Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialistes en République

 | 
Noëlline Castagnez

Introduction

Noëlline Castagnez et Jean-Marie Mayeur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le parti socialiste français, 19 (...)

1La SFIO pouvait-elle conserver sa culture révolutionnaire alors qu’elle devenait un parti de gouvernement sous la IVe République ? Cette mutation a déjà suscité l’intérêt des historiens1, mais il était pertinent de renouveler et d’élargir ces études grâce à la biographie collective de ses parlementaires, qui en constituaient l’élite militante.

  • 2 Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline et Alain Corbin (dir.), Les parlementaires de la IIIe Répub (...)
  • 3 Mattei Dogan, «Les filières de la carrière politique en France», Revue française de sociologie, vo (...)
  • 4 Michel Dreyfus, Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part du militant, Éditions de (...)
  • 5 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Presses de la FNSP, 1989.

2Depuis plusieurs années, en effet, nous assistons en Histoire à un retour de l’acteur, qui se traduit par l’attention portée aux itinéraires individuels et aux biographies collectives, permettant de se confronter à de grandes questions, sans pour autant s’enfermer dans le cadre rigide de sources sérielles. Il ne s’agit plus de saisir des milliers d’individus interchangeables au travers de quelques variables seulement, mais de cerner avec le plus de précision possible de petites collectivités représentatives. L’apport de cette démarche prosopographique à l’histoire sociale et politique est illustré par l’enquête sur le personnel parlementaire de la IIIe République, entreprise par le centre d’histoire de la France du xixe siècle des universités de Paris I et Paris IV2. Ce riche matériau permettra de renouveler les recherches sur la détermination des filières d’accès au Parlement, impulsées par les Sciences politiques avec les études pionnières de Mattei Dogan, puis développées par Gilles Le Béguec3. En outre depuis 1993, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (1789-1939) (DBMOF), lancé par Jean Maitron au milieu des années cinquante, est achevé, et son prolongement sur la période 1939-1968 est en cours. Il conserve comme objectif de restituer la part du militant et de faire resurgir tout un peuple en ne gardant, parfois, que la mémoire des noms. Mais il constitue aussi une source précieuse sur l’élite militante, les membres d’appareil et les élus, auxquels il consacre de plus longues notices, souvent nourries d’archives orales4. Il peut ainsi servir de point de départ à des études innovantes, comme celle de Bernard Pudal qui mêla l’analyse des biographies et des autobiographies des dirigeants communistes d’avant-guerre5.

  • 6 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation. Résistance et collaboration, Presses de la FNSP, 1 (...)
  • 7 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 814.

3Or il n’existait pas d’étude comparable pour les socialistes de la IVe République, alors même que la SFIO s’était autoproclamée entièrement « rénovée » en novembre 1944, grâce à une vigoureuse épuration de ses parlementaires. Marc Sadoun l’avait amorcée en évoquant les constituants de 1945 pour conclure ses Socialistes sous l’Occupation6, mais il était nécessaire de vérifier l’ampleur de cette rénovation sur l’ensemble des élus du régime, d’autant que l’image résistante de la SFIO demeura longtemps brouillée. Il y avait donc là un premier angle mort à combler. L’approche prosopographique, en outre, permettait d’aborder de l’intérieur une classe politique, non pas méconnue, mais qui pâtit encore de nos jours d’une mauvaise réputation. La SFIO qui avait suscité tant d’espérances à la Libération, était rendue en partie responsable des dysfonctionnements d’un régime parlementariste présenté comme un contre-modèle, et de son impuissance à régler la crise algérienne. Et aux yeux de la Nouvelle Gauche et des anticolonialistes, son secrétaire général, Guy Mollet, et ses parlementaires étaient coupables d’avoir assumé « la politique de pacification » en Algérie, puis d’avoir favorisé le retour légal au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958. Cependant, ce groupe a priori « surgi de la Résistance7 » ne fut pas unanime dans ses choix. La fracture engendrée par les votes des 1er et 2 juin fut irrémédiable et plusieurs anciens parlementaires participèrent en septembre à la scission et à la création du Parti socialiste autonome. Un tel éclatement incitait à lire la crise de mai 1958 comme l’aboutissement d’itinéraires complexes, dont il fallait démêler l’écheveau loin de tout déterminisme linéaire, et à interroger le processus d’engagement de ces socialistes pour en déceler les points de rupture.

  • 8 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Presses universitaires de (...)
  • 9 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux guerr (...)

