Version classiqueVersion mobile

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

La Loire : une frontière et un lieu de pacification (juin 1794 - février 1795)

Anne Rolland-Boulestreau

Texte intégral

  • 1 Service Historique de la Défense (SHD), Archives de Vincennes, B5/7-408, 28 décembre 1794.

1Les historiens ont bien du mal à circonscrire de manière précise le territoire de la Vendée militaire. Au moins, le nord et une partie de l’est de la zone insurgée sont-ils fixés par la géographie de la Loire et de l’un de ses affluents, le Layon. Mais c’est surtout le fleuve qui est une limite tangible de la région insurgée. D’ailleurs, le 28 décembre 1793, le général Marceau écrit au ministre de la Guerre et délimite deux pays insurgés à qui il donne les noms de petite Vendée, pays des Chouans, et grande Vendée, au sud de la Loire. Il conseille au ministre de transformer la Loire en « une barrière impénétrable1 » entre les deux « Vendées ».

2La Loire, en effet, constitue un enjeu stratégique en temps de guerre et, nous allons le voir, lors de la pacification, lorsque la République est conduite à engager des pourparlers avec les Vendéens, dans l’espoir de signer une paix. Cette pacification, proclamée le 21 juin 1794 par la Commission de l’agriculture et des arts et par le nouveau général en chef Vimeux, s’accélère à partir de la fin de l’année 1794. Elle aboutit, avec bien des difficultés, au printemps 1795, par les paix de la Jaunaye et de Saint-Florent-le-Vieil.

  • 2 Chassin Ch. -L., Les pacifications de l’Ouest, 1794-1801, 3 tomes, Paris, Juven Éditeur, 1896.

3Au total, nous disposons, sur cette période, d’une documentation importante certes, mais fragmentée, concernant les relations entre républicains et Vendéens. Un historien de la fin du xixe siècle, Charles-Louis Chassin, y a même consacré un ouvrage en 3 tomes, intitulé la pacification de la Vendée. Mais il n’évoque pas les tractations à une échelle plus réduite2.

  • 3 Savary J. -J., Guerres des vendéens et des chouans, ou Annales des départemens de l’Ouest pendant (...)

4Jean-Julien Savary est plus complet : ancien officier républicain, stationné sur la rive droite, puis sur la rive gauche de la Loire, il rassemble des documents inédits qu’il publie en 1825, sous le titre Guerre des Vendéens et des chouans3. Son ouvrage en six volumes nous intéressera pour la période entre juin 1794 et avril-mai 1795. Toutefois c’est surtout du côté des Archives de la Défense, à Vincennes, qu’il faut se tourner pour avoir les comptes rendus des rencontres entre belligérants à la fin de l’année 1794.

  • 4 Savary J. -J., op. cit., vol. 6, p. 405, 16 mars 1795.
  • 5 Arch. dép. de Maine-et-Loire, voir spécifiquement les cotes, rassemblant une grande partie de sa c (...)

5Une vingtaine d’actes a retenu plus particulièrement notre attention. Leur intérêt réside dans leur forme, toujours longue et circonstanciée dans le contenu extrêmement détaillé des échanges établis avec les Vendéens et la variété de leurs auteurs. Ils émanent de citoyens, officiellement chargés d’engager les pourparlers avec les Vendéens et placés sous une autorité républicaine, qu’elle soit civile ou militaire, d’officiers républicains, dont l’un, François, a été nommé commandant en chef de la station sur la Loire. Ils émanent aussi de deux représentants du peuple, Bézard, chargé spécifiquement de la surveillance de la Loire4, et son collègue Ruelle, qui écrivent directement au Comité de salut public, pour l’informer des progrès de la pacification dans l’Ouest. Le représentant du peuple Bézard a d’ailleurs écrit de nombreux actes, conservés aux Archives départementales de Maine-et-Loire5.

6On montrera comment la Loire a été pensée comme un vecteur important dans la pacification initiée depuis l’été 1794 jusqu’au printemps 1795, et qu’elle est restée, durant tout ce temps, un enjeu militaire pour les deux partis. Tenir les bords du fleuve, c’est tenir une partie de cette Vendée, si difficile à investir.

