Version classiqueVersion mobile

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Le val de Loire au péril américain

Alain Jacobzone

Texte intégral

  • 1 Voir Kaspi A., Le temps des Américains, 1917-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.
  • 2 Dans la phase finale de la guerre, les alliés disposent de 1 485 000 fantassins face à 885 000 All (...)

1L’entrée en guerre des États-Unis en avril est un des événements majeurs de l’année 1917 et contribue notablement à expliquer l’issue finale de la guerre1. Le nouvel allié de la France et de la Grande-Bretagne apporte à la Triple Entente fragilisée par la révolution russe de quoi compenser la défection prochaine de cette puissance défaillante et, moyennant le temps qu’il faudra pour constituer, transporter, équiper et entraîner une armée à créer pratiquement de toutes pièces, les forces suffisantes pour faire pencher du bon côté le rapport des forces sur le front occidental en 19182. On a dit et redit à quel point l’annonce de cet engagement américain avait contribué au printemps et à l’été 1917 à rétablir dans les tranchées comme à l’arrière le moral des soldats et des populations fragilisé à l’unisson par les difficultés de l’heure, de l’échec de l’offensive sur le Chemin des Dames aux mutineries sur le front, des pénuries à la hausse des prix à l’arrière. Enfin se dégage, avec l’intervention de l’oncle Sam, une perspective positive, autant dire un espoir de victoire, même si le terme en demeure éloigné.

  • 3 On trouvera de nombreux exemples dans Nouailhat Y.-H., Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, (...)
  • 4 Les pertes américaines s’élèvent à 53 000 morts au combat auxquels il faut ajouter 63 000 décès de (...)
  • 5 Richou F., « L’Armée américaine en Anjou », Revue de l’Anjou, tome soixante-dix-septième, Angers, (...)

2On remplirait des volumes entiers avec les déclarations enthousiastes, sincèrement louangeuses, multipliées aux tribunes par les responsables ou à longueur de colonnes par les journalistes3. Tous ont bien saisi l’importance de l’événement, à court terme pour le maintien du moral, si essentiel dans cette guerre devenue totale, et à long terme pour la victoire finale, si longue soit-elle encore à se dessiner. Ces lignes n’ajouteront rien à ces litanies, mais s’attacheront plutôt à mettre en valeur un autre versant, critique celui-là, de l’intervention – de la présence pour être plus précis – américaine, sans pour autant bien entendu contester si peu que ce soit l’ampleur et le rôle de l’effort et des sacrifices américains4. La matière de cet article est tirée pour l’essentiel des états d’âmes et réflexions confiées par un notable angevin, Fernand Richou en août 1918 à une revue savante angevine, à la suite de l’observation de l’installation par les Américains à Villebernier d’un vaste camp proche de Saumur5. C’est peu de dire, nous le verrons, que notre auteur, s’il communie en admiration et gratitude envers les Américains, perçoit et déroule le catalogue vétilleux de tout ce qui nous différencie d’eux et même nous menace à travers les risques que leurs méthodes et leurs manières d’être font courir au milieu local : c’est rien moins que le val de Loire au péril américain qu’il nous décrit au cours de ces sept pages lourdes d’inquiétudes qu’il rédige en août 1918.

  • 6 Les autres bases sont implantées à Bordeaux, Le Havre, Brest, Marseille, La Rochelle.
  • 7 Sur le rôle géopolitique de la Loire, voir Verrière J., La Loire et Paris, la France essentielle d (...)