4Cet ouvrage se situe donc à l’intersection de ces différentes préoccupations. Il veut contribuer à l’histoire du personnel politique français et, plus précisément, de son renouvellement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en termes de rupture et de continuité. À cette fin, il se devait d’intégrer les deux assemblées nationales constituantes d’octobre 1945 et de juin 1946, même si certains députés ne furent plus réélus à partir de novembre 1946, sous la IVe République proprement dite. Il cherche, par conséquent, à évaluer la place et le rôle de la Résistance, non seulement dans les critères de sélection des parlementaires et dans l’évolution de leur carrière et de leur image, mais aussi dans leurs stratégies et leurs choix politiques jusqu’en 1958. Cette population constitue-t-elle ainsi une « génération de la Résistance » sous la IVe République ? Un colloque à vocation comparatiste sur Résistance et politique sous la IVe République vient de montrer que la question méritait d’être posée pour toutes les organisations politiques8. Mais pour y répondre, il fallait replacer l’entrée en Résistance dans le fil de l’action militante et la comparer à d’autres formes d’engagement spécifiques aux socialistes. En dépit de leurs différences d’âges, puisque près d’un demi-siècle séparait le doyen du benjamin des parlementaires, la clef générationnelle proposée par Jean-François Sirinelli s’imposa9. Car elle permettait de repérer des événements dateurs constitutifs de leur culture politique et de mesurer leurs répercussions éventuelles tout au long de leurs parcours depuis le début du xxe siècle. En d’autres termes, quelle image devaient-ils avoir d’eux-mêmes et de leurs actions passées et à venir « pour être socialistes » ?

  • 10 Maurizio Gribaudi, « Échelle, pertinence, configuration », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échel (...)
  • 11 Raymond Boudon, Effets pervers et ordre social, PUF, 1977, p. 14.
  • 12 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (19 (...)

5Les perspectives ouvertes par la micro-histoire italienne, et en particulier Maurizio Gribaudi, furent alors particulièrement éclairantes10. La prosopographie, conçue comme une microanalyse, permettait de prendre en compte la part irréductible de l’individu, sa complexité et sa liberté. Elle intègre, en effet, des dynamiques qui mettent en jeu des configurations sociales non linéaires et imprévisibles, car les facteurs qui favorisèrent tel choix plutôt qu’un autre sont contextuels, induits par un moment et un lieu particuliers. Il faut comprendre quels usages ces militants firent des ressources de leur milieu et quelles stratégies ils mirent en œuvre. Le facteur individuel est ainsi réévalué, car comme l’écrit Raymond Boudon, l’acteur social est « un acteur intentionnel, doté d’un ensemble de préférences, cherchant des moyens acceptables de réaliser ses objectifs, plus ou moins conscient du degré de contrôle dont il dispose11… ».Certes, l’approche prosopographique quantifie pour délimiter les contours de grands phénomènes et tracer des lignes de force, mais là n’est pas son seul souci. Elle permet aussi de repérer des situations exceptionnelles, telles que la scission de Tours, l’Occupation, ou la querelle de la Communauté européenne de défense, et d’étudier le fonctionnement des valeurs et principes qui fondent le groupe à l’épreuve des faits. Dans son travail sur les parlementaires du 10 juillet 1940, Olivier Wieviorka a ainsi montré qu’il ne fallait pas négliger les motivations contradictoires pour rendre compte d’une réalité composite12. Il s’agissait donc de reconstruire la gamme complète des engagements possibles, et de restituer la cohérence interne de ces parcours complexes. Mais à ce stade, il fallait également intégrer le discours des parlementaires sur eux-mêmes et analyser le rôle des représentations, tant en amont qu’en aval de leur décision. Les arguments invoqués à chaud dans leur matériel de propagande, telles que la presse et leurs professions de foi, ou a posteriori dans leurs mémoires tracent un contrepoint à la biographie née des archives qu’on ne pouvait négliger.

  • 13 Cf. la liste des parlementaires SFIO en annexe 1. On a tenu compte de toutes les partielles. Les s (...)

6En retenant tous les élus sous étiquette SFIO au Parlement d’octobre 1945 au 3 juin 1958, y compris à toutes les partielles, on obtenait une population assez large – 301 individus – et relativement facile à identifier13. Les conseillers de la République furent ajoutés aux députés, parce que leur assemblée se révéla jouer un rôle plus décisif que celui dévolu à l’origine par les institutions et imaginé par les socialistes. Un corpus de cette ampleur demeurait représentatif, mais permettait de renseigner une base de données comprenant une centaine de champs, tout en limitant, autant que faire se peut, le nombre des inévitables lacunes. En micro-histoire sociale, la constitution de l’échantillon des biographies est déterminante, puisqu’elle conditionne les sources accessibles, le traitement et les conclusions finales.

