Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

La bataille des Tourelles, 7 mai 1429

Olivier Bouzy

Texte intégral

1Épisode toujours célébré à Orléans 583 ans après les faits, la levée du siège de la ville par les Anglais a pu être présentée comme un épisode fondateur dans la collection « 30 journées qui ont fait la France ». À l’inverse, les historiens anglais ne mentionnent pratiquement pas cet épisode, qui peut effectivement faire pâle figure à côté de la victoire de Patay. Elle-même relativement peu sanglante quand on la compare à Azincourt et à Verneuil, la bataille de Patay fut pourtant de grande conséquence, permettant à Charles VII de gagner Reims pour s’y faire sacrer. Mais la bataille de Patay est en réalité indissociable de la levée du siège d’Orléans : c’est à Orléans que s’est forgée la réputation de Jeanne d’Arc, c’est là que s’est retrempé le moral de l’armée royale.

L’ARMÉE ANGLAISE ET LES CONTINGENTS NORMAND ET BOURGUIGNON

2Que faisaient donc les Anglais à Orléans ? La réponse à cette question, en réalité, n’est pas évidente ; il ne semble pas que les Anglais aient voulu attaquer Bourges, contrairement à ce qu’on raconte parfois. Le siège d’Orléans n’a pas pour but de s’emparer du pont de la ville, car les Anglais disposaient déjà des ponts de Beaugency, de Meung-sur-Loire et de Jargeau. Il semble que leur objectif affiché ait été d’attaquer Angers, dont le duc de Bedford venait de se proclamer duc, apparemment dans l’intention de relier la Normandie à la Guyenne et peut-être de reconstituer l’ancien territoire des Plantagenêt. Si c’était le cas, l’armée anglaise s’était sacrément fourvoyée. Mais peut-être l’attaque contre Orléans ne constituait-elle qu’un objectif secondaire, dans l’idée de fortifier la frontière sud des « territoires de conquêtes » et de pouvoir conquérir l’Anjou sans avoir à craindre de contre-attaque française sur les arrières de l’armée anglaise.

3Quoi qu’il en soit, les motivations réelles de l’opération ne seront sans doute jamais connues : le chef de l’expédition, le comte de Salisbury, fut tué pratiquement dès son arrivée sous les murs d’Orléans.

  • 1 Jarry L., « Le compte de l’armée anglaise au siège d’Orléans, 1428-1429 », Mémoires de la Société (...)

4Le comte de Salisbury avait été désigné dès le 24 mars 1428, pour mener une nouvelle armée en France1. Il devait diriger les opérations pendant six mois, à compter du 30 juin suivant. Son corps principal comptait 450 hommes d’armes et 2 250 archers. S’y ajoutaient 400 hommes d’armes et 1 200 archers commandés par divers capitaines, provenant des garnisons anglaises en France et levés pour quatre mois à compter du mois d’août, 300 lances et 300 archers levés dans la noblesse normande pour 26 jours, des mineurs, des canonniers.

5L’armée anglaise devait donc, théoriquement, aligner un effectif de 6 850 combattants. En pratique, on ne sait si ce chiffre fut maintenu tout au long de la campagne, et notamment si les tués furent remplacés. Des contingents plus ou moins importants furent tirés de cet effectif pour installer des garnisons dans les villes et forteresses occupées autour d’Orléans (villes comme Jargeau, Meung et Beaugency, châteaux comme Montpipeau et Sully) et surtout pour escorter les convois de ravitaillement entre Paris et Orléans. C’est un de ces détachements, commandé par John Fastolf, qui défie les Français à la bataille des harengs le 12 février 1429. Il restait peut-être 5 000 hommes pour les opérations de siège proprement dites.

6La présence d’un contingent normand visiblement levé dans le cadre des services féodaux (la quarantaine) et le terme extrêmement court de son engagement montrent que les Anglais tablaient sur une campagne courte. La réalité allait les décevoir : les Orléanais avaient fortifié leur ville de telle manière que les Anglais allaient devoir mener un siège de longue haleine. De toute manière, il n’est pas certain qu’Angers aurait pu être pris en seulement 26 jours, mais quoi qu’il en soit, le départ du contingent normand en novembre obligea le commandement anglais à réorganiser complètement son dispositif autour de la ville d’Orléans.

