Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Nantes et l’armée, xixe - xxie siècle

Jean-Pierre Bois

Texte intégral

  • 1 Bibliographie générale : Bois P., Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977 ; Pétré-Grenouilleau (...)
  • 2 Cette communication résulte d’une conférence faite à Nantes le 21 mai 2010, château des Ducs de Br (...)

1Nantes, qui possède le château des Ducs de Bretagne, et qui a repoussé l’attaque vendéenne de juin 1793, est devenue dès le milieu du xviiie siècle une ville négociante et commerçante, puis au xixe siècle industrielle et manufacturière, au xxe siècle ouvrière, sociale, atlantique – bref, une ville que la Loire ouvre au monde, et qui n’a pas de vocation militaire autre que médiévale et en partie moderne – contrairement à d’autres villes de la Loire : Tours avec le train, Angers avec le génie, Saumur avec la cavalerie – et La Flèche avec le Prytanée national –, par exemple1. Nantes n’est pas une ville frontière. L’ennemi traditionnel sur mer, l’Anglais, est devenu un ami après que le fameux mot attribué à Cambronne – un Nantais – aclos une hostilité plusieurs fois séculaire. La ville n’a pas d’histoire guerrière, si l’on place sur un autre plan, entre 1940 et 1944, les hauts faits de l’Occupation, de la Résistance et de la Libération. Pourtant, siège d’un corps d’armée pendant plus d’un siècle, marquée par le séjour durable de plusieurs régiments, et le contrecoup de l’histoire des trois guerres – 1870-1871, Première puis Seconde Guerre mondiale –, Nantes a une indéniable empreinte militaire2.

  • 3 Voir Perréon St., L’Armée en Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2005.
  • 4 Service Historique de la Défense, Vincennes, 12 Yc49, vol. 3897, Contrôle de la compagnie d’invali (...)
  • 5 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 268, régiment de Salm-Salm, infanterie alle (...)
  • 6 Service Historique de la Défense, 1 Yc 760, contrôles de troupes. Rohan-Soubise, 2 bataillons.

2Durant l’époque médiévale, ville de marche franco-bretonne et victime des guerres entre le roi d’Angleterre et le roi de France, Nantes se donne des murailles, se dote d’un château, devient capitale de la Bretagne et la ville de ses ducs. Devenue ville royale, elle est encore enjeu militaire dans la guerre du duc de Mercœur dans les dernières années du xvie siècle. Après 1598, le nom de la ville devient un symbole de paix. Elle se tourne vers son fleuve, vers la mer et le grand commerce. Les murailles sont démantelées à partir de 17533. Nantes conserve son château, mais il est devenu à la fin de l’Ancien Régime simple garnison de soldats invalides (29e compagnie, en garnison à Nantes de 1780 à l’an II, capitaine Challoy) et dépôt d’artillerie4. Il y a également à Nantes un bataillon de milice provinciale, l’un des sept bataillons de la milice de Bretagne – bataillon de garnison, puis 35e régiment provincial de Rennes dont une compagnie est déjà celle de Clemenceau – forte de six cents hommes. Au reste, la ville de Nantes voit passer régulièrement des régiments, sur la route de la Bretagne, en logement chez l’habitant. Les derniers régiments de la monarchie présents en ville ont été les dragons de Conti, puis Salm-Salm5, puis Rohan6 en 1789, qui, en raison des événements, s’installe de manière durable. Au début 1791, il devient le 84e de ligne, commandé par le comte d’Hervilly mal vu de la population parce qu’il a pris part au rétablissement de l’ordre lors d’une émeute le 25 mai 1790, puis le 10 avril 1791. Nantes fournit alors des volontaires. L’un d’eux est resté plus célèbre que d’autres, Pierre-Jacques Étienne Cambronne, né le 26 décembre 1770, fils d’un négociant, volontaire en 1791. Mais comme beaucoup, c’est au loin que le conduisent ses campagnes.

  • 7 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1041, délibérations du conseil de district, 1791. Son premier co (...)

3La ville est alors plus affectée par la nouvelle organisation militaire du royaume. En 1791, la France est divisée en 21 divisions militaires. Nantes devient le siège de la 12e division militaire, qui couvre ce qu’on appelle alors Les Côtes de l’Ouest, de Nantes à La Rochelle7. La suite des événements de la Révolution fait de Nantes, à son corps défendant, une place de guerre. La ville est en première ligne face à l’attaque des Vendéens en juin 1793. Elle voit plus tard passer les armées républicaines, celle de Westermann en décembre, puis celles de Kléber. Mais la Révolution s’apaise ici comme ailleurs. En 1800, l’explosion des munitions de la Tour des Espagnols, qui fait un grand nombre de victimes parmi les soldats présents, rappelle qu’il existe toujours une garnison au château de Nantes.

1799-1873, LA 12e DIVISION MILITAIRE, DU CONSULAT AU DÉBUT DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • 8 Cette surveillance dure jusqu’au Second Empire, et se trouve particulièrement rigoureuse sous la R (...)

4Lorsque le consul, devenu l’empereur, reprend en main l’organisation militaire du royaume, Nantes est une place de l’intérieur. Restent dans la ville les autorités militaires de la division étroitement surveillées par le préfet8 qui doit aussi faire admettre et appliquer la conscription, instituée en 1798. Le conseil de recrutement fait tirer le 20 mars chaque année, et le 5 avril un cadre de leur régiment d’affectation vient chercher les recrues pour les conduire à leur lieu d’incorporation. Ce n’est pas mieux vu que l’ancienne milice.

  • 9 Lycée de Nantes. Livre d’Or du Centenaire (1808-1908), Nantes, Impr. du Commerce, 1909, Alcide de (...)