7Nous verrons que la pacification met en scène la rencontre entre deux mondes, avec tous les aspects festifs, voire « ethnologiques » que cela suppose, mais aussi toutes les tensions et les incompatibilités politiques entre la République et la Vendée insurgée. Il faut dire que la guerre continue, y compris sur les bords ligériens de la Vendée militaire.

UN ESPACE DE RENCONTRES ENTRE DEUX MONDES

8Les descriptions des rencontres ligériennes sont riches d’enseignement sur la diplomatie improvisée et pourtant bien orchestrée entre les républicains et les Vendéens. Mais la pacification ne gomme évidemment pas du jour au lendemain les préjugés des républicains.

Quatre récits de rencontres de délégations après la mi-décembre 1794 (du 19 au 23 décembre 1794)

9Le récit des prises de contact des républicains avec les Vendéens montre, bien évidemment, une méfiance de part et d’autre : les prises de contact se font d’un bateau en direction des Vendéens stationnés sur le bord de la Loire. Une fois les premiers échanges établis, une chaloupe, « un futreau », est mise à l’eau et la rencontre se fait toujours sur « le bord » du fleuve.

10Pour les républicains, c’est quitter la sécurité de la canonnière, pour les Vendéens, c’est s’exposer aux initiatives des républicains. Il semble que, d’un commun accord, et certainement pour se rassurer les uns les autres, les pourparlers soient initiés par peu d’hommes. Cinq républicains, sans armes, débarquent à terre, « un nombre égal de révoltés se sont approchés du bord, sans armes ». Ce sont encore deux citoyens sous l’autorité du commandant en chef François qui rencontrent sur le bord de Loire un chef, Viaud du Loroux, « sans armes ainsi que nous ». Rien n’a été négocié en amont, sur le désarmement des protagonistes, ou bien, sur une délégation en nombre similaire de part et d’autre.

Des aspects festifs

  • 6 Voir la définition par exemple du Dictionnaire de Littré, sur le terme « frais », « qui a un certa (...)

11Une fois les premiers contacts établis, les groupes, de part et d’autre, se renforcent. Pour les républicains, chargés de ces pourparlers, l’effet semble saisissant. Par la précision de leurs rapports, ils révèlent leur fascination pour les ennemis d’hier. Ainsi, François raconte-t-il « j’y ai vu en général de beaux jeunes gens fraix et forts ». Il présente au physique un tableau positif des Vendéens, pleins de jeunesse et de force et, de façon sans doute inconsciente, une Vendée, encore pleine de ressources, malgré deux ans de guerre civile, une Vendée capable de mobiliser de jeunes soldats6.

12Cinquante à soixante royalistes rejoignent le premier petit groupe sur le bord de la Loire. Ils « apportent du vin ». Ils « nous ont fait boire avec eux a [sic] plusieurs reprises »– sans pour autant verser dans l’ivresse et dans ses excès. Les citoyens Guesdon et Desroches soulignent la « plus grande cordialité de part et d’autre ». Le chef qu’ils rencontrent, Viaud, leur donne du « Monsieur ».

  • 7 Ces embrassades spontanées annoncent une accolade fraternelle plus connue mais moins spontanée, ce (...)

13La rencontre peut être plus chaleureuse encore : les républicains débarquent sur le bord de la Loire, les Vendéens s’approchent « et alors tous se sont embrassés réciproquement ». Sensibilité, certains diront sensiblerie, cette embrassade, peut-être une accolade, est à replacer dans les gestes quotidiens de la société d’alors, où les contacts physiques sont nombreux et démonstratifs. Il est pourtant certain que ce geste a dû marquer les républicains qui en rendent compte dans leur rapport7.