3Il convient d’abord de bien mesurer le rôle géostratégique que joue le val de Loire dans l’économie générale de l’intervention américaine. Acheminés par voie maritime c’est essentiellement dans les ports de l’Atlantique – à l’exception notable du Havre et à un moindre degré, Marseille – que les quelque deux millions d’hommes mobilisés ont été débarqués. C’est ainsi que Saint-Nazaire a été choisi pour être la base no 1 des « American Expeditionnary forces » (AEF)6. Cette base est en fait constituée de huit, puis cinq départements, où va se diffuser la présence des hommes et des services : finalement, la Loire-Atlantique, la Vendée, les Deux-Sèvres, le Maine-et-Loire et le Morbihan. C’est de là que les forces américaines vont gagner la zone de guerre en empruntant la voie ferrée, qui se glisse le long l’axe ligérien depuis Saint-Nazaire, par Nantes, Angers, Tours, puis au-delà, vers Bourges, Nevers, Dijon, pour aboutir à Is-sur-Tille où est implanté le centre de triage de soldats. Le val renoue donc à cette occasion avec le rôle géostratégique qu’il a joué à plusieurs reprises soit comme voie de pénétration (qu’on songe aux invasions normandes), soit, vainement d’ailleurs, comme fragile obstacle dans une hypothétique bataille d’arrêt (guerre de 1870 ou plus tard à l’été 1940)7.

4Toujours est-il qu’à partir de l’été et de l’automne 1917, les Américains, soit de passage en route vers le front, soit y résidant pour la mise en place de services divers, sont de plus en plus nombreux dans le val de Loire. Ils le sont à ce point qu’à Savenay et Montoir, leurs effectifs dépassent ceux de la population indigène. Suivant les périodes ont en dénombre 15 000 à 60 000 en Loire-Atlantique. Rien qu’à Angers ils sont 1 214 en février 1918 et quatre fois plus nombreux en juillet. Dans le Loir-et-Cher, on en compte jusqu’à 50 000 répartis dans trente communes différentes. Au total, 198 000 hommes ont abordé la France à Saint-Nazaire.

  • 8 Au Havre sont arrivés 791 000 hommes qui sans doute pour la plupart rejoignent l’axe de la Loire p (...)

5Pourtant, malgré ces chiffres impressionnants de flux humains, c’est surtout du matériel qui a été débarqué à Saint-Nazaire, plus encore que des soldats qui eux sont surtout arrivés par Le Havre8. C’est pour cette raison – et là nous nous rapprochons du texte qui nous occupe – que les Américains ont disposé le long de la Loire une série de camps destinés à accumuler, préparer, réparer le matériel débarqué, ce qu’ils appellent «general intermediate supply depot » (GISD). Le premier d’entre eux, établi à Montoir, à 6 kilomètres de Saint-Nazaire s’étend sur 650 hectares, comprend 138 magasins et entrepôts étendus sur 900 000 mètres carrés, destinés à 600 000 tonnes de matériels divers et est parcouru par 202 kilomètres de voies ferrées. Plus à l’est, à Gièvres, à 80 kilomètres de Tours vers Vierzon, a été établi, tout à côté de Romorantin et du Cher, un camp où l’on stocke à la fois de l’essence et de la viande. Pour conserver cette dernière on a fait pousser là rien moins que la deuxième usine frigorifique du monde, à même de fournir une ration de 500 grammes de viande à plus d’un million et demi d’habitants. Quatre citernes peuvent recevoir deux millions et demi de litres d’essence. On trouve aussi sur place, un parc d’artillerie, un dépôt de remonte, un terrain d’aviation et… un cimetière qui comptera 254 tombes.

  • 9 Pour plus de détails sur le camp de Villebernier on pourra consulter quelques documents issus des (...)

6Revenons à côté de Saumur, où notre témoin assiste à l’installation d’un millier d’hommes dans un camp dévolu à la réparation du matériel de chemin de fer sur un site proche de la Loire où se croisent plusieurs lignes de chemin de fer, vers Bordeaux et Tours9. Plus que le fonctionnement du camp qui pourtant a donné lieu à un mouvement de curiosité et d’intérêt considérable dans le Saumurois ce sont les moyens et les méthodes utilisées pour édifier le camp qui ont impressionné (traumatisé ?) notre indigène.

  • 10 Les citations du texte de Fernand Richou figurent en italiques dans la suite de cet article.