5La journée du passage de l’empereur en juin 1808 à son retour de la frontière espagnole, est l’occasion de mettre en œuvre, avec beaucoup d’éclat, les nouveaux gardes d’honneurs, 300 jeunes gens des meilleures familles symbolisant la réconciliation entre les enfants de la Révolution et ceux de l’ancienne aristocratie. Leur habit vert à parement amarante et le chapeau à cornes et à plumet blanc font sensation. Avec un détachement de la gendarmerie sous le commandement de Piter Deurbroucq, ils accompagnent l’empereur, avec l’impératrice Joséphine, Talleyrand, Decrès, Bertrand, Duroc, Maret jusqu’à l’hôtel d’Aux, où le reçoivent le préfet de Celles, le général Travot, le vainqueur de Charette, le maire, Bertrand-Geslin, ancien officier de l’armée royale puis républicaine, maire de 1805 à 1813. L’empereur est de méchante humeur : il vient d’apprendre, à Fontenay-le-Comte, la capitulation de Dupont à Baylen. Néanmoins, il visite la ville. Le 9 août, il passe au tout nouveau Lycée impérial dont les lycéens portent alors uniforme avec bicorne9. Une femme vêtue de noir avec ses deux enfants, élèves au lycée, se jette à ses pieds : c’est la femme du général Gaspard Normand, détenu depuis 1804 pour avoir participé au complot du général Moreau. Elle obtient sa grâce. Le 10 août, l’empereur s’embarque sur le quai de la Fosse, et une magnifique embarcation le conduit à Indret, dont il visite la fonderie. Puis il inspecte les chantiers des frères Crucy qui livrent à l’État goélettes, bricks et cotres utilisés pour la course. À Paimbeuf, il peut voir en construction la célèbre frégate la Méduse – échouée en 1816, on connaît l’histoire des 143 naufragés embarqués sur le radeau improvisé.

  • 10 ADLA, 1 M 223, Statues et monuments commémoratifs, 1814-1824.
  • 11 ADLA, 2 R 70, Abonnement pour une caserne bourgeoise, janvier 1835. Lettre du maire de Nantes au p (...)
  • 12 ADLA, 2 R 70, Acquisition des terrains nécessaires pour la construction des magasins et hangars à (...)

6L’Empire passe. Le nouveau régime est délibérément pacifique, la conscription est allégée. En 1820, par ordonnance, un lieutenant-général est placé à la tête de chacune des divisions. Le lieutenant-général d’Espinois prend sa fonction en 1823, en même temps que Louis XVI, dont la statue due au sculpteur Molknecht est installée au sommet longtemps inoccupé d’une colonne de vingthuit mètres placée au centre de la place d’Armes, devenue place des États, puis place Louis XVI10. Ils deviennent voisins en 1828, lorsque le général occupe l’hôtel d’Aux (où il remplace le préfet), qui devient l’hôtel de la Division et siège du commandement militaire. En janvier 1839 le ministre de la Guerre, Drouet d’Erlon, en même temps qu’il annonce au préfet l’envoi de deux nouveaux escadrons de cavalerie, ajoute : « Dans les circonstances où nous nous trouvons, il ne serait peut-être pas prudent de laisser la troupe chez les habitants », et invite vivement à chercher un local spécifique11… Mais les années passent : en 1856, enfin, un décret déclare d’utilité publique pour l’établissement d’un quartier de cavalerie et d’un magasin de fourrages l’acquisition de six parcelles de terrain situées dans la partie basse du terrain de la Mitrie12. La construction de ce qui deviendra les quartiers Lamoricière et Richemont peut commencer. Elle est l’occasion de matérialiser la mainmise de l’Armée sur le nord-est de la ville, en direction de la route de Paris, alors bordée de pépinières et de productions maraichères, infiniment plus rurale encore que même banlieusarde : la profonde transformation du paysage de l’arrivée sur Nantes depuis Ancenis est la première indication de l’arrivée des soldats. En 1864, la gendarmerie s’installe à la caserne Lafayette, près du nouveau tribunal.

  • 13 Launay M., Kahn Cl. et al., La Noblesse nantaise au xixe siècle, Nantes, Ouest-Éditions, 2001, p. (...)
  • 14 ADLA, 1 J 351, Souscription pour le monument de Cambronne.

7Mais en dehors de cette présence occasionnelle, la ville n’est pas encore ce qu’on appelle une ville de garnison13. La belle durée des périodes de commandement de certains généraux (La Motte-Rouge, de 1855 à 1865), l’écho des événements militaires, et bien sûr les victoires (Algérie, Crimée, Italie), les funérailles solennelles de quelques glorieux enfants du pays nourrissent ce qu’on appellerait de nos jours le lien Armée-Nation : ainsi, les funérailles de Cambronne qui a achevé sa vie dans sa ville natale, inhumé en 1842 à la Miséricorde. En 1848, une statue est inaugurée sur le cours qui reçoit son nom14. Mais la même année, on a surtout donné de l’éclat aux funérailles du général de Bréa, l’un des anciens chefs de l’état-major, marié à une Nantaise, assassiné dans les émeutes de juin 1848 à Paris. Lui aussi, est inhumé dans le cimetière de la Miséricorde. En 1863, ce sont les obsèques du général Bedeau, dont la carrière est entièrement attachée à la conquête de l’Algérie. En 1865, on élève à un autre ancien de la conquête, le général de Lamoricière, un cénotaphe dans la cathédrale de Nantes, qui rappelle son action en faveur du pape en 1860, en particulier l’organisation du corps des Zouaves pontificaux.

8En 1858, soucieux de renforcer l’attachement de la population à l’armée en familiarisant la présence des troupes dans les villes, Napoléon III regroupe les divisions en sept corps d’armée, comportant un nombre variable de divisions militaires. En 1867, le 28e régiment d’infanterie est établi à Nantes. Mais il n’a pas le temps de s’y enraciner que la guerre éclate.

  • 15 Nouaille-Degorce P., Les volontaires de l’Ouest. Histoire et souvenir de la guerre de 1870-1871 à (...)

9Le 10 septembre, après la capitulation de Sedan, après la proclamation de la République, c’est à la gare de Nantes le départ des Mobiles de l’Ouest. Cantonnés au Mont Valérien, ils subissent le siège de Paris. L’armée allemande déferle alors, jusque sur la Loire. Le 9 novembre Gambetta déclare « le département de Loire-Inférieure en état de guerre ». La gravité de la situation fait écarter les préoccupations politiques. Le docteur Guépin, nommé préfet, et le maire Waldeck Rousseau, unissent leurs efforts pour mettre la ville sur pied de guerre. Les armes manquent : la fonderie Voruz fabrique des canons, des mitrailleuses. Pendant ce temps, dans l’armée de la Loire de Chanzy, sous le commandement de Sonnis, se rassemblent les Volontaires de l’Ouest, parmi lesquels on retrouve d’anciens zouaves pontificaux. Ils participent aux combats de Coulmier, Orléans, Loigny, et ne déméritent pas15. À Nantes même, les hommes célibataires ou veufs de moins de quarante ans sont mis sous les armes, on établit un camp fortifié sur la route de Paris, à une quinzaine de kilomètres de la ville. Mais le 22 janvier, Paris capitule, et le 28 janvier est signé l’armistice de Versailles.

