Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Résumés

Texte intégral

1Paix romaine, guerres gauloises

2Maxime Mortreau

3La Loire n’a pas toujours été ce fleuve paisible propice au commerce et aux échanges dans l’Antiquité, reliant l’Atlantique à la Méditerranée. Même navigable et franchie par de rares ponts, elle a également constitué une limite naturelle voire une barrière ethnique ou culturelle. L’irruption de la guerre de conquête menée par César touche une Gaule prospère en voie de préurbanisation dont on découvre maintenant les axes principaux qui la parcouraient. Facilitée par des contacts avec les marchands romains, et les liens tissés avec des peuples gaulois voisins de la Province, l’impact de cette influence romaine se mesure à l’aulne des amphores et des rares mobiliers militaires découverts dans les lieux mentionnés dans le récit de la guerre des Gaules, seul témoignage écrit laissé par le vainqueur. Dans la réalité, la chronologie des différents séjours des légions est difficile à mettre en évidence ainsi que la preuve de leur stationnement. L’épisode malheureux de la révolte du chef ande Dumnacus montre que la conquête a exacerbé les tensions préexistantes pour le contrôle du commerce sur la Loire entre les peuples qui y vivaient. Le cas d’Angers illustre une ville atypique située en retrait de la Loire, avec une implantation gauloise préexistante à l’arrivée de la 7e légion venue y hiverner en 57-56 av. notre ère et qui se révolte après le départ de celleci cinq ans plus tard. Pour des raisons stratégiques et économiques, le lieu devient la capitale de cité, montrant une continuité rare de lieu de pouvoir dans cette vaste vallée de la Loire.

4Les ponts de la Loire à l’époque gallo-romaine

5Annie Dumont

6Des prospections archéologiques subaquatiques et des sondages menés dans les chenaux de la Loire depuis 2003 ont permis de pointer, entre Candes-Saint-Martin, à la confluence de la Vienne, et Avrilly, au sud de Digoin, cinq nouveaux ponts gallo-romains et un aménagement de berge daté de la fin de la guerre des Gaules. Cet enrichissement du corpus tend à démontrer que les ponts étaient des constructions relativement fréquentes dans le nord de la Gaule et qu’ils n’étaient pas uniquement liés aux voies principales. Ces découvertes renouvellent également la vision que l’on avait des ponts en apportant des informations inédites sur les techniques de construction.

7Le siège de La Roche-aux-Moines en 1214

8Monique Clavreul, Louis Barrault, Denis Mercier

9En 1214, Savennières est rentré dans l’histoire avec un événement de grande importance, tant pour l’Angleterre que pour la France : il s’agit de la fuite de Jean sans Terre à La Roche-aux-Moines, quelques jours seulement avant Bouvines, abandonné par ses barons, devant l’arrivée de l’armée du prince Louis de France, fils de Philippe Auguste. Sur la Loire, axe central pour la communication et le transport dans l’État angevin, près d’Angers et de la confluence Loire et Maine, La Rocheaux-Moines est un site géographique et stratégique de premier plan où, entre 1206 et 1212, a été construite une puissante place forte. La construction est attribuée à Guillaume des Roches, sénéchal d’Anjou. Indissociables l’une de l’autre, les batailles de La Roche-aux-Moines et de Bouvines sont deux faits historiques sont déterminantes dans le renforcement du pouvoir de Philippe Auguste.

10La défense d’Angers sur la Maine (xiiie-xve siècle)