7Car c’est bien en indigène qu’il introduit et justifie son témoignage, assumant pleinement un point de vue « localiste » qu’il associe à un souci d’information de son lecteur : il veut, nous dit-il « voir la France comme un Anjou agrandi » et analyser « le contrecoup des événements sur notre petite patrie10 ». Cette posture n’est pas rare dans les écrits de l’époque, surtout dans cette Revue de l’Anjou, à vocation régionaliste dirait-on aujourd’hui et qui est alimentée par les écrits d’érudits locaux, qui tous plus ou moins ont très vite l’intuition que le conflit en cours implique profondément tout le pays et laissera sur les territoires et leurs habitants des marques profondes. Et, avant d’en venir à celle qui le préoccupe le plus, l’auteur rappelle furtivement quelques-unes de ces marques déjà imposées ; « l’afflux de troupes britanniques », « les dépots harassés de nos régiments frontaliers », « l’arrivée des blessés lamentables », « les tristes convois […] des réfugiés »…

8Après cette introduction de son texte, l’auteur consacre une vingtaine de lignes à ce qui peut apparaître comme un exercice obligé mais sincère : la caractérisation et l’hommage au « geste magnifique de l’Amérique ». Défilent alors dans une simple énumération, « l’immense pont de bateaux », « ces millions d’hommes », « des avions innombrables », « des canons puissants », « des obus amoncelés » constituant bien sûr un « flot invincible » et, finalement « des promesses illimitées de victoire ». Mais cette revue rapide (approximative et quelque peu exagérée on le sait bien) ne constitue qu’un préalable en forme d’hommage destiné à rendre acceptables et à légitimer de longs développements en demi-teinte, à tonalité critique des conséquences de la présence américaine en Anjou. Car le texte bascule et Richou met en scène lui-même ce tournant :

« Nous saluerons pleinement l’effort guerrier… pour qu’on nous pardonne parfois quelques regrets mélancoliques, à nous dont l’unique souci aura été le pittoresque de notre bel Anjou et la conservation intégrale de ses sites aimés. »

9Nous voilà donc installés au cœur du sujet : la présence américaine menace l’Anjou dans son identité paysagère.

10Sans jamais se montrer négatif, s’efforçant même de le mettre en valeur, Richou se lance, par petites touches dans la description de l’homme (de troupe) américain, jamais perçu à travers des individualités, mais comme une force collective, un bloc humain homogène, presque une espèce en soi. Isolons de son texte les éléments de ce tableau. Les Américains sont ou ont :

  • Un peuple neuf…
  • Une population jeune, légère…
  • Des figures imberbes…
  • Des voix rudes…
  • Des gestes hardis…
  • Des Grands gaillards…
  • Alertes…
  • Presque toujours gais…
  • A jamais pleins d’entrain…
  • Raides et méthodiques… »
  • 11 Nombreux exemples dans les ouvrages et articles cités en référence.

11On remarquera que les caractéristiques perçues concernent essentiellement le domaine physique : la taille, le visage, les manières d’être, comme si les personnes observées étaient dépourvues de tout caractère psychologique et sans référence morale. Des êtres frustes en somme, mais finalement profilés pour l’action et, bien sûr implicitement, la guerre. Rien d’ouvertement négatif là-dedans, sauf qu’on a l’impression d’être en présence d’une humanité quelque peu inachevée comme si la nouveauté de son monde d’origine ne lui avait pas laissé le temps d’acquérir l’épaisseur qui fait la richesse des populations de l’ancien monde. Et si les choses se gâtaient dans les relations avec nos alliés (on verra que ce fut le cas), on perçoit bien que le relevé des qualités pourrait rapidement se muer, par un simple glissement, en catalogue des défauts et constituer ainsi la base d’un réquisitoire, la jeunesse devenant de l’inexpérience, la gaîté de la superficialité, la force de la brutalité. On pourrait presque établir d’ailleurs un parallèle entre cette façon de décrire les Américains et la manière dont on parle en France à cette même époque des indigènes des colonies, éternels enfants, rieurs et superficiels, peu enclins à la réflexion et justiciables d’un solide encadrement. On objectera que l’observation de l’objet s’est opérée de loin, au moment de la construction du camp et qu’à aucun moment le texte ne fait état d’un contact direct, d’un propos tenu, de relations suivies qui auraient débouché sur un tableau plus complet et nuancé. Or, ces contacts ont bien existé ailleurs et souvent11 : que notre Saumurois ne les ait pas recherchés ou qu’il n’en fasse pas état s’il les a vécus reste significatif. Il reste face aux Américains comme un entomologiste face à la ruche : à la fois fasciné et inquiété par la découverte qu’il fait de cette force à la fois primitive et organisée. Toutefois ce n’est pas pour ce qu’ils sont que l’auteur se donne le mal de décrire les Américains, mais plutôt pour ce qu’ils font, pour l’impact qu’ils ont sur le paysage ligérien, car nous dit-il, ils vont « révolutionner nos provinces riantes ».