NANTES, VILLE DE GARNISON : LA VILLE DU 65e D’INFANTERIE, DU 3e DRAGONS, DU 51e RA…

  • 16 Colonel Perchet M., L’Armée de Terre dans l’Ouest, 1873-1978, université de Rennes, 1978.

10Après la loi du 27 juillet 1872, qui modifie le recrutement en jetant les bases d’un service militaire bientôt obligatoire et universel, la loi du 12 juillet 1873 divise la France en 18 régions militaires16. Nantes devient alors le siège du 11e corps d’armée (Vendée, Loire-Inférieure, Morbihan, Finistère), ce qui est fièrement inscrit sur le fronton de l’hôtel d’Aux. Le général commandant le corps d’armée est désormais le responsable territorial de la garnison, du recrutement, de l’instruction, de l’entraînement, de la mobilisation des réserves. Le corps d’armée est une unité opérationnelle dont le général sera le commandant en temps de guerre. Mais l’arrivée à l’hôtel d’Aux du général Lallemand, premier commandant du 11e corps, intéresse peu : l’opinion est alors mobilisée autour du procès du maréchal Bazaine… À moins qu’elle ne s’intéresse au développement commercial et manufacturier, qui induit à la même époque une profonde mutation sociale dans la ville.

11Le fait militaire compte pourtant dans cette mutation. Les effectifs deviennent considérables. En 1873 sont affectés le 64e RI et le 25e dragons, ainsi que les 2e et 3e compagnies du 2e régiment du Train. Le 65e RI est envoyé à Ancenis. En 1899, un chassé-croisé se produit entre le 65e RI, qui devient le régiment de Nantes, et le 64e RI, envoyé à Ancenis et à Saint-Nazaire ; il occupe la caserne Cambronne, aujourd’hui Cité administrative. Peu après, le 3e dragons remplace le 25e ; il occupe le quartier Richemont. Enfin, en 1909, Nantes obtient l’installation du 51e régiment d’artillerie, alors installé à Mellinet. On trouve aussi à Nantes le 11e escadron du train des équipages militaires, caserne Lamoricière (rue d’Allonville), et encore différents services caserne Bedeau (Visitation). Au total, en permanence 6 500 à 7 000 hommes en ville. Cela ne passe pas inaperçu.

  • 17 ADLA, 2 R 69. Quartier Barbin, 1879-1882. Expropriations, descriptifs.

12D’autant plus que la place prise dans le paysage urbain par les nouvelles casernes est considérable, en même temps que leur élévation entraîne tout le remodelage des quartiers Saint-Clément et Saint-Donatien, Toutes-Aides, Doulon. Dès 1875, commence l’agrandissement du quartier de la Mitrie : des terrains sont acquis et des travaux engagés pour la construction de magasins et hangars destinés à remiser le matériel de l’équipage militaire à la Mitrie, ce qui devient le Dépôt du matériel du train et des équipages militaires du 11e corps. Puis on élève la nouvelle caserne Cambronne, sur le modèle Séré de Rivière. Un bâtiment à trois étages pour chaque bataillon, encadrant une cour assez vaste ; à la périphérie se trouvent les bâtiments particuliers : cuisine, poste de police, bâtiments disciplinaires, infirmeries. Les procédures d’expropriation sont lancées en 1879, pour un total de 171 000 francs. La ville dévore les jardins et terres qui l’entourent17.

  • 18 ADLA, 2 R 73, Génie. Caserne Mellinet (1919-1924).

13Lorsque de nouveaux régiments d’artillerie sont créés par la loi du 24 juillet 1909, la Ville, dirigée par le maire Guist’hau, se démène pour obtenir la garnison. Le nouveau maire de Nantes propose une contribution de 2 millions de francs pour l’installation du régiment d’artillerie, compte non tenu des travaux nécessaires pour amener l’eau et le réseau d’égouts. Derrière sa détermination, il y a surtout l’opportunité d’occuper le couvent des Dames du Sacré-Cœur, que les religieuses avaient dû abandonner. Situé sur l’emplacement de l’ancienne seigneurie de l’Eperonnière, occupée comme prison en 1793, puis hôpital en 1794, enfin vendu comme bien national en 1798, il avait été élevé par les Dames du Sacré-Cœur en 1837, mais fermé après la loi du 27 juillet 1904 qui interdit l’enseignement congréganiste. Le domaine est effectivement acquis par la ville de Nantes. Le 1er avril 1911 arrive le premier détachement du 51e régiment d’artillerie. La caserne Mellinet n’est achevée qu’après la guerre18.

14La présence d’une caserne ne fait pas que des heureux. La ville y trouve un intérêt financier, mais il y a aussi tous ceux, inévitables, qui craignent les conséquences de l’implantation d’un corps, qui se plaignent des nuisances. Dès avril

151910, les propriétaires mitoyens dénoncent la faiblesse des clôtures du nouveau quartier :

« Les murs de clôture n’ont que trois mètres de haut. Les terrains environnants donnent appui à des treilles de vigne qui offriront aux jeunes soldats une tentation bien forte et seront pour eux une perpétuelle invitation à la maraude. On ne saurait raisonnablement demander aux propriétaires de les arracher. »

16En juillet 1911, un jardinier des environs du quartier actionne le tribunal, attendu que l’installation défectueuse des latrines du quartier est à l’origine de la pollution du ruisseau et donc de sa cressonnière. Il faut plaider, aboutir à une transaction, et payer.

17Ces récriminations sont dérisoires. Le regard porté sur l’Armée est plutôt marqué par les événements politiques, et reste ambigu et contradictoire. Les tensions entre les partisans de l’une ou l’autre des anciennes monarchies et ceux de la nouvelle République sont durables. Pourtant, les années 1880-1914, paradoxalement en apparence puisqu’ils sont encasernés, mais en réalité parce qu’ils sont beaucoup plus nombreux, et plus proches sentimentalement, sont celles où les soldats occupent de la manière la plus visible le paysage humain de la ville. Ils sortent en ville, avec de beaux uniformes ; les officiers prennent position dans la société, sont présents dans les cérémonies officielles. Avec les aléas des circonstances.