  • 14 Amadou Lamine-Gueye, Itinéraire africain, Présence africaine, 1966, p. 136.
  • 15 Dont 4 des départements français d’Algérie, 3 des Français à l’Étranger, 6 de Guadeloupe et Martin (...)

7En dépit d’une définition assez simple du corpus, il fallut par conséquent affiner la sélection au fil de la recherche. Les simples apparentés au groupe socialiste furent éliminés, parce que leur engagement manquait à la fois d’ancienneté et de profondeur, s’avérait le plus souvent fugace, et qu’ils n’étaient moralement pas soumis à la même discipline partisane. Mais ce furent les parlementaires d’outre-mer qui posèrent le plus de difficultés. Tout d’abord, les sources les concernant comportaient parfois d’importantes lacunes, y compris dans leur état civil. Ensuite, leur milieu d’origine, leur formation, leurs croyances et, disons-le, leurs principaux centres d’intérêt dans un contexte de décolonisation étaient souvent très différents des élus de la métropole, de sorte qu’ils auraient mérité une étude à part entière. Amadou Lamine-Gueye explique ainsi que les Africains avaient volontairement adopté une stratégie de dispersion dans les différents groupes parlementaires en octobre 1945, à l’initiative d’Houphouet-Boigny, qui y voyait le moyen de multiplier les appuis à leur cause africaine14. Ils rejoignirent d’ailleurs progressivement les Indépendants d’outre-mer. Il semblait néanmoins réducteur d’éliminer des personnalités influentes et parfaitement intégrées à l’appareil comme Lamine-Gueye ou Léopold Sédar Senghor. Le choix fut donc de pondérer leur représentation en ne conservant que ceux qui avaient été clairement élus sous étiquette SFIO et, au regard des lois électorales, par le premier collège, celui des citoyens, ou le cas échéant par un collège unique. De sorte que vingt-sept parlementaires d’outre-mer figurent dans le corpus, soit presque 9 %15.

8Il fallut ensuite définir le niveau d’exigence attendu dans le questionnaire et dans ses réponses, en évitant des choix trop restrictifs qui conduiraient à des repentirs, sans pour autant remplir le tonneau des Danaïdes. La base de données s’articula par conséquent autour de quatre arbres : la carrière, la famille, les formation et profession, et le cursus militant. L’objectif était de compléter les différentes étapes des itinéraires électoraux, partisans, syndicalistes et associatifs des parlementaires, de même que leurs ressources sociales, scolaires, culturelles, voire spirituelles. Les parcours idéologiques étaient reconstitués à partir des grandes scansions de l’histoire socialiste : scission de Tours, Front populaire, Munich, etc., fondatrices d’une culture politique commune.

  • 16 Le ministère de l’Intérieur n’a pas explicité ses critères d’autorisation. À l’usage, il semblerai (...)

9Mais l’entreprise se heurtait d’emblée à un grand éparpillement des sources, nécessitant de longs ratissages, parfois peu féconds. Les notices du DBMOF fournissaient un point de départ, mais plus de la moitié des parlementaires en étaient absents, ou bien ne faisaient l’objet que d’une notule. Quant au Dictionnaire des parlementaires de la IVe République, il n’est pas centré sur la vie militante. Nous avons donc dépouillé tous les dossiers biographiques disponibles à l’Assemblée nationale et au Sénat. Si tout parlementaire y dispose au moins d’une fiche, son contenu est très variable, et se révèle parfois d’une extrême maigreur. Mais lorsque le parlementaire était encore vivant entre 1974 et 1976, il fut invité à répondre à un questionnaire qui apporte des informations utiles sur sa famille, sa formation et sa carrière ; en revanche, il ne permet guère de cerner son cursus militant. Par ailleurs, les dossiers sur les sénateurs comprennent souvent les rapports des Renseignements généraux (RG). Mais à nouveau, le parcours au sein de la SFIO est presque ignoré, et il fut parfois impossible de déterminer la date d’adhésion de certains d’entre eux. Il existe également ce type de dossiers à l’OURS, car ils furent constitués par la SFIO pour ceux qui étaient parallèlement des membres importants de son appareil. Enfin, pour presque un tiers du corpus, nous avons pu consulter ceux de la préfecture de Police, conservés aux Archives nationales, les autres demeurant à ce jour inaccessibles16. Ces dossiers se révélèrent passionnants pour l’Occupation, puisque les socialistes firent souvent l’objet d’une surveillance assidue de la part de Vichy. Les angles d’attaque de chaque institution étant différents, le parlementaire idéal était donc celui qui apparaissait dans les trois types de sources.