12En effet leurs méthodes de travail sont à l’image de leur personnalité et surtout sont appuyées sur un emploi massif de moyens mécaniques comme sans doute jamais un Angevin n’avait pu l’observer dans sa province. Les « lourds tracteurs », les « sidecars légers », les « camions immenses » l’« immense locomotive haletante, lourde et sans grâce », « les monstres cahotants couverts de graisse et de poussière », « les lourds marteaux [qui] s’abattent là bas qui font jaillir la flamme et jettent au ciel des rougeoiments sinistres » et les « pilons qui battent la terre et le béton », tels sont les forces industrielles impressionnantes que Richou voit mises en œuvre dans la construction du camp. Ils sont comme la prolongation mécanique de personnalités elles-mêmes perçues comme proches de la machine.

13Au mitan de son témoignage Fernand Richou en arrive enfin à l’essentiel, la description des ravages qu’opèrent sur les paysages ligériens la présence et l’action des Américains. Il commence par la scène primitive du crime, l’état ancien du paysage, dont il renforce le caractère attractif en l’associant à l’époque bénie et sacrée de l’enfance :

« Il nous a été donné de voir l’un de ces tout petits villages au site riant, au sol plantureux, terre légère de travailleurs rieurs, le coin où mollement s’était bercée notre enfance, et dont nous connaissions tous les sentiers, toutes les chaintres, toutes les chaumières, tous les arbres dans leurs détails familiers. »

14Peu après s’inaugure la lamentation : « Pauvre coin de notre enfance ! Qu’ont-ils donc fait de ta poésie enchanteresse ? » Commence alors, pour une quinzaine de lignes, selon le même procédé utilisé lors de la description de l’homme américain, l’énumération des dommages subis par le paradis perdu : la grande haie a été « ravagée » ; la maisonnette a été « ruinée » ; les pans de mur qui « gênaient » ont disparu ; le chemin « où nos pas hésitants s’arrêtent » s’est retrouvé coupé ; le chemin creux « a perdu son ombre et sa verdure, son calme et sa poésie » ; l’ardoise « privilège de notre Anjou » n’a plus sa place ; la pierre de tuffeau saumurois « ne se verra plus rosie par le soleil couchant ».

15À ce saccage des éléments identitaires du paysage ligérien s’ajoute l’effacement des éléments humains qui y étaient associés : la faune : « les grands bœufs lents et têtus », « l’insecte qui glisse » ; les bruits, « le chant du grillon », « les battements d’ailes », « le bruit d’une feuille qui tombe » et leur complément, « ce grand silence mystérieux » ; les odeurs, celle des foins par exemple, qui sont « devenues chimiques ».

16Pour faire bonne mesure, quelques icônes du monde rural traditionnel font inévitablement les frais de cette révolution du milieu : le « vieux cantonnier courbé » qui « a vécu son temps », plus emblématique encore : « disparus ces moissonneurs joyeux qui revenaient en groupe, l’échine courbée, la fourche sur l’épaule, le panier d’osier avec la bouteille vide sous le bras, toujours gais, en chantant des airs de romance ». Et si quelque chose subsiste encore de ce monde qui s’efface, c’est à l’image d’une butte témoin destinée elle aussi à disparaître, comme pour prolonger par les affres de l’agonie le drame de la disparition :

« Là une vigne a trouvé grâce ; elle pousse timide, étonnée, dans ce milieu désertique, dans cette arène de feu et de soleil ; elle se faufile entre les habitations nouvelles ; elle desséchera demain après avoir, une dernière fois, stoïquement, mûri ses fruits d’or. »

