Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Les auteurs

Texte intégral

1■ Louis Barrault, Monique Clavreul, Denis Mercier

2L’association Histoire des Coteaux de Loire et de Maine, depuis 1983, a pour objectif d’entreprendre et de poursuivre toutes actions pour établir un inventaire et contribuer à la sauvegarde du patrimoine archéologique, historique, folklorique et naturel des communes du Maine-et-Loire que sont Béhuard, Bouchemaine, Chalonnes, La Possonnière, Saint-Georges-sur-Loire, Saint-Martin-du-Fouilloux, Savennières ainsi qu’éventuellement les communes environnantes. Elle participe également à la protection et à la mise en valeur de ce patrimoine en liaison avec les élus locaux ou d’autres associations locales. Elle fait connaître ses recherches et actions au travers d’une communication, à l’occasion de son assemblée générale annuelle, et par deux bulletins semestriels ; organise également pour ses adhérents et leurs amis une promenade-découverte annuelle dans une commune environnante ; participe, sur demande, à des animations culturelles locales. Louis Barrault, Monique Clavreul, Denis Mercier, trois membres du bureau, ont ensemble élaboré, construit, monté la vidéocommunication sur « L’histoire de la bataille de La Roche-aux-Moines » (site de Savennières), sujet qui présente un intérêt militaire et politique à la fois local et national.

3■ Michel Biard

4Agrégé d’histoire, Michel Biard est professeur d’histoire du monde moderne et de la Révolution française à l’université de Rouen. Il a été secrétaire de rédaction puis directeur des Annales historiques de la Révolution française, de 1999 à 2011. Parmi ses ouvrages : Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, Éditions du CTHS, 2002 ; Les Lilliputiens de la centralisation. Des intendants aux préfets : les hésitations d’un « modèle français », Seyssel, Champ Vallon, 2007 ; Parlez-vous sans-culotte ? Les mots du père Duchesne (1790-1794), Paris, Tallandier, 2009 ; Révolution, Consulat et Empire (1789-1815), Paris, Belin, coll. « Histoire de France », 2009 (avec Ph. Bourdin et S. Marzagalli) ; Procès-verbaux de la Société populaire de Honfleur (1791-1795), Paris, Éditions du CTHS, 2011.

5■ Jean-Pierre Bois

6Professeur émérite de l’université de Nantes et vice-président de l’Association du musée du Génie, Angers, Jean-Pierre Bois est spécialiste d’histoire militaire et des relations internationales à l’époque moderne. Président d’honneur de l’Association régionale des auditeurs de l’IHEDN des Pays de la Loire, il a souvent eu à se pencher sur des questions contemporaines de géostratégie et de défense. Parmi ses ouvrages, plusieurs biographies : Maurice de Saxe (Fayard, 1992), Bugeaud (Fayard 1997), Dumouriez (Perrin, 2005) ; la publication des Rêveries de Maurice de Saxe (Economica, 2002) et des traités du comte de Guibert (Economica, 2004 et 2005) ; et différentes études : Les guerres en Europe, 1494-1792 (Belin 1993), L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe (Colin, 1999), et plus récemment La paix. Histoire politique et militaire, 1435-1878 (Perrin, 2012).

7■ Jacques Boislève

8Historien, Jacques Boislève, parallèlement à son métier de journaliste, a poursuivi un travail de recherche en littérature et d’écriture plus personnel, axé plus particulièrement sur le monde de la Loire et le Bocage, qui a donné lieu à l’organisation de promenades littéraires, à des conférences, à des communications, à la publication de nombreux articles et d’une quinzaine de livres, pour plusieurs d’entre eux avec des photographes. Très engagé et de longue date dans la vie associative et le développement culturel et participant aux travaux de plusieurs conseils scientifiques, il est membre de l’Académie de Bretagne, des Lyriades de la langue française et du Conseil économique, social et environnemental des Pays de la Loire.

9■ Bertrand Boquien

10Historien, Bertrand Boquien travaille sur l’histoire de la ville et du château d’Ancenis, et sur les villes et villages fortifiés de la Gascogne gersoise. Il prépare également une histoire de l’industrie de la chaussure choletaise.