14Le vin place la rencontre sous un signe festif, mais aussi libère la parole. Nous verrons d’ailleurs que les Vendéens présents à ces rencontres ne se privent pas de la plus grande franchise et des plus graves reproches à l’encontre de l’attitude récente des républicains. Le vin établit aussi la confiance à tel point que les citoyens Guesdon et Desroches laissent partir avec les Vendéens 4 soldats républicains « qui avaient leurs frères dans le nombre des rebelles, et deux hommes à qui j’ai donné l’amnistie pour la remettre à leur chef ». En quelque sorte, le vin et les paroles échangées ont scellé une trêve suffisamment sûre pour laisser partir, en plein territoire insurgé, des républicains sans armes sous escorte de Vendéens allant rejoindre leur troupe et leur chef. C’est un événement exceptionnel que nous donnent à voir ces archives.

  • 8 Savary J. -J., op. cit., vol. 4, p. 406, 17 mars 1795.

15Si le ton est plus compassé chez Bézard – il écrit à la Convention nationale de Saint-Florent-le-Vieil pour lui relater un succès contre Stofflet, il rapporte également une fête, toute républicaine, organisée par ses soins « pour établir la confiance dans le pays et prouver aux habitans [sic] que les colonnes ne marchent ni pour massacrer ni pour piller8 ». Drapeau tricolore sur l’église des Bénédictins, arbre de la liberté planté, cris de « Vive la République ! Vive la Convention nationale ! » repris en chœur. On est certes bien loin des fêtes improvisées sur les bords de la Loire en décembre 1794, mais Bézard a bien compris l’intérêt d’une pédagogie festive et démonstrative… à sa manière.

Un ennemi affaibli, selon les républicains

16François écrit que les Vendéens manquent de « sel, de souliers, de chapeaux et de tabac ». Autrement dit, il leur manque des produits manufacturés (souliers et chapeaux) et produits transformés et objet de commerce (sel et tabac). Les mois de guerre ont laissé des traces visibles sur les Vendéens qui ont dû composer avec une forme d’état de siège. De façon sous-jacente, François rejette les Vendéens aux limites de la civilisation, comme l’ont fait les généraux et les soldats républicains tout au long des opérations des colonnes incendiaires. Dans un contexte différent, de tentative de pacification, François est pétri de cette vision manichéenne de la Vendée militaire. À le lire, on a également l’impression d’un explorateur découvrant sur les bords de la Loire des indigènes et une population à conquérir.

17Autre grand classique de la figure du Vendéen : un être sous domination, incapable de penser par lui-même. « Ils voudraient bien être tous unis et frères, et chacun faire son commerce, mais aussi qu’ils ne pouvaient pas mettre bas les armes sans la participation de leurs chefs. » Leur volonté compte moins que l’avis de leurs chefs, c’est du moins ce que rapportent les citoyens Thibeaud, Rivière et Vivant de leurs premiers pourparlers avec les Vendéens. Lorsqu’ils reviennent le lendemain, ils retrouvent les mêmes qui ne donnent pas suite aux propositions de pacification. Ils sont qualifiés de « pauvres égarés », qui « voudraient bien la paix » mais qui sont « maîtrisés par leur opinion pour les prêtres ». Même mésaventure du capitaine Boulet : le 20 décembre, première rencontre avec les insurgés, le 21, les chefs leur « ont absolument défendu » de se rendre.

18On le voit, pour les républicains chargés de la pacification, les a priori ont la vie dure : au mieux les Vendéens sont des enfants, des égarés sous la tutelle des prêtres et de leurs chefs (c’est une constance dans l’analyse des causes de la Vendée, en 1793, 1794, et pour longtemps, dans l’historiographie du

19xixe siècle et du xxe), au pire ce sont des individus placés aux marges de la civilisation, la Loire en étant d’ailleurs une frontière tangible.

BARRIÈRE NATURELLE ET ESPACE DE TEMPORISATION

La temporisation à l’œuvre

20La pacification est loin d’être acceptée d’emblée. Les républicains, chargés de négocier, sont en quelque sorte « des professionnels » du dialogue. Si, à l’échelle de petits groupes, elle semble attendue, nous allons voir que rien n’est assuré.

  • 9 Ibid., vol. 4, p. 211, 15 décembre 1794.

21Toutes ces difficultés sont quelque peu édulcorées à l’échelon national. Le représentant du peuple, Ruelle, écrit de Nantes au Comité de salut public que « les rebelles sont dans les meilleures dispositions9 ». Les républicains sur le terrain comprennent quant à eux qu’il leur faudra beaucoup de temps pour convaincre les Vendéens. Ce n’est pas une pacification spontanée et immédiate à laquelle il faut songer.

