Version classiqueVersion mobile

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Première partie. Un parti rénové : des parlementaires renouvelés ?

Conclusion. Un renouvellement inachevé

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la Libération, le socialisme apparut bien comme « le maître de l’heure », selon l’expression de Léon Blum, car un état d’esprit socialisant, mélange d’humanisme, de fraternité, et de solidarité, était partagé par de nombreux Français dans l’euphorie de la victoire. Ce socialisme-là, s’il pouvait renoncer à toute forme de sectarisme, à son laïcisme anticlérical et à sa conception étroite de la lutte des classes, était porté par les hommes et les idées de la Résistance. Le parti socialiste était alors à la croisée des chemins et le recrutement de ses parlementaires, sur lequel le mode de scrutin lui donnait la haute main, allait focaliser le dilemme. Il pouvait tenter de canaliser à son profit ce vaste courant socialisant, en acceptant une véritable révision de sa doctrine, donc un changement de son identité immuable depuis 1905, et accepter de se transformer en un parti travailliste. Pour ce faire, il pouvait profiter de la vigoureuse épuration de ses cadres pour choisir ses représ...

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search