Version classiqueVersion mobile

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Première partie. Un parti rénové : des parlementaires renouvelés ?

Chapitre II. Un renouvellement exogène ou endogène ?

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans son Manifeste au peuple de France de novembre 1944, le parti socialiste s’était déclaré « rénové dans sa composition ». Mais renouveler ses militants et ses cadres s’avérait un exercice délicat pour un parti qui ne souhaitait pas pour autant perdre son identité. La rénovation impliquait donc non seulement de réformer le recrutement, mais aussi de veiller à la portée symbolique de certains choix. Fallait-il ouvrir le parti aux forces nouvelles issues de la Résistance et encourager certains reclassements, à partir du parti radical par exemple ? À côté des ministres socialistes, les parlementaires constituaient la vitrine du parti dans le pays, et les campagnes électorales étaient autant d’occasions de restaurer et de rafraîchir l’image dégradée de la SFIO. En dépit des multiples contraintes, les investitures ne pouvaient être accordées à la légère et la direction ne pouvait pas toujours contrôler les fédérations. Dans quelle mesure cette volonté de « rénovation » se traduisit-elle dans le recrutement du groupe parlementaire ?

Une prime à l’ancienneté partisane

  • 1 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation, Presses de la FNSP, 1982, p. 240.

2Le taux de renouvellement lors des élections d’octobre 1945 fut de 76 %, légèrement inférieur par conséquent à celui de l’ensemble de l’Assemblée avec 78 %. Or Marc Sadoun a déjà avancé que les élections d’octobre 1945 étaient « une nouvelle preuve de la tendance socialiste au protectionnisme déjà vérifiée sous l’Occupation1 ». Il convient donc d’affiner et de prolonger cette analyse sur toute la IVe République afin de définir s’il s’agissait d’un mouvement de fond (cf. tableau 2).

Tableau 2. – Le renouvellement du personnel parlementaire.

Tableau 2. – Le renouvellement du personnel parlementaire.
  • 2 Il n’a pas été possible de situer la date d’adhésion, avant leur élection sous étiquette SFIO, de (...)

3Note 22

Les anciens parlementaires de la IIIe République

  • 3 Gilles Le Béguec, « De l’avant-guerre à l’après-guerre : le personnel parlementaire français, cont (...)
  • 4 Il s’agit de René Arbeltier (Seine-et-Marne), Fernand Audeguil et Gaston Cabannes (Gironde), Vince (...)
  • 5 Philippe Burrin, La dérive fasciste, Doriot, Déat, Bergery (1933-1945), Le Seuil, 1986.

4La rupture entre l’ensemble du personnel parlementaire d’avant-guerre et celui de la Libération est incontestable, Gilles Le Béguec ayant montré que 178 anciens parlementaires seulement avaient retrouvé un siège sous le nouveau régime3. Or quarante-deux d’entre eux, soit presque un quart, étaient des socialistes, à l’image de leur poids dans le groupe des Quatre-Vingts. Mais ces vétérans ne représentent que 14 % de l’ensemble des parlementaires SFIO de la IVe République. Plus des trois quarts des députés SFIO de 1940, en effet, ne furent pas reconduits puisque trente-deux, soit 21 % seulement, retrouvèrent un mandat parlementaire après la Libé­ration4. Parmi eux, quatorze des quinze membres de l’Assemblée consultative provisoire de Paris accordés au parti par l’ordonnance du 11 octobre 1944. Seul le sénateur du Var, Henry Sénès, membre des Quatre-Vingts, quitta la scène nationale. À ces anciens de la IIIe République, on peut ajouter Pierre-Olivier Lapie (Meurthe-et-Moselle) et Paul Ramadier (Aveyron), alors députés USR, et Maurice Montel (Cantal), alors membre de la Gauche indépendante. Par ailleurs, on ne retrouve que trois sénateurs de 1940 avec Georges Bruguier (Gard), Louis Gros (Vaucluse), soit deux des treize sénateurs SFIO, et Joseph Paul-Boncour (Loir-et-Cher) alors USR. Dès le congrès de novembre 1944, Daniel Mayer avait en effet œuvré en faveur de la réunification de la famille socialiste en favorisant le retour de néo-socialistes, exclus depuis 1933. Il distinguait alors les partisans de Marcel Déat, qui avaient dérivé dans le collaborationnisme5, des amis de Pierre Renaudel, favorables à la participation au pouvoir, au rang desquels se trouvaient Paul Ramadier et Joseph Paul-Boncour. Pierre-Olivier Lapie avait quant à lui rompu avec l’USR après Munich et voté avec les partisans de la fermeté au sein de la SFIO. À ces trente-huit anciens parlementaires de 1940, s’ajoutent Albert Aubry, député d’Ille-et-Vilaine de 1919 à 1924, Ernest Couteaux et Pierre Delcourt, tous deux députés du Nord, respectivement de 1919 à 1928 et de 1928 à 1936, et Hippolyte Masson, député du Finistère de 1919 à 1936. À ce stade de l’analyse, l’ensemble du groupe fut donc profondément renouvelé par rapport à celui de l’avant-guerre pour les raisons, déjà étudiées, de la répression, de la mortalité naturelle, et surtout de l’épuration.

  • 6 Il y eut 120 parlementaires de la IIIe République réélus en octobre 1945 selon Gilles Le Béguec, a (...)

5Du fait de leur vieillissement, la part des anciens de la IIIe République diminua naturellement tout au long de la période. Ils étaient trente-quatre à l’Assemblée nationale constituante de 1945, soit 24 % du groupe. Ils représentaient alors 28 % des vétérans de cette assemblée, récompensés pour leur attitude sous l’Occupation6. Implantés depuis plus longtemps, ils résistaient mieux que les nouveaux élus à l’érosion des suffrages socialistes, mais l’âge venant, ils n’étaient plus que quatorze à l’Assemblée de 1956, soit 14 % seulement. Ces derniers constituent toutefois un bel exemple de longévité politique, le record étant détenu par Félix Gouin et Jules Moch, tous deux élus pour la première fois en 1928. Leur poids fut sensiblement plus faible au Conseil de la République : de huit en 1946 (sur 58), ils passèrent à trois en 1955 (sur 53). Sans doute, se résignaient-ils difficilement à rejoindre une assemblée aux pouvoirs amoindris, même si Ernest Couteaux, Pierre Delcourt, Salomon Grumbach, Amédée Guy et Joseph Paul-Boncour y trouvèrent une courte survie politique jusqu’en 1948. Seuls trois d’entre eux y refirent carrière. Hippolyte Masson en fut le doyen d’âge et y demeura jusqu’à sa retraite en 1955. Jean-Louis Rolland, battu en juin 1946, put faire un retour sur la scène nationale de 1955 à 1958. Marius Moutet, enfin, put même franchir le cap de la Ve République, fêter en 1964 le cinquantenaire de son entrée au Parlement et demeurer sénateur jusqu’à sa mort, à quatre-vingt-douze ans, en 1968 !

  • 7 Rémy Roure, Le Monde, 24 janvier 1947.

6Par ailleurs, ce noyau cumulait les expériences parlementaires, partisanes voire gouvernementales. Vincent Auriol, Charles Lussy et Félix Gouin avaient exercé des responsabilités au sein du groupe parlementaire d’avant-guerre. Huit d’entre eux avaient siégé à la CAP en tant que titulaires ou suppléants : André Le Troquer dès 1916, Vincent Auriol, Salomon Grumbach et Joseph Paul-Boncour dès décembre 1920, Lucien Hussel depuis 1926, Gaston Cabannes depuis 1927, Jules Moch en 1934 et Jean Pierre-Bloch en 1935. Salomon Grumbach y avait été le secrétaire à l’Action internationale de 1930 à 1933 et André Le Troquer le secrétaire de la Commission nationale des conflits de 1929 à 1931. Huit également avaient été secrétaires fédéraux adjoints ou en titre dans l’entre-deux-guerres : Lucien Hussel dans l’Isère, Augustin Laurent dans le Nord (1936-1939), Max Lejeune dans la Somme (1939), Albert Aubry en Ille-et-Vilaine à partir de 1923, Hippolyte Masson dans le Finistère à partir de 1910, Jean Meunier en Indre-et-Loire (1935-1936), Louis Noguères dans les Pyrénées-Orientales (1937-1940) et Charles Lussy en Afrique du Nord (1909-1910). La plupart, trente-sept, avaient été délégués par leur fédération ou le groupe parlementaire à des congrès nationaux. Cinq, enfin, avaient été ministres du Front populaire : Vincent Auriol, Jules Moch, Paul Ramadier, Marius Moutet et Joseph Paul-Boncour. La IVe République leur offrait, selon l’expression de Rémy Roure, « un bouquet de jeunesse7 ». S’il était numériquement faible, ce groupe, avec la part de mythes qui s’y rattachait, pesait donc d’un poids non négligeable dans le parti.

  • 8 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 239.