11■ Olivier Bouzy

12Directeur scientifique du Centre Jeanne-d’Arc à Orléans, Olivier Bouzy est docteur en histoire médiévale. Après une thèse soutenue en 1993 à l’université Paris IV - Sorbonne sous la direction de Philippe Contamine (Épées, lances et enseignes dans l’espace franc du milieu du viiie siècle à la fin du xiie), il a publié : Jeanne d’Arc. Mythes et réalités, Orléans, L’atelier de l’archer, 1999 ; La Révolte des nobles du Berry contre Louis XI. Guerre et économie en 1465, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Jeanne d’Arc, l’Histoire à l’endroit, Angers, CLD, 2009 ; Jeanne d’Arc, histoire et dictionnaire, Philippe Contamine (dir.), Paris, Robert Laffont, 2012.

13■ Philippe Cayla

14Agrégé de géographie, enseignant chercheur honoraire à l’université d’Angers, président de l’Association Patrimoine Culturel Loire, il a développé de 1979 à 1998 l’écomusée de Montjean Loire Angevine.

15■ François Comte

16Archéologue, il est conservateur du Patrimoine au service Patrimoine historique de la ville d’Angers.

17■ Annie Dumont

18Ingénieur de recherche au ministère de la Culture depuis 2001, Annie Dumont est rattachée au département de Recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines. Ses travaux portent sur l’étude des vestiges conservés dans les lits mineurs actuels des cours d’eau (gué, bacs, ponts, moulins, pêcheries, aménagement des berges). Elle conduit des recherches sur les modes d’exploitation des cours d’eau et l’impact des installations humaines sur la dynamique fluviale, l’analyse des cartes anciennes, des archives militaires et des archives des Ponts et Chaussées relatives aux cours d’eau. À côté de très nombreux articles et participations à des colloque (Archaelogy of bridges, à Regensburg en 2009 ; International Medieval Congress, à Leeds en 2010), ses principales publications sont : Les passages à gué de la Grande Saône. Approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon), suppl. à la Revue Archéologie de l’Est, Dijon, 2002, la publication de sa thèse soutenue en 1997 à l’université Lumière - Lyon 2, et la direction de la publication L’Archéologie des lacs et cours d’eau, Paris, Édition Errance, 2006.

19■ Ingo Fellrath (†) et Francine Fellrath-Bacart

20Ingo Fellrath (1944-2010), agrégé d’allemand, docteur ès lettres (Les orientations littéraires de Georg Herwegh, thèse d’état soutenue en 1991), était maître de conférences honoraire à l’université du Maine. Il s’est particulièrement attaché à l’histoire des trois guerres franco-allemandes de 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945, dont il a étudié les différents aspects en Touraine où il s’était fixé et qu’il aimait profondément. Il a laissé de nombreux travaux, rédigés en allemand ou en français, parmi lesquels Le Dieu de l’Amitié : Zu einer Schülerschrift Georg Büchners ; Adalbert von Bornstedt, Georg Herwegh und Wilhelm von Löwenfels über das Ende der Deutschen demokratischen Legion ; une traduction en allemand de l’ouvrage de l’abbé Payon, Maillé village martyr : Maillé Martyrium eines Dorfes ; et, coécrits avec Francine Fellrath-Baccart, Plaques et stèles commémoratives (1939-1945) en Indre-et-Loire, Éditions La Simarre (2007), et La guerre de 1870-1871 en Touraine. Un nouvel éclairage (L’Harmattan, 2011), publié après sa disparition. Francine Fellrath-Bacart, professeur agrégé d’anglais, a elle-même publié plusieurs ouvrages de caractère autobiographiques. Ingo Fellrath à titre posthume, conjointement avec son épouse Francine Fellrath-Bacart, ont reçu en 2011 le prix de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine pour leurs travaux historiques.

21■ Pierre Garnier de Labareyre

22Le lieutenant-colonel Pierre Garnier de Labareyre est conservateur et directeur du musée du Génie, ouvert à Angers en 2009.

23■ Florent Godelaine

24Spécialiste d’histoire économique de l’époque contemporaine, travaillant actuellement sur le commerce sur la Loire et ses affluents d’Angers à Nantes, Florent Godelaine est médiateur du Patrimoine en Vendée. Commissaire de l’exposition sur le patrimoine fluvial, industriel et archéologique ligérien, il est l’auteur de plusieurs articles édités depuis 2000 dans les grandes revues régionales et départementales, parmi lesquelles « Les conditions de navigation sur la Loire et la Mayenne (fin xviie siècle à la Révolution) », Archives d’Anjou, 2000, « Les voituriers par eau d’Angers ou la redécouverte d’un patrimoine méconnu, xviie siècle, prémices de la Révolution », Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 2003, « De la Loire à l’Océan : Nantes, port fluviomaritime (xviie-xviiie siècles) », Archéo-Théma, 2012.

