Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mer pour deux royaumes

 | 
Renaud Morieux

Première partie. La frontière inventée

Chapitre III. Situer la Manche

Texte intégral

« Déjà sur les continents les limites des régions naturelles sont difficiles à reconnaître, car il est rare que les transitions de relief et de climat se fassent brusquement de pays à pays ; mais sur l’Océan il est tout à fait impossible de marquer des lignes idéales de séparation. »
Élisée Reclus, Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes. IV.
L’Europe du Nord-Ouest (Belgique, Hollande, îles Britanniques),
Paris, Hachette, 1879, p. 2.
« Ces cadres qu’il faut tracer, aussi vastes, aussi homogènes que possibles et capables vraiment d’offrir à l’activité humaine un ensemble de conditions suffisamment pareilles – comment les tracer, en fait, pour remplir ces conditions multiples ? Selon quels principes en déterminer la nature, le nombre, les limites ? Une fois choisis et définis, quelles valeurs leur attribuer ? »
Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine, op. cit., p. 112.

  • 1 Jacob C., op. cit., p. 145.
  • 2 Lepetit B., « De l’échelle en histoire », Revel J. (textes réunis et présentés par), Jeux d’échell (...)

1Pas plus que les toponymes, le découpage de la Manche sur les cartes ou dans la littérature géographique ne fait l’unanimité. Quand on sort de la dimension du plan pour s’intéresser à la profondeur, aux structures géologiques, ou encore aux flux et aux dynamiques de l’espace, sa configuration se modifie. Si « toute carte découpe un espace dans un continuum1 », quelle partie des terres environnantes doit-on représenter sur une carte de la Manche ? Le Pas de Calais fait-il partie de la Manche ou de la mer du Nord ? La Manche structurale a-t-elle les mêmes limites que la Manche aquatique ? Ces problèmes d’échelle, d’unité de mesure ou de perspective ne concernent pas que les cartographes : la position de l’observateur, dans un lieu donné, à un moment donné, affecte l’objet décrit. Comme l’écrit Bernard Lepetit, « le militaire, le douanier ou le pêcheur à pied par exemple n’entretiennent pas la même relation à la côte de la Bretagne, et la différence de leurs points de vue sur le territoire en susciterait la cartographie à des échelles différentes2 ».

2Le point de vue n’est pas qu’une métaphore ici : dans la pratique, différents acteurs n’ont pas la même expérience de l’espace maritime et n’utilisent pas les mêmes outils de repérage. Les cartes, utilisées comme source historique, permettent de mettre cette question du découpage au cœur de la réflexion. Mais la carte n’est qu’un mode de repérage dans l’espace parmi d’autres, et il faut tenter d’évaluer la distance entre l’invention d’une technique et son appropriation par différents types d’acteurs. La variété des usages sociaux de la carte suggère en effet des modes d’appréhension de l’espace très différenciées.

  • 3 D’après le titre fameux d’un essai de Lacoste Y., La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guer (...)
  • 4 Nous empruntons ici l’expression à Roger Chartier, qui l’utilisait dans un tout autre sens pour qu (...)

3Le dessin exprime aussi des prises de position politiques. Le tracé des côtes ou l’état des fonds marins sont des informations sensibles, et les gouvernements français et anglais restent très attachés, au xviiie siècle, au maintien d’un certain secret. Pourtant, la géographie ne sert pas qu’à faire la guerre3, et un autre processus est engagé, celui de l’échange de connaissances scientifiques entre la France et l’Angleterre. La Manche, véritable espace-laboratoire sur lequel on teste nombre de techniques hydrographiques, est au cœur de cette tension4.

Le cadrage des cartes

  • 5 De Wit F., Canalis inter Angliae et Galliae littora. Pascaert van’t Canaal tusschen Engeland en Vr (...)

4Le découpage de la carte – l’endroit où est placé le cadre – est déjà un point de vue sur le monde. Selon l’échelle choisie par le cartographe, une province ou un comté, un État ou l’Europe, la signification n’est pas la même. La première carte imprimée qui place la Manche au centre du cadre, dans notre corpus, est une carte hollandaise datant des années5. Au total, l’échantillon comprend 72 cartes de ce type, dont 22 sont françaises, 38 anglaises et 8 hollandaises. Mais toutes ne délimitent pas l’espace maritime de la même façon. Deux cartes intitulées « La Manche » n’incluent pas nécessairement les mêmes parties de la France et de l’Angleterre. Pourtant, une zone semble faire un consensus dès le xviie siècle : au sud, la latitude oscille en général entre 46° (île d’Oléron) et 48°20 (pointe du Raz) ; au nord, la limite est encore plus nette, presque toujours autour de 52° (Newport au pays de Galles).

  • 6 En revanche, les ingénieurs géographes militaires ont fixé très tôt les limites de la Manche, sans (...)
  • 7 Jefferys T., The British Channel, with a part of the Atlantic Ocean, and of the coast of Ireland, (...)

5La longitude est plus floue, et les cartographes hésitent pendant toute la période. La limite ouest du cadre est souvent tracée, côté anglais, aux îles Sorlingues, mais parfois aussi au cap Land’s End, ou même à la baie de Cork en Irlande. Côté français, les îles Ouessant sont généralement la limite occidentale. À l’est, la myopie s’accentue encore et le choix des limites est infini, de Calais jusqu’à Ostende : les limites Atlantique-Manche et surtout Manche- mer du Nord sont donc des zones d’amplitude fluctuante selon les cartes6. La chronologie n’est pas une variable permettant d’éclairer les variations du cadrage : dès 1650, la carte de Frederik de Wit déjà citée adopte un cadre très contemporain, avec une latitude de 48°-52°, tandis que les îles Sorlingues et Gravelines bordent la carte à l’ouest et à l’est. En 1788 en revanche, Thomas Kitchin exclut symboliquement de sa carte du « British Channel » tout ce qui se trouve au sud des îles Anglo-Normandes (lat. sud 49°20)7. En dehors de ce cas extrême, c’est bien la difficulté des cartographes à s’accorder sur une délimitation nette de la Manche qui est marquante.

  • 8 Sanson N., Description de la France, Paris, Melchior Tavernier, 1639, n. p.
  • 9 Bruzen de la Martinière, Dictionnaire…, op. cit., t. IV.

6L’incertitude des limites orientales de la Manche est particulièrement flagrante à grande échelle, s’agissant de villes comme Dunkerque ou Calais. Dans les dictionnaires géographiques, l’ensemble maritime auquel il faut rattacher ces deux ports varie selon les auteurs, et ce pour longtemps. Le Pas de Calais lui-même n’est pas toujours choisi comme ligne de partage « entre le Manche […] et la mer d’Allemagne », autre nom de la mer du Nord8. Ainsi le Dictionnaire de Bruzen de la Martinière, en 1768, délimite-t-il la Manche « entre une ligne que l’on conçoit, tirée depuis l’extrémité occidentale de la province de Cornouailles en Angleterre, jusqu’à l’isle d’Ouessant qui est au couchant de la Bretagne, & une autre ligne du port de la Rie [Rye] en Angleterre à Ambleteuse, qui est en France9 ».

  • 10 Saint-Martin V. (de), Nouveau dictionnaire de Géographie Universelle…, t. III, Paris, Hachette, 18 (...)
  • 11 Joanne P. (dir.), Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, Pari (...)

7Et le Pas de Calais est-il dans la Manche ou dans la mer du Nord ? Faute de convention sur ce point, les ouvrages géographiques rattachent le détroit à l’une ou l’autre mer, sans d’autres justifications qu’un discours d’évidence. Ce flou des limites orientales ne s’est jamais dissipé. Ainsi en 1887, à propos des navires à vapeur qui joignent ports français et anglais, Vivien de Saint-Martin affirme de façon péremptoire que « la moins longue de ces traversées et par conséquent la plus fréquentée de ces voies maritimes, celle de Douvres à Calais, qui n’exige qu’une heure et quart par belle mer, n’est plus à proprement dire dans la Manche10 ». De même, dans le dictionnaire de Pierre Joanne (1896) : le « Pas de Calais (qui est, à proprement parler, en dehors de la Manche et plutôt dans la mer du Nord)11. »

  • 12 An., Dictionnaire universel, géographique, statistique…, t. I, Paris, Laporte, an XIII-1804, p. 51 (...)
  • 13 Maty C., Dictionnaire géographique universel, Amsterdam/Utrecht, François Halma, 1701, p. 384.