11François Comte

12La Maine constitue un secteur particulièrement difficile à défendre. La vieille enceinte gallo-romaine de la Cité d’Angers, dominant l’ouvrage de franchissement et le port, a été jusqu’au xiiie siècle le principal élément de protection de la ville. Lorsque le château et l’enceinte sont établis à partir de 1230, la muraille de la Cité avec sa porte de Fer ouvrant sur le port et l’enceinte du bourg d’Angers (xe siècle) sont partiellement conservées. La porte Chapelière est même restaurée pour servir d’ouvrage de tête de pont. Par la suite le cours de la rivière est réduit par des pieux. Un système de murailles sur arches se terminant par une tour est attesté sur la rive droite. Plusieurs lignes de défense sont mises en place dont l’une se sert de la chaussée des Treilles qui sera fortifiée au xve siècle. Au-delà du redan fait par l’enceinte en amont pour éviter îles et prairies inondables, des chaînes complètent le dispositif avant la fin du xive siècle. Les comptes de la cloison conservés aux Archives municipales permettent de connaître l’entretien de l’enceinte et la construction de tous les nouveaux ouvrages du xve siècle, en particulier les « bouleverds » qui sont de grosses tours d’artillerie pour défendre l’entrée de la ville par la rivière. De tout cet important système de défense démantelé au xixe siècle, il ne reste en dehors de quelques gravures dont celle de Sanfront vers 1589 que la tour de la Haute Chaîne dite des Anglais.

13Les places fortes de la Loire armoricaine pendant les guerres de Religion et au début du xviie siècle

14Bertrand Boquien

15Au cours du Moyen Âge, de nombreux châteaux ont été construits directement en bordure de la Loire, contrôlant ainsi la circulation des hommes et des marchandises. Entre Les Ponts-de-Cé, aux portes d’Angers, et la ville de Nantes, quelques-uns de ces châteaux ont gardé très tard leur importance stratégique. Ils jouent un grand rôle dans l’histoire agitée de la fin du xvie siècle et du début du xviie. De 1589 à 1598, la rébellion ligueuse du duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, touche aussi le Maine et l’Anjou voisins. L’assassinat d’Henri IV en 1610 ouvre une période de troubles, marquée par les incessantes agitations des « Grands ». Les progrès continus de l’artillerie à poudre ont rendu obsolètes, en théorie, les anciennes fortifications. Pourtant ces défenses dépassées se montrent encore efficaces. D’autant que les forces en présence disposent rarement de moyens d’assaut suffisants. On le verra principalement à partir des exemples des châteaux de Rochefort et d’Ancenis. Le soin mis à démanteler certaines de ces forteresses montre bien qu’elles n’avaient pas perdu toute valeur.

16La bataille des Tourelles, 7 mai 1429

17Olivier Bouzy

18Assiégée depuis octobre 1428 par les Anglais, la ville d’Orléans est en passe de se rendre quand Jeanne d’Arc y entra le 29 avril 1429. Pour dégager la ville, les Français prirent alors le parti de grignoter les positions anglaises en profitant des difficultés de communication entre les différentes bastilles (petits bastions) fermant le siège. En s’attaquant à des positions de plus en plus fortes, et en profitant du retour à Orléans d’une armée française qui dispose dès lors de la supériorité numérique, Jeanne d’Arc réussit à galvaniser à nouveau des hommes qui avaient été durement éprouvés par leur défaite à la bataille des Harengs au mois de février précédent. De plus en plus confiants en leurs forces et en leur meneuse, les Français finirent par rejeter l’armée anglaise loin de la ville après huit jours de durs combats.

19Les mariniers de la Loire, marins du roi pendant la guerre d’Indépendance, la généralisation du système des classes aux paroisses fluviales, l’exemple d’Orléans, 1778-1783 d’après les sources des Archives nationales

20Patrick Villiers

21On l’oublie trop souvent mais la guerre d’Indépendance américaine a été gagnée par la marine française qui avec 60 vaisseaux a réussi, avec l’aide la marine espagnole à tenir en échec et souvent à battre la Royal Navy pourtant forte de plus de 110 vaisseaux. Si à cette date, les vaisseaux français ont atteint un point de perfection reconnu par tous les historiens, le rôle des marins fut tout aussi essentiel. Reprenant une mesure édictée par Pontchartrain mais qui n’avait plus été appliquée après 1712, les secrétaires d’État à la Marine et aux Colonies de Louis XVI, Sartine puis Castries, réquisitionnent les mariniers de la Garonne, de la Seine et de la Loire. Les Archives nationales contiennent un certain nombre de documents qui permettent d’analyser cette réquisition notamment pour la Loire. L’exemple des mariniers d’Orléans est particulièrement instructif et peut probablement être généralisé à la Loire. Le fleuve fut soumis au système des classes et divisé en départements : Nevers, Orléans, Tours, Saumur, Île Bouchard, Angers, Ingrandes et Nantes. Combien d’inscrits, combien de mobilisables, combien de mobilisés, quelles affectations, telles sont les questions à qui nous tenterons de répondre.

