Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Première partie. Un parti rénové : des parlementaires renouvelés ?

Introduction

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 814.

1Lors de leur congrès national extraordinaire, qui se déroula à Paris du 9 au 12 novembre 1944, les socialistes firent la proclamation suivante : « Fortifié par ses sacrifices, confirmé dans sa doctrine, rénové dans sa composition, le Parti socialiste surgit de la Résistance avec une âme nouvelle, un esprit rajeuni, une structure transformée1. » Cette rénovation, qui fut revendiquée telle une incantation tout au long de l’après-guerre, se devait d’être spectaculaire et rigoureuse si les socialistes voulaient qu’elle fût crédible. Car leur image dans l’opinion publique était en jeu.

  • 2 Noëlline Castagnez-Ruggiu, « Géographie de l’engagement des socialistes dans les mouvements et rés (...)

2La SFIO était tout d’abord perçue comme l’une des forces traditionnelles ayant participé au régime honni de la IIIe République, et à ce titre, elle ne bénéficiait pas du lustre de nouvelles formations comme le MRP ou le MLN. Elle devait en outre assumer la tache infamante du vote 10 juillet 1940, où 90 des 168 parlementaires socialistes (53 %) accordèrent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, et surtout celle de la compromission sous l’Occupation d’un certain nombre de ses dirigeants d’hier, à l’instar de son secrétaire général Paul Faure. Enfin, la dispersion de ses membres dans les mouvements et réseaux ne permit pas aux résistants socialistes de se compter et de faire reconnaître leur engagement à sa juste mesure. Si un hommage leur fut rendu à titre personnel, il ne semble pas que « les socialistes », et encore moins « le parti socialiste », aient bénéficié du même capital de reconnaissance ; rien qui fût comparable en tout cas à celui du « parti des 75 000 fusillés2 ». Or les socialistes avaient une conscience si aiguë de ce déficit en termes d’image qu’ils axèrent toute leur propagande à usage interne, mais aussi et surtout externe, sur l’expiation. Avant même que le Jury d’honneur présidé par René Cassin n’ait achevé d’examiner tous les cas de députés et sénateurs susceptibles d’être frappés d’inéligibilité, le parti souverain prononça 83 exclusions au congrès de novembre 1944. Cette stratégie eut-elle les effets escomptés ? Et ouvrait-elle réellement la voie à de nouveaux élus, voire à des « hommes nouveaux » ?

3Les contraintes de l’épuration durent, en effet, se conjuguer avec les impératifs du calendrier électoral, très chargé puisque les premières élections à l’Assemblée nationale constituante eurent lieu le 21 octobre 1945, peu après les municipales d’avril-mai et les cantonales de septembre, et peu après le retour des derniers prisonniers et déportés. Comment le parti put-il concilier ses impératifs de rénovation et les contraintes imposées par un tel besoin de candidats ? Celui-ci l’incita-t-il à recruter en dehors du vivier socialiste alors qu’il était naturel de ne pas négliger pour autant ses ressources internes ? Il pouvait espérer faire fructifier le capital électoral et l’expérience de militants qui avaient souvent brigué le suffrage des électeurs dans l’entre-deux-guerres. Il pouvait également s’appuyer sur l’assise locale de ses élus municipaux qui, après avoir été désignés par les CDL pour administrer provisoirement leur ville, avaient réussi à la conserver. Il ne pouvait pas non plus faire fi du prestige d’anciens ministres et parlementaires tels que Vincent Auriol, Jules Moch, ou encore André Philip, figures pourtant emblématiques de la IIIe République mais auréolés par leur engagement dans la Résistance et la France libre.

  • 3 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation. Résistance et collaboration, Presses de la FNSP, 1 (...)

4Dans quelle mesure, par conséquent, la Résistance contribua-t-elle au renouvellement du groupe parlementaire ? Favorisa-t-elle la promotion de simples militants, le recrutement de jeunes et de femmes, voire l’ouverture à d’autres sensibilités politiques ? Cette évaluation devra se prolonger jusqu’en 1958, au-delà du contexte particulier de 1945 et 1946 – et donc des deux assemblées nationales constituantes étudiées par Marc Sadoun3. En outre, il ne suffit pas d’évaluer l’apport global de la Résistance. Les futurs parlementaires présentèrent toute une gamme d’engagements, allant du parti socialiste clandestin aux grands mouvements, en passant par les réseaux. Il faudra donc interroger la nature polymorphe de cette Résistance et sa représentation au groupe parlementaire.

Notes

1 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 814.

2 Noëlline Castagnez-Ruggiu, « Géographie de l’engagement des socialistes dans les mouvements et réseaux », dans Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), Les socialistes en Résistance, Seli Arslan, 1999, p. 115-128.

3 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation. Résistance et collaboration, Presses de la FNSP, 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540