18Ainsi, après le 14 juillet 1880, date de remise à l’honneur de la fête de la Fédération qui devient la fête nationale, en écho de la grande revue de Longchamp, la ville de Nantes donne le 25 juillet une grande fête : trois salves de 21 coups de canons à 8 heures, 12 heures et 20 heures, feu d’artifice, retraite aux flambeaux. Sur le terrain de manœuvres du Petit-Port – qui n’est pas encore campus universitaire… –, leurs drapeaux sont remis au 64e de ligne et au 25e dragons. On associe à la fête les lycées en armes – ce sont les célèbres bataillons scolaires, qui reçoivent, dans leurs établissements une préparation militaire. Le compte-rendu de la cérémonie donné par Le Phare de Loire est très critique :

  • 19 Phare de Loire, mardi 27 juillet 1880.

« Quelques bonnes qu’aient été ses intentions, M. le général de Cissey aurait voulu froisser les sentiments patriotiques de la foule accourue de toutes parts, il eût cherché à méconnaître, en dépit de circulaires ministérielles, l’esprit civique qui devait présider à la remise des drapeaux et aux défilés de troupes, qu’il ne s’y serait pas pris autrement, qu’il n’aurait pas donné des ordres différents19…»

19Il faut dire que c’est aussi le temps des lois Ferry qui engagent le combat contre les Congrégations non autorisées par la loi de mars 1880. Le 4 novembre 1880, il avait fallu160 dragons, 7 brigades de gendarmerie et 200 fantassins, baïonnette au fusil, pour venir à bout des Capucins de la rue Noire et de leurs défenseurs armés de cannes-épée et de gourdins plombés. Les commentaires sont allés bon train.

  • 20 ADLA, 2 R 95, Monuments aux morts des guerres de 1870 et 1871.

20On se réconcilie à peu près ensuite. Le temps de l’affaire Dreyfus est marqué à Nantes par les obsèques du général Mellinet en 1894, mais plus encore la venue du président de la République Félix Faure, le 21 avril 1897, pour l’inauguration du monument des Mobiles, en bas du cours Saint-Pierre qui, pour la première fois, rappelle le souvenir de tous les « enfants de la Loire-Inférieure morts pour la patrie » (les mobiles, le fantassin, le marin, le colonial). Le monument les célèbre tous, ainsi que l’héroïsme de Gougeard stimulant les régiments décimés qui montent à l’assaut du plateau d’Auvours20.

  • 21 ADLA, 2R 81, Incidents politiques mettant en cause des officiers, 1900-1904.

21Catastrophe : alors que le général André, ministre de la Guerre, lance la désastreuse affaire des fiches, le ministère Waldeck-Rousseau reprend la politique de Ferry contre les Congrégations ; nouvelles batailles de rues entre moines et dragons, entre religieuses et fantassins, avec prise à partie de l’un ou l’autre camp par la population… On ne s’étonne pas, à Nantes, de l’écho des procès de 1902 et 1904, tenus en conseil de guerre au quartier du 3e dragons, qui mobilisent encore des centaines d’hommes. Cela vient nourrir le trouble des rues, et provoque les ruées de la presse. Ont eu un écho particulier en septembre 1902 l’affaire Leroy-Ladurie, commandant au 19e d’infanterie, qui a refusé de commander les trois compagnies envoyées pour vider un couvent de Landernau, et l’affaire Saint-Remy, lieutenant-colonel – condamné à un jour de prison ; puis, en avril-mai 1904, le conseil de guerre jugeant cinq officiers (du 116e régiment d’infanterie), condamnés à six mois, non pour refus d’obéissance mais pour abandon de poste21.

22L’atmosphère de plus en plus tendue et les crises internationales obligent sans doute à refonder le pacte d’Union entre l’Armée et la République. C’est ce qui se produit en 1914. Les 5 et 6 août 1914, les troupes de Nantes partent pour la guerre. La 21e division, avec le 51e régiment d’artillerie et les 65e et 64e régiments d’infanterie, franchit la frontière belge le 20 août et reçoit le baptême du feu à Marville. Les régiments de réserve, formés dans le cadre de huit subdivisions, ont également donné. La subdivision de Nantes fournit le 251e régiment d’artillerie, le 264e et 265e régiments d’infanterie, engagés dans la 61e division dès le 24 août 1914 à Bapaume. Les uns et les autres prennent part aux grands combats à suivre. Marne, Champagne, Verdun, Chemin des Dames. Le 51e RA a perdu 222 hommes, le 65e d’infanterie en a perdu 1900, et 112 officiers dont un chef de corps, le colonel Desgrées du Lou tué en 1915 à la tête de ses hommes.

  • 22 Debaène V., Nadja, Paris, Hatier, 2002, donne les clés pour comprendre cette œuvre d’André Breton.
  • 23 Nouailhat Y.-H., Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire, 1917-1919, Nantes, Coiffard, 2009.

23Pendant la guerre, évidemment, la ville prend un nouveau visage. Accueil de blessés, d’abord, dans les hôpitaux existants, mais aussi en ouvrant de nouveaux établissements, l’hôpital militaire Baur, par exemple. Pendant la durée de la guerre, Nantes a reçu 138 000 blessés. André Breton, le père du surréalisme, est affecté à Nantes comme médecin auxiliaire en 1915 à l’hôpital de la rue du Bocage. Il écrit plus tard, dans Nadja, ce mot si souvent cité : « Nantes est la seule ville de France avec Paris où j’ai l’impression que quelque chose de grand peut m’arriver22.» Accueil des réfugiés ensuite, français et belges, italiens aussi, employés dans les 82 usines spécialisées pour l’artillerie et les obus, à Basse-Indre, à Indret, aux chantiers navals reconvertis, dans les entreprises de fourniture de vivres et d’habillement. De nouvelles usines sont édifiées entre Chantenay et Couëron ; les Ateliers et Chantiers de Bretagne, créés en 1909, produisent des wagons de guerre, Lefèvre-Utile fabrique des biscuits de guerre, le marquis de Dion se met à la fabrication de moteurs pour véhicules militaires. Enfin, la ville voit passer dans ses cantonnements près de 240 000 hommes, dont 99 000 pour la seule caserne Cambronne ; des soldats anglais à partir de 1915, et des Hindous qui sont l’occasion d’illustrer de nombreuses cartes postales ; des alliés russes en 1916, les Américains en 191723.