10Sur ce substrat furent greffées toutes les informations glanées dans la presse organique, nationale et locale, dans les riches correspondances fédérales de l’OURS, et dans quelques fonds d’archives privées. Nous n’avons pu réaliser que des sondages en archives départementales, mais avons heureusement pu bénéficier des recherches de correspondants départementaux du DBMOF. Quelques précieux entretiens, enfin, ont pu être réalisés auprès des survivants. Ils ont non seulement complété le matériel autobiographique sur les représentations, mais ont aussi comblé quelques lacunes.

11L’inégale information sur les différents parlementaires risquait de se traduire par l’inégalité de leur traitement. Le corpus comprend de grandes figures du socialisme et de la classe politique française, tels que Vincent Auriol, Daniel Mayer, Jules Moch, Guy Mollet, André Philip, Christian Pineau, ou encore Alain Savary, qui firent l’objet de biographies détaillées, souvent à l’occasion de travaux universitaires approfondis. Or l’objectif étant de réaliser une biographie collective, les sources ne devaient pas nous conduire à une sur-représentation de ces éminents personnages par rapport aux élus plus modestes. Une distorsion géographique en faveur des fiefs de la SFIO risquait également de jouer de la même manière. Il fallut donc résister à la tentation de convoquer sans cesse les mêmes exemples, et surtout veiller à maintenir un égal niveau d’information pour chaque parlementaire.

12Plus classiquement, il fallait, après avoir croisé les différentes sources, trancher entre elles lorsqu’elles se contredisaient, y compris sur des faits aussi simples que la date d’adhésion. Les préfectures de Police, par exemple, commirent d’amusantes méprises, en confondant militants socialistes et communistes, en s’égarant entre les différentes tendances de la SFIO, ou en attribuant indûment des titres de francs-maçons sous Vichy… Pendant cette période, les erreurs sont très révélatrices des dysfonctionnements de la police, lorsqu’un résistant, notoire depuis, fut signalé avec satisfaction comme attentiste, voire pétainiste. Tout aussi signifiants, bien entendu, sont les écarts entre les autobiographies ou les notices rédigées par le parti, et les autres sources, puisqu’ils informent sur les représentations des parlementaires et l’usage de leur image par la propagande partisane. Ils firent donc l’objet d’un soin particulier.

13On aura compris qu’il ne s’agissait pas de faire une histoire événementielle de la SFIO par le biais de ses députés et sénateurs, ni une étude organique du groupe en tant que tel. Soumis à un rude déclin électoral, le nombre de parlementaires en exercice ne cessa de diminuer à chaque législature. Se désintéresser d’eux après leur défaite ou leur retrait de la scène nationale aurait fâcheusement réduit le champ de l’analyse. La démarche prosopographique n’avait de sens qu’en essayant de suivre le maximum d’itinéraires, du premier engagement dans le mouvement ouvrier jusqu’au terme de la IVe République – sachant que quelques uns décédèrent entre-temps. Le plan choisi ne pouvait donc pas être chronologique, mais chacune de ses trois parties a pour pivot ou point d’ancrage la Seconde Guerre mondiale.

14Dans un premier temps, il fallait vérifier si la SFIO, qui se déclara « rénovée » par la Résistance, avait renouvelé son personnel parlementaire. Les socialistes avaient perçu qu’il y avait dans l’épuration et la rénovation de leur parti un enjeu vital en termes d’image dès le 10 juillet 1940. Mais ils durent s’adapter aux dures contraintes électorales des années 1945 et 1946 : nouveau mode de scrutin, droit de vote des femmes, et chausse-trappe du tripartisme. La SFIO réalisa-t-elle, dans ce contexte, un renouvellement endogène ou exogène de ses parlementaires grâce à la Résistance ? Dans un deuxième temps, il était nécessaire de retracer le cursus qui, d’apprentis militants, les avait conduits au rang d’hommes politiques et au Parlement. Comment étaient-ils devenus socialistes ? La question exigeait de faire la part des représentations obligées dans leur socialisation politique, leur scolarité et leur formation spirituelle, puis d’évaluer le rôle des mouvements de jeunesse dans leur apprentissage. Devenus des élus, correspondaient-ils vraiment à l’image d’un parti qui se voulait ouvrier ? Analyser leurs ressources sociopolitiques et leurs réseaux permettait ainsi de saisir l’ampleur de leur implantation locale et de leur notabilité. Enfin dans une dernière partie, leurs engagements et leurs motivations devaient être mis en résonance. Là encore, une chronologie linéaire ne pouvait être suivie, faute de pouvoir dénouer les fils rouges de leur culture politique : leurs rapports au communisme, à la guerre et à la défense de la République. Ainsi, entre 1917 et 1947, nos parlementaires oscillèrent constamment entre fascination et répulsion face au communisme. De même, ils constituèrent une génération perpétuellement entre deux guerres, traumatisée par la Grande Guerre, engagée dans la Résistance, et soumise aux incertitudes de la guerre froide et du conflit algérien. Enfin, ils défendirent la IVe République contre ses ennemis de l’intérieur en participant à la Troisième Force, et de l’extérieur pendant la guerre d’Algérie. Mais face à « la politique de pacification », puis à la crise de mai 1958, ils se divisèrent sur les remèdes à mettre en œuvre, ce qui provoqua l’éclatement de la SFIO.