7C’est pourquoi, à son retour de captivité en mai 1945, Léon Blum associa le jeune secrétaire général du parti clandestin, Daniel Mayer, à Vincent Auriol dont « le rapprochement [me] semble un grandiose symbole de ce besoin de continuité et de renouvellement8 ». Membre de la SFIO depuis 1927, ancien rédacteur du Populaire et propagandiste des JS, Daniel Mayer n’avait jamais appartenu aux instances dirigeantes auparavant et avait cependant succédé dans la clandestinité à Paul Faure, secrétaire général depuis décembre 1920. Il entendait donc incarner ce renouveau. Or s’il n’avait jamais siégé à la CAP, il était néanmoins du sérail et avait déjà franchi plusieurs étapes de la promotion interne. Sans doute son engagement pendant la guerre avait-il accéléré son avancement et il est vraisemblable qu’en d’autres circonstances il n’aurait jamais occupé ce poste. Mais il ne s’agissait pas là d’une ouverture vers l’extérieur. Son cas était-il représentatif de celui des autres parlementaires ?

Les viviers du recrutement endogène

8L’épuration ayant balayé les anciens parlementaires, 86 % du corpus accédaient pour la première fois au Parlement après la Libération. Depuis 1905, l’ancienneté partisane était la condition nécessaire pour qu’un militant puisse être candidat à des élections générales. L’article 12 des nouveaux statuts stipulait donc que pour être candidat aux législatives, il fallait être membre du parti depuis trois années consécutives à compter du jour d’adhésion jusqu’à l’ouverture légale de la campagne électorale. La date limite d’adhésion était donc fixée en principe à l’automne 1941. La plus grande confusion ayant régné au sein des appareils à partir du printemps 1940, cette règle revenait à ne considérer comme potentiellement éligibles que des militants d’avant-guerre et à exclure tous ceux qui auraient pu rejoindre le parti dans la clandestinité. C’est pourquoi Daniel Mayer tenta, en vain, que le temps de présence dans la Résistance fût assimilé à un temps d’ancienneté dans le parti. À la demande des fédérations, le Conseil national du 9 juin 1946 porta à cinq ans le délai pour être candidat à des élections nationales. La légitimité partisane prenait ainsi définitivement le pas sur celle de la Résistance. Quelles en furent les répercussions sur le renouvellement des parlementaires ?

  • 9 Cf. note 2.
  • 10 Les archives de la SFIO ont été emportées par les Allemands, puis par les Russes pendant la guerre (...)

9Il convient de s’interroger sur l’origine des 259 nouveaux élus SFIO. Il n’a malheureusement pas été possible de déterminer avec certitude la date d’adhésion formelle, précédant leur investiture, de 5,3 % d’entre eux9. En revanche 215, soit 88 % au moins, en tenant compte des inconnus, ont été repérés comme membres du parti ou de l’un de ses mouvements de jeunesse, Jeunesses socialistes (JS) ou Étudiants socialistes (ES), avant la guerre10. Ils constituèrent une part relativement stable des groupes, passant de 92 % en octobre 1945, à 89 % en juin 1946, puis 88 % en novembre 1946. La règle des cinq ans d’ancienneté fut donc généralement respectée, à quelques exceptions près que nous analyserons plus loin. Le problème ne se posait plus dans les mêmes termes pour les législatives de 1951, puisqu’il suffisait d’être membre du parti depuis 1946. Toutefois cela ne changea guère la proportion de militants d’avant-guerre qui représentaient toujours 87 % du groupe en 1951, et même 89,5 % en 1956, c’est-à-dire un niveau équivalent à celui de juin 1946. Il s’agit donc bien d’un renouvellement endogène et qui ne se démentit pas au cours de la période. Il est dès lors nécessaire d’en analyser la profondeur, en considérant les différents échelons du cursus partisan.

10Vingt et un d’entre eux, soit 9,7 %, avaient animé des sections ou des fédérations des JS ou des ES et, à ce titre, avaient parfois été membres du Comité national mixte (CNM). Citons parmi les secrétaires fédéraux JS : Just Évrard puis Camille Delabre dans le Pas-de-Calais, Victor Provo dans le Nord, Jean Capdeville en Seine-Inférieure, Jacques Meyniel dans le Cantal, Georges Guille dans l’Aude, Jean Péridier dans l’Hérault, ou encore Edgar Tailhades pour tout le Sud-Est. Et Gérard Jaquet avait animé les ES de Paris à la veille de la guerre. Alors que les statuts rendaient l’adhésion aux JS ou aux ES obligatoire aux moins de 25 ans, ce chiffre peut sembler relativement faible. Si l’on ne conserve que ceux qui n’occupèrent aucune autre fonction, il descend à 3 %. Ce phénomène confirme que la plupart des futurs cadres en firent l’économie, et s’explique par la difficile histoire, faite de scissions et d’exclusions, du mouvement de jeunesse dans l’entre-deux-guerres.

  • 11 Si l’on ajoute les anciens parlementaires de la IIIe République, c’est un tiers du corpus qui fut (...)

11Si le cursus militant idéal, allant des Jeunesses au parti, ne fut guère respecté, les élus de la Libération n’étaient pas pour autant démunis d’expérience partisane, puisque soixante-quatre, soit presque 30 %, avaient été délégués par leur fédération à un congrès national avant 1939. Il s’agissait par conséquent de militants déjà suffisamment implantés et ayant au moins cinq années d’ancienneté pour être mandatés par leurs camarades à l’instance législative du parti. Leur participation aux congrès leur avait en outre conféré une expérience des grands débats, doctrinaux et stratégiques, et leur avait permis de côtoyer de grandes figures, telle celle de Léon Blum, qu’ils retrouvèrent après la Libération. Mais il faut préciser que vingt-sept d’entre eux seulement furent délégués avant le 33e congrès national de juin 1936, qui entérinait la victoire du Front populaire, les autres étant par conséquent des militants moins aguerris11. Soixante également, soit 29,5 %, avaient déjà été candidats à des élections législatives ou sénatoriales, dont vingt-cinq avant même la victoire de 1936. Les statuts exigeaient moins d’ancienneté que pour être délégué au Congrès national, trois ans seulement, mais le militant devait faire preuve de plus de disponibilité, d’une certaine autonomie financière et professionnelle, et de pugnacité.

12Une bonne cinquantaine, soit 25 % seulement, avaient été secrétaires de sections, alors qu’on aurait pu s’attendre à un chiffre plus élevé. Il est probable que les secrétariats de petites sections n’aient laissé aucune trace, mais certains militants particulièrement dynamiques se virent souvent offrir d’emblée des responsabilités fédérales.

  • 12 Noëlline Castagnez-Ruggiu et Gilles Morin, « Le parti issu de la résistance », dans Serge Berstein(...)
  • 13 H.-R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de Vichy. Idées et motivations 1940-1942, (...)

13Cinquante-quatre, soit 25 %, avaient exercé les fonctions de secrétaires fédéraux adjoints, voire de secrétaires fédéraux en titre pour trente-cinq d’entre eux. Rappelons que si le personnel fédéral s’était mieux comporté que l’appareil central pendant l’Occupation, et avait été de ce fait moins épuré, il avait été très largement victime de la répression. Ceux qui reçurent l’investiture avaient donc fait leurs preuves. Plusieurs avaient ainsi contribué à la reconstitution de leur fédération. En zone occupée, on repère Just Évrard et Camille Delabre, adjoints depuis 1934 et 1936 dans le Pas-de-Calais, au côté d’André Pantigny qui mourut en déportation ; Augustin Laurent et Victor Provo, adjoints depuis 1936 dans le Nord, aux côtés de Jean Lebas lui aussi mort dans les camps ; Lucien Draveny, adjoint depuis 1931 dans la Marne ; Roger Veillard, secrétaire depuis 1936 en Seine-et-Marne ; Germain Rincent, adjoint de Pierre Brossolette depuis 1938 dans l’Aube ; Henri Guénin, secrétaire depuis 1936 en Côte-d’Or ; Eugène Quessot, secrétaire depuis 1931 en Ille-et-Vilaine ; Jean Ascensio, secrétaire depuis 1931 dans le Maine-et-Loire ; et enfin Charles Lamarque-Cando, secrétaire fédéral depuis 1936 dans les Landes. Dans la zone dite libre et gouvernée par Vichy, citons Raoul Parpais, secrétaire depuis 1928 dans l’Indre ; Georges Archidice, secrétaire fédéral adjoint depuis 1936 dans le Lot-et-Garonne ; Jean Worms, adjoint depuis 1937 en Dordogne ; et enfin Alex Roubert, secrétaire des Alpes-Maritimes depuis 1937. On remarque que ceux de la zone occupée sont plus nombreux, en écho à l’engagement de l’ensemble des secrétaires fédéraux de 193912. « L’idée de résistance » germa en effet plus rapidement et facilement sous le joug de l’occupant allemand qu’en zone Sud, le régime de Vichy entretenant la confusion et la désinformation plus longtemps13.