8Ces aphorismes dispensent de tout raisonnement logique, comme l’emploi récurrent de l’expression « à proprement dire », ou « à proprement parler ». Le problème se pose aussi pour les ports qui se situent à la limite. La plupart des auteurs s’accordent pour placer Calais dans la Manche, comme le Dictionnaire universel (1804) : « Calais est sur le bord de la Manche, qui, très étroite dans cet endroit, est nommée Pas de Calais12. » En revanche, Dunkerque, voisine de quelques kilomètres, ne fait pas toujours partie du même ensemble maritime. Dans le Dictionnaire Géographique Universel (1701), Dunkerque est situé « dans la mer de Bretagne13 ». Au contraire, dans le Nouveau flambeau de la mer (1821), célèbre guide nautique, l’auteur précise pourquoi il ne traite pas de Calais et de Dunkerque dans la même section de l’ouvrage :

  • 14 Faure G.-S., Nouveau flambeau de la mer ou description nautique des côtes d’Angleterre, d’Irlande, (...)

« Nous avons fait commencer notre description par le port de Calais, parce que là se terminent les eaux de la Manche et commencent celles de la mer du Nord. Dunkerque se trouvera en conséquence compris dans le volume qui contiendra la description de la mer du Nord14. »

  • 15 Voir Nordman D. et Revel J., « La division de l’espace français », Burguière A. et Revel J. (dir.) (...)
  • 16 Broc N., ibid., p. 203.
  • 17 On remarque d’ailleurs que dans son Essai d’une nouvelle division politique, ou moyen d’établir d’ (...)
  • 18 Guettard J.-E., « Mémoire et Carte minéralogique Sur la nature et la situation des terreins qui tr (...)
  • 19 Guettard J.-E., ibid., pl. 32, p. 584.
  • 20 Voir Ellenberger F., « Recherches et réflexions sur la naissance de la cartographie géologique, en (...)

9Malgré des limites floues à l’ouest et à l’est, les cartes de la Manche ne mettent jamais en doute la cohérence de cette unité naturelle, calquée sur la topographie des États bordiers. Le milieu du xviiie siècle voit aussi l’essor, sous l’impulsion de Philippe Buache (1700-1773), d’une géographie physique dont les découpages sont fondés sur des divisions « naturelles15 ». Sur sa carte bathymétrique de la Manche (1737), évoquée au chapitre précédent, Buache ne représente pas l’eau, et montre au contraire la continuité de chaînes de montagnes sous-marines, joignant l’Artois et le Kent. Comme le note Numa Broc, « on ne saurait plus nettement opposer l’ancienne géographie qui ne connaissait que des limites historiques ou politiques, à la nouvelle qui présente des frontières plus stables car “naturelles”16 ». Vue sous cet angle, vidée de son eau et dotée de fortes dénivellations, la Manche disparaît17. Buache fait des émules. Le 19 février 1746, Jean-Étienne Guettard (1715-1786) délivre un mémoire resté célèbre à l’Académie des sciences, qui montre la continuité des couches géologiques entre la France et l’Angleterre. Sa démonstration, considérée comme l’acte de naissance des cartes minéralogiques, représente un jalon crucial dans l’histoire de la géologie. Elle est illustrée par deux cartes de Philippe Buache : une Carte minéralogique Sur la Nature du Terrein d’une portion de l’Europe 18 et une Carte minéralogique, Où l’on voit la nature et la situation des terrains qui traversent la France et l’Angleterre19. Y sont figurées trois bandes, nommées « métallique », « marneuse » et « sablonneuse », en fonction de la répartition des minéraux dans le sous-sol. Ces cartes très empiriques – qui représentent volontairement de façon floue les divisions entre les couches, utilisent des dizaines de symboles répartis de façon aléatoire et ne représentent pas les couches verticalement – sont assez rapidement dépassées. Dans notre perspective, leur principale nouveauté est l’autonomisation de la géographie physique vis-à-vis des découpages politiques20. Guettard cherche à étendre à l’Angleterre ses découvertes sur la France en adoptant une méthode intuitive, comme il l’explique dans le mémoire :

  • 21 Guettard J.-E., op. cit., p. 546-547.

« Une des premières idées qui me vint après tout ce travail, fut de m’assurer si l’Angleterre était semblable à ce dernier royaume, en tout ou en partie […] ; je savais que la Cornouaille était fameuse par ses mines d’étain, […] ceci me fit donc penser que la Cornouaille étant dans l’alignement de la basse Normandie, il pouvait bien se faire qu’il y eût une uniformité entre ces deux provinces, et qu’elle pourrait même se trouver dans le reste entre la France et l’Angleterre21. »

10En divisant transversalement la France et l’Angleterre en trois bandes unifiées par la nature des terrains, Guettard s’affranchit totalement de la logique qui voudrait que la Manche sépare les deux États :

  • 22 Ibid., p. 547-550.

« Je crus donc alors qu’il convenait que je parlasse de l’Angleterre et de la France en même temps, et que la carte renfermât l’un et l’autre royaume. […] On peut donc dire que la division qui a été faite de l’Angleterre et de la France, en trois grandes bandes, est réelle, et qu’elle existe dans la nature, et qu’ainsi on peut dire qu’il y a en général une uniformité dans chacune de ces bandes22. »

11Si la Manche est souvent définie par rapport à la France et à l’Angleterre, la mer n’est pas forcément située par rapport aux terres environnantes. En poursuivant notre entreprise de déconstruction du trinôme Manche/France/ Angleterre, on peut alors se demander si les géographes rangent cette mer dans la catégorie des mers européennes ou comme morceau d’Atlantique.

La Manche, couloir atlantique ou mer continentale ?

  • 23 Voir Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de sciences politiques, 1997, p. 29.
  • 24 J’emprunte l’expression à Bourguet M.-N. et al. (éd.), L’invention scientifique de la Méditerranée (...)
  • 25 Sanson N., Description…, op. cit.

12Essentiellement descriptive au xviiie siècle et pendant une bonne partie du xixe siècle, la géographie aime alors à classer et à regrouper les espaces naturels en grands ensembles23. Dès l’invention scientifique de la Manche24, cette mer est tiraillée entre deux systèmes de coordonnées. Si certains géographes, à l’exemple de Nicolas Sanson en 1639, l’appellent à la fois « la mer qui nous sépare de l’Angleterre » et « une partie du grand Ocean occidental25 », un choix est souvent fait. Le classement dans l’un ou l’autre ensemble géographique dépend de nombreux facteurs : les relations franco-anglaises, le rôle donné à l’élément marin, répulsif ou attractif, dans l’histoire des civilisations, ou encore la description de l’Angleterre comme archétype de l’île isolée du monde ou au contraire comme premier phare d’une civilisation transatlantique. Au xviiie siècle, les deux systèmes de localisation de la Manche coexistent. En cela, la définition donnée, à l’orée du siècle des Lumières, dans le Dictionnaire géographique universel de Charles Maty (1701), est très moderne :

  • 26 Maty C., op. cit., p. 222.

« Bretagne, la mer de Bretagne, la Manche, ou le Canal. Britannicum Mare, Manica. C’est un grand détroit de l’Océan Atlantique. Il s’étend entre les côtes de l’Angleterre au Nord, et celles de France au Sud, depuis les îles d’Ouessant, jusqu’au Pas de Calais, qui le sépare de la mer d’Allemagne26. »

13Mais cette localisation « double », si elle apparaît précocement, reste minoritaire au xviiie siècle et au début du xixe siècle, comme le montre la comparaison de dictionnaires géographiques français (tableau 5). Dans plus de la moitié des cas, la Manche n’est située que par rapport à la France et à l’Angleterre.

Tableau 5. Le double système de coordonnées de la Manche dans les dictionnaires

Tableau 5. Le double système de coordonnées de la Manche dans les dictionnaires
  • 27 Je remercie Daniel Nordman, qui m’a suggéré cette piste de recherche. Pour des réflexions stimulan (...)
  • 28 Broc N., « Quelques débats dans la géographie française avant Vidal de la Blache », Claval P., Aut (...)
  • 29 J’ai consulté la 5e édition, revue par J.-J.-N. Huot : Précis de la géographie universelle ou desc (...)