22Les représentants du peuple en mission et la Loire (1793-1795)

23Michel Biard

24En 1793, la Loire représente un enjeu stratégique fondamental pour les armées de la République sitôt ouvert le soulèvement « vendéen ». Ainsi, là où la défense des côtes occidentales était confiée à trois armées (l’armée des côtes de Cherbourg, celle des côtes de Brest, celle des côtes de La Rochelle) qui n’étaient pas destinées à affronter un ennemi intérieur, l’une d’elles se retrouve vite concernée par les troubles. L’augmentation soudaine et spectaculaire du nombre des représentants du peuple qui y sont envoyés en mission l’atteste. Symbole évident du rôle qui lui est désormais réservé, cette armée des côtes de La Rochelle change de nom le 1er octobre 1793 pour devenir armée de l’Ouest. Deux siècles après les faits, la Loire continue d’être perçue avant tout à travers quelques représentations majeures, le plus souvent liées à la « Vendée » : celle du fleuve permettant d’abord de barrer la route aux « rebelles » maintenus au sud dans l’espace communément nommé « Vendée militaire » ; celle du cours d’eau franchi au moment de la virée de Galerne et qui, au retour de celle-ci, sépare les morts, blessés et captifs, des survivants qui parviennent à franchir le cours d’eau transformé en véritable barrière ; celle, souvent aujourd’hui la plus connue en raison de ses aspects sinistres, du « torrent révolutionnaire » destiné à engloutir les « brigands » exécutés sur les ordres de Carrier. La présente communication entend sortir de ces visions traditionnelles pour proposer une réflexion sur les logiques ayant présidé à la succession et à la géographie des missions des représentants du peuple envoyés près des rives du fleuve.

25La Loire et la guerre de Vendée (1793)

26Claude Petitfrère

27Quel rôle a joué la Loire dans la « Grande Guerre » de Vendée ? Le fleuve ne constitue pas une véritable frontière politique. En mars 1793, ses deux rives connurent les mêmes mouvements insurrectionnels, mais en la quasi-absence de troupes régulières, ils prospérèrent au sud en une révolte de masse, tandis que les forces présentes dans les villes du nord purent mener une répression efficace dans toute cette zone qui ne connaîtra que la Chouannerie. La Loire ne fut pas davantage une frontière militaire. En l’absence d’une véritable police fluviale, des groupes d’insurgés la traversèrent sans coup férir à plusieurs reprises, menaçant voire entravant la liberté de la navigation. Après la prise de Saumur, le 9 juin, c’est le gros de l’Armée catholique et royale qui put, par deux fois, traverser le fleuve sans grand mal, d’abord dans sa marche victorieuse vers Nantes, puis lors de l’expédition désespérée vers les côtes normandes, la « virée de Galerne ». L’importance de la Loire pour la mémoire de la guerre de Vendée est surtout de l’ordre du symbole, celui d’un double échec stratégique, les tentatives de juin et d’octobre pour élargir le conflit à la Bretagne, au Maine, voire à la Normandie, celui de l’échec final de décembre, où le rêve de retourner au pays se mua en cauchemar, ouvrant la voie à une répression massive dont les noyades en Loire, celles de Nantes ou des Ponts-de-Cé, furent les éléments précurseurs.

28Passer la Loire : « La Vendée pouvait tout, exceptée cette enjambée »

29Jacques Boisiève

30Octobre 1793 : la Vendée passe la Loire. La bataille de Cholet perdue par elle le 17 octobre précipite l’armée vendéenne sur la Loire, avec à sa suite des milliers d’hommes, femmes et enfants. Ce « grand choc » de Cholet, la course à la Loire, le franchissement du fleuve à Saint-Florent-le-Vieil, la virée de Galerne qui débute sur l’autre rive où la Vendée en déroute s’aventure en pays chouan : ces heures sombres, illuminées pourtant par le pardon de Bonchamps graciant les prisonniers républicains, ont connu un grand retentissement. C’est l’enchaînement de ces événements que cette communication retrace à travers le récit de témoins des deux camps et sous le regard croisé des historiens et des écrivains, nombreux à les avoir relatés ou évoqués.