14D’autres secrétaires avaient dû quitter leur fédération contraints et forcés. Adrien Chatagner, secrétaire de l’Ain depuis 1934, fut déplacé par Vichy, et Gaston Chaze, secrétaire des Basses-Pyrénées depuis 1931, le fut également, en Vendée, où il participa à la Résistance. Lucien Coffin ne retrouva sa fédération du Cher, qu’il animait depuis 1936, qu’à son retour de captivité en 1945. Émile Vanrullen, secrétaire fédéral de la Marne depuis 1934, fut lui aussi fait prisonnier. Rapatrié en 1941, il fut déplacé d’office par Vichy et s’installa dans le Pas-de-Calais où il demeura après 1945. Eugène Montel, secrétaire de la Haute-Garonne depuis 1925, fut interné à Pellevoisin. De même, Louis Noguères, secrétaire des Pyrénées-Orientales depuis 1937, fut mis en résidence surveillée. Outre-mer, il leur avait été plus facile de demeurer à la tête de leur fédération. Raoul Borra conserva celle de Constantine, Jean-Baptiste Léonetti celle du Maroc et Paul Valentino celle de la Guadeloupe.

15Plus d’un tiers des membres du corpus avaient déjà participé à des élections législatives ou sénatoriales avant la guerre, dont plus de la moitié avant les élections de mai et juin 1936 qui portèrent au pouvoir le Front populaire. Rappelons que la majorité de ces militants le fit sans succès, puisque quarante-deux seulement sur la centaine qui s’était présentée entrèrent au Parlement sous la IIIe République.

16La stratégie de présence de la SFIO explique qu’Alix Berthet, candidat à 21 ans à Annecy en 1928, et Édouard Soldani, candidat au même âge en 1932 dans le Var, n’aient même pas atteint l’âge requis. Et 19 % d’entre eux avaient moins de trente ans lors de leur première candidature tels que René Naegelen (25 ans) à Belfort en 1919, Paul Valentino (26 ans) en Guadeloupe en 1928, Jean Pierre-Bloch (26 ans) à Laon en 1931, Jean Le Coutaller (27 ans) à Pontivy en 1932, et en 1936, Georges Brousse (27 ans) à Moissac, Antoine Courrière (27 ans) à Castelnaudary, et Georges Guille (27 ans) à Narbonne, pour ne citer que les benjamins. Rappelons enfin qu’en 1936, le groupe socialiste comptait parmi les plus jeunes députés de l’hémicycle avec François Tanguy-Prigent et Max Lejeune, tous deux nés en 1909. La répartition par âges des premières candidatures au Parlement est assez comparable à celle des cantonales, les trente à quarante ans dominant avec plus de 56 %, et confirme qu’il ne s’agissait pas systématiquement d’une troisième étape dans le cursus électoral. D’ailleurs plus d’un quart d’entre eux ne détenaient aucun mandat local lors de leur première candidature, et quatre furent même élus en 1936. Émile Bèche, député de Niort, ne devint maire qu’en 1944. Et Max Lejeune, député d’Abbeville, Adrien Mabrut, député de Clermont-Ferrand et Pierre-Olivier Lapie, député (USR) de Nancy, ne furent élus conseillers généraux qu’en septembre 1945. Précisons qu’ils n’étaient membres ni de l’appareil fédéral ni de la direction.

  • 14 Entretiens avec Suzanne Caille du 17 décembre 1986 et avec Fernand Roucayrol du 21 juin 1986.

17Les conditions matérielles et les indemnités offertes aux parlementaires n’avaient en aucune façon l’attrait qu’elles purent avoir par la suite. Les provinciaux, en particulier, devaient avoir recours aux locaux du Populaire pour se loger et devaient faire appel au dévouement des permanents, comme Suzanne Caille, la secrétaire de Paul Faure, pour leur secrétariat14. En outre, la défiance à l’égard de ces élus susceptibles de participer au pouvoir était profondément ancrée chez les militants d’un parti qui se déclarait et se pensait révolutionnaire. Le débat récurrent sur la participation, à laquelle le secrétaire général était opposé, y contribuait et connut son apogée en 1933. Le groupe parlementaire était majoritairement favorable à la participation depuis 1925, alors que la majorité des Conseils nationaux et des Congrès la refusait. Les parlementaires proches de la Vie socialiste de Pierre Renaudel étant entrés en rébellion ouverte contre la CAP en votant le budget, la scission dite néo-socialiste ne put être évitée en novembre 1933. La méfiance envers des élus que l’on soupçonnait vite d’être aspirés par les attraits du pouvoir en fut renforcée. Mais être candidat, y compris à des élections générales, était un acte de militantisme presque ordinaire, et certains acceptèrent de faire campagne plusieurs fois de suite, parce qu’ils voulaient œuvrer à la propagande du parti, quitte à être battus.

  • 15 Ont été retenues les législatives de juin 1936 et les différentes partielles jusqu’en 1939. Voir l (...)

18Parmi ces candidats récidivistes, on note le cas d’Eugène Quessot, six fois candidat aux législatives à Rennes, de 1914 à 1936, et une fois au Sénat en 1932, sans plus de succès. À la Libération, il était donc naturel de solliciter à nouveau ceux d’entre eux qui n’avaient pas failli sous l’Occupation. On retrouve aussi quarante-huit candidats malheureux à la dernière législature, représentant 23,5 % des nouveaux élus déjà militants socialistes avant 193915. Certains avaient connu leur baptême du feu en 1936 à la faveur de la scission néo-socialiste en étant investis contre des députés renégats. Dans le Var, à Brignolles, Albert Lamarque avait permis au communiste Gaou de battre l’USR Carmagnolle, et dans le 20e arrondissement de la Seine, Henri Barré, pivertiste, avait favorisé la défaite de Marcel Déat face au communiste Langumier. Notons que ce fut dans ces mêmes conditions que Fernand Audeguil était entré à la Chambre, en battant Lasserre dans la 2e circonscription de Bordeaux, sur les terres d’Adrien Marquet. Pour contrer la dissidence parlementaire des néo-socialistes, la SFIO n’avait pas hésité en 1936 à faire confiance à des militants relativement plus jeunes. Nous verrons qu’à la Libération le procédé ne fut pas repris pour compenser l’épuration.

  • 16 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives PS-SFIO, OURS, p. 44. La liste de (...)

19En revanche, les instances centrales d’avant-guerre n’étaient guère représentées puisqu’elles avaient été « assimilées » au groupe parlementaire de juillet 1940 et épurées selon les mêmes critères par le congrès de novembre 194416. Des JS, seuls sont repérables Bernard Chochoy, qui fut leur secrétaire national de 1935 à 1938, et quelques membres de leur CNM : Daniel Mayer (1932-1934), Jean Capdeville (1934), Kléber Loustau (1935-1936), Charles Lussy (1936), Pierre Commin (1938) et Gérard Jaquet (1939). Mais la grande majorité des JS avait été ardemment paul-fauriste, la plupart de ses dirigeants ayant suivi Paul Faure au Pays socialiste, ce qui avait entraîné leur épuration. Seule Rachel Lempereur était issue du Comité national des femmes socialistes où elle avait été élue de 1935 à 1939, mais on a vu combien les militantes éprouvaient de difficultés à être investies. Enfin, quelques-uns seulement avaient appartenu à la CAP en tant que titulaires ou suppléants : sept, soit un peu plus de 3 %, avec Pierre Commin (1938), Germaine Degrond (1938), Édouard Depreux (1938), Augustin Laurent (1936-1938), Pierre Métayer (1938), Marcel-Edmond Naegelen (1934 et 1936) et Roger Veillard (1938). On remarque que la plupart y étaient entrés peu de temps avant la guerre. En outre parmi ces nouveaux élus, Pierre Commin, Germaine Degrond, Pierre Métayer et Roger Veillard représentaient alors la Bataille socialiste de Jean Zyromski, partisan d’une unité d’action antifasciste, et seul Édouard Depreux avait clairement été paul-fauriste. Même si l’on ajoute les anciens parlementaires, quinze seulement avaient participé aux travaux de la CAP. Comme nous l’avons vu, elle avait été très rigoureusement épurée, et il n’est guère étonnant qu’elle n’ait pas été un vivier pour le groupe parlementaire de la ive République. Seuls quelques non paul-fauristes ou quelques résistants confirmés pouvaient en être issus.

20En guise de bilan, tenons compte du cumul des responsabilités, et conservons pour chaque militant d’avant-guerre, y compris les parlementaires de la IIIe République, son degré hiérarchique le plus élevé (cf. annexe 2). La part des simples militants n’est pas négligeable, puisqu’avec un tiers, ils constituent le premier vivier, devant les secrétaires fédéraux avec 18 %, et même devant l’ensemble des responsables locaux, avec 31 %, si l’on ajoute aux fédéraux les secrétaires de section. Leur poids explique le petit nombre de délégués et de candidats aux élections nationales, très souvent déjà membres de l’appareil fédéral. Le troisième vivier est formé par les anciens parlementaires qui, épurés, n’atteignent que 15 %. Le renouvellement des parlementaires socialistes fut donc non seulement endogène pour plus des trois quarts, mais il puisa sa source de la base vers le sommet, inversement à l’épuration. Pour quelles raisons l’ouverture du groupe parlementaire ne fut-elle pas plus large ?

Une ouverture manquée

  • 17 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, op. cit., p. 34.
  • 18 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, op. cit., p. 55.