24L’annonce de l’armistice du 11 novembre 1918 entraîne un pavoisement, on voit même des drapeaux américains aux fenêtres, une fête partagée par tous – même si le préfet refuse d’assister au Te Deum célébré le 17 novembre dans la cathédrale par Monseigneur Le Fer de la Motte, séparation des Églises et l’État oblige ; mais on retrouve dans la cathédrale Maurice Sibille, maire de Nantes, plusieurs conseillers municipaux, des conseillers généraux, toutes les notabilités, du directeur des Archives départementales au directeur de la Manufacture des tabacs, un général américain même, accompagné de trois colonels.

  • 24 Gabory É., Un département breton pendant la guerre 1914-1918. Les enfants du Pays nantais et le 11(...)

25En 1919, l’armée de la Grande Guerre est démobilisée. Louis XVI, du haut de sa colonne, et le général Prax en bas de la colonne, président ensemble à la prise d’armes de la victoire le 11 novembre 1919. Comme dans toutes les villes de France, les premières années de l’immédiate après-guerre se passent dans une sorte de communion permanente entre la ville et ses soldats : retour des drapeaux, retour des régiments, défilés. Plus douloureux, à partir de 1921 (le 22 mars à 19 h 37, à la gare de Nantes), c’est le retour des morts – 251 en 1921, 420 en 1922, 128 encore 1923, trop peu par rapport au nombre des disparus. On écrit déjà sur la guerre – Paul Bellamy fait paraître un premier ouvrage sur la guerre dès 1919 – vingt jours avant les élections municipales ; Émile Gabory, directeur des Archives départementales, publie en 1923 Un département breton pendant la guerre 1914-1918. Les enfants du Pays nantais et le 11e corps d’armée24. Enfin, il y a le monument aux morts que le Conseil municipal décide d’élever dès le 14 novembre 1918. Il a fallu choisir le lieu – le port Communeau, la Petite Hollande, finalement ce sera en bas du cours Saint-André ; il a fallu obtenir le financement – la ville, les particuliers, les grosses entreprises nantaises contribuent ; il a fallu constituer un Comité d’honneur : c’est plus facile. Avec Aristide Briand, le député-maire Paul Bellamy, les autorités, tout ce que la ville compte de notabilités ; il a fallu enfin adopter un projet, le choix se porte sur l’œuvre d’un architecte lui-même grand blessé de guerre, Robidat. L’inauguration a lieu au début de l’année 1927.

26La ville a retrouvé différentes unités, constituant toujours le 11e corps, avec en 1924 toujours le 65e RI, qui a retrouvé la caserne Cambronne – et se trouve magnifié par le souvenir du colonel Desgrées du Lou dont le nom est donné à la caserne Bedeau ; le 51e RA, devenu 51e régiment d’artillerie de campagne, est dissous en 1924 et remplacé par le 355e régiment d’artillerie lourde portée (355e RALP), qui devient en 1935 le 355e régiment d’artillerie automobile, toujours à Mellinet, enfin achevé aux lendemains de la guerre ; Mellinet reçoit en même temps le Centre de mobilisation secondaire d’artillerie coloniale, et conserve les services des parcs d’artillerie, les services vétérinaires ; le 11e escadron du train occupe Richemont abandonné par le 3e dragons qui part pour Sarrelouis, et devient en 1928 la 11e compagnie régionale du train.

  • 25 Boucault P., Les Anciens combattants à Nantes durant l’entre-deux-guerres, 1919-1939, mémoire de m (...)

27Mais en vérité, l’espace moral commence à être plutôt occupé par les anciens combattants : « Ils ont des droits sur nous », a déclaré Georges Clemenceau, le Nantais, ce qui ne règle pas vraiment le retour à la vie civile de milliers de blessés, de mutilés, de corps et d’âmes irrévocablement marqués. Ils forment cette immense armée d’après-guerre incarnant la victoire et la gloire, en même temps que toutes les amertumes du choc moral en retour, et de cette étonnante démobilisation de l’esprit de défense à la veille de la Seconde Guerre25. Ils sont les porte-parole des 19 500 Français du département tués pendant la Grande Guerre, des quelque 7 000 Nantais dont le nom est inscrit sur le Livre d’Or de la ville, conformément à la loi du 25 octobre 1919.

28Ils sont rapidement organisés en associations, amicales, unions, sections, rattachées ou non à des associations nationales – la Section nantaise de l’Union nationale des Combattants est la première, suivie de l’Amicale du 265e RI, l’Amicale de la 21e division, la société Le Poilu, la Société des Mutilés, puis l’Union nationale des Mutilés et des Réformés, souvent opposée à l’UNC. Ils entretiennent le souvenir entre eux, et sous la forme d’actions publiques – bals, tombolas, banquets ; ils participent à toutes les cérémonies, qu’il est évidemment impossible d’énumérer. Citons en exemple les obsèques le 13 juin 1927 du général Buat, qui n’est pas nantais d’origine, mais un ancien du Lycée de Nantes, époux d’une Nantaise, portant les décorations de 25 pays. Un monument est élevé en son souvenir place du 51e d’artillerie, face à la caserne du 355e RALP, rue du général Buat, ci devant rue de Paris. Le général Ragueneau souligne le soutien du maire dans ce genre de circonstances. Autour des officiels, toutes les associations d’Anciens combattants sont là. Leurs effectifs n’ont cessé d’augmenter jusqu’en 1924, ont été stabilisés entre 1924 et 1930, commencent alors à diminuer : ils ne sont pas immortels. Après 1934, ils se trouvent emportés par le mouvement politique, et assistent, un peu désemparés, non pas à la manifestation du 6 février 1934, quelques centaines d’hommes rassemblés place Royale, mais aux beaucoup plus violentes manifestations ouvrières qui suivent, puis à la victoire du Front populaire, et à la montée du nazisme en Allemagne.

  • 26 ADLA, 2 R 78, Fêtes et commémorations, 1918-1939.