31La Loire : une frontière et un lieu de pacification

32Anne Rolland-Boulestreau

33Après les colonnes infernales de Turreau, la Convention et le Comité de salut public nomment le général Vimeux, chargé de mettre fin à la guerre civile. Certains de ses officiers subalternes sont mandatés pour descendre la Loire en bateau et rencontrer les troupes vendéennes qui combattent encore autour des rives du fleuve. La Loire devient un lieu de rencontre et, parfois, de petits traités de pacification y sont signés. C’est une histoire méconnue de la guerre de Vendée, celui du rôle de la Loire, dernier lieu de contact possible avec les Vendéens insurgés. À partir des Archives militaires de Vincennes essentiellement, il s’agira de montrer comment s’écrit la pacification, un an et demi après le début de la guerre de Vendée.

34Tours et la Loire : un spectacle éblouissant pour les officiers prussiens (1870-1871)

35Francine Fellrath-Bacart

36Cette communication est une présentation de l’ouvrage d’Ingo Fellrath, La guerre de 1870-1871 en Touraine un nouvel éclairage, achevé et publié par Francine Fellrath-Bacart après la disparition d’Ingo Fellrath.

37La guerre de 1870-1871 en Touraine nous offre un nouvel éclairage sur le conflit franco-prussien et notamment sur la cohabitation imposée aux Tourangeaux par les occupants prussiens. Les sources de l’ouvrage, jusqu’ici inédites en France, se composent de mémoires, journaux intimes, anecdotes rédigées par des témoins oculaires, et enfin, de lettres. Elles permettent notamment de découvrir des faits inattendus, de rétablir des vérités parfois occultées sans toutefois nier des comportements brutaux et grossiers, de mettre en lumière l’attitude courtoise et bienveillante des officiers envers les habitants qu’ils fréquentaient et aussi d’attirer l’attention des lecteurs sur le véritable engouement des Prussiens, du plus haut gradé au simple soldat, pour la Touraine, ses habitants « aimables », ses paysages, ses châteaux, pour Tours la belle, ses environs et le magnifique spectacle que leur offrit la Loire. Certains officiers, tel le général Hartmann, iront jusqu’à tisser des liens amicaux avec des familles tourangelles. C’est ainsi que le livre rectifie quelques lieux communs sur une guerre plutôt délaissée, voire oubliée, dans notre province.

38La Loire arsenal du xviie au xxe siècle

39Philippe Cayla

40La « Loire arsenal » est à la confluence de trois fonctionnalités techniques spatiotemporelles relativement indépendantes l’une de l’autre jusqu’au milieu du xviie siècle et qui vont s’intégrer au cours du xviiie siècle : une marine de Loire, roulier du fleuve, outil d’un véritable « géosystème marinier » technique et marchand, drainant le bassin au rythme des saisons ; une économie rurale et protoindustrielle de bassin atteignant le niveau d’organisation moderne de la forge et de la manufacture du xviiie siècle, puis le niveau de production des usines de la révolution industrielle ; un dispositif naval d’arsenaux maritimes, de chantiers navals civils, de ports et flottes de commerce et de guerre, structurant le littoral atlantique de Rochefort à Brest, en passant par Lorient et l’estuaire de la Loire et Nantes. Ces trois entités fonctionnelles s’articulent et se développent avec effet de synergie en un vaste ensemble relationnel comprenant le bassin fluvial ligérien plus des régions périphériques (Maine, Bourgogne…), son aval maritime et sa façade atlantique. Nous apportons quelques éclairages et données pour cette époque, dont la navigation ligérienne, vecteur continental de ces approvisionnements, qui a permis la confluence des productions du bassin de la Loire vers les arsenaux atlantiques. Une rupture se produit dans les années 1850-1880, celle de la révolution industrielle dans le bassin de la Loire, qui rompt le géosystème marinier ligérien. Ce glissement vers une économie industrielle d’approvisionnements navals d’échelle nationale, s’exprime aujourd’hui dans l’horizon géographique des établissements de la DCNS (Direction des Constructions Navales Systèmes et Services) où le bassin de la Loire reste encore bien représenté d’Indret à Imphy. Les héritages patrimoniaux d’aujourd’hui, forges à Guérigny, Cosne…, musées et ports de Loire, arsenal, cales et corderie, musées à Rochefort, Brest, Lorient, expriment ces anciennes fonctionnalités productives et leur espace structuré jadis.

