Version classiqueVersion mobile

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Passer la Loire : « La Vendée pouvait tout, exceptée cette enjambée1 »

Jacques Boislève

Texte intégral

  • 1 Le titre de cette communication est emprunté à Victor Hugo (Quatrevingt-Treize).
  • 2 Je dédie cette communication aux Anciens de Saint-Cyr auxquels le général Antonin Gilbert, qui les (...)

1Il y a un avant le passage de la Loire par l’armée vendéenne et un après. L’avant, c’est le grand choc de Cholet et l’après, la virée de Galerne. Tout s’enchaîne et forme un tout2.

LE FILM DES ÉVÉNEMENTS

2Matin du 15 octobre, près de Cholet, devant le château de la Tremblaye, Lescure est grièvement blessé.

3Jeudi midi, 17 octobre, devant Cholet, le « grand choc ». « Les rebelles combattaient comme des tigres et nos soldats comme des lions », dira Kléber.

4Jeudi, vers 16 heures, la bataille de Cholet est perdue pour les Vendéens qui refluent sur Beaupréau. D’Elbée et Bonchamps, qui ont tenté à la tête de leurs troupes un ultime assaut, ont été fauchés à leur tour par la mitraille. Hommage du vainqueur – Kléber – aux vaincus : « Jamais ils n’ont donné un combat aussi opiniâtre, si bien ordonné, mais qui leur fût en même temps si funeste. »

5Cri de victoire de Barère quand il apprend la défaite des Blancs : « Il n’y a plus de Vendée ! » Kléber corrige : « Elle ne fait que changer de théâtre. »

6Au soir du 17 octobre, les Vendéens quittent Beaupréau pour Saint-Florent. À la nuit, début du passage de la Loire. Vendredi 18 octobre, le matin, les prisonniers républicains sont libérés sur ordre de Bonchamps.

7Le passage de la Loire se poursuit toute la journée, essentiellement à Saint-Florent, où se pressent des dizaines de milliers de personnes et où il y a trop peu de barques, et à Cul-de-bœuf, un peu plus en amont.

8À la Meilleraie, au soir du 18 octobre, mort de Bonchamps.

9Samedi 19 octobre au matin, les Républicains arrivent à Saint-Florent. Trop tard !

10Devant Ancenis, dans la nuit du 19 au 20 octobre : suite et fin du passage de la Loire. Legrand de la Lyraie sauve une partie de l’artillerie…

11Varades, dimanche 20 octobre, La Rochejaquelein est élu généralissime. C’est le début de la virée de Galerne, la Vendée s’aventurant en pays chouan.

1215 novembre : échec des Vendéens devant Granville.

1312-13 décembre : bataille du Mans.

1416 décembre : retour sur la Loire. Seuls La Rochejaquelein et Stofflet parviennent à retraverser le fleuve. Eux sur une rive. Et sur l’autre ce qui reste de la Vendée, désormais sans chefs.

1523 décembre : désastre de Savenay.

SAINT-FLORENT, HAUT LIEU DE LA GUERRE DE VENDÉE

16C’est là, à la jonction de la Loire et des Mauges, sur les lieux mêmes où va se dérouler le passage, que commence vraiment la guerre de Vendée avec l’émeute de Saint-Florent, le 12 mars 1793. Elle y connaît aussi à l’été son tournant avec, le 14 juillet, la mort de Jacques Cathelineau, son premier généralissime, l’âme de la première Vendée, blessé fin juin lors de l’attaque de Nantes. Puis c’est en octobre, le passage de la Loire. À l’hiver, Saint-Florent connaîtra aussi les exécutions de masse, avec plus de 2 000 fusillés au champ des martyrs. Au printemps de 1794, la ville est incendiée et toute sa population évacuée sur Saumur. On peut ainsi retracer toute la guerre de Vendée, du début jusqu’à la fin, à partir de Saint-Florent, puisque c’est là également qu’est signé, par Stofflet, le 2 mai 1795, le troisième et dernier traité de paix.

  • 3 Pour l’ensemble du texte, les citations de Victor Hugo sont extraites de La Vendée (Odes royaliste (...)