  • 17 On trouvera tous les tableaux, graphiques, listes nominatives, et développements qui ont dû être c (...)

15Cet ouvrage est le fruit d’une thèse de doctorat, Les parlementaires SFIO de la IVe République. Biographie collective d’une élite militante, soutenue en Sorbonne, en octobre 200217. Je remercie chaleureusement mon directeur, Jean-Marie Mayeur, dont le soutien bienveillant ne m’a jamais fait défaut et qui accepté de préfacer cet ouvrage. Ma reconnaissance va aussi à l’équipe du DBMOF, et tout particulièrement à mon ami Gilles Morin, à l’OURS et Frédéric Cépède, ainsi qu’à Christèle Noulet des Archives nationales. Je dois de précieux conseils ou informations aux membres de mon jury, Michel Dreyfus, Bernard Lachaise, Jean-François Sirinelli et Olivier Wieviorka, ainsi qu’à Philippe Buton, Éric Duhamel, Gilles Le Béguec, Emmanuel Naquet, Maryvonne Prévot, Nicolas Roussellier et mes camarades du Comité d’Histoire Politique et Parlementaire. Je remercie tous les témoins qui m’ont répondu avec gentillesse et précision au cours de plusieurs entretiens. La publication de cet ouvrage n’aurait pu être menée à bien sans la confiance de Jacqueline Sainclivier, qui a bien voulu l’accueillir dans sa collection, ni le soutien financier de l’Assemblée nationale, du groupe parlementaire socialiste au Sénat, et de la Fondation Jean Jaurès. Mon entourage, enfin, m’a aidée sans relâche et avec patience : mon mari Laurent Bourquin, mon amie Véronique Pradier, mes parents Michel et Monique Castagnez et ma fille Mathilde. Qu’ils en soient tous remerciés.

Notes

1 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le parti socialiste français, 1905-1992, Fayard, 1992 ; et Serge Berstein (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Publications de la Sorbonne, 2000.

2 Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline et Alain Corbin (dir.), Les parlementaires de la IIIe République, Publications de la Sorbonne, 2003.

3 Mattei Dogan, «Les filières de la carrière politique en France», Revue française de sociologie, vol. VIII, n° 4, octobre-décembre 1967 ; Gilles Le Béguec, L’entrée au Palais-Bourbon : les filières d’accès privilégiées à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse d’État, Paris X-Nanterre, 1989.

4 Michel Dreyfus, Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part du militant, Éditions de l’Atelier, 1996.

5 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Presses de la FNSP, 1989.

6 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation. Résistance et collaboration, Presses de la FNSP, 1982.

7 Congrès national extraordinaire des 9-12 novembre 1944, Archives du PS-SFIO, OURS, p. 814.

8 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Presses universitaires de Bordeaux, 2004.

9 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux guerres, Fayard, 1988.

10 Maurizio Gribaudi, « Échelle, pertinence, configuration », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Gallimard-Le Seuil, 1996.

11 Raymond Boudon, Effets pervers et ordre social, PUF, 1977, p. 14.

12 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Le Seuil, 2001.

13 Cf. la liste des parlementaires SFIO en annexe 1. On a tenu compte de toutes les partielles. Les sénateurs élus pour la première fois le 8 juin 1958 n’ont pas été retenus.

14 Amadou Lamine-Gueye, Itinéraire africain, Présence africaine, 1966, p. 136.

15 Dont 4 des départements français d’Algérie, 3 des Français à l’Étranger, 6 de Guadeloupe et Martinique et 15 d’AOF et AEF.

16 Le ministère de l’Intérieur n’a pas explicité ses critères d’autorisation. À l’usage, il semblerait que seuls les parlementaires décédés avant le milieu des années soixante-dix soient consultables.

17 On trouvera tous les tableaux, graphiques, listes nominatives, et développements qui ont dû être coupés dans la thèse originale, disponible sur microfiches dans toutes les bibliothèques universitaires et à l’Office Universitaire de Recherche Socialiste (OURS) à Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540