Les reproches et les conditions exprimés par les Vendéens

22S’ils n’ont officiellement pas la latitude de choisir ou non les offres des républicains, soumis en cela à leurs chefs, les Vendéens profitent de ces rencontres sur la Loire, fin décembre 1794, pour exprimer des griefs les plus vifs et des reproches les plus amers contre les républicains. Ils posent aussi d’emblée des conditions à tout engagement vers la voie de la pacification.

23Dans les échanges, reviennent les massacres commis en 1793. « Ils nous ont beaucoup parlé des massacres et noyades qui avaient eu lieu l’autre année » et, de ce fait, doutent de la « sincérité de la paix », selon les républicains. Ceux-ci utilisent alors des arguments pour le moins radicaux : sans présenter leurs excuses pour toutes ces exactions, « nous n’avions plus à craindre de pareilles horreurs ; qu’on avait enfin découvert le parti sanguinaire qui alimentait notre désunion, que ces monstres avaient été guillotinés, et que maintenant la convention était absolument épurée ». On remarquera l’euphémisme sur la « désunion » alors que les Vendéens évoquent les massacres. On soulignera aussi qu’en décembre 1794, le contexte change radicalement à Paris et en province. C’est l’époque du procès Carrier et de sa condamnation à mort. « Le parti sanguinaire », « les monstres », « les horreurs » sont autant de paroles lancées comme des gages de bonne foi républicaine aux victimes doutant de la voie de la pacification.

24Les Vendéens, quelles que soient les rencontres de décembre 1794, posent des préalables non négociables. Ils évoquent la religion « qu’ils désiraient avoir leurs églises et servir Dieu à leur guise », « exercer leur cidevant religion avec pleine liberté », « ils ne veulent pas renoncer de vivre sous leurs anciennes loix qu’ils observent et chérissent leur infortune ». C’est une constance.

25Ils évoquent aussi la politique. Viaud, le seul chef identifié, à qui les citoyens Guesdon et Desroches demandent de se rendre, répond : « À quoi ? À votre république ? Non et ne croyez pas monsieur que jamais elle aura le dessus. » Les républicains constatent qu’ils (les rebelles) « voudraient faire une petite monarchie de leur département ». « Quelques-uns ont dit qu’ils voulaient mourir royalistes. » Notons que tous les Vendéens de cette rencontre ne revendiquent ce choix politique. Mais « ils ne sont pas républicains et ne le seront même jamais ».

26Un petit groupe d’entre eux – les jeunes qui ont marqué François, sont persuadés que s’ils se rendent, ils seront envoyés « aux frontières », rappel de la conscription de février 1793. La levée des 300 000 hommes avait, en effet, mis le feu aux poudres dans les Mauges et une bonne partie du département de la Vendée. Revient alors, pour les concernés, cette crainte d’être enrôlé.

27Enfin, ce sont les citoyens Guesdon et Desroches qui le soulignent, les Vendéens se placent dans une position à la fois ambiguë et fausse, ce qui inaugure bien mal de la pacification à venir, « ils s’imaginent que l’on veut traiter avec eux comme de nation à nation ». À lire les rapports, les républicains ne lèvent ni n’entretiennent cette ambiguïté. D’ailleurs, à l’exception de leur réponse sur les massacres commis en Vendée militaire, les républicains ne disent rien. Ils se placent en médiateurs, rapportant le plus fidèlement possible l’ambiance et les propos de ce type de rencontre.

LA LOIRE, ESPACE CONVOITÉ, LIEU DE GUERRE

28À lire les rapports des républicains, partis proposer la paix aux Vendéens sur la Loire, on peut penser que les risques sont finalement minimes. La preuve, les rencontres se déroulent dans un climat cordial, voire chaleureux, nous l’avons vu. En réalité, il ne faut pas oublier que la guerre continue dans cette partie de la Vendée aussi.