7Salisbury avait traversé la Loire à Meung et attaqué Orléans depuis le sud, visiblement pour couper la ville de toute possibilité de ravitaillement depuis les territoires encore contrôlés par Charles VII. La petite forteresse des Tourelles, qui fermait le pont à son extrémité sud, fut promptement assaillie. Elle souffrait d’un point faible, le boulevard qui était censé la protéger n’étant pas fini : elle fut prise par les Anglais en deux jours d’un assaut qui paraît avoir été assez sanglant. Mais le soir même de la prise des Tourelles, Salisbury fut blessé à mort par un coup de canon tiré depuis la ville. Son scénario d’attaque sur la ville, si tant est qu’il en ait eu un, n’était visiblement pas connu de ses subordonnés, et pendant un mois les Anglais suspendirent leur attaque, d’autant que le contingent normand était arrivé au bout de ses 26 jours de service. Le gros de l’armée anglaise se retira pour hiverner à Jargeau et à Beaugency, ne laissant que le capitaine Glasdale et une grosse garnison aux Tourelles. Les Orléanais mirent cette pause à profit pour démolir leurs faubourgs sur la rive nord, plus particulièrement toutes les églises extra-muros, qui pouvaient permettre aux Anglais d’installer des fortifications – des bastilles – au plus près de la ville. Le dernier jour du mois de décembre, les Anglais revinrent à Orléans et créèrent une bastille particulièrement importante autour des ruines de Saint-Laurent des Orgerils, à l’ouest de la ville : 2 500 combattants y furent installés sous les ordres de Talbot. Dans les mois qui suivirent, les Anglais construisirent de nouvelles bastilles à l’est (Saint-Loup et Saint-Jean) et à l’ouest (l’île Charlemagne et Saint-Privé) au débouché des gués de la Loire, au sud à l’emplacement du couvent des Augustins, et le long du quart nord-ouest des murs de la ville (la Croix-Boissée, la Grange Cuiveret, le Pressoir Ars, Saint-Pouair).

8Le contingent normand semble avoir été remplacé début janvier par des Bourguignons, mais nous n’avons pas de trace comptable les concernant : ils n’apparaissent pas dans les comptes anglais, car ils sont soldés par le duc de Bourgogne. Leur nombre est donc ignoré, et on ne peut que supposer qu’ils étaient aussi nombreux que les Normands. Mais l’interprétation même du nombre des Normands est un peu délicate : 300 lances et 300 archers. On peut penser qu’il s’agissait de lances de type français, soit composées de trois combattants (homme d’armes, archer, coutilier) renforcées pour la circonstance d’un archer par lance, les Anglais ayant l’habitude de la lance anglaise à quatre combattants (1 homme d’armes, 3 archers). Les Normands auraient donc fourni 1 200 combattants. Le nombre des Bourguignons pouvait même être légèrement supérieur, car à la suite de l’entrevue entre les ducs de Bedford et de Bourgogne, terminée sur une brouille et sur l’ordre envoyé par le duc de Bourgogne à ses troupes de quitter le siège d’Orléans, Bedford écrivit au Conseil d’Angleterre pour lui demander de lui envoyer 1 500 hommes en renfort. On peut donc supposer que ce corps auxiliaire (Normand puis Bourguignons), comprenait de 1 200 à 1 500 hommes.

9Ce contingent bourguignon allait toutefois quitter le siège le 17 avril 1429 : la proposition de rendre la ville avait été portée au duc de Bourgogne, à Lille, par Poton de Xaintrailles. Tout joyeux, le duc de Bourgogne avait été à Paris se faire confirmer le don d’Orléans par le duc de Bedford, et l’accueil y avait été extrêmement froid. Vexé, il fit accompagner Xaintrailles de l’un de ses hérauts, avec pour mission de faire déguerpir ses hommes du siège d’Orléans. Le départ des Bourguignons se solda par une chute importante des effectifs des assiégeants : un peu moins d’un quart du total de l’armée présente sur le théâtre d’opération, et peut-être un tiers des effectifs présents plus précisément autour de la ville. Peut-être le duc n’attendait-il en réalité que cela : les troupes ainsi retirées du front français furent envoyées à Namur pour impressionner les Flamands susceptibles de s’agiter.