21Daniel Mayer, qui souhaitait une ouverture vers la démocratie chrétienne, se montra pourtant encourageant. Pour aider le MRP « à se décanter lui-même », et à conjurer son tropisme de droite, il voulait que la SFIO soit à sa gauche une sorte de pôle d’attraction, suffisamment puissant pour faire échec aux partis de réaction à sa droite. Il fallait que les socialistes attirent « des éléments progressistes, et s’ils ne viennent pas directement jusqu’à nous, de les aider à lutter à l’intérieur même de leur parti contre les éléments de droite17 ». Constatant également que le Parti radical ne procédait à aucun examen de conscience, il se réjouissait que ceux qui en étaient déçus se tournent vers la SFIO : « Nous disons que nous pouvons demain être le grand Parti républicain et révolutionnaire, qui groupe autour de lui l’ensemble des républicains, et l’ensemble de ceux qui veulent faire effectivement la transformation sociale », déclara-t-il au congrès de novembre 194418.

Aux sources de la Résistance

22Vingt-huit nouveaux parlementaires sur les 259, soit à peine 11 % seulement, avaient adhéré entre 1939 et 1948. Ce chiffre révèle donc un faible renouvellement exogène car même en tenant compte des inconnus, il n’atteint pas 12 %. En outre, on compte très peu de reclassements, puisque seuls Maurice Montel et Jean Rougier avaient formellement appartenu au parti radical, Émile Poirault et Jean-Louis Fournier au parti radical-socialiste, Émile Durieux et Joseph Lasalarié ayant été républicains socialistes. D’autres, tel André Darmanthé, en avaient été proches sans en être membres, mais la proportion restait bien faible au regard des ambitions du secrétaire général. Par ailleurs, il est très difficile de déterminer avec plus de précision les dates d’adhésion dans ces périodes confuses où les fichiers ne furent pas systématiquement tenus à jour. Leur origine plus que leur nombre doit donc être soulignée.

  • 19 Paul Alduy (juin 1940) ; Robert Lacoste, Paul-Émile Descomps, Gérard Ouradou (PS clandestin) ; Émi (...)
  • 20 Jean-Pierre Pignot, « Libérer et Fédérer », dans Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), Les soci (...)

23Une dizaine rejoignirent le parti socialiste dans la clandestinité ou à la faveur de la Libération même si, à la lettre, leur entrée ne fut enregistrée qu’après la reconstitution de leur fédération, à l’automne 194419. Certains le firent par le biais de mouvements de Résistance socialisants comme Gérard Ouradou et Robert Lacoste, syndicalistes CGT, et Émile Poirault, jadis radical-socialiste, tous membres de Libération Nord, ou Gilbert Zaksas, ancien des Jeunesses communistes, membre du réseau socialiste dissident Libérer-Fédérer20. Émile Aubert dirigeait un maquis alpin qui intégra les FFI ; Paul Pauly, ancien responsable CGT de la Fédération des fonctionnaires dans la Creuse, fut membre du Comité de libération d’Aubusson ; et Paul-Émile Descomps était membre du comité d’épuration syndical du Gers. Ceux-là ne semblent avoir eu guère de difficulté à grossir les rangs du parti en dépit d’un recrutement qui se voulait sélectif.

  • 21 Entre novembre 1944 et octobre 1945 : Gilberte Brossolette, Eugénie Éboué, Jean-Louis Fournier, Jo (...)

24Dix-huit autres ne s’engagèrent qu’après le congrès de novembre 1944, voire à la veille de leur candidature sous l’étiquette SFIO21. Sans préjuger de leur motivation personnelle étudiée plus loin, quel intérêt électoral présentaient-ils pour que le parti leur accorde la carte et, presque simultanément, l’investiture ? On retrouve tout d’abord des représentants de la Résistance intérieure avec des membres de Libération Nord : Christian Pineau, l’un des fondateurs et Compagnon de la Libération, et Pierre Segelle, responsable du mouvement dans le Loiret. Ce rôle de passerelle que joua Libération Nord vers la SFIO s’explique par sa « physionomie particulière » que Jean Texcier décrit ainsi :

  • 22 Témoignage de Jean Texcier à Odette Merlat le 5 juin 1946, AN, 72AJ/59, AI.3.

« Le recrutement fut dès le début socialiste et syndicaliste. Ribière qui circulait sans cesse d’une zone à l’autre et à l’intérieur de chaque zone et qui a organisé le mouvement en province, étant lui-même un militant socialiste, a mis partout des cadres socialistes22. »

  • 23 Bernard Lachaise, « Dans la continuité de Félix Éboué : l’engagement gaulliste d’Eugénie Éboué sou (...)

25Mais d’autres mouvements, parfois éloignés, étaient également représentés. Dans l’Orne, Raymond Guesdon était membre du MLN. Jean-Daniel Jurgensen et Robert Salmon avaient été membres de Défense de la France, André Hauriou de Combat et Francis Leenhardt de Libération Sud. Georges Lamousse avait, quant à lui, pris le maquis dans le Limousin. Mais on remarque également des représentants de la France libre, comme Eugénie Éboué23. Après avoir gagné Londres en 1942, Gilberte Brossolette avait travaillé à la BBC. Alain Savary avait été gouverneur de Saint-Pierre-et-Miquelon de 1941 à 1943 avant d’être nommé commissaire de la République, à Angers, en avril 1945. Géraud Jouve avait dirigé Radio Brazzaville. Georges Gorse avait été chargé de diverses missions diplomatiques par le CFLN, puis était entré au cabinet du général de Gaulle à Alger.

  • 24 Christian Pineau, Une simple vérité, Julliard, 1960, p. 294. Mais son choix fut critiqué par Léon (...)
  • 25 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), IEP de Paris, 2001, p. 234.
  • 26 Entretien avec Jean Lacouture, Pour un nouveau parti socialiste, Le Seuil, 1970, p. 13.
  • 27 Georges Gorse, Je n’irai pas à mon enterrement, Plon, 1992, p. 143.

26Pour certains d’entre eux, le chemin pour rejoindre la SFIO avait été court. Francis Leenhardt, par exemple, avait adhéré au parti néo-socialiste de Pierre Renaudel en 1933. Des syndicalistes cégétistes, comme Gérard Ouradou ou Paul-Émile Descomps, avaient côtoyé des socialistes avant la guerre. Le secrétaire de la Fédération des fonctionnaires, Robert Lacoste, avait même participé au mouvement de réflexion planiste, impulsé par les travaux d’André Philip sur Henri de Man, en enseignant à l’Institut supérieur ouvrier. Son camarade Christian Pineau, secrétaire de la Fédération des employés et fondateur de Libération Nord, eut en outre l’occasion de rencontrer Daniel Mayer dans la clandestinité24. Mais pourquoi de jeunes gaullistes choisirent-ils la SFIO ? Alain Savary reçut une éducation catholique, et ses liens avec des hommes tels que Jacques Maritain auraient pu le convaincre de rejoindre l’UDSR25. Mais il considéra que la SFIO incarnait tout autant l’esprit de la Résistance, tout en permettant de lutter contre les injustices sociales et le capitalisme26. Quant à Georges Gorse, il dit clairement avoir procédé par élimination. Il n’était point « réactionnaire », et « nul homme jeune, au lendemain de la guerre, ne pouvait imaginer adhérer au parti radical ». Il éprouvait en outre « quelque défiance à l’égard de la démocratie chrétienne », surtout dans son département, la Vendée, « où le clergé était à l’époque fort traditionaliste ». Quant aux communistes, ils le combattaient « à boulets rouges27 ». Son choix de la SFIO fut donc un mélange de conviction et de pragmatisme électoral.

27Ces hommes et femmes qui avaient refusé la défaite en luttant dans l’ombre, ou en rejoignant de Gaulle et qui n’étaient pas socialistes auparavant, pouvaient signifier par leur diversité cette régénération que souhaitait afficher le parti en novembre 1944. Non que le parti eût réellement besoin d’une légitimité résistante, même s’il devait la mettre mieux en avant, mais l’adhésion au socialisme de personnalités issues de milieux de pensée différents, y compris gaulliste, affirmerait son éclatante supériorité. Tel était du moins l’objectif poursuivi par Daniel Mayer et son équipe afin de reconstruire l’image du parti.

Des fédérations égocentriques

  • 28 Ibidem, p. 54.
  • 29 Lettre de D. Gaudemer, secrétaire fédéral, au secrétaire général, du 2 octobre 1945. Correspondanc (...)
  • 30 Rapport du préfet aux RG à l’automne 1946, AN, F7 dossier n° 4105. Or André Hauriou fut élu.
  • 31 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 223, septembre 1983.