La Loire, limite revendiquée du « fief » de Stofflet

29À l’hiver 1795, deux mois après les tractations que nous avons décrites plus haut, huit chefs de Stofflet se soumettent et révèlent aux représentants du peuple quelles étaient leurs forces qu’ils commandaient. L’Huillier est l’un d’entre eux. À la tête de 1 800 hommes lorsqu’il fait sa soumission, il estime son territoire, de la rive gauche de la Divatte à la Jubaudière ; la surveillance de la Loire entrait directement dans ses prérogatives, comme il le montre par l’énumération précise des communes ligériennes : Saint-Florent, Le Menil, Montjean et La Pommeraye.

  • 10 Ibid., vol. 4, p 405-406, 17 mars 1795. Les opérations militaires de Chalonnes et Saint-Florent-le (...)
  • 11 Ibid., vol. 4, p. 406.

30Ces soumissions sont un coup dur pour Stofflet qui rencontre une série de revers entre Chalonnes et Saint-Florent à la mi-mars 179510. Apparemment, il y avait installé « un poste ennemi de cent hommes11 », gardé par des hommes plus ou moins volontaires, à en croire le rapport du représentant du peuple Bézard, qui tenait lieu aussi de prison, au moins « à deux femmes malheureuses que les brigands tenaient en prison depuis six mois ».

  • 12 Ibid., vol. 4, p. 469, 1er août 1795.

31Stofflet a encore la possibilité d’investir Saint-Florent, en mars 1795, et de l’occuper avec une troupe, des gardes et des prisonnières. Certes Bézard relate un succès de l’armée républicaine, mais il donne à voir indirectement les faiblesses de la pacification. Elle est ici bien incomplète, la menace de Stofflet est bien réelle et les combats sont toujours d’actualité. D’ailleurs, le 1er avril, Hoche avoue au Comité de salut public que « Stofflet nous fait le plus grand mal [… et] recommence vers la Loire12 ». Ce fleuve représente bien un verrou stratégique et un enjeu militaire pour les deux partis.

Les canonnières sur la Loire

  • 13 Ibid., vol. 4, p. 94, 18 août 1794.
  • 14 Ibid., vol. 4, p. 95.
  • 15 Ibid., vol. 5, p. 235, 237 et 242.
  • 16 Ibid., vol. 4, p. 211 ; et SHD, B5/10-488 à 494, 15 décembre 1794.

32La forme même qu’adoptent les républicains pour nouer le dialogue avec les Vendéens en dit assez sur les incertitudes qui touchent cette mission. Le 18 août 1794, le Comité de salut public prend un arrêté concernant les camps républicains établis en périphérie de la Vendée militaire. Dans ce même arrêté, il demande « à garder soigneusement les passages de la Loire, afin d’empêcher toute communication de la Vendée avec les Chouans13 », au moyen de « chaloupes canonnières armées et toujours en surveillance14 ». Dans l’Ouest, les canonnières ne sont utilisées que sur la Loire, sur la côte de Quiberon, près du château de Penthièvre, en juillet 1795 et du côté de Cherbourg à cette même date15. Elles assurent un rôle stratégique de défense et de surveillance. François en est nommé commandant de la station de la Loire et l’on précise « unité de canonnières16 », autre signe que les républicains, tout mandatés qu’ils sont pour la pacification, ne vont pas sur la Loire sans un véritable matériel de la guerre.

CONCLUSION

33Alors la Loire, une pacification « spécifique » à la fin de l’année 1794 et au printemps 1795 ? Oui, sans doute par l’enjeu stratégique qu’elle représente pour les deux parties en présence. Stofflet ne s’y trompe pas : il a beau être affaibli durant cet hiver 1794-1795, il sait qu’il doit tenir la rive gauche ligérienne. Les républicains sont inquiets d’une jonction entre les Chouans et le reste des troupes vendéennes, possible par le fleuve.

34La Loire facilite aussi les prises de contact entre républicains et Vendéens : elle est plus sûre que bien des villages ou des bourgades maugeoises ; elle permet de jauger l’adversaire, pour les uns et les autres, et de proposer une forme de « processus diplomatique » simple, sur les rives du fleuve.