17Saint-Florent, redevenu Mont-Glonne à la Révolution, est un lieu chargé d’histoire bien avant ces événements qui viennent s’inscrire eux-mêmes ici dans la longue durée : guerre de l’esprit local contre l’esprit national, comme le souligne Victor Hugo dans Quatrevingt-Treize3. Ainsi l’île Batailleuse, dont la position est centrale dans le passage de la Loire et qu’ont, bien avant eux, longuement occupée les Normands, ce n’est pas aux Vendéens qu’elle doit son nom mais à un sanglant affrontement qui se déroula là, au pied même du Mont-Glonne, avec les Bretons, au temps de Charlemagne.

18« Tout part de Saint-Florent », dit Michelet, inscrivant dès le début de l’insurrection la perspective du passage :

« Saint-Florent est sans importance, écrit-il. Mais il faut remarquer sa situation. De son coteau élevé, il voit devant lui le fleuve, avec deux départements, et il en a deux derrière : ceux-ci sombres et muets, sans route alors, sans fleuve navigable, regardaient toujours vers la Loire, la lumière et le grand passage. Saint-Florent, avec Ancenis, est comme une petite fenêtre par où l’aveugle Vendée regardait au carrefour des départements de l’Ouest… »

PASSER LA LOIRE : UNE DÉCISION CONTROVERSÉE

19À la veille du grand choc qui les fera remonter sur Cholet à l’aube du 17 octobre, les Vendéens s’étaient repliés sur Beaupréau. C’est là, au soir du 16 octobre, que leurs chefs s’affrontent vivement sur l’opportunité de s’assurer du passage de la Loire, pour le cas où le sort des armes, face aux troupes républicaines, leur serait défavorable. Étendre la guerre à la Bretagne, c’était de longue date déjà, le plan de Bonchamps, qui s’était assuré dès le début de la guerre du concours de Bretons recrutés outre-Loire. Stofflet, Lescure et son cousin La Rochejaquelein, en hommes du Bocage, étaient opposés, comme d’Elbée, à cette perspective. Bonchamps, avec l’appui à Beaupréau de Talmont faisant état des soutiens qu’on trouverait avec lui dans le Maine, obtient finalement mais difficilement gain de cause. Un détachement, sous les ordres de d’Autichamp, son aide de camp, file donc vers la Loire pour prendre Varades que tiennent les Républicains alors que le gros des troupes vendéennes, moins Charette resté batailler dans son marais, s’apprête à revenir sur Cholet.

  • 4 On trouvera une présentation plus développée de ces regards croisés sur le passage de la Loire dan (...)

20Hugo et Michelet se font l’un et l’autre écho à ce vif débat4. Hugo dans Quatrevingt-Treize :

« Quant à ces chefs magnanimes, Bonchamps, Lescure, La Rochejaquelein, ils se trompèrent. La grande armée catholique a été un effort insensé, le désastre devait suivre. Se figure-t-on une tempête paysanne attaquant Paris ? […] Le Mans, Savenay châtièrent cette folie. Passer la Loire était impossible à la Vendée. Elle pouvait tout, exceptée cette enjambée. La guerre civile ne conquiert point. Passer le Rhin complète César et augmente Napoléon ; passer la Loire tue La Rochejaquelein. La vraie Vendée, c’est la Vendée chez elle ; là, elle est plus qu’invulnérable, elle est insaisissable. »

21Michelet :

« L’idéal de Bonchamps avait toujours été l’union de la Vendée et de la Bretagne. À ce moment, il espérait justement dans le désespoir, dans les forces qu’il donnerait quand, ayant quitté son fort, son profond Bocage, et mise en rase campagne, la Vendée courrait la France, dont les forces étaient aux frontières. Cette course de sanglier voulait une rapidité, un élan terrible, une décision vigoureuse d’hommes et de soldats… »

22Mais, poursuit Michelet, dans un de ces raccourcis dont il a le secret : « Bonchamps n’avait pas calculé que dix ou douze mille femmes se feraient emmener. » Victor Hugo : « Ils pleuraient dès qu’ils perdaient de vue leur clocher. » Et Michelet : « Hors de chez lui, (le Vendéen) se trouva démoralisé. Sa confiance en ses chefs disparut ; il les soupçonnait de vouloir fuir, s’embarquer. L’armée perdit sa foi. »

23Ce débat, Merlin de Thionville, qui a poursuivi lui-même les Vendéens jusqu’à la Loire, l’évoquera aussi auprès de David d’Angers :