L’ARMÉE FRANÇAISE, AVEC JEANNE D’ARC

10Face à ces troupes, les effectifs de l’armée française ne sont pas exactement connus, même si les noms des principaux capitaines sont répétés à l’envi dans les différentes chroniques qui relateront par la suite le siège. Mais il est difficile de savoir exactement qui fait quoi : certains capitaines furent capturés à Janville ou à Beaugency, puis libérés, comme Jean de Barnaire, dit Cornillan, ou restèrent captifs ou morts, comme Anthoine du Clus et Remonet le Borgne qui disparaissent alors des comptes. On a toutefois conservé un compte, celui du trésorier des guerres Hémon Raguier, qui permet d’avoir une idée de la composition de l’armée française. Y sont cités soixante et onze capitaines avec mention du paiement à eux fait et parfois, mais pas toujours, le nombre d’hommes qui sont sous leurs ordres. Il est à craindre que le compte de Raguier ne reflète une certaine désorganisation de l’administration au lendemain de la défaite des harengs : il a fallu faire vite, on a multiplié les ordres et les mouvements de troupe, mais l’administration comptable n’a pas suivi, d’autant que Hémon Raguier est mort sans avoir eu le temps de rendre ses comptes, que ceux-ci ne furent rendus que des années après par ses fils, et que l’original du compte à été perdu.

11L’historien Henri Wallon avait cherché à connaître les effectifs de l’armée royale et y a consacré un appendice du tome I de l’édition de 1879 de son livre sur Jeanne d’Arc. Il donne un total de 2 569 hommes, tout en reconnaissant que les études qui existaient par ailleurs sur le même sujet ne donnent pas de chiffre concordant. C’est que le compte de Raguier est de plus en plus succinct, au fur et à mesure que les opérations avancent, finissant par ne plus distinguer les hommes d’armes des archers, que les soldes semblent également diminuer, passant de 10 à 7 livres pour un homme d’armes, que les soldes semblent avoir été versées en plusieurs fois, avec parfois des compléments envoyés ponctuellement, ce qui fait qu’on ne peut même plus tenter de savoir précisément combien d’hommes il y a dans chaque compagnie ; il est d’ailleurs probable que les effectifs ont beaucoup fluctué, surtout après la bataille des harengs. Sans doute l’armée royale est-elle encore nombreuse, puisque Jeanne mentionnera que 300 chevaliers avaient vu le signe qu’elle avait apporté au roi au moment de l’entrevue de Pâques, et visiblement, lorsque cette armée reviendra à Orléans le 4 mai, elle sera tout à fait en mesure de tenir tête aux troupes anglaises. Mais c’était à la suite du départ de l’armée bourguignonne.

12Arrivée à Orléans le 29 avril dans la soirée, Jeanne avait tout de suite fait forte impression auprès des capitaines défendant la ville. Leur chef, le bâtard d’Orléans, avait prévu de faire remonter les quelques barges dont il disposait encore jusqu’à la hauteur de Chécy, en amont de la ville, en profitant du vent, puis les bateaux devaient redescendre la Loire en profitant du courant. Malheureusement, ce jour-là, le vent soufflait dans le mauvais sens et le plan était réduit à néant avant même d’avoir reçu un commencement d’exécution. Jeanne, déjà fâchée de n’avoir pas directement attaqué les Anglais, remarqua qu’elle amenait, en tant qu’envoyée de Dieu, un meilleur conseil que celui dont le Bâtard avait pu disposer jusqu’à présent. Peu après, le vent changeait de sens, ce qui fut considéré par les assistants comme un miracle. Dès lors, les capitaines commencèrent à écouter respectueusement les recommandations de la Pucelle.