14Malgré l’expansion maritime des Européens dans le monde au xviiie siècle, la Manche est avant tout limitée par des horizons franco-anglais. Le contexte politique en est une première explication : la fixation de la Manche comme frontière symbolique franco-anglaise rend incontournable lamention des deux États bordiers. Seconde interprétation, les transformations de la discipline géographique au xixe siècle. La comparaison des sections consacrées à la géographie physique dans plusieurs éditions de la Géographie Universelle, avant et après le tournant vidalien, permet de voir si, dans ces sommes qui résument le savoir géographique moyen d’une époque, l’espace de référence de la Manche reste le même27. Comme l’a noté Numa Broc, la première Géographie Universelle, celle de Conrad Malte-Brun, publiée entre 1810 et 1829, reste encore très descriptive28. Pourtant, la Manche n’y est plus définie selon les mêmes critères qu’au xviiie siècle : c’est d’abord en tant que bras de mer donnant dans la mer du Nord d’un côté, et « ouvert à tous les grands mouvements de l’océan Atlantique29 » de l’autre, qu’elle apparaît.

15Dans l’édition suivante de la collection, celle d’Élisée Reclus, publiée en 1879, la mer est historicisée par des références géologiques, qui montrent l’ancrage continental ancien de la Manche, de la mer du Nord ou encore de la Baltique :

  • 30 Reclus É., Nouvelle Géographie Universelle, op. cit., t. IV, p. 1-2.

« Les mers septentrionales de l’Europe, où la géologie nous raconte que des assises de continents ont disparu, pour surgir encore, puis s’engouffrer de nouveau, recouvrent des espaces que la terre et l’eau se sont disputés pendant les cycles immenses de la planète : […] ce sont des plaines inondées30. »

  • 31 Ibid.
  • 32 Sur la connaissance de la profondeur de la Manche, voir Robinson A. H. W., Marine cartography in B (...)
  • 33 Dans ses cours à l’École normale en l’an III, Buache de la Neuville utilisait déjà un plan relief (...)
  • 34 Vidal-Lablache P., État et nations de l’Europe. Autour de la France, Paris, Librairie Charles Dela (...)
  • 35 Mackinder H. J., Britain and the British Seas, Westport, Greenwood Press, 1969 (1902), p. 25.
  • 36 Ce fantasme est alors d’autant plus d’actualité que le projet du creusement d’un tunnel sous la Ma (...)

16S’inscrivant dans le courant actualiste de la géologie, qui postule que les causes anciennes des modifications du relief continuent à agir dans le présent, Élisée Reclus propose une géographie prospective de la Manche : « Dans son ensemble l’Atlantique du nord de l’Europe n’a qu’une faible profondeur relative ; même un soulèvement d’une centaine de mètres ferait presque disparaître ses golfes orientaux, la Baltique, la mer du Nord, le canal de Saint-Georges et la Manche31. » Dès le xviie siècle, la multiplication des sondages dans les fonds marins avait permis de mieux connaître la plate-forme continentale, mais c’est seulement au xixe siècle que la quatrième dimension, celle de la profondeur, s’impose pour définir la Manche32. Dans les ouvrages de vulgarisation et de diffusion du savoir géographique, des considérations toujours plus développées sur la bathymétrie vont de pair avec des passages, qui deviennent systématiques à partir de la Nouvelle Géographie Universelle de Reclus, sur les conséquences d’un éventuel abaissement du niveau de la mer33. Paul Vidal de la Blache, dans États et nations de l’Europe (1889), constate ainsi qu’à l’instar de la mer du Nord ou de la mer d’Irlande, la Manche est bien peu profonde : « Entre Douvres et Calais […], il n’y a nulle part un point où, pour se servir d’une comparaison sensible, les tours de Notre-Dame ne dépasseraient pas encore sensiblement la surface des eaux34. » La même métaphore est utilisée par Harold Mackinder en 1902, avec le transfert culturel de rigueur : « Le Pas de Calais est si peu profond, que si l’on y plongeait la cathédrale de Saint-Paul, son dôme surnagerait, même dans sa partie la plus profonde35. » Cette projection dans l’avenir n’est pas sans rappeler le providentialisme du siècle précédent, et permet d’exprimer une sorte de fantasme de la jonction de l’Angleterre au continent, non plus passée mais future36.

  • 37 Demangeon A., Géographie universelle, publiée sous la direction de P. Vidal de la Blache et L. Gal (...)
  • 38 Ibid., p. 38.
  • 39 Ibid., p. 39.
  • 40 Ibid., p. 18.
  • 41 Ibid., p. 18.
  • 42 Martonne E. (de), Géographie universelle, publiée sous la direction de P. Vidal de la Blache et L. (...)

17Le rattachement de la Manche à l’ensemble atlantique ou européen dépend donc de l’époque considérée par les géographes, le présent, le passé ou l’avenir. Dans la troisième mouture de la Géographie Universelle, celle éditée par Vidal de la Blache, deux volumes, l’un sur l’Angleterre par Albert Demangeon (1927), l’autre sur la France par Emmanuel de Martonne (1942), abordent de près ou de loin la géographie physique de la Manche. Pour Demangeon, c’est une mer continentale, à la fois sur le plan de la structure géologique et de sa morphologie. En témoigne la profonde affinité géomorphologique et structurale du Nord de la France et du Sud de l’Angleterre, affectés de la même façon par les plis de la chaîne hercynienne37. En outre, l’ » entonnoir de la Manche38 », la « mer étroite39 » est, comme la mer du Nord, une « dépendance du continent40 », en raison de sa très faible profondeur : « Le socle qui porte l’archipel britannique appartient au continent, y compris la mince pellicule d’eau marine qui le recouvre41. » Chez Martonne en revanche, l’accent est mis sur les flux de marées Est-Ouest, particulièrement vifs sur cette « pellicule d’eaux littorales débordant des grandes profondeurs atlantiques42 ». Si les expressions utilisées sont presque similaires, dans un cas, la Manche est continentale, dans l’autre elle est atlantique.

  • 43 Mackinder H. J., op. cit., p. 26.
  • 44 Berdoulay V., La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, CTHS, 1995 (1re (...)

18En Angleterre, Harold Mackinder différencie lui aussi Manche géologique et Manche liquide, imagine les conséquences d’une montée ou d’une descente du niveau de la mer, pour conclure sur le fait que « le caractère insulaire [de l’Angleterre] est un accident dû au niveau présent de la mer relativement à la terre43 ». Au tournant des xixe et xxe siècle, ces géographes font donc une lecture clairement politique de l’espace : les conceptions de la relation franco-anglaise déterminent en partie l’interprétation du rôle géographique donné à la mer. Ceci s’explique en partie par les liens forts tissés entre la discipline géographique et les institutions de pouvoir44. Dès l’origine, la cartographie a entretenu des liens étroits avec le pouvoir étatique : en revenant à nouveau au xviiie siècle, on peut se demander dans quelle mesure les enjeux politiques ont influencé la construction même de ces outils de lecture du monde que sont les cartes.

Mesurer la mer

  • 45 Porter R., « The terraqueous globe », Rousseau G.-S. et Porter R. (éd.), The Ferment of knowledge. (...)

19Espace de confrontation entre la France et l’Angleterre, la Manche est aussi une mer dont la connaissance scientifique progresse fortement au xviiie siècle. Les deux évolutions ne sont pas autonomes. Deux tentatives de cartographie thématique de la Manche, à deux extrémités de la période, peuvent servir de jalons. La première entreprise est menée par Edmond Halley et aboutit à sa célèbre carte des marées, publiée en 1702. Dans les années 1780, un grand programme de jonction des observatoires de Greenwich et de Paris est lancé, en prolongeant les cartes de Cassini sur la mer et jusqu’en Angleterre. Dans les deux cas, on peut se poser la question suivante : y a-t-il contradiction entre la recherche scientifique, censée ne pas avoir de frontières, et le contexte de rivalité entre la France et l’Angleterre ? Comme l’écrit Roy Porter, « la poursuite de la connaissance n’était jamais très éloignée du profit national et commercial45 ». En effet, si la cartographie thématique semble s’affranchir des unités politiques ou naturelles classiques, elle est elle-même le résultat d’investissements étatiques.

  • 46 C’est l’argument de Turnbull D., « Cartography and Science in Early Modern Europe : Mapping the Co (...)

20Un second type de pesanteur, technique celle-là, vient influencer le travail des savants : le milieu maritime lui-même dicte son propre agenda à celui qui veut le domestiquer sur les cartes. Mesurer la Manche, ses contours, sa largeur, sa profondeur, dessiner ses marées et l’inscrire dans une chaîne de triangles, sont d’abord des entreprises extrêmement audacieuses pour l’époque sur le plan technique. Le progrès des connaissances sur la Manche à la fin du xviiie siècle a aussi une signification symbolique : en joignant Londres et Paris, un espace transnational, caractérisé par l’harmonisation des échelles et des unités de mesure, est ainsi créé46.