« Vos Vendéens ont été bien heureux d’avoir un pays aussi difficile pour la manœuvre des troupes réglées. C’était des nuées de corbeaux prenant leur volée au moindre bruit. Dès que nous arrivions, nous ne trouvions plus que des sabots. Voyez ce qu’est devenu leur héroïsme dès qu’ils ont combattu hors de leur repaire ? »

24Ce qu’il convient de noter, c’est que la décision de s’assurer un passage sur la Loire précède le « grand choc » et n’est donc pas la simple conséquence d’une bataille qui a mal tourné. Autre remarque : s’il correspond bien au plan préconisé par Bonchamps, dès le mois de juin à Saumur et juste avant l’assaut manqué sur Nantes, ce passage s’effectue dans de tout autres circonstances : des chefs divisés, la grande armée catholique et royale décapitée, l’exode de toute la Vendée… Dès lors, le commencement de la fin pour la Vendée, n’est-il pas à situer très en amont du grand choc de Cholet, à l’échec devant Nantes, fin juin, et à la mort de Cathelineau qui s’en suit à la mi-juillet. La Grande Armée catholique et royale perd avec lui son âme et sa cohésion, cette foi dont parle Michelet et qui était sa force. Au ferment de la division chez les Blancs s’ajoute, dans le camp des Bleus, l’arrivée des Mayençais de Kléber et Marceau : non plus des patriotes dépenaillés mais une troupe aguerrie qui va peser de tout son poids à Cholet.

25La bataille de Cholet, Kléber en fait le récit clair et détaillé dans ses Mémoires politiques et militaires avant d’exposer les conditions du passage de la Loire à Saint-Florent :

  • 5 Sur l’iconographie vendéenne, dont celle consacrée aux événements de Saint-Florent, on trouvera de (...)

« Ils avaient choisi Saint-Florent pour exécuter ce passage 1) Parce que ce bourg, situé sur une hauteur escarpée domine la rive opposée et que la rivière était alors guéable à cet endroit, non seulement pour la cavalerie, mais encore pour les gens à pied qui ne prenaient l’eau qu’à mi-corps. 2) Parce qu’une île assez considérable pouvait leur servir d’entrepôt et faciliter le transport de leurs équipages et de leur cavalerie. 3) Enfin parce qu’on avait négligé de faire descendre sur Nantes tous les bateaux de la rive droite qu’ils pouvaient regarder comme une proie assurée s’ils étaient assez heureux pour s’emparer de Varades, ainsi qu’il arriva5

QUESTIONS

Combien étaient-ils à passer ?

26On parle de 55 000 à 65 000 Vendéens auxquels il faut ajouter les femmes, les enfants, les vieillards, à pied ou en charrette. Kléber avance le chiffre de 100 000. Et les impedimenta qui s’accumulent : artillerie, ambulances, caissons et vivres qui devront être en grande partie abandonnés. Bourbotte, Turreau, Francastel et Choudieu, dans leur rapport, font état « de quarante caissons, de beaucoup de canons que (les Vendéens) avaient jeté dans la Loire, n’ayant pas pu les emmener avec eux et beaucoup de farine et de blé… »

Combien de bateaux ?

27Une vingtaine selon Mme de La Rochejaquelein. Chiffre repris par Châteaubriand :« Vingt mauvaises barques transportèrent la fortune de la monarchie. » À quoi il faut ajouter les radeaux de fortune, faits d’un assemblage de planches sur des barriques servant de flotteurs, dont un prêtre avait eu l’idée.

Combien de prisonniers ?

28De 4 000 à 7 000 selon les sources. 4 000, selon Merlin de Thionville. Kléber parle de 6 000 prisonniers « graciés par Bonchamps », comme il le précise lui-même. 6 000, confirme Léchelle qui se vante, lui, de les avoir lui-même libérés !

29Grâce à Saint-Florent, et simultanément, massacre à Beaupréau, ainsi que Kléber en fait l’aveu : « À Beaupréau, on trouva 400 blessés à l’hôpital qui furent immolés à la vengeance et en représailles d’un pareil nombre de Républicains, égorgés sur les chariots de l’ambulance à la retraite de Clisson. »

Combien de noyés ?

30Une seule femme et trois chevaux, a-t-on dit. Arrivé à Saint-Florent, Beaupuy écrit à Léchelle : « Plus de brigands de ce côté. Quelle satisfaction, mais quelle différence si les nôtres eussent tenu Varades : la France entière en serait purgée. La Loire eût été leur tombeau : ils s’y seraient précipités tant la terreur était grande parmi eux. » Mais il aura sa revanche deux mois plus tard à Savenay. Et Carrier, qui avait tourné le dos au champ de bataille à Cholet, invente à Nantes avec les noyades « la déportation verticale ».