13Pendant que l’escorte du convoi de ravitaillement rentrait à Blois, accompagnée du Bâtard qui allait colporter au sein de l’armée royale les nouvelles du miracle auquel il avait assisté, Jeanne entra à Orléans et occupa les jours qui suivirent à faire le tour des positions anglaises, à faire crier aux assiégeants qu’ils aient à rentrer chez eux ou il leur en cuirait, et à se faire copieusement insulter en retour. Le 4 mai, l’armée royale fit son entrée à Orléans, alléchée par le récit de la saute de vent, et dès le début de l’après-midi des troupes allèrent s’en prendre aux Anglais de la bastille Saint-Loup, à 4 km à l’est d’Orléans. Pour éviter d’être prise à revers pendant que Saint-Loup était attaqué, une partie de l’armée royale – 600 hommes sous la conduite du maréchal de Sainte-Sévère, selon le Journal du siège d’Orléans – vint se placer à l’extérieur et au nord d’Orléans, pour barrer le passage à une contre-attaque anglaise depuis la bastille de Paris (ou Saint-Pouair). Il y avait peut-être 120 ou 140 hommes à l’intérieur de Saint-Loup, et ils résistèrent tant qu’ils purent, d’abord avec quelques succès. Cela donna à Jeanne, qui avait été laissée à l’écart de la décision d’attaquer Saint-Loup, le temps de rejoindre les troupes qui assaillaient la petite bastille. Apparemment revigorés par son arrivée, les Français submergèrent alors les défenseurs.

LA BATAILLE DES TOURELLES

14Le 5 était le jour de l’Ascension et il n’y eut pas de combat ; la bataille pour les Tourelles commença le 6. Le matin du 6, les Français sortirent d’Orléans par la porte de Bourgogne, à l’est, et traversèrent la Loire, probablement à la hauteur du port Saint-Loup, où il y avait un passage relativement facile ; il y fallait toutefois franchir à gué un passage jusqu’à une île et, de là, traverser en barques le lit principal de la Loire. Tous les capitaines ne semblent pas avoir été d’accord avec cette tentative, notamment Raoul de Gaucourt, qui en qualité de capitaine de la ville voulut empêcher qu’on ouvre la porte de Bourgogne et qui pour cela se fit traiter de mauvais homme par Jeanne d’Arc. Que Gaucourt ait réussi à ralentir la sortie de la ville ou que tout simplement les bateaux n’aient pas été en quantité suffisante pour une traversée rapide, les troupes qui touchèrent d’abord la rive gauche étaient en petit nombre, encore que sans doute de bonne qualité : on signale en effet à leur tête la présence de La Hire, dont les hommes étaient très expérimentés. Néanmoins il y eut quelques flottements : les Anglais avaient abandonné la bastille Saint-Jean le Blanc, qui semble d’ailleurs n’avoir jamais été un fortin redoutable, mais alors que les Français en approchaient, quelqu’un cria qu’une contre-attaque anglaise était en train de se produire. Les Français refluèrent un peu, puis firent volte-face et chargèrent les Anglais qui reculèrent à leur tour jusqu’aux Tourelles.

  • 2 Vallet de Viriville A. (éd.), Chronique de la Pucelle ou de Cousinot, Paris, 1859, p. 291.

15Les Français se renforçaient continuellement, les troupes continuant à passer la Loire, et ils vinrent assaillir la bastille des Augustins, un peu au sud des Tourelles. Dans la soirée, les Français réussirent à s’emparer de la bastille, qui fut incendiée, soit en raison de la violence des affrontements, soit, comme le signale la Chronique de la Pucelle, parce que Jeanne d’Arc ne voulut pas que les Français se dispersent à piller les lieux2. De leur côté, les Anglais semblent avoir profité de l’obscurité pour désemparer leurs bastilles de Saint-Pryvé, en face de la grosse bastille Saint-Laurent, ainsi que celle qui se trouvait dans la petite île entre Saint-Pryvé et Saint-Laurent. Les Anglais, visiblement, sont sur la défensive : pire encore, après avoir abandonné à leur triste sort leurs compatriotes enfermés dans la bastille Saint-Loup, ils se préparent à en faire autant de ceux qui tiennent encore les Tourelles. C’est à partir du 7, la victoire commençant à se profiler avec netteté, que l’on peut dire que commence la « Geste de Jeanne d’Arc » : ses paroles sont notées avec attention, même lorsqu’il s’agit d’événements relativement triviaux, et encore qu’on puisse soupçonner qu’une partie de ces paroles sont apocryphes ou du moins magnifiées par la mémoire des chroniqueurs, on a presque l’impression de pouvoir la suivre pas à pas. La Chronique de la Pucelle, par exemple, la montre chez son hôte Jacques Boucher, se préparant à passer la Loire :

  • 3 Ibid., p. 292.