  • 47 Robinson A. H. W., « Marine Surveying in Britain during the Seventeenth and Eighteenth Centuries » (...)
  • 48 Thrower N. J., « Edmond Halley as a thematic geo-cartographer », AAAG, vol. LIX, n° 4, décembre 19 (...)
  • 49 « Instructions for observing the Course of the Tides &c in the English Channell », 12 juin 1701, T (...)
  • 50 Ibid., p. 329.

21Cette double dimension de la connaissance de l’espace maritime, le progrès de la science et la sécurité de l’État, apparaît dès l’expédition d’Edmond Halley dans la Manche en 1701. Dans la deuxième moitié du xviie siècle, l’intérêt pour la cartographie des fonds marins s’est développé en Angleterre. Des figures scientifiques de premier plan, comme Robert Hooke, débattent de la méthode la plus adéquate pour mesurer les distances et les hauteurs sur mer47. Edmond Halley (1656-1742) est, avec Isaac Newton, l’un des principaux acteurs de ce que les historiens ont appelé la « révolution scientifique » qui touche alors l’Angleterre. Outre son intérêt pour l’astronomie, qui débouche sur la découverte de la fameuse comète en 1682, Halley produit aussi une œuvre importante en matière de cartographie nautique. Nommé capitaine de la Navy par un ordre spécial du roi d’Angleterre, il effectue plusieurs voyages dans l’Atlantique à bord du navire le Paramore, expéditions subventionnées par la Royal Society, qui aboutissent à des cartes sur les déclinaisons magnétiques sur l’océan48. Le 11 juin 1701, le capitaine Edmond Halley reçoit ses instructions de la part du secrétaire de l’Amirauté, pour effectuer une mission dans la Manche, afin cette fois d’étudier le cours des marées et des courants. Il s’agit d’abord d’une mission scientifique : « Vous devrez […] mettre votre plus grand soin et zèle à observer le cours des marées tant au milieu de la mer que sur les deux côtes, ainsi que les moments précis de hautes et basses eaux […] et la force du flux et du reflux49. » Le contexte diplomatique tendu – les bruits de guerre à propos de la succession d’Espagne se font insistants à l’été 1701 – confère aussi à l’expédition un caractère stratégique. La connaissance de l’espace maritime touche parfois à l’intérêt de l’État : « Et si jamais pendant votre mission à notre service, un problème survenait […] touchant la sécurité de la navigation des sujets de Sa Majesté et d’autres princes commerçant dans la Manche, vous ferez attention d’en prendre bonne note50. »

  • 51 Ibid., n. 1 p. 63, p. 370. Une version augmentée est publiée en français par le chevalier de Beaur (...)

22À la suite de ce voyage, une carte est publiée en 1702, intitulée A New and Correct Chart of the Channel between England and France with considerable Improvements not extant in any Draughts hitherto Publish’d ; shewing the Sands, shoals, depths of Water and Anchorage, with ye flowing of the Tydes, and Setting of the Current ; as observ’d by the Learned Dr Halley. Elle va rester une référence dans les livres de pilotage jusqu’à la fin du xviiie siècle et sera rééditée en anglais en 1708, 1750, 1755 et 177651. D’après son journal de bord, Halley ne semble pas avoir rencontré de difficultés du côté français, lors de sa mission.

  • 52 Konvitz J. W., Cartography in France 1660-1848. Science, Engineering, and Statecraft, Chicago/ Lon (...)
  • 53 Ibid., p. 6.
  • 54 Debarbat S., « Coopération géodésique entre la France et l’Angleterre à la veille de la Révolution (...)
  • 55 Pelletier M., Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des régions, Paris, CTHS, (...)

23Huit décennies plus tard, après trois guerres franco-anglaises, des savants des deux pays mettent en œuvre une entreprise transversale de mesure de la Manche, à une échelle inédite. La jonction des observatoires de Greenwich et de Paris, en 1787, fait l’objet d’une collaboration scientifique sans précédent entre les deux États52. Cet événement permet de s’interroger sur l’harmonisation de la mesure de l’espace entre la France et l’Angleterre. Au plan national, le processus de triangulation est engagé depuis longtemps en France. Les côtes de la Manche, en particulier, ont fait l’objet de plusieurs expéditions scientifiques. Les coordonnées de Saint-Malo, du Mont-Saint-Michel, de Caen, Calais et Dunkerque ont ainsi été calculées par Jean Picard (1620-1682) et Philippe de La Hire (1640-1718), lors de leurs voyages de 1681-168253. Ces deux membres de l’Académie des sciences ont aussi estimé la largeur du Pas de Calais54. Dans le cadre du premier projet de triangulation de la France, les côtes de Saint-Malo, puis celles situées entre Saint-Valéry-en-Caux et Dunkerque, sont incluses dans des chaînes de triangles par Cassini II, entre 1733 et 173755. En 1760, grâce au second projet de triangulation mené à bien par Cassini III, toutes les feuilles des côtes de la Manche, de Dunkerque à Saint-Malo, sont publiées. Côté anglais, malgré la fondation de l’observatoire de Greenwich en 1675, c’est seulement après la guerre de Sept Ans, en 1763, qu’un grand projet de triangulation est lancé, sous les auspices de l’Ordnance Survey (service des cartes et plans de l’artillerie). Il faut attendre la fin de la guerre d’Indépendance américaine et l’assouplissement des relations franco-anglaises pour voir lancer un projet de jonction des observatoires parisien et londonien. Cet événement illustre bien l’ambivalence des relations franco-anglaises à l’époque. D’un côté, les pouvoirs politiques et militaires sont fortement engagés dans l’entreprise. De l’autre, l’ampleur des échanges intellectuels, scientifiques et économiques est remarquable dans ces années 1780.

  • 56 Widmalm S., « Accuracy, Rhetoric, and Technology : the Paris- Greenwich Triangulation, 1784-88 », (...)
  • 57 Une copie du mémoire est reproduite dans une lettre de Joseph Banks à Dorset du 9 mars 1787 (NA, 2 (...)
  • 58 Lettre de Banks à Cassini de Thury, 11 mai 1784, BOP, D 5-7, repr. dans Debarbat S., op. cit., p. (...)

24L’initiative du projet revient à Cassini, qui envoie à la couronne britannique, en octobre 1783, un « Mémoire sur la jonction de Douvres à Londres », ensuite transmis à la Royal Society56. Le directeur de l’Observatoire royal y affirme la nécessité de connaître « exactement la différence de longitude entre les deux plus fameux Observatoires de l’Europe », car « l’on n’est point d’accord sur la longitude de Greenwich à onze secondes près, et sur sa latitude à quinze secondes57 ». Cassini suggère donc de recalculer ces coordonnées, en faisant appel à une méthode géodésique et non plus astronomique. En mai 1784, Joseph Banks, président de la Royal Society, avise Cassini que le projet a reçu l’aval de la monarchie anglaise58. La portée symbolique d’une telle opération, qui transcende les frontières étatiques, est perçue par les savants, comme le montre l’hésitation du vocabulaire dans une autre lettre de Banks à Cassini de Thury :

  • 59 Banks à Cassini de Thury, 4 juin 1784, BOP, D 5-7, non num. Biffé dans la source.

« J’imagine qu’une opération d’une aussi grande difficulté à travers le Canal qui sépare nos deux pays avec une exactitude suffi sante pour corriger les observations astronomiques ne saurait être exécutée sans le secours réciproque des deux nations cotes sur chacune desquels [sic] il sera établi des signaux avec des piramides [sic] des pavillons ou des feux qui seront observés respectivement59. »

  • 60 Debarbat S., op. cit., p. 51.
  • 61 Voir par exemple la lettre de Joseph Banks à Carmarthen, 28 février 1787, NA, FO 27/21, f° 103.
  • 62 Turnbull D., op. cit., p. 19.