29Pourtant, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’Armée occupe toujours une position sociale, de prestige en même temps que de lien social, qui reste incontestable – ce qu’on peut appeler une position morale. Elle fait vivre environ 7 000 hommes dans la ville, ces hommes sont très fréquemment vus par le public au cours de cérémonies, défilés, déplacements personnels même. Et malgré la démobilisation de l’esprit de défense, l’armée et ses soldats restent un repère. Aussi, en exemple, à côté des commémorations ou fêtes patriotiques, sont-ils sollicités pour d’innombrables circonstances civiles, avec, à compter du 23 novembre 1936, l’obligation de l’accord du préfet, souvent obtenu, parfois refusé. Les sollicitations, très variées, donnent une idée de l’implantation morale de l’Armée dans sa ville26. On retiendra que la dernière sollicitation, en août 1939, est à l’occasion de l’inauguration à La Baule du boulevard Neville Chamberlain – l’homme de Munich. Elle est prévue pour le 27 août. Mais le 23 août, le général Martin, commandant de la 11e région militaire, annonce que le président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre, interdit jusqu’à nouvel ordre tout déplacement de la troupe… En même temps, les réservistes sont rappelés dans les Centres mobilisateurs et les casernes. Le 31 août, le 65e RI embarque en gare de Nantes…

30Avec le 355e RALP, le 65e est dirigé vers la Lorraine, puis après l’étrange épisode de la drôle de guerre – comme si une guerre pouvait être drôle –, le 11e corps, devenu la 9e armée, est engagé dans les Ardennes et participe à la bataille de la Meuse, puis à celle du Nord, avant de se dissoudre dans le secteur fortifié des Flandres…

DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE AU DÉSERT MILITAIRE

  • 27 Scheid M., Nantes, 1940-1944. La guerre, l’occupation, la libération, Ouest-France, Mémorial de Ca (...)

31L’histoire de la Seconde Guerre, qui ne peut être faite ici, ne serait pas entièrement hors sujet. Aucune ville de France n’échappe à son empreinte27.

32En 1939, Nantes redevient base de débarquement pour les Anglais. À partir de mai 1940, c’est l’exode : Belges, Luxembourgeois, Français, puis les soldats épuisés qui n’ont pas résisté au raz-de-marée allemand. Le 14 juin, les Anglais quittent Nantes, détruisent leurs camions et armes lourdes avant de repartir. Le 18 juin, les Allemands entrent à Nantes. Le 10 juillet, les députés de Loire-Inférieure votent la loi déléguant le pouvoir constituant au maréchal Pétain – à l’exception du vieux marquis de Dion, qui s’est abstenu.

  • 28 Honoré-d’Estienne d’Orves R. et Ph., Honoré d’Estienne d’Orves, pionnier de la Résistance, Paris, (...)
  • 29 Sesmaisons Y. de, Une Nantaise dans la Résistance, Yolaine de Sesmaisons, 1940-1945, Nantes, Coiff (...)
  • 30 Launay M., Un évêque dans la guerre. Carnets de Mgr. Villepelet, évêque de Nantes, 1940-1945, Nant (...)
  • 31 Témoignages sur les bombardements des 16 et 23 septembre 1943 à Nantes, par Luc Douillard et les é (...)

33La Feldkommandantur s’est installée à Nantes, son poste de commandement dans l’hôtel du 11e corps, ses services à Mellinet et Richemont. La Résistance a été bien vite active, d’abord autour de Léon Jost, cadre aux usines LU, plus tard l’un des 48 otages… Le premier des grands héros de la Résistance, le lieutenant de vaisseau Honoré d’Estienne d’Orves, chef du 2e bureau à Londres, établit la première liaison radio avec la France Libre : installé à Nantes, à Chantenay dans la villa Ty Brao où la famille Clément l’a accueilli. Du 24 décembre 1940 au 21 janvier 1941, soixante messages sont envoyés en Angleterre28. Dans la nuit du 21 au 22 janvier, la villa est cernée. D’Estienne d’Orves et ses compagnons, Maurice Barbier, Jean-Jacques Leprince, tous les membres du réseau Gérard, ont été trahis par Gaessler, l’opérateur radio, passé au service de la Gestapo. Fusillé au Mont-Valérien, d’Estienne d’Orves donne l’accolade à l’abbé Stock, et au colonel Keyser qui a tenté jusqu’au bout d’obtenir une commuta- tion de peine – comme à Nantes Mme Rondeau l’épouse du maire, le colonel de Saint-Julien représentant de la Croix-Rouge, la marquise de Sesmaisons29. Il faudrait en citer beaucoup d’autres… Nantes porte toujours le souvenir des cinquante otages, fusillés après l’assassinat du lieutenant-colonel Hotz, Feldkommandant de Nantes, un Bavarois de 63 ans qui avant la guerre avait travaillé à Nantes en qualité d’ingénieur pour participer au percement du tunnel qui avait permis d’assécher l’Erdre en aval du pont Morand, en partie financée par les prestations de l’Allemagne au titre des réparations : il est abattu à l’entrée de la rue du Roi-Albert, par Gilbert Brunstein, le 20 octobre 1941. Hotz s’était toujours distingué des nazis par son humanité envers les Nantais. L’on sait que 50 otages sont arrêtés et fusillés, l’on connaît les efforts déployés pour empêcher cette vengeance, pour empêcher qu’il y ait plus de victimes aussi, du préfet Bonnefoy, du maire Gaétan Rondeau, de l’évêque monseigneur Villepelet30, de la marquise de Sesmaisons encore. Il faudrait également évoquer les 1 500 morts des bombardements des 16 et 23 septembre 1943, la rue du Calvaire, la place Royale rasées, la préfecture, la bourse, la psalette durement touchées31.

34En 1944, avec l’arrivée des Américains, le général Reinhart et la Kommandantur quittent Nantes le 3 août pour se replier au sud de la Loire, reviennent le lendemain, partent définitivement le 12 août. Les FFI avec des hommes du colonel Rémy arrivent tout de suite. Les FFI occupent les bâtiments publics dès le 12 juin, mais la guerre ici dure jusqu’à la libération de la poche de Saint-Nazaire. En janvier 1945, alors que restent encore à l’ouest les réduits de Saint-Nazaire et de Royan-La Rochelle, le général de Gaulle décerne à la ville de Nantes la croix de la Libération en présence du nouveau maire, Clovis Constant, de Michel Debré, commissaire régional de la République, et du préfet Alexandre Vincent.