17Dans une province plutôt traditionnelle d’un pays encore très rural, dans le contexte désespérant d’une guerre épuisante, et sous la plume d’un notable enraciné, il n’est pas étonnant qu’au prix d’une généralisation à peine forcée, la disparition d’un paysage typique, « cette tempête qui a soufflé sur les êtres et les choses, ces révolutions insensées » soit présentée comme le signe d’un déclin rien moins que national. Parfois allusif, Fernand Richou devient sur cette question parfaitement explicite en partant de la description du triste état d’une maisonnette dont il fait le symbole du déclin du pays :

« Ici une masure va s’écrouler sous le poids des ans, le toit disjoint laisse filtrer la pluie ou le soleil. Quelques planches aussitôt fixées sur les chevrons branlants, une vaste toile recouvrira le tout : symbole frappant de cette aide américaine envers la France meurtrie et fatiguée, la vieille France immortelle, précieuse comme une relique qui ne doit pas disparaître, dont la faiblesse et les rides même de la vieillesse sont un titre de plus à sa gloire et au respect des autres, mais qui demande un large manteau pour la réchauffer, la voiler, la montrer éternellement jeune. »

18Mais où chercher les causes de ces « révolutions insensées », qui rendre responsable de cette « tempête » ? Avec lucidité cet observateur provincial sait, de son point de vue angevin, trouver des causes générales à un phénomène dont il a sous les yeux les retombées locales. C’est bien la guerre, et même une guerre d’un type nouveau qui est à l’origine de ce qu’il observe :

« La guerre a passé là… non plus cette guerre horrible qui ruine pour le plaisir de détruire, qui allume l’incendie, qui massacre choses et gens, mais cette autre guerre aux êtres inanimés, qui détruit par besoin, abat par nécessité, rase pour édifier et, allant droit vers le mieux, asservit la nature aux intérêts supérieurs, qui agit sans pitié parce que sans mollesse, sans art parce que sans scrupule : la guerre d’organisation en un mot, comme l’autre est la guerre de destruction. »

  • 12 Fernand Richou écrit son témoignage à l’été 1918, au moment où se développent les offensives qui e (...)

19Si on lit bien notre auteur qui s’essaye à un tableau de l’évolution de la guerre, entre celle d’autrefois telle qu’il se la représente et l’actuelle qu’il observe à l’arrière, ce qu’il observe c’est bien l’impact de la modernité de l’ère industrielle, avec sa recherche de la ligne droite, son recours à la machine, son obsession de l’efficacité, son indifférence au passé. C’est la guerre mondialisée qui, tout le long de la Loire, a rudement mis en présence deux civilisations, l’une effaçant l’autre, sous le regard incrédule d’un observateur issu de l’ancienne et inquiet de l’irruption de la nouvelle. Sans franchement refuser cette évolution dont il espère qu’elle sera une solution à la guerre favorable à son camp12, il avoue en guise de conclusion son déchirement et évalue de quel prix il va falloir la payer :

« Et nous poursuivions notre promenade silencieuse dans ce village nouveau, nous suivions ce bruit, cette tempête qui a soufflé sur les êtres et les choses, ces révolutions insensées, avec une admiration profonde mêlée de regrets mélancoliques, avec une grande espérance nuancée d’étonnement et de dépit. Pauvres sites aimés, pourquoi deviez-vous, loin du feu, des obus et des balles, vous aussi, pourquoi deviez-vous vivre l’horrible guerre. »

  • 13 En Anjou, 22 des 79 mariages contractés pendant la guerre avec des étrangers l’ont été avec des Am (...)