25Cassini III meurt un mois plus tard. C’est son fils Jean-Dominique qui va mettre en œuvre la jonction du côté français60. En Angleterre, William Roy (1726-1790), lieutenant général dans l’Armée britannique qui était déjà à l’origine de la triangulation nationale commencée vingt ans auparavant, prend en charge le projet. En raison de la lenteur avec laquelle l’artisan anglais chargé de fabriquer l’instrument de mesure termine sa tâche61, les opérations ne commencent qu’à l’automne 1787. Il existe aussi un problème intellectuel, comme l’a montré David Turnbull : pour joindre les deux côtes dans un espace homogène, il faut standardiser l’information détenue de part et d’autre. La conversion de la toise française en lieue anglaise, ou celle de la distance entre les deux méridiens de Paris et de Greenwich en degrés, qui elle-même repose sur un agrément sur la forme de la Terre, sont des étapes vers la constitution d’un « nouvel espace international62 » du savoir. Cependant, celui-ci ne peut jamais faire abstraction des conditions locales dans lesquelles il est élaboré. En effet, le succès de l’entreprise repose aussi sur l’invention de nouvelles techniques et sur une logistique pointue. La méthode trigonométrique consiste à tracer des triangles, à partir de plusieurs bases ou stations situées de part et d’autre de la Manche. On mesure les angles à l’aide d’un instrument, le théodolite de Ramsden pour les Anglais, le cercle de Borda pour les Français, à partir des bases que sont des points élevés de la côte opposée, clochers d’églises, tours de garde, sommets de falaise. La première étape est de déterminer quels seront les sommets des triangles :

  • 63 Roy W., « An Account of the Mode proposed to be followed in determining the relative Situation of (...)

« Considérant qu’il est possible que depuis l’église St. Peter sur l’île de Thanet la tour de Notre Dame de Calais puisse être aperçue, j’ai étendu les triangles en pointillés jusqu’à cette partie du Kent ; parce que, si les hauteurs unifiées n’étaient pas suffisantes pour élever le sommet de la tour au-dessus de la courbure de la mer […], nous sommes toujours certains, que le signal de Blancnez sera […] aisément aperçu, puisque toute l’étendue des collines de craie derrière Calais sont visibles à l’œil nu depuis Thanet, lorsque le temps est relativement clair63. »

26Même si la distance est faible, distinguer les côtes opposées ne va pas de soi et la mesure se révèle difficile, comme le notent les scientifiques français dans leur compte rendu des opérations :

  • 64 Cassini [IV], Méchain et Le Gendre, Exposé des opérations faites en France en 1787 pour la jonctio (...)

« Les vapeurs qu’élève sans cesse l’interposition de la mer entre les deux côtes, causaient une variation perpétuelle dans la distinction des objets. Dans l’espace de dix-huit jours il n’y en eut que deux où la côte d’Angleterre parut assez constamment nette, pour me laisser apercevoir sur la tour de Douvres un mât que le Général Roy avait fait élever au point précis de la station d’où il avait observé nos premiers feux64. »

  • 65 Ibid., p. 2 sq.
  • 66 Roy W., « An Account of the Trigonometrical Operation, whereby the distance between the meridians (...)

27La solution trouvée par les Anglais – faire des feux sur la côte –, est donc adoptée65, mais nécessite à son tour une coordination parfaite avec l’autre rive. En effet, « l’irrégularité de la vitesse des montres des artilleurs au service des différentes stations66 » rend la tâche complexe.

28Entre le début et la fin du xviiie siècle, l’on passe donc de projets élaborés au niveau national à la première collaboration scientifique internationale entre la France et l’Angleterre. Si les échanges d’hommes et d’idées ont commencé bien avant, comme l’illustre la présence ancienne de savants français à la Royal Academy, l’implication des États est nouvelle. Loin d’être alors une frontière qui sépare, la Manche devient un espace qui joint. C’est la volonté de s’affranchir de l’obstacle naturel qu’est la mer et de faire coopérer des gouvernements souvent rivaux qui est nouvelle.

29Entre 1702 et 1787, le contexte est évidemment fort différent sur le plan géopolitique, veille d’une guerre dans un cas, paix dans l’autre. Néanmoins, un changement intellectuel semble aussi s’être produit dans les représentations étatiques de l’espace maritime. En retournant la carte pour se placer du point de vue de sa réception, on peut se demander si elle affecte l’espace tel qu’il est vécu.

Le pilote contre l’hydrographe : les modes de perception de l’espace

  • 67 Mandelbrot B., Les objets fractals. Forme, hasard et dimension, 4e éd., Paris, Flammarion, 1995, p (...)

30Dans Les objets fractals, Benoît Mandelbrot prend l’exemple de la mesure d’une ligne de côte pour montrer la relativité de sa longueur. Si l’on prend en compte toutes ses sinuosités, à l’échelle du galet, elle se rapproche de l’infini. Il en conclut que « d’une façon ou d’une autre, le concept, en apparence inoffensif, de longueur géographique n’est pas entièrement “objectif” et il ne l’a jamais été. Dans sa définition, l’observateur intervient de façon inévitable67 ».

  • 68 BNCP, Ge. AF Pf 223 (2229 a-b).
  • 69 BNCP, Ge Af Pf 193 (5663).

31Ces observations peuvent s’appliquer aux perceptions de l’espace maritime tout entier, mais encore faut-il pouvoir reconstituer le point de vue de « l’observateur ». Une première solution est de comparer les cartes, car celles-ci fournissent parfois les clefs permettant de les déchiffrer. Deux cartes françaises publiées à quelques décennies d’intervalle illustrent bien les deux conceptions de la Manche, terrienne et maritime. La première est l’œuvre de Nicolas de Fer, géographe du Dauphin ; elle s’intitule La Manche ou le canal au septentrion ou se trouve le Royaume d’Angleterre et au midy les costes de Bretagne et de Normandie (1691)68. Sur cette carte de « terrien », la représentation de l’espace maritime est très pauvre. Aucun sondage n’apparaît. En revanche, la topographie de l’intérieur des terres est très précise. Les caractéristiques de la seconde carte sont exactement inverses. Cette Carte réduite des fonds, des qualités et profondeurs depuis 46 jusqu’à 52 degrés de latitude nord, ce qui comprend toute l’ouverture de la Manche de St. George de Bristol, Bretaigne… (vers 1670), est l’œuvre d’un pilote, hydrographe et jaugeur, Le Cordier. Son titre même met l’accent sur l’expérience pratique du cartographe : « Où l’auteur a pris un très grand soin de placer les terres en leur véritable situation et de prendre l’avis des plus fameux pilotes du temps pour le regard des fonds comme aussi de placer ceux qu’il a reconnus lui-même par plusieurs voyages69. »

  • 70 Deacon M., Scientists and the Sea, 1650-1900 : A Study in Marine Science, New York, Academic Press (...)
  • 71 Le Petit Flambeau de la Mer, ou le véritable guide des pilotes côtiers…, Havre de Grâce, Chez Jacq (...)

32Si l’intérieur des terres est laissé en blanc, de nombreuses sondes sont indiquées dans la mer. On pourrait multiplier les exemples qui confirment un premier clivage : la Manche n’a pas la même densité vue de la terre et vue de la mer. Mais cette dichotomie est trop sommaire, car, à côté des cartes hydrographiques, toute une gamme de documents, qui n’adoptent pas forcément la perspective du plan, servent aux marins à se repérer sur mer70. Un guide nautique comme Le Petit Flambeau des Mers, publié pour la première fois en 1684 et réédité sans modifications majeures jusqu’aux années 1820, ne contient aucune carte marine. Ceci semble suggérer qu’un tel découpage, à très petite échelle, n’a pas d’intérêt pour le navigateur. En revanche, l’ouvrage contient des descriptions textuelles très minutieuses de ce que l’on aperçoit des côtes depuis la mer, comme les clochers ou les éminences visibles à distance, mais aussi la composition des fonds, la possibilité de faire appel à des pilotes locaux, ou encore la direction des marées. Le Petit Flambeau des Mers inclut aussi une multitude de profils côtiers, variant les prises de vue en fonction de l’approche du navire. Ainsi, trois pages et pas moins de douze croquis décrivent et représentent Ouessant dans l’édition de 169071.

  • 72 Konvitz J., « Changing Concepts of the Sea, 1550-1950 », Terrae Incognitae, n° 11, 1979, p. 1-17.
  • 73 Frake C. O., « Cognitive maps of time and tide among medieval seafarers », Man, new series, vol. X (...)
  • 74 Destombes M., « Les plus anciens sondages portés sur les cartes nautiques, aux xvie et xviie siècl (...)
  • 75 Carte réduite de la mer du Nord comprenant les côtes orientales des Îles britanniques et les côtes (...)
  • 76 Chapuis O., À la mer comme au ciel. Beautemps-Beaupré & la naissance de l’hydrographie moderne (17 (...)