Quelle configuration des lieux ?

31Au pied du coteau de Saint-Florent, une grève trop petite pour accueillir les dizaines de milliers de personnes qui s’y pressent, un premier bras du fleuve, avec des digues et des eaux assez basses, permettant un passage à gué, « avec de l’eau à mi-corps » précisent plusieurs sources, puis une île, un grand bras, et au pied du coteau de Varades, un troisième bras de la Loire qu’il faut lui aussi traverser. C’est à la nage que les cavaliers passent avec leurs chevaux, comme en témoigne l’intrépide amazone, Renée Bordereau.

Le temps qu’il faisait ?

32Un temps froid, ce 18 octobre. Mais pas de vent, donc pas de vagues sur la Loire… Mais qui croire ? Une autre source (Deniau) indique : « Le temps était serein, mais le vent était froid. »

Que devient l’artillerie ?

33On parle de 500 canons à la bataille de Cholet, côté Blancs, et 36 pièces d’artillerie seulement qui auraient pu être dirigées plus en aval, pour passer le fleuve devant Ancenis. Les autres enclouées, poussées à la Loire devant Saint-Florent, dont la fameuse Marie-Jeanne ? On les a cherchés ces canons, dans les étangs des Mauges, puis très récemment encore à Saint-Florent. En vain.

Qui dans chaque camp ?

34Il y a les étoiles montantes : Kléber qui gagne ses galons de général de division à la bataille de Cholet et Marceau ceux de général de brigade. Et les antihéros : Léchelle, général en chef, qui brille par son absence et Carrier qui tourne le dos au combat. Dans le camp vendéen, c’est d’Autichamp qui enlève le poste de Varades dans la nuit du 16 au 17 octobre. Talmont est avec lui, qui prendra Ancenis. Dans le camp républicain, c’est Hauterive, envoyé en éclaireur, qui arrive le premier à Saint-Florent, au matin du 19 octobre, précédant Beaupuy et Canuel. En face d’eux, Marigny tient l’autre rive avec quelques canons.

35Intéressant le jugement, élogieux pour les uns, critique sur les autres, que porte Kléber sur ses adversaires :

« Bonchamps était celui que les Rebelles chérissaient le plus et auquel on accordait en même temps les plus grands talents. La Rochejaquelein était d’une valeur brillante et conduisait très bien une action. Marigny était âpre et dur, d’ailleurs peu habile. Talmont, bel homme, passait pour être lâche. Charette commandait toujours un corps détaché, […] peu estimé des autres chefs, il communiquait rarement avec eux. »

36Charette : le grand absent de la bataille de Cholet. Kléber cite évidemment aussi d’Elbée et Lescure et Stofflet, « élevé au grade de général par la grande confiance qu’avaient en lui les habitants du pays, par les connaissances qu’il avait du pays et son extrême audace ». Lescure, d’Elbée, Bonchamps, les grands blessés de la bataille de Cholet, chefs historiques de la Vendée qui s’effacent alors. Restent Stofflet et Henri de La Rochejaquelein, choisi à Varades comme général en chef : « Il avait à peine vingt et un ans. Il y a des moments dans l’histoire des hommes où la puissance appartient au génie », écrit Chateaubriand, grand admirateur des Vendéens, dans ses Mémoires d’outre-tombe. C’est, paradoxalement, ceux qui s’étaient le plus fortement opposés au passage de la Loire, tentant jusqu’au dernier moment mais sans y parvenir, d’en endiguer le flot : La Rochejaquelein, Stofflet, qui vont avoir à conduire cette virée de Galerne.

37Parmi les Vendéens, Kléber mentionne le chevalier Saint-Hilaire. Homme de l’ombre, se présentant en messager des Anglais et des princes, il rencontre l’état-major vendéen à Varades, entretenant l’illusion que les Anglais seront au rendez-vous de la Vendée, si ses soldats arrivent à s’emparer d’un port. Après le mirage de la Loire et le détour par le Maine, entretenu par Talmont, l’espoir également vain du salut venu par la mer mènera les Vendéens jusqu’à Granville.