20Il est remarquable que Fernand Richou bien que choqué par l’agression des Américains sur le paysage ligérien, ne leur en fait jamais le reproche : ce serait malvenu à l’égard des alliés, surtout au moment où sur le front, leur intervention commence à porter ses fruits et alors qu’ils commencent à en payer lourdement le prix humain. Il ne verse à aucun moment dans l’antiaméricanisme. Mais tous les historiens de l’intervention américaine dans la guerre l’ont noté, la situation évolue avec la fin de la guerre. Ce qui paraissait supportable dans le contexte d’une guerre où la nécessité de l’effort militaire primait tout, devient rapidement inacceptable la paix revenue. Les inconvénients que la présence des soldats américains entraînait et qui déjà avaient été pointés pendant la guerre, deviennent insupportables et injustifiés : ils provoquent, dit-on, par leurs achats massifs, un renchérissement excessif des prix qui ajoute ses effets à la raréfaction des produits due à la guerre, leur conduite auprès des femmes – et l’attraction que l’on croit qu’ils exercent sur elles fait scandale13 –, l’occupation de nombreux locaux par la troupe semble devenue injustifiée… Ces réactions négatives sont d’autant plus nombreuses sur les bords de la Loire que Saint-Nazaire est choisi comme port principal de rembarquement et que l’estuaire et ses abords sont saturés de troupe et font goulot d’étranglement : si 198 000 soldats sont arrivés d’Amérique par Saint-Nazaire, ils sont 478 000 à emprunter le chemin inverse.

21Dans ces conditions il est à peine étonnant que malgré les efforts des autorités qui se démènent pour que cette dernière phase de la présence américaine passe aussi bien que les précédentes, les incidents, parfois sérieux se multiplient. Dès octobre 1918, le maire de Torfou, dans le sud du Maine-et-Loire, apprenant que des sammies vont cantonner dans sa commune en attendant le moment du retour se renseigne auprès de la préfecture sur les rapports entre « occupants et occupés » (sic !). Il précise :

« La population devra-t-elle déférer aux nombreuses demandes qui vont lui être faites ? Certes elle est bien disposée en faveur de nos amis, mais pour que la bonne harmonie absolument nécessaire, règne et continue à régner, il faut une démarcation bien établie entre les droits de chacun. »

22De multiples incidents sanglants éclatent à Angers en septembre : un soldat français est tué lors d’une rixe avec des Américains, le mois suivant, ce sont deux Américains qui trouvent la mort lors d’un incident dont le prétexte est le refus de ces derniers de donner des cigarettes à trois Français. La police doit aussi intervenir pour mettre fin au comportement très leste de soldats yankees dans des hôtels qu’ils croient être de passes. Inquiet le préfet note que ces incidents « ont beaucoup impressionné la population d’Angers ».

  • 14 Roger P., Généalogie de l’antiaméricanisme en France, Paris, Seuil, 2002.
  • 15 Dans cette pièce de Labiche, M. Perrichon est sauvé d’une mort atroce par un des deux prétendants (...)

23Lorsque quelques mois plus tard, à Versailles, lors des négociations sur les conditions de la paix, des divergences sérieuses apparaîtront entre la France et l’allié américain qui refuse les gages que la France prétend saisir sur la rive gauche du Rhin afin d’assurer sa sécurité, alors les conditions seront réunies pour que soit relancée une déjà vieille passion française, l’antiaméricanisme14. Le caractère essentiel sinon décisif de l’aide américaine – d’autant qu’il sera dupliqué une vingtaine d’années plus tard – va, on le sait, donner naissance à ce qu’on a joliment appelé le complexe de M. Perrichon, qui incline paradoxalement ceux qui ont bénéficié d’un coup de pouce décisif à devenir hargneux avec leur bienfaiteur et à dévaloriser son intervention15. Rien ne nous permet de penser que Fernand Richou y ait succombé, mais on peut raisonnablement supposer que ceux qui, comme lui, ont mal supporté certains traits du caractère et du comportement américain et ont pris leur mal en patience tant que durait la guerre, se sont sentis libérés de leur patriotique obligation de mutisme une fois celle-ci terminée.