« Et ainsi qu’elle delibéroit de passer, on présenta à Jacques Boucher, son hoste, une alose ; et lors il luy dist : “Jeanne, mangeons ceste alose avant que partiez. En nom Dieu, dist-elle, on n’en mangera jusques au souper, que mous repasserons par-dessus le pont, et ramènerons un godom qui en mangera sa part3”. »

16Elle était sans doute encore en train de s’armer lorsque, selon la Chronique de l’établissement des fêtes,

  • 4 Charpentier P. et Cuissard C., Journal du siège d’Orléans, 1428-1429, augmenté de plusieurs docume (...)

« fut requis par les bourgeois à la dicte Pucelle que elle voulsist accomplir la charge que elle avoit de par Deu et aussi du roy. Et ad ce fust emue et s’en partit, monta à cheval et dist : en nom Dé je le feray et qui me aimera si me suyve4 ».

17L’assaut contre le boulevard qui défendait les Tourelles semble avoir commencé vers 10-11 heures. Ce boulevard était composé d’un talus en terre, précédé d’un fossé et surmonté d’une palissade. Le talus était suffisamment incliné pour que les assaillants soient en mesure de l’escalader à pied, ou plus probablement en montant à quatre pattes, mais des échelles étaient également prévues. Plusieurs assauts furent lancés et repoussés, les archers anglais dans le boulevard avaient du mal à tirer sur les Français tant qu’ils étaient dans le fossé, et pour gêner le tir des archers qui se trouvaient dans les Tourelles le bâtard d’Orléans fit positionner sous le pont-levis un bateau plein de foin mouillé, de vieilles chaussures et de souffre bref de matières fumigènes. Les Français entreprirent de démonter le boulevard pièce par pièce, arrachant les poutres qui constituaient la palissade, tandis que les Anglais, qui n’avaient aucune échappatoire, luttaient « comme s’ils fussent immortels » ; en fait, ils n’avaient guère d’alternative, et bouchaient les trous de la palissade de leur corps, jusqu’à ce qu’on les tue dans la brèche. Le couleuvrinier Jean de Montes- claire semble avoir passé sa journée à cela, allant tuer d’une brèche à l’autre les Anglais que les hommes d’armes français n’arrivaient pas à occire à coups de hache ou d’épée, tandis que d’autres Français tentaient de passer par-dessus la palissade, d’où d’autres Anglais les renvoyaient dans le fossé à grands coups de « maillets de plomb, et mesmes à leurs propres mains ». Jeanne fut blessée, peut-être en fin de journée, d’une flèche qui lui traversa le sein en passant au travers de son armure, ce qui pose un certain nombre de questions quant à la qualité de la dite armure, et à la position respective de Jeanne et du tireur qui lui infligea cette blessure : il faut en effet imaginer une flèche frappant de haut en bas, « entre l’épaule et la gorge » (c’est-à-dire les seins), et « si avant qu’il passoit oultre ». Comme la médecine du temps est si rudimentaire qu’il est impossible de songer à un coup traversant la poitrine (ce qui se serait traduit par un pneumothorax, sinon par une hémorragie immédiatement mortelle), il faut bien que ce soit le sein qui ait été touché. La blessure devait être plus spectaculaire que grave : Jeanne fut sommairement pansée, puis se retira pour prier dans une vigne voisine, enjoignant au bâtard d’Orléans, qui parlait déjà de faire sonner la retraite, de simplement faire retirer ses hommes en arrière pour qu’ils puissent se reposer et manger un morceau.