28Or force est de constater qu’ils échouèrent à concrétiser leur volonté d’ouverture sur le terrain. Certaines fédérations protestèrent devant ce qu’elles considéraient comme des abus de pouvoir du comité directeur. Le secrétaire fédéral de Vendée, Ludovic Clergeaud, en place depuis les années trente, lui reprocha ainsi d’avoir soutenu la candidature de Georges Gorse sur une liste Socialiste républicaine de la Résistance en octobre 1945. Secrétaire du CDL vendéen et élu au conseil général en septembre, sans doute avait-il espéré bénéficier pour lui-même d’une tête de liste28. De même, le Cantal n’accepta pas qu’on lui ait imposé Maurice Montel, ancien député radical du département qui avait refusé les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940, mais membre de l’UDSR jusqu’à son adhésion à la SFIO en septembre 1945. La fédération jugeait que si elle avait pu s’en tenir à « l’orthodoxie », elle aurait eu deux élus à la première Assemblée nationale constituante. En fait, elle acceptait très mal que fût remis en cause le principe d’ancienneté partisane en reléguant en troisième place, derrière Maurice Montel et Géraud Jouve (fraîchement encarté lui aussi), « un militant du parti depuis toujours puisqu’il fut secrétaire fédéral des JS dès son adolescence », Jacques Meyniel29. Aussi élimina-t-elle Maurice Montel de sa liste dès juin 1946. La réaction fut identique pour les élections au Conseil de la République. À l’automne 1946, le préfet de Haute-Garonne signala que l’investiture d’André Hauriou, qui avait été battu en octobre 1945 sous l’étiquette « Action républicaine et socialiste de la Résistance », et qui venait d’adhérer en avril, suscitait un vif mécontentement chez de « vieux militants ». Ces derniers taxaient cet universitaire de 49 ans, ancien membre de Combat et du MLN, « d’opportuniste » et se jugeaient, de part leur ancienneté, plus qualifiés30. Dans la Sarthe, la fédération elle-même alla chercher Christian Pineau parce qu’elle n’avait pas de « leader », mais « on lui reprochait de ne pas être là tous les dimanches, entre autres choses », raconte Max Boyer. « Il était ministre tout de même ! » conclut-il31. Ces quatre exemples, géographiquement dispersés, de la Vendée, du Cantal, de la Haute-Garonne et de la Sarthe, illustrent bien les frustrations de militants qui auraient souhaité promouvoir l’un des leurs, souvent plus jeune (comme Meyniel qui avait 29 ans), et leur réticence à rater cette occasion au nom d’une volonté d’ouverture que, le plus souvent, ils ne partageaient même pas.

29Les fédérations étaient bien plus sensibles à l’enracinement local et au rayonnement de certains notables qui, sans s’illustrer formellement dans les combats de la Résistance, jouissaient d’une réputation de « bonne conduite ». Ceux-ci devenaient alors des recrues de choix susceptibles de servir au mieux les intérêts de fédérations en pleine reconstruction. Dans les Côtes-du-Nord, Alexandre Thomas, exploitant agricole, était président cantonal de la CGA et avait été élu maire de sa petite commune dès mai 1945. Jean-Louis Fournier des Landes, Georges Juskiewenski et Jean Rougier du Lot étaient tous trois médecins, et le dernier fut membre du CDL. Ils furent ainsi élus au conseil général dès septembre 1945 et Jean Rougier présida même celui du Lot jusqu’en 1951. Leur clientèle, au double sens du terme, méritait donc bien quelque entorse au principe de l’ancienneté.

Un Conseil de la République
moins fermé que l’Assemblée nationale

  • 32 D’après les rapports de congrès, de 350 000 adhérents en 1946, la SFIO passa à moins de 150 000 en (...)

30À l’Assemblée nationale, la volonté d’ouverture affichée à la Libération ne fut guère suivie d’effets à long terme, comme le prouve la part des nouveaux adhérents jusqu’en 1958. En tenant compte des inconnus, elle oscille entre 6,2 % et 7,8 % et fait ainsi écho à la contraction des effectifs socialistes au cours de la IVe République32. De plus, on remarque que tous ceux qui furent élus aux Assemblés nationales constituantes, excepté Maurice Montel membre des Quatre-Vingts, s’étaient engagés dans de grands mouvements de Résistance ou dans la France libre. Il faut attendre octobre 1950 pour trouver un « simple » membre de CDL, Jean Rougier, qui profita en fait de la démission de Georges Archidice pour lui succéder dans le Lot. En 1951 et 1956, si les titres d’Alexandre Thomas étaient moins prestigieux, ceux de Paul Alduy (FFL), de Joseph Garat (interné disciplinaire) et enfin d’Alain Savary étaient incontestables. Il semble donc que, à l’Assemblée nationale, seule la qualité de « résistant » permettait de déroger à l’ancienneté dans « la vieille maison ».

31Par ailleurs, en octobre 1945, six sur onze seulement étaient têtes de liste : Eugénie Éboué en Guadeloupe, Georges Gorse en Vendée, Maurice Montel dans le Cantal, Christian Pineau dans la Sarthe, Pierre Segelle dans le Loiret et Robert Lacoste en Dordogne. Or il n’y avait aucun député SFIO avant-guerre dans les cinq premiers départements, et un seul, exclu, en Dordogne. De même, en juin 1946, Robert Guesdon put mener une liste UDSR-SFIO dans l’Orne parce que les socialistes y étaient faiblement implantés. Et en 1956, Joseph Garat fut investi pour reconquérir les Basses-Pyrénées perdues par Gaston Chaze en 1951. Mais en 1945, dans la Seine, les Deux-Sèvres, la Haute-Garonne et les Bouches-du-Rhône, à fort électorat socialiste et qui conservaient des sortants rééligibles, les nouveaux adhérents n’étaient que seconds. En novembre 1946, Jean Rougier dans le Lot, en 1951, Alexandre Thomas dans les Côtes-du-Nord, et en 1956, Paul Alduy dans les Pyrénées-Orientales furent également les colistiers de députés sortants. Le parti ne recherchait donc des hommes neufs que lorsqu’il lui fallait compléter ses rangs ou conquérir de nouvelles terres. Cet opportunisme électoral, souvent impulsé par la base, prima sur le renouveau idéologique.

32En revanche, les Conseils de la République de 1946 et 1948 accueillirent avec moins de réticences des socialistes de fraîche date. D’une part, l’enjeu institutionnel semblait moins important ; d’autre part l’enracinement local et les critères de notabilité pouvaient plus facilement l’emporter sur ceux de l’ancienneté partisane.

  • 33 Notes du préfet du 23 septembre 1945, de juin et novembre 1946, et du 28 novembre 1947, AN, F7/154 (...)
  • 34 La fédération souffrait de l’exclusion de l’ancien député Charles Baron, réfugié au PSD de Paul Fa (...)

33Ainsi dans la Creuse, en décembre 1946, s’imposa la candidature de Paul Pauly, conseiller municipal et président du conseil général d’Aubusson depuis 1945. Syndicaliste influent, il jouissait de l’estime générale pour avoir aidé et approvisionné le maquis, comme en témoigna le préfet33. La fédération des Deux-Sèvres choisit même l’ancien vice-président de la fédération radical-socialiste, Émile Poirault. Ce membre de Libération Nord avait siégé au CDL sous cette étiquette et n’avait adhéré à la SFIO qu’à la fin de 1944, mais il était également maire de Thouars depuis 1945 et avait été réélu conseiller général. De même en 1948, les militants des Basses-Alpes préférèrent au vétéran Camille Reymond, qui avait fondé la fédération en 1905, Émile Aubert, qui n’avait pourtant adhéré qu’au printemps 1945. Selon le préfet, la fédération estimait que, n’ayant pas pris part aux luttes internes précédentes, il était le seul susceptible de rassembler34. Il ajouta que par la suite on vit se dresser contre lui :

  • 35 Rapports du préfet de décembre 1947, AN, F7/15493, dossier n° 2835.

« Certains vétérans de la SFIO qui firent secrètement campagne contre lui. Ils reprochaient à l’intéressé, jeune adhérent au Parti, d’avoir accaparé les honneurs, et voulaient ainsi donner une leçon au conseiller de la République. Mais celui ci, par son action continue en faveur des maires des Basses-Alpes réussit peu à peu à s’imposer dans le département35. »

34Mais à partir de 1952, la part des nouveaux adhérents devint comparable à celle de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire négligeable.

35« Maître de l’heure » selon l’expression de Léon Blum à la Libération, le parti socialiste n’en craignait pas moins de voir son identité se dissoudre. De sorte qu’en pratique, il continua à avoir un recrutement sélectif comme au temps de la clandestinité. Il faut enfin rappeler qu’à l’exception d’Émile Durieux, tous ceux dont la date d’adhésion a pu être certifiée adhérèrent avant 1946. Cette frilosité de l’ouverture dans l’immédiat après-guerre fut donc ensuite aggravée par le déclin du parti. Or cette évolution se répercuta nécessairement sur la distribution des investitures. La physionomie du groupe parlementaire était en apparence profondément modifiée, avec trois quarts de nouveaux élus sous la IVe République. Mais en fait, à l’image de son appareil et de sa base, la SFIO avait manqué l’occasion de le renouveler en dehors de ses viviers traditionnels, lorsqu’il en était encore temps.

L’évolution des groupes dans les Assemblées

36Deux autres facteurs intervinrent dans l’évolution des groupes parlementaires tout au long de la IVe République. D’une part, l’érosion électorale de la SFIO entraîna une diminution constante du nombre de députés, qui passa de 140 pour la législature d’octobre 1945 à juin 1946, à 99 pour celle de janvier 1956 à juin 1958. D’autre part, le rôle marginal, au premier abord, accordé par la Constitution au Conseil de la République faisait de lui un second choix pour les candidats à une carrière parlementaire.