33La question se pose donc de l’usage concret des cartes par les marins72. Ces derniers n’ont évidemment pas attendu les cartes pour naviguer. Jusqu’à la Renaissance, les navigateurs des mers du Nord de l’Europe utilisent peu les cartes marines ou les instruments de mesure et se dirigent à l’estime. En revanche, à l’approche des côtes, il est vital de connaître la profondeur et la nature du fond pour éviter de s’échouer : dès le Moyen Âge, le recours au fil à plomb est systématique73. À partir du xviie siècle pourtant, sondages et représentation des bancs de sable se multiplient sur les cartes hydrographiques74. Ainsi, sur la Carte réduite de la mer du Nord, publiée en 1807, le contenu des fonds est extrêmement détaillé, avec des mentions du type « sable et coquilles », « glaise et sable », « fond pourri », « galets et morceaux de coquilles75 ». Qui donc utilise les cartes alors ? En fait, l’usage des cartes varie selon les types de navigation76. Ainsi, les marins au long cours recourent de plus en plus souvent aux cartes à mesure que le xviiie siècle s’écoule. En revanche, les caboteurs, qui pratiquent la navigation marchande côtière, négligent totalement les cartes jusqu’au début du xixe siècle.

  • 77 Cabantous A., Dix mille marins face à l’Océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre aux(...)
  • 78 Le Bouëdec G., « L’État et le cabotage en France et en Europe aux xviie-xviiie siècles », Id. et C (...)
  • 79 Le Bouëdec G., ibid., p. 384.
  • 80 « Ordonnance du Roi qui fixe les limites de la navigation au petit cabotage, et règle les formalit (...)
  • 81 Le Bouëdec G., op. cit., p. 385.
  • 82 Chapuis O., op. cit., p. 150.
  • 83 Ibid., p. 651.

34Cette variation sociologique est liée à la différence de culture hydrographique des navigateurs français77. Les ordonnances et règlements des années 1673-1726 différencient plusieurs types de cabotage78. La traversée d’une mer bordière, comme la Manche ou la mer du Nord, ressortit du grand cabotage. La navigation de port en port, le long des côtes françaises, de Bayonne à Dunkerque, est appelée petit cabotage. L’ordonnance du 18 octobre 1740 élargit l’espace du petit cabotage, définissant « un espace Manche- mer du Nord pour les caboteurs de Bretagne, Normandie, Picardie et Flandre qui fréquentent les ports des Pays-Bas, des Provinces-Unies, d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande79 ». La Manche ressortit donc des deux catégories à la fois. Ainsi, une ordonnance royale de 1752 ne tranche pas : les voyages en Angleterre sont « censé[s] au grand cabotage » selon le règlement de 1673 et au petit cabotage conformément au règlement de 172780. Cette classification a son importance, car elle détermine le niveau de compétences requises afin de bénéficier du brevet de maître ou de capitaine. Les qualifications hydrographiques exigées des marins au long cours et des petits caboteurs, qui font l’objet du même examen dans l’ordonnance sur la marine de 1681, sont en revanche dissociées dans celle de 1740. Pour les candidats-maîtres au petit cabotage, « l’examen de navigation se réduit aux seules questions pratiques “sur la manœuvre, les côtes, les ports et havres et passages compris dans l’étendue du petit cabotage”81 ». Cet assouplissement des règles a pour but de faciliter l’accès à la maîtrise de matelots qui naviguaient déjà sans autorisation. Cette évolution de la législation révèle la très forte prééminence de la pratique sur la théorie dans la délivrance des brevets. Dans la Manche, nombre de maîtres de chasse-marée ou de chaloupes ne savent pas lire ni écrire et n’utilisent donc pas les cartes. En général, quand ils recourent à des documents écrits, ces marins de court rayon préfèrent les profils côtiers82. Il faut attendre les ordonnances de la Restauration, qui créent, en 1814-1815, des écoles de navigation, pour qu’un savoir théorique soit dispensé aux candidats au petit cabotage. En particulier, la capacité à savoir lire une carte et utiliser une boussole est enfin exigée des caboteurs83.

  • 84 Ibid., p. 652.
  • 85 Ibid., p. 150.
  • 86 D’un point de vue cognitiviste, on peut s’interroger sur cette assimilation entre dessin et oralit (...)
  • 87 Chapuis O., op. cit., p. 674-675.
  • 88 Ibid., p. 673.

35On peut se demander dans quelle mesure cette modification du savoir technique affecte la vision de la Manche chez ces marins. D’après Olivier Chapuis, en passant du profil au plan, la carte élargit théoriquement les horizons des navigateurs, leur donnant une prise sur l’ensemble d’un espace et pas seulement sur « une région d’origine ou d’habitude84 ». Tandis que la carte plane nécessiterait un processus d’abstraction écrite, la vue en profil, fondée sur la reconnaissance visuelle et l’adéquation d’un paysage et d’un dessin, reposerait davantage sur le verbe et l’oralité85. Si cette explication est contestable86, il est certain en tout cas que la connaissance d’un espace ne peut s’acquérir par le seul enseignement théorique ou la lecture d’une carte, mais repose aussi sur une pratique quotidienne. L’œil du cartographe n’est pas celui du caboteur, dont l’activité diffère de celle du navigateur au long cours. Même pour des marins confirmés, lors des atterrissages, le recours à un pilote ou à un lamaneur, qui connaissent parfaitement des eaux qu’ils écument quotidiennement, est souvent nécessaire. Quand, pendant son expédition de 1701, Halley approche de Jersey, il fait appel aux services d’un pilote local. Au début du xixe siècle encore, c’est un pilote et non une carte marine qui sauve la vie de l’ingénieur hydrographe Beautemps-Beaupré dans la chaussée de Sein87. Une distance incommensurable sépare donc la connaissance concrète de l’espace maritime de sa représentation imagée. Cet écart ne s’explique pas seulement par des niveaux de conceptualisation différents, qui sont difficiles à démontrer. Le savoir sur l’espace est aussi un enjeu économique : c’est bien en raison de leur connaissance particulièrement fine du relief côtier, des fonds marins et des courants que les pilotes sont employés, ce qui explique leur réticence à communiquer leur science aux cartographes88.

* * *

  • 89 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. 1. La part du mil (...)
  • 90 Hugo V., L’archipel…, op. cit., p.19.

36En fonction des points de vue, des expériences et des moments, les limites de la Manche semblent pouvoir se déplacer à l’infini. Afin de saisir toute la complexité de cette articulation entre un espace physique, sa construction symbolique et son appropriation sociale, l’historien ne doit pas figer la mer dans un cadre préétabli, mais au contraire redessiner celui-ci en fonction des questions posées. Fernand Braudel a ainsi différencié plusieurs méditerranées : la Méditerranée occidentale, qu’il appelle la « “Manche” méditerranéenne89 », est un détroit facile à franchir du nord au sud. En changeant d’échelle, il englobe dans la « plus grande Méditerranée » les zones de montagne, le Sahara ou l’océan Atlantique. De la même manière, il faut distinguer deux « Manches ». La première, la « quasi Méditerranée90 » de Victor Hugo, est définie par rapport aux masses continentales et terrestres. Pour reprendre la terminologie des géographes contemporains, la Manche est alors une méditerranée, c’est-à-dire

  • 91 Brunet R., « Modèles de méditerranées », EG, n° 3, 1995, p. 200.

« […] un ensemble quasi fermé, formé par un rivage relativement continu, entourant une masse d’eau de dimension suffisante pour que le rivage soit lui-même différencié des terres d’arrière-pays, et que les liaisons ne soient pas immédiates, mais assez limitées pour que la navigation soit aisée et les trajets d’assez courte durée91 ».

  • 92 Vallaux C., Géographie sociale. La mer. Populations maritimes. Migrations. Pêches. Commerce. Domin (...)