35Après la guerre, lentement, mais inexorablement, tout change.

36L’Armée devient de moins en moins visible, dans une ville qui grandit, qui s’élargit, qui engloutit le pays proche, dont les activités se multiplient, dont les paysages urbains changent, dont les vieilles casernes, qui n’étaient plus aux normes – cette extraordinaire invention de notre temps – disparaissent : Cambronne, renvoyée à la vie civile ; Bedeau, disparue ; Lamoricière, démolie et rebâtie pour la gendarmerie mobile en 1980. Plus la population augmente – en particulier la population jeune, après la résurrection de l’Université – et plus les effectifs militaires diminuent, moins les soldats prennent de place dans le paysage nantais. L’histoire de la présence militaire à Nantes devient celle de la disparition de l’armée.

37Les régions militaires sont réorganisées le 21 octobre 1944, puis le 26 juin 1946. La 3e région militaire remplace la 11e, au sein de laquelle, de 1945 à 1966, Nantes devient ville de garnison de troupes, antérieurement coloniales, devenues troupes de marine, familièrement les marsouins. On retiendra en 1951 l’arrivée à Mellinet du 8e bataillon d’infanterie coloniale (8e BIC), remplacé en 1954 par le 2e régiment d’infanterie coloniale (2e RIC), remplacé de 1960 à 1964 par le 9e régiment d’infanterie de Marine (9e RIMA), installé à Richemont. Les unités nantaises sont largement engagées dans les opérations de la décolonisation. Le 2e RIC a été engagé au complet en Algérie, dans le secteur de Khenchela, El Kantara et Batna de 1954 à 1959, puis Orléansville et la vallée de la Soummam en 1959-1962. De 1951 à 1971, 1 386 soldats tués en Indochine et Afrique du Nord, originaires de l’Ouest, reçoivent les honneurs militaires dans la chapelle de l’Oratoire transformée en chapelle ardente, avant d’être rendus à leurs familles. Jacques Floch, secrétaire d’État aux Anciens Combattants, maire de Rezé, leur a porté la parole de tous les Nantais :

« À la mémoire des 343 soldats de Loire-Atlantique morts à la guerre d’Algérie et lors des combats au Maroc et en Tunisie. Je les salue avec respect et fraternité. »

38En 1966, c’est la création de nouvelles divisions militaires territoriales : Nantes devient le siège de la 33e division militaire territoriale (33e DMT), dont l’extension correspond à la nouvelle région des Pays de la Loire. À la même date, le 65e d’infanterie qui avait été dissous en 1946, est reconstitué avec le Centre mobilisateur (CM 65). Mais il disparaît définitivement en 1986. Les forces conventionnelles sont alors une nouvelle fois réorganisées. Le 1er juillet 1986, le 9e régiment de commandement et de soutien (9e RCS) de Dinan s’installe à Nantes, avec l’état-major de la 9e division d’infanterie de Marine (9e DIMa), l’une des divisions d’intervention de la Force d’Action Rapide. Il fusionne avec l’état-major de la 33e DMT, et s’installe à Richemont. La FAR est dissoute en 1999, les forces sont regroupées dans la Force Terrestre, l’état-major de Force no 2 s’installe également à Richemont – son premier commandant est le général Thomann ; l’état-major de la 9e brigade légère blindée d’infanterie de Marine (9e BLBMa, ci-devant 9e DIMa), est toujours à Richemont, et le 22e BIMa à Mellinet, dernière troupe visible à Nantes. En même temps, la conscription est supprimée – suspendue. Les derniers appelés disparaissent entre 1996 et 2001. Leur succède une JAPD, ouverte aux filles, mais qui ne peut remplacer en 24 heures ce qu’apportait auparavant – à ceux qui le faisaient encore – l’ancien service national.

39Les soldats ne sont plus visibles. Les opérations non plus. Elles se déroulent désormais sur des fronts lointains, qu’on appelle désormais les « théâtres d’opérations extérieures », alors même que la 9e DIMa, puis la 9e BLBMa, sont engagées à l’échelle du monde entier, ces opérations se déroulent sur des théâtres aux noms bien lointains, qui ne font plus rêver, qui ne suscitent plus toujours l’adhésion – Côte d’Ivoire, Congo, Sénégal, Tchad, Timor et Cambodge, Liban et Ukraine, Macédoine et Kossovo. Comme beaucoup de Français, les Nantais réduisent ces opérations à deux minutes d’informations télévisées chaque soir, entre les faits-divers et la page sportive…

  • 32 Patrick Marengo, commandant l’état-major de force no 2, laisse un adieu émouvant. « Ce retrait de (...)

40Le grand départ de 2010 était-il inéluctable ? On doit seulement constater qu’il a eu lieu. Dans le cadre de la réduction massive de ses effectifs alors imposée à l’Armée, Nantes a tout perdu. En juin 2010, la cérémonie de dissolution de la 9e BLBMa est le dernier événement de l’histoire militaire de Nantes, avec, aussitôt après, le départ du général Marengo, commandant l’état-major de Forces no 2, qui quitte la ville, très affecté32. Il ne reste plus, dans la ville, et dans le département de la Loire-Atlantique, qu’une soixantaine de marins sous l’autorité du commandant de la marine à Nantes Saint-Nazaire, et, assez logiquement, une Préparation militaire marine, et ce volet particulier de la mémoire nantaise qui touche à la mer militaire, et non commerciale. Les Nantais n’ont pas oublié les Chantiers Navals Dubigeon qui ont sorti tant d’unités depuis la Seconde Guerre mondiale, jusqu’au Bougainville, le dernier bâtiment militaire, lancé en 1986. Ils ont confié, à partir de 1988, l’escorteur Maillé-Brézé aux soins de l’Association Nantes Marine Tradition, sur les quais de la Fosse, là même où, au xviiie siècle déjà, des milliers d’hommes construisaient pour la mer, et où, au xxe siècle, la population assistait en foule au lancement des navires. Les Nantais se souviennent aussi qu’ils ont donné des marins à la France, leurs noms sont précieusement conservés – Cassard, mort en 1740, un peu marin du roi, un peu corsaire ; du Chaffault, mort en 1794, l’amiral Halgan mort en 1852, l’amiral de Cornulier, maire de Nantes pour peu de temps d’ailleurs, en 1874, mort en 1886, plus près de nous Éric Tabarly, Nantais de naissance, et officier de marine, disparu en mer en 1998. Les Nantais conservent aussi la mémoire de ses héros de l’air – Didier Lecour Grandmaison, pilote en 1915, tué en 1917, Alfred Heurtaux, as de l’escadrille des Cigognes avec 21 victoires homologuées, résistant, déporté à Buchenwald, compagnon de la Libération, mort en 1985 à 92 ans. À cette date, la base aérienne 740 de Château-Bougon n’était plus qu’un souvenir lointain, les installations de l’Armée de l’Air à Richemont elles-mêmes étaient fermées depuis 1967.