Un renouvellement des députés acquis dès la Libération

37En octobre 1945, un taux record de renouvellement de 76 % fut atteint, provoqué par l’inéligibilité d’un grand nombre de députés sortants et par l’épuration interne. Il était pratiquement identique, quoique légèrement inférieur, à celui de l’ensemble de l’Assemblée (cf. tableau 3). Avec 30 % du groupe, la part belle fut faite aux secrétaires fédéraux en exercice, lesquels n’avaient pas démérité et étaient, à quelles exceptions près, les mieux placés pour obtenir une investiture en tête de liste. En y ajoutant les membres du comité directeur et ceux des autres instances dirigeantes, le groupe était composé à 46,5 % de dirigeants nationaux et fédéraux en exercice, ce qui s’explique aisément dans une conjoncture de reconstitution. Signalons toutefois le chiffre relativement élevé de dirigeants nationaux, lorsque l’on connaît la méfiance traditionnelle de la SFIO pour les élus au Parlement et sa volonté farouche de limiter le nombre de parlementaires au comité directeur à la moitié. Les rescapés du Parlement de l’entre-deux-guerres, et qui n’exerçaient par ailleurs aucune responsabilité à l’intérieur du parti, représentaient encore 12,8 %, parce qu’ils étaient auréolés du prestige des Quatre-Vingts ou, à défaut, de celui de la Résistance, comme Max Lejeune, Jean Pierre-Bloch et même Raymond Gernez. En y ajoutant tous ceux qui avaient exercé une responsabilité pour la dernière fois avant 1939, le groupe comprenait encore 20,5 % d’hommes de la IIIe République. Un nombre appréciable de simples militants, ou à petite responsabilité, connut une promotion accélérée, puisqu’ils représentaient 32 % des constituants socialistes, en comprenant les tout nouveaux adhérents.

Tableau 3. – Le renouvellement du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958.

Tableau 3. – Le renouvellement du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958.
  • 36 D’après Éric Duhamel, « L’avènement de la Ve République et les forces politiques », dans Fondation(...)

38Note 3636

39Le faible taux de renouvellement de 16,5 % en juin 1946 peut s’expliquer à la fois par la proximité des échéances électorales, qui ne laissaient guère de temps aux fédérations pour dénicher de nouveaux candidats, et par le caractère provisoire de la législature qui décida certains à se maintenir jusqu’à ce que le nouveau régime soit instauré. Le taux de renouvellement devenait ainsi nettement inférieur à celui de l’ensemble de la chambre, ce qui confirme un « protectionnisme » dans les investitures. La recomposition au sommet semblait déjà figée et l’on retrouvait la même répartition que huit mois plus tôt. La part des secrétaires fédéraux fut renforcée – certains, revenus de déportation, avaient retrouvé leur fédération – puisqu’ils représentaient un tiers des effectifs, de même que celle des instances centrales, de sorte que le groupe était désormais composé pour plus de 50 % de dirigeants nationaux ou fédéraux. Celle des simples militants, y compris récents, faiblit donc quelque peu avec 27,5 % car, plus mal placés, ils subirent de plein fouet l’érosion des suffrages socialistes.

40Or une fois le régime instauré, une rupture apparut dans la composition du groupe. En novembre 1946, un taux de renouvellement plus élevé de 19 % traduisit à la fois le déclin électoral de la SFIO et les premières recompositions internes des fédérations après le congrès national d’août 1946. En premier lieu, près de 15 % des sortants furent battus. Par ailleurs, certains furent évincés des listes et d’autres encore préférèrent abandonner la scène nationale, soit 6 % des constituants de 1946. Une quinzaine, soit 12,5 %, avaient abandonné ou perdu la direction de leur fédération, ce qui explique que les secrétaires fédéraux en exercice ne représentaient plus que 16,5 %. Le phénomène fut comparable pour les instances centrales, de sorte qu’un quart seulement du groupe était constitué de dirigeants nationaux ou fédéraux, alors que 23,5 % avaient appartenu à l’appareil de la Libération. Ceux qui n’appartenaient pas à cet appareil avant 1939 eurent, par conséquent, des opportunités et représentaient alors 30 % du groupe. On trouve même quelques simples militants qui bénéficièrent ainsi d’une promotion accélérée : Robert Gourdon à 32 ans, Gilles Gozard à 36 ans et René Regaudie à 38 ans. Mais la SFIO n’attirait plus guère de candidats venus d’autres horizons, et Géraud Jouve, puis en 1950 Jean Rougier, tous deux ralliés en 1945, représentaient à eux seuls « le sang neuf ».

41En 1951, le taux de renouvellement fut plus élevé et atteignit 27 %, car plusieurs facteurs intervinrent. Tout d’abord, 11,5 % des sortants ne se représentèrent pas en juin 1951, soit deux fois plus qu’en novembre 1946. Le vieillissement était l’une des causes, soit qu’ils s’estimaient eux-mêmes trop âgés, tel Camille Lhuissier à 71 ans, soit que l’usure du pouvoir les ait déstabilisés, comme Louis Noguères dans les Pyrénées-Orientales à 70 ans. Par ailleurs, Vincent Auriol, avait été élu Président de la République en 1947. Mais ces élections favorisèrent avant tout un mouvement important de pertes et de gains, propice au renouvellement du groupe. L’échiquier politique était finalement moins bouleversé que les municipales de 1947 ne l’avaient laissé prévoir. Il enregistra un certain glissement vers la droite, un affaiblissement du MRP et, dans une moindre mesure, de la gauche marxiste, mais les forces du tripartisme de 1945 et 1946 conservaient la majorité absolue des votants. Dans ce contexte, les socialistes accusaient à nouveau un recul par rapport à 1946, en n’atteignant plus nulle part 25 % des inscrits et en totalisant seulement 11,1 % en moyenne, de sorte que 12,5 % des sortants ne furent pas réélus. Néanmoins les apparentements (cf. annexe 7) et surtout la dispersion des suffrages leur permirent de conserver 106 sièges.

42Ces apparentements fructueux expliquent en partie le taux de renouvellement brut, plus élevé, de 1951, mais pour les deux tiers, les nouveaux élus se voyaient en fait récompensés de leurs candidatures antérieures. Madeleine Laissac avait ainsi été systématiquement candidate depuis 1945 dans l’Hérault, mais en position non éligible. Certains étaient de vieilles figures du parti, tel Louis Sibué, ancien parlementaire de 1940, qui avait été réintégré. Les dirigeants nationaux et fédéraux représentaient encore 27 % du groupe, les anciens membres de l’appareil depuis la Libération 24 %. La part des anciens de la IIIe République diminuait nettement à moins de 15 %. Les simples militants d’avant-guerre accédaient en plus grand nombre à l’Assemblée, avec une moyenne d’âge de 42 ans, quatre d’entre eux, Henri Briffod, Jean Montalat, Émile Dubois et Arthur Conte ayant même moins de 40 ans, les autres accédant à un âge tel qu’il ne s’agit pas réellement pour eux de promotion accélérée. Ceux qui n’avaient exercé aucune responsabilité partisane d’importance avant 1951 pesaient pour 29 %. Émile Dubois, Léon Jean, Jean Montalat, André Rey, Francis Vals et Alexandre Thomas n’avaient entamé leur ascension que depuis quelques années et n’avaient jamais brigué de mandat national auparavant. Il faut enfin souligner la victoire de deux socialistes récents. À Saint-Pierre-et-Miquelon, Alain Savary l’emportait sur son adversaire MRP Laurelli ; et Alexandre Thomas, second derrière le député sortant des Côtes-du-Nord, Antoine Mazier, faisait son entrée à l’Assemblée.

43En janvier 1956, le taux de renouvellement baissa de nouveau à 22 %. Il y eut tout d’abord moins de députés qui renoncèrent à leur mandat qu’en 1951 avec 7,5 % seulement. Et le jeu de pertes et de gains fut moins favorable. La SFIO, qui maintint ses positions, voire se renforça là où ses candidats jouèrent le jeu du Front républicain, perdit une dizaine de sièges qui auraient pu permettre l’entrée d’hommes neufs. Les pronostics optimistes sur le recul des communistes furent démentis, et la brutale irruption du Mouvement Poujade n’était pas lui non plus sans conséquence. Il y eut ainsi 15 % des sortants qui ne furent pas réélus, le plus souvent, là encore, faute d’apparentements suffisants. Lorsque les fédérations refusèrent de jouer le jeu du Front républicain en réduisant leurs apparentements, ou bien le jouèrent en se coupant de leur ancien allié démocrate-populaire, non seulement elles assurèrent le retour de plusieurs députés communistes écartés en 1951, mais elles provoquèrent en priorité l’échec des nouveaux élus, un tiers d’entre eux devant se contenter d’une seule législature.