37Celle-ci est la mer franco-anglaise, que la plupart des géographes font aller d’Ouessant à Calais côté français et des Sorlingues au North Foreland côté anglais. Le flou de la délimitation entre la Manche et la mer du Nord est riche de sens, et nécessite d’inclure la Flandre dans notre réflexion. Il existe aussi une « plus grande Manche », s’inscrivant dans des espaces maritimes plus vastes : l’océan Atlantique d’un côté, les mers du Nord et Baltique de l’autre. Voie de passage considérée dans sa longueur, ce canal ou channel n’a rien de spécifiquement français ou anglais. Camille Vallaux, au début du xxe siècle, s’interrogeait sur cette double nature de la Manche. Elle est un œcoumène, à la fois zone de pêcheries et « région de passage constant et ininterrompu entre la France et l’Angleterre ». Mais, pour ce géographe avant tout intéressé par les circulations, la Manche est d’abord un « trait de jonction », « voie d’accès de l’Europe du Nord-Ouest vers l’Atlantique, […] voie d’arrivée de tout l’Atlantique vers l’Europe continentale92 ».

38Il ne s’agit pas ici de trancher cette tension, mais de comprendre sa signification concrète. La territorialisation de l’espace maritime par les deux-États, ce rattachement de la mer aux terres environnantes, est toujours limitée par le fait que la Manche n’est jamais un monopole franco-anglais : elle reste fréquentée par des acteurs d’autres pays européens, les Provinces-Unies, l’Empire, ou extra-européens, venus d’Amérique ou d’Asie.

Notes

1 Jacob C., op. cit., p. 145.

2 Lepetit B., « De l’échelle en histoire », Revel J. (textes réunis et présentés par), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, EHESS, 1996, p. 86.

3 D’après le titre fameux d’un essai de Lacoste Y., La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, La Découverte, 1976.

4 Nous empruntons ici l’expression à Roger Chartier, qui l’utilisait dans un tout autre sens pour qualifier l’espace découpé par M. Sorre dans Les Pyrénées méditerranéennes, l’opposant à la région naturelle : « La ligne Saint-Malo-Genève », Nora P. (dir.), op. cit., t. II, p. 2842.

5 De Wit F., Canalis inter Angliae et Galliae littora. Pascaert van’t Canaal tusschen Engeland en Vranckryck, [1650], British Library Map Room, *Maps 1068 (1). Notre échantillon comprend toutes les échelles de cadrage, cartes régionales (province, département, ville), cartes étatiques, ou encore supraétatiques (Europe, monde, Atlantique nord), pour un total de 402 cartes. La base de données comprenant toutes ces cartes se trouve dans ma thèse de doctorat, p. 644-679.

6 En revanche, les ingénieurs géographes militaires ont fixé très tôt les limites de la Manche, sans en varier. Ainsi de Vauban, qui place « les deux extrémités de la Manche » à Calais et à Ouessant : « Mémoire sur Cherbourg », 15 juillet 1686, SHAT, 1M1085, f° 1.

7 Jefferys T., The British Channel, with a part of the Atlantic Ocean, and of the coast of Ireland, 1788, BL, Map Room, Maps C.11.b.20.

8 Sanson N., Description de la France, Paris, Melchior Tavernier, 1639, n. p.

9 Bruzen de la Martinière, Dictionnaire…, op. cit., t. IV.

10 Saint-Martin V. (de), Nouveau dictionnaire de Géographie Universelle…, t. III, Paris, Hachette, 1887, p. 601.

11 Joanne P. (dir.), Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, Paris, Hachette, 1896, t. IV, art. « Manche », p. 2426-2429.

12 An., Dictionnaire universel, géographique, statistique…, t. I, Paris, Laporte, an XIII-1804, p. 513.

13 Maty C., Dictionnaire géographique universel, Amsterdam/Utrecht, François Halma, 1701, p. 384.

14 Faure G.-S., Nouveau flambeau de la mer ou description nautique des côtes d’Angleterre, d’Irlande, d’Écosse, et de France…, s. l., 1821, n. 2 p. 352.

15 Voir Nordman D. et Revel J., « La division de l’espace français », Burguière A. et Revel J. (dir.), Histoire de la France, t. I : L’espace français, Paris, Éd. du Seuil, 2000 (1re éd. : 1989), p. 148-153. Plus spécifiquement sur Guettard, voir Broc N., La géographie des philosophes, op. cit., p. 205-206.

16 Broc N., ibid., p. 203.

17 On remarque d’ailleurs que dans son Essai d’une nouvelle division politique, ou moyen d’établir d’une manière fixe et invariable les bornes des possessions entre les différentes puissances, Buache ne considère pas les mers comme des divisions naturelles. Ce sont les chaînes de montagnes qui doivent fonder les frontières entre les États (Bibliothèque de l’Institut, MS 2316, n. d.).

18 Guettard J.-E., « Mémoire et Carte minéralogique Sur la nature et la situation des terreins qui traversent la France et l’Angleterre », MARS, 1751 (année 1746), rééd. dans Suite des mémoires de mathématique, et de physique, tirés des registres de l’Académie Royale des Sciences, de l’année MDCCXLVI, t. II, Amsterdam, Chez J. Schreuder, 1755, pl. 31, p. 584.

19 Guettard J.-E., ibid., pl. 32, p. 584.

20 Voir Ellenberger F., « Recherches et réflexions sur la naissance de la cartographie géologique, en Europe et plus particulièrement en France », Histoire et nature, n° 22-23, 1983, p. 15-21.

21 Guettard J.-E., op. cit., p. 546-547.

22 Ibid., p. 547-550.

23 Voir Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de sciences politiques, 1997, p. 29.

24 J’emprunte l’expression à Bourguet M.-N. et al. (éd.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998.

25 Sanson N., Description…, op. cit.

26 Maty C., op. cit., p. 222.

27 Je remercie Daniel Nordman, qui m’a suggéré cette piste de recherche. Pour des réflexions stimulantes sur l’utilisation des GU comme source, voir : Deprest F., « L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion », EG, 2002, n° 1, p. 73-92 ; Ferras R., Les Géographies Universelles et le monde de leur temps, Montpellier, GIP Reclus, 1989.

28 Broc N., « Quelques débats dans la géographie française avant Vidal de la Blache », Claval P., Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’école française de géographie, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 38.

29 J’ai consulté la 5e édition, revue par J.-J.-N. Huot : Précis de la géographie universelle ou description de toutes les parties du monde sur un plan nouveau d’après les grandes divisions naturelles du globe…, tome deuxième : Description de l’Europe, Paris, Au Bureau des Publications illustrées, 1845, p. 5. Le même passage est reproduit dans l’édition refondue par Lavallée en 1862, p. 341.

30 Reclus É., Nouvelle Géographie Universelle, op. cit., t. IV, p. 1-2.

31 Ibid.

32 Sur la connaissance de la profondeur de la Manche, voir Robinson A. H. W., Marine cartography in Britain : A history of the Sea Chart to 1855, Leicester, 1962, p. 28-31.

33 Dans ses cours à l’École normale en l’an III, Buache de la Neuville utilisait déjà un plan relief de la Manche, construit par son aïeul Philippe Buache, pour montrer les courbes de niveau sous-marines et les conséquences d’un abaissement du niveau de la mer : leçon du 28 ventôse (18 mars), Nordman D. (dir.), École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique. Édition annotée des cours de Volney, Buache de la Neuville, Mentelle et Vandermonde, Paris, Dunod, 1994, p. 234.

34 Vidal-Lablache P., État et nations de l’Europe. Autour de la France, Paris, Librairie Charles Delagrave, 1889, p. 248.

35 Mackinder H. J., Britain and the British Seas, Westport, Greenwood Press, 1969 (1902), p. 25.

36 Ce fantasme est alors d’autant plus d’actualité que le projet du creusement d’un tunnel sous la Manche, lancé dès 1802, avait été abandonné en 1882. La littérature sur ce sujet est abondante. On pourra se reporter à la synthèse de Navailles J.-P., Le Tunnel sous la Manche. Deux siècles pour sauter le pas 1802-1987, Paris, Champ Vallon, 1987.

37 Demangeon A., Géographie universelle, publiée sous la direction de P. Vidal de la Blache et L. Gallois, t. I. : Îles Britanniques, Paris, Armand Colin, 1927, p. 3.

38 Ibid., p. 38.

39 Ibid., p. 39.

40 Ibid., p. 18.

41 Ibid., p. 18.

42 Martonne E. (de), Géographie universelle, publiée sous la direction de P. Vidal de la Blache et L. Gallois, t. VI : La France, Paris, Armand Colin, 1942, p. 259.