  • 16 Jules Delahaye fut jadis « l’inventeur » de l’affaire de Panama. Royaliste, il ne manque pas un pr (...)
  • 17 Ceux du moins qui eurent une fonction militaire…

24Fernand Richou nous a donc offert une belle chronique des menaces d’effacement de l’identité locale appliquée au paysage ligérien. Cette version au petit pied de « Qu’elle était verte ma vallée » n’est guère suffisante pour soutenir que s’ébaucherait à l’occasion de ce contact sur le terrain avec l’Amérique, ses hommes et ses méthodes, une « guerre de civilisation ». Signalons néanmoins qu’en fouillant les archives on trouve bien de nouvelles occurrences de ces postures inquiètes : ainsi celle d’un élu angevin, connu pour son nationalisme, Jules Delahaye, ulcéré par les exigences des « envahisseurs » ( !) et qui dénonce à deux reprises leur comportement ; dans une première lettre envoyée au préfet en septembre 1918, il les accuse d’être des « démolisseurs sans souci de l’avenir, déracineurs de vieux arbres » et récidive un mois plus tard dans une missive au secrétaire d’état Tardieu : « On dirait des buffles lâchés à travers nos villes et nos institutions16. » Plus raisonnablement ce texte nous permet d’envisager comment un simple civil à l’arrière loin du front, par l’observation du paysage dans le val de Loire, peut prendre conscience, à la fois des conséquences de l’irruption d’un nouveau type de conflit, la guerre industrielle, et des traductions concrètes d’une évolution géopolitique d’ampleur mondiale, l’affirmation du nouveau monde face à la vieille Europe : les camps américains prenant en somme la relève des châteaux de la Loire17.

Notes

1 Voir Kaspi A., Le temps des Américains, 1917-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.

2 Dans la phase finale de la guerre, les alliés disposent de 1 485 000 fantassins face à 885 000 Allemands.

3 On trouvera de nombreux exemples dans Nouailhat Y.-H., Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972.

4 Les pertes américaines s’élèvent à 53 000 morts au combat auxquels il faut ajouter 63 000 décès des suites de blessures et de maladies

5 Richou F., « L’Armée américaine en Anjou », Revue de l’Anjou, tome soixante-dix-septième, Angers, 1918, p. 29-35. L’article est consultable aux Archives départementales de Maine-et-Loire : PER 117/123.

6 Les autres bases sont implantées à Bordeaux, Le Havre, Brest, Marseille, La Rochelle.

7 Sur le rôle géopolitique de la Loire, voir Verrière J., La Loire et Paris, la France essentielle de Clovis à nos jours, Paris, Flammarion, 1990.

8 Au Havre sont arrivés 791 000 hommes qui sans doute pour la plupart rejoignent l’axe de la Loire par Alençon, Le Mans, Tours ou Orléans. Pour le matériel par contre, Saint-Nazaire est loin devant les autres bases (de 340 000 tonnes à Marseille à 2 100 000 tonnes pour Bordeaux) Au total c’est la moitié du matériel américain que le port de la basse Loire prend en charge. Mais contrairement à une idée reçue, l’essentiel de l’armement des troupes américaines a été fourni par les alliés.

9 Pour plus de détails sur le camp de Villebernier on pourra consulter quelques documents issus des recherches d’érudits et témoins locaux consultables en mairie de Villebernier.

10 Les citations du texte de Fernand Richou figurent en italiques dans la suite de cet article.

11 Nombreux exemples dans les ouvrages et articles cités en référence.

12 Fernand Richou écrit son témoignage à l’été 1918, au moment où se développent les offensives qui entraînent le recul des troupes allemandes.

13 En Anjou, 22 des 79 mariages contractés pendant la guerre avec des étrangers l’ont été avec des Américains alors même que ces derniers se présentent tardivement sur le marché matrimonial.

14 Roger P., Généalogie de l’antiaméricanisme en France, Paris, Seuil, 2002.

15 Dans cette pièce de Labiche, M. Perrichon est sauvé d’une mort atroce par un des deux prétendants de sa fille à qui il préfère le second qui a l’habileté de feindre avoir été à son tour sauvé par lui.

16 Jules Delahaye fut jadis « l’inventeur » de l’affaire de Panama. Royaliste, il ne manque pas un prétexte de critiquer le République coupable à ses yeux d’être – entres autres – un régime faible, en l’occurrence incapable de résister aux exigences américaines.

17 Ceux du moins qui eurent une fonction militaire…

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search