COMME AU JOUR DU JUGEMENT DERNIER

38Ce drame aux cent mille personnages qu’est le passage de la Loire (saurat-on jamais précisément combien ils étaient), Mme de La Rochejaquelein, la veuve de Lescure qui l’a vécu, en a fait le récit justement célèbre :

« Lorsqu’à la pointe du jour, le 18 octobre, les généraux vendéens entrèrent à Saint-Florent, un spectacle qui ne se verra plus, semblable à celui des migrations des peuples antiques, frappa leurs yeux étonnés… Quatre-vingt mille personnes se pressaient sur la plage. Soldats, enfants, vieillards, blessés ; tous étaient pêle-mêle, fuyant le meurtre et l’incendie.
Derrière eux s’élevait la fumée des villages dévorés par les flammes. On n’entendait que des pleurs, des gémissements et des cris. Dans cette multitude confuse, chacun cherchait à retrouver ses parents, ses amis, ses défenseurs. On ne savait quel sort on allait rencontrer sur l’autre rive ; cependant on se pressait d’y passer, comme si au-delà du fleuve se trouvait la fin de tous les maux. Une vingtaine de petits bateaux portaient successivement les fugitifs qui s’y entassaient. Plusieurs cherchaient à traverser sur des chevaux ; tous tendaient les bras vers l’autre bord.
Beaucoup comparaient ce désordre, ce désespoir, cette terrible incertitude de l’avenir, ce spectacle immense, cette foule égarée, ce fleuve qu’il fallait traverser, aux images que l’on se fait du redoutable jour du Jugement dernier… »

LES PASTEURS SE FONT PASSEURS…

39Le passage de la Loire, d’autres auteurs l’ont comparé au passage de la mer Rouge dont les eaux s’étaient miraculeusement entrouvertes pour laisser s’échapper les enfants d’Israël poursuivis par les armées du Pharaon… Rien d’étonnant à ces comparaisons très familières au peuple vendéen tout nourri de lectures bibliques. Et l’image de prêtres se faisant passeurs n’en prend ici que plus de force. Mme de La Rochejaquelein presse un batelier de transporter directement son mari blessé sur l’autre rive. Le batelier refuse s’en estimant incapable et jugeant cela trop dangereux : « Je suis un pauvre prêtre…, explique-t-il. » Mme de Donnissan évoque elle aussi les prêtres qui se sont fait bateliers et un paysan taillé en Hercule qui prend les femmes, aussi bien princesses que paysannes, sur ses épaules pour les faire passer dans l’île, nouveau Saint Christophe !

40Le bas clergé, depuis longtemps pourchassé et habitué à déménager sitôt la messe clandestine dite, avait le sens du devoir mais n’en menait pas large. Michelet raconte à sa façon comment les femmes emportées dans l’aventure, d’abord soucieuses de leur salut, sollicitaient de leurs prêtres, en bonnes paroissiennes, les secours de la religion :

« Bon nombre de Vendéennes croyaient que les hommes moins passionnés pourraient bien avoir besoin d’être soutenus, relevés par leur énergie. Elles voulaient faire marcher droit leurs maris et donner du courage à leurs prêtres. Au passage de la Loire, les barques étant peu nombreuses, elles employaient, en attendant, le temps à se confesser. Les prêtres les écoutaient, assis sur les tertres du rivage. L’opération fut troublée par quelques volées perdues du canon républicain. Un des confesseurs fuyait… Sa pénitente le rattrape : “Hep ! Mon père. L’absolution !– Ah ma fille, vous l’avez !” Mais elle ne le tint pas pour quitte ; le retenant par la soutane, elle le fit rester sous le feu. »

41On dit aussi qu’un prêtre, qui s’interposait pour défendre des Vendéennes qui n’avaient pas encore réussi à franchir le fleuve, fut égorgé des mains mêmes de Merlin de Thionville. Celui-là même qui, poussant un cri de rage à la vue de ces Vendéens qui lui échappent, écrivait : « Je regretterai longtemps de ne pas avoir pu leur faire prendre un immense bain de pieds dans la Loire. Le fleuve est si grand ! »

42Il y a là de quoi accréditer la thèse de Michelet sur le « parti prêtre » et le rôle qu’il aurait joué dans le soulèvement vendéen : dans les relations faites du passage par ceux qui ont vécu l’événement – Jugement dernier (Mme de La Rochejaquelein), mer Rouge (Mme de Donnissan), Styx (Bournisseau) – les prêtres sont omniprésents, comme passeurs ou entourant Bonchamps mourant.