44La vingtaine de nouveaux élus ne changeaient guère en profondeur la physionomie du groupe. Près des trois quarts avaient déjà tenté leur chance auparavant, y compris ceux qui avaient adhéré à la SFIO après 1939 : Paul Alduy dans les Pyrénées-Orientales en 1951, Joseph Garat dans les Basses-Pyrénées à une partielle en 1955 et Hervé Mao, infatigable candidat dans le Finistère, qui de 7e en 1945 et 1946, et de 3e en 1951, avait enfin obtenu d’être le second de Tanguy-Prigent en 1956. La promotion de simples militants d’avant-guerre se faisait à son heure, leur moyenne d’âge de 49 ans étant plus élevée que celle de 1951, le benjamin, André Le Floch, ayant 39 ans. De sorte que la part des dirigeants nationaux et fédéraux se renforçait avec 29 %, de même que celle des anciens membres de l’appareil depuis la Libération avec 27 %. Celle des anciens de la IIIe République chutait naturellement à 10 %. Les militants n’ayant exercé aucune responsabilité importante au sein du parti avant leur première élection se maintenait donc à 30 %.

45L’évolution du renouvellement brut et de la composition sur l’ensemble de la période montre bien que la rupture la plus importante pour les députés demeure celle de la Libération. Si l’équipe de Daniel Mayer et du PS clandestin fut en partie évincée des instances dirigeantes en août 1946, elle se maintint avec fermeté au Parlement. Ce qui explique, entre autres, les nombreux conflits qui ne cessèrent d’opposer le comité directeur au groupe parlementaire, tel que le débat sur la CED, pour ne citer que lui.

Le Conseil de la République entre ouverture et reconversion

46La Constitution de 1946 avait attribué au Conseil de la République un rôle bien inférieur à celui de l’ancien Sénat, et il comptait moins de membres que l’Assemblée nationale. Les partis de gauche avaient conservé un mauvais souvenir du Sénat qui avait retardé certaines réformes du Front populaire et qui avait contraint Léon Blum à la démission en 1937 et 1938. Néanmoins, comme le premier projet constitutionnel avait été repoussé en partie à cause de l’inexistence d’une seconde chambre, il avait bien fallu faire cette concession à la majorité de juin 1946, et en particulier au MRP, en instituant le Conseil de la République. « Chambre de réflexion », il avait un rôle consultatif qui, à l’usage, pouvait avoir quelque conséquence : s’il donnait un avis à la majorité absolue, l’Assemblée nationale devait, pour voter en sens contraire, le faire elle aussi à la majorité absolue. Or celle-ci fut parfois bien difficile à trouver dans une assemblée divisée. De fait, le groupe parlementaire socialiste ne dédaigna pas jouer un rôle actif au Conseil, et les feuilles de présence, régulièrement publiées dans le Bulletin intérieur, révèlent un faible absentéisme, comparé à celui des députés. Le groupe des conseillers – qui se dénommèrent sénateurs à partir de 1948, ce qui leur conférait plus de prestige à défaut d’autorité – devrait donc présenter un profil différent de celui des députés. Les anciens parlementaires de la IIIe République avaient plutôt boudé cette pâle copie du Sénat, mais en revanche l’ancienneté avait pesé un peu moins lourd dans les investitures, du moins jusqu’en 1948. Il est donc nécessaire d’affiner la comparaison entre les deux Assemblées et d’évaluer l’évolution du groupe au Conseil de la République.

47L’élément le plus spectaculaire du groupe élu en décembre 1946 est qu’il ne comprenait aucun des treize sortants du Sénat d’avant-guerre et qu’il était donc renouvelé à 100 %, puisque Paul-Boncour était USR avant la guerre. S’agissait-il pour autant d’hommes nouveaux ? La petite dizaine de fraîchement convertis au socialisme ne suffit pas pour répondre affirmativement, même si leur part (14 %) est plus importante qu’à l’Assemblée nationale (7 %).

Tableau 4. – Le renouvellement du groupe parlementaire au Conseil de la République de 1946 à 1958.

Tableau 4. – Le renouvellement du groupe parlementaire au Conseil de la République de 1946 à 1958.
  • 37 Alexandre Bachelet, Georges Bruguier, Joseph Depierre, Marx Dormoy, Louis Gros, Georges Pézières e (...)
  • 38 Georges Bruguier, Louis Gros et Joseph Paul-Boncour.
  • 39 L’assemblée de l’Union française fut un tremplin pour Paul Alduy, Léon Boutbien, Charles Marguerit (...)

48Trois sénateurs socialistes seulement, Léon Betoulle, Léon Bon et Henri Tasso, avaient accordé les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et sept les avaient refusés37. Mais parmi ces derniers, Marx Dormoy avait été assassiné en 1941, Georges Pézières et Gaston Bachelet étaient décédés en 1941 et en août 1945. Et sur les trois absents du 10 juillet, Parayre et André Morizet avaient eux aussi disparu et Eugène Nicolas avait été exclu, par erreur. Quatre seulement pouvaient donc encore prétendre jouer un rôle à la Libération. Georges Bruguier, du Gard, après avoir siégé aux deux Assemblées nationales constituantes, s’était retiré ; et Henri Sénès, membre de l’Assemblée consultative provisoire, fit de même. Et Louis Gros ne fut pas réélu en décembre 1946 dans le Vaucluse, pas plus que Joseph Depierre dans le Rhône. À trois exceptions près38, les anciens sénateurs ne réussirent pas leur rentrée politique sous le nouveau régime. Joseph Paul-Boncour fut désigné par les députés avec sept autres candidats malchanceux aux législatives. L’Assemblée récupéra ainsi un certain nombre de personnalités incontournables, telles que Salomon Grumbach ou Gilberte Brossolette, pour siéger au Conseil de la République. Institutionnellement amoindrie, cette assemblée était néanmoins conçue comme une voie de repli acceptable, à l’image de l’Assemblée de l’Union française qui, jouant parfois le rôle d’antichambre de l’Assemblée nationale, assura également une reconversion à une dizaine de députés ou sénateurs39.

49Mais ce Conseil se distinguait également de l’Assemblée nationale élue un mois plus tôt par sa composition partisane. Alors que près d’un quart des députés étaient des dirigeants nationaux ou fédéraux en exercice, et que près d’un autre quart avaient exercé ces mêmes responsabilités à la Libération, on ne compte que six sénateurs également secrétaires fédéraux en exercice : Jean Ascensio dans le Maine-et-Loire, Joseph Chatagner dans l’Ain, Antoine Courrière dans l’Aude, Hippolyte Masson dans le Finistère, Eugène Quessot en Ille-et-Vilaine et Alex Roubert dans les Alpes-Mari­times. Et on n’y trouve aucun ancien dirigeant de la Libération. La plupart étaient en effet entré au Palais-Bourbon un mois plus tôt. En revanche, la proportion d’anciens responsables – au sens large – de la IIIe République, plus d’un tiers du groupe, est nettement supérieure aux 18 % de l’Assemblée nationale. Là encore, le Conseil de la République apparaît comme une solution de rechange aux laissés pour compte des législatives de novembre, qui recueillirent enfin les fruits de leur campagne. Les cas de Bernard Chochoy et de Jean-Marie Thomas, tous deux encore exclus quelque temps auparavant, montrent également que les critères d’épuration devaient s’incliner devant les contingences électorales. Bernard Chochoy avait été réélu conseiller général de Lumbres, et son influence était telle qu’il allait d’ailleurs remporter les municipales d’avril 1947. Jean-Marie Thomas était conseiller municipal de Châlon-sur-Saône, l’un des derniers bastions paul-fauristes. Leur candidature à tous deux s’imposait. Le Conseil de la République de 1946, moins exposé sur la scène politique nationale, apparaît donc comme le lieu d’une reconversion réussie.

  • 40 Rapport du préfet du 12 mars 1951, AN, F/1cII/282.

50Enfin la part des simples militants ou sans ancienneté, supérieure au tiers, dépasse celle des députés. Par exemple, la fédération des Basses-Alpes avait choisi Paul Jouve en décembre 1946. Maire de Digne de 1945 à 1947, ce chirurgien, « authentique résistant » selon l’expression du préfet, qui fut membre du CDL, était cependant « peu rompu à la politique et piètre orateur ». Mais il avait su « rester à l’écart des dissensions qui existaient jusqu’ici au sein de la fédération départementale SFIO40 ». Non seulement le calendrier électoral très chargé avait justifié une certaine ouverture pour compléter les listes, mais l’enracinement local et la notoriété auprès des petits élus qui composaient le collège électoral l’emportaient parfois sur des critères d’ancienneté.

51De sorte qu’en 1946, le groupe des conseillers fut nettement plus renouvelé que celui des députés. Tout en autorisant différents types de reconversion, il favorisa une plus large promotion et fit preuve d’une plus grande ouverture.