35Parmi les milliers d’actes concernant la guerre de Vendée, cités par Jean-Julien Savary ou répertoriés au Service Historique de la Défense à Vincennes, il en est certains qui sont d’une richesse exceptionnelle, par l’intensité dramatique qui s’y attache, par la qualité des détails et par les enjeux historiographiques qu’ils posent. Les rencontres entre Vendéens et républicains sur les bords de Loire font partie de ce corpus exceptionnel. Ce foisonnement dans les descriptions physiques et morales des Vendéens cache mal une position inconfortable chez les républicains : proposer la pacification alors que les opérations de guerre se poursuivent. C’est toute la difficulté pour la République que de donner des gages aux populations insurgées tout en combattant sans relâche les réfractaires à la paix.

36La Loire apparaît bien comme un espace particulier où se joue et se gagne la pacification. À condition de le lire en fonction d’une focale suffisamment petite, pour reprendre les termes de la micro-histoire. L’historien peut ainsi décrypter, au travers des sources, une méthode de pacification initiée par les Républicains. La Loire est donc un bon laboratoire d’observation de la paix en train de se faire.

Notes

1 Service Historique de la Défense (SHD), Archives de Vincennes, B5/7-408, 28 décembre 1794.

2 Chassin Ch. -L., Les pacifications de l’Ouest, 1794-1801, 3 tomes, Paris, Juven Éditeur, 1896.

3 Savary J. -J., Guerres des vendéens et des chouans, ou Annales des départemens de l’Ouest pendant ces guerres, d’après les Actes et la Correspondance du comité de Salut public, des Ministres, des Représentans du peuple en mission, des Agens du gouvernment, des Autorités constituées ; des genéraux Berruyer, Biron, Canclaux, Rossignol, Santerre, L’Echelle, Kléber, Marceau, Turreau, Moulin, Hoche…, et d’après les Règlemens, Proclamations et Bulletins du conseil supérieur et des chefs des Vendéens et des Chouans ; par un officier supérieur des Amées de la République, habitant dans la Vendée avant ces troubles, Paris, Baudouin frères, 1824, t. I et II, 1825, t. III et IV, 1827, t. V et VI.

4 Savary J. -J., op. cit., vol. 6, p. 405, 16 mars 1795.

5 Arch. dép. de Maine-et-Loire, voir spécifiquement les cotes, rassemblant une grande partie de sa correspondance.

6 Voir la définition par exemple du Dictionnaire de Littré, sur le terme « frais », « qui a un certain air de jeunesse et de vigueur, qui n’est pas fatigué », « troupes fraîches, troupes qui ne sont point encore fatiguées ».

7 Ces embrassades spontanées annoncent une accolade fraternelle plus connue mais moins spontanée, celle que Charette donnera à Canclaux en février 1795 à l’issue des négociations de la paix de la Jaunaye : Charette s’avance vers le général en chef pour « lui offrir le baiser de la paix ». Canclaux, se reculant vers le groupe des représentants, demanda « s’il avait affaire à un républicain ». Bollet le poussa vers le chef royaliste, en disant : « Oui ! Oui ! il s’est réconcilié avec la République ! ». Charette, « qui avait changé de couleur », se laissa embrasser. Voir Chassin C. -L., op. cit., vol. 1, p. 163, 1er ventôse an III (il cite les Souvenirs vendéens, de Béjarry).

8 Savary J. -J., op. cit., vol. 4, p. 406, 17 mars 1795.

9 Ibid., vol. 4, p. 211, 15 décembre 1794.

10 Ibid., vol. 4, p 405-406, 17 mars 1795. Les opérations militaires de Chalonnes et Saint-Florent-le-Vieil sont aussi rapportées dans Chassin Ch. -L., op. cit., vol. 1, p. 230 sqq.

11 Ibid., vol. 4, p. 406.

12 Ibid., vol. 4, p. 469, 1er août 1795.

13 Ibid., vol. 4, p. 94, 18 août 1794.

14 Ibid., vol. 4, p. 95.

15 Ibid., vol. 5, p. 235, 237 et 242.

16 Ibid., vol. 4, p. 211 ; et SHD, B5/10-488 à 494, 15 décembre 1794.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search