43Dans l’ode royaliste qu’il dédie à Chateaubriand, Victor Hugo, tout jeune poète alors, fait du passage de la Loire la métaphore même de la Vendée :

« La Loire vit alors, sur ses plages désertes,/S’assembler les tribus des vengeurs de nos rois,/Peuple qui ne pleurait, fier de ses nobles pertes,/Que sur le Trône et sur la Croix. /C’étaient quelques vieillards fuyant leurs toits en flammes,/C’étaient des enfants et des femmes,/Suivis d’un reste de héros ;/Au milieu d’eux marchait leur Patrie exilée,/Car ils ne laissaient plus qu’une terre peuplée de cadavres et de bourreaux. »

ESSLING ET LA BÉRÉZINA

44Propos d’expert que ce jugement de Napoléon, consigné dans le Mémorial : « Mes ingénieurs sont des hommes habiles, mais à Saint-Florent, les Vendéens furent des Sylphes. » Des Sylphes, c’est-à-dire des demi-dieux. Voilà bien de quoi accréditer la qualification qu’on lui prête : « guerre de géants ». Mais à quoi fait référence Napoléon ? À la bataille d’Essling, aux abords de Vienne au printemps de 1809, où les pontonniers de la Grande Armée se surpassèrent ? Un premier pont, jeté par eux sur le Danube, est emporté par la crue. Un autre pont de fortune va permettre aux soldats de l’Empereur de quitter la grande île où ils étaient emprisonnés et de reprendre l’offensive. Ou au franchissement de la Bérézina en novembre 1812 ? En un jour et une nuit, lors de la retraite de Russie, où là encore ce qui reste de la Grande Armée dut son salut aux pontonniers. Les eaux soudain dégelées, impossibles à franchir sans Eblé et ses héroïques soldats du génie. Je suis très tenté, personnellement, d’opérer une comparaison entre le passage de la Loire et la virée de Galerne et la retraite de Russie et la Bérézina. La faim, le froid, la maladie, l’armée ennemie qui talonne et harcèle, les troupes qui fondent sur les traînards.

45100 000 à franchir le fleuve à Saint-Florent et plus que quelques milliers – 3000 à 4 000 – au Noël rouge de Savenay, acculés et sabrés devant ce fleuve, désormais verrouillé par les chaloupes canonnières de la République, qu’il leur a été impossible de retraverser. Entre-temps, il y a eu, à la mi-décembre, l’énorme saignée du Mans. On parle de 15 000 morts. Westermann y a gagné son appellation de « boucher des Vendéens ».

LE PARDON DE BONCHAMPS6

  • 6 Sur le pardon de Bonchamps et le tombeau de ce dernier par David d’Angers dans l’église abbatiale (...)

46Comme Eugène Veuillot le souligne à propos du geste de Bonchamps : « Seule l’inspiration chrétienne pouvait rendre possible un tel geste d’humanité. » C’est aussi pourquoi le mot « pardon » est plus approprié, dans le cas de Bonchamps, que la clémence. Il fait « grâce » aux prisonniers. Il les sauve. Inspiration chrétienne ou simple geste d’humanité, c’est, en tout cas, un trait de génie que ce pardon de Bonchamps, car, alors que tout est perdu pour elle, il sauve à jamais l’honneur de la Vendée par cette grâce qu’il accorde aux prisonniers qu’on s’apprêtait à massacrer. Geste exemplaire, tout à fait à contre-courant de l’époque. Qu’on songe aux colonnes infernales et aux noyades de Nantes qui vont suivre : cette Loire « rouge de sang de Saumur jusqu’à Nantes » dont parle Flaubert dans Bouvard et Pécuchet.

47En dehors d’une littérature (témoignages historiques et récits romancés) extrêmement abondante, ce qui reste, aujourd’hui encore, de tous ces événements, c’est le cadre presque inchangé (sinon la ligne de ponts que croise à angle droit la ligne de chemin de fer), la colonne commémorative sur les hauteurs du Mont-Glonne et surtout, dans l’église abbatiale, le monument à la gloire de Bonchamps par David d’Angers, le grand sculpteur républicain dont le père était au nombre des prisonniers de Saint-Florent.