Notes

1 Bibliographie générale : Bois P., Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977 ; Pétré-Grenouilleau O. (dir.), Nantes, Palantines, 2003. Nous nous limitons ici à quelques ouvrages effectivement utiles, et à des références d’archives.

2 Cette communication résulte d’une conférence faite à Nantes le 21 mai 2010, château des Ducs de Bretagne, à l’occasion des cérémonies du départ de l’Armée de Nantes : « Nantes et ses soldats », Nantes, Conseil général de Loire-Atlantique, 2010.

3 Voir Perréon St., L’Armée en Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2005.

4 Service Historique de la Défense, Vincennes, 12 Yc49, vol. 3897, Contrôle de la compagnie d’invalides détachés au château de Nantes.

5 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 268, régiment de Salm-Salm, infanterie allemande, et C 275, régiment de Salm-Salm, 62e régiment d’infanterie.

6 Service Historique de la Défense, 1 Yc 760, contrôles de troupes. Rohan-Soubise, 2 bataillons.

7 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1041, délibérations du conseil de district, 1791. Son premier commandant est Dumouriez, qui reçoit à Nantes l’annonce de la fuite du roi à Varennes.

8 Cette surveillance dure jusqu’au Second Empire, et se trouve particulièrement rigoureuse sous la Restauration. Voir, aux ADLA, les États nominatifs d’officiers licenciés (1816), et Surveillance des officiers en non-activité (1817).

9 Lycée de Nantes. Livre d’Or du Centenaire (1808-1908), Nantes, Impr. du Commerce, 1909, Alcide de Caumont, visite de Napoléon au Lycée, p. 103-109.

10 ADLA, 1 M 223, Statues et monuments commémoratifs, 1814-1824.

11 ADLA, 2 R 70, Abonnement pour une caserne bourgeoise, janvier 1835. Lettre du maire de Nantes au préfet de Loire-Inférieure, 26 janvier 1835.

12 ADLA, 2 R 70, Acquisition des terrains nécessaires pour la construction des magasins et hangars à la Mitrie. Décret du 7 août 1856, déclaration d’utilité publique.

13 Launay M., Kahn Cl. et al., La Noblesse nantaise au xixe siècle, Nantes, Ouest-Éditions, 2001, p. 89-100, sur la noblesse nantaise et le métier des armes au xixe siècle, très suggestif.

14 ADLA, 1 J 351, Souscription pour le monument de Cambronne.

15 Nouaille-Degorce P., Les volontaires de l’Ouest. Histoire et souvenir de la guerre de 1870-1871 à nos jours, doctorat, université de Nantes, 2005.

16 Colonel Perchet M., L’Armée de Terre dans l’Ouest, 1873-1978, université de Rennes, 1978.

17 ADLA, 2 R 69. Quartier Barbin, 1879-1882. Expropriations, descriptifs.

18 ADLA, 2 R 73, Génie. Caserne Mellinet (1919-1924).

19 Phare de Loire, mardi 27 juillet 1880.

20 ADLA, 2 R 95, Monuments aux morts des guerres de 1870 et 1871.

21 ADLA, 2R 81, Incidents politiques mettant en cause des officiers, 1900-1904.

22 Debaène V., Nadja, Paris, Hatier, 2002, donne les clés pour comprendre cette œuvre d’André Breton.

23 Nouailhat Y.-H., Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire, 1917-1919, Nantes, Coiffard, 2009.

24 Gabory É., Un département breton pendant la guerre 1914-1918. Les enfants du Pays nantais et le 11e corps d’armée, Nantes, Impr. du Commerce, 1923.

25 Boucault P., Les Anciens combattants à Nantes durant l’entre-deux-guerres, 1919-1939, mémoire de maîtrise, sous la direction du professeur Jean-Pierre Bois, université de Nantes, 2001.

26 ADLA, 2 R 78, Fêtes et commémorations, 1918-1939.

27 Scheid M., Nantes, 1940-1944. La guerre, l’occupation, la libération, Ouest-France, Mémorial de Caen, 1994.

28 Honoré-d’Estienne d’Orves R. et Ph., Honoré d’Estienne d’Orves, pionnier de la Résistance, Paris, France-Empire, 1999. Voir aussi Montety É. de, Honoré d’Estienne d’Orves, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2001.

29 Sesmaisons Y. de, Une Nantaise dans la Résistance, Yolaine de Sesmaisons, 1940-1945, Nantes, Coiffard, 2003.

30 Launay M., Un évêque dans la guerre. Carnets de Mgr. Villepelet, évêque de Nantes, 1940-1945, Nantes, Opéra, 2006.

31 Témoignages sur les bombardements des 16 et 23 septembre 1943 à Nantes, par Luc Douillard et les élèves du lycée professionnel Michelet, Ville de Nantes, Nantes, 2005.

32 Patrick Marengo, commandant l’état-major de force no 2, laisse un adieu émouvant. « Ce retrait de l’armée de terre de Nantes est difficile, voire douloureux […] Il est douloureux de quitter une ville de garnison éclectique et séduisante où le lien entre la Nation et son armée s’avère harmonieux et respectueux […] Car Nantes est une terre de soldats, la lecture des tables mémoriales nous rappelle le lourd tribut payé lors des derniers conflits ». Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes, évoque « cette longue histoire qui a uni et continuera à unir Nantes à ses soldats » (Marengo P. [dir.], Nantes et ses soldats, Conseil général de Loire-Atlantique, Ville de Nantes et 11e corps d’armée, 2010, p. 2).

Auteur

Professeur émérite de l’université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540