52Par conséquent, après la rupture constituée par l’État français, le renouvellement, au sens strict du terme, du groupe parlementaire dans les deux assemblées fut indéniable par rapport à celui de la IIIe République, puisqu’il concernait les trois quarts des constituants d’octobre 1945 et tous les conseillers de décembre 1946. Après une nouvelle mutation du groupe au Palais du Luxembourg en 1948, due à la conjoncture électorale et à la reconversion d’anciens députés, les taux de renouvellement des deux assemblées se stabilisèrent pour atteindre toutes deux 22 % à la fin du régime. Or parallèlement, l’ensemble des députés, tous partis confondus, étaient encore renouvelés pour 30 % d’entre eux en 1956. En comparaison, la SFIO de Guy Mollet eut tendance à refermer ses portes, alors même que son raidissement doctrinal mettait fin à l’adhésion de nouveaux militants susceptibles d’entrer au Parlement. Force est donc de constater que la nature endogène du renouvellement ne fut jamais remise en cause tout au long de la ive République, en dépit des objectifs poursuivis à la Libération par Daniel Mayer. À l’Assemblée nationale, le poids de l’ancienneté partisane resta prédominant, et l’accélération des promotions ne joua que pour quelques militants en novembre 1946 et en 1951. En revanche, l’ouverture fut un peu moins étroite au Conseil de la République, jugé comme une assemblée mineure par les ténors du parti. De sorte qu’il permit la reconversion d’un plus grand nombre d’anciens de la IIIe République, qui n’avaient pu s’imposer dans l’appareil après la Libération, et surtout une plus large promotion de « militants », sans responsabilité d’envergure au sein du parti, mais considérés comme de véritables notables dans leur département. Après 1948, le scrutin proportionnel des législatives mettait en jeu le programme du parti, alors que celui majoritaire des sénatoriales mettait l’accent sur les hommes.

Notes

1 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation, Presses de la FNSP, 1982, p. 240.

2 Il n’a pas été possible de situer la date d’adhésion, avant leur élection sous étiquette SFIO, de : Sourou Apithy, Maurice Brier, Richard Brunot, Marcel Charles-Cros, André Darmanthé, Hammadoum Dicko, Alioume Diop, Ould Babana Horma, Albert Liurette, Jules Ninine, Clovis Renaison, Georges Ricou, Émile Roux, André Siaut, Ousmane Socé Diop, et Fily Dabo Sissoko.

3 Gilles Le Béguec, « De l’avant-guerre à l’après-guerre : le personnel parlementaire français, continuité et renouvellement », Bulletin de la SHMC, 3-4, 1995, p. 7-14.

4 Il s’agit de René Arbeltier (Seine-et-Marne), Fernand Audeguil et Gaston Cabannes (Gironde), Vincent Auriol (Haute-Garonne), Émile Bèche (Deux-Sèvres), Jean Biondi (Oise), Élie Bloncourt et Jean Pierre-Bloch (Aisne) Jean Bouhey (Côte-d’Or), Édouard Froment (Ardèche), Raymond Gernez, Augustin Laurent et Eugène Thomas (Nord), Félix Gouin (Bouches-du-Rhône), Salomon Grumbach (Tarn), Amédée Guy (Haute-Savoie), Lucien Hussel (Isère), André Le Troquer (Seine), Max Lejeune (Somme), Charles Lussy (Vaucluse), Adrien Mabrut (Puy-de-Dôme), Robert Mauger (Loir-et-Cher), Jean Meunier (Indre), Jules Moch (Hérault), Marius Moutet (Drôme), Louis Noguères (Pyrénées-Orientales), André Philip (Rhône), Jean-Louis Rolland et François Tanguy-Prigent (Finistère), Louis Sibué (Savoie), Paul Sion (Pas-de-Calais) et Jean-Marie Thomas (Saôneet-Loire).

5 Philippe Burrin, La dérive fasciste, Doriot, Déat, Bergery (1933-1945), Le Seuil, 1986.

6 Il y eut 120 parlementaires de la IIIe République réélus en octobre 1945 selon Gilles Le Béguec, art. cit.

7 Rémy Roure, Le Monde, 24 janvier 1947.

8 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 239.

9 Cf. note 2.

10 Les archives de la SFIO ont été emportées par les Allemands, puis par les Russes pendant la guerre. Mais ce qui a été récupéré aux AN à Fontainebleau ou à l’OURS ne comprend pas de listes nominatives d’adhérents.

11 Si l’on ajoute les anciens parlementaires de la IIIe République, c’est un tiers du corpus qui fut délégué aux congrès nationaux avant la guerre, dont la moitié avant le Front populaire.

12 Noëlline Castagnez-Ruggiu et Gilles Morin, « Le parti issu de la résistance », dans Serge Berstein et alii (dir.), Le Parti socialiste dans la société française de la Libération à la guerre froide (1944-1948), Publications de la Sorbonne, 2000, p. 37-60.

13 H.-R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de Vichy. Idées et motivations 1940-1942, Seyssel, Champvallon, 1989 (1re éd. 1978).

14 Entretiens avec Suzanne Caille du 17 décembre 1986 et avec Fernand Roucayrol du 21 juin 1986.

15 Ont été retenues les législatives de juin 1936 et les différentes partielles jusqu’en 1939. Voir la liste dans la thèse originale.

16 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives PS-SFIO, OURS, p. 44. La liste des militants exclus ne fut jamais publiée, contrairement à celle des parlementaires.

17 Conférence des secrétaires fédéraux du 20 mai 1945, op. cit., p. 34.

18 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, op. cit., p. 55.

19 Paul Alduy (juin 1940) ; Robert Lacoste, Paul-Émile Descomps, Gérard Ouradou (PS clandestin) ; Émile Aubert, Georges Juskiewenski, Paul Pauly, Émile Poirault, Henri Reeb, Gilbert Zaksas (1944).

20 Jean-Pierre Pignot, « Libérer et Fédérer », dans Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), Les socialistes en Résistance (1940-1944), Seli Arslan, 1999, p. 143-149.

21 Entre novembre 1944 et octobre 1945 : Gilberte Brossolette, Eugénie Éboué, Jean-Louis Fournier, Joseph Garat, Raymond Guesdon, Georges Gorse, Géraud Jouve, Jean-Daniel Jurgensen, Georges Lamousse, Francis Leenhardt, Christian Pineau, Jean Rougier, Robert Salmon, Alain Savary, Pierre Segelle et Alexandre Thomas. En 1946, André Hauriou et, en 1948, Émile Durieux.

22 Témoignage de Jean Texcier à Odette Merlat le 5 juin 1946, AN, 72AJ/59, AI.3.

23 Bernard Lachaise, « Dans la continuité de Félix Éboué : l’engagement gaulliste d’Eugénie Éboué sous la IVe République », Identités caraïbes, 1998, p. 133-143.

24 Christian Pineau, Une simple vérité, Julliard, 1960, p. 294. Mais son choix fut critiqué par Léon Jouhaux qui considérait qu’un syndicaliste ne devait jamais faire de politique. Cf. Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Le Seuil, 1994, p. 258.

25 Maryvonne Prévot, Alain Savary. Les combats d’une vie (1940-1971), IEP de Paris, 2001, p. 234.

26 Entretien avec Jean Lacouture, Pour un nouveau parti socialiste, Le Seuil, 1970, p. 13.

27 Georges Gorse, Je n’irai pas à mon enterrement, Plon, 1992, p. 143.

28 Ibidem, p. 54.

29 Lettre de D. Gaudemer, secrétaire fédéral, au secrétaire général, du 2 octobre 1945. Correspondance fédérale du Cantal, Archives de l’OURS.

30 Rapport du préfet aux RG à l’automne 1946, AN, F7 dossier n° 4105. Or André Hauriou fut élu.

31 Entretien avec M. Rozier, La Vie mancelle, n° 223, septembre 1983.

32 D’après les rapports de congrès, de 350 000 adhérents en 1946, la SFIO passa à moins de 150 000 en 1949, pour se stabiliser autour de 120 000 à partir de 1951.

33 Notes du préfet du 23 septembre 1945, de juin et novembre 1946, et du 28 novembre 1947, AN, F7/15498, dossier n° 4090.

34 La fédération souffrait de l’exclusion de l’ancien député Charles Baron, réfugié au PSD de Paul Faure.

35 Rapports du préfet de décembre 1947, AN, F7/15493, dossier n° 2835.

36 D’après Éric Duhamel, « L’avènement de la Ve République et les forces politiques », dans Fondation Charles de Gaulle, L’avènement de la Ve République, A. Colin, 1999, p. 187-199.

37 Alexandre Bachelet, Georges Bruguier, Joseph Depierre, Marx Dormoy, Louis Gros, Georges Pézières et Henri Sénès.

38 Georges Bruguier, Louis Gros et Joseph Paul-Boncour.

39 L’assemblée de l’Union française fut un tremplin pour Paul Alduy, Léon Boutbien, Charles Margueritte, et Alain Savary. À l’inverse, elle recueillit : Joseph Bocher, Armand Coquart, Jean Courtois, Guillaume Détraves, Georges Gorse, Jean Le Coutaller, Georges Réverbori, René Schmitt, Jean-Marie Thomas, Émile Vivier et Jean Wagner.

40 Rapport du préfet du 12 mars 1951, AN, F/1cII/282.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. – Le renouvellement du personnel parlementaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27701/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 3. – Le renouvellement du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27701/img-2.png
Fichier image/png, 149k
Titre Tableau 4. – Le renouvellement du groupe parlementaire au Conseil de la République de 1946 à 1958.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27701/img-3.png
Fichier image/png, 84k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search