié du corps électoral, les socialistes perdirent cette nouvelle bataille face au communistes, avec seulement 3s§ de représentantes au Parlement. De même, ils ne furent pas capables de surmonter leur méfiance à l’égard de leurs jeunes, souvent indisciplinés, pour rajeunir un groupe parlementaire qui ne cessa de vieillir jusqu’en 1958. La SFIO était-elle simplement misogyne et gérontocrate, comme l’accusèrent ces contemporains à l’aube de la Ve République ? Prise par ce « remords du pouvoir » qui la taraudait à chaque fois qu’elle devait y participer2, elle fut en proie à l’une de ses crises identitaires où elle ne pouvait prendre le risque de confier son image publique à des inconnus. À cet égard, les législatives de 1932 et 1936 avaient été plus favorables aux jeunes talents prêts en à découdre à tout prix, particulièrement lorsqu’il avait fallu compenser la scission néo-socialiste de 1933. Comparée à celle du Front populaire, la rupture marquée par la guerre fut donc moins franche, car le filtre de la Résistance, souvent teinté de pragmatisme par les fédérations, ne bouleversa guère les pratiques et les critères traditionnels de sélection. L’originalité du groupe parlementaire de la IVe République doit être recherchée ailleurs.

Note

1 Expression de Robert Verdier dans « Le renouveau manqué ? La SFIO en 1945 », Cahiers Léon Blum, n° 33, juin 2001, p. 10.

2 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français 1905-1992, Fayard, 1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search