18Les Anglais durent alors croire que la bataille était terminée, encore que l’écuyer de Jeanne, Jean d’Aulon, ait choisi ce moment pour faire une « appertise d’armes » c’est-à-dire d’aller narguer les Anglais en promenant l’étendard de Jeanne dans le fossé même du boulevard. Jeanne revenait alors de sa vigne et alla chercher son étendard, tirant par le haut tandis que l’homme d’armes qui le tenait, un certain le Basque, le tirait par le bas. Il semble même l’avoir tiré au point d’avoir fait lâcher prise à Jeanne, plaquant l’étendard contre la palissade. Quelques témoins crièrent « la queue [de l’étendard] y touche » et crurent de bonne fois qu’il s’agissait du signal pour un nouvel assaut, lequel semble avoir cette fois pris les Anglais totalement au dépourvu. Cette fois le boulevard fut submergé, et les Anglais tentèrent de se retirer dans les Tourelles. Mais le feu qui rongeait le bateau fumigène s’était communiqué au pont et celui-ci s’effondra dans la Loire, noyant tous ceux qui s’y trouvaient. Pour mettre le comble au désespoir des Anglais, les Orléanais qui étaient restés en ville avaient profité du fait que l’attention des combattants était braquée vers le sud pour jeter des planches de bois par-dessus les brèches faites dans le pont, et ils assaillirent à ce moment des Tourelles par le nord. Ainsi prise entre deux feux, la garnison anglaise – 600 à 800 hommes – fut entièrement massacrée.

APRÈS LES TOURELLES, PATAY, LE 18 JUIN

19Ainsi prit fin la bataille des Tourelles. Jeanne, blessée, rentra en triomphe par le pont, et le lendemain les Anglais levèrent le siège. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire : cela faisait huit mois qu’ils avaient mis le siège devant la ville, et il ne leur restait plus, après neuf jours de combats, que leurs positions au nord ouest de la ville. Le siège était levé à l’est et au sud, le ravitaillement pouvait à nouveau entrer dans Orléans, et ils étaient désormais en nette infériorité numérique par rapport à l’armée royale. S’obstiner à tenir le siège, c’était la certitude de se faire assaillir, bastille après bastille, par des Français de plus en plus excités par leurs victoires, et bien entendu les positions devraient être défendues par des Anglais de plus en plus démoralisés par leurs défaites : ils se retirèrent vers Meung-sur-Loire. Pour comble d’humiliation, La Hire leur fit un brin de conduite, l’épée dans les reins, leur reprenant leurs prisonniers et les obligeant à abandonner en route ce qu’ils avaient cru pouvoir emporter.

20La levée du siège allait mettre le comble à la gloire de Jeanne : elle avait promis de montrer qu’elle était bien envoyée par Dieu en faisant lever le siège d’Orléans, alors même qu’aux yeux de tous la ville était sur le point de tomber, et huit jours après son arrivée les Anglais avaient effectivement été chassés. Dès lors, Jeanne est considérée par les Français comme un ange : un messager divin. Les Anglais, bien entendu, doivent alors montrer à leurs hommes que c’est le diable qui pousse Jeanne, sous peine de les voir se rembarquer en catastrophe en direction de l’Angleterre, et c’est pourquoi le procès de condamnation de Jeanne ne pouvait se solder que par sa mort. Mais en attendant, les Français galvanisés allaient écraser l’armée anglaise à Patay, le 18 juin, ouvrant à Charles VII la route du sacre de Reims et lui assurant ainsi, mais après encore 25 ans de combats, la victoire finale.

Notes

1 Jarry L., « Le compte de l’armée anglaise au siège d’Orléans, 1428-1429 », Mémoires de la Société historique et archéologique de l’Orléanais, t. 23, 1892, p. 433-518, « Compte de l’armée anglaise au siège d’Orléans », ibid., p. 519-675, « L’armée anglaise vaincue par Jeanne d’Arc sous les murs d’Orléans », ibid., p. 676-987.

2 Vallet de Viriville A. (éd.), Chronique de la Pucelle ou de Cousinot, Paris, 1859, p. 291.

3 Ibid., p. 292.

4 Charpentier P. et Cuissard C., Journal du siège d’Orléans, 1428-1429, augmenté de plusieurs documents notamment des comptes de ville 1429-1431, Orléans, 1896, p. 149.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540