48Chef-d’œuvre de la réconciliation, ce tombeau de Bonchamps, c’est la grande leçon qu’on peut tirer de l’événement, la vraie relique, véritable pierre vive, qui justifie encore le pèlerinage sur cet exceptionnel et si complexe lieu de mémoire. Ce n’est pas moi qui vous y invite, mais Louis Aragon :

« Allez à Saint-Florent, allez à ce belvédère d’une de nos terribles histoires par-delà l’autre siècle, à ce lieu de division qui n’est guère le pèlerinage que de ceux qui eussent sans doute trouvé bon que le canon tirât sur des Français, malgré Bonchamps, puisque c’étaient des Bleus… Entrez dans l’église et regardez-le ce païen, ce soldat de Marathon tombé […] Regardez bien, car ceci, audelà des jugements et des systèmes, […] ceci, c’est la France. »

  • 7 Louis Aragon venu voir à Saint-Florent, en 1956, le tombeau de Bonchamps dans la perspective d’un (...)

49Venu voir lui-même sur place ce monument et rappelant que cette terrible guerre civile avait commencé là, Louis Aragon, lors d’une conférence faite à Angers à la suite de cette visite, aura devant la presse, ce propos dont nous ferons notre conclusion : « Saint-Florent avait été la blessure de la France. Bonchamps en fut la cicatrice7

Notes

1 Le titre de cette communication est emprunté à Victor Hugo (Quatrevingt-Treize).

2 Je dédie cette communication aux Anciens de Saint-Cyr auxquels le général Antonin Gilbert, qui les avait conviés à Saint-Florent, me demanda de leur faire in situ, du haut des terrasses du Mont-Glonne, le récit du passage de la Loire, aux jeunes lycéens de la banlieue parisienne auxquels André Bendjebbar, devenu depuis responsable du projet pédagogique du musée de l’Armée aux Invalides, m’avait demandé également de retracer les événements de Saint-Florent, de l’émeute du printemps 93 au grand passage d’octobre, puis à Roger Gicquel, qui, inaugurant son émission « En flânant », sur France 3 Ouest, m’avait invité lui aussi à évoquer toujours en ces mêmes lieux, mais cette fois pour les téléspectateurs, cette grande et mémorable enjambée.

3 Pour l’ensemble du texte, les citations de Victor Hugo sont extraites de La Vendée (Odes royalistes 1819) et de Quatrevingt-Treize (1874), celles de Michelet de ses pages sur La Révolution française. À lire également, de Chateaubriand : Les Vendéens. Les Mémoires de guerre 1793-1794 de Kléber ont fait l’objet d’une édition dans la collection « In-texte » (Tallandier, 1989). Côté vendéen, parmi de multiples autres récits, dont, bien sûr, les Mémoires de Mme de La Rochejaquelein, veuve de Lescure qui épousa en secondes noces le frère de Henri de La Rochejaquelein, on trouve une relation bien documentée du passage de la Loire chez l’abbé Deniau, dans le tome 3 de son Histoire de la Vendée (Lachèse et Dolbeau, Angers).

4 On trouvera une présentation plus développée de ces regards croisés sur le passage de la Loire dans le livre que je lui ai consacré, Le jour le plus long de la Vendée (Siloë, Laval, 1988) qui a donné lieu également à un spectacle audiovisuel en multivision projeté à Saint-Florent-le-Vieil d’un bicentenaire à l’autre : celui de la Révolution française en 1989 et celui de la guerre de Vendée en 1993.

5 Sur l’iconographie vendéenne, dont celle consacrée aux événements de Saint-Florent, on trouvera des compléments dans mon étude sur Les vitraux vendéens et les maîtres-verriers angevins (Éditions Hérault, Maulévrier, 1987) et sur le regard porté par les écrivains sur la Vendée, dans mon essai sur Le vert Bocage (Siloë, Laval, 2005).

6 Sur le pardon de Bonchamps et le tombeau de ce dernier par David d’Angers dans l’église abbatiale de Saint-Florent, je renvoie à ma communication, « Force d’un cri et puissance réconciliatrice de l’art », faite au colloque Vendée - Chouannerie - Littérature, en décembre 1985, sous la direction du professeur Cesbron (Presses de l’Université d’Angers, 1986).

7 Louis Aragon venu voir à Saint-Florent, en 1956, le tombeau de Bonchamps dans la perspective d’un roman qu’il projetait d’écrire alors en s’inspirant de la vie de David d’Angers, donna à la suite de cette visite une conférence à Angers dont la citation ci-dessus est extraite, suivie de l’écho qu’en donna la presse locale.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search