41La Loire et son bassin dans la stratégie d’armement naval de la France, xviiie-xixe siècles

42David Plouviez

43Construire une marine de guerre nécessite d’importantes quantités de matières premières (bois de construction, chanvre, métaux) et les arsenaux atlantiques français ont dû tisser des réseaux d’approvisionnement efficaces pour répondre à leurs besoins. Cette communication entend montrer le rôle spécifique de la Loire et de ses affluents dans la politique de construction navale militaire. Tout au long du xviiie siècle, le bassin ligérien est sollicité pour ses matières premières tandis que de nombreuses fonderies et manufactures de toiles y sont fondées. Mais en dehors des ponctions effectuées par la marine, le bassin de la Loire bénéficie de la construction de lieux de stockage en des points stratégiques imposant de fait cette administration à une importante portion du territoire. Ce sont ces aspects qui permettent de qualifier la Loire comme un « axe guerrier ».

44Du Maine à l’Océan. L’approvisionnement en bois de marine des arsenaux du Ponant. Une aire, un fret, un mode de voiture (xviie-xviiie siècle)

45Florent Godelaine

46À partir de la seconde moitié du xviie siècle, Colbert, lance un plan de « reconstruction » de la flotte royale. Dès lors, pendant près de 150 ans, les provinces ligériennes puis éloignées devenues « satellites », contribuent à la fourniture des arsenaux du Ponant.

47Les intendants de marine des arsenaux ponantais, « importent » depuis la fin du xviie siècle, depuis le Maine. Ils bénéficient d’un réseau fluvial dense, fondé sur la Sarthe et sur le Loir, artère avalant les bois de marine en quantité massive. La spécificité et prioritaire de la voiture fluviale des bois de marine encourage des professionnels du fret à la prendre en charge. Charroyant considérablement, au prix de nombreuses difficultés, la voiture des grumes sur la Loire et ses affluents, prise en charge par des voituriers par eau, des marchands, s’avère être du xviie siècle au début du xixe, l’unique mode de transport susceptible de répondre pleinement à une demande de plus en plus massive.

48Le val de Loire au péril américain

49Alain Jacobzone

50Le val de Loire a été un axe essentiel de l’acheminement de l’aide américaine. À cette occasion ont été construits le long de la Loire, d’énormes camps surtout destinés à concentrer et réparer du matériel. Assistant ébahi à la construction de l’un d’entre eux à côté de Saumur, un témoin a décrit les méthodes américaines sans cacher la profonde inquiétude qu’il éprouvait à voir s’effacer les paysages ligériens, allant jusqu’à y voir le signe du déclin de la France.

51Nantes et l’armée, xixe-xxie siècle

52Jean-Pierre Bois

53La ville de Nantes se découvre au xviiie siècle une vocation maritime, commerçante et négociante, qui fait d’elle une ville ouverte sur l’Atlantique et marque ses relations avec l’armée. Elle devient à partir du xixe siècle une ville de garnison, où l’armée jouit d’une certaine popularité avec le 64e, puis le fameux 65e de ligne. L’armée contribue aussi au développement de la ville, en particulier grâce à la construction de ses casernes, autour desquelles s’organisent de nouveaux quartiers. Après le moment fort de la Première Guerre, l’après-guerre est dominée par les anciens combattants, mais la ville tient un grand rôle dans la Résistance, qui lui vaut le titre de Compagnon de la Libération. Après 1945, l’évolution de l’armée, engagée sur les théâtres coloniaux puis extérieurs, et de la conscription suspendue en 1996, semble distendre le lien qui unissait Nantes et son armée. En 2010, elle disparaît d’une ville qui n’a fait beaucoup d’effort pour la retenir.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540