43 Mackinder H. J., op. cit., p. 26.

44 Berdoulay V., La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, CTHS, 1995 (1re éd. : 1981).

45 Porter R., « The terraqueous globe », Rousseau G.-S. et Porter R. (éd.), The Ferment of knowledge. Studies in the Historiography of Eighteenth-Century Science, Cambridge, Cambridge UP, 1980, p. 303. Cette question des rapports entre science et politique, en France et en Angleterre, est depuis longtemps débattue chez les historiens. On trouve ainsi deux visions opposées chez de Beer R., The Sciences were Never at War, Londres, Thomas Nelson & Sons, 1960 ; et chez Dupree A. H., « Nationalism and Science, Sir Joseph Banks and the wars with France », Pinkney D. H. et Ropp T. (éd.), A Festschrift for Frederick B. Artz, Durham, Duke UP, 1964, p. 37-51.

46 C’est l’argument de Turnbull D., « Cartography and Science in Early Modern Europe : Mapping the Construction of Knowledge Spaces », IM, n° 48, 1996, p. 5-24.

47 Robinson A. H. W., « Marine Surveying in Britain during the Seventeenth and Eighteenth Centuries », GJ, vol. CXXIII, n° 4, décembre 1957, p. 449-456.

48 Thrower N. J., « Edmond Halley as a thematic geo-cartographer », AAAG, vol. LIX, n° 4, décembre 1969, p. 661. Sur cette carte, voir Proudman J., « Halley’s tidal chart », GJ, vol. C, n° 4, octobre 1942, p. 174-176.

49 « Instructions for observing the Course of the Tides &c in the English Channell », 12 juin 1701, Thrower N. J. (éd.), The Three Voyages of Edmund Halley in the Paramore 1698-1701, Londres, The Hakluyt Society, 1981, p. 328.

50 Ibid., p. 329.

51 Ibid., n. 1 p. 63, p. 370. Une version augmentée est publiée en français par le chevalier de Beaurain, en 1760 : Palsky G., Des chiffres et des cartes. Naissance et développement de la cartographie quantitative au xixe siècle, Paris, CTHS, 1996, p. 42-43.

52 Konvitz J. W., Cartography in France 1660-1848. Science, Engineering, and Statecraft, Chicago/ Londres, Chicago UP, 1987, p. 26-28.

53 Ibid., p. 6.

54 Debarbat S., « Coopération géodésique entre la France et l’Angleterre à la veille de la Révolution française : échanges techniques, scientifiques et instrumentaux », Actes du 114e Congrès national des sociétés savantes ( Paris 3-9 avril 1989). Échanges d’influences scientifiques et techniques entre pays européens de 1780 à 1830, Paris, CTHS, 1990, p. 48-49.

55 Pelletier M., Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des régions, Paris, CTHS, 2002, p. 84 ; Konvitz J., op. cit., p. 1-31.

56 Widmalm S., « Accuracy, Rhetoric, and Technology : the Paris- Greenwich Triangulation, 1784-88 », Frängsmyr T., Heilbron J. L. et Rider R. E. (éd.), The Quantifying Spirit in the Eighteenth Century, Berkeley/Los Angeles/Oxford, California UP, 1990, p. 186.

57 Une copie du mémoire est reproduite dans une lettre de Joseph Banks à Dorset du 9 mars 1787 (NA, 27/21, f° 105).

58 Lettre de Banks à Cassini de Thury, 11 mai 1784, BOP, D 5-7, repr. dans Debarbat S., op. cit., p. 69.

59 Banks à Cassini de Thury, 4 juin 1784, BOP, D 5-7, non num. Biffé dans la source.

60 Debarbat S., op. cit., p. 51.

61 Voir par exemple la lettre de Joseph Banks à Carmarthen, 28 février 1787, NA, FO 27/21, f° 103.

62 Turnbull D., op. cit., p. 19.

63 Roy W., « An Account of the Mode proposed to be followed in determining the relative Situation of the Royal Observatories of Greenwich and Paris », mémoire présenté le 22 février 1787 à la Royal Society, PT, vol. LXXVII, 1787, p. 193.

64 Cassini [IV], Méchain et Le Gendre, Exposé des opérations faites en France en 1787 pour la jonction des observatoires de Paris et de Greenwich, Paris, Imprimerie de l’Institution des sourds-muets, 1790, p. 11.

65 Ibid., p. 2 sq.

66 Roy W., « An Account of the Trigonometrical Operation, whereby the distance between the meridians of the Royal Observatories of Greenwich and Paris has been determined. By Major-general William Roy, F.R.S. and A.S. », Royal Society of London, PT, vol. LXXX, partie I, 1790, p. 169-170.

67 Mandelbrot B., Les objets fractals. Forme, hasard et dimension, 4e éd., Paris, Flammarion, 1995, p. 22.

68 BNCP, Ge. AF Pf 223 (2229 a-b).

69 BNCP, Ge Af Pf 193 (5663).

70 Deacon M., Scientists and the Sea, 1650-1900 : A Study in Marine Science, New York, Academic Press, 1971.

71 Le Petit Flambeau de la Mer, ou le véritable guide des pilotes côtiers…, Havre de Grâce, Chez Jacques Hubault, 1690, p. 46-48.

72 Konvitz J., « Changing Concepts of the Sea, 1550-1950 », Terrae Incognitae, n° 11, 1979, p. 1-17.

73 Frake C. O., « Cognitive maps of time and tide among medieval seafarers », Man, new series, vol. XX, n° 2, juin 1985, p. 254-270.

74 Destombes M., « Les plus anciens sondages portés sur les cartes nautiques, aux xvie et xviie siècles. Contribution à l’histoire de l’océanographie », Id., Contributions […] à l’histoire de la cartographie, Paris, Nizet, 1987, p. 265-288.

75 Carte réduite de la mer du Nord comprenant les côtes orientales des Îles britanniques et les côtes opposées du continent depuis le Pas-de-Calais jusqu’à Bergen […]. Dressée par ordre de Sa Majesté l’Empereur […], dans Hydrographie française…, 1er vol., s. l. n. d., carte n° 7, BNCP, Ge. CC. 1185.

76 Chapuis O., À la mer comme au ciel. Beautemps-Beaupré & la naissance de l’hydrographie moderne (1700-1850), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 43-86.

77 Cabantous A., Dix mille marins face à l’Océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre aux xviie et xviiie siècles (vers 1660-1794), Paris, Plubisud, 1991, p. 233-236.

78 Le Bouëdec G., « L’État et le cabotage en France et en Europe aux xviie-xviiie siècles », Id. et Chappé F. (dir.), Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, Rennes, PUR, 2000, p. 383-393 ; Russo R.P.-F., « L’Enseignement des sciences de la navigation ds les écoles d’hydrographie aux seizième et dix-huitième siècles », Mollat M. (éd.), Deuxième colloque international d’histoire maritime, le navire et l’économie du Moyen Âge au dix-huitième siècle, principalement en Méditerranée, Paris, SEVPEN, 1958, p. 176-193.

79 Le Bouëdec G., ibid., p. 384.

80 « Ordonnance du Roi qui fixe les limites de la navigation au petit cabotage, et règle les formalités à observer pour la réception des maîtres ou patrons des bâtiments qui sont employés à cette navigation », 12 avril 1752, ADS, 248B48, n. f.

81 Le Bouëdec G., op. cit., p. 385.

82 Chapuis O., op. cit., p. 150.

83 Ibid., p. 651.

84 Ibid., p. 652.

85 Ibid., p. 150.

86 D’un point de vue cognitiviste, on peut s’interroger sur cette assimilation entre dessin et oralité. De plus, l’opposition entre « pensée sauvage » et « pensée savante », « science de l’abstrait » et « science du concret », incarnée d’un côté par le profil, de l’autre par la carte plane, est fragile : voir la critique décapante du « grand partage » lévi-straussien par Jack Goody, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979 (éd. anglaise : 1977).

87 Chapuis O., op. cit., p. 674-675.

88 Ibid., p. 673.

89 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. 1. La part du milieu, Paris, Le Livre de poche, 1990 (1re éd. : 1979), p. 137-141.

90 Hugo V., L’archipel…, op. cit., p.19.

91 Brunet R., « Modèles de méditerranées », EG, n° 3, 1995, p. 200.

92 Vallaux C., Géographie sociale. La mer. Populations maritimes. Migrations. Pêches. Commerce. Domination de la mer, Paris, Octave Doin, 1908, p. 8-9. Voir aussi le débat sur les conditions de possibilité du passage de la Méditerranée aux méditerranées : EG, ibid., p. 209-225.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. Le double système de coordonnées de la Manche dans les dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27515/img-1.png
Fichier image/png, 29k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540