25■ Alain Jacobzone

26Ancien professeur agrégé d’histoire au lycée Bergson à Angers, spécialiste de l’histoire politique de la France d’une guerre à l’autre, auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’Anjou, la Loire, et la déportation, Alain Jacobzone est actuellement président de l’Université angevine du temps libre.

27■ Jacques Maillard

28Professeur émérite d’histoire moderne à l’université d’Angers où il a enseigné pendant plus de trente ans, et président de l’Association des Amis des Archives d’Anjou, il a publié une trentaine d’articles et d’ouvrages concernant l’histoire de l’Anjou sous l’Ancien Régime, depuis sa thèse, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789 (Presses de l’Université d’Angers, 1984), jusqu’à Histoire de l’Anjou. 3. L’Ancien Régime et le Révolution en Anjou (Paris, A. et J. Picard, 2011). Il dirige la revue annuelle Archives d’Anjou.

29■ Maxime Mortreau

30Maxime Mortreau est archéologue-spécialiste (céramologue) à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Tout en suivant un cursus d’études supérieures en histoire à l’université d’Angers puis de Nantes, il participe activement à des fouilles de sauvetage puis des missions d’archéologie préventive sur Angers et le Grand Ouest depuis 1985 et intervient également dans le cadre des fouilles programmées menées sur la ville romaine de Jublains (Mayenne) depuis 1997. Membre de l’UMR 6566 de Rennes depuis 2004, ses thèmes de recherches portent sur les débuts de la romanisation dans la Gaule de l’Ouest à travers l’étude des mobiliers céramiques et des petits objets liés aux militaires romains : les militaria. Il a participé à la réalisation d’expositions, a également publié de nombreux articles dans les revues archéologiques nationales et a collaboré à plusieurs monographies de sites. Il travaille actuellement sur les études liées à la fouille du mithraeum d’Angers découvert en 2010.

31■ Claude Petitfrère

32Claude Petitfrère, professeur honoraire d’histoire moderne à l’université de Tours, a consacré sa thèse, soutenue en 1977, à l’Anjou pendant la Révolution, qui a été publiée en deux ouvrages : Les Vendéens d’Anjou (1793), Paris, Bibliothèque nationale, 1981 ; Les Bleus d’Anjou (1789-1792), Paris, CTHS, 1985. Par la suite, il a surtout consacré ses recherches à l’histoire sociale puis à l’histoire urbaine sous l’Ancien Régime.

33■ David Plouviez

34David Plouviez est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Nantes, au Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA). Après une thèse intitulée De la terre à la mer. La construction navale militaire française et ses réseaux économiques au xviiie siècle (à paraître aux Indes Savantes courant 2013), il poursuit ses travaux sur l’histoire des marines de guerre européennes, en étudiant en particulier les conditions économiques, sociales et techniques de leur construction. Par ailleurs, il anime un cycle de journées d’études dont le thème est « Défense et colonies dans le monde atlantique, xve-xxe siècle » qui entend remettre en perspective les aspects militaires et stratégiques dans le contexte colonial.

35■ Anne Rolland-Boulestreau

36Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers), Anne Rolland-Boulestreau a publié Cathelineau, généralissime de l’armée vendéenne (1759-1793), en 30 questions, Geste Éditions, 2001, et Les notables des Mauges. Communautés rurales et Révolution, 1750-1830, Presses Universitaires de Rennes, 2004. À noter parmi ses derniers articles : « Taire, occulter et condamner les massacres : interprétations de la Terreur menée par Huché en Vendée militaire (1794) », colloque L’absence, du cas de l’absent à la théorie de l’absence, Centre d’Histoire du Droit européen, Institut d’Anthropologie juridique de Limoges, XXXe Journées d’Histoire du Droit, Limoges ; et « La nuit contre-révolutionnaire : l’armée républicaine face à l’expérience de la nuit vendéenne (1794-1795) », Les nuits de la Révolution française, Société des études robespierristes, et Institut d’Histoire de la Révolution française. La guerre de Vendée, et plus précisément le problème de la guerre civile, des violences et des massacres, de la guerre civile et de la pacification sont ses thèmes de recherches principaux.

37■ Patrick Villiers

38Patrick Villiers est professeur des universités en histoire moderne à l’université du Littoral - côte d’Opale.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540